• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Gilets jaunes : Emmanuel Macron explique sa transition écologique

Gilets jaunes : Emmanuel Macron explique sa transition écologique

Concilier les fins de mois …avec la fin du monde !

_yartiMacron2018112702

Au Palais de l’Élysée à Paris, ce mardi 27 novembre 2018, pendant près d’une heure, le Président de la République Emmanuel Macron a présenté sa politique concernant la transition écologique, et a voulu l’associer à une "transition sociale". Prévu dès le 22 novembre 2018, ce discours, officiellement, n’était pas une réponse au mouvement des "gilets jaunes", mais implicitement, il a pour objectif de rassurer les inquiets et d’apaiser les "gilets jaunes" en colère.

Ceux qui considèrent qu’Emmanuel Macron n’a pas entendu ou n’a pas écouté les manifestants appelés "gilets jaunes" depuis une dizaine de jours seront de mauvaise foi. Celle de la manipulation politique, ce qui est de bonne guerre dans le jeu politicien mais qui ne fait rien avancer de constructif. Emmanuel Macron a voulu séparer les citoyens en colère ou inquiets pour leur pouvoir d’achat ou celui de leurs proches de ceux qui ont commis des actes d’extrême violence.

Il me semble qu’Emmanuel Macron a su habilement présenter sa politique. D’une part, en refusant de changer de cap (tout gouvernement qui renonce finit par perdre tant politiquement qu’électoralement), mais sans être aveugle pour autant de la détresse de nombreux citoyens (cette double idée était le "teasing" du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux à l’issue du conseil des ministres du 26 novembre 2018). D’autre part, en apportant une vision à long terme de ce qu’il entreprend.

Je reviendrai dans un article ultérieur sur la pertinence ou pas d’une transition écologique. Ce n’est pas la question ici, ni dans cet article ni dans les propos présidentiels. La question ici n’est pas "pourquoi" mais "comment". Il est vrai que le "pourquoi" aurait mérité d’être posé avant le "comment", mais j’y reviendrai.

Emmanuel Macron a d’abord présenté son programme d’action pour la transition écologique, et ensuite, il a exprimé sa volonté de changer de méthode en prenant plus appui sur la "base", sur le "terrain", sur les "territoires", sur le "peuple". En somme, plus appui sur la "société civile".

J’approuve son programme de transition écologique car je le crois raisonnable, logique et anticipateur. Je n’approuve pas forcément sa nécessité (je le répète, c’est une autre question), mais s’il fallait en faire un, celui présenté ce 27 novembre 2018 me paraîtrait adapté.

Ainsi, sur le plan énergétique, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de toutes les centrales thermiques au charbon d’ici à 2022. Cela me paraît d’autant plus justifié que certains pays en ouvrent même de nouvelles (y compris parmi nos voisins), ce qui paraît effarant.

Il a annoncé 8 milliards d’euros (au lieu des 5 milliards d’euros actuellement) consacrés annuellement au développement des énergies renouvelables. Il a cité l’éolien (avec un parc marin au large de Saint-Nazaire) et le photovoltaïque. Il a aussi cité la géothermie et également l’hydraulique quand les conditions géographiques le permettent. Concernant les véhicules électriques, il a annoncé également un plan pour permettre à l’industrie française de fabriquer ses propres batteries.

_yartiMacron2018112703

Concernant le nucléaire, il m’a paru raisonnable et réaliste. Il a rappelé que l’énergie nucléaire était une énergie propre, décarbonée et économique. Il a cependant gardé le cap de la part du nucléaire réduite à 50% de la production d’électricité, mais en le repoussant dans le calendrier de 2025 à 2035. Dans son esprit, cela signifie surtout augmenter la production d’énergie renouvelable plus que réduire la production d’énergie nucléaire.

Concrètement sur le parc nucléaire, Emmanuel Macron a confirmé la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en 2020 et la fermeture de douze autres réacteurs nucléaires entre 2025 et 2035. Ce plan ne s’opposera pas aux éventuelles décisions de l’agence de régulation qui, pour des raisons de sécurité, préconiserait la fermeture de certains réacteurs.

De plus, Emmanuel Macron a considéré avec raison qu’il fallait absolument poursuivre la recherche sur le nucléaire et qu’il n’était pas question de réduire les budgets de la recherche sur ce sujet. Il a dit que la recherche serait aussi encouragée sur le stockage d’énergie car la production des énergies renouvelables (soleil, vent, eau) est intermittente et donc, tant qu’il n’y aura pas un moyen technologique de stocker l’électricité, les énergies renouvelables manqueront en efficacité comme solution écologique.

Emmanuel Macron a "hérité" d’une trentaine d’années de politique incohérente ou sans vision sur l’énergie et les "gilets jaunes" semblent vouloir lui faire porter la responsabilité de ses prédécesseurs. Néanmoins, il ne s’est pas caché derrière le passé et a largement accepté sa responsabilité puisque c’est lui qui est au pouvoir et qu’il est donc en mesure de faire changer les choses.

Il a souligné les injonctions paradoxales dans les revendications des "gilets jaunes" entre baisser voire supprimer les taxes et augmenter les services publics. Ce qu’il n’a pas rappelé, en revanche, c’est que le budget 2019 va avoir 100 milliards d’euros de déficit, soit 20 de plus qu’en 2018. La situation financière de la France est donc loin d’être assainie : on dépense toujours trop et c’est la raison pour laquelle le gouvernement ne veut pas céder sur les taxes.

Justement, sur les taxes sur les carburants, Emmanuel Macron a rappelé que ces taxes et ces augmentations de taxes ne proviennent pas de son action mais ont été décidées par ses prédécesseurs. Il les a cependant approuvées, sinon, il aurait eu les moyens de les supprimer. Il a repris l’idée des années 2000 de faire une taxe flottante qui serait réduite en cas d’augmentation forte du baril du pétrole et augmentée en cas de baisse, afin de lisser le prix à la pompe. C’était l’une des revendications des "gilets jaunes" qu’il a semblé donc reprendre à son compte. Il compte mettre en place ce mécanisme dans trois mois, ce qui ne dit rien sur l’augmentation prévue au 1er janvier 2019.



Trois mois, c’est le temps aussi qu’Emmanuel Macron se donne pour faire une large consultation avec tout le monde, tous les partis, les associations, les syndicats, les acteurs sociaux et économiques, et donc, il a laissé la possibilité aux "gilets jaunes" de venir aussi débattre, pour accompagner socialement cette transition écologique et rendre compatible les préoccupations de fins de mois avec celles de la "fin du monde". Il faut que les inégalités économiques ne soient pas renforcées par la transition écologique.

J’aurais fustigé cette expression très exagérée du "fin du monde" (indépendamment de l’exagération planétaire, même la fin de la Terre ne signifierait pas la fin du monde, ou alors, la conception du monde serait très restreinte alors qu’on a déjà découvert des centaines de milliards d’amas de galaxies), si je n’avais pas compris que c’était évidemment un "clin d’œil" présidentiel à son ancien ministre Nicolas Hulot qui avait évoqué cette problématique de "fin du monde" et de "fins de mois" dans sa prestation à "L’émission politique" sur France 2 le 22 novembre 2018.

Emmanuel Macron n’a pas détaillé les moyens d’organiser cette grande consultation nationale, ce sont Édouard Philippe et François de Rugy qui sont chargés de ce travail, mais il est clair qu’il a compris que la transition écologique devait être un mouvement qui soit acceptable par la grande majorité des citoyens, et que des mesures sociales doivent forcément accompagner les mesures ambitieuses sur la manière de se déplacer ou de se chauffer, la manière de produire étant plutôt réservée aux entreprises qui ont d’autres préoccupations que la seule "fin du mois".

Ainsi, au-delà des aides déjà créées comme l’aide à la conversion et le chèque énergie, on peut imaginer (je m’avance car ce n’est qu’une suggestion personnelle) que l’État puisse garantir des emprunts à taux faible voire zéro pour l’acquisition d’un véhicule considéré comme "propre" ou pour des travaux de rénovation du logement pour réduire les déperditions calorifiques.

Personne ne peut reprocher à Emmanuel Macron de prendre des décisions. On lui aurait reproché tout autant de n’en prendre aucune si cela avait été le cas. En revanche, il ne doit plus prendre de décisions hors-sol. En ce sens, il semble avoir compris qu’il faut impliquer le peuple dans sa politique. La leçon de l’hiver 1995-1996 doit être acquise.

Ceux qui considéreront qu’accepter la concertation que le gouvernement propose serait un acte de trahison du mouvement des "gilets jaunes" seront les vrais manipulateurs de la crise actuelle. Le Président de la République propose une ouverture à la discussion, la refuser serait incohérent de la part de ceux qui, légitimement, se sentent rejetés par la société actuelle et par la politique nationale actuelle, se sentent incompris, se sentent peu écoutés. La concertation que propose Emmanuel Macron est donc l’occasion idéale pour que toute cette détresse sociale réelle remonte jusqu’aux oreilles des gouvernants.

Mais cette solution est une solution de construction. Ce n’est pas forcément l’objectif de certains responsables politiques qui, aux extrêmes, ont misé sur l’échec d’Emmanuel Macron, au risque de miser sur l’échec de la France et des Français…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 novembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours du Président Emmanuel Macron le 27 novembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
Gilets jaunes : Emmanuel Macron explique sa transition écologique.
Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les "gilets jaunes".
L’irresponsabilité majeure des "gilets jaunes".
Gilets jaunes : démocratie des urnes et grognement des rues.
Les taxes sur les carburants compenseraient-elles la baisse de la taxe d'habitation ?
Le bilan humain très lourd de la journée des "gilets jaunes" du 17 novembre 2018.
Gilets jaunes, au moins un mort et plusieurs blessés : arrêtez le massacre !
Emmanuel Macron, futur "gilet jaune" ?
Le Mouvement du 17-novembre.
Emmanuel Macron.
Édouard Philippe.
La taxation du diesel.
L’écotaxe.
Une catastrophe écologique ?
Amoco Cadiz (16 mars 1978).
Tchernobyl (26 avril 1986).
AZF (21 septembre 2001).
Fukushima (11 mars 2011).
L’industrie de l’énergie en France.
La COP21.
GIEC : la fin du monde en direct, prochainement sur vos écrans !
Vibrez avec la NASA …ou sans !
Le scandale de Volkswagen.

_yartiMacron2018112704


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • papat 27 novembre 2018 18:46

    quelqu’un a lu l’article , si oui ,est ce que c’est encore du cirage de pompe ?


    • gaijin gaijin 27 novembre 2018 18:48

      @papat
      voir ci dessous ....


    • Dédé 28 novembre 2018 08:33

      @papat
      Vous avez raté l’intervention de Micron ? Pas de souci, lui aussi l’a ratée !


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 novembre 2018 11:13

      @papat
      Rien que le titre sonne « fake news »
      Il n’est pas questions de transition écologique mais de transferts fiscaux.

      Ne pas voir cette évidence (qui échappe il est vrai à la globalité de nos média) est l’assurance de ne pas traiter le sujet correctement.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 11:23

      @papat,

       Si vous voulez en savoir plus dans un débat avant d’être pompette....
       C’était hier soir sur ARTE

      Écologie et pouvoir d’achat sont-ils compatibles ?
      Emmanuel Macron a présenté ce mardi 27 novembre son plan pour la transition écologique et énergétique. Il veut la rendre « acceptable », en d’autres termes : juste et démocratique. Il a notamment annoncé une grande concertation de terrain, qui doit permettre de répondre dans les mois qui viennent à la colère du mouvement des « gilets jaunes », toile de fond de la crise sur la hausse des taxes sur le carburant. « Je refuse que la transition écologique accentue les inégalités entre territoires et rendent plus difficile encore la situation de nos concitoyens qui habitent en zone rurale ou en zone périurbaine », a déclaré le chef de l’État. Mais comment faire payer de façon équitable cette transition écologique ? On en parle avec Pascal Canfin, directeur général de WWF France, Benjamin Amar, responsable de la CGT Val-de-Marne, et Laure Noualhat, journaliste et spécialiste de l’environnement.


    • Attila Attila 28 novembre 2018 11:47

      @papat
      Pire que ça, avec Rakotopaillasson, c’est le dessous des godasses qui est essuyé.

      .


    • gaijin gaijin 27 novembre 2018 18:47

      jamais lu un truc aussi dégoulinant de servilité

      berk ....


      • devphil30 devphil30 27 novembre 2018 20:19

        @gaijin

        Comme d’habitude ..........


      • Gollum Gollum 27 novembre 2018 18:51

        Texte langue de bois sans aucun intérêt. Sers la soupe.


        • Pere Plexe Pere Plexe 28 novembre 2018 11:20

          @Gollum
          Je propose une peine exemplaire !
          Que l’auteur soit déporté au cœur du Morvan (des Cévennes, de la Bresse, du Cantal....) avec sa trottinette et l’ interdiction d’utiliser un moteur à explosion.


        • papat 27 novembre 2018 19:03

          merci j’ai gagné du temps !


          • Attilax Attilax 27 novembre 2018 19:06

            Putain, mais QUI le publie en modé ??? Il en sort 5 par semaines, allant toujours dans le sens du pouvoir, tous sans intérêt, et il est systématiquement publié. Par qui ? mystère. On sait pas.

            Il ne répond jamais aux commentaires. Preuve de son désintérêt pour ses lecteurs, s’il en a. Ce qui compte est de déposer une bouse, pas de parler.

            Un troll officiel en quelque sorte, mais qui posterait au lieu de juste commenter. Bon heureusement, on est libre de ne pas le lire.

            Mais il y a vraiment un sérieux problème de modération des posts à AV.


            • gaijin gaijin 27 novembre 2018 19:09

              @Attilax
              allons allons il faut bien que chacun s’exprime ...
              et puis peut être que s’il obtient enfin son poste de ministre de l’information en corée du nord il nous lachera .....


            • covadonga*722 covadonga*722 27 novembre 2018 19:12

              @Attilax
              cher auteur ,
              vous découvrez, ? que , monsieur 
              Roakotason et quelques autres ne passe pas par la case modération ....hé hé sacré Carlos 


            • Gollum Gollum 27 novembre 2018 19:27

              @Attilax

              Le plus drôle est qu’il fait référence à Simone Weil (dans son profil) qui était un tempérament à l’opposé du sien. Qui savait prendre des risques, elle, avait le sens des pauvres, alors que Rako est visiblement un conformiste total incapable de la moindre remise en cause... et qui est un trouillard toujours du côté du manche.

              Simone Weil aurait été du côté des Gilets jaunes et absolument pas du côté de Macron...

              En bref, sa récupération de Simone Weil est particulièrement indécente.


            • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 28 novembre 2018 11:05

              @Attilax

              Ne pas confondre modération et censure, sinon on est partis pour la gloire. Perso je pense que les articles de Rototo sont de la merde, du cirage de pompe intégral et que le type est vraiment tombé très bas dans l’échelle des valeurs, mais il ne me viendrait pas à l’esprit de bloquer l’article en modération.


            • Attilax Attilax 28 novembre 2018 17:11

              @Philippe Huysmans

              Moi non plus. Mais pourquoi TOUS ses posts sans intérêts sont-ils systématiquement publiés alors que quand je regarde la modé il est toujours négatif ??? Alors que d’autres avec des résultats positifs ne sortent pas ? C’est pas seulement « bizarre », c’est clairement de la triche, du passe-droit et c’est la raison pour laquelle les noms des modérateurs n’apparaissent pas. Si c’était transparent, ce genre d’agissement ne serait pas possible, c’est donc voulu.

              Un comble pour un site qui s’appelle « la voix du peuple » et prône la justice sociale et médiatique, non ?

              Il nous reste les commentaires.

              Comme d’hab, quoi : « cause toujours »...


            • Yanleroc Yanleroc 27 novembre 2018 19:09

              Ceux qui considéreront qu’accepter la concertation que le gouvernement propose serait un acte de trahison du mouvement des « gilets jaunes » seront les vrais manipulateurs de la crise actuelle.

              j’ ai lu. J’ aurais pas du. Je vais prendre une douche à la Bétadine. Bien frotter.

              Ah, ça ira, ça ira ..


              • Yanleroc Yanleroc 27 novembre 2018 19:18

                Jacline Moureau est excellente. Trop sans doute, car elle ne fait pas partie des 8 délégués retenus, pour l’ instant, gênante car trop « peuple », trop vrai, trop saine, trop « fraîche » ? 


                • Thot 27 novembre 2018 19:26

                  Je viens. Je mets une étoile et je me barre.


                  • Seudoo 28 novembre 2018 11:19

                    @Thot

                    Rien que pour cet auteur, Agoravox devrait permettre de donnez des étoiles négatives.


                  • Thot 28 novembre 2018 13:51

                    @Seudoo
                    Très bonne idée ! J’appuie votre demande !


                  • Tall Tall 27 novembre 2018 19:29

                    Le problème, c’est qu’on peut pas s’essuyer le cul avec un écran.


                    • troletbuse troletbuse 27 novembre 2018 19:34

                      @Tall
                      Oui mais sur Ratoto, tu peux  smiley


                    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 11:28

                      @troletbuse,

                       Quelqu’un pourrait-il organiser un débat avec lui ?
                       Des gens qui seraient bien opposé comme j’ai vu le gars de la CGT qui s’expliquait
                      en s’excitant avec un comique de situation inégalé
                      .




                      • jeanpiètre jeanpiètre 27 novembre 2018 19:51

                        c’est quoi ce gigolo de chiapas ?


                        • Samson Samson 27 novembre 2018 21:17

                          « Concernant le nucléaire, il m’a paru raisonnable et réaliste. Il a rappelé que l’énergie nucléaire était une énergie propre, décarbonée et économique. »

                          L’avenir s’annonce radiant ! Les Biélorusses, les Ukrainiens, les habitants de la préfecture de Fukushima et tous les riverains de l’Océan Pacifique acquiescent chaleureusement !

                          « Il a cependant gardé le cap de la part du nucléaire réduite à 50% de la production d’électricité, mais en le repoussant dans le calendrier de 2025 à 2035. »

                          Inutile ! Quand tous les prolos de province auront acheté - avec quel argent, mais on peut rêver ? - leur voiture électrique, il faudra rajouter des centrales nucléaires pour arriver à satisfaire la demande. Et il suffira de taxer l’électricité, ...

                          « Concilier les fins de mois … avec la fin du monde ! »
                          Ben oui ! N’en déplaise aux bobos adeptes de stages de jeune chèrement tarifés par leur gourou, manger et nourrir ses enfants jusqu’à la fin du mois - même et surtout quand on est fauché - relève de l’urgence vitale ! Derniers concernés par la trivialité de telles situations - dont ils ignorent manifestement les affres -, l’auteur et autres donneurs de leçon médiacratiques ont beau jeu d’ironiser !

                          Rirez vous toujours autant quand, faute de mieux, c’est vous que les « gueux » sur lesquels votre bien-pensance prend tant plaisir à chier viendront bouffer ???


                          • Attila Attila 27 novembre 2018 21:27

                            "La taxe augmente parce que la consommation de carburant baisse !

                            Il faut comprendre ici qu’Édouard Philippe ne lance pas un appel à la fibre écologique tapie en chacun de nous parce qu’il trouve qu’on consomme trop de carburant. Il lance au contraire cet appel parce qu’il trouve qu’on n’en consomme pas assez. La taxe n’augmente pas parce que la consommation augmente, mais parce qu’elle décline ! Et comme elle décline, les recettes de l’impôt sont fragilisées et font défaut au budget de l’État.« 

                             »si l’État désirait seulement réduire la consommation de carburant, il ne recourrait pas à une hausse de la TICPE pour y arriver. Le carburant routier est en effet en « chute libre » depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir. Nul besoin d’une hausse des taxes pour y parvenir, et surtout nul besoin de s’y cramponner pour l’obtenir. Même sans hausse de la taxe, la consommation diminue.« 

                             »Autrement dit, la part des entreprises à l’effort budgétaire global s’est effondrée de plus de 10 milliards d’euros (et ce avant les baisses massives d’impôt sur les sociétés), quand celle des ménages battait des records sur tous les fronts : plus 20 milliards de TVA, plus 17 milliards d’impôt sur le revenu.

                            Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre l’origine de la grogne des Français…"

                            Lire l’article

                            .


                            • Julien S 27 novembre 2018 21:54

                              La réduction du nucléaire est une stupidité à laquelle Macron doit adhérer pour ne pas devoir affronter la douceur démocratique écologiste et les gogos décérébrées par quelques décennies de propagande antinucléaire faite sans grande difficulté puisque spéculant sur l’ignorance générale. 


                              • malitourne malitourne 27 novembre 2018 22:37

                                L’auteur a un talent exceptionnel : celui de faire l’unanimité... contre lui !


                                • ninportequoi 28 novembre 2018 14:15

                                  @malitourne
                                   Il cherche à égaler Macron !


                                • BA 28 novembre 2018 05:39

                                  Un porte-parole des "gilets jaunes" appelle à manifester samedi, après sa rencontre avec le ministre de la Transition écologique.


                                  François de Rugy a reçu deux porte-parole des « gilets jaunes » mardi soir, à la demande d’Emmanuel Macron. "Il n’y a pas de réelle envie d’améliorer le sort des gens", ont réagi les deux porte-parole à l’issue de cette rencontre.


                                  Reçu dans la soirée du mardi 27 novembre par le ministre de la Transition écologique et solidaire, l’un des porte-parole des « gilets jaunes »,  Eric Drouet, a appelé, à l’issue de la rencontre, à manifester samedi 1er décembre. "Il y aura le rendez-vous, comme samedi dernier, aux Champs-Elysées", a-t-il ajouté.


                                  https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/direct-gilets-jaunes-le-discours-d-emmanuel-macron-tres-attendu-la-mobilisation-reprend_3053565.html



                                  • math math 28 novembre 2018 07:31

                                    « transition écologique »...la part de la pollution de la France dans le monde, est de 0,9%...donc ce que raconte Macron est encore des mensonges ne voulant « encore » que de l’argent pour remplir les caisses qui sont vides !


                                    • Jelena Jelena 28 novembre 2018 08:29

                                      Même les syndicats corrompus admettent que Macron a parlé une heure pour ne rien dire, mais le petit rakototo à son mai-maitre continue le cirage de pompes.


                                      • Giordano Bruno 28 novembre 2018 08:43

                                        Je passe juste pour mettre une étoile. Je ne prends pas le temps de lire.


                                        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 28 novembre 2018 08:53

                                          @Rototo,

                                          Vous auriez fait un très bon violoniste sur le pont du titanic.



                                            • charly10 28 novembre 2018 09:09

                                              « Justement, sur les taxes sur les carburants, Emmanuel Macron a rappelé que ces taxes et ces augmentations de taxes ne proviennent pas de son action mais ont été décidées par ses prédécesseurs. Il les a cependant approuvées, sinon, il aurait eu les moyens de les supprimer. » 

                                               

                                              Cet homme est buté, dans sa volonté à ne pas toucher aux taxes sur les énergies ; prétendre qu’on ne peut pas surseoir à la taxation carbone, qui est une véritable fumisterie depuis sa mise en place, au prétexte qu’elle a été votée en 2008 et acceptée par les gouvernements précédents, est une grossière erreur. Toute loi, tout décret peut être abrogé ; et c’est sur ce point qu’est parti « la révolte des citoyens ».

                                              D’ailleurs, en précisant bien qu’il n’était pas l’unique responsable, de cette taxe, ce qui est vrai, il confirme par la que tous les gouvernements précédents se sont servi des mêmes arguments pseudo écologiques pour alimenter les caisses de l’état.

                                              Or quoiqu’en disent les alarmistes du GIEC, le paramètre CO2 n’est pas suffisant, pour démontrer de façon évidente et non discutable, la corrélation du réchauffement, avec le développement industriel. Mais ……..il est très pratique pour se justifier et asseoir les mesures « coercitives »sur le citoyen. Le paramètre CO2 est l’archétype même de l’argument incohérent, car vouloir diminuer les émissions de CO2 et recommander l’essence ou l’hybride essence est techniquement aberrant.N’importe quel technicien auto sait que à puissance égale, un moteur diesel émet 15 a 25 % de CO2 en moins qu’un moteur essence. Cherchez l’erreur !

                                               Bref vouloir faire encaisser la transition énergétique par les citoyens les moins payés, ne peut qu’aboutir à une révolte. Du haut de sa grandeur Macron n’a rien compris ! 

                                               

                                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès