• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’avertissement de 15 000 scientifiques à l’humanité sur (...)

L’avertissement de 15 000 scientifiques à l’humanité sur l’état de la planète - version française intégrale

Pour la deuxième fois après 25 ans, la communauté scientifique mondiale lance un avertissement, qui est aussi un véritable cri d'alarme à l'ensemble de l'humanité : nous exploitons collectivement la planète d'une manière qu'elle ne peut supporter, le rythme des dégradations que nous infligeons à la biosphère s'est accéléré depuis le premier appel en 1992, et en refusant et reportant par confort matériel ou intellectuel les transformations indispensables, nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis, nous condamnant ainsi que nos descendants à de grandes souffrances.

Voici en version libre de tout droit et reproductible sans restriction la traduction intégrale de l'appel en français.

Publication originelle en anglais – William J. Ripple, Christopher Wolf, Thomas M. Newsome, Mauro Galetti, Mohammed Alamgir, Eileen Crist, Mahmoud I. Mahmoud, William F. Laurance - Texte signé par 15 364 scientifiques issus de 184 pays

Traduction officielle du texte - Luiz Marques (fichier ZIP contenant les versions anglaise, espagnole et portugaise en plus de la française ainsi que la liste complète des signataires)

Adaptation, traduction des figures et des notes explicatives - Alexis Toulet

Il y a vingt-cinq ans, l'Union of Concerned Scientists et plus de 1500 scientifiques indépendants, y compris la majorité des lauréats du prix Nobel dans les sciences, ont écrit l'Avertissement des scientifiques du monde à l'humanité de 1992. Ces professionnels inquiets ont appelé l'humanité à réduire la destruction de l'environnement et ont plaidé qu’« un changement radical dans notre gestion de la Terre et de la vie terrestre s’avère nécessaire pour éviter des souffrances humaines à grande échelle ». Dans leur manifeste, ils ont montré que les êtres humains étaient sur une trajectoire de collision avec le monde naturel. Ils se sont dits préoccupés par les dommages existants, imminents ou potentiels sur la planète Terre, avec pour conséquence la réduction de l'ozone et de l'eau douce disponible, l'effondrements des pêches, l'extension des zones mortes de l'océan, la perte de forêts, la destruction de la biodiversité, le changement climatique et la croissance indéfinie de la population humaine. Ils ont proclamé que des changements fondamentaux étaient nécessaires de toute urgence pour éviter les conséquences de notre trajectoire actuelle.

Les auteurs de la déclaration de 1992 craignaient que l'humanité ne pousse les écosystèmes terrestres au-delà de leurs capacités à soutenir le tissu de la vie. Ils ont décrit notre approche rapide de plusieurs des limites de ce que la planète peut tolérer sans dommage substantiel et irréversible. Les scientifiques ont plaidé pour la stabilisation de la population humaine, en décrivant comment notre nombre important - augmenté de 2 milliards de personnes supplémentaires depuis 1992, une augmentation de 35% - exerce des pressions sur la Terre qui peuvent annuler les efforts pour construire un avenir durable (1). Ils ont imploré de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), d'éliminer les combustibles fossiles, de réduire la déforestation et d'inverser la tendance à l'effondrement de la biodiversité.

À l'occasion du 25ème anniversaire de leur appel, nous lançons un regard rétrospectif sur cet avertissement afin d’évaluer la réponse que l'humanité y a apportée, tout en explorant les données disponibles en séries chronologiques. Depuis 1992, à l'exception de la stabilisation de la couche d'ozone stratosphérique, l'humanité n'a pas réussi à faire des progrès suffisants dans la résolution générale de ces défis environnementaux qui avaient été prévus et, de façon alarmante, la plupart d'entre eux ont largement empiré (voir les figures plus bas). Particulièrement inquiétante, la trajectoire actuelle du changement climatique est potentiellement catastrophique en raison de la hausse des GES poussée par la combustion des combustibles fossiles (2), par la déforestation (3) et par la production agricole - en particulier les ruminants pour la consommation de viande (4). En outre, nous avons déclenché un événement d'extinction de masse, le sixième en environ 540 millions d'années, si bien que de nombreuses formes de vie actuelles pourraient être anéanties ou au moins placées sur la voie de l'extinction d'ici la fin de ce siècle.

L'humanité reçoit maintenant un deuxième avis, comme le montrent ces tendances alarmantes. Nous mettons en péril notre avenir en ne contrôlant pas notre consommation matérielle intense, quoique géographiquement et démographiquement inégale, et en ne prenant pas conscience de la croissance rapide et continue de la population en tant que principal moteur de nombreuses menaces écologiques et même sociales (1). Faute de limiter comme il le faudrait la croissance de la population, réévaluer le rôle d'une économie basée sur la croissance, réduire les gaz à effet de serre, inciter à l'utilisation des énergies renouvelables, protéger les habitats naturels, restaurer les écosystèmes, mettre fin à la défaunation et restreindre les espèces exotiques envahissantes, l'humanité ne prend pas les mesures urgentes nécessaires pour sauvegarder notre biosphère en péril.

Étant donné que la plupart des dirigeants politiques répondent à la pression, les scientifiques, les prescripteurs médiatiques et les citoyens en général doivent exiger que leurs gouvernements prennent des mesures immédiates, car c'est un impératif moral pour les générations actuelles et à venir de l'humanité et des autres espèces. Avec une vague d’efforts populaires organisés depuis la base, les oppositions les plus obstinées peuvent être surmontées et les dirigeants politiques forcés de faire ce qu'il faut. Il est également grand temps de réexaminer et de modifier nos comportements individuels, y compris en limitant notre propre reproduction (de préférence, tout au plus au niveau du remplacement) et en diminuant drastiquement notre consommation par habitant de combustibles fossiles, de viande et d'autres ressources.

Le déclin mondial rapide des substances détruisant la couche d'ozone montre que nous pouvons faire des changements positifs lorsque nous agissons résolument. Nous avons également fait des progrès dans la réduction de la pauvreté extrême et de la faim (5). Parmi d'autres progrès remarquables (pas encore visibles dans les données globales des figures) : la baisse rapide des taux de fécondité dans de nombreuses régions, conséquence des investissements dans l'éducation des filles et des femmes (6), le déclin prometteur du taux de déforestation dans certaines régions et la croissance rapide du secteur des énergies renouvelables. Nous avons beaucoup appris depuis 1992, mais le progrès des transformations urgentes dans la politique environnementale, le comportement individuel et les inégalités mondiales est encore loin d'être suffisant.

Les transitions vers le développement durable peuvent se dérouler de manières diverses, mais toutes exigent une pression de la société civile et un plaidoyer fondé sur des preuves, un leadership politique et une compréhension solide des instruments politiques, des marchés et d'autres facteurs. Parmi les exemples des diverses mesures efficaces que l'humanité peut prendre pour passer au développement durable, il faut citer (pas par ordre d'importance ni d'urgence) :

  • prioriser la mise en place de réserves connectées, bien financées et bien gérées, pour une proportion significative des habitats naturels terrestres, marins, d'eau douce et aériens dans le monde
  • préserver les services écosystémiques de la nature en arrêtant l'artificialisation des forêts, des prairies et d'autres habitats naturels
  • restaurer les communautés de plantes à grande échelle, en particulier les paysages forestiers
  • réimplanter les espèces natives dans leurs habitats, en particulier les super-prédateurs, pour rétablir les processus et dynamiques écologiques
  • élaborer et adopter des instruments politiques adéquats pour remédier à la défaunation, au braconnage et à l'exploitation et au trafic d’espèces menacées
  • réduire le gaspillage alimentaire grâce à l'éducation et à une meilleure infrastructure
  • promouvoir des changements alimentaires, en particulier vers des aliments à base de plantes
  • réduire davantage les taux de fécondité en veillant à ce que les femmes et les hommes aient accès à l'éducation et aux services volontaires de planification familiale, en particulier là où ces ressources manquent encore
  • renforcer l’éducation en plein air pour les enfants ainsi que l'engagement global de la société à apprécier la nature comme elle le mérite
  • réorienter les investissements financiers et diminuer la consommation pour encourager des changements environnementaux positifs
  • concevoir et promouvoir de nouvelles technologies vertes et adopter massivement les sources d'énergie renouvelables, tout en supprimant progressivement les subventions à la production d'énergie issues des combustibles fossiles
  • réviser notre économie pour réduire les inégalités de richesse et veiller à ce que les prix, la fiscalité et les systèmes incitatifs tiennent compte des véritables coûts que les modes de consommation imposent à notre environnement et
  • estimer de manière scientifique une taille de population humaine durable à long terme tout en forgeant un consensus entre les nations et les dirigeants pour travailler à cet objectif vital

Pour éviter des souffrances généralisées et une perte catastrophique de biodiversité, l'humanité doit adopter des pratiques alternatives plus durables sur le plan environnemental que les arrangements et les routines actuelles. Cette recommandation a été bien formulée par les plus grands scientifiques du monde il y a 25 ans, mais, à bien des égards, nous n'avons pas tenu compte de leur avertissement. Bientôt, il sera trop tard pour dévier de notre trajectoire vers l'échec, et le temps est compté. Nous devons accepter, par notre vie quotidienne et par nos institutions gouvernementales, que la Terre avec toute la vie qu'elle contient est notre seul foyer.

 

Figures et Explications

Voici comment ont évolué les questions environnementales identifiées dans l'avertissement de 1992.

Les années avant et après ce premier appel sont en gris et en noir respectivement. Depuis 1992, les changements sont respectivement : (a) –68.1% ; (b) –26.1% ; (c) –6.4% ; (d) +75.3% ; (e) –2.8% ; (f) –28.9% ; (g) +62.1% ; (h) +167.6% ; et (i) êtres humains +35.5%, ruminants +20.5%

a - Pendant les années 1970, des produits chimiques d'origine humaine appelés destructeurs d'ozone, principalement les chlorofluorocarbones, réduisaient rapidement la couche d'ozone atmosphérique. En 1987, les gouvernements du monde se rassemblèrent et établirent le Protocole de Montréal des Nations Unies, tentative de s'attaquer au problème à l'échelle mondiale. Le respect de ce protocole a fait que les émissions de gaz halogènes (destructeurs d'ozone et sources naturelles estimées à 0,11 Mt d'équivalent-CFC par an) ont atteint un pic à la fin des années 1980 et ont depuis nettement baissé. La couche d'ozone ne se réduit plus, et elle devrait s'être en grande partie réparée d'ici le milieu de ce siècle

Source : Hegglin, M. I., D. W. Fahey, M. McFarland, S. A. Montzka, and E. R. Nash. 2015. Twenty questions and answers about the ozone layer : 2014 Update : Scientific assessment of ozone depletion : 2014. World Meteorological Organization, Geneva, Switzerland

Avertissement_b_-_Ressources_en_eau_potable_par_personne.png

b - Les ressources en eau potable par personne sont moins de la moitié de ce qu'elles étaient au début des années 1960, beaucoup de personnes souffrent d'un manque en eau potable. La cause en est avant tout la croissance rapide de la population. Il est probable que le changement climatique ait un impact écrasant sur les ressources en eau, par altération du cycle hydrologique. Les futures pénuries seront néfastes, touchant à la fois l'eau de consommation, la santé, l'hygiène et la production de céréales pour la nourriture.

Source : AQUASTAT. 2017. AQUASTAT - FAO’s Information System on Water and Agriculture.

Avertissement_c_-_Peches_annuelles__reconstruction_.png

c - En 1992, le total des prises était égal ou supérieur au rythme maximum soutenable et les pêcheries étaient au bord de la rupture. La reconstruction des séries chronologiques montre que les prises ont culminé à 130 millions de tonnes en 1996 et décru continûment depuis. Ce déclin s'est imposé malgré les efforts redoublés de pêche et malgré l'extension des zones de pêche des pays développés aux eaux des pays en développement.

Source : Pauly, D., and D. Zeller. 2016. Catch reconstructions reveal that global marine fisheries catches are higher than reported and declining. Updated. Nature Communications 7:10244

Avertissement_d_-_Zones_oceaniques_mortes.png

d - Les zones mortes côtières sont causées principalement par l'écoulement des fertilisants et l'utilisation de carburants fossiles, qui éradiquent de grandes bandes de vie marine. Les zones mortes, aux eaux hypoxiques pauvres en oxygène sont un facteur de stress important sur les milieux naturels marins. Beaucoup plus ont été repérées que dans les années 1960, plus de 600 en 2010.

Source : Diaz, R. J., and R. Rosenberg. 2008. Spreading Dead Zones and Consequences for Marine Ecosystems. Updated. Science 321:926–929

Avertissement_e_-_Forets.png

e - Les forêts sont primordiales pour séquestrer du carbone et préserver la biodiversité et les ressources en eau potable. Entre 1990 et 2015, la surface totale des forêts a décru de 4 128 à 3 999 millions d'hectares, une perte de 129 millions d'hectares soit nettement plus que deux fois la France métropolitaine. C'est dans les pays tropicaux en développement que les pertes ont été les pires, beaucoup de forêts étant maintenant converties en terres agricoles

Source : Food and Agriculture Organization of the United Nations. 2015. Global forest resources assessment 2015

Avertissement_f_-_Vertebres.png

f - La biodiversité s'épuise à un rythme alarmant et les populations de vertébrés sont en cours d'effondrement rapide (voir World Wildlife Fund 2016). Prises dans leur ensemble, les populations de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons ont décru de 58% entre 1970 et 2012. Nous affichons ici un index Planète Vivante tenant compte de la diversité et ajusté pour compenser les biais taxonomique et géographique. Les populations en eau douce, en mer et sur terre ont décru respectivement de 81% ; 36% et 35%.

Source : World Wildlife Fund. 2016. Living planet report 2016 : risk and resilience in a new era. McRae, L., Deinet, S. and Freeman, R., 2017. The Diversity-Weighted Living Planet Index : Controlling for Taxonomic Bias in a Global Biodiversity Indicator. PloS one, 12(1), p.e0169156

Avertissement_g_-_Emissions_CO2.png

g - Les émissions mondiales de CO2 résultant de l'utilisation d'énergies fossiles ont considérablement augmenté depuis 1960

Source : Boden, T. A., G. Marland, and R. J. Andres. 2017. Global, regional, and national fossil-fuel CO2 emissions, Carbon Dioxide Information Analysis Center, Oak Ridge National Laboratory. US Department of Energy, Oak Ridge, Tenn., USA 2009. doi 10.3334/CDIAC 1

Avertissement_h_-_Temperature.png

h - Il s'agit ici de moyennes glissantes sur cinq ans. Par rapport à la moyenne 1951-1980, les températures moyennes en surface moyennées à l'échelle mondiale ont considérablement augmenté, en parallèle aux émissions de CO2. Les 10 années les plus chaudes parmi les 136 pour lesquelles on dispose de données directes sont toutes postérieures à 1988. L'année la plus récente, 2016, est la plus chaude des 136. L'augmentation des températures causera probablement un déclin de la production mondiale des principales céréales, une augmentation de l'intensité des grandes tempêtes, et une augmentation importante du niveau des océans, inondant des métropoles importantes

Source : NASA’s Goddard Institute for Space Studies (GISS). 2017. Global Temperature

Avertissement_i_-_Population.png

i - Depuis 1992, la population mondiale a augmenté d'environ 2 milliards d'individus, soit 35%. La population ne devrait pas cesser d'augmenter en ce siècle, et il est estimé très probable qu'elle passe de 7,5 à entre 9,6 et 12,3 milliards d'ici 2100. Tout comme la population humaine, celle des cheptels de ruminants a augmenté ces dernières décennies à environ 4 milliards d'individus, avec leurs propres impacts majeurs sur environnement et climat.

Source : FAOSTAT. 2017. FAOSTAT Database on Agriculture

Références

1 - Crist E, Mora C, Engelman R. 2017. The interaction of human population, food production, and biodiversity protection. Science 356 : 260–264

2 - Hansen J, et al. 2013. Assessing “dangerous climate change” : Required reduction of carbon emissions to protect young people, future generations and nature. PLOS ONE 8 : e81648

3 - Keenan, RJ, Reams GA, Achard F, de Freitas JV, Grainger A, Lindquist E. 2015. Dynamics of global forest area : results from the FAO Global Forest Resources Assessment 2015. Forest Ecology and Management, 352 : 9–20

4 - Ripple WJ, Smith P, Haberl H, Montzka SA, McAlpine C, Boucher DH. 2014. Ruminants, climate change and climate policy. Nature Climate Change 4 : 2–5. doi:10.1038/nclimate2081

5 - Voir les études sur la faim de la Banque Mondiale

6 - Voir les données des Nations Unies sur la population

 

PDF - 339.5 ko
L’avertissement de 15 000 scientifiques à l’humanité sur l’état de la planète – version française intégrale

Moyenne des avis sur cet article :  2.53/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:20

    Ca y est, ils ont sorti l’artillerie lourde !


    • mmbbb 17 novembre 19:54

      @Jeussey de Sourcesûre vous critiquiez les beaufs dans l article de Rosemar c ’est en effet une belle reponse comptoir


    • biquet biquet 17 novembre 09:28

      15 000 pour alerter mais combien pour proposer des solutions ?


      • lautrecote 17 novembre 09:38

        @biquet
        Alerter, c’est déjà pas mal !

        Les solutions ne seront pas « proposées » par les scientifiques. Elles doivent être trouvées et mises en oeuvre par chacun de nous.

        Mais je comprends le point de vue qui consiste à dire « les scientifiques alertent, mais pourquoi ne proposent-ils rien ? ».
        C’est beaucoup plus confortable, et comme ça, on a des responsables tous trouvés...


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:57

        @lautrecote

        Quand c’est l’affaire de tous, c’est l’affaire de personne !

      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 novembre 10:40

        @biquet
        Soit vous êtes paresseux, soit vous ne savez pas lire. Relisez donc la liste commençant par :

        "prioriser la mise en place de réserves connectées, bien financées et bien gérées, pour une proportion significative des habitats naturels terrestres, marins, d’eau douce et aériens dans le monde« 

        qui finit par :

         »estimer de manière scientifique une taille de population humaine durable à long terme tout en forgeant un consensus entre les nations et les dirigeants pour travailler à cet objectif vital"


      • lautrecote 17 novembre 10:46

        @Jeussey de Sourcesûre

        et la politique, c’est l’affaire de tous.
        la démocratie, c’est l’affaire de tous.

        Ma foi, ça explique bien des comportements.

        Finalement, occupons nous de nos affaires, pendant ce temps, d’autres s’occuperont du reste.....

        PS - s’il y avait une contrepèterie, je ne l’ai pas vue.


      • Croa Croa 17 novembre 22:24

        À biquet,
        Ceux qui proposent des solutions existent aussi et certaines sont en cours de mise en œuvre. Mais c’est marginal... Il faudrait que les politiques s’en mêlent ! Là hélas ça bloque sérieusement car ces gens sont une mafia qui ne pense qu’au pognon. Ils organisent bien des « COP » numérotés pour faire croire qu’ils s’en occupent mais cela ne les empêche pas de signer tous ces décrets libérant soit-disant le commerce (surtout le plus nuisible) allant complètement à l’inverse de ce qu’il faut faire.


      • Croa Croa 17 novembre 22:30

        À lautrecote
        « et mises en oeuvre par chacun de nous. » FAUX, au moins en partie. Seuls les politiques peuvent en donner le tempo et ensuite chacun participera.
        .
        D’ailleurs certains n’ont pas attendu le signal pour agir mais tout ça reste marginal et il ne peut pas en être autrement dans ces conditions. Car ce qui intéresse la mafia qui nous gouverne c’est la croissante et que les banques touchent leurs « intérêts ».


      • mmbbb 18 novembre 09:06

        @Gilles Mérivac le couac est que la demographie est exponentielle le couac est que les pays europeens notamment la France est submergée par l immigration Une note du Senat ,qui evitera la polemique politique usuelle et sterile " En juin 1998, dans son rapport au nom de la commission d’enquête du Sénat sur les régularisations d’étrangers en situation irrégulière présidée par notre ancien collègue M. Paul Masson, notre collègue M. José Balarello écrivait qu’« une estimation du nombre des clandestins entre 350.000 et 400.000 ne paraît pas éloignée de la réalité20(*). " Cela date de 1998 , Cela represente 7 fois la ville de Caluire la ou j habite . Donc comment fait on dans ce pays pour gerer ? la est deja la question avant de faire des plans sur la comete . Remarque subsidiaire en sachant que les chantres de la mixite sociale s exemptent des principes qu ils promeuvent si genereusement Les centres villes sont devenus cher et c ’est la culture de l entre soit Cette cohabitation est un modele A Lyon la semaine derniere les pompiers ont manifesté, le motif evoqué , ils en en ras le casque de se prendre des projectibles sur la gueule alors qu ils viennent sauver des vies . Outre l ecologie souvent evoque , il y a le volet social eludé afin de nous faire accroire que la concorde de cette douce France est un modele Loin de ces préoccupations je suis comme beaucoup de francais a la recherche d un cadre de vie correct . Les ecolos a Lyon ne vivent pas a Vaulx en velin et peuvent etudier tranquillement le soir sans que le voiture flambe


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 novembre 09:53

        @mmbbb. Je vois que nous sommes quasiment voisins.


      • mmbbb 18 novembre 10:29

        @JC_Lavau et ou habitez vous ? Je connais bien les ecolo de Lyon : Meirieu , Tete Des figures de proue de l ecologie lyonnaise Je veux simplement notifier et ce que j ai fais maintes fois , ces gens la sont des promoteurs du « vouloir vivre ensemble » ce qui n est pas en soit un tare mais bon Meirieu habite Ainay un quartier cher ou l on cultive l art de l entre soit Ce quartier est constellé d ecoles privées . De facto il y a une selection J ai connu cette fameuse mixité sociale, j ai perdu beaucoup d energie et deja les problemes actuels etaient presents notamment l irrespect. Si je devrais vivre dans certains quartiers de la banlieues lyonnaise, ce serait douloureux . C’est aussi basique Ces ecolos tendent a eluder ces problemes tant l ideolgie les enferme « dis moi comment tu vis, alors je te suivrai » . Donc lorsque ces gens la pronent le « vouloir vivre ensemble » la décroissance " il y a un fosse, que dis je un abyme , entre leur doctrine et leur existence . Diogène avait le merite d etre en accord avec sa philosophie, et évidemment ce n’est pas le cas de ces ecolos. De même lorsque Hamon vint a Vaulx en Velin lors de sa campagne dans une ecole , réciter sa catéchèse socialiste . Lui ne mettrait jamais ses mioches dans de tel etablissement scolaire . La tartufferie politique a de bons jours Salutations


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 novembre 11:16

        @mmbbb. J’ai été vaudais environ 14 ans. Oui ils se mettaient courageusement à cinq pour incendier un vélib. Durant plusieurs années j’ai été le seul vaudais du club. A l’heure actuelle, nous n’apportons à Vaulx que des résultats sportifs et la couverture d’une plaquette de la MJC. C’est mieux que rien. Dans le kayak photographié, c’est moi.


        Du temps que j’étais moniteur de voile et pagaie et godille à l’UNF (une des ancêtres de l’UCPA), on a eu une colonie de vacances de Bagnolet. Les petits de banlieue ouvrière au milieu des petits bourges. En conclusion un des gars de Bagnolet a déclaré que la voile il trouve cela trop compliqué, et qu’il préfère la pagaie : « J’aime mieux tirer ! ». Ce gouffre culturel existe toujours.

      • JC_Lavau JC_Lavau 18 novembre 11:21

        @JC_Lavau. Je ne suis renseigné qu’indirectement sur l’action d’Hélène Geoffroy pour tenter de faire de Vaulx une ville de droit et non de compromissions mafieuses. Son passage au ministère semble avoir tout foutu par terre à nouveau, à Vaulx.


      • mmbbb 18 novembre 11:49

        @JC_Lavau je veux souligner cette contradiction bien francaise pays de l idée du principe et souvent du déni Courteline le disait « En France le principe est dur, la pratique est souple » . je suis comme St Thomas je ne crois ce que je ne vois Si je faisais un inventaire a la Prevert de tous les actes delicteux subis non seulement a mon encontre mais dans mon entourage , je serait pris pour un mytho . Donc ces grandes etudes ecologiques certes elles ne sont pas inutiles mais déja nous sommes incapables de vivre en bonne intelligence . Désormais, je tiens avant tout a vivre tranquille et à cultiver mon jardin secret ( j ai la passion de l art et de la montagne, ces univers m apporte quiétude Je suis devenu comme les chats je suis sociable mais je garde férocement mon interieur et mon indépendance ) . J ai assez donne, je ne fus pas une chance pour la france et je ne vais me pendre pour autant . Je tiens a souligner que je n ai jamais rien saccagé vole agresse . Je voulais simplement apprendre et donner a ce pays plus qu il aurait dû m apporter  Je suis un hass been Regardez ls chiffres de la délinquance de ce professeur Lyonnais Jacques Bichot evidemment il est peu citer Pensee unique oblige  salutations


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 novembre 12:20

        @biquet. On ne propose des solutions sensées que dans les domaines que l’on connait bien, et à condition d’avoir fait le tour des tenants et aboutissants : en amont, en aval, et en collatéral.

        Si vous en réunissez 15 000, cela oblige chacun à trancher de ce qu’il ne comprend pas, à être manipulé sur les domaines qu’il ne maîtrise pas.

        De plus les scientifiques académiques sont spécialisés tôt, souvent bien trop tôt. Au sens où le spécialiste est un monsieur qui sait beaucoup de choses sur peu de chose, et à la limite tout sur rien du tout.

        En facs de sciences dures, ils n’apprennent rien sur la discipline d’interdisciplinarité. On ne compte plus les persiflages interdépartementaux, des matheux contre les physiciens, et des physiciens contre les matheux.
        Ils n’apprennent rien non plus sur les phénomènes psycho-sociaux dont ils sont les marionnettes. Les rumeurs, ils n’ont jamais étudié. Un futur ingénieur peut être exercé par son professeur de gestion à dépister une escroquerie. Aucun des naïfs mentionnés plus haut n’y est exercé.

        Or une escroquerie majeure a été glissée dans le texte mentionné par Toulet. Alors des « solutions »...
        Hélas !

      • bob14 bob14 17 novembre 09:41

        Le problème reste que ces scientifiques et politiciens ne se bougent pas le cul pour changer la donne...laxisme à tous les étages... !


        • lautrecote 17 novembre 10:47

          @bob14

          peut-être faudrait-il qu’on se bouge le cul pour changer les politiciens ?


        • rogal 17 novembre 11:30

          @Robob14
          Voir plus haut la réponse de Mérivac.


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 novembre 09:54

          On va tous crever .. continuons ^^ smiley


          • microf 17 novembre 10:12

            @bouffon(s) du roi

            Bien dit @bouffon (s) du roi, nous allons tous crever, c´est au moins ce qui est reconfortant.


          • Zip_N Zip_N 17 novembre 13:16

            @microf

            De plus en plus de personne qui vont crever au lieu de mourir normalement vous réconfortent ? faites attention au plastique que vous mangez ! vous pensez pas aux miliards d’être humains supplémentaire qui démographiquement s’ incarnent ?


          • microf 17 novembre 20:45

            @Zip_N

            Merci pour votre réponse á mon commentaire @Zip_N.
            On dirait que vous avez peur de la mort, moi, non, je n´ai pas peur de la mort, vu que de toutes les facons, je vais aussi mourrir normalement ou pas, alors, j´attends tranquillement la mort, ce temps pour moi de mourrir arrivé, je m´en irai, normalement ou pas.

            Quant á l´incarnation, je suis un chrétien particant, les chrétiens ne s´incarnent pas, ils réssuscitent.


          • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 17 novembre 10:54

                          Encore un coup des soixante-huitards du mouvement de retour à la campagne

             et qui veulent s’en prendre à notre si radieuse démocratie !!


            • rogal 17 novembre 11:34

              Bravo pour cette initiative.


              • Gatling Gatling 17 novembre 11:35

                @l’auteur

                Hélas, ils pourraient être 150 000, vos scientifiques, que personne ne les croirait davantage, tant ils se sont discrédités par leur lâcheté et rapacité : Toujours à brosser les puissants dans le sens du poil, et complètement intégré à la machine de guerre capitaliste contre les peuples...


                • francois 17 novembre 11:44

                  @Gatling
                  tient encore un qui ne connait pas le capitalisme.


                • francois 17 novembre 11:43

                  Tout le monde rêve d’être un acteur. Nous n’allons quand même pas nous priver de l’être dans le plus grand film catastrophe de tous les temps.


                  • Croa Croa 17 novembre 22:37

                    À francois
                    Simples figurants dans un film catastrophe pour de vrai...  smiley smiley smiley smiley smiley
                    .
                    Nous nous en passerions bien, mais bon quand le vin est tiré il faut bien le boire !



                    • Croa Croa 17 novembre 22:40

                      À Mohammed MADJOUR,

                      CE N’EST PAS LE PEUPLE QUI EST « SOURD », Banane !
                      .
                      Ce sont les « élites ». Le peuple est bon pour crever.


                    • zygzornifle zygzornifle 17 novembre 16:34

                      Et l’avertissement des 9,5 millions de sous le seuil de pauvreté et des 10,5 millions de sans emploi concernant leurs difficultés du quotidien ?


                      la on s’en bat l’œil ....


                      • Croa Croa 17 novembre 22:45

                        À zygzornifle,

                        C’EST PAREIL BANANE  !
                        Non, les gens ordinaires ne s’en battent pas l’œil. D’ailleurs beaucoup donnent un peu de leurs sous pour aider la misère... Que peut-on faire de plus contre la mafia qui dirige ce monde ?


                      • zygzornifle zygzornifle 17 novembre 16:37

                        j’espère que dans le lot il y a encore des anciens génies , ceux qui ont dit que le nuage de Tchernobyl s’était arrête a la frontière a l’époque ou on en avait encore une......


                        • Didier Barthès 17 novembre 17:37

                          Rien ne pourra sauver la biosphère si nous ne nous préoccupons pas avant toute chose de la question démographique.

                          Nous occupons tous les espaces et devrons consommer toutes les ressources si nous voulons donner le minimum à chacun.

                          Notre nombre constitue et de loin la question centrale et incontournable. Hélas le monde écologiste ignore largement la problématique démographique, Nicolas Hulot n’en parle pas et Pierre Rabhi considère l’argument démographique comme une imposture. Devant un tel déni de réalité il y a de quoi être pessimiste.


                          • François Vesin François Vesin 17 novembre 19:27

                            Mais ne dirait-on point la décadence ?


                            Une poignée d’égocentriques pervers narcissiques
                            manipule quelques brassées d’idiots utiles orgueilleux
                            qui imposent leur loi à des troupeaux « en marche » 
                            qui jacassent et s’entre déchirent entre eux !

                            What else ?

                            • Claudec Claudec 17 novembre 19:28

                              La ligne éditoriale d’Agoravox se préoccuperait-elle, par la voix de son webmaster, auteur de cet article, de l’avenir de la planète ?

                              C’est loin en tout cas loin d’être systématique, à en juger par le rejet des articles suivants traitant tous du sujet :

                              - La vérité sur les inégalités sociales – Ce que nous cache la pensée dominante – 9 oct 2017

                              - Démographie à laCOP 22 – 24 nov. 2016

                              - Le Pape, Condorcet et la population – 15 sept. 2016

                              - COP 21 – Nous y sommes – 30 nov. 2015

                              - À propos de la COP 21, toujours le même tabou – 5 oct. 2015

                              - Parole de Pape : Nous ne sommes pas des lapins – 17 avril 2015

                              - Démographie, écologie et équilibre social – 12 mars 2015

                              - Le grand secret de la pyramide – 9 mars 2015

                              - Croissance et décroissance – 10 oct. 2014

                              - Démographie et démocratie – 8 juil. 2014

                              - Pauvreté et dénatalité – 13 mars 2014

                              - Pas besoin de s’appeler Mme Soleil – 13 fév. 2014

                              - Plaidoyer pour la dénatalité – 10 fév. 2014

                              - L’avenir des pauvres – 5 sept 2013

                              - Évolution du nombre de pauvres en 20 siècles – 26 août 2013

                              Sans compter d’autres articles faisant moins directement référence à la démographie, ni le dernier : - Sera-t-il question de population à la COP 23 ? - 13 oct 2017, dont il serait prématuré mais non dénué de probabilité qu’il fasse lui aussi l’objet d’un rejet, sachant qu’en tout état de cause sa parution serait dorénavant trop décalée par rapport à l’événement pour présenter le moindre intérêt.

                              Subtilités de la modération …

                              Pour ceux qui souhaiteraient en prendre connaissance, ils sont lisibles, outre sur divers sites les ayant plus libéralement publiés, sur :

                              https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/


                              • JC_Lavau JC_Lavau 17 novembre 23:00

                                @Claudec. Tes articles sont généralement boursouflés de haine envers tes contemporains. Je crois me souvenir que certains étaient totalement délirants.


                              • Claudec Claudec 18 novembre 11:07

                                @JC_Lavau


                                Rien que ça !?!?!?

                                Heureusement, il ne fait que « croire se souvenir ». Pas très malin pour un scientifique !

                                Aux lecteurs de se faire une idée.

                              •  C BARRATIER C BARRATIER 17 novembre 20:25

                                Je suis sensible à ces alarmes mais je ne m’imagine pas me restreindre encore pour permettre aux USA de rester les champions de la pollution par habitant des USA. Alors il peut être mieux d’y aller à coeur joie, que chaque être humain fasse exactement comme chaque yankee

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires