• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > En 2020, le feu arrose d’abord la forêt

En 2020, le feu arrose d’abord la forêt

Support de la vie par le maintien des écosystèmes, notre patrimoine forestier est en ruine, éreinté par les incendies, l’appât du gain, les abattages illégaux et le réchauffement climatique.

PNG - 388.5 ko
satellite des incendies dans le monde© http://fires.globalforestwatch.org/ (18/01/2020)

Plus d’un milliard d’animaux sans défense n’auront vécu qu’une semaine en 2020, le feu en a décidé ainsi sur le territoire australien. Après l’Amazonie en été 2019, ces flammes plus dévastatrices embrasent une surface de forêt tellement importante qu’elle hystérise la toile. Pendant que nos déchets plastiques continuent de mener une guerre féroce contre les animaux aquatiques qui eux meurent par asphyxie en ingurgitant nos immondices, sur la terre le feu assure.

Un patrimoine forestier en crise

Le plus grand prédateur de la biodiversité terrestre durant ces six derniers mois est bel et bien le feu. Il a tendance à surprendre tout le monde, arrivant si rapidement qu’il sature les capacités humaines à en mesurer la portée et à y faire face. Pourtant en 2018 le Camp Fire, l’incendie le plus meurtrier de Californie avait ravagé 60 mille hectares de forêt et emporté 85 vies humaines. En été 2019, le monde entier assista impuissant à la destruction par le feu d’environ 900 mille hectares de forêt en Amazonie et plus de 700 mille feux ont été détectés dans la forêt du Congo, deuxième plus vaste couvert végétal tropical, là où Greenpeace révèle 15 millions d'hectares exploités illégalement entre 2002 et 2008. Notre patrimoine forestier est en crise. Cependant il n'y a rien de surprenant. En effet, le cinquième rapport biennal produit en 2018 par l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) et le Bureau australien de météorologie dressait en son temps le tableau cohérent mais sombre des changements climatiques en cours en Australie. Selon ce rapport le climat australien s'est réchauffé d'un peu plus de 1 ° C depuis 1910, entraînant une augmentation de la fréquence des événements de chaleur extrême et les océans autour de l'Australie se sont réchauffés d'environ 1 ° C depuis 1910, contribuant à des vagues de chaleur marines plus longues et plus fréquentes. Ces prévisions n’empêcheront pas les récents incendies emportant 8 millions d’hectares de forêt soit plus d’un quart du territoire ivoirien mais montrent clairement que ces feux sont imputables au réchauffement climatique qui en asséchant la végétation conduit à une accentuation de la récurrence des feux de forêt autrefois naturels.

Le feu dans la forêt, phénomène naturel mais l’homme…

Le feu dans la forêt ne devrait pas inquiéter mais l’action humaine, à la base de tous les déséquilibres écologiques, a profondément modifié le cycle naturel qui existait entre celui-ci et les forêts. Les experts du secteur forestier s’accordent à dire qu’il fait partie intégrante de l’histoire des forêts car auparavant en période estivale, cela permettait l’émergence d’autres espèces, structurait progressivement le couvert végétal et offrait les minéraux inhérents au développement d’une végétation plus complexe. Ce mécanisme a été hélas dénaturé, transformant cet élément régénérateur de biodiversité en un fait destructeur voire sinistre, les forêts n’ayant plus suffisamment de temps pour se reconstruire naturellement. A long terme, l’intégrité de la biodiversité pourrait en être altérée. Si en Afrique, la culture sur brûlis et l’exploitation du bois ont fait passer le couvert végétal ivoirien de 16 millions d’hectares en 1960 à moins de 2,5 millions d’hectares aujourd’hui, ailleurs des actes malveillants et la négligence ont produit le même effet néfaste.

La forêt, une indispensable ressource négligée 

Le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé. C’est un monde productiviste, hyper capitaliste, un monde de grands bouleversements, où les espèces qui survivent sont celles qui s’adaptent le mieux au changement (Darwin). Elle est passée cette époque où le progrès donnait envie de vivre et donnait espoir en des lendemains meilleurs. Elle a laissé place à l’inquiétude, à l’incertitude et au questionnement sans fin sur l’épuisement des ressources. Il est impossible que l'humanité arrive à survivre sans les arbres, surtout dans les conditions actuelles car cela suppose de trouver une énergie inépuisable capable d’absorber la même quantité de Co2, réguler le cycle de l’eau et fournir l’humidité nécessaire à la survie de certaines espèces et même de l’agriculture. Mais aussi, la maladie étant l’un des pires ennemis de la vie, il faut dire que la suppression de la forêt originelle, même si elle est remplacée par une végétation artificielle, entraine la disparition de nombreuses espèces d'intérêt médicinal inégalé.

Nous faisons partie de cette génération, peut-être la dernière, qui peut encore changer les choses. Même si l’actualité géopolitique dominée par la menace d’une troisième guerre mondiale semble avoir plus d’éléments d’analyses médiatiques que la situation d’urgence environnementale, nous aurons tant à perdre si toute la biodiversité tombait en ruine par notre insouciance déraisonnée. Au delà de toute hystérie collective, nous n’avons pas d’autre choix que d’agir car la crise écologique en cours ne laissera bientôt à personne le choix de l’ignorer.

Yves-Landry Kouamé

Etre sensible à son environnement


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • doctorix doctorix 19 janvier 16:38

    Si on étudie les incendies au cours des siècles, on constate qu’ils sont bien moins nombreux qu’avant.

    L’épidémie est surtout médiatique....

    En réalité, les incendies de forêt sont cinq fois moins nombreux que dans les années 30, et dix fois moins que dans les siècles passés.

    Et je le prouve :

    https://www.scienceunderattack.com/blog/2019/8/12/no-evidence-that-climate-change-causes-weather-extremes-5-wildfires-32

    Mais cela ne colle pas avec la tendance culpabilisatrice actuelle, celle que reprend l’auteur.

    Ici, ce sont les 400 dernières années :

    https://i0.wp.com/fabiusmaximus.com/wp-content/uploads/2017/12/Wildfires-in-North-America-1600-2000.jpg?ssl=1

    Maintenant, pour avoir une idée plus globale, il y a cette vidéo :

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=neIvOvNRgKE&feature=emb_logo

    Françaises, Français, on vous promène et vous vous laissez faire.


    • doctorix doctorix 19 janvier 17:42

      Au hasard, je lis :
      Il y a 160 millions d’années la température ayant diminué, les dinosaures herbivores apparurent et leur taille devint gigantesque : ils ont bénéficié de la flore exubérante liée à un taux de CO2 une dizaine de fois plus élevé qu’il n’est aujourd’hui. Il ne faisait pas plus chaud. C’est un nuage de poussières probablement lié à la chute d’un astéroïde gigantesque (10 kms de diamètre) qui provoqua une augmentation de température fatale à ces monstres.
      https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/PUECH-CUQ-2017.pdf
      Vous avez bien lu :
      ...la flore exubérante liée à un taux de CO2 une dizaine de fois plus élevé qu’il n’est aujourd’hui. Il ne faisait pas plus chaud.
      Ca devait être un CO2 spécial, préhistorique, antidémocratique et iconoclaste, et qui n’avait rien appris du GIEC.
      Quand je pense que si on n’avait pas inventé le GIEC, le CO2 se promènerait en toute impunité !
      Et on n’aurait pas de poubelle pour y jeter tous nos sous !!!
      Qu’est-ce qu’on en ferait, Grands Dieux ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 janvier 21:40

      @doctorix
      Ce sont souvent les mêmes gogos qui soutiennent le GIEC et l’Europe des banksters... La preuve, seul le Parti des Verts à le mot Europe dans son nom !
      .
      EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS. On a deux calamités pour le prix d’une !
      .
      Et qui soutient Ste Gréta au Forum de Davos ?
      Larry Flint de chez Black Rock !

      "À Davos, pour la 50e édition du World Economic Forum, l’activiste Greta Thunberg croisera Donald Trump mais également Larry Fink, le patron du fonds Blackrock (7.500 milliards de dollars d’actifs investis) pour qui «  le risque climatique est devenu un risque financier ».
      .
      Ollé !

      Là, c’est la triple peine : l’Europe des banksters + 1000 milliards d’euros prévus par Ursula pour la transition écolo + la réforme des retraites à points.


    • Désintox Désintox 21 janvier 14:33

      @doctorix
      « Ca devait être un CO2 spécial, préhistorique, antidémocratique et iconoclaste, et qui n’avait rien appris du GIEC. Quand je pense que si on n’avait pas inventé le GIEC, le CO2 se promènerait en toute impunité ! »

      Comme tous les climato-négationnistes, vous ignorez complètement le facteur temps. Le réchauffement anthropique actuel se produit à une vitesse qui n’a rien à voir avec les variations naturelles que la terre a connu dans le passé. Par conséquent, les écosystèmes n’ont pas le temps de s’adapter, comme ils avaient pu le faire auparavant.

      Il faudrait aussi vérifier qu’à l’époque des dinosaures, le rayonnement solaire avait la même intensité qu’aujourd’hui. En effet, le soleil élève sa luminosité de 10 % tous les 1,1 milliard d’années. Par conséquent, il y a 160 millions d’années, le rayonnement solaire était 1,5% inférieur à ce qu’il est aujourd’hui. Vous me direz que ce n’est pas beaucoup, mais la température moyenne de la terre est actuellement d’environ 15°C, c’est à dire 288°K. Imaginez que la température moyenne augmente de 1,5%, elle passerait alors à 292°K, soit une augmentation de 4°, ce qui correspond à l’écart de température qui nous sépare de la dernière glaciation.

      Mon calcul n’est pas scientifique, je le donne juste pour vous montrer la légèreté de vos propos. En fait, certains modèles prévoient même une augmentation de 7°C.

      Dans vos propos, on retrouve aussi le conspirationnisme habituel des climato-négationnistes. Le GIEC ne fait que la synthèse des études scientifiques mondiales. Or, parmi les scientifiques, le consensus est désormais total sur l’origine anthropique du réchauffement. Désormais, seuls des ignorants et des irresponsables nient cette réalité.


    • CoolDude 21 janvier 15:14

      @doctorix

      Il y a 160 millions d’années la température ayant diminué...
      Il ne faisait pas plus chaud.

      Vous êtes sur ! Le Jurassique était un age froid !?!
      Entre 22°C (+8 °C début) et 16°C (+2°C fin) de température moyenne estimé...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurassique
      16.5° C d’après Wiki... (+3°C par rapport à aujourd’hui !)

      La moyenne sur la période 1961-1990 est de 14,0 °C



    • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 15:32

      Superintox a encore oublié que statutairement l’IPCC est constitué et payé pour mentir aux peuples.
      Tous les chefs de sectes vendent des prothèses narcissiques à leurs adeptes : leur faire croire que grâce à leur crédulité, les voilà devenus une élite vachement supérieure. Cette ruse marche à merveille sur le superintoxiqué.


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 15:40

      @CoolDude. Les couches calcaires déposées au Jurassique et au Crétacé démontrent que c’étaient des temps biostasiques : fortes couvertures végétales, et rivières claires, pas d’érosion mécanique, juste l’érosion chimique. Les mers étant plus chaudes, bien davantage de dioxyde de carbone était disponible pour la végétation terrestre, qui en a profité au maximum.
      A présent que tout ce dioxyde de carbone est piégé en montagnes de carbonates (calcaires et dolomites), tarataboum pour en r’avoir assez pour nos forêts et nos cultures. La pénurie est irrémédiable.


    • Désintox Désintox 21 janvier 18:03

      @JC_Lavau

      En tant que transfuge du Jurassic Park, vous êtes bien placé pour nous en parler !


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 18:06

      @Superintox, en plein concours pour le prix de bêtise de l’année.


    • CoolDude 21 janvier 19:06

      @JC_Lavau

      A présent que tout ce dioxyde de carbone est piégé en montagnes de carbonates (calcaires et dolomites), tarataboum pour en r’avoir assez pour nos forêts et nos cultures. La pénurie est irrémédiable.

      Ne vous inquiétez pas... On est en train d’en libérer pas mal en brulant tout ce qui a pu être fossilisé en charbon ou pétrole, et cela bien entendu pour le bien être exclusif de nos amis les plantes !


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 19:14

      @CoolDude. Sens toi complètement libre de chiffrer tes enculubrations.
       smiley


    • CoolDude 21 janvier 19:39

      @JC_Lavau

      Sens toi complètement libre de chiffrer tes enculubrations.

      Pas besoin... Il suffit de mesurer la concentration de CO2 dans l’air.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Flux_carbone_fr.png

      Et j’oubliais les cimenteries, etc... Vu que vous parler de Carbonate qui est responsable de 5% des émissions de CO2.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 janvier 20:00

      @CoolDude
      Pas besoin... Il suffit de mesurer la concentration de CO2 dans l’air.


      .
      Justement, quand on mesure, on constate qu’il y a rarement eu aussi peu de CO2 dans l’atmosphère depuis 600 millions d’années, qu’aujourd’hui !
      .

      Le document vient de l’École Normale supérieure de Lyon.
      L’École normale supérieure de Lyon est une grande école scientifique et littéraire française, l’une des quatre écoles normales supérieures. Elle forme à l’enseignement et à la recherche dans le domaine des sciences fondamentales et expérimentales ainsi que dans celui des lettres et sciences humaines.


    • CoolDude 21 janvier 20:06

      @Fifi Brind_acier

      Et il n’a jamais fait aussi froid aussi relativement parlant disons :
      https://en.wikipedia.org/wiki/File:All_palaeotemps.svg


    • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 21 janvier 22:52

      @doctorix,
      Je suis très impressionné par vos courbes, d’autant que, pour ma part, la piste CO2 pour expliquer le réchauffement climatique me laisse sceptique.
      Je pencherais plus vers des assèchements des masses d’air qui stagnent au-dessus des continents, continents de moins en moins pourvus de forêts en particulier et de végétaux en général avec de plus en plus de surfaces bitummées, bétonnées qui sont autant de radiateurs thermiques.
      Les surfaces désertiques génèrent des trouées dans la couverture nuageuse qui ne peut plus jouer son rôle d’albédo.
      Votre courbe qui montre qu’il y a de moins en moins d’incendies forestiers ne démontre pas qu’il y a de plus en plus de surfaces forestières. On pourrait même suspecter qu’il y a moins d’incendies faute de carburant.
      En milieu naturel l’évapotranspiration due à la végétation peut reprendre son cours assez rapidement en terme de décennies alors que ce n’est pas le cas lorsque des routes, des bâtiments ou des céréales s’opposent à la reconquête de l’espace végétal qui puise dans les réserves du sol en profondeur.
      Mais vous avez peut-être sous la main une courbe de l’évolution de la couverture végétale sur les continents que nous pourrions comparer à l’évolution du climat.
      En France la couverture forestière a augmenté depuis l’exploitation du charbon, les surfaces bitumées brûlantes aussi mais c’est à l’échelle des continents que l’info serait pertinente.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 janvier 11:05

      @CoolDude. Wikisiona est militant carbocentriste, tout comme Geo ou LimMonde. Une vérification contradictoire est indispensable.
       
      Toi-même es crédule carbocentriste afin de te contempler dans l’illusion d’un beau rôle. Mais tu demeures incapable du moindre chiffrage ; tu te doutes bien qu’aucune de tes affirmations farfelues ne résisteront à un dimensionnement réaliste. Tu te jures que manoeuvrer à l’émotion du n’importe quoi va suffire à désarçonner les incroyants, réfractaires à ta guerre de religion.


    • CoolDude 22 janvier 12:59

      @JC_Lavau

      Bien sur, c’est moi le problème, c’est moi qui est un problème.

      Quand on passe d’un taux de CO2 (qui est un gaz à « effet de serre ») atmosphérique de 300 ppm à 400 ppm en 1 siècle (+25%), sans parler des autres, ça ne va rien changer aux climats ?

      Attention, je sors mon prix Nobel :
      On suppose que c’est linéaire, pofff poff pof, petite règle de 3...
      ...
      ..
      .
      +25% -> +25% de forçage radiatif en plus dût à ce gaz !

      Oui, mais les plantes poussaient mieux à l’époque... Si vous avez que ça comme argument.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 janvier 13:26

      @CoolDude. Tu as encore tout oublié de l’histoire de la Terre. Les escrocs auxquels tu fais confiance t’ont dissimulé le contenu des cours de géol, ainsi que la physique de l’atmosphère et la physique des absorptions spectrales. Les très très basses teneurs en dioxyde de carbone atmosphérique auxquelles nous sommes accoutumés, 200 à 400 ppm, n’ont pu arriver qu’au Quaternaire, où il y a des glaciations, donc des mers très anormalement froides. Au Quaternaire, les épisodes interglaciaires sont très courts, comparés aux temps de glaciation.
      Si depuis le Mésozoïque l’atmosphère s’est si dramatiquement appauvrie en dioxyde de carbone, ce sont les dépôts de calcaires coquilliers et récifaux, et là, ces carbonates sont définitifs. Sauf très marginalement les fours à chaux ou à ciment.

      Tu vis toujours sur le délire dicté par les climastrologues, selon lequel ils auraient trouvé le bouton de réglage du climat. Leur activité relève du Code Pénal : diffusion de nouvelles fausses dans le but de s’enrichir.


    • Le421 Le421 20 janvier 09:31

      Ce qui est certain, c’est qu’on ne verra pas de Ministère de l’Écologie dans un gouvernement UPR.

      C’est logique.

      A droite, extrême ou pas, c’est juste un gadget...

      Sonnez chez un agriculteur et dites que vous êtes écologiste !!

      Il file chercher le douze et les cartouches...


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 11:35

        @Le421

        Ce qui est certain, c’est qu’on ne verra pas de Ministère de l’Écologie dans un gouvernement UPR. C’est logique.A droite, extrême ou pas, c’est juste un gadget..

        .
        Et voui, à l’ UPR on est tellement cons et tellement fachos qu’on ne risque pas de s’intéresser à l’écologie !
        .
        « UPR-La gestion industrielle des forêts.
        .
         »UPR-Programme écolo & agriculture"
        .
        Heureusement, il y a les petits génies de Gôoche, qui font croire qu’on peut s’occuper d’écologie, tout en restant dans l’ UE, productiviste et mondialiste !



      • doctorix doctorix 20 janvier 12:10

        @Le421

        , c’est qu’on ne verra pas de Ministère de l’Écologie dans un gouvernement UPR.

        Non, on ne verra pas un Ministère de cette écologie-là, je l’espère bien. Nous ne voulons pas d’une écologie qui se trompe sur les causes et promet la Lune.
        Pas plus que nous ne voulons de cette europe-là, toutes deux au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres.
        L’écologie actuelle, comme l’europe, a été dévoyée par des gangsters, et est soutenue par des imbéciles.


      • julius 1ER 20 janvier 10:01

        D accord avec toi le 421 !!!!

        certains continuent de vivre dans le déni en niant l’impact de l’homme sur la nature

        c’est pourtant un fait tellement avéré que cela devient pathétique !!!!

        pourtant il y en a qui ont compris les enjeux pour les années qui viennent, par ex le Maroc a construit la plus grande Unité de dessalinisation, qui traite 250 000 M3 d’eau par jour et à terme 450 000 M3 d’eau de quoi alimenter l’agriculture et plus de 100 000 personnes en eau potable .... et l’usine fonctionne à l’énergie solaire ...

        donc c’est tout à fait positif pour un pays relativement pauvre en eau comme le Maroc, on aimerait que l’Australie embraye sur ce genre de projet au lieu de s’en remettre au Dieu de la pluie et à 1 Prime minister corrompu ou idiot c’est au choix !


        • doctorix doctorix 20 janvier 11:53

          @julius 1ER
          Voilà typiquement le genre d’âneries propres à semer la confusion dans les esprits.
          D’abord, nos positions ne sont pas celles de l’UPR : nous avons une vie et une pensée en dehors de l’UPR.
          Ensuite, l’amalgame entre réchauffement climatique et élévation du CO2 est une aberration, comme je viens de le prouver. Le réchauffement n’a pas de cause humaine.
          Ensuite, nous distinguons parfaitement la différence qu’il y a entre lutter contre la pollution, une nécessité évidente, et se battre contre le CO2, ce qui est une pure perte de temps et d’argent.
          Donc nous ne nions pas du tout l’impact de l’homme sur la nature, et vous nous calomniez. Simplement, nous discernons ses méfaits réels de ses méfait imaginaires. On se trompe d’ennemi : le CO2 accompagne la pollution (due aux fumées, particules fines, NOX qui l’accompagnent), mais n’est ni un polluant ni le coupable du réchauffement. Son seul impact est positif : il a verdi la terre de 20% supplémentaires depuis une quarantaine d’années, et il est encore quantitativement insuffisant pour un optimum botanique.
          Remballez vos rengaines éculées.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 12:03

          @julius 1ER
          on aimerait que l’Australie embraye sur ce genre de projet au lieu de s’en remettre au Dieu de la pluie
          .
          C’est sûr, l’ Australie, qui est une île, ne peut pas utiliser l’eau de mer pour stopper les incendies dès le début, dans les zones côtières ! Comme en Corse, où les Canadairs écopent même dans le port d’Ajaccio, il leur faut de l’eau douce !
          .
          Quitte à stocker l’hiver, à l’intérieur des terres, de l’eau de mer dans des réservoirs près des forêts, ça coûtera moins cher que de fabriquer de l’eau douce qu’il faut réserver aux animaux et aux humains.
          On voit que vous avez le sens de la gestion des deniers publics...


          certains continuent de vivre dans le déni en niant l’impact de l’homme sur la nature

          Avant, les catastrophes, c’était la main du Kremlin dans la culotte à ma soeur, maintenant, c’est la faute du CO2 et de l’ humain...
          .
          Pourquoi vous ne proposez-vous pas de relocaliser les usines qui imposent les bateaux porte conteneurs ? Pourquoi faut-il acheter des produits qui font 100 fois le tour de la terre ?
          .
          Parce que le libre échange imposé par les Traités européens vous en empêche.Tout doit circuler librement dans l’UE et avec le reste du monde : les marchandises, les capitaux, les hommes & les services.
          .
          Comment sortir du libre échange ?
          En sortant de l’ UE, et en remettant en place tout ce qui a été dérégulé.
          Mais ça doit être trop simple pour des esprits supérieurs...


        • assouline assouline 20 janvier 13:28

          @Fifi Brind_acier
          .
          Chacun l’aura compris, si le feu ravage les forêts australiennes, c’est la faute aux traités de libre-échange européens...

          En effet, le libre-échange permet l’exportaton libre de briquets, qui, une fois dans les mains des pyromanes australiens, permet le libre-allumage de cigarettes combustibles, elles aussi importées en vertu du traité de libre-échange européen, puis, enfin, par la libre-négligence du fumeur australien, permet l’embrassement des forêts australiennes...

          C’est pourtant pas compliqué...

          Prochainement, nous verrons comment les traités européens de libre-échange et les GOPE sont à l’origine du vieillissement de la population française et de sa mauvaise humeur...


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 14:19

          @assouline
          Tiens, le Ministère de l’Intérieur vous a encore missionné ?
          Et moi qui croyais que la police manquait d’effectifs ?
          On m’aurait menti à l’insu de mon plein gré ?


        • Zozo canal histrionique 20 janvier 14:22

          @Fifi Brind_acier

          C’est possible !

          Mais on engage pas les Navy SEAL sûrs à la légère dans la nationale !

          Next


        • assouline assouline 20 janvier 14:59

          @Fifi Brind_acier

          La police, oui...
          Les partisans du bon sens, non... forcément pas...


        • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 15:17

          @Fifi Brind_acier. A mes yeux, l’Australie est plutôt un vrai continent. Mais il est vrai fort sensible aux deux oscillations océaniques qui l’encadrent : la dipôlaire indienne, et la Sud-Pacifique.
          Du point de vue des Canadair, l’eau est le plus souvent diablement trop loin. Question houles, je n’ai pas de renseignements précis sur ce qui bat les côtes de South New-Wales. Je me doute quand même qu’il y a des périodes où un Canadair ne doit pas écoper ni se poser : trop de houle.

          Le simple fait que l’eucalyptus a pu évincer la plupart des autres essences démontre que de nombreux incendies durant les millénaires précédents ont favorisé cet arbre pyromane. Les climats de l’Australie, ça n’est pas pour les poules mouillées. La lignée marsupiale n’est probablement pas née en Australie mais en Amérique du Sud, et certains conjecturent que la variété marsupiale actuelle d’Australie et de Tasmanie ne serait due qu’à un petit nombre d’animaux reproducteurs venus par l’Antarctique. En tout cas, la reproduction marsupiale présente un avantage certain dans les climats instables de l’Australie : si une sécheresse rend impossible la poursuite de la croissance du petit, la dépense pour la mère est largement inférieure à ce qu’aurait coûté une grossesse placentaire, qui doit se mener jusqu’à terme, même si c’est la famine dehors.

          Je ne vois pas en Australie de dépressions à remplir pour avoir des pluies à l’avenir, telles la Mer Morte ou Qattara.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 19:23

          @assouline...

          Les partisans du bon sens, non... forcément pas...

          .
          Merci, j’avais oublié le slogan : « Le bon sens à côté de chez vous » !
          Et bien, dites donc, quel bénévolat au service de votre belle Europe !
          .
          Je suppose que vous avez un gros portefeuille d’actions dans les entreprises du CAC 40 et des multinationales ?
          Parce que le bons sens qui ne rapporte rien, ce n’est plus du bon sens.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 janvier 08:56

          @JC_Lavau
          Du point de vue des Canadair, l’eau est le plus souvent diablement trop loin.


          .
          Regardez la vidéo que j’ai mise en lien sur les Canadairs en Corse, il y a de la houle aussi, quand le mistral souffle très fort.
          .
          Les Canadairs peuvent remplir leurs soutes à terre avant de décoller !

          Cela suppose des réserves d’eau enterrées au bord des pistes.
          Ils ont tout l’hiver pour les remplir.
          .
          En Provence, dans tous les massifs forestiers, il y a des citernes, au bord des chemins forestiers, pour que les pompiers n’aient pas à repartir à la caserne faire le plein d’eau.
          .
          Les solutions existent, elles doivent être anticipées, pour attaquer les feux dans la première heure. D’où en Provence, des tours de gué avec une présence humaine tout l’été, 24 h/24.
          .
          Protéger les massifs forestiers est un choix politique.


        • JL JL 21 janvier 09:07

          @Fifi Brind_acier
           
          ’’ Les Canadairs peuvent remplir leurs soutes à terre avant de décoller. ’’
           
          Vous croyez ?
           
          Les Canadairs ne sont pas faits pour ça.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 janvier 09:55

          @JL
          Regardez donc la vidéo avant de poster !


        • JL JL 21 janvier 10:01

          @Fifi Brind_acier
           
           quelle vidéo ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 11:08

          @Fifi Brind_acier. Ayant parfois risqué ma vie dans des gués torrentueux en Laponie, je préfère quand même les tours de guet, pour guetter les départs de feu.


        • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 11:13

          @JL. A chaque départ de feu signalé, les Canadairs de Marignane partent les soutes pleines, remplies à la base. Certes, recommencer ainsi, au lieu de trouver un plan d’eau pour écoper, est un sous-emploi de l’avion, loin de son optimum. Dans l’urgence, et d’ici l’achat d’un autre appareil, purement terrestre par défaut.


        • JL JL 21 janvier 11:26

          @JC_Lavau
           
           merci pour la précision. J’ignorais. Je suppose qu’il faut une piste d’envol très longue.


        • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 12:45

          @JL. Non, pas plus longue que leurs envols depuis un plan d’eau où ils ont écopé. Leur charge alaire est volontairement limitée, les ailes sont porteuses.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Canadair_CL-415
          https://en.wikipedia.org/wiki/Canadair_CL-415
          https://en.wikipedia.org/wiki/Beriev_Be-200
          ...


        • JL JL 21 janvier 14:48

          @JC_Lavau
           
           ben si quand même vu que quand ils écopent, ils possèdent déjà la vitesse d’envol et la conservent.
           
          A contrario, pour un décollage départ arrêté et avec leur charge d’eau il faut rajouter le temps d’accélération qui est proportionnel à la charge, donc une piste plus longue que pour un décollage à vide.


        • Désintox Désintox 21 janvier 18:04

          @doctorix
          " nous avons une vie et une pensée en dehors de l’UPR.’

          Ouf !



        • julius 1ER 20 janvier 10:13

          de plus pour éclairer le débat sur la nécessité d’être volontariste et fournir de l’eau à une humanité qui va en manquer, les chiffres parlent d’eux-mêmes, la terre, c’est 97,5% d’eau non potable c’est à dire que pour produire assez d’eau pour alimenter 7 à 10 milliards d’humains et satisfaire leurs besoins quotidiens c’est au moins 100 000 Unités de dessalinisation à mettre en chantier .... autant dire que l’on en est loin, avec cette course à l’armement qui repart et le gaspillage économique que cela engendre .....

          la terre brule et l’on regarde ailleurs qu’il disait !!!!


          • doctorix doctorix 20 janvier 12:03

            @julius 1ER
            Vous avez raison, on a besoin d’eau pour éteindre les incendies...
            Mais plus sérieusement, ce dont nous avons besoin, c’est de mettre hors-circuit les spéculateurs et autres fonds de pension qui sont en train de faire de l’eau un espace de profits faramineux, au détriment des utilisateurs.
            Il y avait un très bon reportage sur arte :
            https://www.arte.tv/fr/videos/082810-000-A/main-basse-sur-l-eau/


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 12:12

            @julius 1ER
            et fournir de l’eau à une humanité qui va en manquer,


            .
            Pas dans le sud de la France, en tous cas !
            On baigne dans l’humide depuis 6 mois. Vous savez, le sud de la France, où les petits génies écolos nous prédisaient que ce serait le Sahel bientôt...
            Les habitants s’équipent en bateaux, palmes et tubas, tellement c’est le Sahel !
            .
            Quant à l’eau, il y a exactement le même nombre de litres d’eau sur terre que lors de la création des océans. Voui, ça s’appelle le « cycle de l’eau ».
            Je crois même qu’on l’enseigne en école primaire...


          • doctorix doctorix 20 janvier 19:07

            @Fifi Brind_acier
            Mais seule une partie est potable.
            Celle que nos usines polluent au travers de leurs déchets déversés dans les nappes phréatiques.
            Celle qui est gâchée dans la production de maïs hydrovore, pour nourrir des cochons dont personne ne veut.
            Voilà quel devrait être le combat de véritables écologistes, et non de se battre contre les moulins a vent du CO2, à coups de milliards gâchés.
            C’est ce genre d’écologistes que nous souhaitons être.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 19:53

            @doctorix

            Je ne parlais pas de qualité, mais de la quantité d’eau.
            L’idée couramment admise chez les écolos, c’est que plus il fait chaud, plus l’eau s’évapore et qu’elle disparaît mystérieusement dans la galaxie...
            .
            « Nous allons manquer d’eau » disent-ils.
            Donc n’arrosons plus et ne mettons plus d’eau dans le pastis !
            .
            Dans le même temps, ils s’opposent aux infrastructures permettant de stocker ou d’apporter de l’eau d’un point A à un point B.
            .
            J’avais demandé à une élue EEVerts au Conseil régional, d’intervenir dans mon département, pour obtenir une extension du Canal de Provence, afin d’ alimenter une grande zone, classée zone agricole depuis 40 ans, mais dépourvue d’eau et qui est en friche.
            .
            Pour permettre d’y installer de jeunes agriculteurs, en bio si possible. Quand on connaît le prix du foncier en Provence, c’était gagnant pour tout le monde.
            .
            Elle n’a jamais daigné me répondre.
            J’en ai conclu que c’était des Mickey de l’écologie.
            Les fleurettes, oui. Les emplois, même en bio, non !
            Mieux vaut acheter du bio chinois.
            .
            Quand on créera la journée « des coups de pieds au cul qui se perdent », j’y inscrirai la dite élue, pour qui j’avais bêtement voté, je l’avoue. 


          • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 20:28

            @Fifi Brind_acier : « L’idée couramment admise chez les écolos, c’est que plus il fait chaud, plus l’eau s’évapore et qu’elle disparaît mystérieusement dans la galaxie ».
            Leur faute consiste à remplacer un décalage temporel dont ils n’ont aucune idée, par un déplacement géographique. Le Sahel, ils connaissent un peu, ils ont vu des images. Mais ils sont tellement ignares qu’ils ne savent pas que s’il fait plus chaud, les océans évaporent davantage, et les pluies sont plus abondantes.
            De plus les alizés et les moussons n’occupent plus exactement les mêmes latitudes. Ainsi quand il faisait plus chaud en Europe et Asie, le Sahara était arrosé. Il ne l’est plus depuis le refroidissement européen ; la mousson d’Afrique ne l’alimente plus.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 janvier 09:25

            @JC_Lavau
            De plus les alizés et les moussons n’occupent plus exactement les mêmes latitudes. Ainsi quand il faisait plus chaud en Europe et Asie, le Sahara était arrosé. Il ne l’est plus depuis le refroidissement européen ; la mousson d’Afrique ne l’alimente plus.

            .
            Oulala, les zones arrosées qui se déplacent dans le temps ! Vous êtes déjà dans la pensée complexe, hors de portée de nombreux citoyens ! Puisqu’on vous dit que le climat a toujours été réglé, sauf maintenant !
            .
            Quant à la canicule qui fait pleuvoir, il faudrait qu’ils aient compris le cycle de l’ eau, qui est enseigné à l’école primaire, faut pas trop leur en demander quand même...


            Sur les variations du climat, l’optimum de chaleur du Moyen-âge, qui a duré 300 ans.
            .
            Exemple en 1303. — Année exceptionnellement chaude et peu pluvieuse. La Seine, l’Oise et la Loire sont à sec. « En Alsace, on voyait des raisins mûrs à la Saint-Jean. Les cours d’eau étaient tellement desséchés que ceux qui faisaient tourner deux roues de moulins pouvaient à peine en mouvoir une, ce qui fit que, malgré l’abondance du blé, le pain se vendait cher. Par suite des chaleurs excessives, le Rhin était assez bas entre Strasbourg et Bâle pour qu’en beaucoup d’endroits on pût le traverser à pied. Dans cette région, la chaleur fut si intense que les charretiers conduisaient tout nus leurs voitures chargées par les campagnes.  »
            .
            Pour ceux connaissent le débit de la Seine et du Rhin, les traverser à gué suppose une période bien plus chaude qu’aujourd’hui.

            Cet optimum a été suivi d’une période glacière, plus courte.
            Tableau représentant la Tamise gelée à Londres en 1677.
            .
            Le GIEC étant incapable d’expliquer les variations du climat du passé, sans industrie, a décidé de modifier ses algorithmes pour les faire disparaître, comme ça, il n’y a plus rien à expliquer ! Le climat a toujours été réglé ! Ollé !

            « Torturez les chiffres, ils finiront par avouer ! »


          • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 12:24

            « ces feux sont imputables au réchauffement climatique », « absorber la même quantité de CO2 ». En un sens tu n’es pas responsable de ta crédulité, ni des sornettes qu’on te fait répéter.

            Que le couvert forestier soit indispensable à ton pays est indiscutable.

            Dix mille ans de culture sur brûlis sont peut-être bien responsables des cuirasse latéritiques qui sont spécifiques à la seule Afrique. Des sols ferrallitiques, il y en a sur les autres continents aux mêmes latitudes, mais de cuirasses, point. Pas certain non plus que les incendies naturels avant les cultures sur brûlis aient été un facteur favorable à la couverture végétale ; cela demanderait une véritable démonstration très fouillée, au lieu d’un simple récitage de slogans.


            Partout la presse aux ordres répète des slogans, répète des slogans,

            répète des slogans, tous carbocentriques, et ta crédulité ne fait pas de toi un distingué climatologue. Ni un distingué botaniste du reste.

            La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »

            ...



            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 12:49

              @JC_Lavau
              Partout la presse aux ordres répète des slogans, répète des slogans,


              .
              C’est ballot, les photos satellites montrent que la terre est plus verte qu’avant !
              .
              "Les résultats sont inattendus : les capteurs montrent un verdissement (davantage de feuilles ou parfois d’arbres) de 25 % à 50 % des terres végétalisées du globe depuis une trentaine d’années, essentiellement dans les tropiques et à des latitudes élevées.

              A l’inverse, seulement 4 % des sols ont perdu en couverture foliaire – dans certaines régions de Mongolie, d’Argentine ou en Alaska.

              Cet accroissement de la végétation représente, si on la mettait à plat, l’équivalent d’un continent vert de deux fois la taille des Etats-Unis (18 millions de km2).

              Aujourd’hui, les plantes couvrent près d’un tiers (32 %) de la superficie totale de la planète, occupant environ 85 % de toutes les terres libres de glace.

              "

              Un désastre, non ? Enfin, c’est surtout un désastre pour les gogos et les prévisions de Mme Irma du GIEC !
              .
              Quand on pense que ces pseudos scientifiques se plantent à court terme, comment peut-on leur faire confiance, et engager des politiques publiques qui vont nous coûter des milliards, pour des prévisions à 50 ans !?
              On marche sur la tête.


            • assouline assouline 20 janvier 15:06

              @Fifi Brind_acier

              C’est ballot, les photos satellites montrent que la terre est plus verte qu’avant !


              .

              Ce lien renvoie à un article du Monde...
              Ce qui tend à démontrer que Le Monde ne fait pas partie de « la presse aux ordres »...
              Ou que « la presse aux ordres » ne « répète pas que des slogans » mais, au contraire, informe sur de surprenantes découvertes...


            • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 15:20

              @assouline. Li mMonde ? Quand ils sont obligés, à la longue...
              Même wikipedia a été contrainte de divulguer que le temps de résidence du CO2 atmosphérique est de 5 ans, et pas un siècle ou deux. Même wikipedia, c’est dire...


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 20:21

              @assouline
              Ou que « la presse aux ordres » ne « répète pas que des slogans » mais, au contraire, informe sur de surprenantes découvertes...
              .
              Et oui, « les faits sont têtus », comme disait Lénine !
              .
              Les satellites n’observent pas les algorithmes bidouillés du GIEC, mais la réalité de la végétation sur terre, et la réalité est difficile à nier.
              .
              Les scientifiques peuvent avoir des divergences sur les hypothèses qui expliquent le réchauffement climatique, mais devant les faits, que dire, sinon qu’ils existent !?
              .
              C’est pareil pour les atolls du Pacifique, ils devaient être engloutis par la montée des océans.... Non seulement, ils sont toujours là, mais ils sont plus élevés qu’avant !
              .
              Pour les excuses de ces branquignols du climat, le Monde attendra sans doute encore un peu avant de les publier...


            • assouline assouline 20 janvier 23:17

              @Fifi Brind_acier

              Les satellites n’observent pas les algorithmes bidouillés du GIEC,


              Les scientifiques ont cependant fait tourner leurs algorithmes « bidouillés » pour pouvoir expliquer le phénomène observé par des satellites « bidouillés, eux aussi, par des sceintifiques. Le Monde donne les résultats :

              En faisant tourner dix modèles informatiques permettant de simuler le comportement de la végétation, les scientifiques ont déterminé et classé les facteurs jouant un rôle dans cette croissance : pour 9 %, il s’agit de l’augmentation de l’azote dans l’environnement (principalement sous l’effet de la combustion d’énergies fossiles et des engrais agricoles), pour 8 %, du changement climatique (le réchauffement des régions boréales et arctiques a, par exemple, entraîné des saisons de croissance des plantes plus longues) et pour 4 %, des changements d’occupation des sols. Mais le principal facteur (70 %) réside dans l’effet fertilisant du CO2.

              Les scientifiques peuvent avoir des divergences sur les hypothèses qui expliquent le réchauffement climatique, mais devant les faits, que dire, sinon qu’ils existent !?


              .
              Sauf que les scientifiques n’entendaient pas ici »expliquer le réchauffement« climatique » mais seulement les effets de la pollution au CO2 sur la flore... Rien de plus... A faire dire aux scientifiques ce qu’ils ne disent pas, forcément, on ne comprend rien...
              .

              C’est pareil pour les atolls du Pacifique, ils devaient être engloutis par la montée des océans....

              .
              Les atolls « devaient être engloutis » à altitude constante et compte tenu de l’élévation du niveau des mers...
              Mais, forcément, si l’altitude des atollsn en raison de la tectonique des plaques, s’éléve plus vite que le niveau des mers, il ne sont pas engloutis...
              C’est un peu comme pour les Alpes qui prennent un mètre d’altitude tout les 20 ans... Une rapidité de progression qui les sauvera des eaux tout comme les attols...
              A Mahé, aux Seychelles, on a cependant pas observé ce phénomène. La mer se fait plus menaçante au fil des années... et on y prévoit la construction de digues illusoires...

              Virginie Duvat, la scientifique qui s’exprime dans l’article en lien précise bien qu’ « Elle constate que depuis le début des années 1960, 28 ont perdu de la surface, 39 se sont agrandis et 35 sont restés stables. Un seul motu a disparu, car il a servi de carrière pour agrandir un autre îlot. Et trois nouveaux îlots se sont formés ! »

              la conclusion selon laquelle les atolls gagnent de la surface est donc erronée...

              Notons que ce constat des atolls dont la surface s’étend est fait par des scientifiques... Peut-être des « bidouilleurs » dont il conviendrait de se méfier...
              .

              Pour les excuses de ces branquignols du climat, le Monde attendra sans doute encore un peu avant de les publier...

              .
              Les « branquignols du climat » n’ont pas à s’excuser de rapporter une élévation du niveau des mers quand ils l’observent.
              En revanche, vous devriez publier ici-même vos plates excuses pour leur faire dire n’importe quoi...
              N’importe quoi parce vous n’êtes pas scientifique...
              N’importe quoi parce que vous n’en avez pas l’esprit
              N’importe quoi parce que vous n’en avez pas la rigueur...
              N’importe quoi parce que vous croyez pouvoir substituer aux compétences du scientifiques votre « bon sens » populaire...
              Celui qui d’ailleurs prévaut à toute vos productions quand elle exigerait bien davantage...

            • doctorix doctorix 20 janvier 23:31

              @assouline

              les effets de la pollution au CO2 sur la flore... 

              Comment peut-on énoncer une ânerie pareille ?
              Comment la nourriture des plantes pourrait-elle être qualifiée de « polluant » ?


            • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 23:40

              @assouline. Hubert Beuve-Méry est très très très mort, et Li mMonde est devenu un organe de propagande très contrôlé par la C.I.A. et israël. Ses maîtres lui ont assigné une sous-tâche de manipuler les foules à coups d’alarmisme « climatique » et carbocentriste. Entre ce qu’il diffuse de nos jours et des étrons la nuance est subtile.
              Un de ses antécédents : 
              https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/18/la-banquise-arctique-pourrait-completement-disparaitre-d-ici-a-quatre-ans_1761703_3244.html


            • Désintox Désintox 21 janvier 18:09

              @Fifi Brind_acier
              « C’est pareil pour les atolls du Pacifique, ils devaient être engloutis par la montée des océans... »

              Non, l’élévation des océans n’a pas encore commencé.


            • Désintox Désintox 21 janvier 18:10

              @JC_Lavau
              ’ Li mMonde est devenu un organe de propagande très contrôlé par la C.I.A. et israël."

              Complotisme.


            • Désintox Désintox 21 janvier 18:14

              @JC_Lavau
              Si votre baignoire se remplit plus vite qu’elle se vide, elle débordera, alors que le temps de résidence de l’eau est faible.


            • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 18:23

              @Surintox. Et le Schtroumpf à lunettes est un bête Schtroumpf.


            • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 21 janvier 23:15

              @Fifi Brind_acier
              Nous n’avons probablement pas assez de photos satellites pour conclure sur l’évolution de la surface végétalisée.
              Évidemment les plantes réagissent positivement à l’augmentation du CO2.
              C’est connu depuis l’enfance des agronomes.
              Encore faut-il qu’elles existent.
              L’article dit notamment :
              "Une densification de la végétation qui n’empêche toutefois pas la poursuite de la déforestation. Cette dernière, bien qu’ayant ralenti, a entraîné la destruction de 1,3 million de km2 de forêts en vingt-cinq ans selon l’ONU, soit l’équivalent de la superficie de l’Afrique du Sud. « Il est difficile de comparer les deux phénomènes en termes de superficie car la déforestation détruit de la forêt qui est généralement remplacée par des zones de culture, donc sans réel changement de surface végétalisée. En revanche, son effet sur le climat est négatif »

              "

              Oui l’évapotranspiration des arbres est incomparablement supérieure à celle des graminées.


            • JC_Lavau JC_Lavau 22 janvier 09:52

              @jesuisdesordonne : « C’est connu depuis l’enfance des agronomes », mais inconnu des climastrologues. Comme toutes les autres pseudo-sciences, la climastrologie carbocentrique s’isole de tous les autres résultats expérimentaux établis.


            • JC_Lavau JC_Lavau 22 janvier 09:56

              @Totalintox : « l’élévation des océans n’a pas encore commencé ». Merci de cet aveu. N’hésite pas à nous exposer par quel miracle climastrologique pourrait arriver ton engloutissement prophétisé.


            • doctorix doctorix 22 janvier 11:09

              @Désintox

              Non, l’élévation des océans n’a pas encore commencé.

              Vous venez donc d’avouer que les glaces ne fondent pas....


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 janvier 12:34

              La France n’a pas de pétrole, mais elle a des idées !

              « Le bateau français qui transforme l’eau de mer en boisson »

              .

              L’exemple est typique de la schizophrénie de nos z’élites. Dans leurs discours, ils sont tous plus écolos que le voisin, dans la pratique, c’est une autre affaire...
              .

              L’inventeur de ce bateau a cherché dès 2013 des financements, d’abord publics. En 2013, c’était le Gouvernement de Hollande. Où était Ségolène, la grande prêtresse de l’écologie ? De 2014 à 2017, elle était Ministre de l’écologie et.. de la mer !

              .

              "Peine perdue : Régis Revilliod finira par lever trois premiers millions d’euros en 2015 et 2016 auprès de son réseau personnel, afin de lancer l’aventure, et de fonder le premier armateur français depuis la compagnie du Ponant (fondée en 1984, NDLR)."

              .

              L’administration, ce n’est pas mieux :

              "Les bateaux battent pour l’instant pavillon panaméen, « non pour des raisons fiscales » jure l’armateur, mais « parce que nous avions besoin d’immatriculer et d’assurer le bateau immédiatement, et que l’administration française ne voulait pas nous répondre » ajoute-t-il.

              Idem pour son projet de kite pour stabiliser les bateaux lors des phases de pompage : « nous avions travaillé six mois, à huit ingénieurs, pour produire un dossier scientifique de 750 pages.

              J’ai déposé ce volumineux dossier à l’ADEME un mardi, et reçu une réponse négative... le vendredi, pour mes demandes de subventions » peste-t-il encore.


              • cathy cathy 21 janvier 12:46

                Les aborigènes avaient déjà fait de l’Australie un désert du fil des siècles.


                • Désintox Désintox 21 janvier 18:13

                  @cathy

                  • Les jours pairs, les climato-négationnistes affirment qu’il serait bien présomptueux de croire que l’homme peut modifier le climat.
                  • Les jours impairs, ils disent que des peuplades peu nombreuses et dépourvues de technologies peuvent désertifier un continent.

                • JC_Lavau JC_Lavau 21 janvier 19:29

                  @cathy. Affirmation qui mériterait une argumentation chiffrée et documentée.


                • doctorix doctorix 22 janvier 11:20

                  @Désintox
                  Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, il y a 160 millions d’années, il y avait dix fois plus de C02 dans l’atmosphère et il ne faisait pas plus chaud.
                  Pourtant, si on en croit le GIEC, avec ce taux, les océans auraient du bouillir.
                  Votre coupable est donc parfaitement innocent.
                  Mais il faudra des décennies pour que ces connards d’écologistes de pacotille en prennent conscience, maintenant que l’intoxication générale est « en marche »..
                  A moins d’un bon coup de froid, qui leur donnera bien plus de souci que le réchauffement. Ce jour-là, ils encourageront la combustion des fossiles et tout ce qui peut faire de la fumée...
                  Parce que chez ces gens-là, Monsieur, on a des certitudes...


                • CoolDude 22 janvier 13:07

                  @doctorix

                  Il ne faisait pas plus chaud...

                  Comme je l’ai déjà dit... il y a 160 millions d’années, c’était le jurassique, on estime qu’au début de cette ère, il faisait 22°C de température moyenne, c’est à dire +8°C par rapport au température actuelle.

                  Sous nos lattitude, on estime que la température moyenne était de 25°C.


                • doctorix doctorix 22 janvier 14:01

                  @CoolDude
                  Vous savez, moi, je n’invente rien.
                  C’est ici, en page 7 :
                  https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/PUECH-CUQ-2017.pdf
                  A 25°C de moyenne , je pense que toute la végétation aurait cuit au soleil.
                  Or elle n’a jamais été aussi abondante qu’à cette époque.
                  Vos chiffres sont en tous cas erronés :

                  Paléogéographie et climat

                  ClimatTaux de O2 atmosphériqueenv. 26 %vol1
                  (130 % de l’actuel)Taux de CO2 atmosphériqueenv. 1 950 ppm2
                  (f  7 le niveau d’avant la révolution industrielle)Température moyenne16,5 °C3
                  (+°C par rapport à l’actuel)
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurassique

                  Sept fois, vous imaginez ?


                • doctorix doctorix 22 janvier 14:29

                  @CoolDude
                  Vous savez appliquer une règle de 3 ?
                  Sachant qu’avec 600 % de plus de CO2 (7 fois plus au jurassique que maintenant), on a une augmentation de température de 3°C, de combien va augmenter la température si on limite l’augmentation du CO2 à 30% (ce qui va coûter 29,000 milliards sur 10 ans, et cela dans le cas improbable ou le CO2 serait cause et non conséquence du réchauffement) ?
                  Je vais vous le dire : ça fait 0,15°C.
                  Si vous ne voyez pas que c’est une perte de temps et d’argent, personne ne peut rien pour vous.
                  Dans tous les cas, le climat fera ce qu’il veut, et le rôle de l’homme, c’est nada, peanuts, que dalle.


                • doctorix doctorix 22 janvier 14:37

                  De tous temps, certains hommes ont adoré pratiquer l’auto-flagellation.
                  Aujourd’hui, les écologistes sont devenus ces sortes d’illuminés, qui croient par leurs mortifications sauver le monde.
                  A noter que ces pratiques étaient concomitantes de l’inquisition, que et ces deux conneries sont aujourd’hui à nouveau à l’honneur.


                • CoolDude 22 janvier 15:03

                  @doctorix

                  A 25°C de moyenne , je pense que toute la végétation aurait cuit au soleil.
                  Or elle n’a jamais été aussi abondante qu’à cette époque.

                  En climat véritablement équatorial, la température moyenne est de 27 °C.


                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Climat_%C3%A9quatorial


                • CoolDude 22 janvier 15:36

                  @doctorix

                  D’après :
                  https://en.wikipedia.org/wiki/File:Phanerozoic_Carbon_Dioxide.png
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Pal%C3%A9oclimatologie

                  Si on prend les valeur Rothman et COPSE qui sont dans les marge d’erreur de GeoCarb III : On est entre 1000 et 600 ppm pendant le Jurassique avec une température entre +8°C et +2°C...

                  Ce n’est pas si déconnant que ça.


                • CoolDude 22 janvier 15:39

                  @doctorix

                  Et pour info... Pour que de très très gros reptile à sang froid avance... Il faut qu’il fasse chaud !


                • JC_Lavau JC_Lavau 22 janvier 15:45

                  @CoolDude. Les très gros reptiles avaient développé une homéothermie non négligeable. Le seul reste survivant est l’homéothermie des oiseaux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès