• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Climat : en finir avec le pilotage sans visibilité ? | Épisode (...)

Climat : en finir avec le pilotage sans visibilité ? | Épisode 3/3

Deux degrés de plus d’ici 2100 ? La population tremble ; les chefs d’Etat prennent des décisions dures, mais courageuses ; les entreprises compressent massivement leur impact carbone… Revenons à la réalité. L’indicateur du GIEC ne fait bouger personne. Après le diagnostic et les propositions, place aux faits. Observe-t-on un réchauffement en France ? Préparez-vous à une surprise !

3e épisode : Comment a (vraiment) évolué le climat sur Paris, Lyon et Marseille depuis 1950 ?

Rappelons que dans le 1er épisode, nous expliquions les 5 défauts de la valeur de référence du GIEC : 

  • horizon de temps trop lointain
  • absence de distinction des saisons d’été et d’hiver
  • valeur planétaire amalgamée, qui ne tient pas compte des lieux où vivent les gens
  • impossibilité de mesurer le changement en pourcentage
  • mise en perspective du passé très délicate

Dans le 2e épisode, nous avons montré qu’un indicateur alternatif, les degrés-jours unifiés ou DJU, outil connu de tous les thermiciens, dispose des atouts pour faciliter une bonne compréhension des changements climatiques :

  • horizon de temps proche et adaptable
  • distinction des saisons d’été et d’hiver
  • valeurs locales, faciles à obtenir
  • possibilité de mesurer le changement climatique en pourcentage
  • facilité de mise en perspective du passé

Pour mémoire, quand les DJU diminuent en saison de chauffe ou augmentent en saison de réfrigération, cela signifie que le climat se réchauffe. Et réciproquement.

Examinons la mise en œuvre de cet indicateur sur les trois principales villes françaises : Paris, Lyon et Marseille.

Nous allons comprendre comment le climat a évolué depuis 1950, en hiver comme en été.

Climat hivernal depuis 1950 : un réchauffement régulier

Grâce aux données mises à disposition par l’association Infoclimat, il est possible de visualiser de façon très claire l’évolution du changement climatique hivernal dans les trois plus grandes villes françaises de 1950 à 2019.

Les graphiques détaillés correspondant aux analyses ci-dessous sont accessibles en cliquant ici.

Entre 1950 et 2019, les DJU hivernaux ont diminué respectivement, selon la courbe de tendance, de :

  • 19 % pour Lyon
  • 18% pour Paris
  • 23% pour Marseille

Ces données sont assez homogènes, on est proche d’une baisse de 20% des DJU. Cela signifie que l’on a besoin de moins chauffer les locaux en hiver aujourd’hui qu’en 1950 pour obtenir une température équivalente sur l’ensemble de la saison.

Bien entendu :

  • on a toujours besoin de chauffer en hiver,
  • les locaux bien isolés ont des besoins de chauffage plus faibles que ceux qui ne le sont pas,
  • la température de confort souhaitée par les occupants a évolué. Rappelons que vers 1850, la température d’air conseillée à l’intérieur des logements s’élevait à 14-15°C !

Ainsi, en hiver, le climat s’est globalement réchauffé de 20 % sur les trois plus grandes villes françaises en 70 ans.

Climat hivernal depuis l’an 2000 : continuité dans le réchauffement

Sur nos 3 plus grandes villes, le réchauffement hivernal sur la période de 2000 à nos jours poursuit sa tendance à la baisse, à peu près au même rythme que précédemment.

La période plus courte peut donner l’impression que le rythme de baisse ralentit. Or, les tendances calculées sont du même ordre que sur la longue période (baisse des DJU de 0,2 à 0,4 % par an).

Ainsi, de 2000 à 2019, la courbe de tendance montre une diminution de :

  • 7% pour Lyon
  • 4% pour Paris
  • 6% pour Marseille

Climat estival depuis 1950 : un réchauffement brutal

L’examen de la période 1950-2019 montre bien une tendance à une augmentation importante de la chaleur estivale.

De 1950 à 2019, la courbe de tendance montre une croissance de :

  • 135% pour Lyon
  • 98% pour Paris
  • 35% pour Marseille

Contrairement à l’augmentation de température en saison hivernale, pour laquelle les évolutions de Lyon, Paris et Marseille apparaissent assez proches, les augmentations de chaleur estivale apparaissent assez contrastées.

Ainsi, sur Paris et Lyon, l’augmentation de chaleur apparaît extrêmement importante, alors qu’à Marseille, elle est plus mesurée (même si +35% reste impressionnant).

Surtout, l’évolution récente des DJU estivaux fait apparaître des éléments complètement inattendus.

Climat estival depuis 2000 : un refroidissement contre-intuitif

La tendance n’apparaît pas à la hausse depuis 2000 (exception faite du pic de la canicule de 2003). Au contraire, les températures estivales affichent une tendance à la baisse !

Ainsi, de 2000 à 2019, la courbe de chaleur estivale affiche une baisse de :

  • 44% pour Lyon
  • 36% pour Paris
  • 54% pour Marseille

Bien entendu, il faut rester prudent avec ces chiffres qui varient beaucoup chaque année. Il peut y avoir au cours d’une année donnée une période de canicule ponctuelle, avec même des records de température inédits.

Pour autant, depuis 2000, sur les trois principales villes de notre pays, les températures sur la durée de la saison estivale n’augmentent plus, elles diminuent.

Les chiffres sont là. Ils sont sourcés.

Ils établissent des faits, d’une grande importance car ils conditionnent notre avenir (au sens propre d’ailleurs).

Ils nous parlent de nous. Que faut-il en penser ?

  • Le climat serait-il en train de se radoucir sous nos latitudes ?
  • Avons-nous atteint une sorte de palier avant une reprise de la remontée ?
  • Ce phénomène traduit-il un ralentissement de l’emballement climatique ?

Dans le cadre du changement climatique global, ce phénomène limité à 3 lieux en France ouvre en tout cas de nouvelles pistes à explorer.

70 ans de changement climatique à Paris, Lyon et Marseille : quelles conclusions ?

Un, le réchauffement climatique hivernal est indiscutable sur ces trois villes. La hausse est continue, toutefois pas exponentielle à ce stade.

Deux, après une première période de réchauffement estival rapide jusqu'au début des années 2000, la tendance générale sur Paris, Lyon et Marseille semble à la baisse depuis. Il faut être prudent sur les conclusions, et suivre les chiffres avec attention.

Voulons-nous laisser l’ensemble des questions climatiques à une organisation internationale, le GIEC, certes animée des meilleures intentions ? Ou voulons-nous connaître, comprendre ce qui se passe vraiment, et participer aux décisions qui s’imposent ?

Jean-Pascal SCHAEFER

 

Note de l’auteur : cet article est probablement le plus important que j’aie publié. Il traduit aussi l’une de mes profondes convictions. Pour moi, l’esprit critique des citoyens peut et doit s’exercer sur tous les sujets qui les concernent. Ceux qui sont attachés aux principes véritablement démocratiques seront d’autant plus motivés à agir qu’ils auront saisi dans leur esprit et dans leur chair le pourquoi des actions qu’ils doivent entreprendre.

Pour aller plus loin, je vous invite à me suivre sur LinkedIn.

Vous pouvez aussi visiter ma chaîne (www.youtube.com/c/createursdefuturs), me soutenir, et me stimuler par vos commentaires critiques.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 31 août 17:17

    Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu !

    Que le grand cric me croque ou que le pangolin m’emporte !

    Ô putain ! Laissez-nous respirer merde !

    On est mortel, on le sait...


    • « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». Le climat n’est que le reflet du mental chaotique des humains....


      • @Wainting for my MAN Je connais quelqu’un de très haut placé au GIEC. Dire que sont père était psychanalyste. Il devrait se le rappeler de temps en temps....


      • Clocel Clocel 31 août 17:28

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Précepte hermétique, « correspondance », si je me remembre bien !

        Tu sais Mélusine, la planète, elle en a rien à foutre des humains, alors leur mental...
        Les parasites évacués, elle repartira vers d’autres beaux projets, sans nous, et,,, sans nos victimes.


      • Xenozoid Xenozoid 31 août 17:32

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        avec tout les commentaire de mélusine,il y certainement un puit sans fond plein de synchronisation....go with the flow

        She said "I’ll throw myself away, They’re just photos after all" I can’t make you hang around. I can’t wash you off my skin. Outside the frame, is what we’re leaving out You won’t remember anyway I can go with the flow But don’t say it doesn’t matter anymore I can go with the flow Do you believe it in your head ? It’s so safe to play along Little soldiers in a row Falling in and out of love With something sweet to throw away. But I want something good to die for To make it beautiful to live. I want a new mistake, lose is more than hesitate. Do you believe it in your head ? I can go with the flow But don’t say it doesn’t matter anymore I can go with the flow Do you believe it in your head ?


      • @Clocel quand les humains perdent la boule, c’est HAGARD DU NORD qui se venge. 


      • Jeekes Jeekes 31 août 17:43

        ’’Voulons-nous laisser l’ensemble des questions climatiques à une organisation internationale, le GIEC, certes animée des meilleures intentions ?’’

         

        Le GIEC, animé des meilleures intentions ?

         

        C’est la meilleure de l’année !

        De quoi foutre en l’air tout ce qui précède...

         


        • popov 2 septembre 03:37

          @Jeekes

          Le GIEC, animé des meilleures intentions ?

          C’était pas de l’humour ?

        • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 31 août 17:48

          « La population tremble »

          Non pas moi, je sais que l’humanité va traverser des temps difficiles, réchauffement ou pas.

          Mais je ne suis qu’un simple individu lambda parmi 8 milliards d’autres qui fait du mieux ce qu’il peut, et j’assiste d’année en année à une montée de l’anxiété au sein de la société sans que les concernés ne fassent l’effort de chercher à comprendre les sources des maux qui les accable et de faire une introspection d’eux-mêmes.

          « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets tout en chérissant les causes »

          Donc...ACTE


          • Nous sommes synchrones quand l’inconscient devient conscient. Il suffit de retrouver le fil d’ARIANE. 


            • Le monde avance dans le brouillard. Entre 7 et huit milliard d’aveugles...


              • On pardonnera à P. Fr.. Il est du signe de la vierge : des statistiques et des chiffres...


                • Désintox Désintox 31 août 18:55

                  Pas le temps de rédiger une réponse structurée à tous ces articles climato-négationnistes.

                  M’enfin... Les étés moins chauds, je n’avais pas remarqué !!!

                  C’est la meilleure de l’année !

                  À quand un article pour nous expliquer qu’il y a moins de sécheresses ?


                  • binary 31 août 22:12

                    @Désintox
                    cette année !


                  • popov 2 septembre 04:22

                    @Désintox

                    ...tous ces articles climato-négationnistes.

                    Faudrait une loi Gayssot de plus pour clouer le bec à tous ces « climato-négationnistes ».

                  • JC_Lavau JC_Lavau 2 septembre 10:13

                    @popov. Gayssot ? Tu oublies déjà Fabius et le CRIF.
                    Une loi contre l’incroyance ? Bin, le subdélégué à la province France l’a déjà évoquée : il a accusé les incroyants d’être responsables de millions de « réfugiés climatiques », dont justement les terroristes islamistes dont il a besoin pour nous terroriser tous.


                  • Jean-Pascal SCHAEFER Jean-Pascal SCHAEFER 2 septembre 14:48

                    @Désintox
                    Je comprends qu’il vous soit difficile de chercher à contrer tout ce qui se publie qui vient nier le changement climatique.
                    Comme vous avez lu l’article jusqu’au bout, vous avez vu l’essentiel.
                    Sur 3 villes françaises, donc à une toute petite échelle, j’écris et je montre, chiffres publics à l’appui, que le climat s’est réchauffé de façon régulière sur la saison hivernale.
                    Sur la saison estivale, le réchauffement a été très violent jusqu’à l’aube des années 2000. Et comme vous pouvez le voir sur les tableaux en lien, la tendance est plutôt à la baisse depuis 2003.
                    Concernant l’été 2020, j’attends la fin septembre pour publier mon analyse estivale.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 6 septembre 19:30

                    @Jean-Pascal SCHAEFER. N’oublie pas de nier tous les changements climatiques précédents, sinon ça vaut pas...


                  • Mais enfin PIERRE, le CARBONE, c’est l’oeuvre au noir en alchimie : Pierre F. holds a Chair in Mathematical Modelling of the Climate System at the University of Exeter. He is also, currently on leave, Research Director at the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), France.
                    He has 25 years research experience in the field of global carbon cycle modelling, global biogeochemical cycles and global climate change. In particular he developed dynamic global vegetation models (DGVM) in order to investigate the role of terrestrial ecosystems in the global carbon cycle at multiple time scales.
                    He was one of the first who used a terrestrial carbon cycle model to estimate the changes in land carbon content over glacial-interglacial cycles. He also showed that the current terrestrial carbon sink could not be explained solely by ecosystems response to atmospheric CO2.
                    More recently he highlighted the important coupling between climate change and the carbon cycle, developing a mathematical framework for the analysis of the climate-carbon cycle feedback.
                    He is actively involved in climate assessment through his participation in the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) since 1994. He was lead author for the IPCC Fifth Assessment Report for both Working group I and for the Synthesis Report.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 31 août 19:10

                      Les lois de la physique des gaz, du rayonnement, et de la nucléation des nuages sont des lois que les ayatollahs vert-de-gris n’ont point votées, et qu’ils considèrent comme abolies depuis la fondation de l’Intergovernmental Pack of Carbocentric Crooks (Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentriques en français).

                      Les lois de la dynamique de l’étoile variable la plus proche (celle autour de laquelle nous gravitons), y compris son champ magnétique, n’ont pas été mises au vote, car elles sont encore inconnues.

                      Les lois de la physiologie végétale, de la dynamique des sols et de l’écologie végétale sont simplement ignorées des ayatollahs sus-cités, aussi ils n’ont même pas pensé encore à les abroger. Dès qu’ils les connaîtront, bien sûr ils leur tordront le cou dans tous les media aux ordres. Et tout salopard de témoin gênant sera exécuté.

                      Heureusement le gouverneur de la province France a déjà posé une muselière à chacun. Silence dans les rangs !


                      • popov 1er septembre 15:45

                        Je vis dans un endroit où il fait au moins 7°C de plus en moyenne qu’à l’endroit où je suis né et je m’en félicite tous les jours.

                        Alors l’augmentation de quelques degrés annoncée par le GIEC pour 2100 et par des algorithmes qui se sont toujours révélés inadaptés dans le passé, je m’en tape.

                        Et on ne me fera pas croire qu’on peut contrôler la température de la terre en contrôlant la quantité de CO₂ émise par les activités humaines. Le climat de la terre dépend de facteurs sur lesquels nous n’avons aucune prise.

                        Au cas où on constaterait une évolution du climat mettant en danger des populations dans certaines parties du monde, il vaudrait mieux voir comment utiliser la technologie existante pour aider ces populations à y faire face plutôt que d’essayer d’enrayer cette évolution comme les Don Quichotte du GIEC le préconisent.


                        • JC_Lavau JC_Lavau 1er septembre 19:37

                          @popov. Don Quixotte était sincère dans sa folie. Les escrocs du Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentriques sont mandaté et payés pour mentir aux peuples.
                          Et ils savent qu’ils fraudent et mentent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité