• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La repentance nucléaire : Emmanuel Macron à Belfort

La repentance nucléaire : Emmanuel Macron à Belfort

« Ce dont il faut prendre conscience, c’est que l’électricité en France par des centrales nucléaires, c’est la condition même pour qu’on puisse avoir des énergies renouvelables. » (François Bayrou, note de synthèse du 23 mars 2021).

Le Président Emmanuel Macron se rend toute la journée de ce jeudi 10 février 2022 sur le site d’Alstom à Belfort pour y exposer sa vision de la politique nucléaire de la France et devrait annoncer le lancement d'un programme de 14 EPR.

On peut dater du 23 mars 2021 l’évolution des mentalités au plus haut niveau de l’État. François Bayrou, "petit artisan" du Haut Commissariat au Plan, venait de remettre une note de synthèse au Premier Ministre Jean Castex sur les perspectives de la production d’électricité avec une alerte, être lucide, mieux, un devoir de lucidité.

Dans ce document assez court pour un sujet si dense et compliqué, le maire de Pau et président de MoDem se rendait compte que si l’on ne faisait rien, dans une trentaine d’années, on aurait de graves problèmes de production d’électricité.

_yartuNukeA05

Le plan de construction du parc de centrales nucléaires français a été lancé non pas sous De Gaulle, mais à la toute fin de la Présidence de Georges Pompidou (il est mort le 2 avril 1974), au conseil des ministres du 6 mars 1974, annoncé par le Premier Ministre de l’époque Pierre Messmer (à une époque donc où l’on pensait que la prochaine élection présidentielle aurait lieu en 1976). Ce plan prévoyait la construction de 55 réacteurs, à raison de cinq à six réacteurs par an, pour 50 GW de production électrique. Valéry Giscard d’Estaing a confirmé le plan d’origine, mais François Mitterrand a ralenti les travaux avec un réacteur par an.

La dernière centrale nucléaire a été construite en 1991, et depuis cette date, la politique nucléaire de la France a été n’importe quoi. Seule, en 2007, la construction de l’EPR de Flamanville a été lancée, avec de nombreux retards (en principe, mise en service en 2023), des surcoûts énormes (environ 15 milliards d’euros) en raison de problèmes techniques (le réacteur était un prototype).

Le "n’importe-quoi", cela a été la primauté du politique sur la raison, avec pour ordonnateur en chef, le Président François Mitterrand. La forte audience des écologistes aux élections régionales de mars 1992 a considérablement bouleversé la politique de la France en la matière. Les Verts et Génération Écologie sont devenues une véritable force électorale, en totalisant 12% des voix (chacun, en concurrence, faisant autour de 6% ; par une manœuvre politicienne des socialistes, une élue écologiste a même été élue président du conseil régionale de Nord-Pas-de-Calais, Marie-Christine Blandin, à ce jour, la seule).

La principale victime a été Superphénix, construit en 1976 et mis en service en 1984 à Creys-Malville, dans l’Ain. La France était leader dans la surgénération, dont la technologie avait convaincu le Président Giscard d’Estaing qui disait le 25 janvier 1980 sur Europe 1 : « Avec ce type de réacteurs et ses réserves en plutonium, la France disposera d’autant d’énergie que l’Arabie Saoudite avec tout son pétrole. ».

J’étais à Grenoble à l’époque (dans les années 1990), j’avais des amis au CENG (Centre d’études nucléaires de Grenoble, le CEA à Grenoble) et je comprends bien aujourd’hui que le candidat communiste Fabien Roussel ait une vue diamétralement opposée à celle des écologistes sur ce sujet : la CGT protestait pour faire redémarrer Superphénix. À la suite d’incidents, le surgénérateur a été arrêté en 1990, mais le Premier Ministre Pierre Bérégovoy a refusé son redémarrage en juin 1992 et a commandé une étude qui a proposé d’en faire un incinérateur de déchets radioactifs. Le pire a été en effet de vouloir en faire une poubelle géante, avant d’abandonner définitivement toute velléité sur la surgénération le 19 juin 1997 par le Premier Ministre Lionel Jospin, nouvellement élu au nom de la gauche plurielle (socialiste, écologiste et communiste). Cela a été un gâchis technologique majeur. Une génération est passée, il n’y a plus la compétence.

_yartuNukeA03

La France possède 56 réacteurs nucléaires, mais beaucoup sont vieux, et même s’ils peuvent durer soixante ans au lieu des quarante prévus, cela signifie, comme l’a alerté François Bayrou, que dans quelques années, il manquera des réacteurs, d’autant plus que l’encouragement voire l’obligation des chauffages électriques, des véhicules électriques etc. vont rendre encore plus tendue la production d’électricité.

Plusieurs réacteurs sont actuellement arrêtés pour des raisons techniques, et ce n’est pas un hasard si Bernard Doroszczuk, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a mis en garde, dans "Le Monde" du 20 janvier 2022 : « Cette accumulation d’événements mènent à la situation que nous redoutions : une tension sur le système électrique qui pourrait mettre des décisions de sûreté en concurrence avec des décisions de sécurité électrique. L’ASN a maintes fois exprimé le besoin de maintenir des marges dans le dimensionnement du système électrique et des installations, pour pouvoir faire face aux aléas. Or, aujourd’hui, il n’y a pas de marge ! ». Loin de considérer cette alarme comme une ode anti-nucléaire, l’objectif de l’ASN était plutôt d’alerter pour construire suffisamment de nouveaux réacteurs et faire face aux arrêts techniques éventuels.

Depuis quelques semaines, le nucléaire s’est invité dans la campagne présidentielle, comme à chaque campagne. Les candidats Marine Le Pen, Valérie Pécresse et Fabien Roussel ont prôné la construction de six nouveaux EPR. Le candidat Éric Zemmour, de son côté, quatorze. Ils donnent l’impression de faire leur marché et d’en prendre autant que leur cabas peut en contenir.

Selon toute vraisemblance (à confirmer, je ne suis pas madame soleil), Emmanuel Macron va annoncer à Belfort la construction de quatorze EPR pour 2050. À ce titre, il replace la filière nucléaire à l’honneur en France après trente années de réticence et d’errance politiciennes. On s’étonnera seulement sur le caractère tardif (à trois mois de la fin de son quinquennat) d’une telle décision, qui pourrait être d’ailleurs remise par son successeur en cause en cas de non-réélection.

On explique qu’il fallait une certaine maturité sociale pour faire accepter un tel choix, considéré comme indispensable. Ce nombre ne doit rien au hasard, c’était le nombre retenu dans le rapport de prospective de RTE publié le 25 octobre 2021, dans son scénario N03 : « Mix de production reposant à part égale sur les renouvelables et le nucléaire à l’horizon 2050. Fonctionnement étendu des réacteurs actuels tant qu’ils respectent les normes de sécurité, construction de nouveaux réacteurs selon un rythme volontariste avec diversification des technologies de la troisième génération (EPR2 + SMR) ». En clair : nucléaire actuel 24GW et nucléaire de la 3e génération 28 GW soit 14 EPR et quelques SMR (petites unités de production).

_yartiMacronEPR03

On parle d’une dizaine d’années de retard, c’est vrai, mais en fait, c’est bien une trentaine d’années de retard, perdues en considérations purement politiques. François Hollande, à cause de son accord avec les écologistes, a refusé de compléter le parc nucléaire et curieusement, Emmanuel Macron a poursuivi la même politique d’inaction sur ce plan-là, jusqu’à comprendre que promouvoir les énergies renouvelables n’avait pas de sens sans soutenir le parc nucléaire.

Le financement ? Selon EDF, chaque EPR coûterait 8 milliards d’euros, beaucoup moins qu’à Flamanville qui est un prototype, ce qui ferait 112 milliards d’euros jusqu’en 2050. Cela peut paraître élevé mais il faut aussi comparer avec les subventions données pour l’éolien qui, entre 2001 et 2028, devraient coûter à l’État entre 70 et 90 milliards d’euros, ce qui n’est pas si éloigné.

_yartiMacronEPR05

On en reparlera évidemment, ce sera sans doute l’un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle (l’éolien a beaucoup occupé les débats LR). Emmanuel Macron va donc en principe faire le choix de l’audace, hors de toutes idées reçues généralement admises contre le nucléaire. C’est peut-être le gros problème conceptuels de l’écologie politique depuis une dizaine d’années : la lutte contre le bouleversement climatique passe par l’obligation d’une économie totale décarbonée, ce qui donne au nucléaire tout son intérêt, reconnu récemment par Bruxelles (au même titre que le gaz) dans la chasse au carbone. Mairead McGuinness, la commissaire européenne aux services financiers, a en effet déclaré, dans sa conférence de presse du 2 février 2022 : « Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape importante dans la transition (…). Nous devons utiliser tous les outils à notre disposition, car nous avons moins de trente ans pour y parvenir. ».

C’est une véritable repentance. Emmanuel Macron n’est pas tout seul, François Hollande, Lionel Jospin et François Mitterrand sont les véritables fossoyeurs de la filière nucléaire française qui représente quand même 2 600 entreprises et 220 000 emplois. Il vaut mieux tard que jamais. C’est pourquoi cette date du 10 février 2022 sera peut-être aussi importante que le 6 mars 1974 pour la politique nucléaire de la France.

_yartuNukeA06

Emmanuel Macron évoquera aussi la stratégie industrielle de la filière nucléaire, avec une autre repentance, le rachat par EDF de la filiale d’Alstom qui fabrique à Belfort les turbines vapeur, rachat à General Electric qui l’avait acquise en novembre 2014 à l’époque où le Président actuel était le secrétaire général adjoint de l’Élysée chargé de l’économie puis le Ministre de l’Économie (en négociation depuis l’automne 2020). Je conseille de lire à ce sujet l’article de Marc Endeweld du 9 février 2022 dans "La Tribune", qui explique pourquoi ce sujet est peu abordé dans la campagne électorale, impliquant notamment des proches d’une candidate importante ou d’un chef de parti anciennement important (ce sujet « peut ainsi potentiellement éclabousser de nombreux réseaux politiques, de droite comme de gauche »).

Comme dans d’autres domaines où il pose les choses crûment (en disant par exemple que le terrorisme depuis dix ans vient de l’islamisme radical), même après hésitations et mûres réflexions, Emmanuel Macron n’a pas peur de rompre avec la passivité de ses prédécesseurs. Au-delà de la décision, ce sera effectivement l’explication qui sera importante : pourquoi la réduction du nucléaire n’est plus à l’ordre du jour alors qu’on en avait fait une sorte de "mantra".


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (09 février 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La repentance nucléaire : Emmanuel Macron à Belfort.
La filière nucléaire en crise, par Marc Endeweld dans "La Tribune" du 9 février 2022.
COP26 : face à l’alarmisme, le leadership mondial d’Emmanuel Macron.
Rapport de RTE sur les perspectives de production d’électricité, publié le 25 octobre 2021 (à télécharger).
Rapport du GIEC publié le 9 août 2021 (à télécharger).
François Bayrou relance le programme nucléaire français.
Note de synthèse du 23 mars 2021 du haut-commissaire au Plan sur le programme nucléaire français (à télécharger).
Interview de François Bayrou le 24 mars 2021 sur LCI (à télécharger).
Le débat rayonnant sur le nucléaire.
François Hollande coincé entre Jean-Pierre Chevènement et Eva Joly sur le nucléaire.
Andrei Sakharov.
Incompréhensions américaines : le nucléaire iranien.
Au cœur de la tragédie einsteinienne.
Marie Curie.
La Corée du Nord selon Guy Delisle.
Fukushima, dix ans après.
Le syndrome de Hiroshima.
Tchernobyl (1986).
Fukushima (11 mars 2011).
L’industrie de l’énergie en France.

_yartuNukeA04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.38/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • sylvie 10 février 11:50

    Luc Montagnier est décédé , un nartik peut être non ?


    • sylvie 10 février 11:59

      @sylvie
      et par rapport à votre commentaire, il faudrait déjà essayer d’en construire un d’EPR


    • Louis Louis 10 février 12:26

      @sylvie
      Pourtant l’agence de com ragoto est prompte à dégainer dès qu’une célébrité décède ????
      Bizarre cette omerta autour de Montagnier ?
      Il dérange même mort !
       smiley


    • Lynwec 10 février 14:33

      @sylvie
      Le cabinet Rototo ne travaille que sur commande. Le professeur Montagnier ne figure probablement pas sur la liste des personnes de valeur dont il faudrait retracer l’œuvre.
      Contentons-nous d’avaler (ou pas) notre kilomètre de propagande habituelle (ou arrêtons-nous au titre,ce qui est bien suffisant...)


    • ETTORE ETTORE 10 février 16:46

      @sylvie

      ATTENTION SYLVIE !
      On n’impose pas à Rakoto-anubis, la personnalité à qui il doit chanter son
      allé-gori(ll)e !
      Le nécromancien Rakoto-anubis, pèse les âmes des défunts, avec la balance à schnouf de son maître.
      L’âme du défunt, en contrepoids, de la plume de servilité.
      C’est la règle ! Pour avoir une exhumation future !
      C’est ce qui fait que les retards s’accumulent, car la plume s’en vas souvent avec les ventS de son Mongol-fier .
      Et lui peler le fion, pour en récupérer une autre,....Le paon de l’Elysée, commence à se trouver un peu nu, du croupion.


    • Clocel Clocel 10 février 11:51

      Le bon peuple va encore financer les projets pharaoniques que le capital viendra moissonner au moment de la récolte...

      Que voulez-vous, on n’apprend pas, il n’y a que la connerie atavique qui se transmet...


      • Gégène Gégène 10 février 11:56

        Macron, le repenti de grand chemin . . .


        • Lynwec 10 février 14:35

          @Gégène
          Une hypothèse sur la raison pour laquelle Tyranneau 1er ne s’est pas encore déclaré candidat :
          https://les7duquebec.net/archives/270130


        • pemile pemile 10 février 12:30

          "en 2007, la construction de l’EPR de Flamanville a été lancée, avec de nombreux retards (en principe, mise en service en 2023), des surcoûts énormes (environ 15 milliards d’euros) en raison de problèmes techniques (le réacteur était un prototype)."

          Et qu’on a donc vendu avant que le prototype soit opérationnel ! smiley


          • voxa 10 février 12:42

            Les gens se battent en ce moment pour leurs libertés, et cette ordure manifeste continue d’essayer de nous bourrer le mou...


            • voxa 10 février 12:44

              Je suis agé et malade, mais cette fois, j’en ai assez des insultes de ce gouvernement de cloportes.

              Je rejoins le convoi.


              • Le421... Refuznik !! Le421... Refuznik !! 10 février 18:27

                @voxa
                Vous êtes bien méchant avec les cloportes !!
                Ces petites bêtes ne méritent pas ça, enfin !!  smiley


              • jefresi 10 février 14:06

                Rakoto-ramène-sa-fraise applaudit avant l’heure les choix de son maitre.

                Après les joies folles des escrologistes qui plantent des forêts de ventilateurs et des carreaux de silicium voici la nouvelle ère des centrales nucléaires vertes, toujours aux frais des contribuables.

                Après avoir perdu les savoir-faire de la construction des centrales actuelles, à présent, les élites financières veulent en créer d’autres avec de jeunes ingénieurs... formés aux montages financiers. Si elle a lieu, la relance de ces nouvelles centrales, dorénavant vraiment « vertes », à partir d’une centrale expérimentale en cours de construction, non expérimentée et percluse de défauts de fabrication, annonce par avance un fiasco pour les contribuables, mais pas pour les artistes de la finance.

                Le maitre de Rakoto-cabot-braillard n’en n’a cure puisque tôt ou tard son maître disparaitra des écrans qui ne sera ni responsable ni coupable de quoique se soit.


                • ETTORE ETTORE 10 février 16:34

                  Dites Rakototatanobis.....

                  Quand vous écrivez :

                  "Depuis quelques semaines, le nucléaire s’est invité dans la campagne présidentielle

                  "

                  Vous voulez dire que LA RADIATION de micronitron, est activée ?

                  Ben dites donc !

                  Enfin une bonne nouvelle sortant de vos doigts bleus fluorescents et crochus.

                  Voyez, c’est pas faute de vous avoir prévenu, depuis si longtemps, que rester à proximité d’une centrale à vapeur, vous rend un peu fer à trépasser.

                  Il vous en a fallu des énucléés, pour réussir à comprendre que cet e(u)nuC, ne produisait rien d’autre que des déchets !


                  • nanobis 10 février 16:52

                    Tiens, on ne parle pas des déchets radioactifs que ces centrales amènent et qui va nous fournir la matière nucléaire pour faire chauffer ces centrales ?

                    Au fait sait on encore les construire.


                    • Le421... Refuznik !! Le421... Refuznik !! 10 février 18:32

                      Pour commencer, avant de commander 14 EPR, faudrait au moins se démerder pour en faire fonctionner un...

                      Il y a bien des années, j’avais écrit que Flamanville serait obsolète avant d’avoir démarré !

                      Et je n’ai pas de boule de cristal...


                      • @Le421... Refuznik !!

                        Pour commencer, avant de commander 14 EPR, faudrait au moins se démerder pour en faire fonctionner un...


                        Rhoohhh smiley smiley smiley

                        Et le ire c’est que t’a raison, et vu le nombrede bons soudeurs qui se sonts barrésà l’etranger vu leurs salaires de misere ici,

                        la plomberie ne va pas etre simple (lol)


                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 février 19:03

                          Mais quel folie de miser le tout sur le Nucléaire !
                          .

                          Ont t-ils oublié les accidents de Tchernobyl et Fukushima.

                          .

                          Le nucléaire est une énergie à crédit, car les générations du futur doivent aussi payer le prix fort pour le démantèlement  !!!

                          .

                          Saviez vous quel est le coût du démantèlement d’une centrale nucléaire ?

                          .

                          La Cour des comptes évaluait en 2005 le coût du démantèlement de la centrale de Brennilis à 482 millions d’euros, soit 20 fois plus que l’estimation de la commission PEON qui est à l’origine du parc nucléaire français actuellement en exploitation. Aujourd’hui, EDF annonce 850 millions d’euros.

                          .

                          Et demain ce sera en plus cher !!!!


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 février 19:08
                            L’EPR de Flamanville accuse un nouveau retard

                            Préalable à tout essai de fonctionnement, la date de chargement du combustible dans la cuve du futur réacteur est « décalée de fin 2022 au second trimestre 2023 », a annoncé EDF.

                            .


                          • hans-de-lunéville 11 février 10:59

                            @eau-du-robinet
                            Bonjour, vous savez bien que depuis quelques années, la santé n’est plus du tout au centre des préoccupations d’état, je dirais même : au contraire.


                          • hans-de-lunéville 11 février 11:00

                            @eau-du-robinet 19:08
                            oui mais celle du chargement en Finlande est faite, il vaut mieux tester un peu loin (Chine Finlande)


                          • jef88 jef88 10 février 19:06

                            Le problème des réacteurs nucléaires ? ? ?

                            La confusion, souvent calculée, entre la bombe A et la centrale nucléaire ......


                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 février 19:22

                              @jef88
                              .
                              Le problème des réacteurs nucléaires ? ? ?

                              .
                              Réponse :
                              .

                              1. les déchets nucléaires ???
                              2. les accidents : Avez vous oublié les accidents de Tchernobyl et Fukushima.
                              3. le cout de démantèlement : Aujourd’hui, EDF annonce 850 millions d’euros pour la centrale de Brennilis

                                .

                            • Meaulnes 10 février 19:45

                              Beaucoup d’arguments contre le nucléaire sont recevables MAIS : que feront nous quand il n’y aura plus de pétrole ; or si l’on en croit Jancovici, le pic serait soit passé, soit atteint. Inutile d’insister sur ce qui se passerait ensuite (2030 ?, 50 ?, 100 ?):sans carburants ni pétrochimie, on bénira le nucléaire pour nous avoir évité le pire.


                              • ETTORE ETTORE 10 février 20:07

                                question !

                                Sachant que nous avons 18 centrales nucléaires, pour 56 réacteurs actifs....

                                Actuellement 5 de ces réacteurs sont à l’arrêt dont les quatre plus gros !

                                ( problème de corrosion semble t’il )

                                Les 4 plus gros qui produisent 10% du nucléaire Francais !

                                (arrât qui vas coûter quelques milliards d’euros à l’entreprise, qui n’en doutons pas, vas répercuter les frais, sur les factures des consommateurs )

                                question :

                                Si on peut se passer de 5 réacteurs, pourquoi les avoir construit ?

                                (Je vois débouler les éoliennes )

                                Comment en est t’on arrivé à pareille debacle ?

                                Entre un EPR qui seras terminé quand les martiens viendront nous filer un coup de main, ( que sias t-on encore faire dans ce pays)

                                et des réacteurs à l’arrêt pour faute de maintenance, liée à une désorganisation virale ?

                                Et l’arrêt de certaines centrales.

                                Il y a bien un gestionnaire, en gestation dans l’avion, à moins, qu’il ne soit CONgestionné, par pareille déroute, digne d’une Bérézina mémorable !


                                • phan 10 février 20:54

                                  Affaire Alstom, Montebourg dégaine tout va et cible Macron :

                                  Mais l’« affaire Alstom », comme il l’appelle, est aussi le récit d’un exécutif qui aurait laissé faire.
                                  Montebourg met en cause à plusieurs reprises le manque de volontarisme de François Hollande :
                                  « Je pense qu’aucun d’entre eux [Manuel Valls et François Hollande] n’avaient le désir d’affronter les Américains pour des affaires géopolitiques et géostratégiques », ajoute-t-il.
                                  Arnaud Montebourg a œuvré, en vain, pour un rapprochement avec l’Allemand Siemens ou une nationalisation temporaire d’Alstom, comme Nicolas Sarkozy l’avait fait en 2004.
                                  Il accuse Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint de l’Élysée, d’avoir laissé lui aussi les Américains prendre le contrôle des activités énergies d’Alstom.

                                  • phan 10 février 20:58
                                    Macron est une « créature » de McKinsey depuis 2014

                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 février 21:10

                                    @phan
                                    Sur Marianne de bons papiers ...


                                  • zygzornifle zygzornifle 11 février 08:37

                                    J’espère que le gouvernement a assez prévu de pastilles d’iode pour distribuer en cas de fuite ...... 


                                    • zygzornifle zygzornifle 11 février 08:39

                                      ça serait sympa d’en voir un fonctionner en dehors de la Chine ....



                                        • zygzornifle zygzornifle 11 février 08:50

                                          Après Disneyland on pourra transformer les carcasses des EPR qui ne seront jamais mis en service en EPRland pour venir s’y amuser en famille ......


                                          • ETTORE ETTORE 11 février 09:55

                                            @zygzornifle
                                            Pour celles en activité, et/ou en cours de démantèlement....
                                            Je propose que ce soit « piscine » pour les curistes du gouvernement !
                                            Et sans y retirer les barres de combustible !
                                            Parce que tant qu’à avoir des Schtroumpf passifs, autant qu’ils soient.....Bleus fluo !
                                            Je ne dis pas qu’ils vont inventer la lumière par induction, ,mais au moins,, on aurait une assemblée, un peu plus « warning », avec des changement de couleurs( et pas que des parti(e)s unifiés...)
                                            Enfin une assemblée d’enguirlandés notoires.
                                            Commençons par un stage à Tcherno, puis Fuku, voir si ils sont enfin, radio-actifs !



                                          • citoyenrené citoyenrené 11 février 10:53

                                            "La France possède 56 réacteurs nucléaires, mais beaucoup sont vieux, et même s’ils peuvent durer soixante ans au lieu des quarante prévu« 

                                            ça fait un peu ’pensée magique’ ou vœu pieux, croiser les doigts en fermant les yeux ou comme le mec qui est en train de chuter et qui pense : »jusque-là, tout va bien« 

                                            question, (heureusement, tu ne plastronnes pas sur »l’indépendance énergétique« , ce serait de l’escroquerie intellectuelle) d’où vient l’uranium ?

                                            pas de France, donc l’indépendance est bidon

                                            proposition d’article : regardes les topos sur les excellentes hydroliennes à membrane ondulante d’EEL Energy

                                            ceux qui ensuite déplorent l’intermittence du renouvelable et vantent »l’indépendance" grâce au nucléaire sont dégueulasses de mauvaise foi, ou ignorants, sur ce point


                                            • ETTORE ETTORE 11 février 11:34

                                              Dites Rakototatanobis...

                                              J’ai un doute qui m’assaille ( non, pas le « guerrier » Kenyan, ou Tanzanien....)

                                              Quand vous mettez, en haut de page, la photo de votre « adoré » avec au dessus de sa « cabessa » les trois lettres EPR......

                                              Est ce que cela signifie : Emmanuel Perd son Rang ?

                                              Parce que après les civilités reçues par Poutine, on ne serait à moins ...dégradé !

                                              Faut préciser votre double langage Rakototatanobis,

                                              Il n’y a pas de mal, à commencer à changer, de péni(che)s !


                                              • pierrot pierrot 23 février 20:01

                                                Pour prévenir le risque climatique, il faut développer le nucléaire car les énergies renouvelables sont chères (7 milliards d’euros pas an) pour produire 7 % de l’électricité par intermittence et que l’on ne sait pas démanteler.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité