• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > « Le syndrome du Titanic » ou la fin du capitalisme ?

« Le syndrome du Titanic » ou la fin du capitalisme ?

Le film de Nicolas Hulot attaque de façon frontale le capitalisme et l’ultra-libéralisme en décrivant comment le pillage de la planète s’opère au profit d’un petit nombre.

 

"Le syndrome du Titanic", le film de Nicolas Hulot, sort sur les écrans ce mercredi. Plus qu’un nouveau conte alarmiste et larmoyant sur l’état de la planète cette production audacieuse attaque de façon frontale le capitalisme et l’ultra-libéralisme en décrivant comment le pillage de la planète s’opère au profit d’un petit nombre. Le film de Nicolas Hulot, proche en son temps de Jacques Chirac, nous rappelle l’évidence et nous renvoie à l’inévitable.


CAPITALISME CONDAMNÉ


syndrome_du_Titanic.jpgLa crise écologique et la finitude des ressources naturelles conduiront fatalement nos sociétés à réformer radicalement le système économique tel qu’il existe aujourd’hui. Le capitalisme et une certaine forme de propriété privée sont condamnés à moyen terme. Qu’on le veuille ou non. C’est ainsi.

L’organisation même du capitalisme dans sa forme contemporaine (le néolibéralisme), son essence (la somme des "rapacités" individuelles source de richesses, selon Adam Smith), ne peuvent pas répondre à l’obligation impérieuse d’économie et de partage des ressources rendue nécessaire par la pénurie et la finitude de la nature.

La vision courtermiste du capitalisme, uniquement motivé par la recherche immédiate du profit, ne dépasse pas un horizon supérieur à celui de l’année comptable, échéance naturelle et institutionnalisée où sont versés les dividendes, "le nerf de la guerre". Envisager, au-delà de cinq à dix ans, le tarissement du pétrole, de l’eau et des minerais est antinomique avec son substrat.


UNE SOLUTION : LES ÉTATS


total.jpgSeuls les Etats et leurs appareils administratifs, leurs cautions, leurs moyens, peuvent anticiper la catastrophe ou, à défaut, l’accompagner. La libre entreprise à grande échelle, celle de la mondialisation, n’étant en mesure de se transcender que pour des intérêts privés il revient à d’autres d’agir pour le bien collectif et universel. C’est le rôle des Etats et des peuples. Dans le cadre d’une vraie démocratie, d’une démocratie participative. Sans prendre la peine de le cacher Nicolas Hulot semble l’avoir parfaitement compris.

Pour coller à l’actualité de l’article de Caleb Irri sur Agoravox, il semble important de préciser que la "macro-propriété privée", celle qui concerne l’individu et les ménages n’en sera que conforté et renforcé. La République tient ses valeurs du siècle des Lumières, pas de l’école de Chicago de Milton Friedman, ni du "Capital" de Karl Marx. En plus de leur survie, les citoyens propriétaires de leur maison et de leurs meubles auront tout à gagner d’une démocratie responsable et réelle.


ET UNE VRAIE DÉMOCRATIE


Il devra en être de même avec le commerce de proximité qui sera réhabilité au profit des distributeurs "pollueurs et gaspilleurs".
Les PME, fruits de la libre entreprise, implantées localement, répondront aux nouveaux besoins.
Les grands groupes, les multinationales, les banques seront expropriés et/ou nationalisés avant d’être soumis à la planification. Leurs productions seront rationalisées, leurs immenses richesses partagées au nord et au sud, entre le nord et le sud.

La dictature de l’argent roi
, des capitaux fous, de la rentabilité, la tyrannie du management meurtrier et du "travailler plus pour gagner plus" seront les seuls perdants. Mais à terme c’est la nature, notre terre, notre avenir, qui y gagneront. Qu’on le veuille ou non le monde sera ainsi. Ou ne sera plus.

 

 

Peachy Carnehan www.nordenstar.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • tonton 7 octobre 2009 10:23

    Nicolas Hulot est un cheval de Troie... il a flingué les verts aux présidentielles en utilisant son image médiatique pour accorder un label vert à l’umps
    et il pourrait faire la même chose un jour avec les rouges
    arnaqueur ou idiot utile, je l’ignore ... mias le résultat est là


    • ASINUS 7 octobre 2009 16:24

      c etais la minute de lucidité de tonton , yep


    • tonton 7 octobre 2009 17:33

      ajoute celle du pro-islamisme de momo repéré ya 1 1/2 an + celle de la reprise boursière prévue fin de l’année dernière + une autre que revelli connaît, et tu n’as pas encore le compte
      car ça ne concerne qu’avox, celles-là

      alors puisque tu sais maintenant que tu parles à un grand fakir, écoute bien ma Parole Sacrée : le 0911, c’est les martiens. smiley


    • Croa Croa 7 octobre 2009 18:14

      « il a flingué les verts... »

      Non, les Verts se sont flingués tout seuls et ça ne date pas des présidentielles ! Si au lieu de faire de la politique politicienne ils avaient promu l’écologie nous n’en serions plus là !


    • ASINUS 7 octobre 2009 18:37

      lol desormais vos paroles me seront « revélations »
      et j irais partout sur agoravox les precher heu comme je n ai pas vocation au martyr
      vous souffrirez que j evite les articles du Professeur


      hi han hi han
      asinus


    • Philou017 Philou017 7 octobre 2009 21:14

      Pour une fois que je suis d’accord avec tonton.

      « il a flingué les verts aux présidentielles en utilisant son image médiatique pour accorder un label vert à l’umps »

      C’est pas tellement qu’il a flingué les verts, mais il a donné un coup de pouce à l’UMP, qui est plus que tout autre le soutien du capitalisme sauvage tel qu’on le constate.

      En cela Hulot est un imbécilé grave. IL n’a pas compris que l’alibi vert est un passage obligé pour les partis, mais qui ne les engage en rien sur le fond. Et l’UMP est certainement le parti le moins susceptible de changer les regles du jeu du capitalisme en profondeur.

      Mais bon, on apprend à tout age.


    • shuenly 8 octobre 2009 09:54

      Je trouve les remarques de certains manquant singulièrement de maturité et de hauteur.
      Voila plusieurs années déjà que l’on nous prédis des catastrophes des problèmes environnementaux. Les chiffres sont éloquents, les tempêtes ont augmentées de 400 % en quelques décennies, itou les tremblements de terre et sans parler des problèmes sociaux et humains récurrents. Les échanges que je j’observe sur les forums sont d’une banalité et d’un égocentrisme affligeant.
      Personne ne pourra avancer l’ubuesque position que le monde dans lequel nous vivons fait preuve de sagesse, de réalisme et de projection. A vous entendre tous j’ai l’impression d’entendre des gamins entrain de se chamailler pour une peccadille. Mais les vrai débats sont ailleurs , la critique est simple mais ardue est la proposition. Au lieu de fustiger un poil à gratter comme Hulot, réfléchissons ensemble sur le message de fond et sur sa récurrence, objectivons les données et la réalité. LE problème d’un partie est atomique comparé aux défis de notre devenir. Que sommes nous capables de proposer de concret et de transcendant. Car un des buts de notre existence et bien une logique de sens et non pas uniquement comptable. Nous sommes tous obnubilés par notre confort, nos parties pris et nos certitudes que nous ne voyons plus notre conformisme. A tous ceux qui critiques NH, au delà de vos différences quels sont les éléments du discours qui vous gène réellement. Et avez vous visionné le film. Car pour critiquer il faut de la matière, car la pensée n’est pas faite pour penser mais pour agir. Alors QUID de vos actions concrètes ? Je me souviens d’un certain Kennedy, qui posa cette question , « Ne vous demandez pas ce que peux faire l’Etat pour vous, mais que pouvez Vous faire pour l’Etat ». Je constate que certains ont plutôt une position de suiveur, il en faut mais cela reste un point de vue, comme l’est le mien. La différence est peux être dans la condition d’approcher une vue globale, plutôt que Franco française ou nombriliste. L’UMP, les Socialistes, les Verts ect, ce n’est pas ce qui importe mais c’est ce que NOUS ferrons de notre Avenir. Comment le voyons nous. Cela est le vrai défis et la juste position, car à part cela le reste n’est que superflu. Maintenant pour certains ce superflu est apparemment l’essentiel, c’est une question de valeur, que je respecte, mais n’oubliez jamais l’histoire de la cigale et de la fourmis.....A bonne entendeur Ciao


    • Ropi 8 octobre 2009 10:23

      Je suis assez d’accord avec vous, et ce même si Monsieur Nicolas Hulot m’insupporte au plus haut point.
      Il serait bon, en effet, que ses actes soient en rapport avec son discours ; cela ouvrirait moins la porte aux « critiques » et jouerait en faveur de sa crédibilité - et, plus important, en faveur de la crédibilité de l’ensemble de ceux qui essayent de mettre en lumière ces problèmes environnementaux.

      Cependant, cet état de fait ne doit pas (ne devrait pas) servir d’alibi à ceux qui tentent - de manière souvent fort peu crédible, et pour cause - de tourner en dérision ce problème incontournable de l’écologie.
      Réduire ce problème aux seuls incohérences de Monsieur Hulot, c’est bien facile mais tout à fait malhonnête, et cela relève, au mieux, de la politique de l’autruche.

      Vous citez fort justement les évidences des problèmes climatiques, mais on pourrait aussi aller sur le terrain du cancer, de la qualité de l’eau, de la profusion de produits chimiques présent dans l’eau, dans l’air, et dans... notre sang... Tout ceci directement en relation avec notre mode de vie...
      Bref, balayer cela d’un simple revers de main, sous le seul prétexte des comportements de gens comme N. Hulot, est encore une fois malhonnête, et ne nous dispensera pas de devoir trouver des solutions à tous ces problèmes (« problèmes » étant ici un euphémisme) bien réels.


    • BA 7 octobre 2009 10:25

      Franck Courchamp est docteur en écologie, écologue, directeur de recherche au CNRS.

      Franck Courchamp décrit dans «  L’écologie pour les nuls  », First Editions, le choc que va subir l’espèce humaine dans les années qui viennent  : la fin de la civilisation du pétrole. La fin de la civilisation bâtie sur le pétrole.

      Ce choc va complètement bouleverser nos vies.

      «  Voici une petite liste de quelques produits dérivés du pétrole, qui risquent donc de disparaître avec lui  :

      adhésifs dentaires, aides auditives, ammoniaque, antihistaminiques, antiseptiques, asphalte, aspirine, balles (de golf, de ping-pong, de tennis …), ballons (de foot, de plage …), bateaux, batteries de voiture, beurre de cacao (chocolat), bigoudis, bottes en caoutchouc, bougies, bouteilles, butane, calfeutrage, caméras, carrosseries, casques de moto, cassettes vidéo, CD, chaînes stéréo, chaises en plastique, chaussures, cirage, cire pour les sols, climatiseurs, collants, colles, conduites d’eau, congélateurs, contreplaqué, cordes de guitare, cortisone, couches jetables, couvertures chauffantes, crayons de couleur, crèmes, dentifrices, déodorants, détergents, encres, engrais, enregistreurs, éponges, fils de pêche, leurres de pêche, filtres à huile, gazon artificiel, gélules, gilets de sauvetage, glycérine, habits, haut-parleurs, insecticides, isolation, joints, kérosène, linoléum, liquide vaisselle, lubrifiants, lunettes, magnétoscopes, matelas gonflables, mazout de chauffage, médicaments, moquettes, ordinateurs, pagaies, pansements, parachutes, paraffine, parapluies, parfums, peignes, brosses, peintures, pellicules photo, pellicules cinéma, pinceaux, pneus, poêles en téflon, raquettes de tennis, réfrigérateurs, résines, rideaux de douches, roues de skateboard, rouges à lèvres, ruban adhésif, saccharine, sacs-poubelles, séchoirs, solvants, stylos, tapisseries, teintures pour cheveux, téléphones, bouteilles thermos, toile isolante, vaisselle en plastique, valves cardiaques, vaseline, vernis à ongles, etc.  »

      (Franck Courchamp, «  L’écologie pour les nuls  », page 213.)

      Adieu, ordinateurs  ! Adieu, téléphones  !


      • Charles Martel Charles Martel 7 octobre 2009 10:44

        c’est surtout la perte de la vaseline qui va être préjudiciable à nous autres citoyens...


      • vieux clodo puant vieux clodo puant 7 octobre 2009 11:46

        Tous à poil dans la forêt.

        Alors qu’on parle aujourd’hui de rééquilibrage mondiale avec les BIRC, la civilisation qui se passera le plus rapidement du pétrole dans les 40 prochaines années, prendra une longueur d’avance sur tout le monde, comme ce fut le cas avec la révolution industrielle en Europe.

        Bref l’avenir est à la science, non à la guerre pétrolière.


      • ASINUS 7 octobre 2009 16:25

        ta raison charles encore un mandat de sarko et sans vaseline oh putaiN !!!!!!!


      • Kristen Korigan 7 octobre 2009 18:59

        la nature est riche d alternative....au résultat souvent étonnant....mais la civilisation pétrole a préféré soit nier leurbénéfice soit éviter que nos chercheurs travaillent sur ces matériaux...


      • Monomaniaque 7 octobre 2009 11:17

        à l’auteur

        "cette production audacieuse attaque de façon frontale le capitalisme et l’ultra-libéralisme en décrivant comment le pillage de la planète s’opère au profit d’un petit nombre".

        Au lieu que le capitalisme ne profite qu’à un petit nombre, pourquoi ne pas imaginer un capitalisme détenu par tous qui en feraient ce qu’ils jugeraient, démocratiquement, le plus profitable pour eux-mêmes et pour la planète ?
        Pour un Nouvel Ordre Économique Français Équitable !
        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/pour-un-nouvel-ordre-economique-60258


        • Neosysteme Neosysteme 7 octobre 2009 11:24

          Hulot.....C’est pas celui qui a les ciments Lafarges et les autoroutes du sud comme sponsor ?

          Lui au moins, il sait s’en mettre plein les fouilles.


          • John Lloyds John Lloyds 7 octobre 2009 11:37

            Nicolas Hulot fait partie de ces écotartuffes prompts à vous culpabiliser quand vous prenez votre voiture, mais à la solde des groupes financiers, TF1 en particulier, qui l’utilisent pour peindre leur image en vert.

            La dictature verte est non seulement une imposture fondée sur une institution aux mains des gouvernements, le GIEC, mais aussi, dans la lignée d’Al Gore, de YAB, ou de NH, un business aux mains des malthusiens, du WWF, destinée à pressuriser les peuples, tant fiscalement que par des mesures liberticides.

            Les mouvements verts ne deviendront crédibles que lorsqu’ils auront un modèle alternatif à proposer, autre que la sempiternelle décroissance dont personne n’a jamais su ce qu’elle était exactement, non tant qu’ils feront partie des gouvernements qu’ils dénoncent tout en faisant des alliances foireuses avec des gauchistes en mal d’identité. Le beurre et l’argent du beurre, voilà bien le pb de l’écologie aujourd’hui.


            • ZEN ZEN 7 octobre 2009 12:33

              N.H.= the greenwashing boy


            • John Lloyds John Lloyds 7 octobre 2009 19:52

              « c’est bien John, vous avez un alibi en béton pour ne pas du tout vous sentir concerné par les problèmes écologiques »

              Je n’ai nul besoin de m’acheter une conscience en pratiquant une check-list quotidienne tiré d’un catéchisme vert qui tient du symbolique et non de la réflexion de fond. Sachez identifier vos véritables cibles, en commençant par reconnaître que les écologistes participent au système qu’ils fustigent.


            • smara 11 octobre 2009 20:30

              Faut-il vous rappeler monsieur l’inquisiteur et grand juge de moralité qu’Oskar Schindler à sauvé plus d’un millier de juifs en étant membre du parti nazi et en négociant avec les SS sur le seul terrain qu’ils pouvaient entendre, celui de l’intéret financier ? Il ne fait aucun doute que vos interventions ont pour seul objet votre jouissance égotique et qu’il n’y a rien d’autre à attendre de vous que des imprécations.


            • Julius Julius 7 octobre 2009 11:50

              Quand ils ont vu que leur rêve de transformer la société par le communisme ne fonctionne pas, ils ont trouver une nouvelle religion. Quand ils ne peuvent pas battre la société libre en produisant mieux, ils font volte-face et déclarer que désormais l’objectif est différent. Maintenant, le but est d’être moins productifs. Et là, ils sont excellents.

              La forme change (la religion, le communisme, le nazisme, l’écologisme), mais le contenu ne change pas : forcer les autres à suivre leur idéologie. Et comme ils savent qu’ils ne seront jamais en mesure de convaincre durablement la société à leurs fantasmes, ils ont besoin d’un etat fort pour cela.

              Derrière tout ce que les idéologies, il ya une source seule : Méprise de la créativité humaine, méprise de la démocratie, méprise de liberté, méprise de soi.


              • jcm jcm 7 octobre 2009 13:14

                Vous avez peut-être voulu écrire "Mépris de la créativité humaine, mépris de la démocratie, mépris de (la) liberté, mépris de soi." ?

                Mais on peut aussi alléguer que nous devons à la créativité humaine la chance de bénéficier d’un monde largement et gravement pollué, d’un monde qui, en fin de compte, méprise une large fraction des humains (et de préférence les moins riches en tête), d’un monde aux multiples déchirures et plutôt en péril qu’en bonne santé...

                D’un monde en sévère perte de biodiversité aussi...

                L’avenir nous dira s’il s’agit vraiment de suivre leur idéologie ou s’il est plutôt question de réagir afin de ne plus accumuler les dégâts et tenter de réparer ceux qui peuvent encore l’être...

                 


              • Julius Julius 7 octobre 2009 13:53

                > Mais on peut aussi alléguer que nous devons à la créativité humaine la chance de bénéficier d’un monde largement et gravement pollué,

                Malgré la propagande générale, je ne pense pas que notre monde est plus pollué que dans le passé. Nos villes sont certainement beaucoup moins pollué que seulement il ya cent ans (et je ne parle même pas du Moyen Age). Le même est vrai pour les régions industrielles. Ils sont aujourd’hui beaucoup moins pollué que seulement il ya 50 ans. Et la pollution, ce sont aussi des maladies, que nous avons éradiqué grâce au développement technologique.

                Il ya certainement un problème dans les pays sous-développés, qui sont gravement en retard. Il est important que nous leur permettons de nous rattraper.


              • Julius Julius 7 octobre 2009 14:27

                La civilisation technologique passe par deux étapes :

                1) Le développement extensif - faire plus : plus de pain, plus de voitures, ... Le monde occidental a été là à la fin du 19e siècle jusque vers le milieu du 20e siècle. La Chine est juste là. C’est la période, lorsque la croissance économique est (relativement) facile - vous n’avez qu’à faire plus des mêmes choses. Les sociétés totalitaires sont capables (dans une certaine mesure) à faire cela très bien. Cette période est très agressif pour l’environnement parce que l’environnement ne coûte rien (il est gratuit).

                2) Le développement intensif - faire mieux : Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin davantage de voitures. Nous avons besoin de meilleures voitures. Et aussi le meilleur environnement. La croissance économique est aujourd’hui plus difficile, elle dépend sur l’innovation. Que la qualité est devenue la valeur importante en soi, la protection de l’environnement est devenue partie intégrante du développement. Maintenant, l’environnement a un prix.


              • Zord Zord 7 octobre 2009 15:59

                Julius,

                C’est beau une telle confiance aveugle envers la créativité humaine pour toujours s’en sortir.

                D’autres avaient également une confiance aveugle envers la bourse...

                Vive la positive attitude !! youhou


              • Croa Croa 7 octobre 2009 18:34

                Julius fait partie de ces gens qui ne connaissent que des concepts productivistes. Ici le « développement extensif » semble précéder un « développement intensif ». J’ai connu des auteurs opposant ces deux concepts, d’autres qui arrivaient à les combiner... Mais aucun pour penser respect de la nature, des animaux et des hommes dans le souci des équilibres et de pérennisation de la vie !


              • Julius Julius 7 octobre 2009 19:44

                > Julius fait partie de ces gens qui ne connaissent que des concepts productivistes.

                La nature, les animaux et l’équilibre naturel est devenu une valeur par elle-même. Quand je dis « mieux faire », j’inclus l’écologie. Aujourd’hui, les gens ne veulent pas seulement un téléviseur plus large ou une voiture plus rapide. Ils veulent un meilleur environnement. Et ils sont prêts à payer pour cela, la preuve qu’ils la considèrent comme une chose précieuse. L’écologie est devenue un objet de l’économie.

                Et n’oubliez pas : la nature en Europe est un produit de l’homme. Même les forêts les plus sauvages sont « Man Made ». Sauf pour certaines régions de l’Extrême-Nord.


              • Julius Julius 8 octobre 2009 10:30

                Bien sûr, je parlais de la nature vivante. Pas des montagnes.


              • Frabri 7 octobre 2009 13:09

                C’est peut être la fin du capitalisme mais pas grâce aux bob-écolo-éco-tartuffes-hélicologistes-égo-ligistes du genre de Nilolas hulot qui sont le produit et le soutien du capitalisme comme le montre Sophie Divry dans sa conférence sur les éco-tartuffes

                http://www.dailymotion.com/video/x6r9xu_les-ecotartuffe-nicolas-hulot_news


                • robin 7 octobre 2009 13:40

                  Ce qui m’avait fait marrer c’est la publication des factures d’électricité d’Al Gore 10 fois plus élevées que la moyenne des américains ou encore l’organisation de méga concerts hyperpolluants pour lutter à la préservation de la planète....pauvre monde !


                  • Furax Furax 7 octobre 2009 15:56

                    Il serait pour la moins « utile » de cannaître les revenus annuels de Monsieur Hulot .
                    J
                    e lui suggère deux mesures immédiates :
                    -L’arrêt des incitations massives à la consommation (interdiction de toute publicité TV)
                    -Taxation à 1OO% des revenus supérieurs à 3 SMIG.
                    Hulot et ses employeurs de TF1 soutiendront certainement ces règles simples, pratiques et morales.


                  • Céphale Céphale 7 octobre 2009 14:38

                    L’enrichissement fabuleux d’une minorité est dû exclusivement à la spéculation financière.

                    Curieusement, le marché spéculatif (hedge funds, traders, etc.) est un marché virtuel qui brasse 40 fois plus de monnaie que le marché réel, et qui détruit le marché réel. Le danger a été dénoncé il y a bien longtemps par Maurice Allais, prix Nobel d’économie.

                    On pourrait comparer le phénomène avec les trous noirs en astronomie. Un trou noir attire toute la matière environnante et ne laisse rien sortir, pas même les photons (d’où son nom). Il y a des milliards de trous noirs dans l’univers, dont un au centre même de notre galaxie. Il est possible que l’univers finisse par devenir un immense trou noir.

                    Le monde de la finance finira peut-être de cette manière.


                    • Croa Croa 7 octobre 2009 18:48

                      Toutes les formes d’usures participent à l’enrichissement d’une minorité de parasites.

                      La spéculation financière est une forme d’usure aléatoire qui s’ajoute aux intérêts. Effectivement tout ça peut finir dans un grand trou noir.

                      L’usure est nuisible dans son ensemble. Si elle n’existait pas nous n’en serions pas là !



                    • Croa Croa 7 octobre 2009 19:00

                      Bonne question en effet ! Mais pire n’est pas le nombre d’êtres humains... L’impact de chacun compte plus encore plus !

                      Il est admis que si nous vivions tous comme des biafrais il y aurait de la marge !

                      Mais pour que tous vivent bien, une radicale maîtrise des naissances est souhaitable. C’est donc bien là de l’écologie.


                    • jakback jakback 7 octobre 2009 16:18

                      le syndrome du Titanic, devient celui de stockholm pour le spectateur.
                      Rien de neuf, vert dehors, rouge dedans, les poches pleines.
                      D’actualité le billet de Paul Villach http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-titre-d-un-livre-de-d-wolton-627 ;
                      Comme quoi Volton rime avec ......


                      • fhefhe fhefhe 7 octobre 2009 17:31

                        Ushuaî....côté pile....
                        Le syndrôme du Titanic ...côté face !!!
                        Hulot est un « Opportuniste » qui maîtrise les rouages « Emotionnels » des êtres humains..
                        Son film « joue » sur la Peur , ses reportages sur « l’envie »... !!!
                        Les sociétés d’autoroutes...qui sponsorisent sa fondation , ont-elles commencé à installer suffisament de prises électriques ?

                        Allégre a bien résumé ....(par l’intermédiare des Guignols de l’Info)
                        Un vrai Ecolo c’est un SDF...
                        Pas de voiture
                        Pas de chauffage
                        Pas d’achat Inutile avec tous ses emballages...
                        Etc.... !!!!!

                        L’Etre Humain est un animal qui a vaincu (ou presque) toutes les espèces animales , c’est la Sélection Naturelle !!!

                        Arthus Bertrand , Hulot ....des affairistes qui se déplacent en Avion et Hélicoptére pour leur film.

                        A quand un reportage sur son lieu de vie et surtout son mode de consommation et de déplacement....
                        Et surtout qu’il exlique comment , à la majorité des citoyens Français , remplir don caddie dans un magasin bio ....sans « Polluer » leur budget... !!!





                        • freelol freelol 7 octobre 2009 18:19

                          Hulot est le plus célèbre de nos hélicologistes et on peut le critiquer mais on ne peut quand même pas oublier qu’il sensibilise depuis très longtemps beaucoup de monde au respect de la nature sous toutes ses formes, et surtout les enfants.

                          On va quand même pas raler s’il se met à taper sur le capitalisme ou le sur-productivisme. Après si c’est pour nous vendre de la croissance verte plutôt que la décroissance raisonnée.


                          • Furax Furax 7 octobre 2009 18:43

                            Il n’est pas question de ceinture mais de discours MORAL. Celui que nous tiennent les tenants de la taxe carbone comme Vals, Mamère, Voynet cumulards surpayés véhiculés logés et chauffés par leurs mairies. ..
                            Celui que nous tient un employé de TFI !


                          • Gollum Gollum 7 octobre 2009 18:51

                            Je ne suis pas souvent d’accord avec vous mais là je vous soutiens. 


                            Ecœurant ces histoires d’hélicoptères, d’accusations de bobo-écolos, etc.. accompagnées bien souvent d’un éloge du vaniteux Claude Allègre..

                            Calomnions, calomnions il en restera toujours quelque chose...

                          • ZEN ZEN 7 octobre 2009 19:03

                            Un point de vue iconoclaste

                            "...A certains égards c’est l’anti Home, le film de Yann Arthus-Bertrand qui auscultait la planète depuis les airs en se concentrant sur ses paysages naturels. Mais c’est aussi l’excès inverse : les gros plans sur les visages silencieux, les regards tristes. La contemplation de la douleur humaine. Le Syndrome du Titanic s’achève sur une longue scène de SDF à Los Angeles. Une femme parle toute seule. Un jeune homme dérobe un paquet. Un petit groupe se forme dans la rue à la tombée de la nuit. Pas vraiment de rapport avec le changement climatique ni l’épuisement des ressources naturelles.

                             Mais au diapason du film. Car ces silhouettes de vagabonds à la dérive dans une mégapole vidée de ses habitants évoquent un autre imaginaire, celui d’un monde d’après l’Apocalypse. En attente du Jugement dernier. Millénariste, le film de Nicolas Hulot ? Par moments. Born again ? Certainement. L’écologiste en fait des tonnes dans le registre de la conversion et de la contrition : « je ne suis pas né écologiste, je le suis devenu  », « moi aussi je suis un enfant de cette société de consommation  », « où est l’humanité que j’ai aimée ? Etait-ce une chimère ?  ». Jamais formulé de front, l’imaginaire religieux scintille tout au long du film.

                             Pour dire quoi au final ? « Que chacun se convainque lui-même que la mutation radicale est inévitable et souhaitable, et que dès lors elle peut se mettre en marche  », explique Nicolas Hulot. Une interpellation politique et un message d’espoir, veut-il donc croire. Mais un film aussi planant peut-il avoir des effets pédagogiques ? Le capitalisme dénoncé est déréalisé, désincarné. Sans histoire et sans acteurs. Sans conflit d’intérêt et sans confrontation avec les systèmes politiques. Inexpliqué. Difficile alors d’imaginer réellement le détrôner.

                             Pourquoi ne croyons-nous pas à ce que nous savons, se demande le philosophe Jean-Pierre Dupuy dans Pour un catastrophisme éclairé, Quand l’impossible est certain (2004). Dans son livre, il cherche à comprendre pourquoi l’acquisition de connaissances scientifiques sur les dangers qu’encourt la planète ne suscite pas d’action à la hauteur de ce qui devrait être entrepris. La question taraude les écologistes de par le monde, de plus en plus inquiets de l’échec annoncé du sommet du climat de Copenhague en décembre prochain.....

                            Pourquoi l’écologie politique échoue-t-elle à convaincre ? Peut-être parce que, comme le film de Nicolas Hulot, elle cherche encore son style politique : voulant faire rêver d’un monde meilleur, elle ne parvient qu’à faire peur avec une autre fin du monde possible. .." (’Mediapart)


                            • Kristen Korigan 7 octobre 2009 19:18

                               un écologiste qui si a l ’ambition que ses propos servent sa cause doivent impérativement se retrouver dans ces actes question de cohérence....le green washing est le nouveau fond de commerce des banquiers et leurs laquais..le personnel politik en place ...

                              on ne permet qu à celui qui ne peut rien ...alors paroles paroles messieurs Hulot ou Arthus Bertrand nous en avons que faire de vos gesticulations dans cette société du spectacle médiatik...
                              Une croissance indéfinie est impossible, nous n’avons qu’une seule Terre, mais une civilisation du bonheur est possible. Les solutions existent, mais l’opinion les ignore car les structures actuelles et les détenteurs des pouvoirs économique et politique s’y opposent. »
                               Réné Dumont

                              méditons sur ce propos d un despères de lécologie politik ...Leur fils devraient méditer dessus plus souvent et oser le dire haut et fort plutot que de s allier avec des partis "productivistes qui mème l Humanité droit dans le mur....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès