• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le développement mondial de l’élevage nuit à l’environnement

Le développement mondial de l’élevage nuit à l’environnement

La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) dans le rapport récent qu’elle vient de publier apporte sa contribution au diagnostic sur l’état de la planète. L’organisation souligne les nuisances générées par le secteur de l’élevage sur l’environnement. Emission de gaz à effet de serre, mais aussi dégradation des terres et des eaux. Le prix fort à payer pour une production mondiale de viande annuelle, passée en trente ans de 99 à 244 millions de tonnes. Or, à valeur nutritive égale, produire un kilo de viande non seulement requiert plus d’eau, mais se traduit aussi par des rejets de méthane des ruminants et des émissions gazeuses dues aux effluents d’élevage, et peut induire une pollution de l’eau et des sols.

Bien que générant à peine 1,5 % du PIB total, le secteur de l’élevage est socialement et politiquement très important, notamment dans les pays en développement. Il nourrit et fait vivre un milliard de pauvres dans le monde, en particulier dans les zones arides, où les animaux d’élevage sont souvent la seule source d’existence.

Or, première mauvaise surprise, l’élevage de bovins génère davantage de gaz à effet de serre que les véhicules automobiles. Le système digestif des ruminants, à lui tout seul, est à l’origine de 37 % de tout le méthane dû aux activités humaines. 65 % des émissions d’hémioxyde d’azote, qui ont un potentiel de réchauffement global 296 fois plus élevé que le CO², sont quant à elles essentiellement imputables au fumier.

Deuxième point noir, l’eau, essentiellement destinée à l’irrigation des cultures fourragères. 15 m3 d’eau sont en moyenne nécessaire pour produire 1 kg de viande soit dix fois plus que pour obtenir 1 kg de céréales. La production animale constitue la plus grande source sectorielle de polluants de l’eau (antibiotiques, hormones, produits chimiques des tanneries, engrais et pesticides utilisés pour les cultures fourragères...). On estime ainsi qu’aux Etats-Unis, l’élevage et l’agriculture fourragère sont responsables de 37 % de l’utilisation de pesticides, de 50 % de celle d’antibiotiques, et d’un tiers des charges d’azote et de phosphore dans les ressources en eau douce. Le secteur engendre aussi près des deux tiers de l’ammoniac d’origine anthropique, qui contribue sensiblement aux pluies acides et à l’acidification des écosystèmes.

Plus surprenant, le rapport évoque également un péril pour la biodiversité de la Terre. Les animaux d’élevage constituent environ 20 % de la biomasse animale terrestre totale, et la superficie qu’ils occupent aujourd’hui, 30 % de toute la surface émergée de la Terre, était autrefois l’habitat de la faune sauvage. Or, les forêts sont disparaissent, défrichées pour créer de nouveaux pâturages. L’Amérique latine illustre ce phénomène avec près de 70 % des anciennes forêts d’Amazonie converties en pâturages. Parallèlement, les troupeaux par le surpâturage, la compaction et l’érosion sont à l’origine d’une détérioration des terres à grande échelle et contribuent à la désertification en zone aride.

Au-delà du constat inquiétant dressé par le rapport de la FAO, il serait injuste de placer sur le même banc des accusés les agricultures des pays en voie de développement et celles des pays industrialisés. Si dans le premier groupe on est bien dans le cadre d’une impérieuse nécessité, tel n’est pas le cas pour la deuxième qui obéit à des impératifs de profits. Les agricultures américaine et européenne, pour ne parler que d’elles, se sont construites à l’aide de beaucoup d’aides publiques et sans trop d’égards pour l’environnement. C’est aujourd’hui ce système industriel, productiviste, qui montre ses limites. Il ne saurait en tous cas constituer un modèle de développement pour les pays pauvres.


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 12:02

    Un végétarien a une empreimte ecologique inférieure d’un bon tiers a celle d’un omnivore et coute en moyenne 22% de moins au système de santé.

    Et pourtant ceux sont eux qu’on qualifie d’extremistes.

    Réfléchissez encore ...

    http://www.delaplanete.org/Rien-de-personnel.html


    • panama (---.---.198.59) 6 décembre 2006 12:18

      ... les vaches pétomanes indous font des ravages écologiques, tout le monde le sait ! Sans compter les accidents de la circulation.

      Mais ce sont de formidables éboueurs smiley


      • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 12:28

        Une blague pipi caca ?? c’est tout ce que vous avez trouver ??

        « D’abord ils vous ignorent, puis ils vous ridiculisent, ensuite ils vous combattent et, enfin, vous remportez la victoire. » Gandhi

        J’attend vos arguments smiley


      • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 12:41

        Si les céréales consommé par le bétail étaient directement affectées à la consomation humaine on pourrait nourrir 800 millions de personnes en plus. (source : worl watch institue).

        Les especes que vous consommez ne se reproduisent pas naturellement vous savez, ce sont des biens de consommation surproduits par l’industrie agro alimentaire.

        Je vois que vous etes un grand fan de pipi caca egalement mais que vous essayez tant bien que mal de reflechir a la question. félicitations.


      • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 12:41

        Si les céréales consommé par le bétail étaient directement affectées à la consomation humaine on pourrait nourrir 800 millions de personnes en plus. (source : worl watch institue).

        Les especes que vous consommez ne se reproduisent pas naturellement vous savez, ce sont des biens de consommation surproduits par l’industrie agro alimentaire.

        Je vois que vous etes un grand fan de pipi caca egalement mais que vous essayez tant bien que mal de reflechir a la question. félicitations.


      • ALDEBARAN (---.---.162.39) 6 décembre 2006 18:13

        Cela permettrait de nourrir 800 millions d’hommes en plus dites vous !! On comprends dès lors pourquoi votre argumentation ainsi que celle de l’auteur est bête à manger du foin !!! Ce lamento déliquescent récurrent dans les productions de l’ONU et de ses latrines fait oublier que ceux qui produisent de telles débilités sont très bien payés, très bien nourris et que comme disait Colucheils doivent quand même bouletter de la viande de temps en temps !

        Une fois de plus c’est le peuple qui va être le premier à trinquer de ce genre de propos ignares


      • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 11:26

        Ne vous enervez pas. 800 millions est un chiffre « théorique » pour illustrer les calcul du FAO. Notez toutefois que certains pays africains preferent produire des cereales destinés a l’exportation pour nourrir le bétail des pays riches qui surconsomment de la viande plutot que d’en faire profiter leur population.

        Ca a meme été le cas de l’ethiopie en 1985 alors qu’il y avait famine a domicile !

        Je regrette mais votre these de « c’est un complot de riches contre le »« pauvre »« petit peuple » ne tiens pas du tout la route. Le lobby agro alimentaire US est plus puissant que celui du petrole. N’essayez pas de vous voiler la realité derriere un discours marxisant.


      • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 6 décembre 2006 12:35

        Et le méthane rejetté par les humains quand ils pètent, pourquoi n’en parlons-nous pas ???

        Mais vous avez raison, tuons 99,9% des espèces animals que l’on consomme(on en garde juste pour savoir à quoi cela resemblait), arrétons engrais et pestisside pour nos culture, plus de pèche. Après il ne faudra pas venir pleurer car on ne peut pas nourrir plus de 40% de la population mondiale.


        • pierrot (---.---.141.25) 6 décembre 2006 13:10

          Bravo popur le pet. J’allais le dire avant de voir le commentaire. C’est curieux, c’est la première chose qui m’est venue à l’esprit à la lecture de cet article. smiley


        • alberto (---.---.58.37) 7 décembre 2006 10:26

          Surtout si on substitue la consommation des fayots à celle de la viande...


        • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 11:18

          C’est rigolo les blagues sur les prouts hein ? et puis comme ca ca evite de reflechir.

          Les elevages en ameriques du sud sont responsables du deforestement alarmant de l’amazonie .... vous croyez que detruire des biotopes uniques pour y faire paturer vos futurs hamburgers c’est bon pour la biodiversité ?


        • gem gem 6 décembre 2006 12:37

          Soyez tranquille, sans les animaux d’élevage, il y aurait (il y aura ?) des villes à la place.

          Soyons plus simple : l’homme nuit à l’environnement. OK, et quand on a dit ça, on fait quoi ?

          (PS : votre dernier paragraphe est trop nul. Un morceau d’anthologie de bienpensance sirupeuse et d’ignorance. Ca gâche le reste de l’article, propre et factuel)


          • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 12:44

            Sans les animaux d’elevage c’est 60% des terres agricoles qu’on recupere. Vous allez devoir les construire vite vos villes.


          • (---.---.149.24) 6 décembre 2006 13:36

            Hubert Reeves l’a dit aussi que le monde sera végatalien un jour. Je le suis depuis 20 ans et je me porte trés bien. J’ai réapris à cuisiner d’une manière différente, je ne fais aucun calcul de diététique et cie, je mange ce qui me plait quand ça me plait (aussi en fonction des saisons). Faire son carré de jardin peut redevenir une activité trés honorable et non dénuée d’intérét comme ressourcement intérieur, être proche du monde végétal est trés riche d’enseignements. En tous cas ça vaut bien quelques heures de télé ou autres pseudo-divertissements. Je passe sur la qualité des aliments qui n’est pas comparable. Bien sur on ne claque pas des doigts pour avoir à manger, faut se bouger le tronc, un peu, et acquérir une certaine expérience, mais celle-ci est à la portée de tout le monde. Ca redeviendra une source de plaisir et d’échanges locaux parmi d’autres et il y a des milliers de choses à faire dans ce domaine d’une richesse inouïe pour refaire de la terre le jardin promis.


            • Marie Pierre (---.---.207.33) 6 décembre 2006 13:46

              Que vous soyez végétalien, c’est à dire ne consommant aucune protéine d’origine animale (lait.....) en cultivant votre carré de jardin, c’est votre choix.

              Combien de personnes vivant en appartement peuvent avoir un carré de jardin ?

              J’entends souvent ce discours parmi des amis très aisés, qui fréquentent les coops bio... bref, qui me font sourire quand je vois notre pouvoir d’achat vers le bas.


            • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 14:26

              Je vis dans un petit appart et je fais 75% de mes courses chez leclerc. Je vois pas en quoi ca empeche d’etre végétarien.

              La viande en plus d’etre inutile pour la santé, coute tres cher. Je ne peux d’ailleurs que vous encourager a etre extrement regardant sur la qualité concernant les morceaux d’animaux que vous achetez (n’achetez jamais ca chez un hard discounter). Il y a infiniment plus de risque avec un cadavre en putrefaction (meme legere et imperceptible) qu’avec des vegetaux (qui peuvent se conserver naturellement des mois). Et la chair à peu prés fraiche ca a un prix tres elevé.


            • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 14:37

              Il n’y a pas que Hubert Reeves qui predit un avenir végétarien à l’humanité, Albert Einstein, Thoreau, Leonard de vinci, Gandhi et pas mal d’auteurs de sciences fiction aussi.


            • Plus robert que Redford (---.---.132.149) 6 décembre 2006 15:57

              Exact, cher ami !

              De plus, pourquoi vivre dans 70m2 alors que certains passent des années dans une pièce de 3m sur 4, avc 1 table + 1 chaise. Ah ! j’oubliais le chiotte !

              Une seule paire de chaussures, un pull, une chemise, deux slips (juste le temps que le premier sèche)et un pantalon (jeans made in china, c’est moins cher)

              la télé, ça sert à rien qu’à vous donner de mauvaises idées : on supprime !

              Pas besoin de toute une étagère de bouquins : une bible (ou à défaut un Coran) suffit ! toutes les réponses sont dedans et les autres questions sont superfétatoires.

              Et pis si malgré toutes ces économies de moyens il persiste comme un grand vide intérieur tout rempli d’angoisses existentielles, nous fournissons la Petite Pilule Noire qui guérit tout !

              On est vraiment trop nombreux sur cette pauvre planète !


            • Cassandre (---.---.237.153) 6 décembre 2006 14:20

              Pour plus de détail sur les GES liés à l’alimentation, voir : http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette.html

              Notez que les émissions de méthane sont surtout le fait des ruminants : conséquence de la transformation de la cellulose en sucres dans leur système digestif.


              • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 14:39

                J’aime la viande, je deteste la salade et les carottes. smiley

                Commencons deja par nous occuper des voitures et des usines !

                Pour les « mechants steaks qui font des trous dans la couche d’ozone », on verra apres !


                • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 14:53

                  On vous a eduqué de cette façon, votre réaction (doublée de l’ignorance du mode de vie végétarien) est normale.

                  Malheureusement on parle ici d’« un des tout premier responsable des problèmes d’environnement » selon la FAO dans son dernier rapport sur l’imact ecologique de l’elevage (loin devant les transports).

                  Ce ne sont pas les steaks qui sont méchants, ils sont morts. Alors rendez vous service a vous et aux autres en essayez de reduire votre consommation au moins.


                • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 15:42

                  je ne suis pas d’accord avec toi Henry, le Brésil a sous la présidence de Lula considérablement developpé son agriculture dans un but très lucratif tout en ravageant la forêt amazoniene .je ne comprends pas pourquoi on devrait le considérer autrement que la france qui ,elle ,est en voie de reboisement .

                  en revanche , les plantations fouragères sont une nuisance, surtout le mais trop gourmand en eau qui pompe nos nappes phréatiques et nous fait envahir par les OGM que José Bové est obligé de détruire pour notre bien à tous

                  j’aime bien manger un bon steack ou une bonne volaille , quelle alternative tom tom , vu que les poissons auront disparu en 2050 ?


                  • Plus robert que Redford (---.---.132.149) 6 décembre 2006 16:06

                    Je suis de ton avis, mon Minou !

                    le mode de production des pays en développement suit celui qui a été le notre jusque dans ses pires erreurs alors que nous commençons à nous aviser sérieusement de corriger le tir.

                    Sans aller jusqu’à prier dans les chapelles de l’agriculture « BIOLOGIQUE » (plutôt une secte, d’ailleurs,) Allez donc vous renseigner sur ce que c’est que « L’agriculture Raisonnée ». On y trouve beaucoup de gens très intelligents, courageux travailleurs et modérés dans leur façon de pensée et de s’exprimer.


                  • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 16:32

                    Les poissons auront disparus et de toutes facons la production de viande est pas soutenable a terme donc bon gres mal gres on sera tous plus ou moins vegetariens.

                    Concernant le Bresil c’est 70% de la foret amazonienne qui a été transformé en steak haché pour les ricains et c’est pas fini (le film Fast Food Nation aborde le sujet je crois).


                  • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 16:38

                    cher tom tom , on n’est pas dans la merde avec le poisson d’elevage aussi vu qu’il faut pêcher 5kg de poissons sauvages pour nourrir 1kg de poissons d’elevage ! quel gachis !


                  • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 16:46

                    Je ne vous le fait pas dire.


                  • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 15:46

                    @ tom tom

                    Le mode de vie vegetarien est votre choix, vous avez bien compris que je ne le partage pas (par culture, mais surtout par gout) comme bon nombre d’entre nous.

                    On met ici l’accent sur l’elevage, et c’est encore les consommateurs qui doivent faire un effort.

                    On ne va pas s’attaquer aux industriels, fabricants de voiture, compagnies petrolieres, pollueurs, industrie chimique, voir meme essayer de trouver des solutions à la pollution des elevages.

                    Non, c’est « vous devez manger moins de viande » Ca me fait bien rire.

                    Et combien consomme en eau, carburants pour les machines, engrais, pesticides, moyens de transports, emballages vos legumes et fruits ?

                    Croyez vous que les mangues et les oranges poussent dans nos regions ?

                    En plus du point de vue de la santé, l’option vegetarienne est elle sans consequence ?


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 16:08

                      salut mon ami , dis toi que dans le pire des cas on pourra toujours se boire une bonne jenlain !de l’eau , de l’orge et du houblon,rien que du bon !


                    • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 16:11

                      j te propose un compromis :

                      Une bonne jenlain avec une frite/ fricandelle : des cereales, des feculents (on va dire legumes), de la viande...

                      Tout le monde sera content.


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 16:31

                      Pas trop de feculents , tu risques de trouer la couche d’ozone avec le méthane ! ah ah

                      si y’a plus de poissons , j’espère qu’on aura encore les moules ...


                    • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 16:39

                      Et des pets de nonnes, très polluants spirituellement. Pire que la vache sacrée dans la crêche du petit Jésus. La nature est dangereuse. Vivre nous tue.

                      Poème de Leonard Cohen :

                      « A person who eats meat wants to plant its teeth into something. A person who doesn’t eat meat wants to plant its teeth into something else. If you care about it only a minute, you are lost ».


                    • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 16:45

                      Un animal n’est pas « something », regardez votre chien ou votre chat. Et si ca ne vous inspire toujours rien alors vous etes pret pour le canibalilsme.


                    • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 16:51

                      Ouaf ! Mais j’ai déjà mangé mes chats et mes chiens, donc le problème ne se pose plus. Quant au cannibalisme je n’ai rien contre en situation extrême de survie.

                      Question sérieuse : si t’étais Inuit, tu boufferais quoi ? Du gazon pour ours blancs ?


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 17:07

                      AH AH , très drôle marsu , dommage qu’on peut pas se faire une fricassée de cuisses de grenouilles de benitier !


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 17:18

                      Cher Marsu est ce toi Qui es à l’origine de la disparition des piranhas de Palombie ?

                      dois je me méfier si jamais tu m’invites à bouffer ?


                    • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 15:04

                      « Quant au cannibalisme je n’ai rien contre en situation extrême de survie. »

                      Je vous comprend, et moi je n’ai rien contre manger des animaux en situation d’extreme survie. C’est d’ailleurs se qui s’est passé dans l’histoire de l’humanité. Y a juste qu’on a oublié qu’on n’etait plus en situation extreme de survie.

                      L’humain est tres bon, ca a un gout de porc il parait, n’hésitez pas à nous faire part de vos recettes. smiley


                    • Tom Tom (---.---.253.163) 6 décembre 2006 16:25

                      @ Seb59 : Merci pour votre respect. Le mode de vie végétarien est sous représenté en France, trés peu d’industriels meme petits s’y interessent. Je vous dis juste que vous ne le connaissez pas, mais encore une fois, c’est normal. Je suis pas un pro de la gastronomie donc je vais pas vous faire la lecon, je sais qu’il y a differents courants dans la cuisine végé et que c’est largement aussi bon que la cuisine occidentale.

                      Choix personnel ? nous pouvons rentrez dans le domaine ethique ... si l’on prend en compte l’interet des animaux (ou meme de l’environnement), ca depasse le choix personnel.

                      Vos questions :

                      Et combien consomme en eau, carburants pour les machines, engrais, pesticides, moyens de transports, emballages vos legumes et fruits ?

                      ==> Beaucoup, mais infiniment moins que ce qu’il a fallu pour nourrir le bétails. Les nourriture pour les animaux d’elevage represente au moins 40% (hors paturage bien sur) des surfaces agricoles. Tout le problème est là.

                      Croyez vous que les mangues et les oranges poussent dans nos regions ?

                      ==> Non, je ne le crois pas et je n’en mange quasiement jamais. Je ne sais pas quel caricature vous imaginez que je suis, je mange comme vous, sauf que j’enleve l’ingredient viande et peut etre je rajoute plus de légumes.

                      En plus du point de vue de la santé, l’option vegetarienne est elle sans consequence ?

                      ==> La position de l’ American Dietic Association (qui est une insitution independante qui fait autorité et qui n’est pas du tout pro vegetarienne) considere que c’est un régime qui est recommandable pour la prevention et le traitement de trés nombreuses affections (traduction : c’est meilleure pour la santé). C’est juste un exemple, toutes les etudes medicales comparatives vont dans ce sens meme si les gens restent persuadés que c’est bon pour la santé de manger de la viande. Carl Lewis etaient végétaliens, le champion du monde de bodybuilding 2005 aussi ... ca a pas l’air de les gener.

                      Je connais tous les arguments. C’est d’ailleurs pourquoi je n’ai pas eu d’autre choix que la « conversion » au vegetarisme, un peu dur et bizarre au debut, mais que je considere comme un des meilleur choix de ma vie aujourd’hui.


                      • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 16:33

                        Y’a de la bonne cuisine végétarienne, un bon curry de lentilles c’est excellent !


                      • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 16:47

                        @ tomtom « Je ne sais pas quel caricature vous imaginez que je suis », loin de moi l’idee de vous caricaturer, je respecte vos convictions vegetariennes.

                        Je fais juste remarquer l’augmentation des produits « exotiques » dans la consommation « fruits/legumes » des menages.

                        Personnellement , je ne saurai pas faire le meme choix de nourriture que vous, car j’aime la viande (serieusement, les legumes beurk). Pour le coté ethique, c’est moche, mais c’est une chaine alimentaire millenaire...

                        Alors oui, l’elevage fait surement bcp de degat pour l’environnement, mais je trouverai normal qu’on cherche plutot des solutions pour limiter les pollutions , plutot que dire « stop la viande ».

                        Sinon, je dis aussi « stop l’auto, l’avion, le charbon, le petrole .... » et je nous vois mal revenir à l’age des cavernes et manger des racines !


                      • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 09:59

                        @ tom tom

                        « Carl Lewis etaient végétaliens, le champion du monde de bodybuilding 2005 »

                        Oui mais ceux ci prenaient surement des complements de proteines animales.

                        Donc ils doivent pallier au manque par un autre moyen.


                      • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 10:49

                        @ Seb : Il n’y a rien a palier en l’absense de viande, au contraire, on note souvent une légère amélioration (par rapport a un regime omnivore equilibré). En tous cas pour le régime végétaRien.

                        La seule carence qui peut apparaitre, est celle de la Vitamine B12 dans le cas d’un régime végétaLien mal équilibré... Je ne connais pas de végétalien, beaucoup disent etre en tres bonne santé mais des cas de carences assez graves ont déjà été rapportés. Je crois que cela depend des personnes et de leur environnement.

                        En ce qui concerne Carl Lewis, il etait végétarien et suivait un régime végétalien uniquement pendant les compétitions. Sinon en people sportif on peut aussi citer martina navratilova, djamel bourras ou surya bonali qui sont végétariens.


                      • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 11:04

                        @ Gilbert : Doctissimo est assez franco français dans ses références, il part également du postulat que manger de la viande fait partie de notre diète « normal » (ce qui est tres discutable dans le cadre de l’anatomie comparative).

                        Le Fer et les protéines vegetales sont de bonne qualité (meme si la viande a un leger avantage sur ce point) et se trouvent en quantité plus que suffisante. Aucun souci de ce coté la.

                        Vous avez tout a fait raison, a defaut d’une société ideale qui arreterait l’holocauste perpetuel des abattoirs industriels, réduire sa consommation de viande a une fois ou deux par semaine serait plus que bénéfique pour la santé publique et l’environnement.

                        Vous parliez des concentrations d’animaux malades shootés aux antibio, il faut egalement savoir que ces endroits sont des terrains de developement formidable pour les virus (tremblante, grippe aviaire etc ..) qui peuvent mutés et devenir transmisible a l’homme. (source : world watch institute)


                      • Tom Tom (---.---.253.163) 7 décembre 2006 11:13

                        @ Seb : Il n’est pas forcement question d’arrreter totalement la consomation de viande, meme si cela serait une bénédiction pour l’humanité (c’est Einstein qui le dit). Nous avons fait certain choix de developement parfois bons (transport) parfois catastrophique (elevage industriel doublé du message « la viande est bon pour la santé »). On commence a en comprendre les conséquences. Il faut peut etre « reorienter » ces choix de maniere raisonnable sans pour autant faire une croix dessus.

                        De toute facons avec l’augmentation de la population mondiale, si tout le monde se met a vouloir vivre comme nous (ce qui est impossible), on se ferra une guerre atomique et on retournera en suite dans les cavernes a manger des pommes de pain .

                        Vous dites « ethiquement c’est moche » ... ben oui, ca coute rien de laisser vivre les bebetes et ethiquement c est mieux. Cela ne fait pas partie d’une chaine alimentaire, sans notre cerveau on serait incapable de tuer et manger une simple vache à main nue.


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 6 décembre 2006 19:25

                        Pour l’organisme humain, la viande est source de fer, néanmoins ce fer se trouve également dans le poisson et les légumes ! http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/vitamines_mineraux/fer.htm

                        http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2003/mag0110/dossier/fer_manque _niv2.htm

                        Comme pour beaucoup de choses, tout est question de quantité, manger de la viande tout les jours est mauvais pour la santé, par contre une fois ou deux par semaine peut être raisonnable.

                        Ensuite dans cette course effrénée à la production, je pense que les hommes font une énorme bêtise.

                        En effet pour cette course à l’échalote qu’est le rendement, c’est l’emploi massif d’engrais et de pesticides, plus grave les animaux de batteries sont « bourrés » d’antibiotiques ou bien d’hormones,.... qui se retrouve bien évidemment dans l’assiette du consommateur ! ! Dans Google tapez :
                        -  les animaux de batteries bourrés d’antibiotiques.
                        -  la viande et les résidus d’antibiotiques

                        Autre effet pervers de ces antibiotiques qui sont délivrés aux bovins, ont les retrouve également,.... dans leurs excréments, et cela nuit fortement au développement d’insectes comme les bousiers, les mouches ou le cafards.

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Bousier,

                        qui est un insecte coprophage ou scatophage

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Coprophage

                        En outre ces résidus freinent la prolifération des certaines bactéries chargées de dégrader également les excréments, c’est ainsi que les bouses de vaches qui contiennent des résidus ne se dégradent plus, elles restent sur l’herbe et réduisent ainsi petit à petit les surfaces herbeuses !

                        Gaffes l’humain de vouloir jouer à l’apprenti sorcier !

                        @+ P@py


                        • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 09:59

                          Faudra dire aux vaches que « les antibiotiques, c’est pas automatique ! »


                        • LE CHAT (---.---.75.49) 7 décembre 2006 11:45

                          salut P@py, juste pour te dire que les conservateurs que l’on mange dans tous les produits empêchent la décomposition naturelle des cadavres tellement ceux ci en sont imprégnés .

                          Malheureusement , tout le monde ne peut pas se payer le luxe de manger bio !


                        • LE CHAT (---.---.75.49) 7 décembre 2006 14:03

                          un petit couplet rap à la kamini ....

                          à Marly gomont c’est pas la zone

                          quand les vaches pètent ça troue l’ozone

                          ca deménage les narines

                          quand les bourrins urinent

                          dans les champs nitrates et phosphates

                          ruissèlent jusque dans les nappes

                          vaches folles , poulets aux hormones

                          cette bouffe de merde grave on déconne !

                          yo !


                          • Cujo (---.---.179.88) 8 décembre 2006 09:28

                            Après avoir lu tous (ou presque tous) les commentaires, je vois qu’il y a des solutions qui n’ont pas été prises en compte. Surtout en ce qui concerne la consommation de poisson essentiel au bon développement de notre organisme.

                            Ce n’est plus la peine de les pêcher, je suis d’accord, car les réserves marines sont sur le point de disparaître. Nous sommes proches du point de non retour.

                            Ce n’est pas la peine non plus de faire de la pisciculture, c’est polluant, et pas très rentable pour les éleveurs.

                            Par contre il y a quelques années les chercheurs ont réussi un coup de maître qui pourrait révolutionner nos modes de consommations. La reproduction cellulaire. Une équipe de chercheur avait fait se développer dans un moule de la chair à poisson (de la même manière qu’on fait pousser des champignons) et l’avait consommé.

                            Si nous voulons garder nos modes de consommations je penses que c’est la meilleurs solutions. Pas de pollution du milieu extérieur, pas de sur pêche (si on arrive à reproduire une grande variété de poisson), pas de dépenses énergétiques pour aller chercher le poisson et surtout pas de présence de pollution dans la chaire même du poisson. Certes on touche une partie de l’économie, mais il va bien falloir passer par la. Ce genre de poissons, si il est produit en masse, sera de toute façon plus intéressant pécuniairement comparé au cours du poisson aujourd’hui.

                            D’après les dires des chercheurs si la méthode était bien maîtrisée on pourra faire de même avec de la chair de bovins, porcs, etc. Cette solution permettrait à la planète de garder une consommation raisonner de produits animales. Cependant il faut bien prendre en compte les dérives potentielles au même titre que les OGM. Notre société n’est pas prête à les accepter et les propriétaires de brevet ne pensent qu’à en abuser.

                            Je suis d’accord sur le fait qu’il faut éviter en ce moment de manger de la viande deux fois par jours, mais même si nous changeons nous européen notre manière de consommer, il restera toujours les état unis, la chine et les autres pays culturellement très gros consommateur de chair animal. On voit bien déjà le mal qu’on a faire passer un simple décret sur la pêche de la baleine. Même si a titre personnel je milite pour la sensibilisation et la responsabilisation nous savons tous qu’il y aura des gens, qui par esprit de contradiction, seront contre. Il faut donc trouver un autre moyen de production respectueux de l’environnement, des animaux que l’on élève et de nous même.


                            • Tom Tom (---.---.253.163) 8 décembre 2006 10:22

                              « la consommation de poisson essentiel au bon développement de notre organisme »

                              C’est faux, je suis désolé. Votre intention est louable mais renseignez vous. Quant aux « viandes artificielles », si elles ne sont pas mauvaises pour la santé, pourquoi pas en effet. Cela enleverait beaucoup de souffrance inutile. Mais notez qu’il existe deja des « viandes vegetales » qui sont peut etre meilleure.

                              « les état unis, la chine et les autres pays culturellement très gros consommateur de chair animal »

                              Les USA ont déjà ravagé la foret amazonienne (entre autres) pour fabriquer des hamburgers. C’est fait. Les chinois ne sont pas culturelement de gros consommateurs de viande, ils sont en train de le devenir et c’est bien ca la catastrophe anoncée.


                              • fab (---.---.216.53) 9 décembre 2006 22:59

                                Il est possible que l’élevage puisse supporter un certain nombre de critiques précédemment exposées. Il est aussi une réalité flagrante : les agriculteurs façonnent le territoire et en constituent une composante sociale majeure. Le débat ne tiendrait-il pas plutôt dans le type d’agriculture que nous souhaitons promouvoir ? Qui peut répondre à la question de savoir ce que deviendraient nos paysages sans ces acteurs essentiels ? De la forêt ? D’accord, alors assumons le. Qui en patira ? Toujours les mêmes, les petits paysans étranglés par des prix toujours plus bas imposés par de grands groupes laitiers ou autres centrales d’achat ? Qui s’en sortira ? Les gros élevages intensifs qui se développeront finalement au dépend des restes des premiers et qui pollueront d’avantage par leurs pratiques industrielles.Il est possible de railler les producteurs bio, sectaires, ringards, passéistes et j’en passe. Il ne s’agit ni plus ni moins que de producteurs amoureux de leur métier qui se refusent à sacrifier leurs convictions profondes liées au respect de la terre, des animaux et du consommateurs, en ne cédant pas aux sirènes de la soit-disant modernité (pesticides, OGM, engrais chimiques...). Ces gens là ne nourriront pas la planète, non, seulement les consommateurs proches de chez eux qui daigneront les considérer, admettre qu’ils contribuent modestement à l’oeuvre générale dans la mesure de leurs modestes moyens. Quand au prix, rassurons-nous, aussi élevé qu’ils nous paraissent,ils ne pourront jamais que les tenir dans leur situation de smicard méritant, et encore si tout va bien (sécheresse, grêle...). Mais il est vrai qu’aucun de ces tristes individus n’a de voiture rapide et confortable, de plasma tappe à l’oeil, de portable hight tech, d’intérieur chébran, de vacances aux Antipodes ni même à la plage la plus proche d’ailleurs, d’habits à la mode, de cinéma et de restaurant le week end... Non, il n’a rien de tout cela lui et donc il ne se plaint pas de ce que la vie est chère, inabordable ni qu’il puisse être normal de faire payer le juste prix de son travail. Non, vraiment,il n’a que ses vaches ou se brebis qu’il aime, qui sont sa vie, qui seules ont de la valeur à ses yeux. Mais sans doute est-ce trop lui donner que la simple envie de ne pas se entir de trop sur cette terre où son petit troupeau semble plus polluer que l’industrie de la planète entière (celle-là même de l’automobile, des produits coréens, des transports aériens...vous m’avez compris). Il y aura toujours entre les rats des villes et les rats des champs un mur d’incompréhension. Seuls les agro-industriels semblent s’accomoder des deux, mais pas forcément pour le meilleur. Alors discutez sur le sexe des anges, ou bien venez voir ces produsteurs là, mais vite parce que bientôt il n’y en aura plus, et oui, ils sont trop chers.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès