• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le vrai problème de la voiture électrique

Le vrai problème de la voiture électrique

Et si le problème de la voiture électrique, et de la technologie en général, n'était pas dans ses limites mais au contraire dans ses potentialités !

Sous la pression conjuguée du réchauffement climatique et de l’inéluctable déplétion pétrolière, la voiture à moteur thermique est aujourd’hui sur la sellette. Ici et là, on avance publiquement un terme à sa commercialisation et parfois même à son utilisation. De nombreux pays semblent désormais décidés à faciliter le basculement vers la propulsion électrique présentée comme une évidence. Taxation croissante des carburants, mise en place de réseaux de bornes de recharge, véhicules électriques en auto-partage, évocation de mesures coercitives… Tout va en ce sens, au moins pour les déplacements urbains et périurbains.

En conséquence, après avoir végété plusieurs décennies et plus d’un siècle après son invention la voiture électrique prend enfin son envol. Elle n’est plus désormais réservée aux seules flottes à usage restreint et déjà deux millions d’entre-elles circuleraient dans le monde.

Rien n’est simple. A peine le ciel se dégage-t-il au-dessus de ce que certains qualifient peut-être un peu vite « d’auto propre » que fusent les critiques et les interrogations.

Interrogations des utilisateurs potentiels d’abord, qui voient bien que la technologie n’offre pas aujourd’hui une totale substituabilité. L’autonomie réelle des voitures électriques reste largement inférieure à celles des véhicules thermiques et des rumeurs d’écarts très importants entre les annonces flatteuses et la réalité n’arrangent rien. Mais surtout, les temps de recharges restent absolument prohibitifs. Alors qu’un plein pour 7 ou 800 km demande trois minutes avec une voiture à essence il faut plusieurs heures pour atteindre de quoi faire 150 ou 200 km en électrique. Cela exclut une bonne partie des usages malgré quelques possibilités de recharges partielles plus rapides.

Beaucoup d’écologistes aussi sont très circonspects, accusant la voiture électrique de se contenter de ramener la pollution du pot d’échappement vers la centrale électrique. L’ensemble du cycle automobile pose également problème. La voiture électrique n’est guère plus propre à produire et à recycler et la fabrication des batteries est loin d’être irréprochable. Les coûts écologiques de l’extraction de certains éléments rares doivent être pris en compte et la raréfaction prévisible de ces matériaux constitue un handicap supplémentaire.

Pour faire bonne mesure, ajoutons qu’évidemment la hausse attendue de la demande en électricité liée la généralisation de ce mode de propulsion fait surgir chez les écologistes le spectre honni d’une relance du programme nucléaire, même si certains tablent sur des énergies renouvelables toutes puissantes pour demain.

Hélas, la vraie barrière est plus profonde et bien rarement mise en avant. Imaginons ainsi que par quelque miracle nous inventions une batterie capable de faire rouler une voiture un million de kilomètres, voler un avion ou chauffer une maison des années durant... Pour faire au mieux imaginons que cette batterie ait la taille d'un dé à coudre, que sa fabrication comme sa charge initiale ne coûtent ni ne polluent quasiment rien et même qu'elle soit 100 % recyclable. La science triomphante aurait-elle alors répondu à toutes les critiques et sauvé la planète ?

Bien au contraire ! Ce fabuleux pouvoir de l'énergie sans contrainte serait celui qui nous conduirait à détruire la Terre, car il n'y aurait plus alors de limite à notre emprise. Nous nous permettrions tout, fabriquerions tout, croulerions sous les objets. Nous nous installerions partout et artificialiserions l'ensemble des espaces, couvrant la moitié du monde de béton et l'autre moitié de macadam, ne laissant rien au monde animal ou végétal et offrant à une seule espèce la mainmise sur l'ensemble de la planète, en flagrante contradiction avec toute l'histoire de la vie.

Il s'agit là de l'un des arguments les plus importants en défaveur d'une fuite en avant technologique. Ce ne sont pas les imperfections et les insuffisances de la technologie qui la condamnent, ce sont au contraire ses potentialités.

Il va de soi que cette critique ne s'adresse pas à la seule voiture électrique, ni même à la seule question de la production d'énergie, elle pose en fait le problème du pouvoir excessif. Même masquée par toutes les bonnes intentions du monde, l'amélioration de notre efficacité se traduit par l'augmentation de notre pouvoir sur la biosphère et ce pouvoir est en lui-même source incontournable de déséquilibre. Ainsi, tous nos efforts d'optimisation sont peut-être vains par nature.

Curieusement, ce sont sans doute les défauts des énergies actuelles : coûts, difficultés d'accès, raréfaction et même pollution engendrée qui protègent la Terre en fixant une limite à nos capacités. L'autre limite pourrait être notre sagesse, c'est à dire l'engagement vers un partage du monde avec le reste du vivant.


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • Yvance77 Yvance77 30 octobre 2017 14:26

    Bonjour

    L’avenir n’est certainement pas électrique, mais lié à l’hydrogène.

    En cela, nous perdons un temps précieux. Et n’oublions le pouvoir de nuisance des lobbies, qui ne voient pas d’un bon œil leurs mannes qui fondraient comme neige au soleil


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 15:52

      @Yvance77

      L’hydrogène ? Le gaz le plus léger et le plus inflammable qui existe lol.
      L’hydrogène est quasi assuré d’être une impasse. Le seul intérêt serait éventuellement du stockage mais sous forme solide dans des alliages mais faudrait voir le rendement de ce genre de méthode. De plus, il faut tout de même gérer les risques d’explosion au moment de la production et de sa combustion.

      Le transport sous forme gazeuse à grande échelle est quasi suicidaire compte tenu des risques.

      Pour rappel, on ne trouve pas le gaz hydrogène à l’état naturel, il faut le produire, avec de l’électricité.

      Aujourd’hui, les choses qui marchent c’est le solaire et l’éolien. Pour le stockages les barrages, STEP et éventuellement la méthanisation (mais le rendement est mauvais).


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 17:56

      @sarcastelle

      Le gaz naturel est bien moins dangereux, moins volatile moins inflammable et de plus il ne fuite pas. L’hydrogène est tellement petit qu’il fuite au travers des caissons. Également, pour le gaz naturel on dispose déjà de toute l’infrastructure nécessaire là où pour l’hydrogène il faudrait en construire une nouvelle.
      L’hydrogène, on l’utilise pour certaines applications mais je ne vois par l’intérêt par rapport au méthane qui est moins dangereux, a une densité plus élevée et avec une infrastructure déjà existante. Je ne vois pas ce qu’apporte l’hydrogène par rapport au méthane.


    • Alren Alren 30 octobre 2017 18:47

      @_Ulysse_

      « Je ne vois pas ce qu’apporte l’hydrogène par rapport au méthane. »

      La combustion du méthane, CH4 produit de l’eau H2O et du gaz carbonique CO2 qui est un gaz à effet de serre, tout comme le méthane fuitant dans l’atmosphère.

      Mais ce que vous écrivez sur la dangerosité de l’hydrogène, par ailleurs gaz d’énergie secondaire comme la vapeur ou l’électricité, est tout à fait vrai.


    • Croa Croa 30 octobre 2017 18:49

      À_Ulysse_
      L’intérêt de l’hydrogène c’est l’absence totale de nuisances quand on le brûle : Pas de pollution, pas de production d’effet de serre. (L’eau est un gaz à effet de serre mais en tant que vecteur, en produire ne déséquilibre pas la physique de l’atmosphère.)
      Ceci dit il faut le produire, le transporter, etc... Donc même l’hydrogène n’est pas neutre hélas. C’est un peu comme l’électricité utilisée directement mais en pire.


    • Alren Alren 30 octobre 2017 19:07

      @Yvance77

      Cela fait des années que l’on prédit l’avènement de l’hydrogène comme combustible mais il est trop dangereux pour un usage de masse.

      Les voitures électriques concurrenceraient les moteurs thermiques si leurs « réservoirs d’électricité » étaient standards et amovibles comme les bouteilles de butane ou propane qui servent de carburant à des chariots élévateurs.

      D’autre part, comme je le dis depuis longtemps, (mais n’ai pas les moyens financiers pour mettre en œuvre) il faudrait remplacer les batteries au lithium par des milliers de condensateurs ultra-minces, de grande surface et à haute tension (800v) dont les électrodes pourraient être dopés comme les transistors au silicium afin de tripler leur capacité.

      Les batteries au lithium pesant dans les 400-500 kg, on pourrait facilement faire mieux comme capacité électrique avec ces condensateurs indéfiniment et presque instantanément rechargeables si l’on dispose du courant de haut voltage dans la « station-service » sans compter une alimentation par le sol comme pour le tram de Bordeaux. Dans ce cas, on pourrait effectuer un long trajet avec une faible autonomie uniquement pour les routes secondaires non équipées.

      En attendant, selon un article de la revue « La Recherche » de ce mois, on prépare des super-condensateurs malheureusement à basse tension, pour prendre la relève d’ici quelques années des batteries au lithium.


    • Didier Barthès 30 octobre 2017 19:19

      @Alren
      La difficulté de toutes ces hypothèses technologiques, c’est qu’elles retombent sur l’écueil évoqué dans l’article. Si jamais par miracle nous trouvions une solution technique parfaite ou quasi parfaite, est ce que finalement les choses, au contraire, n’iraient pas de mal en pis pour la nature ? A briser les barrières nous dominerons tout et là se trouve le problème.


    • Onecinikiou 30 octobre 2017 22:30

      @Didier Barthès


      On peut déjà vous rassurer alors, et répondre à votre légitime interrogation : la solution miracle n’existe pas et n’est pas prêt d’exister !

      La seule qui concourt dans votre classement serait le fusion nucléaire, or en l’état actuel de la science il va falloir attendre longtemps avant que l’on puisse envisager s’en servir comme production d’énergie de masse.

      Nous sommes contraints par des ressources énergétiques limitées, et par conséquent sommes condamnés à la décroissance à court ou moyen terme. 

    • Onecinikiou 30 octobre 2017 23:28

      @_Ulysse_


      « Aujourd’hui, les choses qui marchent c’est le solaire et l’éolien. »

      Affirmation péremptoire : le solaire et l’éolien ne produisent toujours pas plus de 4,5% de l’électricité dans le monde en 2016, et moins de 1% de l’énergie finale.

      SI vous croyez que c’est avec cela, malgré la masse des capitaux investis ces dernières années dans ces énergies, que vous allez compenser la baisse envisagée de la part des énergies fossiles (dans une optique d’une hausse globale de la consommation...), bon courage !

    • baldis30 31 octobre 2017 00:01

      @_Ulysse_
      bonsoir,

      je partage totalement l’avis technique d’Ulysse ... ceux qui parlent de l’hydrogène oublient complètement les propriétés de ce gaz à commencer par ses propriétés réductrices ... d’où sa réactivité ....

      Ensuite comme explosif c’est pas mal ... j’imagine fort bien des bus fonctionnant à l’hydrogène circulant en pleine ville ... faut-il que j’aille plus loin dans la description de ce qui peut arriver ?

      Enfin c’est un vecteur pas une source .... On peut se demander quel est le lobby, quel est l’esprit dérangé qui a proposé une telle solution industrielle lorsqu’on voit les difficultés de la maîtrise de cet élément dans les applications spatiales ...qui sont toutes, sans aucune exception des expériences ...


    • jeanpiètre jeanpiètre 31 octobre 2017 00:13

      @_Ulysse_

      Et l air comprimé ? Simple peu polluant et au prix derisoire


    • Onecinikiou 31 octobre 2017 00:38

      @jeanpiètre


      Rendement minable, qui suppose de démultiplier les capacités installées pour (seulement) alimenter le stockage. Sans avenir aucun.

    • generation désenchantée 31 octobre 2017 01:04

      @sarcastelle

      tu ne pense pas qu’un désastre avec de l’hydrogène est possible ?

      c’est un des gaz les plus dangereux a manipuler ,parce qu’ il est extrêmement inflammable , et a un des large domaine d’ explosivité dans les gaz , plus léger que l’ air , donc s’ accumulera dans les parties hautes et l’ énergie produite par des décharges électrostatiques d’ origine humaine suffit a l’inflammation
       l’ électricité STATIQUE d’ origine humaine suffit avec l’ hydrogène pour qu’il s’ enflamme

      http://www.afhypac.org/documents/tout-savoir/fiche_7.1_inflammabilite_explosivite_rev._fev_2015_ineris_bwe_p m.pdf

      imagine que dans un parking souterrain sous un immeuble, il y a une station service avec un stockage d’ hydrogène pour faire le plein de voiture a l’ hydrogène , qu’ il y est plusieurs dizaines de voitures hydrogène par niveau et que juste au dessus du parking se trouve un centre commercial , ou un immeuble de bureaux ou d’ habitations regarde les vidéos des liens c’ est sur le zeppelin hindenbourg , en 1937

      https://www.youtube.com/watch?v=Q7utL5HonSw

      https://www.youtube.com/watch?v=xeq8ca1OJGk



    • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2017 09:05

      @generation désenchantée
      Et j’ajouterais un aspect qui n’a pas été abordé quant à l’hydrogène : La méthode la plus rentable pour le fabriquer (les autres étant irréalistes) provoque 4 fois plus de gaz à effet de serre que la combustion d’un carburant pétrolier délivrant la même quantité d’énergie.

