• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Cyber Clean Up Day : une journée pour éradiquer la Pollution (...)

Cyber Clean Up Day : une journée pour éradiquer la Pollution Numérique

 

Le 19 septembre 2020, nettoyons nos données. Le Cyber Clean Up Day tend à sensibiliser les internautes aux impacts environnementaux du numérique. 

Nettoyer ses données en ligne pour minimiser l'impact environnemental du numérique

Vous connaissez sûrement le World Clean Up Day, cette journée durant laquelle les citoyens se rassemblent pour ramasser les déchets des plages, parcs, lacs et forêts. Dans un contexte alliant réchauffement climatique et crise sanitaire, un nouveau concept fait son apparition : le Cyber Clean Up Day. Décryptons cette action aussi ambitieuse que nécessaire. 

Mettre fin à l’impact désastreux du numérique

Envoyer un document par mail à son collègue. 

Partager ses photos de vacances sur Facebook. 

Stocker des documents sur le cloud «  au cas où  ».

On le fait tous, sans vraiment y penser. Sans se rendre compte que ces actions, mises bout à bout, ont un impact énorme sur le réchauffement climatique.

 

  • La consommation d’énergie liée au numérique grimpe de 9 % par an. Ce secteur consommerait aujourd’hui 10 % de l’électricité mondiale. 

  • La capacité de stockage mondiale risque de doubler entre 2018 et 2023.

  • 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales étaient imputables au secteur du numérique en 2013. 

 

Oui, vous avez bien lu. Chaque donnée stockée ou envoyée sur Internet pollue. 

L’explosion du numérique ne se fait pas sans sacrifices : d’énormes data centers tournent jour et nuit pour que nous puissions retrouver sans peine la photo de mariage publiée sur Facebook il y a 3 ans. 

Ces machines stockent tout, même ce dont nous n’avons pas besoin. Du moins, tant qu’on ne leur dit pas d’arrêter…

Réchauffement climatique et crise sanitaire : au carrefour de ces enjeux est né le Cyber WCUD

Une journée pour minimiser la pollution numérique : voilà l’objectif ambitieux de la journée du nettoyage virtuel. 

Dans un contexte de prise de conscience généralisée, l’impact environnemental du numérique passe encore inaperçu. Il devrait pourtant être au cœur de nos réflexions !

Le mouvement du World Clean Up Day (WCUD) s’adapte alors à l’actualité. Puisque nous ne pouvons nous rassembler, au risque de transmettre la Covid, nous nettoierons les déchets en ligne.

Cyber Clean Up Day : une journée pour faire le tri

Le 19 septembre, nettoyons nos données. Voilà le crédo de cet événement hors du commun.

Vous souhaitez participer au Cyber Clean Up Day ?

  • Ouvrez votre logiciel d’email, et faites le tri ! Jetez les messages inutiles de la boîte de réception. Videz également les messages envoyés, publicités, archives, corbeille, etc. Supprimez en priorité les courriers avec une ou plusieurs pièces jointes. 

  • Opérez de la même manière sur votre stockage en ligne (Cloud, Google Drive, Sharepoint, etc.) Fichiers inutiles, doublons, anciennes versions… Tout part à la poubelle.

  • Faites ensuite le ménage sur vos réseaux sociaux. Les publications obsolètes et anciennes photos n’ont pas à être sauvegardées indéfiniment. C’est particulièrement vrai pour les particuliers, qui n’entretiennent pas une image de marque. Gardez éventuellement les posts qui vous semblent précieux et supprimez les autres.

  • Pensez également à vos messageries en ligne, sur les réseaux sociaux ou Whatsapp par exemple. Supprimez les flux de conversation dès que possible. Nettoyez en particulier les photos ou vidéos, stockées en ligne sur le compte de chaque émetteur et récepteur ! 

  • Enfin, sensibilisez votre entourage et accompagnez-les dans la démarche.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez organiser un événement local, interpeller une association de votre ville ou sensibiliser votre entreprise à l’impact environnemental du numérique. 

Un événement organisé par l’Institut du Numérique Responsable

C’est l’Institut du Numérique Responsable (INR) qui est à l’origine de ce projet. Sa mission ? Accompagner toute démarche, individuelle ou collective, de réduction de l’empreinte numérique. 

Cette association a créé le premier Label Numérique Responsable. Elle est aussi responsable d’un réseau d’expertise sur l’impact des usages informatiques. Ses membres diffusent les bonnes pratiques auprès d’entreprises, associations et collectivités.

 

Pour en savoir plus

Prendre conscience de la pollution numérique (source de l’article) : https://theshiftproject.org/article/pour-une-sobriete-numerique-rapport-shift/.

En savoir plus sur le Cyber WCUD : https://cyberworldcleanupday.fr/.

Soutenir l’Institut du Numérique Responsable : https://www.helloasso.com/associations/institut-du-numerique-responsable/adhesions/institut-du-numerique-responsable-2.

 

Bérénice Bieuville

Rédactrice web SEO

Au service des entreprises du changement.

Spécialisée dans l'écologie et le bien-être. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 10 septembre 15:39

    En pleine installation de la 5G énergivore au possible qui va faire grimper le stockage de manière exponentielle dans les boites qui vont exploiter le business, vous venez faire chier le particulier avec sa boite Mail !?!?

    Seriez pas de Gôche, vous ? smiley


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 16:11

      @Clocel

      C’est que non seulement il faut se faire niquer, mais il faut le faire avec mauvaise conscience, en étant convaincu d’être coupable. Cette position de vie ’xistait bien avant que la gauche ne soit inventée (avant d’opérer un mutation dégénérative sour le forme de gôche). 
      Ça se formulait ainsi : « Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends lui aussi la gauche ». Ah oui, déjà la gauche, en fait.


    • Clocel Clocel 10 septembre 16:32

      @Séraphin Lampion

      Ce pauvre vieux Jésus... Avec tout ce qu’on lui a foutu sur le râble depuis, le souvenir de sa croix doit lui être agréable.
      Je ne suis pas croyant mais je ne peux pas m’empêcher de le trouver sympathique...
      Un dissident, dans cette tribu, c’est rare...
      Le christianisme méritait mieux que ce que l’église en a fait...
      J’ai lu l’évangile selon Thomas dernièrement, c’est court mais édifiant.


    • Albert123 10 septembre 18:10

      @Clocel

      « Seriez pas de Gôche ? »

      ça se flaire à 200 mètres la gauchiasse,

      Les anglicismes à la con sont un marqueur et ils nous ont déjà bien casser les burnes avec leur « cluster » 

      La tabula rasa permanente, car la gauchiasse aime réécrire l’histoire alors effacer le passé (et donc nos copies numériques de sauvegarde) ça c’est tout bon pour eux.

      La culpabilisation des particuliers pour mieux laisser tranquille le grand capital apatride.

      le fait de supposer de tous les autres qu’ils partagent vos propres tares (et non pas de photos de mes vacances sur fb, pas de mail au collègue au bureau d’a coté et aucun cloud de mon coté).

      l’argument bidon du collabo avec la peur du covid mis en avant.

      bref déjà 5 marqueurs dans cette tribune écolo bobos gauchistes, de vrais détraqués donneurs de leçon futurs nazillons qui s’ignorent.


    • binary 10 septembre 16:41

      l’Institut du Numérique Responsable (INR)

      a décidé de lutter contre le gaspillage numérique , mais n a curieusement rien prévu pour la lutte contre les giga tonnes de gaz à effet de serre émis par les serveurs des cartes bancaires.

      https://institutnr.org/adherer-inr


      • Septime Sévère 10 septembre 19:34

        L’écologie jusqu’à présent se contentait de nous vouloir immobiles, comme nos quadrisaïeux cloués dans leur village. 

        Au moins aurait-on en compensation de moins de déplacements physiques, tous les déplacements virtuels possibles ? toute la culture et toute la connaissance sous les doigts ? 

        Non !

        L’écologie nous veut ignares par-dessus le marché ! 

        L’écologie : smiley


        • Clocel Clocel 10 septembre 20:36

          @Septime Sévère

          Le con se manipule mieux, c’est incontestable, sinon à quoi bon garder une coûteuse éducation nationale ?

          Quelques bons programmes TV dédiés pour les maintenir dans leur crasse, et anda les sophistes n’ont plus qu’à dérouler le tapis à nos archontes.

          C’est assez grossier finalement, mais intemporel et irrésistible, surtout pour les leaders écolos qui sont de purs produits de la com, pas la peine d’aller s’emmerder à se bricoler un CV dans les « grandes écoles ».

          Écoutez la rhétorique d’un Cohn Bendit... Que dire !?


        • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 08:45

          Bientôt 2022 le numérique va se déchainer a cause des partis politiques qui vont venir nous polluer ....


          • babelouest babelouest 11 septembre 08:46

            Ah ma pauv’dame, ainsi vous allez sur les réseaux dits « sociaux » ? Moi, pas.

            Ah vous gardez tous vos messages quelque part sur le cloud ? Moi pas, ils ne sont QUE sur mon disque dur (et sur une copie de celui-ci, quelque part un autre disque dur non branché)

            En revanche, c’est vrai, des forums comme Agoravox accueillent les dialogues entre personnes qui aiment et ont besoin de discuter de choses généralement sérieuses. Tellement sérieuses, qu’ailleurs, leurs interventions ne passent pas parce qu’elles dérangent. Aujourd’hui seuls les intervenant de bonne volonté et indépendants sont brimés. Il arrive même qu’on les tue, très vite comme en Amérique du Sud, ou lentement comme Assange. Pendant ce temps-là ils n’ont pas d’accidents sur la route qu’ils contribueraient à polluer (moins qu’un paquebot de croisière cependant), ils ne jettent pas leurs masques « de protection » sur les plages


            • Don verdillo Cyrus 11 septembre 15:44

              @babelouest

              Donc en gros , on demande a des citoyen vertueux de supprimer leur photo ( qui n’ existe plus en version papier (écologie oblige ) pour faire de la place a des millier de pub et de spam inutile sur internet ...

              Un peut comme l’ on demande au gens de trier leur déchet , pour que les usine continuer a polluer 20 fois plus ...

              Au moins on ne peut pas dire que ca manque de coherence dans l’ ignominie ...


            • Polybe 11 septembre 13:31

              Le numérique : à un bout l’utilisateur, à l’autre bout des data centers.

              C’est là qu’on peut voir l’incohérence même de la politique en matière d’écologie.

              On prétexte la sauvegarde de la planète pour instaurer la dématérialisation mais on peut consulter de nombreuses fois un document papier sans consommer plus d’énergie alors que sa version dématérialisée nécessite à chaque fois une consommation d’énergie.

              Extrait daté du 31/01/2020 : « Or, ces Data Centers représentent en réalité un véritable fléau pour l’environnement. ... Aujourd’hui, les Data Centers représentent à eux seuls 17% de l’empreinte carbone de la technologie. Avec 2% des émissions totales de gaz à effet de serre, leur empreinte carbone est similaire à celle de l’aviation de l’industrie. »

               

              « Avec le développement du big data, les centres de données sont un véritable symbole de la croissance du numérique. Leur impact écologique, qui était encore minime il y a 15 ans, représente désormais 4% de la consommation électrique mondiale. Un data center consomme autant d’électricité que 30 000 habitants européens. Ainsi, les 182 centres de données présents sur le territoire français en 2016 concentrent 8% de la consommation électrique nationale. »

               

              Après, on va imposer aux simples particuliers d’isoler leurs logements, de remplacer leurs véhicules, de payer des taxes carbone, de modifier leurs habitudes de vie alors que les seuls objectifs sont de nous amener à consommer plus au profit de quelques lobbies dont celui du nucléaire.

              Pour ce qui concerne le « World Clean Up Day »  :

              Le problème de la quantité de déchets ne doit pas se gérer en fin de chaîne mais au début.

              Il y a lieu de diminuer leur émission dès la conception des emballages.

              Ensuite, il faut procéder comme Alsace et à Lamballe (22), en faisant payer une taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative en fonction du poids d’ordures générées par chaque ménage et en revendant les déchets triés.

              Cette solution est préconisée par l’ADEME.

              C’est possible avec des puces RFID sur les poubelles.

              Certaines communes font payer à la levée (nombre de poubelles collectées dans l’année).

              Il est également possible de valoriser les déchets (émission de La Chaîne Parlementaire).

              Ainsi, il s’agit d’un rapport gagnant/gagnant entre les collectivités et les citoyens.

              Cependant, les collectivités territoriales préfèrent réaliser des économies de traitement et encaisser des taxes toujours plus élevées en conservant la différence pour elles.

              N’oublions pas également que nous payons une écotaxe sur les produits que nous achetons. A quoi sert-elle ?

               

              Il ne faut pas oublier le lobbying dans ce domaine. Alors que le traitement des déchets est du ressort des collectivités territoriales, celles-ci préfèrent déléguer (délégation de service public) à des multinationales dont l’intérêt n’est certainement pas la diminution de la quantité qui réduirait leur chiffre d’affaires. L’écologie passe bien après les bénéfices.

               

              Exemples :

              Le SYMAT qui, dans certaines municipalités, repousse la date du passage à la taxe incitative.

              Un mode de calcul qui ne vise absolument pas à inciter à trier et à diminuer la quantité de déchets mais qui ne vise qu’à maintenir un taux de taxe particulièrement élevé et injuste basé très majoritairement sur la surface habitable (80%) et que très peu sur la réelle quantité de déchets (20%). L’environnement n’est qu’un prétexte et nos dirigeants laissent faire malgré les préconisations de l’ADEME. Le seul objectif est d’engraisser les services ou multinationales chargés des déchets et les collectivités territoriales.

              Les municipalités fixent la taxe d’enlèvement des ordures ménagères en fonction de la surface d’habitation mais délivrent des sacs poubelles en fonction du nombre d’habitants dans ces mêmes habitations.

              La durée de vie des appareils ménagers et des véhicules est raccourcie pour obliger à les racheter (obsolescence programmée) et quand ils ne tombent pas en panne assez vite, on durcit les contrôles techniques.

               

              Trop de nos élus nous prennent surtout pour des pigeons, ne se soucient que de leurs réélections et de pouvoir continuer à cumuler des mandats. Ils privilégient des solutions qui peuvent générer des entrées d’argent pour réaliser toujours plus d’installations de loisirs sans pour autant être en cohérence avec leur définition des « villages dans lesquels il fait bon vivre ».

              Leurs indemnités devraient être en fonction du bilan de leur gestion.


              • Old Dan Old Dan 11 septembre 15:36

                (A Bérénice)

                « Cyber clean up day » = le jour où les vieux réac s’aperçoivent qu’ils n’ont rien compris à l’informatique, et qu’il sont complètement dépassés !

                (Bof !)


                • Français du futur Français du futur 14 septembre 06:21

                  Vivement la journée d’éradication de la colonisation mentale rampante, OH YEAH !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité