• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ecolos des villes, écolos des champs

Ecolos des villes, écolos des champs

Ecologiste est devenu un terme fourre-tout qui regroupe des chapelles bien différentes, nous verrons que cela entraîne une ligne de fracture irréconciliable. Inspiré par une fable de la Fontaine, j'en ai fait un petit article.

 

Les écolos des villes s'inquiètent de l'équilibre global de la planète, de son climat, de l'intègrité génétique, de la biodiversité : antinucléaires avérés, antienergie fossiles, antiOGM ; ils se targuent d'une vision à long terme et sont défenseurs des énergies renouvelables, ils sont soucieux des générations futures. Appellons les BOBOs, diminutifs de « bourgeois bohèmes  »

 
Les écolos des champs sont beaucoup plus prosaïques  : Ils ne veulent pas qu'on leur salope leur pré carré. Près de chez eux, ils ne veulent ni centrales nucléaires des fois qu'il pleuve du césium sur leur jardin, ni éoliennes qui hachent les chti zoiseaux en vol et qui émettent des infrasons qui rendent fous, ni lignes à haute tension qui provoque des cancers des cheveux ni barrage sur leur rivière chérie, cela perturbe le cycle naturel de la rivière, des brochets et des saumons. Le projet d'un incinérateur près de chez eux les transforme en Ulk colériques. Ils peuvent parfois manifester leur désaccord de manière extrèmement violente, le spectacle des zadistes de Notre Dame des Landes et de Sivens est là pour l'attester. Ils se contrefoutent du changement climatique (logique, d'ici que le climats prenne 2°c, ce qui n'est pas sûr et qui ne serai pas forcément catastrophique pour l'humanité, ils seront mort), de la densité des ours blancs et des pets des vaches indiennes, de la dévastation due à l'exploitation de l'uranium nigerien et des terres rares en Mongolie.

 Leur surnom est tout trouvé, ce sont les NIMBYs (Not In My BackYard : pas dans mon arrière cour).

 

 

Selon la nomenclature attalienne, les bobo sont évidement le pendant « nomades  » des ecolos, Les nimby les sédentaires. http://www.fayard.fr/lhomme-nomade-9782213617268
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/jacques-attali-une-breve-histoire-39906

 

 

Seulement voilà, les énergies renouvelables, chéries par les ecolobobo, ont une densité d'énergie ou de puissance (les Wh/kg, Wh/l, W/kg, W/l) très inférieure à celle qui est concentrée dans les hydrocarbures ou les noyaux d'uranium, cela oblige à construire des infrastrucures gigantesques qui, n'étant pas logées dans la dimension X, ne manqueront pas d'empiéter sur l'arrière cour d'écolonimby grincheux.
( A propos de dimension X, il existait un projet d'envoyer des panneaux photovoltaique de grande dimension en orbite et de réexpedier l'énergie sur terre sous forme de microonde, on en entend plus parler, peut être s'est-on donné la peine de calculer le taux de retour énergétique : mettre des trucs en orbite demande de l'énergie et il faut quand même s'assurer que la production qui arrive au sol au cours de la vie en orbite soit supérieure).

Les exemples ne manquent pas, nous allons en détailler certains, particulèrement savoureux.

 

Le cas des éoliennes, solution d'avenir si il en est

Le moindre projet d'implantation entraîne une levée de bouclier, de la part des riverains, ce qui est parfaitement compréhensible, je ne souhaiterais pas voir ma qualité de vie se dégrader ni ma résidence perdre un tiers de sa valeur du fait du sifflement ininterrompu du vent dans les pales. L'écologie et les chti zoiseaux ont parfois bon dos. Il faut dire que c'est des monstres et qu'il en faudra plusieurs milliers : une éolienne moderne de quelques megawatt a un rotor perché à 100 m et des pales de 50 m, soit une demi tour Eiffel, même en tournant lentement à 20 tour/min, le bout de pale se déplace à 300 km/h. Ces éoliennes sont d'ailleurs un compromis : une grande vitesse en bout de pale (=vitesse spécifique) augmente le rendement (qui peut ainsi s'approcher de la limite de Betz), mais le bruit devient insuportable au riverain. Ne parlons pas de la solution des mini-éolienne de pignon, la puissance d'une éolienne étant proportionnelle au carré de la longueur de pale et au cube de la vitesse du vent, les économies d'echelle sont évidentes, rapporté au kW.h produit, une grande éolienne est plus efficace, plus économique et plus écologique que plusieurs petites

Pourtant, si l'on devait développer au maximum les renouvelables, les éoliennes semblent indispensables (en pays tempéré, le solaire ne produit que l'été et le vent est plus fort l'hiver), et les sites venteux et isolés sont probablement déja équipés (au passage, le racordement d'un site éolien isolé coûte certainement plus cher qu'à proximité des habitations), il faudra nécessairement piétiner les plates-bandes d'ecolo des champs, que de procès en perspectives, les avocats devraient se frotter les mains.

 

Le cas des barrage (et des STEP) est particulièrement éloquent.

La Loire est considérée comme "un des dernier fleuve sauvage d'europe" car c'est l'un des bassin hydrographique européen le moins aménagé, pourtant c'est pas faute pour EDF d'avoir essayé mais il s'est presque à chaque fois cassé les dents sur les blocages des écolonimby, sur fond de protection de la faune piscicole. Il existe même du lobbisme pour la destruction de certains ouvrages. Quelques noms pour ceux qui voudraient faire des recherches : Serre de la Fare, St Etienne du Vigan, Veurdre. J'en oublie certainement.
Un développement accru des renouvelables nécessitera probablement de bétonner un peu plus cette Loire chérie par leur riverains, l'hydraulique de barrage étant particulièrement précieuse pour contrebalancer l'intermittence vent+solaire.

Nous allons maintenant calculer la surface qu'il faudrait noyer pour assurer le stockage de l'électricité intermitennte sous forme de STEP (station de Pompage et turbinage), la seule qui soit adaptée aux grandes quantités avec un rendement pas trop pourri (les délires power-to-methan=>méthan-to-power sont justement plombés par un rendement trop faible. Quant aux batteries, si elles ont en rendement correct, elles sont "plombées" par les masses de composés chimique à pelleter, purifier, assembler, recycler.

 

Quelques exemples de calcul "réalistes" :
http://euanmearns.com/the-quest-for-100-renewables-can-curtailment-replace-storage/
https://www.energie-crise.fr/Polemique-engagee-par-Benoit-Thevard-et-Francois-Lemperiere-contre-Jean-Marc

Ce sont des sites avec un fort tropisme pronucléaire, eux au moins ils savent compter.
 L'un trouve 12 TW.h, l'autre 29 TW.h . Je vais prendre 20 TWh.

 

Soit un système de STEP constité de barrages assimilés à des pyramides rectangles inversées : la pointe est le fond du barrage de hauteur moyenne h= 21m. La surface de base S est la surface à noyer en m²
Le volume V (m3)présent dans un tel barrage peut s'estimer par la formule V= S * h /3. soit une masse en kg M=1000V = 1000*S*h/3 , donc pour h = 21, une masse M=7000*S

turbinée sur un denivelé de d=100m, (avec un rendement magique de 100% et une pesanteur accrue à g=10m/s²) cette eau dégagerai une energie en joule de  : E = M g d = 7*106* S (surface à noyer en m²).

Pour stocker une energie de 20 TW.h = 2 * 1013 Wh = 7.2*1016 J , dans mes barrages
on a besoin de noyer S = 7.2*1016 /7*106 = 1010 m² soit 10000 km². Cette surface doit être évidement doublée car il faut prévoir le barrage amont et aval soit 20000 km²

La france métropolitaine a une surface approximative de 500000 km². c'est donc de l'ordre de 4% ( à majorer) du territoire (4 départements) que d'après les délires des ecolo des villes il faudrait noyer. Pas sûr que les ecolo des champs se laissent marcher sur les pieds.

Prenons un exemple proche de l'actualité, le barrage de Sivens. Certes, c'était un barrage réservé à l'irrigation du maïs, et d'autre cultures, moins gourmandes en eau (mais moins rentables) pourraient être promues. L'opposition y fut dantesque, on déplore un mort. D'après wikipedia il devait noyer 40 ha soit 0.4 km² pour 1.5 Mm3 d'eau grâce à un barrage de 13 m ( on remarque que mon approximation "pyramidale" de calcul de volume de barrage est étonnement proche puisque elle aurait donner V = S*h/3 = 400 000m² * 13m/3= 1.7 Mm3 vs 1.5 réel).
Mes 20000 km² à noyer correspondent à 50000 barrages de Sivens :

 50000 Sivens, çà risque de réveiller un bon paquet d'ecolonimby

Il devrait y avoir à ce sujet un débat national sur ce sujet, il me semble incohérent, voire schizophrénique de vouloir développer des énergies renouvelables intermittentes et de refuser la construction de barrage qui permettent de juguler leur intermitence. Les batteries n'étant pas préférable même avec une correspondance approximative et généreuse de 1kg de batterie = 1MJ = 1m3 d'eau turbinée sur 100 m, au moins l'eau de barrage n'a pas besoin d'être fabriquée, ni recyclée, ni mise à l'abri des intempéries (si il pleut sur l'eau du barrage, on s'en fout). Il est à noter que, hors de toute considération économique, des STEP sont faciles à envisager dans les pays montagneux (norvège, suisse, autriche) plus difficile dans des pays moyennement montagneux (France, Italie, Espagne), ubuesques dans les pays plats ( Allemagne, belgique, angleterre, pays bas et baltes, pologne etc). Certains ont envisagé des STEP sous forme de lagon artificiels : https://www.lesechos.fr/24/09/2009/LesEchos/20516-036-ECH_des-atolls-artificiels-pour-stocker-l-electricite.htm , mais est il si écolo de mobiliser de telle quantités de roches et de ciment ?

L'impossibilité de construire des barrages devrait être selon moi un prétexte suffisant pour ne pas pousser plus loin les investissements dans les renouvelables.

 

On continue avec les lignes hautes tension

Il existe/existait un projet nommé Desertec qui voulait faire profiter les pays européens de l'énergie solaire du maghreb (et accessoirement du gaz algérien). Il est de notoriété publique chez les ecolo des villes qu'un carré de quelques centaines de km de solaire à concentration au milieu du sahara pourrait alimenter l'Europe assoiffée d'électricité propre et pure. Quelques précisions à ce sujet :
http://www.amides.fr/pdf/sewtha-ch25.pdf
(vous pouvez d'ailleurs lire tout le livre en accès libre, bien plus intéressant que mes élucubrations) :
http://www.amides.fr/sewtha.html

Mais les électrons ne traversant pas la Méditerrannée par téléportation quantique ; Il faudra bien forger, financer et installer les lignes quelque part. Les projets de lignes à haute tension au travers des Pyrenées ont par le passé fait monter la tension chez les nimby locaux. (rech google "vallée pyrenee ligne haute tension") :
http://www.liberation.fr/france-archive/1996/11/21/haute-tension-sur-les-pyrenees-les-vallees-ne-veulent-pas-de-la-ligne-de-400-000-volts-destinee-a-l-_189674

https://www.ladepeche.fr/article/2002/11/29/358645-haute-tension-sur-la-ligne.html

Les nimby ont tellement fait chier EDF/RTE que ces industriels ont dû la faire passer en souterrain, pour un surcoût pas négligeable, répercuté d'une manière ou d'une autre sur les consommateurs. Or les capacités des interconnexions entre pays ne concernent que quelques GWatt ( moins de 10% de la puissance consommée sur place https://fr.wikipedia.org/wiki/%%3%89lectricit%C3%A9_en_Europe#R%C3%A9seaux_de_transport_et_interconnexions .
Donc si l'on veut faire Desertec, c'est plusieurs centaines de GW qu'il faudra faire passer à travers les Pyrennée et/ou les Alpes. Pareil pour le concept du foisonnement éolien : dépressions et anticyclones étant de la taille de l'Europe, quand bien même il y aurait une dépression sur la partie Ouest et un anticyclone sur la partie Est (ou vice versa), c'est là aussi des centaines de GW de capacité d'interconnexions qui seraient nécessaire pour transferer une surproduction coté Ouest vers un deficit coté Est (ou viceversa).
On a oublié un peu vite que la disposition des centrales correspond certes aux contraintes topographiques pour l'hydraulique, mais que les autres ont été disposées afin de minimiser les besoins en lignes électriques. En plus d'être économique, c'était de l'écologie avant l'heure !!!!
On retrouve le même phénomène en Allemagne où les éoliennes ont été disposées sur les côtes Nord (là ou il y du vent) tandis que la demande est au sud, industrialisé et peuplé. Les lignes permettant de tansférer le jus du nord au sud y sont notoirement sousdimensionnées. Les allemands de certaine régions "du milieu" voyant les tombereaux de subventions éoliennes leur passer sous le nez, ne souhaitent pas en plus voir une ligne THT leur passer au dessus de la tête. Affaire à suivre.

https://www.lesechos.fr/01/04/2014/LesEchos/21659-057-ECH_en-allemagne—les-rates-du---tournant-energetique—.htm

 

Conclusions

Les énergies renouvelables sont elles si écologiques que leur promoteurs l'annoncent, compte-t-on vraiment la totalité de leur impacts ? l'espace qu'il faudra leur reserver ?

Les partis politiques "ecologistes" (entre guillemets) ne devraient il pas se scinder entre bobos et nymbys ?
peut-t-on sans être incohérent promouvoir les énergies renouvelables, être antinucléaire et s'opposer aux barrages et à la construction de lignes electriques ? cela permettrait en outre de diminuer le pouvoir de nuisance des verts.
Quite à choisir entre la peste nucléaire et les cholera(ts) (des villes et des champs) je préfère la peste nucléaire, d'autant plus que si l'on considère les "fuites d'argent" comme une forme de pollution les énergies renouvelables deviennent extrèmement pollantes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.81/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

191 réactions à cet article    


  • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 10:37

    c’est de l’humour ? 

    dans l’actualité récente la TEPCO a réussi à envoyer un robot filmer le corium l’intérieur d’un des réacteurs ... on en est là 7 ans après la catastrophe ... les estimations des travaux de démantèlement dépassent les 300 milliards d’€ mais pour 2040 peut être ... l’accident n’est toujours pas maîtrisé ... je ne parle même pas des rejets ...
    vive le nucléaire ?

    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 11:20

      @nono le simplet
      je propose même une technique complémentaire pour mener à bien les futurs travaux ...


      l’achat massif de cierges et de bâtons d’encens pour prier qu’il n’y ait pas un nouveau tremblement de terre dans les 10-20 ans qui viennent ... je ne suis pas assez irrespectueux des religions pour dire que ça ne servira à rien ...de plus, on risque pas grand-chose ... smiley

    • foufouille foufouille 29 janvier 11:31

      @nono le simplet
      ton corium est toujours en fusion ?


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 11:40

      @foufouille
      d’abord, il n’est pas à moi et la TEPCO ne sait pas où il est passé ... elle sait seulement par où il est passé aux traces de bave smiley


    • foufouille foufouille 29 janvier 11:53

      @nono le simplet
      donc le robot ne sait pas par où il est passé ?


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 11:57

      @foufouille
      je rajouterai qu’ils sont assez fiers d’avoir pu filmer ces stalactites de corium pendant quelques secondes ... 7 ans après ... c’est encourageant, non ?  


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:02

      @foufouille
      donc le robot ne sait pas par où il est passé ?

      je répond, étant de bonne humeur smiley
      le robot a filmé les traces du passage du corium ... on se doute qu’il est plus bas ...
      et contrairement aux escargots, même quand il filmera la coquille, s’il y arrive, l’escargot n’est peut être plus dedans mais peut être toujours vivant ... 



    • foufouille foufouille 29 janvier 12:07

      @nono le simplet
      donc il est toujours en fusion ?


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:17

      @foufouille

      donc il est toujours en fusion ?
      la TEPCO n’en sait rien ... alors, moi , tu penses ...
      pourquoi, tu es courant ? 

    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:22

      @foufouille
      tu devrais proposer tes lumières à la TEPCO, ils en auraient sacrément besoin en ce moment ... ils sont un peu à court d’idées ...


    • foufouille foufouille 29 janvier 12:23

      @nono le simplet
      si il est en fusion au bout de 7 ans, faut vite fabriquer un réacteur à corium.


    • sarcastelle sarcastelle 29 janvier 12:32
      C’est plus que cela. Les écologistes ont prié le gouvernement français de provisionner les deux années de PIB que coûtera l’accident nucléaire hexagonal, soit 4 000 milliards d’euros. 
      .
      l’accident n’est toujours pas maîtrisé... je ne parle même pas des rejets...
      .
      Si vous ne parlez pas des rejets de quoi parlez-vous ? 

    • foufouille foufouille 29 janvier 12:41

      @nono le simplet
      imagine un carburant qui est en fusion depuis sept ans, donc 7 ans de production électrique sans recharger.

      il fonctionne avec l’énergie du vide quantique ?


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:42

      @foufouille
      si il est en fusion au bout de 7 ans, faut vite fabriquer un réacteur à corium.

      tu joues sur le mot « fusion » 
      un solide qui se trouve en phase liquide est en fusion non ? ...
       « magma très chaud et très radioactif » ça te va ?
      il paraît que ça ne refroidit pas comme la lave ... 

    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 13:10

      @sarcastelle
      Si vous ne parlez pas des rejets de quoi parlez-vous ? 

      je parle du démantèlement ... 
      le coût des traitements des eaux de refroidissement ( enfin, celles qui sont récupérées et stockées ) c’est encore autre chose ... si ça doit durer 10-30 ans le coût risque d’être énorme ...

    • foufouille foufouille 29 janvier 13:32

      @nono le simplet
      le japon est trop fort, 17 ans de productions sans recharger ...........


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 16:13

      @foufouille

      le japon est trop fort, 17 ans de productions sans recharger ...........
      décidemment tu persistes ...
      d’abord c’est 7 ans et non 17 
      de plus tu persistes à parler de fusion nucléaire ...
      la lave en fusion n’a rien à voir avec le nucléaire et pourtant on utilise le terme sans faire rigoler les copains 
      la chaleur est entretenue par la forte radioactivité et si on ne peut pas refroidir on obtient le fameux syndrome chinois et c’est une hypothèse envisagée à Fukushima ... 
      en l’état actuel TEPCO n’est pas en mesure de dire si le corium est bien contenu dans les 3 unités ou s’il est parti dans la nature ... ils arrosent ... et ils envoient des robots abîmés rapidement par la forte radioactivité ...

    • baldis30 30 janvier 10:12

      @sarcastelle
      bonjour,

      « Si vous ne parlez pas des rejets de quoi parlez-vous ?  »

       De quoi voudriez vous qu’il parlât ?

      Il accumule les mots sans logique les idées sans suite et sans base ...


    • foufouille foufouille 30 janvier 12:41

      @nono le simplet
      «  si ça doit durer 10-30 ans le coût risque d’être énorme ... »

      un corium en fusion émet de la chaleur et des radiations ?
      dans une centrale nuke, l’eau ou un autre liquide alimente une turbine ou un échangeur de chaleur.
      pourtant, il faut recharger l’alimentation en uranium et pas tous les sept ans.
      le nucléaire n’est pas magique.


    • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 11:42

      @foufouille
      le nucléaire n’est pas magique.

      là dessus on est bien d’accord smiley

    • pemile pemile 31 janvier 12:23

      @nono le simplet "en l’état actuel TEPCO n’est pas en mesure de dire si le corium est bien contenu dans les 3 unités ou s’il est parti dans la nature"

      Pour info, TEPCO a publié une nouvelle vidéo des traces du corium sorti du réacteur 2 (mais pas de l’état du radier)

      http://www.fukushima-blog.com/2018/01/le-corium-du-reacteur-2-de-fukushima-daiichi-est-bien-visible.html


    • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 16:27

      @pemile
      merci, je l’avais vue ... comme m’adit « je sais plus qui » : pas de corium, pas de problème, tout va bien !


    • Cateaufoncel 29 janvier 10:41

      « Il existe/existait un projet nommé Desertec qui voulait faire profiter les pays européens de l’énergie solaire du maghreb... »

      Et bonjour les chantages. Ce projet est à la limite du crime contre l’humanité européenne !


      • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 11:37

        Ces éoliennes sont d’ailleurs un compromis ... mais le bruit devient insuportable au riverain

        il faudrait te rendre un jour au pied d’une éolienne pour comprendre que ce que tu dis est une grosse bêtise ... j’habite à moins d’un km de 5 éoliennes de 1.5 mW et personne dans le voisinage n’évoque un quelconque dérangement même l’été quand les fenêtres sont ouvertes ...

        • pemile pemile 29 janvier 11:47

          @nono le simplet

          Un nouveau biais pour promouvoir le nucléaire : ne tenir compte que des écolos entre guillemets ! smiley

          Et faire l’impasse du Nimby concernant quelques dizaines d’EPR à construire et concernant le stockage ou l’enfouissement des déchets !


        • wawa wawa 29 janvier 12:06

          @nono le simplet

          évidement si tu passe un jour où y a pas de vent !!!!
          sauf que si on en mais vraiement beaucoup « onshore », on va devoir les mettres a moins de 5 km des habitations.

          Pas de commentaires sur les surfaces a noyer ? j’e m’était trompé d’un zero sur mon premier calcul
          j’avais trouve 2000 km² smiley


        • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:06

          @pemile
          qui veut tuer son chien l’accuse de la rage smiley


        • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:09

          @wawa
          évidement si tu passe un jour où y a pas de vent !!!!


          j’habite à côté et là, en me penchant un peu, j’en vois une smiley

        • wawa wawa 29 janvier 12:13

          @pemile

          quelques dizaine dEPR rajouté a des centrales existante, ca fait beaucou moins de nymby que de noyer 4% du territoire et coller une eolienne sur chaque coline et faire passer les cables.

          juste l’observatoire du nucléaire qui va faire sa petite crise

          Cela dit, pourquoi construire des EPR tant que nous sommes globalement exportateur ? les centrales existantes fonctionne encore très bien et sont encore amortissables.


        • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:14

          @wawa
          Pas de commentaires sur les surfaces a noyer ?

          honnêtement j’ai pas tout lu ... le peu que j’ai lu m’a dérouté de lire le reste ... et si en plus y a des erreurs, j’ai bien fait ...

        • pemile pemile 29 janvier 15:46

          @wawa « noyer 4% du territoire »

          Vous employez le terme « noyer » pour parler de l’implémentation d’éoliennes ?

          Chaque année sont aussi « noyés » sous le béton et le goudron pas mal d’hectares pour des activités plus bruyantes que des éoliennes, non ?


        • baldis30 29 janvier 15:52

          @nono le simplet
          en matière d’arabesque latérale dès que vous avez tort vous êtes de classe mondiale : les grands ballets ide réputation attendent votre présence, du Bolchoï au Marynsky en passant par l’Opéra de Paris et Covent Garden.

          Vous êtes le Nijinsky de l’arabesque ... mais attention de ne pas finir dans le jeté-battu !


        • jmdest62 jmdest62 29 janvier 19:10

          @wawa
          Salut
          "quelques dizaine dEPR rajouté a des centrales existante, ca fait beaucou moins de nymby que de noyer 4% du territoire et coller une eolienne sur chaque coline et faire passer les cables"
          Bien sûr puisqu’on ne parle JAMAIS des zones d’exclusion .

          @+


        • bcallens 30 janvier 08:57

          @nono le simplet Je confirme. J’ai plusieurs éoliennes près de chez moi (ce des 2MW de 150 mètres de hauteur) . On entend rien du tout. Par contre, étant installées le long d’une autoroute, les voitures (et les camions surtout) se font eux bien entendre !


        • Esprit Critique 30 janvier 10:05

          @pemile
          Vous avez tout con pris , WaWa veut faire des éoliennes avec les pieds dans l’eau pour faire plus joli !


        • nono le simplet nono le simplet 1er février 06:04

          @bcallens
          absolument !

          j’entends plus la circulation sur la nationale située à 3 km que l’éolienne à 750 m de chez moi ...

        • wawa wawa 1er février 07:30

          @pemile.

          Chaque année sont aussi « noyés » sous le béton et le goudron pas mal d’hectares pour des activités plus bruyantes que des éoliennes, non ?

          absolument (comme quoi nous pouvons être d’accord) et l’artificialisation a outrance aggrave les inondations il y d’ailleurs des débats régulier a ce sujet et une reflexion sur la limitation de l’utilisation des ciment et asphalte. Mais limiter ne veut pas dire interdire ciment et asphalte restent pratique (tout comme le glyphosate smiley )


        • foufouille foufouille 29 janvier 11:38

          "Décider d’un plan B

          Or la facture de la transition énergétique est déjà salée. Rien que cette année, le soutien aux énergies renouvelables devrait coûter quelque 24 milliards d’euros aux entreprises et aux ménages allemands. «  Le prix de l’électricité devient un énorme problème pour nous ", témoigne Thomas Lehner, directeur financier de Luitpoldhütte, une fonderie située à Amberg, au nord de la Bavière. Son problème : la taxe sur les énergies renouvelables, qui a doublé depuis 2011.

          Pour la première fois cette année, la société de 500 personnes, qui livre des pièces à Caterpillar ou à General Electric, devrait faire partie des 2.098 entreprises exemptées de cette taxe. Mais ces dérogations, qui coûtent 5 milliards d’euros aux autres consommateurs, font l’objet d’intenses discussions entre le gouvernement allemand et la Commission européenne, qui les considère comme des aides d’Etat. Sans elles, Luitpoldhütte ferait des pertes, prévient son dirigeant.


          En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/01/04/2014/LesEchos/21659-057-ECH_en-allemagne—les-rates-du---tournant-energetique—.htm#KlIkHFhTeP3xlxSm.99"

          super hyper rentable.


          • sarcastelle sarcastelle 29 janvier 12:20

            @foufouille

            .
            « Rien que cette année le soutien aux énergies renouvelables devrait coûter quelques 24 milliards d’euros aux entreprises et aux ménages allemands »
            .
            Ayé, je comprends pourquoi le mage a écrit un jour que la transition énergétique coûtait 24 euros par ménage allemand et par an. Vous devez avoir vous et lui la même source, mais l’un des deux d’une part lit mal, d’autre part s’est comme d’hab trompé d’un facteur 10 puissance n. Ici, n égale neuf. Souvent, ce n’est que trois ou six. 

          • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 12:25

            @sarcastelle
            ahhhh tu as senti l’odeur de la poudre ..... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->