      Au passage, j’ai lu l’air comprimé et j’ai bien ri. On le compresse avec le soufflet de la cheminée peut-être ? Pas besoin d’énergie pour ça ?


    • wawa wawa 31 octobre 2017 10:19

      @Yvance77

      j’ai commis il y a 5 ans (comme le temps passe) une série d’article pleins de faute d’ortograf (quelle honte quand je les relis), mais sans trop de faute de physique sur les limites physiques des différents mode de stockage d’energie en volume et en masse.

      https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/autos-electriques-une-solution-du-116806

      rien n’a changé depuis, (en fait rien n’a changé depuis plus d’un siècle que l’on connait les enthalpie standart de formation des réactions chimique simples).

      conclusion : pour la mobilité, la transition energétique sera petrole => gaz naturel ( au moins pour les pays pays tempérés et froid. batterie éventuellement interessante si progrès en pays chaud

      quand à l’hydrogène
      1) il faut le produire => mauvais rendement m^me a partir du méthane
      2) il faut le stocker et le transporter => (très) mauvaise densité energétique
      3) il faut qu’il réagissent au bon endroit => problème de sécurité et de fuite (diffuse a travers les parois et les joints.

      Je ne vois que l’air comprimé en pire ( a part peut ^tre les volant d’inertie smiley )


    • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2017 11:54

      @wawa
      Merci d’avoir clarifié encore mieux la question. (Vous avez apparemment été plus convaincant si je regarde vos étoiles. Après tout tant mieux !)


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:09

      @V_Parlier

      Je reviens ici sur la comparaison de l’hydrogène et du méthane.

      L’hydrogène comme dit plus haut est un vecteur ou solution de stockage, on le produit avec de l’électricité puis on le consomme pour produire de l’électricité c’est un intermédiaire.
      Il est exacte que ce vecteur est non polluant, je n’ai jamais remis cela en cause.

      Pour le méthane si sa combustion produit du C02 et l’eau, sa fabrication consomme du CO2.
      Je parle bien ici d’utiliser le méthane comme vecteur tout comme vous le proposez pour l’hydrogène.

      La production du méthane par méthanisation consomme du CO2 atmosphérique qui est remis ensuite dans l’atmosphère lors de sa combustion. Le bilan carbone de cette solution est nul tout comme l’hydrogène.

      Sauf qu’en utilisant le méthane comme vecteur à la place de l’hydrogène, on utilise un gaz beaucoup plus simple à manipuler et moins dangereux. Et, de plus ce qui ne gâche rien, on a déjà l’infrastructure, son utilisation est parfaitement maîtrisée à grande échelle.

      C’est pour quoi JE NE VOIT AUCUN INTÉRÊT à UTILISER L’HYDROGENE COMME VECTEUR A LA PLACE DU METHANE. L’hydrogène n’a QUE des inconvénients par rapport au méthane. A moins de vouloir l’utiliser comme on le fait pour les fusées mais c’est coûteux avec de mauvais rendements et très dangereux. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais il n’est pas rare que les fusées explosent.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:11

      @Alren

      Le cycle production de méthane/conbustion du méthane ne produit pas de CO2.
      Le CO2 est pris dans l’atmosphère lors de la production.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:24

      @baldis30

      Cette idée de l’hydrogène comme vecteur viens surement du fait que justement c’est une mauvaise solution. C’est en particulier les constructeurs auto qui financent ce truc. C’est une manière d’aller sur une voie sans issue pour ne pas remettre en cause le moteur à explosion classique.

      Le pb des constructeurs auto c’est qu’ils ont une énorme infrastrcuture de conception, conception et entretien de moteurs thermiques. Changer de type de moteur rendrait cette infrastructure et les décennies de R&D obsolète. La perte pour le secteur serait considérable.
      Alors, ils électrifient un peu, proposent quelques modèles mais jamais bien intéressants. Soit trop chers, soit on peut pas les recharger. Je ne crois pas que le changement viendra des constructeurs déjà existants, ils sont il faut le reconnaître piégés. Ils ne peuvent tout simplement pas se permettre de remplacer le moteur thermique.
      C’est là qu’une société comme Tesla peut changer la donne. Leurs premiers modèles étaient très haut de gamme et réservés aux petites séries. Mais là ils sont en train de descendre et gamme et d’augmenter les volumes de production avec la modèle 3.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:42

      @Onecinikiou

      Concernant l’éolien et le solaire. Navré mais ces solutions fonctionnent, en particulier l’éolien terrestre dont le coût du Kwh est à 8ct, le solaire reste cher encore autour des 13ct/Kwh. Vous vous focalisez sur les sommes investies et effectivement les investissements sont conséquents mais avez-vous regardé les investissements nécessaires aux moyens de production actuels (nucléaire, hydraulique, pétrole, charbon etc) ? Je ne pense pas, c’est la comparaison qui est intéressante.

      Aujourd’hui, en france on ne sait même pas si nous parviendrons à renouveler le parc nucléaire. PB techniques, retards et dépassements de budgets énorme, pb de financement.

      L’EPR ne fonctionne pas encore si il fonctionnera un jour ? On accumule retard sur retard, défauts sur défauts et les coûts ne cessent de monter. On dit souvent que la France exporte de l’électricité mais ce n’est plus le cas. La france avec ses capacités nucléaires déclinantes pour des raisons et d’âge et de sécurité importe désormais de l’électricité d’Allemagne dont une bonne part provient d’éoliennes terrestres qui paraît il ne fonctionnent pas. Nous ne sommes plus en surcapacités comme avant. L’hiver dernier, l’ASN a fait arrêter 12 réacteurs nucléaires pour raison de sécurité. Pour compenser, EDF a massivement importé de l’électricité d’Allemagne pour compenser dont une bonne part d’électricité éolienne (c’est en hiver que les éoliennes produisent le plus).

      Les Allemands ont maintenant 55GW de puissance crête en éolien assure 15% de leur consommation avec et exporte des surplus. Le Danemark est à 40%.
      Il va falloir redescendre, la situation en France est préoccupante on a pas les moyens financiers techniques et humain pour assurer dans de bonnes conditions de sécurité le renouvellement de nos capacités nucléaires. L’ASN est catégorique là dessus. Le pb est qu’il a fallu renforcer la sécurité des centrales depuis Fukushima qui a montré que nos normes de sécurité étaient insuffisantes.

      Aujourd’hui, on navigue dans le flou, on ne sait pas combien coûtera l’EPR sous quel délais on va pouvoir renouveler le parc etc. L’éolien c’est pas sexy mais on sait à peu près où l’on va et les risques sont maîtrisés.


    • zzz999 31 octobre 2017 13:43

      @Didier Barthès

      Il suffit de lois pour limiter ce problème et à cette époque là on saura aussi aller sur d’autres planètes


    • Croa Croa 31 octobre 2017 14:50

      À Alren,
      Il ne faut pas rêver les condensateurs ne concurrenceront pas les batterie de sitôt sauf en tant que tampons pour de faibles temps d’utilisation.
      Des super-condensateurs équipent déjà des trams et des trolleybus pour encaisser des coupures d’alimentation : Faculté de traverser un pont sans caténaires par exemple. Mais pour faire plus de 500m en autonome les batteries restent la seule solution pour l’instant. 
      *
      Autrement ce serait trop bien. Un condensateur ça ne s’use pas !  smiley


    • Croa Croa 31 octobre 2017 14:59

      À V_Parlier
      On met JeanPiètre dans une roue qui tourne reliée au compresseur. Et Voilà, pas besoin d’énergie ! smiley


    • Croa Croa 31 octobre 2017 15:08

      @_Ulysse_
      Faux en partie, seul l’oxygène nécessaire à la production de CO2 est prit dans l’atmosphère. Le carbone est bien fourni par le gaz comme avec tous les autres combustibles fossiles ( Méthane = CH4, c’est du niveau école primaire il me semble... C’est si vieux en ce qui me concerne !)


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 15:30

      @Croa

      Vous vous trompez, vous être en train de m’expliquer que pour fabriquer du méthane, il faut consommer du méthane smiley.

      C’est le dihydrogène que l’on peut fabriquer à partir de gaz naturel et là c’est sur que question émissions de CO2 on ne voit pas trop l’intérêt.

      Pour faire du méthane c’est la réaction de sabatier :

      CO2 + 4H2 -> CH4 + 2H2O


    • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2017 16:17

      @_Ulysse_
      "C’est le dihydrogène que l’on peut fabriquer à partir de gaz naturel et là c’est sur que question émissions de CO2 on ne voit pas trop l’intérêt."
      C’est bien à ça que je faisais allusion plus haut. Et question gaz à effet de serre : il y en a même d’autres que le CO2 qui sont produits dans ce cas.


    • Alren Alren 31 octobre 2017 17:32

      @jeanpiètre

      L’air comprimé peut stocker une grande quantité d’énergie en très peu de temps à la différence des batteries au lithium. 
      Mais la compression a pour effet d’augmenter la température de l’air dans le réservoir et d’en augmenter ainsi la pression. Ce ne serait pas grave si ledit réservoir était très isolé type bouteille thermos, sinon l’air se refroidit en communiquant sa chaleur à l’extérieur ce qui correspond à une perte considérable d’énergie.

      C’est pourquoi il serait intéressant de le comprimer uniquement au moment du freinage avant arrêt bref et l’utiliser avant qu’il ait eu le temps de refroidir pour redémarrer ou lors d’une descente suivie d’une remontée. Pourrait être concernés le métro, les bus.
      L’air libéré dans les pistons à air pourrait ensuite à l’échappement suralimenter le moteur à explosion.

      Cependant si on utilise des condensateurs dans les voitures électriques, comme cela est sérieusement envisagé aux USA, ceux-ci se chargeant encore plus rapidement, ils remplaceront avantageusement l’air comprimé.


    • Alren Alren 31 octobre 2017 17:47

      @Croa

      « Il ne faut pas rêver les condensateurs ne concurrenceront pas les batterie de sitôt »

      Je vous renvoie à la lecture d’un article de la revue La recherche de ce mois.

      Comme je l’ai dit les condensateurs en question n’ont rien à voir avec ceux que l’on utilise en électronique. Ils sont géants, multiples et chargés à une tension de 800 v (le mica claque à 1000v).

      La capacité en joules est donnée par la formule w = UI ou U est la tension et I l’intensité.
      Entre une tension de 3V et une tension de 800V, la même surface contient 270 fois plus d’énergie !

      Si l’on dope les électrodes judicieusement avec des accepteurs et des donneurs d’électrons, on augmente également I (j’estime qu’on peut le tripler). Au final on obtient une quantité d’énergie pour une masse donnée supérieure à celle d’une batterie lithium. 

      Je n’ai malheureusement pas les moyens financiers de faire construire un prototype et de payer les frais d’un brevet mondial. C’est pourquoi je mets à disposition cette voie de recherche qui, si elle était couronnée de succès, pourrait diminuer la proportion de gaz à effet de serre de la planète.


    • Alren Alren 31 octobre 2017 18:20

      @Didier Barthès

      « A briser les barrières nous dominerons tout et là se trouve le problème. »

      L’évolution irréversible de la technique est que nous utilisons de plus en plus d’énergie artificielle (non musculaire, non naturelle comme l’était le vent dans les voiles des bateaux et les ailes des moulins à vent ou l’eau des rivières dans les roues à aube des moulins à eau.) grâce en grande partie en utilisant l’énergie fossile.

      Cette débauche d’énergie nous permet d’avoir une action sur la nature avec les tronçonneuses, les pelleteuses, les explosifs etc. comme jamais auparavant. Des travaux qui autrefois auraient paru titanesques (je pense au creusement du grand bassin de Versailles par exemple) peuvent être réalisés aujourd’hui en peu de temps par quelques hommes comme ces mines à ciel ouvert.

      Nous faisons ces travaux au bout du compte pour davantage de confort, domaine où nous sommes insatiables, dans notre intérêt qui est forcément contre les intérêts de la Nature.


    • Alren Alren 31 octobre 2017 18:35

      @_Ulysse_

      « Le cycle production de méthane/combustion du méthane ne produit pas de CO2.
      Le CO2 est pris dans l’atmosphère lors de la production. »

      Je parlais de la combustion du méthane qui produit moins de CO2 que le charbon à énergie égale.

      Vous, vous parlez ici de la synthèse du méthane ... en oubliant un détail, c’est que pour effectuer cette synthèse, il faut injecter de l’énergie ! Où la prend-on ? Dans l’énergie fossile ... productrice de CO2 ?

      Avoir une source de carbone non fossile n’est pas un problème : la nature produit suffisamment de la biomasse : bois, feuilles, roseaux (excellent rendement des marais).
      Le CO2 atmosphérique est à l’état de traces : 4 ppm aujourd’hui, ce qui est suffisant cependant pour renforcer l’effet de serre mais trop peu pour qu’on le prélève de façon rentable.

      L’hydrogène est fourni par l’eau, ressource inépuisable à l’échelle d’une industrie.

      Les bactéries sont capables de produire du méthane à basse température avec des enzymes et l’énergie qu’elles tirent de la digestion de déchets organiques. Nous devrions nous inspirer d’elles ou les faire travailler à notre service.


    • Didier Barthès 31 octobre 2017 19:11

      @Alren

      Bonjour Alren

      Oui, nous sommes d’accord


    • Onecinikiou 31 octobre 2017 22:46

      @_Ulysse_

      Entendez-moi bien : personne ne dit que l’éolien ou le photovoltaïque ne fonctionnent pas, je fais juste remarquer (chiffres globaux à l’appui, histoire de rappeler les ordres de grandeur) qu’il peut sembler illusoire, tant pour des raisons techniques que budgétaires, de croire en la substitution massive du fossile par ces deux énergies en particulier.

      1/ Le stockage à grande échelle, contrepartie nécessaire d’un mix énergétique comportant une fraction conséquente d’énergies intermittentes, n’existe pas (et n’est pas prêt d’exister), malgré les phantasmagories des uns et des autres.

      2/ On ne sait donc pas compenser l’intermittence à ce niveau.

      3/ Pour ces raisons on ne sait gérer des réseaux interconnectés dont une part majoritaire des énergies qui les alimentent serait non pilotable.

      4/ L’exemple danois est un contre-exemple : il n’est rendu possible que par l’interconnexion et la bonne volonté de ses voisins frontaliers, qui eux n’ont pas autant d’énergies intermittentes à absorber de manière quasi-aléatoire. Si tout le monde disposait du même mix, ce serait le black-out assuré.

      Vous prenez les exemples du Danemark et de l’Allemagne mais pour quel résultats comparativement à la France : le coût du KWh y est 2X plus cher qu’ici et un Allemand rejette toujours 2X plus de CO2 qu’un Français, et un Danois 30% de plus !

      Dans ce contexte je ne comprends toujours pas qu’elles sont vos logique et finalité. Je vous ai pourtant déjà dit que parler de transition pour la transition cela ne veut strictement rien dire et ne peut strictement rien signifier.

      Je vous informe également pour votre gouverne que la France est toujours producteur net d’électricité, et très largement.

      Elle était le premier exportateur mondial jusqu’en 2015 inclus, et si effectivement on constate un fléchissement dans la dernière année, outre que ce sont les inévitables et prévisibles effets de la politique délétère conduite par les incapables qui nous gouvernent (et qui ont été élus par une masse non moins abrutie), on le doit principalement aux coups redoublés des idéologues antinucléaires de l’ASN, qui en est un repère, et qui imposent des fermetures intempestives d’installations au grée de leur pulsion idéologique.

      Enfin vous ne ferez pas croire à quiconque d’un peu connaisseur du sujet qu’un pays qui a réussi il y a trente ans - tout seul, sans aucune aide extérieure - le tour de force de mettre en service 50 tranches nucléaires sur une quinzaine d’années serait aujourd’hui incapable de mettre en service une trentaine de tranches EPR en deux décennies. Avec de la volonté politique, en claquant des doigts nous y arriverions. Et avec un budget plus que maîtrisé.

      Sachez à cet égard que l’essentiel du surcoût de l’EPR de Flamanville est du aux intérêts financiers issus des dépassements de délais. Que l’Etat prête à taux zéro à l’opérateur historique et ce surcoût disparaît très largement. Mais encore faudrait-il rompre avec les chaînes europeistes que nous avons au cou, et avec la logique financière qui prévaut et qui est pour notre malheur parfaitement incarné par le banquier Macron, traitre à l’intérêt des Francais et de la France.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 16:51

      @Alren

      A la base je répondais à l’histoire de l’hydrogène qui est vendu comme une « super » solution.
      Solution de stockage de l’énergie en réalité puisque l’idée c’est de le produire à partir d’eau et d’électricité.

      Je faisais simplement remarquer que plutôt qu’utiliser l’hydrogène pour stocker l’électricité, utiliser du méthane n’a que des avantages, c’est bien moins dangereux et en plus on a déjà l’infrastructure pour cela. Celle que l’on utilise pour le gaz naturel.

      C’était juste pour indiquer que l’hydrogène n’a pas d’intérêt en réalité. C’est une mauvaise solution technique.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 17:04

      @_Ulysse_

      "Enfin vous ne ferez pas croire à quiconque d’un peu connaisseur du sujet qu’un pays qui a réussi il y a trente ans - tout seul, sans aucune aide extérieure - le tour de force de mettre en service 50 tranches nucléaires sur une quinzaine d’années serait aujourd’hui incapable de mettre en service une trentaine de tranches EPR en deux décennies. Avec de la volonté politique, en claquant des doigts nous y arriverions. Et avec un budget plus que maîtrisé."

      C’est pourtant là que le bas blesse !

      C’est malheureux à dire mais nous avons été capables, nous l’avons été et nous ne le sommes plus...

      Le programme nucléaire français a été lancé par une volonté politique, sur des budgets publiques.
      A une époque ou la France était encore un état et avait le droit de lancer ce type de programme sur fonds publics, où l’on avait le droit d’emprunter à la banque de france etc.

      Aujourd’hui sur fond de restrictions budgétaires et des lois européennes, l’état Français ne peut pas financer le renouvellement du parc dans de bonnes conditions. Sans parler de la perte de compétences techniques dans tous les secteurs industriels. La désindustrialisation ça fait des dégâts sur ce plan...

      L’ASN n’est pas idéologique, je vous rappelle que la catastrophe de Fukushima a montré que l’histoire du double confinement qui protégerait même en cas de fusion du coeur est du pipeau.

      Les doubles confinements sautent comme des bouchons de champagne en cas de fusion du coeur et ça c’est un ENORME PB de SECURITE.

      C’est pourquoi il y a acutellement des travaux pour améliorer la sécurité des centrales et que les normes ont changé afin de tenir compte de cette réalité qu’il est technique impossible de confiner un réacteur qui fond.
      Il ne faut donc sous aucun prétexte perdre la capacité de refroidissement sur un réacteur. Les systèmes de refroidissement sont en train d’être triplés avec quelles garanties en cas de catastrophes naturelle ? Je ne sais pas.

      Toujours est-il que ces nouvelles conditions de sécurité sont en train de générer des coûts supplémentaires conséquents. Il n’est pas garanti du tout à terme que les coûts du nucléaires deviennent trop élevés et rendent la solution plus intéressante d’un point de vue économique.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 17:29

      @Onecinikiou

      Je reviens sur le cas de l’Allemagne car après examen je me suis rendu compte que l’on disait pas mal de bêtises. J’ai appris des choses que je ne savais pas :

      1) L’électricité est plus taxée en Allemagne déjà (50% du prix payé par les consommateurs sont des taxes)
      2) Les particuliers payent pour les entreprises. Ils font de la subvention déguisée aux industries les allemands, les industries allemandes ne payent pas leur électricité plus chère qu’en France.
      Les surcouts sont supportés par les particuliers alors cela gonfle sensiblement la facture.

      En réalité, l’écart des coûts de production n’est pas si grand et il va se réduire car maintenant EDF commence à cracher au bassinet pour renouveler le parc nucléaire. On a mangé notre pain blanc en France avec l’utilisation d’un vieux parc nucléaire sur amorti.

      En hors taxe, les ménages allemands payent 46% de plus qu’en France mais ils subventionnent les industries. En réalité l’écart est plutôt de 20/30% en terme de coûts de production.

      Il ne faudrait pas que l’on fasse trop les malins en france car avec notre parc nucléaire que l’on doit renouveler on ne sait trop comment encore nos coûts pourraient dépasser les leurs à terme.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 17:39

      @_Ulysse_

      Sinon les renouvelables en Allemagne c’était 29% de la production en 2016 ce qui commence à ne pas être tout à fait négligeable.

      Ils sont passé de 16,6 à 29% en l’espace de 5 ans seulement et ce essentiellement avec l’éolien terrestre et le solaire. A cette vitesse, il pourraient être à 42% dans 5 ans soit en 2022.

      Pour ce qui est du stockage, il existe des solutions techniques. La plus maîtrisée c’est le pompage turbinage sur des barrages existants ou des STEP à construire.

      Le pb c’est que la faisabilité de ce type de projet n’est vu que par le biais de la rentabilité de marché et non par les besoins techniques de stockage à venir. Car aujourd’hui grâce à l’europe ces projets sont fait pas des sociétés privées.

      Vu le délais et le coût de construction d’un barrage faut une sacrée rentabilité avant qu’une boîte privée se lance dans ce type de projet.

      Pour qu’une STEP soit rentable financièrement, il faut une forte volatilité sur le marché de l’électricité donc un réseau instable. C’est donc complètement paradoxal, ces projets devraient être lancés par la puissance publique pour anticiper les besoins en capacité de stockage.
      Au lieu de cela, on va attendre que les réseaux soit aux limites pour voir des sociétés construire des capacités de stockage afin de spéculer sur l’électricité.

      Le pb c’est que vu les délais de construction effectivement ça risque de poser pb. La volatilité sur le marché de l’électricité deviendra énorme et les projets vont se mettre à pulluler et au bout de 10 ans on risque de se retrouver avec trop de capacités de stockage car toutes les boîtes vont se lancer là dedans. A la fin, les STEP deviendrons plus rentables et les boîtes privées vont les abandonner ...

      Bref, vive l’europe ce type d’infrastructure devrait être gérée par l’état, il n’y a que comme cela que l’on pourrait planifier cela correctement. Grâce à l’UE, nous laissons cela aux aléas du marché


    • biquet biquet 5 novembre 2017 10:44

      @Onecinikiou
      Tout à fait d’accord avec vous. Les 2 centrales à air comprimé dans le monde consomment plus de 2 fois plus d’électricité qu’elle n’en produisent.
      En revanche la pression atmosphérique est un atout mécanique très important. La pression atmosphérique de 1 bar est égale à 1 kg au cm2. La conséquences est que l’air se comprime peu si on a une masse en charge au dessus (c’est le cas des pneus). Si vous avez 10 m3 d’eau sur une surface de 1 m2 en charge sur de l’air, vous avez 10 000 kg sur une surface de 10 000 cm2, soit exactement la pression atmosphérique. L’air sera donc comprimé à 1 bar de plus que la pression atmosphérique. Cela veut dire qu’une pression de 2 bar est suffisante pour soulever une charge de 10 tonnes. Rien dans la nature a un tel rendement mécanique.


    • Croa Croa 5 novembre 2017 17:32

      À Alren,
      Sur le site « la recherche » ils n’ont pas l’air de connaître. Et il y a tellement de revues qui se ressemblent que les marchands de journaux n’ont pas tout. T’as un ISSN ?


    • Franck Einstein Franck Einstein 30 octobre 2017 14:45

       
       
       
      La sainteté du renouvellement de la marchandise du Capital.
       
       
      vertu individuelle ?
      où concept éthique social ?
      statu quo ?
      où révolution ?


      • Rincevent Rincevent 30 octobre 2017 15:01

        Au delà des nouvelles technologies, se pose le problème de l’utilité d’avoir, en permanence et en toute propriété, une voiture aujourd’hui. La réponse est surtout générationnelle. Les 25/40 que je fréquente ont une relation à la ‘’bagnole’’ beaucoup plus distanciée que ma génération.

        Par exemple, ceux qui habitent des mégapoles comme Paris : entre les embouteillages, les problèmes de stationnement au jour le jour, les risques de dégradations, etc, j’en connais beaucoup qui ont laissé tomber. Quand ils en ont vraiment besoin, pour un week-end par exemple, ils louent (à un particulier éventuellement) c’est bien plus rentable.

        D’autre part, pour eux, la voiture comme marqueur sociologique a perdu beaucoup de son importance. Le dernier iPhone est bien plus ‘’valorisant’’… Du coup, des modèles comme la Dacia Sandero, que Renault ne voulait pas importer (jugée trop ‘’cheap’’ pour sa clientèle) caracole en tête des ventes aux particuliers depuis deux ans…

        Reste à nos gouvernants à faire plus d’efforts sur la mobilité partagée, au lieu de laisser pourrir des situations (les TER sacrifiés au tout TGV, par exemple). Ça aiderait…


        • sleeping-zombie 30 octobre 2017 15:42

          @Rincevent
          en tant que 25/40, je confirme, on n’a pas la religion de la voiture comme nos parents...


        • Rincevent Rincevent 30 octobre 2017 16:51

          @sarcastelle

          J’entends par mobilité partagée bien plus que du co-voiturage ou du ramassage (le train c’est aussi de la mobilité partagée) et, dans ce cas, je doute que ça intéresse les entreprises. Quant au prix du km, avez-vous déjà vraiment fait le compte de ce que vous coûte une voiture ? (dépréciation comprise). Une fois par an, les revues automobiles publient des tableaux d’amortissement par véhicule et c’est assez instructif… Alors, à moins d’être hors de portée de réseaux collectifs et/ou avec des horaires genre 3X8, ça se calcule et ne donne pas forcément le double.

          On peut dire « oui, mais avec ma vieille caisse amortie depuis longtemps… ». La vielle caisse, elle aura de moins en moins le droit de rentrer en ville ; ça a déjà commencé : http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-auto/paris-interdiction-des-voitures-agees-et-autres-mesures_1743257.html


        • Jeekes Jeekes 30 octobre 2017 17:09

          @Rincevent
           
          ’’Alors, à moins d’être hors de portée de réseaux collectifs et/ou avec des horaires genre 3X8’’
           
          Et ben voila.
          Marrant qu’il y ait tant de monde qui ne résonne qu’en terme de ’’paricentrisme’’
          Ok la Kapitale c’est achteubien, on peut pas vivre ailleurs.
          N’empêche que la ’’mobilité partagée’’, dans ma cambrousse c’est pas d’main la veille qu’on en entendra parler !
           
          Quand à la caisse en plastok électrique, comment dire ?
          Mouarfff !!!
           


        • Rincevent Rincevent 30 octobre 2017 18:10

          @sarcastelle

          Je m’extasie devant les coûts du kilomètre que publient les revues automobiles. Je crois qu’elles veulent faire plaisir à leurs lecteurs. Non, ce sont des tableaux tirés de bases professionnelles (indemnités kilométriques) et validés par les Impôts (pour les frais réels) qui ne sont pas connus pour nous faire plaisir… Pour ce qui est des pièces c’est inévitablement une moyenne, puisque ça dépend beaucoup des conditions d’utilisation et de la conduite de chacun.

          Le calcul pour votre 106 est effectivement flatteur mais il n’est valable que pour vous et vos conditions d’utilisation et en restant hors de portée de Mme Hidalgo…


        • Rincevent Rincevent 30 octobre 2017 18:19

          @sarcastelle

          Je crois que ce que sleeping zombie veut dire c’est qu’il est dans une logique purement utilitaire vis à vis de la voiture, insensible aux arguments subjectifs des pubs des constructeurs. Comme vous, en somme, non ?


        • pemile pemile 30 octobre 2017 20:37

          @sarcastelle « Je compte la faire vivre jusqu’à son prochain CT en janvier 2019. »

          Un petit conseil, repassez le prochain contrôle avec 7 mois d’avance, avant la mise en place le 20 mai 2018 du nouveau contrôle pour être assurer de repartir avec la voiture pour deux ans !


        • Croa Croa 31 octobre 2017 15:21

          À Rincevent,
          En tant que vieux, la solution passe par un usage de plus en plus modéré de l’automobile (réservé à l’indispensable). Pour éviter qu’elle ne s’abîme il faut disposer d’un garage bien sûr.
          Bon le problème ce sont les lobbies de l’automobile qui ne supportent pas ça. Il se pourrait bien qu’un jour les vieilles automobiles n’aient plus le droit de rouler du tout avec ces cons !


        • Croa Croa 31 octobre 2017 15:36

          À Rincevent,
          Les indemnités kilométriques de Bercy c’est un scandale, une concession faire aux marchands de bagnoles qui font évidemment plus leur beurre sur les grosses ! Car enfin celui qui roule en 10CV fiscaux ne le fait pas par nécessité mais bien par choix ostensible ! Les indemnités devraient être calculés sur 4CV pour tout le monde !
          .
          Madame Hidalgo a les moyens de payer. Sarcastelle est plus raisonnable et il a raison. Mais moi je fait mieux avec mon AX = 3,3 litres de gazole au cent. smiley (Mais j’évite de m’en servir en ville, pratique la conduite écologique et j’ai même installé un économiseur.)


        • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 15:59

          @Auteur

          Les arguments techniques, économiques et écologiques contre la Voiture électrique ne tiennent en réalité pas la route. Votre argument sur le risque de faire sauter des limites relève plus de la philosophie. Je ne sais pas si demain, on a plus de limite sur les voitures es-ce que vraiment on aura tellement plus de voitures ?

          Aujourd’hui il y a déjà une majorité de gens en âge de conduire qui se déplace en voiture seul.
          Difficile d’ajouter des voitures sur les routes, les automobilistes ne peuvent conduire plusieurs voitures à la fois smiley.

          Quand à aligner des véhicules dans son garage qui restent au garage, seuls les plus fortunés le peuvent et faut un grand garage. Et un véhicule au garage ne roule pas et donc ne pollue que lors de sa fabrication.

          Si je comprend l’argument sur le fond, il ne relève pas d’un avenir proche. Nous avons encore bien des limites même en imaginant des VE avec des batteries bon marché et forte capacité.


          • Didier Barthès 31 octobre 2017 18:39

            @_Ulysse_

            Bonjour Ulysse, Oui bien sûr, vous avez raison, on ne peut conduire plusieurs voitures à la fois, mais actuellement il y a en gros 1 milliard de voitures pour bientôt 8 milliards d’habitants, il y a donc encore de la marge pour multiplier par deux au moins le nombre de véhicules en circulation à un moment donné et donc pour augmenter aussi toutes les infrastructures (parkings, routes, garages) afférentes à l’automobile.

            D’autre part, la fin du pétrole devrait logiquement réduire la circulation, mais si nous trouvons de quoi prolonger éternellement l’usage massif de l’automobile, c’est de nouveau tout l’avenir qui sera entaché par cet usage excessif.

            Reste une autre solution : que nous revenions à une démographie beaucoup plus modeste et qu’ainsi la voiture puisse continuer à exister sans constituer une source de dégradation trop importante de l’environnement (en poussant les choses à l’extrême, si nous étions très peu nombreux chacun pourrait bénéficier d’une automobile et les routes ne seraient pas encombrées pour autant).


          • JC_Lavau JC_Lavau 31 octobre 2017 23:11

            @Didier Barthès. Les mouslims qui nous traitent en pays conquis n’ont pas la plus petite envie de diminuer leur natalité agressive et triomphale.


          • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 16:30

            Brièvement, sur la voiture électrique :

            -Le reproche sur le fait que celle-ci déplace la pollution :

            C’est vrai que cela déplace la pollution vers la centrale électrique mais cela la réduit également car la filière électrique a un rendement 2,5 fois meilleur que la filière thermique. Même en produisant l’électricité avec du pétrole, on réduirait les émissions globales.

            L’estimation des rendements :

            http://eco-sceptique.over-blog.fr/article-26378967.html

            -Le reproche sur l’énergie consommée par sa fabrication :

            Deux remarques, la première est que la VE est bien plus durable donc si l’énergie consommée est plus importante, elle est également lissée dans le temps donc on s’y retrouve. En fait, en terme d’énergie grise il est même probable que la VE soit moins gourmande en énergie que les voitures thermiques :

            http://eco-sceptique.over-blog.fr/article-30288356.html

            -Le reproche sur l’autonomie :

            Effectivement, les carburants liquides ont cet avantage qu’ils présentent une grande capacité de stockage d’énergie. Les batteries actuelles ne permettent pas réellement de rivaliser. Mais il y a plusieurs remarques à faire :

            1) Les batteries s’améliorent sensiblement, il y a des progrès qui sont fait et les autonomies s’allongent.
            2) Les recharges rapides à 80% en 30 minutes permettent de faire de la route. A condition bien sur d’avoir des batteries assez conséquentes et des chargeurs accessibles. Tesla l’a bien compris et a construit des super chargeurs à proximité des autoroutes partout en europe. Afin que ses clients puissent se déplacer comme ils le souhaitent.
            https://www.tesla.com/fr_FR/findus#/bounds/48.601170910191165,6.989465500000051,45.06677173977358,-3.557409499999949,d?search=destination%20charger,&name=Europe&place=dc25846
            3) Il existe encore la possibilité d’inclure une génératrice au véhicule pour les longs trajets. C’est une option proposée sur la BMW i3 aujourd’hui.

            Aujourd’hui l’offre manque en terme de véhicules mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas possible, c’est simplement que les constructeurs ne veulent pas enterrer la filière thermique, ce serait un désastre pour eux.
            Seul Tesla qui est un nouveau constructeur propose des véhicules réellement viables mais ils sont nouveaux et n’ont pas encore l’infrastructure d’un grand constructeur. ils ont commencé par le haut de gamme et s’approchent du moyen de gamme avec la nouvelle modèle 3 maintenant qu’ils ont assez grossi pour se lancer sur des plus grandes séries. Ils prévoient 500 000 véhicules par an.


            • Croa Croa 31 octobre 2017 18:27

               À _Ulysse_
              - Effectivement la voiture électrique a un excellent rendement. Il est même possible de récupérer de l’énergie en frein-moteur par exemple. Tout ça compense largement les pertes en ligne et charge-décharge.
              - Non, le VE n’est pas plus durable car la durabilité dépend plus des modes que des technologies. L’obsolescence est un truc complètement imposé par les constructeurs et comme il y aura plus de gadgets dans les électriques.... Vous m’avez comprit ! Toutefois pour ceux qui résistent à ça effectivement l’entretien des électriques devraient coûter moins cher (les deux technologies font qu’à priori on garde les voitures autant qu’on veut.)
              - Les constructeurs semblent effectivement en bonne voie. Mais ta BMW i3 est encore inutilement surpuissante, à tel point que les autonomies annoncées ne sont pas crédibles. Ce n’est pas une vraie hybride série, le groupe ne constituant qu’un appoint.


            • popov 1er novembre 2017 05:54

               @_Ulysse_

              Bonjour

              C’est vrai que cela déplace la pollution vers la centrale électrique mais cela la réduit également car la filière électrique a un rendement 2,5 fois meilleur que la filière thermique.

              J’ajouterais que, même à rendement égal, il vaut mieux une source de pollution énorme concentrée en un point précis (centrale thermique) que l’équivalent en millions de petites sources réparties sur tout le territoire (moteurs à essence).
              Plus facile à contrôler.


            • popov 1er novembre 2017 06:27

              @_Ulysse_

              Il est possible de stoker l’hydrogène dans du palladium. Ce métal est une véritable éponge à hydrogène. À température et pression normales, il peut absorber 900 fois son volume d’hydrogène.

              Malheureusement, le prix de ce métal est environ aux 2/3 de celui de l’or et on n’a pas encore d’autres matériaux peu coûteux et ayant la même capacité.


            • Esprit Critique 30 octobre 2017 16:39

              Et vous venez de découvrir que le vrai et seul problème est celui de la surpopulation et de la démographie. Lié a cette idée saugrenue que l’avenir de l’humanité passerai par un indispensable besoin de mondialisation physique de la libre circulation de tout partout des productions, des hommes, du fric, et de la bien pensance multi culturaliste.

              On remarque au passage que le foisonnement totalement incontrôlé, mène a un monde ou une idéologie totalitaire devra obligatoirement s’imposer, (observons le monde musulman) et, est antinomique avec le multiculturalisme qui nait de l’épanouissement ici ou la, justement de traditions, et de valeurs cultivées. 


              • Didier Barthès 30 octobre 2017 17:01

                @Esprit Critique
                Oui, la démographie est vraiment le problème. Quoi que nous fassions par ailleurs la biosphère sera détruite si nous ne parvenons pas à stabiliser puis à réduire peu à peu nos effectifs. C’est le message que l’association Démographie Responsable ne cesse de marteler avec raison depuis quelques années


              • fatallah 30 octobre 2017 19:53

                @Didier Barthès
                et ce vieux rapport du club de Rome sur l’avenir du Monde ...

                http://www.les-crises.fr/recommande-leffondrement-global-est-il-imminent-par-graham-turner/
                qui parle aussi de démographie, mais pas seulement. 50 ans que le problème est connu et ignoré ....

              • mimi45140 5 novembre 2017 19:24

                @Didier Barthès
                Vous êtes juste en train de découvrir l’analyse de Denis Meadows de 1973 ,il y a presque 45 ans,les bobos écolos roulent en vélo électrique et partent réguliérement une semaine à l’autre bout du monde en avion et critique le prolo polluant qui livre avec son camion polluant leur magasin bio de quartier.


              • baron 30 octobre 2017 16:40

                L avenir n’est absolument pas à l’électrique, c’est un pari perdu d’avance. L’hydrogène est une solution de plus en plus employé à travers le monde et pas uniquement dans le secteur automobile. Le seul frein actuel vient de son coût toutparticulièrement celui lié au platine, le problème est à présent réglé. Les couts peuvent à présent descendre, la supériorité de l’hydrogène vient au’en soit l’hydrogène permet de stocker l’énergie en période de faible conso, que la production peut s’effectuer près des lieux de production d’élicitricité dimunant ainsi fortement les pertes sur les réseaux de distribution, cerise sur le gateau les rendements sont bien supérieur, le poids des véhicules est plus faible, bien entendu elle ne rejète que de l’eau et parfaitement sécurisé.

                Une autre cerise sur le gateau, vient de ce que ce type de véhicule peut alimenter intégrlement une maison un fois remisé dans le garage et raccordé au secteur.
                Cette énergie étant de très loin la moins polluante le problèemajeur sera d’inventer de nouvelles taxes ou de trouver un bon motif pour continuer à surtaxer les automobilistes, parce que l’hydrogène peut n’être produit qu’avec des énergies renouvelable en période de sous consommation. Par exemple actuellement les éoliennes sont arrétées la moitié du temps, cela ne sera plus nécéssaires.
                L’éléctrique et bien du bidon en matière de protection de l’environnement, l’hydrogène est l énergie de loin la plus propre, l’hydrogène est ce qui abonde le plus dans l’univers, c’est de l’eau et de l’oxygène rien d’autre.
                Cela existe il y a des plans de développement des voitures de ce type au japon et l’Allemagne et la Suisse sont en passe de s’y mettre.

                • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 16:47

                  @baron

                  Ce qui vous dites est vrai d’un point de vue technique MAIS vous passez totalement sous silence l’énorme pb de sécurité que représente l’hydrogène qui est extrêmement volatile et inflammable.
                  Les voitures à pile à combustible sont de vraies bombes roulantes.
                  La manipulation de ce produit à grande échelle ne me paraît pas maitrisable.

                  Le stockage et le transport de l’hydrogène représente un vrai pb également de sécurité. De ce point de vue la méthanisation est sans doute préférable en réalité. Pour bruler ensuite ce méthane dans des centrales à gaz. Le must reste le stocakge par barrage/STEP car on a de bons rendement mais il faut se doter de ces installations.


                • sleeping-zombie 30 octobre 2017 17:22

                  @baron
                  ... Et ton hydrogène, tu le trouves où ?

                  De ce que je sais, l’hydrogène ne se « trouve » pas à l’état naturel, il se produit par électrolyse de l’eau. Autrement dit, en faisant passer un courant électrique dans de l’eau.
                  Donc, l’hydrogène n’est qu’un mode de « transport » et de « stockage » de l’énergie, mais pas un mode de génération. Même avec des voitures à hydrogène, il te faut des centrales électriques.

                  Le 2eme problème avec l’hydrogène, c’est que si tu ne veux pas te coltiner une citerne de plusieurs metres-cubes derrière ta voiture (regarde à quoi ressemble une fusée), il te faudra le comprimer à un niveau extrêmement élevé, ce qui pose un soucis de sécurité... et de rendement, puisqu’il te faudra dépenser de l’énergie pour ça.


                • marmor 30 octobre 2017 18:09
                  @_Ulysse_
                  L’essence aussi est volatile et inflammable ! 
                  Et les batteries usagées, vous en faites quoi ? Parce que ça, ça pollue beaucoup beaucoup !!

                • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 18:16

                  @marmor

                  Les batteries lithium sont recyclables.
                  Vous avez déjà manipulé de l’essence ? Et de l’hydrogène ?

                  L’essence déjà est liquide c’est quand même plus simple, elle est volatile sans plus c’est rien comparé à l’hydrogène. L’essence est inflammable oui mais rien de comparable à l’hydrogène qui l’est beaucoup plus.


                • baron 30 octobre 2017 18:17

                  @sleeping-zombie
                  J’ai donné la réponse, tout d’abord il y a moins de pertes lors du transport par ligne haute tensionet par les batteries, secondo l’hydrogène peut être produite par le surplus des énergies renouvelable en période de faible consommation, la pile a combustible à un meilleurs rendement électique et le véhicule est moins lourd.

                   Pour la sécurité, cela est réglé depuis bien longtemps, pour infos ces voitures existent déjà et roulent de partout dans le monde sans problème, elles aussi passent les crash tests et même audelà, aucun accident n’a eut lieu à cause de l’hydrogène ce qui n’est pas le cas de l’essence.
                  Ce que l’on sait de façon certaine c’est que les piles des voitures électriques sont hautement inflammables très toxiques, elles contiennent de l’acide, il y a des risques de chocs électriques en cas d’accident donc elles sont très dangereuses.

                • Balamou Balamou 31 octobre 2017 00:18

                  @marmor
                  En effet la fabrication des batteries
                  Leur recharge et entretien
                  leur destruction
                  Coût bien plus en énergie que les moteurs à essence....
                  mais c’est une façon de balayer sous le tapis qui satisfait les bobo écolos nantis et à l’aise dans leurs contradictions... ;
                  ...
                  j’appartiens à une génération qui encensait les éoliennes quand elles n’étaient une vue de l’esprit...Les mêmes personnes vieillissantes ....animent aujourd’hui les comités anti eoliens.
                  Elles n’aiment pas trop me rencontrer , moi et mes rappels à leurs anciennes professions de foi
                  un problème de mémoire sans doute.... ;
                  J’en connais même qui pour ne pas employer de glyphosate ont fait bétonner leurs allées....


                • wawa wawa 31 octobre 2017 15:24

                  @_Ulysse_

                  « Les batteries lithium sont recyclables. »

                  dans ce post :

                  http://euanmearns.com/lithium-reserves-use-future-demand-and-price/

                  les commentaires semblent dire que ce que l’on recycle dans les batteies au lithium, c’est le cobalt (l’oxydant), pas le lithium.


                • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2017 16:40

                  On ne dit pas voiture électrique mais voiture nucléaire car il faudra bien reconstruire des centrales pour alimenter toute cette ferraille , ce n’est pas avec des éoliennes et des panneaux que l’on arrivera a les charger et on finira ou par des coupures charger pair et impaire ou par acheter du jus a l’étranger hors de prix car d’ici la les écolos intégristes auront fait fermer des centrales .....


                  je n’imagine même pas la recharge aux pied des immeubles de 20 étages dans les cités de non droit .....

                  • Doume65 30 octobre 2017 18:05

                    @zygzornifle
                    « ce n’est pas avec des éoliennes et des panneaux que l’on arrivera a les charger »

                    La terre reçoit 8000 fois plus d’énergie solaire qu’elle consomme d’énergie. Le transport correspondant plus ou moins à 30%, et le rendement de l’électrique pas loin de trois fois celui du thermique, si on récupère un 72000ème de l’énergie solaire, ça suffit pour le transport !


                  • zygzornifle zygzornifle 31 octobre 2017 08:50

                    @Doume65

                    vu le rendement des panneaux on sera obligé de raser des villes pour les installer et recouvrir toute la campagne , l’industrie en fait le peu qu’il reste est énormément gloutonne ainsi que les villes ou tout doit être chauffé et climatisé ....

                  • Croa Croa 31 octobre 2017 18:38

                    À zygzornifle,
                    Tu as raison si nous continuons à rouler comme des bourrins et continuons à prendre la bagnole pour aller chier !
                    Il faut d’ABORD réduire drastiquement nos déplacements et encore plus nos transports de marchandises. Cela suppose une autre société passant par le partage et des économies relocalisées.
                    Pour le reste les énergies renouvelables seront alors largement suffisantes !  smiley


                  • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2017 10:52

                    @Croa

                    dans mon patelin on est OBLIGÉ de prendre sa PUTAIN de bagnole pour aller mettre ses déchets a la poubelle qui a quitté le coin de la rue , on prend son diesel qui pollue a mort a froid pour aller faire la queue devant les conteneurs et si on a pas de bagnole on fait quoi de ses poubelles ???? Pas les moyens d’acheter une nucléaire a 30 000€ pour trimbaler mes déchets .
                    pareil pour le brûlage interdit on est obligé de faire 15 bornes pour ses déchets , la j’entasse tout au fond de mon terrain et tant pis , on paye un bras de taxes et on n’a plus les services .....

                    les vallons commencent a regorger de cochonneries que certains balancent , bien entendu la municipalité d’hydrocéphales réagira en mettant des caméras et des amendes c’est tout ce que l’on est capable d’imaginer dans ce pays de merde.....   

                  • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2017 16:43

                    de toute façon le gouvernement piquera sur le Kw la taxe qu’il applique sur le carburant et on finira avec une électricité au prix de l’or noir .....


                    • Esprit Critique 30 octobre 2017 16:53

                      @zygzornifle
                      Effectivement l’état empoche des milliards de taxe par an sur les carburants.....

                      Il s’apprêtent a en prendre quelques milliards de plus par an en augmentant les taxes sur le Gasoil.

                      Les taxes a venir sur l’électricité en cas de développement de la voiture electrique seront supérieurs au cout des kilowatts nucléaires.


                    • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2017 16:46

                      durée d’une batterie 2 ans après elle baisse fortement de capacité et ça coûte un rein , obligé pour certains modèles de rester branché le weekend sous peine d’avoir sa voiture déchargée le lundi car même contact coupé il y a plein d’électronique sous tension....


                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 30 octobre 2017 16:51

                        @zygzornifle

                        Faite la comparaison avec votre téléphone à batterie lithium. Les batteries perdent en effet 30% de capacité au bout de 3 ans environ, ensuite cela se stabilise. Perso j’utilise une batterie qui doit avoir 6 ans et passé la première baisse de capacité cela ne semble pas bouger.

                        Pour ce qui est de devoir maintenir la batterie en charge c’est soit un très mauvais choix du constructeur d’avoir choisi un mauvaise techno de batterie soit de l’incompétence de leur part !
                        Si vous éteignez votre téléphone le vendredi chargé à 100%, il n’est pas déchargé le lundi ! smiley


                      • baron 30 octobre 2017 18:33

                        @_Ulysse_
                        Une batterie se décharge lentement même arrêtée, laissez votre téléphone dans un coin éteind pendant un mois vous verrez ... C’est normal en fait. C’est aussi la raison pour laquel les batteries font l’objet d’une gestion particulière des stocks dans les magasins et dans les entrepots.


                      • zygzornifle zygzornifle 31 octobre 2017 08:59

                        @baron
                         de toute façon dépendre d’une batterie c’est un piège , c’est une pièce d’usure et les assoces de défense des consommateurs auront fort a faire avec les tas de tôle et de plastic électrique .


                        moto BMW au bout d’un mois sans rouler batterie (neuve) vide , explication de concessionnaire consommation moteur coupé très importante ..... Ma vielle Yamaha démarrait encore au bout de 6 mois sans activité c’est beau le progrès ......

                      • BreizhouMix BreizhouMix 31 octobre 2017 12:48

                        @zygzornifle
                        Entièrement d’accord, je travaille dans une entreprise dite « Verte ». En 2011, celle-ci à acquise, 3 Ion Peugeot pour une somme de 35000E (avec déduction aides de l’état). Aujourd’hui, 2 d’entres elles n’ont plus une autonomie que de 30/35Km, donc rien du tout.

                        Les voitures ne sont plus sous garantie, car elles ont plus de 5 ans et on passé les 50000Km (59000, 63000 et 68000). Aujourd’hui Peugeot propose 15000E par véhicule pour changer la batterie ... ou une reprise de 5200E pour l’achat d’un nouveau parc en essence ...
                        Bref nous allons droit vers la voiture jetable 
                         smiley


                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:51

                        @baron

                        Les batteries se vident lentement oui, lentement pas en deux jours ...
                        Sauf certains types de batteries. Mais utiliser cela pour une voiture électrique est une absurdité.


                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 12:58

                        @BreizhouMix

                        Et ben Peugeot sont des escrocs smiley.
                        Vos batteries ont perdu 80% quand les batteries grand public bas de gamme perdent 30% max dans le même temps cherchez l’erreur. Ils vous ont fournit des batteries pourries, comme leurs bagnoles. Achetez coréen si vous voulez de la fiabilité. Les Tesla n’ont pas ces pb en tout cas :

                        http://www.tesla-mag.com/tesla-longevite-batteries-question/


                      • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2017 12:36

                        @_Ulysse_

                        quand on achète un cercueil a roulette tout électrique le vendeur ne sait même pas ce qu’il y a dedans il répète comme un mainate que c’est bon pour la planète alors que c’est bon pour la concession et bon pour l’état qui se gorge comme une tique de TVA .....

                      • Doume65 8 novembre 2017 21:06

                        @zygzornifle
                        « tout électrique [est] bon pour l’état qui se gorge comme une tique de TVA »

                        Prime d’État pour l’achat d’une Zoé : 6000 €
                        TVA perçue (20% de 24 000) : 4800 €
                        Tu es sûr que l’État se gave ?


                      • alinea alinea 30 octobre 2017 16:59

                        Le problème de la voiture électrique, c’est qu’elle chasse hors de chez eux les autochtones de nord Patagonie et dévaste tout pour trouver les terres rares, le lithium et autres denrées indispensables aux batteries !!!
                        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-pollution-des-batteries-au-190131


                        • jjwaDal jjwaDal 30 octobre 2017 19:30

                          @alinea
                          C’est vrai, mais c’est vrai de toutes les extractions minières (pétrole, charbon, cuivre, uranium, etc..). Le problème de la voiture électrique c’est d’abord que c’est une voiture, à savoir un moyen de transport peu utilisé (en moyenne 1h/24h), une dévoreuse d’espace, de matières premières et d’énergie (l’énergie nécessaire pour déplacer une tonne à 90km/h alors que souvent le passager est unique et émarge à 70kg...) et une source de pollution en amont et sans doute en aval.
                          D’où l’utilisé du partage de véhicule (le TaaS dont j’avais parlé) et surtout le développement des transports en commun.
                          Par contre la concentration des émissions polluantes au niveau des centrales permet de les filtrer voire les éliminer (projet de stockage du CO2) ce qu’on ne peut faire avec les centaines de millions de pots d’échappements qui se baladent en 2017...
                          En ville moyenne, vélo et scooter électrique serait une meilleure solution (déjà il faut moins d’énergie pour bouger 100/130kg).


                        • raymond 2 31 octobre 2017 09:04

                          @alinea
                          Oui le lithium pose problème mais les batteries sodium ion pointent leur nez et là plus de problème de lithium mais il en reste bien d’autres bien sur.
                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Accumulateur_sodium-ion
                          https://lejournal.cnrs.fr/articles/batterie-sodium-ion-une-revolution-en-marche


                        • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2017 12:38

                          @alinea

                          pour trouver les terres rares

                          c’est comme au cimeterre de mon patelin les terres sont rare on est obligé se se faire cramer ..... a l’électrique ça va de soi .....

                        • Doume65 30 octobre 2017 17:58

                          « L’autonomie réelle des voitures électriques reste largement inférieure à celles des véhicules thermiques [...] il faut plusieurs heures pour atteindre de quoi faire 200 km en électrique. »

                          Cette difficulté n’est pas un problème technologique mais commercial, lié aux coût des infrastructures S’il avait été décidé de construire des voitures non pas rechargeables mais sur lesquelles on pouvait changer les batteries en quelques instants, d’une part l’autonomie n’était plus un problème, et d’autre part on aurait des voitures plus légères car n’imposant pas d’embarquer des tonnes de batteries.


                          • baron 30 octobre 2017 18:25

                            Pour info, actuellement tout les grands constructeurs sortent ou prévoient de sortir des voitures à hydrogène, la raison een est simple l’électrique sur batterie est déjà dépassé et elle n’a rien d’écologique.


                            • generation désenchantée 30 octobre 2017 20:50

                              @baron
                               ils sont prêt a assumer un désastre ?

                              c’est un des gaz les plus dangereux a manipuler ,parce qu’ il est extrêmement inflammable , et a un des large domaine d’ explosivité dans les gaz , plus léger que l’ air , donc s’ accumulera dans les parties hautes et l’ énergie produite par des décharges électrostatiques d’ origine humaine suffit a l’inflammation
                               l’ électricité STATIQUE d’ origine humaine suffit avec l’ hydrogène pour qu’il s’ enflamme

                              http://www.afhypac.org/documents/tout-savoir/fiche_7.1_inflammabilite_explosivite_rev._fev_2015_ineris_bwe_p m.pdf

                              sinon , c’est peut être plus parlant sur le danger de ce gaz

                              https://www.youtube.com/watch?v=Q7utL5HonSw

                              https://www.youtube.com/watch?v=xeq8ca1OJGk


                            • Pyrathome Pyrathome 31 octobre 2017 01:22

                              @generation désenchantée
                               


                              Le top, ça serait d’installer un centre de production d’hydrogène liquide à côté d’une centrale nucléaire, comme cela, ça ferait coup double.....
                              Il paraît que certains planchent sur le concept.... smiley
                              Evidemment, vous avez raison, le stockage de l’hydrogène, c’est juste pas sérieux collectivement, sauf si la production d’hydrogène est incorporé au moteur même ? genre « moteur à eau » optimisé ?

                            • generation désenchantée 31 octobre 2017 10:18

                              @Pyrathome
                               un port méthanier a côté d’ une centrale nucléaire , avec des connections entre les deux
                              c’est pas mal non plus

                              http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-gnl-gazeifie-grace-chaleur-centrale-nucleaire-60890/


                            • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 13:04

                              @baron

                              Vive la com des constructeurs, c’est quoi vos sources ? Et où vous allez en trouver de l’hydrogène ?
                              Pile à combustible ou moteur à explosion à hydrogène ?

                              Qu’ils en mettent quelques centaines sur nos routes, on va bien rire, de beaux feux d’artifice en perspective smiley. Sinon, il est vendu combien le litre d’hydrogène ? Stocké sous forme gazeuse ou liquide ? 


                            • Multis 30 octobre 2017 20:01

                              Bonjour, 


                              Malheureusement, Didier a raison. 
                              La maîtrise de la technologie et son utilisation par un plus grand nombre contribuent toujours à toujours moins d’espace sans les humains ; Il y a aujourd’hui plus de lumière, plus de bruit, plus de mitage bien sur, plus de voies de communication, plus d’avions, plus de pollution.. Bref plus d’hommes, et donc moins de nature
                              On peut le prendre dans tous les sens, + d’humain sur un territoire fini = - de nature sur ce même territoire ; 
                              La chance des humains en +, c’est qu’ils ne connaissaient pas l’espace d’avant, alors leur référentiel est celui de leur naissance ou de leurs jeunes souvenirs. Il n’ont que l’espace de leur génération pour mesure le différentiel La dégradation de notre planète dans une la continuité bien heureuse du progrès.
                              Barjavel donne une bel exemple de cycle dans « Ravages ». pour ceux qui aiment lire
                              Multis

                              • fatallah 30 octobre 2017 20:02

                                On a eu dans l’histoire, une solution neutre en CO2, à partir d’agrocarburants.
                                Cela s’appelait du foin et le moteur s’appelait cheval.
                                Et ça marchait relativement bien pour les déplacements locaux. A titre d’exemple, la ville de Vendargues (34) recoure à cette technologie pour le service des ordures ménagères.

                                La vraie solution sera quand on n’aura plus besoin de bouger autant. Quand le télétravail sera généralisé là où c’est possible.

                                Cela viendra avec une augmentation conséquente du prix du pétrole. (augmentation que je souhaite dans le secteur du transport aérien, actuellement non taxé)


                                • alinea alinea 30 octobre 2017 20:11

                                  @fatallah
                                  Bien d’accord ; cela viendra aussi quand les gens auront pris conscience qu’ils n’ont plus de vie, et que la lenteur et la sédentarité, pour le plus gros du temps passé sur terre, sont bien plus riches et nourrissantes que les excitations citadines actuelles !


                                • Didier Barthès 30 octobre 2017 20:15

                                  @fatallah
                                  C’est vrai que la question pourrait être résolue en se déplaçant moins, toutefois pour le télé travail ça pose un problème, c’est très adapté aux travaux de bureau, mais dans le cadre d’une société en effondrement (ce qui risque bien d’arriver) nous risquons de voir revenir les travaux manuels et ceux des champs, là pas de télétravail possible. Néanmoins oui il faudra faire du local et cela conduira à moins se déplacer.


                                • perlseb 30 octobre 2017 20:41

                                  Encore la faute à la technique !
                                  Mais n’est-ce pas la technique qui caractérise l’homme ? Est-ce que la maîtrise du feu n’était pas notre première grosse erreur ?
                                  Non bien évidemment. Le vrai problème, c’est d’être 7,5 milliards et de ne proposer comme modèle de réussite que celle du pognon pour polluer autant que l’on veut (principe pollueur - payeur => si je suis riche, je pollue autant que je veux, si je suis pauvre, j’essaie d’être riche).

                                  Quant à la voiture électrique, elle signe l’arrêt de mort de nombreux constructeurs automobiles. Les voitures électriques pourront parcourir 1,5 millions de km avec les mêmes batteries mais pour un coût d’entretien bien plus faible. Les voitures thermiques seront petu-être demain le symbole de l’obsolescence programmée (à égalité peut-être avec les smartphones).

                                  Pour la production d’électricité, justement, le solaire est déjà moins cher que le nucléaire. D’ailleurs, aucune énergie n’a été aussi chère que le nucléaire : refaire les voutes souterraines tous les 200 ans et transvaser les produits radioactifs dans des futs neufs tous les 100 ans minimum, et cela pendant 1 million d’années. Je crois que nos descendants les enverront dans le soleil plutôt que de faire la maintenance ultra-coûteuse du stockage des déchets ultimes. Le bilan énergétique global du nucléaire sera évidemment négatif. C’est une vraie dette que l’on transmet, et celle-là, elle ne pourra pas être annulée comme la dette financière, car l’argent est une convention, pas la radioactivité.


                                  • perlseb 30 octobre 2017 21:31

                                    @sarcastelle
                                    Je n’nvente pas la méthode puisqu’actuellement on ne sait pas faire (nulle part d’ailleurs). Je sais ce que les pro-nucléaires affirment avec beaucoup d’assurance et aussi ce que les évènements montrent à une échelle de moins de 100 ans (alors 1 million d’année, on peut rire franchement).
                                    A Bure, des pro-nuc disaient, après un effondrement d’une gallerie, que c’était parce que la voute n’avait pas encore été réalisée. On considère que les couches géologiques sont stables sur des millions d’années, c’est statistiquement vrai (et on joue aux dés quand on dit ça) mais avec des trous partout pour y entreposer des futs, c’est un peu moins stable, non ?
                                    Après si c’est la voute qui assure la stabilité, c’est une réalisation humaine, non ?
                                    Eclairez-moi donc vous qui savez, que je rigole un peu.

                                    Mais c’est vrai qu’on peut affirmer tout un tas de chose sur la façon dont le stockage va se comporter dans 1.000 ans, 10.000 ans, 100.000 ans. Après tout, ceux qui auront fait ces choix-là n’auront pas à assumer les problèmes. De toutes façons, même à Fukushima, ce n’était pas les décideurs qui sont allés se prendre les siverts pour essayer de colmater.

                                    Les responsabilités du nucléaire en cas de problème (accident, fuite durant leur stockage) sont a des années lumières de ce qu’un simple mortel devrait être autorisé à prendre. Le nucléaire, c’est l’énergie de la dictature par excellence, fruit de décisionnaires que l’on doit assimiler à des demi-dieux. Malheureusement, je n’ai pas l’esprit religieux.


                                  • perlseb 31 octobre 2017 10:33

                                    @sarcastelle
                                    Tous les spécialistes qui croient au nucléaire ont un petit défaut, c’est qu’il font une confiance absolue au travail des autres spécialistes (dans un domaine qu’ils ne peuvent pas comprendre personnellement puisqu’on ne peut pas être spécialiste de tout). Quant au spécialiste de son domaine, il doit forcément montrer beaucoup d’assurance dans ce qu’il dit, surtout si on le paye pour résoudre un problème même insoluble.
                                    On ne connaît déjà pas bien les fosses sous-marines, mais je crois que l’on peut dire que l’on connaît encore moins le sous-sol. Les schémas de strates bien linéaires de l’argile sont des conjectures sur une évolution probable des sols (par déposition pour les roches sédimentaires comme l’argile, donc plat à priori). Maintenant, le sol n’est pas forcément aussi homogène qu’on le suppose (seul un creusement sur l’ensemble du sous-sol serait une garantie, mais bien trop coûteux et surtout destructeur en fin de compte), et on pourra très bien occulter ce problème de bonne foi pendant la construction. Si, à cause d’une autre roche poreuse dans l’argile (si l’argile n’est pas homogène), la veine de déchets radioactifs passe à côté d’un ruissellement d’eau malheureusement pas détecté , et bien tant pis.
                                    Mais si on a l’habitude de prier, on peut prier pour que cela ne soit pas le cas sur les km de galeries qu’il faudra forer et bourrer de déchets.

                                    Je crois quand même que quand une technologie a besoin de faire un certain nombre de paris sur des milliers d’années, il vaut mieux ne pas l’utiliser par précaution et par respect pour les autres.


                                  • nono le simplet nono le simplet 31 octobre 2017 12:07

                                    @sarcastelle
                                    entre 20 et 30 milliards pour cacher les miettes sous le tapis ça fait cher du kg ... 

                                    je bosse un peu sur mon article smiley

                                  • nono le simplet nono le simplet 31 octobre 2017 15:00

                                    @sarcastelle
                                    les coûts complets ... ah oui ... la CSPE ... j’y bosse aussi 


                                  • perlseb 31 octobre 2017 16:45

                                    @sarcastelle
                                    Vous avez raison, vous m’avez appris la manière exacte dont le stockage est envisagé sur le long terme. Et cela me paraît encore plus terrifiant. Car une fois le tunnel rempli avec les dechets et que la roche aux alentours sera également infectée, il sera impossible d’enlever tout cela dans le futur quand on en comprendra un peu plus sur la structure de la terre etc...

                                    D’où vient cette idée de stockage que j’ai inventé ? Mais c’est parce que l’on prévoit actuellement une réversibilité de stockage sur 100 ans, pour pouvoir revenir sur la décision d’abandonner (comme vous dites) les dechets à leur libre sort et de se diffuser. Cela veut donc dire que l’on devra être capable d’enlever les dechets pendant une période de 100 ans. Je constate que vous vous placez dès aujourd’hui au-delà de cette période de test de 100 ans. Comme actuellement, aucun centre d’enfouissement ne fonctionne comme vous dites (accident dans un tunnel aux USA en mai 2017, etc..) j’ai critiqué le mode de fonctionnement en vigueur aujourd’hui et pas celui qui sera choisi si tout est concluant dans 100 ans.

                                    Maintenant, je ne sais pas tout, je ne suis absolument pas géologue, mais je constate que les géologues ne savent pas grand chose sur la Terre. On se demande encore d’où vient l’eau sur Terre et il y a actuellement des théories sur la présence d’un océan dans le manteau terrestre qui serait en lien avec les océans de surface. Idem pour la circulation des saumures des océans, on ne sait pas bien si ces courants rentrent dans les profondeurs de la Terre...

                                    Alors, j’emets sûrement des hypothèses farfelues, mais je crois que ceux qui ont une assurance sans borne sur des sujets qu’à l’évidence personne ne maîtrise sont les premiers responsables des catastrophes futures. Je n’ai pas pris de décisions dangereuses pour l’humanité mais je vois très bien que certains en prennent de manière irresponsable et les « spécialistes » grassement payés dont ils s’entourent pour mieux faire accepter leurs décisions sont plus des courtisans promis à une vie tranquille que des hommes libres cherchant la vérité.


                                  • nono le simplet nono le simplet 31 octobre 2017 19:26

                                    @sarcastelle
                                    100 ans c’est un bon délai pour les responsables ... le risque d’emmerdements est nul ...


                                  • Sparker Sparker 30 octobre 2017 23:36

                                    Moui.. Je ne suis pas sur que la technologie soit le problème, je vois que c’est plus les pouvoirs politico financiers qu’elle permet qui devienent incompatibles.
                                    Je me demande même, si la technologie était poussée, ne nous imposerait-elle pas une forme de décroissance ?
                                    J’ai vu un prototype de voiture avec « moteurs roues », très facile à construire et j’ai vu sur une vidéo quebequoise que les chinois investissait dans le réduction de consommation électrique en parallèle du développement des batteries, il y aurait du grain encore à moudre de ce coté là ! Donc à voir les développements
                                    Je travaille avec de la technologie informatique pour le Btp, donc pour la réalisation de choses concrètes. Si on utilisait le plein potentiel de ces technologies nous serions obligés de changer nos pratiques et je suis prèt à garantir que l’on ferait des économies écologiques et que nos économies financières serait obligées de s’adapter mais sous un renouveau qui passerait par une forme de décroissance, (en rapport avec nos « besoins » de croissance) avant de se reconstituer comme une économie de ressource.
                                    Si la technologie était developpée pour être la plus efficace et écologiquement adaptée possible je ne pense pas qu’elle nous mènerait dans le trou.
                                    On peut faire tous les rêves démographique que l’on veut, il n’empèche que l’on restera dans une dynamique exponentielle même si on arrive à limiter la profusion. Qu’est-ce à dire, que nous sommes condamnés ? Ou faut-il définir un quota viable d’humain pour la terre ?
                                    C’est notre rapport avec notre millieu naturel qui va devoir changer ; en prenant en compte vraiment qu’il n’est pas infini. A partir de là c’est cette « finitude » qui ferait la loi économique, l’ambition humaine allant se « caser » ailleurs, dans la préservation et la continuation de la compréhension de notre environnement, de notre dépendance à celui-ci et de construire le dépassement du celui-là même, par exemple...
                                    L’avenir est un mystère, il n’y a qu’en étant « humainement » intelligent que nous persisteront, sinon ce sera au suivant.
                                    Je ne pense pas que nous en ayont fini avec notre problématique d’exister et de ne pas savoir pourquoi... smiley


                                    • fatallah 31 octobre 2017 20:47

                                      @Sparker

                                      >Je travaille avec de la technologie informatique pour le Btp

                                      J’aimerais vous lire, en savoir un peu plus sur les technologies informatiques dans le BTP. Pour le dimensionnement des structures ? Pour l’organisation des chantiers ?

                                      Avez-vous le temps de rédiger un article simple ?


                                    • Sparker Sparker 1er novembre 2017 02:25

                                      @fatallah
                                      Je n’ai pas trop le temps, dans un premier temps voyez un peu le lancement (bien difficile en france) de ces nouvelles technologies (pas si nouvelles que ça mais bien optimisées et prometteuses).
                                      Pour introduction :

                                      http://www.objectif-bim.com/index.php/bim-maquette-numerique/le-bim-en-bref/la-definition-du-bim

                                      En matière d’ingéniérie du bâtiment c’est incontestablement une évolution qui va dans le bon sens sur le plan de la construction.


                                    • francois 31 octobre 2017 08:04
                                      « Le vrai problème de la voiture électrique » est l’électricité.
                                      future avatar mort né du développement durable

                                      • gueule de bois 31 octobre 2017 09:07

                                        Bonjour Didier
                                        Bien au contraire ! Ce fabuleux pouvoir de l’énergie sans contrainte serait celui qui nous conduirait à détruire la Terre, car il n’y aurait plus alors de limite à notre emprise.
                                        Vous êtes un des rares à avoir compris cela.


                                        • Didier Barthès 31 octobre 2017 10:29

                                          @gueule de bois
                                          Oui, je regrette que plus de personnes n’en soient pas conscientes et même avec les meilleures intentions du monde, nous engagent dans une course vers plus de puissance qui même estampillée écolo et a priori verte et sympathique, risque de nous être d’autant plus fatale qu’elle sera réussie.

                                          .


                                        • teysseire 31 octobre 2017 10:16

                                          « L’autre limite pourrait être notre sagesse, c’est à dire l’engagement vers un partage du monde avec le reste du vivant. »

                                          C’est cette phrase, à mon avis, qui résume le plus important des propos de l’auteur. Si nous voulons léguer une planète viable aux générations suivantes, il n’y a pas d’autre solution que d’accepter de décroître en productions, en prétentions et surtout en natalité ! Les projections démographiques pour le siècle qui vient devraient affoler tout le monde...

                                          • yvesduc 31 octobre 2017 10:20

                                            C’est le propre de tout progrès : les ménages raisonnent à budget constant, donc toute économie obtenue quelque part, permettra davantage de consommation ailleurs. Tant qu’on ne sort pas de l’idéologie croissanciste…


                                            • xana 31 octobre 2017 11:06

                                              Je ne comprends pas cette fixation de nos contemporains sur la voiture individuelle.
                                              C’est un concept archaïque qui tient en partie de l’utilitaire mais surtout d’un statut social désormais complètement dépassé. Comme le carrosse doré d’autrefois, avec ses laquais et ses chevaux, et les problèmes d’approvisionnement en avoine et en foin.
                                              Nous sommes au 21° siècle, que diable ! De nos jours le statut social se mesure davantage au modèle de téléphone portable pour le plus grand nombre ou au nombre de yachts pour les riches.

                                              Si on se refuse à remettre en cause notre modèle de société (il le faudra de toutes manières, mais c’est une autre question), il faut tout de même admettre que la voiture particulière pour le plus grand nombre est une impasse totale. Et Dieu sait s’il existe d’autres solutions ! Les transports en commun en est une, la location de voiture genre Vélib en est une autre. Le télétravail+téléconférence devrait se généraliser à tout ce qui est travail de bureau. La décentralisation des entreprises de production est une autre voie, avec leur propre service de ramassage.

                                              Il n’y a pas de solution rationnelle ou économique à la démence que constituent les fleuves de bagnoles du matin et du soir entre les banlieues et les capitales, ou ceux du week-end. Aucune motorisation innovante, aucun carburant génial ne pourra y remédier. Ces déplacements doivent disparaître, peu importe comment, et alors les problèmes de carburant et de pollution seront en bonne partie solutionnés.

                                              Il serait idiot de prétendre renoncer totalement aux transports, mais nous ne sommes pas obligés de fonctionner en tout-ou-rien. Un gros problème est que les gens préfèrent qu’on leur propose des inventions censées résoudre leurs problèmes alors que la solution la plus logique est de modifier leur mode de vie. C’est de la paresse intellectuelle et cela démontre aussi un cruel manque d’imagination. Le monde change, et NOUS, nous ne voulons pas changer nos petites habitudes ! Nous exigeons que les ingénieurs nous fournissent une machine magique, alors que nous devrions nous remuer un peu...

                                              Je reviens sur la question du modèle de société. C’est au fond exactement le même problème. Nous avons vécu ainsi et nous sommes incapables d’imaginer une autre façon de vivre, et moins encore d’accepter de changer les bases de cette société. Nous ne connaissons que la croissance, démographique ou économique, et sommes incapables d’imaginer une société stable (voire décroissante) sur ces deux critères. NOUS N’EN VOULONS PAS ! Et pourtant il faudra bien y aller...
                                              Nous vivons dans un monde ou le FRIC est la valeur suprême (oh, il y a bien d’autres religions mais elles ne sont à tout prendre qu’un manteau d’hypocrisie, car ce que nous adorons, c’est bien le dieu Fric en réalité), et nous ne sommes absolument pas intéressés par une société où la valeur dominante serait la connaissance, l’empathie, la coexistence respectueuse avec les autres formes de vie. Pourquoi ? Ces valeurs passent pour des niaiseries chez nos contemporains, mais adorer des billets verts n’est-ce pas encore plus niais ?

                                              Enfin, notre société se caractérise par une absence quasi totale de grand projet. Le seul projet de nos contemporains est d’entasser des zéros sur un compte bancaire à l’abri du fisc. Tu parles d’un idéal ! La société est basée sur l’inégalité, et le projet le plus répandu est de parvenir au sommet de cette pyramide d’injustice. Wahou ! Je crois que même les singes nos cousins ont des projets plus intelligents et plus intéressants que celui-la !

                                              Le vrai problème, je vais vous le dire. Nous avons un cerveau exceptionnel pour une créature terrestre, et nous ne savons pas l’utiliser intelligemment. Nous pourrions mettre au point la téléportation dans l’Univers entier (ce n’est qu’un exemple) et nous nous contentons d’amasser des bouts de papier vert.
                                              Un écureuil le ferait aussi bien, mais lui est capable de remarquer que le papier vert cela ne se mange pas.

                                              Jean Xana


                                              • francois 31 octobre 2017 13:22

                                                « Le vrai problème, je vais vous le dire. Nous avons un cerveau exceptionnel pour une créature terrestre, et nous ne savons pas l’utiliser intelligemment. »


                                                Encore un qui a la grosse tête.

                                                • xana 31 octobre 2017 16:05

                                                  @francois

                                                  Oui. D’autres n’ont qu’un petit pois.


                                                • Croa Croa 31 octobre 2017 18:57

                                                  À francois,
                                                  L’intelligence c’est comme Dieu ça n’existe pas !
                                                  En réalité les humains sont menés comme les autres créatures vivantes par leurs instincts et peu importe que ça les mène dans un mur.
                                                  Sinon vous pouvez croire en l’intelligence et même en Dieu, après tout c’est bon pour le moral !


                                                • Sparker Sparker 1er novembre 2017 02:33

                                                  @Croa
                                                  Ben l’intelligence à déjà fait des apparitions (enfin il me semble), nous ne serions pas là sinon mais j’avoue bien volontier que la cupidité mène le bal.
                                                  L’intelligence sert qui lui demande, elle ne juge pas
                                                  Dieu, a part les miracles (?) pas beaucoup vu !!, on est d’accord...


                                                • Panoramix Panoramix 31 octobre 2017 14:34

                                                  Je ne pense pas que le « vrai » problème de la voiture électrique soit l’utopie qu’elle devienne hyper efficace pour pas un rond (un peu comme le mythe de la voiture à eau), le problème est de savoir si elle pourra vraiment subvenir aux besoins de déplacement avec une autonomie, un cout et une empreinte écologique réellement moindres de bout en bout qu’une voiture thermique améliorée.
                                                  En Inde où les centrales électriques sont majoritairement au charbon, une voiture électrique rejette indirectement davantage de particules et CO2 que ne rejette directement et indirectement une voiture thermique. Mais cela déplace la pollution hors des villes.

                                                  Concernant l’hydrogène, la question clé est celle des risques d’explosion ou incendie, bien supérieurs au GPL, cela se maîtrise à l’échelle expérimentale ou professionnelle, bien plus difficilement à l’échelle de grande consommation.


                                                  • _Ulysse_ _Ulysse_ 31 octobre 2017 15:28

                                                    @Panoramix

                                                    "En Inde où les centrales électriques sont majoritairement au charbon, une voiture électrique rejette indirectement davantage de particules et CO2 que ne rejette directement et indirectement une voiture thermique."

                                                    Faux, encore une croyance. Le pb est le rendement, la filière électrique a un bien meilleur rendement que la filière thermique, même en produisant qu’avec du charbon vous réduisez les émissions d’un facteur 2 minimum.


                                                  • Panoramix Panoramix 31 octobre 2017 19:47

                                                    « @_Ulysse_
                                                    référence : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/26/publicite-la-voiture-electrique-n-est-pas-ecologique_4445251_3244.html
                                                    extrait » en Allemagne, où l’électricité vient actuellement à 44 % du charbon très émetteur de gaz à effet de serre. Les émissions seront alors plus importantes qu’une voiture conventionnelle jusqu’à 100 000 kilomètres..."


                                                  • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 17:46

                                                    @Panoramix

                                                    Le monde c’est pas une référence scientifique.

                                                    Où est leur calcul ? Tous les calculs un peu sérieux vont dans le même sens : le rendement de la filière électrique permet de réduire la pollution.


                                                  • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 novembre 2017 17:54

                                                    @_Ulysse_

                                                    Même Jancovici qui n’est pas favorable à la voiture électrique a calculé un bilan global en faveur de celle-ci. Même avec le mix électrique allemand qui est très éméteur de CO2 aujourd’hui :
                                                    Et encore, par gentillesse avec nos bons vieux moteur thermiques, il arrête les courbes à 150 000km. Car plus la voiture roule et plus le bilan est favorable aux VE.


                                                  • Didier Barthès 31 octobre 2017 14:47

                                                    Mais si elle est sans défaut elle sera inévitablement généralisée au-delà de ce que la planète peut supporter.


                                                    • xana 31 octobre 2017 16:17

                                                      Je vous laisse continuer à argumenter sur ce qui sera le mieux : Des embouteillages infinis avec des voitures électriques, ou des embouteillages infinis avec des voitures à hydrogène ?

                                                      Vous y tenez, à la bagnole, hein ! C’est sans doute la plus belle conquête de l’homme, à votre avis ?
                                                      Un monde sans embouteillage ne vous intéresse pas, c’est évident. Et si en plus pour cela il est nécessaire de PENSER et de REFLECHIR, alors là pas question.

                                                      Bon, moi j’ai fait mon choix. Ici où je vis il n’y a pas de supermarché, très peu de voitures, et on laboure avec un cheval pour se nourrir. Vous avez le droit de préférer vous entasser en ville et y crever de peur tandis que les djeuns vandalisent votre précieuse voiture, celle-là avec laquelle vous ferez demain la queue aux péages. Je vous souhaite bien du plaisir, que ce soit avec le lithium ou avec l’hydrogène...


                                                      • Didierdemetz 31 octobre 2017 20:13

                                                        La prolifération des objets n’est-elle pas déjà là ? Et n’est-elle pas dûe à la facilité d’accès et au faible prix de l’énergie fossile que nous ramassons à la pelle ? Exiger un air plus respirable (comme des routes plus sures) coute plus cher. A voir si l’électricité propre en voiture satisfera cette exigeance.


                                                        • xana 31 octobre 2017 20:57

                                                          L’énergie la plus efficace (100%), la moins chère, la moins polluante, c’est DEFINITIVEMENT celle que l’on économise en ne l’utilisant pas.
                                                          Et la meilleure de toutes les voitures, la moins chère, celle qui consomme le moins (et de loin), la moins polluante, c’est une paire de jambes pour marcher.

                                                          Mais voila. C’est trop simple, trop économique. Ca ne rend pas le voisin jaloux.
                                                          NOUS VOULONS GASPILLER A TOUT PRIX !!!

                                                          Eh bien, gaspillons,
                                                          Mais après ne nous plaignons pas.


                                                          • popov 1er novembre 2017 15:56

                                                            @xana

                                                            Bonjour

                                                            Et que dites-vous de mon petit camion ?

                                                            Alimenté principalement en patates cuites et un peu de bière ou de vodka quand il fait soif, il développe une puissance maximum de 1 popov-vapeur

                                                          • JC_Lavau JC_Lavau 3 novembre 2017 09:48

                                                            @popov. Déjà vu ça dans une BD contemporaine de Bibi Fricotin et des Pieds Nickelés, voire de Zig et Puce. Le héros avait fabriqué un canard mécanique dans lequel il se dandinait. Justement la maréchaussée avait reçu l’ordre d’arrêter tout « véhicule anormal »...


                                                          • Macondo Macondo 1er novembre 2017 13:14

                                                            Merci pour cet éclairage, sous ce nouvel angle, qui m’avait échappé jusqu’ici. Qui renvoie, comme il se doit, à une incontournable « sobriété heureuse » vantée depuis longtemps par le Prophète, par Philippe Bihouix, par des milliers d’anonymes la pratiquant dès l’aube chaque matin lorsque l’étoile paraît, tant il est vrai qu’avec un peu de farine, de l’eau et du sel, on puisse s’apercevoir comme il est facile de reprendre étape par étape et à la force du poignet, sa vie en main. Alors si en plus, ça coule en diarrhée sur les pompes cirées du PIB en croco, c’est tout bénéf ...


                                                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er novembre 2017 17:31

                                                              A l’approche de mes 80 balais ( 30/04/18), je me suis fais plaisir, début juillet, j’ai changé ma Citroën C1 sensodrive pour une Toyota Yaris hybride.

                                                              Le principal changement à été le confort, ( mes vieux lombaires apprécient ) j’apprécie également la sécurité passive, cette voiture est équipée de nombreux airbags ( 7 au total )

                                                              J’ai choisi le modèle avec la caméra de recul, … surtout qu’avec l’âge l’angle pour tourner la tête à plutôt tentante à diminuer .

                                                              De plus le nouvelles voitures ont des appuis-têtes incorporés qu gênent pas mal la visibilité vers l’arrière et pour effectuer une marche dans cette direction, un créneau par exemple , ou enter ou sortir d’une une place de parking d’un centre commercial , ben ce n’est pas de la tarte, vous regardez d’un coté, .. et sur l’autre côté arrive parfois un frappadingue que nous n’avez pas vu. Avec la caméra, plus les deux rétros, je trouve une certaine tranquillité de conduite !


                                                              J’ai roulé ( environ 3.000 kms ) trois mois en montage région Gap / Dignes les bains, j’ai fais des relevés de consommation, entre chaque plein ma conso a été 4,2 à 4,5litres au 100, revenu sur le littoral Varois, ben, je tourne autour de 4 l /100..


                                                              Mon petit geste pour la planète, son taux d’émission de CO2 est de 75g/km ce qui est un record !


                                                              Enfin, c’est une hybride, contrairement à une toute électrique, avec la motorisation hybride, ben je ne suis pas limité en autonomie,... car j’arrive encore à faire des trajets de 500 à 500 kms !

                                                              Étant non fumeur, ben je me suis fais plaisir, si j’avais fumé depuis l’âge de 20 ans, en 60 ans de tabagisme , ben j’aurais dépensé plus de 100.000€, … et ma titine m’a coûtée moins d’un quart !

                                                              @+ P@py


                                                              • Homme de Boutx Homme de Boutx 3 novembre 2017 17:39

                                                                @Gilbert Spagnolo dit P@py
                                                                pas de tabac, c’est du CO2 en moins, mais en respirant, on exhale aussi du CO2 !


                                                                quant à l’hybride, on se demande pourquoi nos dirigeants font de l’allergie depuis 30 ans !
                                                                j’ai bien ma petite idée, mais les nucléopathes vont tous arriver.... pour expliquez que c’est de la chaleur froide et que même si la fission est irréversible sur terre, c’est le CO2 qui est responsable, même s’il refroidit la terre par photosynthèse !

                                                              • JC_Lavau JC_Lavau 4 novembre 2017 12:02

                                                                Homme de Boutx et sa « chaleur froide », d’autant que plus il fait froid, et plus ça prouve que ça se réchauffe, et que plus fort je pédale moins vite et moins fort j’avance plus doucement, et moins j’ai davantage de peine à monter la côte.

                                                                C’est bien clair !

                                                              • Homme de Boutx Homme de Boutx 4 novembre 2017 23:45

                                                                @JC_Lavau
                                                                pas besoin de pub, le nucléopathe est à l’affût !


                                                              • Croa Croa 5 novembre 2017 18:00

                                                                À Gilbert Spagnolo dit P@py,
                                                                Ouais pas mal, surtout pour une grosse... Qui finalement a les performances énergétiques d’une petite pas hybride.
                                                                .
                                                                Si les constructeurs voulaient bien faire petit et hybride à la fois pas de problème je pense pour passer sous les 2l/100km voire sous les 1l/100km : 2CV en hybride série. (Les hybrides actuelles sont des hybrides // inutilement compliquées et lourdes.)


                                                              • Homme de Boutx Homme de Boutx 6 novembre 2017 13:25

                                                                @Croa
                                                                suffirait de 2 moteurs réversibles de 1 kW ou même 500 W dans les roues arrière, 1 batterie de 2 kWh pour rouler jusqu’à 50km/h ss problèmes ... le tout avec un PV sur le toit ! une nouvelle vie pour les 4l, 2CV,... j’ai testé ça en 1975 en poussant mon ami6 sur le périph déjà saturé !


                                                              • Homme de Boutx Homme de Boutx 3 novembre 2017 17:31

                                                                La voiture tout électrique est une pompe à fric stérile :pourquoi une batterie pour faire seulement 200 km à 5000 € alors que vous faites 2*15km/jour ?Pour 2*15km/J il suffirait d’un batterie au plomb de 2kWh à 200€ avec un capteur pv sur le toit et 1000 charges/dec soit 2 fois plus qu’en Li/ion !Pour les longues distances, il suffirait de louer des batteries amovibles préchargées aux stations (ds brevets ont été déposés dans ce sens... ce qui peut expliquer pourquoi on le fait ps...) et faire 1000 km sans plus de contraintes !Quant à l’H2, une solution est de passer par une pile à combustible GH2 en électrique.. 

                                                                Mais un véhicule fonctionne pas mal avec un réservoir de 400 m3 d’hydrogène liquide (+120M3 de LOX), c’est Ariane 5 !L’utilisation du liquide en basse pression présente moins de contraintes d’étanchéité (et forcément mécanique) mais ne semble pas être retenue !


                                                                • Attilax Attilax 5 novembre 2017 21:18

                                                                  Je pense que vous avez raison : plus on a d’énergie, plus on en consomme, plus il en faut. Il faudrait donc revoir notre manière de fonctionner plutôt que de chercher une énergie miracle, mais l’un n’empêche pas l’autre, au contraire ! Il est évident que se débarrasser des énergies fossiles serait une bonne chose, politiquement comme écologiquement...


                                                                  • Anceline 5 mars 2018 16:44

                                                                    Salut,


                                                                    C’est vrai que ya pas mal de problèmes avec les voitures électriques ! j’ai eu une expèrience amère en louant un véhicule chez une agence locale en France.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Didier Barthès


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès