• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Combien de locomotives pèse un cirrus ? (partie 1)

Combien de locomotives pèse un cirrus ? (partie 1)

Mais comment peut-on être cirrus, voire cirrostratus ?

 

Dans un premier temps on va se contenter de l’atmosphère-type :

15°C au niveau de la mer, et un gradient thermique de – 6,5°C par kilomètre, jusqu’à la tropopause-type de -56,5°C à 11 000 m. La température-type est donc de -40,25°C à 8 500 m. A cette température, il est encore, et de justesse, nécessaire d’un germe pour obtenir une précipitation en glace d’une vapeur sursaturante.

A cette altitude, la pression-type est alors de 332 hPa par interpolation tabulaire linéaire.

Plus précisément 33 113 Pa par la formule :

Cette dernière valeur, 331 hPa, est plus correcte en raison de la concavité de la courbe de pression selon l’altitude, que l’interpolation linéaire négligeait.

 

Tandis que la pression de la vapeur saturante par rapport à la phase glace est de 12,490 Pa à -40,25°C.

 

Quelle est la valeur en eau, en g/m³, de la vapeur saturante à cette altitude, en atmosphère-type ?

Que devient le volume molaire de la vapeur d’eau à cette température et cette pression ?

= 155 039 litres/mol = 155 m³/mol.

Or une mole d’eau pèse 18,0153 g,

D’où valeur en eau de cette vapeur saturante à 8 500 m : 18,0153 g/mol / 155 m3/mol = 0,116 g/m³.

 

Recoupement avec les valeurs en eau condensée d’un cirrus : mettons que 5 % de sursaturation se soit condensé, soit 5,8 mg/m³.

 

Évaluons à présent la section d’une traînée de condensation devenue persistante (de celles qui excitent tant les complotistes maladifs) :

Un demi-degré de large fait 0,00873 radians. Vu à la distance de 10 km, cela fait une largeur de 873 m.

Ce qui est amplement plus large que l’envergure d’un Airbus A 320, que nous allons prendre pour un avion-type : 35,8 m.

L’épaisseur-type d’un cirrus étant de 300 m seulement, allons-nous limiter à 300 m l’épaisseur d’un tel cirrus ? Oui pour des raisons diplomatiques, mais bien peu raisonnable en fonction de ce que nous savons de la perturbation verticale par les vortex d’ailes, dont j’ai publié des exemples dans les annexes de révision du manuel.

Fixons donc la section du cirrus à 873 m * 459 m = 400 000 m².

Soit par longueur d’un mètre, 400 000 m³, de valeur en eau de vapeur saturante = 46,48 kg.

 

Or combien cet avion émet de vapeur d’eau, pour parcourir ce mètre ?

Assez difficile de découvrir les chiffres. Voici pour un moteur CFM : 14 g/kN/s, d’où pour la poussée maximale, de 130 kN : 1820 g/s.

Il faut donc trouver le chiffre de poussée en croisière. Compte tenu des exigences de sécurité au décollage puis en vol d’altitude en cas d’avalage d’oiseau par un des deux réacteurs, mettons que ce soit le tiers de la poussée maximale. Il reste 97,5 kN pour l’avion entier en altitude.

D’où consommation de kérosène = 1 213 g/s.

Cela à une vitesse de 829 km/h = 230 m/s, soit 5,28 g/m.

A recouper avec l’autonomie et l’emport de fuel :

6 000 km pour 30 000 litres, soit 5 l/km ou 4 kg/km ou 4 g/m.

Mon estimation par la poussée était donc pessimiste. On retient toutefois qu’il s’agit bien de 4 à 5 g de kérosène par mètre parcouru en altitude. Ce qui donne combien en eau produite ?

 

L'équation chimique de la réaction s'écrit :

2 C10H22 + 31 O2 → 20 CO2 + 22 H2O
284 g kérosène → 396 g eau,
D’où l’estimation, 4,5 g/m de kérosène font 6,27 g/m d’eau.

Soit 1,3 pour mille de la valeur en eau saturante de la section de l’éventuelle traînée de condensation persistante.

 

C'est en tout cas extrêmement peu, par rapport aux causes météorologiques de variations de la sous-saturation ou de la sursaturation. Présence d'un front chaud par exemple, qui en soulevant de l'air chaud sans germes, peut le mettre en sursaturation, qui serait restée plusieurs heures invisible sans les germes de condensation générés par un avion.

 

A présent, je vais comparer la masse d’un cirrus long de 15 km, sensiblement ce qu’on peut embrasser du regard depuis le sol, à des locomotives.

400 000 m2 * 15 km = 6 km³.

A raison de 5,8 mg/m³, cela fait un cirrus de 34 800 kg, 34,8 tonnes d’eau condensée en glace, très proche d’un Airbus A 320 entier à vide.

Non, ce n’est pas une grosse locomotive à vapeur (la 141 R pesait 116 tonnes, 191 tonnes avec son tender plein ; la 242 A1 pesait 148 tonnes en service), à peine un petit locotracteur à deux essieux tels que les Y 7100, ou l’antique 030 TA de manœuvre. C’est cela la haute altitude pour les nuages.

Sauf que l’avion sur ces 15 km, n’a brûlé que 4 à 5 g/m de kérosène, produisant environ 94 kg d’eau en tout.

Le cirrus ainsi évalué est 370 à 400 fois plus lourd que ce que l’avion a laissé derrière lui.

 

Remarquez, si vous préférez considérer qu’on embrasse du regard un cirrus persistant de 30 km, s’il est un peu plus loin et non plus à la verticale, cela fait une modeste locomotive diesel-électrique à tout faire, la 040 DE, rebaptisée depuis BB 63000, et ses successeurs encore en service, de 68 à 70 tonnes.

Comparons ces masses de nuage à celle de l’avion :

37 tonnes à vide, masse maxi au décollage (dépend de la température, de l’altitude, de la vitesse du vent, de la longueur de piste…) : 66 à 78 tonnes.

 

Or la bande de complotistes aussi paranoïaques et violents que nuls en physique de l’atmosphère prétend que ces cirrus, le jour où ils sont persistants, seraient « la preuve » d’épandages ultra-clandestins et malveillants, impliquant toute l’aviation civile. Ils n’ont jamais réussi à décider quel serait ce mode d’épandage éventuel, ni le mobile, ni la substance.

Ici, je n’ai pratiquement jamais de cirrus d’avion persistants : je n’ai pas les conditions atmosphériques requises, c’est à dire de l’air en sursaturation à l’altitude où passent les jets.

En revanche on sait très bien le mobile de la C.I.A. quand elle alimente et dirige discrètement le délire des complotistes les plus niaiseux :

http://lesakerfrancophone.fr/la-pravda-americaine-lassassinat-de-jfk-premiere-partie-que-sest-il-passe

 

 

D'un ironiste :
Vous êtes bête avec vos nuages de trente-cinq tonnes... Qui ici a déjà vu un trente-cinq-tonnes flotter en l’air ? Passez votre permis PL et on en recause.

On reprend à la base.

https://livre.fnac.com/a6663210/Jean-Pierre-Chalon-Combien-pese-un-nuage

Un cumulus humilis de beau temps.
Valeur en eau condensée : 0,25 à 0,3 g/m3.
Un kilomètre de côté, 300 m de haut ==> 75 tonnes.

Un cucon (cumulus congestus) : 0,5 g/m3, 2 km de côté, 5 km de haut : 9 000 tonnes.
Soit 47 locomotives 141 R avec le tender plein.

Un cunimb : 1,5 g/m3 voire le double.
3 km de côté, 8 km de haut ==> 108 000 tonnes d’eau condensée.
Un beau grand minéralier, voire un pétrolier.


L'ironiste à nouveau :
Encore un effort et vous nous raconterez que l’air pèse cinq millions de milliards de tonnes. Attention hein ! Nous sommes sur le site de la science citoyenne !


Affirmatif : 5,1480 × 1018 kg

Il reste que la masse d’un cirrus est constitué de glace, et pas de poudre de Perlimpimpin.
Et seule la sursaturation de l’air ambiant peut fournir cette masse.
Par km de cirrus persistant derrière une traînée d’avion, le poids de la glace est environ le 1/15 de la masse de l’avion à vide ; et un moyen-courrier parcourt beaucoup plus que 15 km en altitude.

Et cette masse de cirrus durable représente toujours de l’ordre de 400 fois la masse de vapeur d’eau laissée par l’avion, qui dans tout les cas, condense dans l’air froid d’altitude.

Sauf que ça ne marche QUE dans une couche d’air sursaturée, qui attendait des germes pour cristalliser en glace l’excédent de vapeur.

Ah oui c’est vrai, ces niais là prennent la buée pour de la vapeur, et la vapeur pour de la buée... Infoutus d’avoir appris la différence.
 

A suivre.
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 4 juillet 17:34

    Il a été observé que les valeurs finalement exhibées ne sont que des ordres de grandeur.

    J’ai juste tenu à ne pas ajouter d’erreurs d’arrondi en plus.
    On retiendra seulement que la masse condensée dans un cirrus persistant est de deux à trois ordres de grandeur au dessus de la masse d’eau laissée par les réacteurs d’un avion derrière lui.

    • amiaplacidus amiaplacidus 5 juillet 19:11
      @JC_Lavau

      J’apprécie votre article qui remet les pendules à l’heure. Cela dit, les complotistes divers et variés n’en tiendront aucun compte, au contraire, vous faites maintenant partie du complot.

      Si vous le permettez, une remarque. Vous parlez d’ordre de grandeur, c’est, à mon avis, une erreur. Vos valeurs ne sont certes pas exactes, mais totalement comprises dans un ordre de grandeur.

      Un ordre de grandeur, c’est un facteur 10, par exemple : 5, 50 ,500 ...

    • popov 6 juillet 01:53

      @JC_Lavau

       
      Bonjour et merci pour les calculs.
       
      Un petit « abstract » au début de l’article aurait été bien utile pour savoir dès le départ où vous vouliez en venir.

    • Yanleroc 6 juillet 08:46

      @popov, c’ est bien la question !


    • tiers_inclus 4 juillet 18:05

      Intéressant mais fastidieux car bachoteux. Plus d’assertivité et de synthèse accroîtrait l’assiduité de vos lecteurs potentiels. Certains détails ou rouages peuvent être développés en réponse à des objections ou demandes de précisions éventuelles.

      Qui plus est lors d’une démarche si peu poétique qui se propose de donner de la masse aux nuages !


      • JC_Lavau JC_Lavau 4 juillet 20:43

        @tiers_inclus. On peut croiser avec des chiffres de pluviométrie.

        Prenons un épisode pluvieux comme j’en ai vu un ce printemps : 60 mm d’eau en 40 h.
        Comparé à certains épisodes cévenols, c’est modeste. Sur Alger, c’est assez pour déclencher des glissements de terrains avec plusieurs familles ensevelies.

        Pour attribuer la chute à un seul nuage à la fois, limitons nous à deux-heures de la pluviosité moyenne, soit 3 mm, ou 3 000 g / m² ou 3 kg / m². Mettons que ce nuage totalisait 6000 m de haut, cela lui fait 0,5 g / m^3 de valeur en eau moyenne. Je suis débonnaire : j’ai attribué la valeur condensée moyenne d’un cucon, et pas d’un cumulonimbus.

      • mmbbb 5 juillet 11:49

        @JC_Lavau je vais aller en montagne Je penserai a vous Mais la ce ne sont pas des cirrus Lorsqu il y a des épiphénomènes climatiques cela donne des deluges Le camping a Ristolas dans le Queyras avait ete emporte Le guil ( torrent alpin ) pourtant en contrebas a 4 metres et de nature paisible dont les rumeurs sont contenu par une digue en pierre Neanmoins il avait gonfle subitement lorsqu un violent orage eclata Des locomotives d eau tombèrent par milier Je connais bien cette region Quant a votre article ( j ai suvorle ) vous devriez modifier vos equation En effet Cheverny et Doctorix prétendent que les avions sont des vecteurs de chemtrails Doctorix prétend que du lithium est ajoute au kerosene Cheverny s etait montre tres menaçante , les détenteurs de la verite n aiment pas trop la controverse Mais bon ce brave Doctorix veut nous faire accroire que l on peut bricoler un avion comme sa mobylette , on peut etre diplome et être obtus .


      • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 12:46

        @mmbbb. La Ch*v*rn*y a le pouvoir d’éradiquer 80 commentaires d’un coup.

        Il est comme cela, le Parti Intérieur de Gorgonavox.
        Le propriétaire a recruté des kapos bénévoles, qui travaillent pour leur narcissisme.

      • Yanleroc 5 juillet 13:37

        on peut être diplômé et être obtus .

        Ce n’ est pas moi qui le dit !

        Quid des quadrillages à angles droits, que j’ ai pu observer de nombreuses fois ici ?..
        Quid de tes calculs pour expliquer des traînées à 6000 m ?..
        Conférence de Marc FILTERMAN aux 17e Universités de l’Environnement et de la Santé : Inventaire historique des actions de manipulation climatique et épandages aériens aujourd’hui reconnus : Amérique, Europe, Chine, Russie …
        • Propos contradictoires dans les rapports du GIEC : aveux sur la réalité de la gestion du rayonnement solaire en cours 
        • Inventaire des techniques de la géo-ingéniérie
        • Liste détaillée des carburants de l’aviation
        • Rapport Case Orange 2010 (brochure 70 pages) . Rapport exhaustif sur les traînées de condensation de tous les avions (pas seulement l’aviation civile) effectué par des spécialistes de l’aéronautique, belges et hollandais, présenté par le Pr Coen Vermoreen, de l’Université de Delft (Pays Bas).
        Et surtout, l’ excellentissime livre de Claire Séverac : « La guerre secrète contre les peuples«  décédée depuis (assassinée comme elle le pensait et s’ en était confiée à une amie ?..)

        Lavau, (bonjour) tu ne cherches pas dans la bonne direction..
        ( j’espère que tu n’ auras pas l’ outrecuidance de me censurer !! je ne le pense pas en vérité, mais cesse tes insultes quand-même envers les soi-disant complotistes déjantés. Tu comprends bien que rien de bon ne peut sortir de ces échanges si tu es d’ emblée dans le mépris ! )

      • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 14:01

        @Yanleroc. N’hésite pas à chiffrer le tonnage de ces suies, par kilomètre parcouru.


      • Yanleroc 5 juillet 14:30

        @JC_Lavau, c’ est pas mon job !


        « Les chemtrails ?, ça n’existe pas !!! »

        Case Orange est le nom d’un rapport scientifique, élaboré par une équipe ‘d’experts‘ (internes), qui ont estimé qu’il est temps de dévoiler au public les faits réels concernant ces traînées de condensation des avions que l’on nommechemtrails.L’identité des auteurs n’est pas dévoilée, mais toutes les données peuvent être contrôlées via les renvois en bas de page et toutes les affirmations sont étayées par des annexes détaillées. Ce rapport prouve essentiellement et sans démenti possible que des épandages sont réellement effectués partout dans le monde, depuis de nombreuses années et mis en action par les Etats-Unis.

        Case Orange a été présenté au Symposium International de Gand, organisé par le Belfort Group, le 29 mai 2010. L’on peut écouter les orateurs sur le site suivant :http://www.ustream.tv/channel/belfort-test

        Le document comprend un texte de base de 70 pages et de 230 pages d’annexes. Il peut être téléchargé sur le site suivant :http://www.belfort-group.eu/sites/default/files/page/2010/05/COpart1.pdf

        Définition des termes

        Contrails (condensation - trails = traînées de condensation) : il s’agit de la condensation de la vapeur d’eau émise dans les gaz d’échappement des avions.
        . Leur formation dépend et de l’altitude et de la température (aussi pour les moteurs à hélice). Caractéristique : EPHEMERE. Les avions actuels, équipés de moteurs plus puissants génèrent des traînées plus persistantes sur des longueurs de 30 à 40 km.

        Distrails (dissipation – trails = dispersion) : ce sont des tunnels qui se forment lorsqu’un avion vole à travers un nuage. Les gouttelettes d’eau se transforment en vapeur d’eau.

        Chemtrails (chemical – trails = traînées chimiques) : il s’agit de traînées d’avion délibérément provoquées par épandage à des fins militaires ou politiques.. Elles sont plus persistantes (durent des heures et se déploient)

        . En quadrillant, de grandes surfaces peuvent être couvertes. Officiellement, les Etats nient leur réalité sauf l’URSS et la Chine.

        . Justification : influencer le climat et plus particulièrement favoriser ou éviter les précipitations = ‘cloudseeding‘ (ensemencement de nuages )



      • Yanleroc 5 juillet 14:31

        ContrailsLes météorologues, climatologues, météorologistes et Responsables dans le milieu de l’aviation nient l’impact des contrails sur le climat.Il n’existe que des ciels voilés ‘naturels‘. Ces traînées n’ont, selon eux, aucun effet sur le temps et ne sont que des phénomènes ‘esthétiques’.Composition des contrails : dioxyde de carbone (CO2) – vapeur d’eau - Oxydes d’azote (NOx) - dioxyde de soufre (SO2) – suie.

        Composition des carburants. Civil : 50 substances chimiques dont l’éthylène, le formaldéhyde, l’acétylène et le propène.

        Militaire : Le carburant est différent et breveté parce qu’il contient des additifs en relation avec le ‘point d’inflammabilité’ (point plus élevé), la stabilité thermique, l’encrassement par des résidus de coke, etc… Il contient un lubrifiant supplémentaire.Ce carburant provoque plus d’émissions de gaz.Réclamations de la part du personnel : maux de tête, nettoyage laborieux des éclaboussures.

        Il existe des limitations aux émissions, mais :. Elles s’appuient sur des rapports, établis par les firmes mêmes qui construisent les moteurs.

        . L’Instance qui centralise ceci n’est pas contrôlée par les pouvoirs publics.. Les avions militaires sont exclus des normes.. Les recommandations ne sont pas toujours traduites en lois et sont donc non contraignantes.

        . Les avions-citernes KC135 (= équivalent du Boeing 707) et les bombardiers posent problème. Leurs émissions de gaz sont 1200% supérieures pour le CO2 et 30% supérieures pour le NO si on compare ces valeurs aux normes de référence ! En d’autres mots : les contrails (« normaux ») sont déjà source d’une sérieuse pollution !

        Mais ce n’ est pas tout !



      • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 14:46

        @Yanleroc. Wi, mais le tonnage d’imbrûlés, les suies par km ?


      • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 16:11

        284 g de kérosène font 240 g de carbone.

        Un pour mille d’imbrûlés en suie font 2,5 g de suie au km pour un Airbus A 320.
        Or, les jours où le cirrus de condensation est persistant et attire ton regard, ce cirrus pèse au moins dans les 2 tonnes au km.
        Oserais-tu comparer 2,5 g à deux tonnes ? Ta secte te le permettrait-elle ?

      • Yanleroc 5 juillet 21:57

        @JC_Lavau

        Ton tonnage d’ imbrûlés ne pèse pas lourd face à l’ énumération ci-dessus !!

        Pour le reste tu te débrouilles, je n’ ai pas envie de faire des maths ce soir,
        ni demain je pense.
         
        Tu sais pourtant à quel point j’ aime la Science surtout quantique, en néophyte, et à quel point je suis attaché à ce que les ponts soient jetés. 

        Ta secte te le permettrait-elle ?
        Personne ne me dit ce que je dois penser et dire, rassures toi ! (il(s) prendrai(en)t des risques..)
        Comme toi, je suppose.
        Sinon, bonne lecture et bonne soirée et bons calculs !

        Sinon, bien sûr, je n’ oserais pas comparer 2,5g à 2 tonnes !! Bien sûr que non !
        (à moins qu’il n’y ait un bug dans tes calculs..)
        Et quelle est la conclusion finale, en clair, très clair, de ton exposé, afin que les plus cons comprennent vraiment, où est le problème, réel que tt le monde comprend ?


      • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 22:10

        @Yanleroc. As tu lu l’article donné en lien ?

        http://lesakerfrancophone.fr/la-pravda-americaine-lassassinat-de-jfk-premiere-partie-que-sest-il-passe

         

        La C.I.A. a inventé l’insulte « complotiste » et s’en sert abondamment. Tu n’as pas compris son jeu quand elle dirige les aspirants-complotistes vers les délires les plus ridicules, afin qu’ils ridiculisent non seulement eux-mêmes, mais par halo tous ceux que la C.I.A. et les media aux ordres désignent comme « complotistes ». C’est la guerre médiatique.


      • Yanleroc 6 juillet 09:04

        @JC_Lavau, 


        wi l’ accusation de complotisme a été inventée pour discréditer, 
        mais ne va pas jusqu’ à penser que c le cas des CT ! 
        La Terre Plate, creuse au centre sans doute, certaines déclas aussi, mais finalement, je n’ en vois pas tant que ça..(les zitis, c prouvé..l’ énergie libre de Tesla aussi, Hutchison qui a poursuivit ses travaux aussi..les Reptiliens..ça dépend de ce qu’ on entend par là...)
        Critique de l’ effet Hutchison
        Extrait Wiki : L’énergie nucléonique est un concept technologique créé par l’autodidacte et inventeur Mel Winfield. Il s’agit de l’énergie tirée du moment angulaire des nucléons (protons et neutrons) au sein du noyau de l’atome. Alors que la gravité force les nucléons à orienter leur axe de rotation vers le centre de la Terre, l’énergie nucléonique permet de renverser cet axe ou de le diriger dans n’importe quelle direction, afin de produire le mouvement désiré. On permet ainsi à l’effet Magnus d’agir sur les nucléons, ce qui est censé produire la lévitation.

        L’ effet Hutchison


      • JC_Lavau JC_Lavau 6 juillet 13:12

        @cassini.Je me posais aussi la question des mobiles de ceux qui fabriquent des « photos » de soucoupes volantes nazies, et racontent qu’elles ont été cachées en Antarctique par un porte-avion non moins nazi.

        Le mobile, et leur financement.

      • JC_Lavau JC_Lavau 6 juillet 18:44

        @cassini. Non ! Le mobile et le financement de ceux qui montent ces énormes bobards, c’est ça qui pose question.


      • JC_Lavau JC_Lavau 6 juillet 22:35

        @cassini. J’ai plus de respect que cela pour les cibles.


        J’avais hésité à faire le mémoire mineur sur le cas du pépiniériste de Crawdon, qui s’était entiché de littérature complotiste, Haarp, et les soucoupes volantes nazies...
        J’ai changé d’avis à temps.
        Ce pépiniériste était d’entendement bien limité, très facile à dominer par les féminazies.
        Etudier son cas et ses manipulateurs aurait été entièrement extérieur, alors qu’on demandait un travail réflexif.

      • JC_Lavau JC_Lavau 6 juillet 22:59

        @cassini. Dans le genre misandre forcenée, voir aussi Michèle Dayras.
        En France, celle-là.


        Mais on s’égare bien loin du sujet. Le seul lien est la paranoïa de ces sectes.

      • Alex Alex 4 juillet 18:49

        Si j’ai bien compris, percuter un cirrus revient à percuter une locomotive...

        J’en frémis rétrospectivement, pour en avoir « cogné » de très nombreux.

        • JC_Lavau JC_Lavau 4 juillet 18:53

          @Alex faisoit de l’asne pour avoir du bren.


        • Alex Alex 4 juillet 21:10

          @JC_Lavau
          Pour vérifier que le calcul de pétrole à embarquer ne présentait pas de grosse erreur, on comptait une conso de 10 tonnes par heure sur 747, soit environ 12 g/m (80 t sur un Paris-New York).

          Il ne vous aura pas échappé que les cirrus se trouvent en général à l’avant d’un front chaud, ce qui ne saurait être un hasard, et justifierait donc un autre chapitre sur le réchauffement provoqué par la CIA...

        • JC_Lavau JC_Lavau 4 juillet 22:24

          @Alex. 153 à 220 tonnes à vide selon les versions. Donc 4 à 5 fois plus lourd.

          Aurais-je surestimé les consommations de l’Airbus 320 ?

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 06:50

          @Alex

          Rhaaa le 747 ...putain de machine...on en voit plus...sniff


        • Alex Alex 5 juillet 13:28

          @JC_Lavau
          Je pense que la consommation de l’A320 doit se situer aux environs de 3g/m, mais cela ne change pas le résultat de votre démo.


        • Alex Alex 5 juillet 13:30

          @Aita Pea Pea
          Oui, jolie machine, et plein de bons souvenirs un peu partout sur la planète !


        • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 13:37

          @Alex. Si, ça prouve que la contribution nette de l’avion à la masse des cirrus persistants, est encore plus basse. Donc que les croyants aux « chemtrails » sont encore plus fous.


        • Yanleroc 5 juillet 14:14

          @JC_Lavau
           Donc que les croyants aux « chemtrails » sont encore plus fous.

          Ben voyons !
          Je suis fou, JPP est fou, DocX est fou, Nicole est folle, les deux Claire aussi, etc..
          Pourtant c’ est toi qui t’ inquiétait de savoir si je te prenais pour un fou, tantôt !

          Tu nous fais de jolis calculs que la plupart ne comprennent pas, par manque de pédagogie et de clarté, mais je reste persuadé que tu n’ as pas consulté Tout ce qui se trouve sur Acseipica par ex.
          Comment peut-tu nier la Géo-ingénierie alors que Poutine en a fait état à propos des Ricains en Syrie, qu’ elle a été utilisée contre le VietCong (agent orange), ainsi que la Chine et Russie pour faire neiger, pleuvoir, ou « nettoyer le ciel » !

        • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 14:20

          @Yanleroc. Le tonnage des suies de réacteur par kilomètre, ça vient ?


        • Yanleroc 5 juillet 16:26

          @JC_Lavau, quand tu arrêteras de zapper les docus !

          Tu ne crois tt de même pas être le seul scientifique qui se soit intéressé au problème !

        • JC_Lavau JC_Lavau 5 juillet 16:31

          @Yanleroc. On a déjà été confrontés aux témoins de géotruc, alors une secte de plus ou de moins, quelle importance, quel intérêt ?


        • Yanleroc 5 juillet 18:31

          @JC_Lavau, tu es très décevant..et insultant !



          « Il n’empêche que la réalité est là, les spécificités physiques sont irréfutables (impossibilité de contrails à température supérieure à -40°C, ET taux d’humidité inférieur à 70% - données vérifiables sur le site de la NASA). Si vous cherchez un peu dans les données de relevés à hautes altitude, vous verrez que ces 2 conditions simultanées sont rarement réunies, notamment en été. »

          Tu confirmes ?..


          Courant 2000, l’ ingénieur Peter Cordani a déposé le brevet suivant :

          La méthode consiste a disperser une variété spéciale d’acrylamide en poudre capable d’absorber 300 fois son volume d’eau, dans les cumulus pour provoquer la pluie.
          Le point de fusion des acrylamides est de 86 degrés C, et il se produit une polymérisation très rapide.
          La poudre est larguée sous l’ avion par la soute et se retrouve brassée dans le sillage de l’avion,dans les gaz d’échappement.


        • rhea 1481971 4 juillet 18:50
          • Moi je me pose la question, comment on fait les américains pour la
          • première bombe atomique, la désintégration de la quantité de
          • d’uranium est fonction de la quantité uranium dans le corps humain
          • 0,000056 gramme. Il fallait des expériences sur des humains pour
          • connaitre a cette époque cette quantité. Les historiens ne nous
          • parlent pas des possibles communications entre ennemis.

          • JC_Lavau JC_Lavau 4 juillet 18:58

            @rhea 1481971. Je vois : c’est le fou qui se plaint que ses articles de numérologie sont refusés.


          • Bernie 2 Bernie 2 4 juillet 22:02

            Kamoulox ?


            • Bernie 2 Bernie 2 4 juillet 22:15

              @Bernie 2



              Oups, j’avais pas bien lu, les calculs sont basés sur un CFM-56, je raisonnai à base de Trent 900 sur un A380.Satanées normes anglaises. Les tenants et aboutissants ne pouvaient concorder bien évidemment.

              Maintenant, c’est beaucoup plus clair... ou pas.

              Y a une partie 2 à venir ? On calcule plus par rapport à la loco (motrice en langage ferroviaire) mais en wagons ? (voitures en langage ferroviaire )

            • nono le simplet nono le simplet 5 juillet 02:29

              science sans conscience n’est que ruine de l’âme

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès