• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les témoins immobiles de notre humanité

Les témoins immobiles de notre humanité

JPEG

Le contrat avec les hommes.

Il était un temps très lointain où ceux qui n’étaient pas encore des humains vivaient dans les arbres, refuges protecteurs pour échapper aux menaces qui les guettaient à terre. Ils étaient alors proies fragiles et curieusement c’est de cette faiblesse qu’ils faisaient leur force en se donnant la main, en étant solidaires tout en respectant la nature qui les entourait. Les choses ont bien changé depuis et nous pouvons espérer que ce conte décille les yeux de tous ceux qui ont perdu pied avec notre véritable humanité.

Un jour, un arbre murmura à l’oreille d’un de ses habitants une étrange mélopée qui fut comprise par son destinataire. Était-ce parce qu’il en avait assez de porter dans ses branches toutes ces créatures ou bien parce qu’il avait été désigné par le grand créateur pour porter la parole afin que s’accomplisse la grande destinée des hommes ? Nul ne le saura jamais. Toujours est-il que l’arbre en question murmura : « Regarde ce que je suis et inspire toi de moi. C’est par la verticalité que tu sauras parcourir le monde. C’est en te libérant de mes racines que tu accompliras ta grande mission mais sache que tu trouveras toujours parmi mes homologues de toute essence, les alliés précieux pour toi et tes semblables ! »

Le primate, car tel était encore la manière de le décrire se gratta la tête, non pas pour y déloger un parasite mais bien, pour la première fois, réfléchir. Ce fut là un moment capital de l’évolution, une étape décisive qui ne fit pas franchir un palier supplémentaire à l’espèce mais lui permit d’affronter la terre ferme en portant haut le regard. Celui qui allait devenir le premier homme descendit de l’arbre, le prit dans ses bras en l’enserrant pour lui exprimer sa gratitude et son amitié sincère.

Les pattes antérieures autour de l’arbre, il trouva la force de se redresser, de se planter fièrement dans le sol comme son modèle et son guide. Il lui fallut de longues minutes pour trouver l’équilibre, sentir sous les deux plantes de ses pieds la possibilité de s’émanciper du tronc. Quand il eut acquis la conviction que lui seul était capable de se libérer de ses racines, il lâcha le tronc et pour la première fois, un homme marcha.

Ce furent quelques petits pas, maladroits et incertains. Celui qui devenait un homme avançait d’une démarche chaloupée, le premier humain était ivre de bonheur par cette formidable liberté trouvée. L’arbre frissonna, il avait accompli sa mission, il pouvait être fier de sa contribution à la grande histoire de la Planète. Il ignorait alors les ravages que feraient les descendants de celui qui était le premier à être descendu.

L’homme fut suivi par d’autres. L’imitation est pour cette espèce une règle de fonctionnement qui ici apporta le meilleur et souvent hélas, conduit au pire. De petits groupes se formèrent pour conquérir le monde avec ce message transmis de conscience à conscience : « Les arbres sont nos guides, nos repères, nos protecteurs, nos refuges et nos serviteurs. Nous trouverons toujours en eux, la force et la volonté d’aller plus loin. À nous de savoir comment ! »

C’est sans doute là que débuta le plus grand malentendu. Le terme de serviteur fit écho bien vite chez ceux qui une fois la tête au-dessus des épaules ne surent pas rester humbles. Beaucoup comprirent dans ce terme l’idée de dépendance, de subordination de l’arbre à l’humain alors qu’il fallait y voir une collaboration sans hiérarchie aucune. Un mot mal interprété peut changer la face du monde, nous en aurons la preuve au fil des temps.

Pour l’heure, les hommes progressent d’arbre en arbre, y trouve subsistance et accueil pour la nuit. Tout va bien sur une planète qui marche vers un avenir qu’elle pense réjouissant. Elle s’est trouvé un grand explorateur, un animal curieux de tout qui désire conquérir toutes les contrées inconnues.

C’est ainsi que les enfants des enfants de ceux qui sont descendus de l’arbre découvrirent de nouveaux territoires, de nouvelles essences. Ils demeurent en symbiose avec leur environnement, prélevant juste le nécessaire pour leurs besoins. Les arbres sont là pour pourvoir à ceux-ci, ils le font avec amour et bienveillance.

Petit à petit cependant ceux qui vont debout étant toujours plus nombreux, les arbres n’y suffirent plus. Un fruitier n’ayant plus rien à offrir conseilla à des humains de se pencher vers les autres végétaux. Il y avait là des ressources intarissables et pratiquement permanentes. Il suffisait de bien connaître les herbes et les racines, les baies, et les légumineuses. C’est ainsi que leur appétit se diversifia.

Malheureusement, il en est toujours des plus aventureux, des plus audacieux que les autres qui pour dépasser les frontières, explorent de nouveaux possibles. Parmi ceux-ci, il y a un chasseur, un humain qui se croyant supérieur aux autres animaux voulut en faire sa pitance. Il franchit la limite de non retour, faisant de ceux qui vont debout des êtres supérieurs à leurs autres frères. Les arbres eurent beau le mettre en garde, il ne voulut rien savoir. L’odeur du sang l’avait enivré.

Bien vite, les chasseurs de plus en plus nombreux découvrirent que la chair crue est indigeste tandis que la cuite est délicieuse tout autant que facile à mâcher. Les premiers arbres furent sacrifiés sans même le leur demander, pour répondre à ce nouveau besoin. Le tournant était pris, celui du seul bon plaisir.

Dans le même temps, des hommes qui allaient debout se mirent en tête de côtoyer le ciel. Ce sont les plus grands arbres sans doute, ceux dont la cime se perd dans les nuages qui les poussèrent à se préoccuper de transcendance. Ils se créèrent des histoires invraisemblables, des vies éternelles, des mondes meilleurs dans l’éther. Ils eurent besoin d’un totem, d’un Dieu forcément à leur image pour justifier leur impitoyable domination sur la nature.

Dans ce grand mouvement spirituel, l’un d’eux vint à imaginer une fable abracadabrante, une histoire de pomme et de serpent, propre à mettre en cause la femme et les arbres pour expliquer les tourments de l’homme. Ce fut le début du grand n’importe quoi, la rupture définitive avec la sagesse et la raison. Ceux qui allaient debout avaient perdu la tête.

La suite ne fut qu’une succession de calamités, de guerres, de massacres, de crimes et de forfaits. Ils s’en prirent d’abord à leurs semblables avant que de mettre sous leur joug la nature toute entière, les arbres plus que les autres car ils avaient l'odieuse capacité à vivre bien plus longtemps qu’eux.

Ceux qui abattent des arbres sans motif ni cérémonie de pardon, sont de ces monstres qui ne savent pas ce qu’ils font. Ils ont transformé la vie ici bas en enfer sans pour autant qu’il existe un paradis ailleurs. Ils se sont inventés un nouveau dieu, une divinité de papier qui est un simple chèque en bois vers l'illusion et la fin de toutes les espèces vivantes.

Les arbres lèvent les yeux au ciel. Ils savent qu’il n’est plus rien à attendre de ceux qui leur doivent tant. L’ingratitude étant la principale caractéristique de ceux qui vont debout, ils enfoncent plus profondément encore leurs racines dans le sol pour tenter de se mettre à l’abri de ces furieux. Si l’histoire était à recommencer, je gage que le premier arbre ce serait bien gardé de donner ce conseil suicidaire. Les humains sont incapables vraiment de tirer les enseignements de la nature, le premier arbre l’apprit à ses dépens et toute la création avec lui.

Génèsement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • juluch juluch 23 avril 10:22

    Triste mais vrais.


    les arbres sont importants et surtout sont vivants.

    ne les sacrifiez pas pour des raisons futile la plupart sont bien plus vieux que les plus vieux des humains....

    respectez les.

    • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:19

      @juluch

      Les conteurs ont pour mission de parler du présent

      Merci l’ami


    • Yggdrasil l’Arbre du Monde

      Yggdrasil ou Yggdrasill est l’Arbre du Monde dans la mythologie nordique. Son nom signifie littéralement « destrier du Redoutable », le Redoutable (Ygg) désignant le dieu Odin.. La femme d’ODIN est ONDINE.


      • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:20

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        J’ai parodié une légende d’Odin

        Un Dieu remarqauble


      • Jean Roque Jean Roque 23 avril 11:45

         
        Homo souchiens est descendu libre de l’arbre de la Nature...
         
        Gocho consumiens est remonté esclave dans l’arbre de la Technique.
         

         
        « Les glandos multietniquiens seront les chimpanzés du futur »
        Transhumain anonyme


        • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:21

          @Jean Roque

          On ne peut dire mieux


        • Jean Roque Jean Roque 23 avril 20:24

          @C’est Nabum
           
          Je traduis du Nietzsche en simplifiant pour les gogochons :
           
          « L’homme sorti du singe redeviendra singe sans que personne ne prenne le moindre intérêt à ce bizarre dénouement de la comédie. »

           
          « A-t-on jamais vu animal changer d’espèce ? (sniff) »
           
          Nietzsche serait heureux à notre époque, le troupeau des derniers hommes va avoir ses maîtres aristocrates : Chimpanzés gogochon RUiste nourri par la divine jungle technicienne prolifique en pâtée miraculeuse... la Nature toute puissante réifiée ... avec le mana omnipotent qui voit tout (qui s’appelle Rothschild avec ses caméras à reconnaissance faciale dans chaque arbre de la canopée smiley )
           


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 avril 20:46

          @Jean Roque

          Enfin le retour de Gogochon . Pour ce qui est des chimpanzés du futur ce n’est pas de vous... Voir le blog « pièces et main d’œuvre » . Un bon bouquin sur le trans-humanisme.


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 avril 10:18

          @Jean Roque

          Vous traduisez bien sa pensée tout autant que la mienne qui n’est nullement à sa hauteur


        • Mircéa Eliade a beaucoup écrit sur la symbolique des arbres. L’acacia symbolise la renaissance et l’immortalité, le saule, l’infertilité à l’inverse de l’Olivier, le cyprès est associé aux cimetières. Vie et mort sont indissociables. Comme le furent Abel et Caïn, Castor et Pollux. La notion de bien et de mal est une vision humaine, terrestre relayée par la religion, mais ne signifie rien au niveau céleste. Sans ses racines, l’arbre ne pourrait s’élever vers les cieux. Il y un an, mon jardinier s’est autorisé à écimer mon Pin de l’Himalaya. Nous fûmes tous effrayés par ce que avions ressenti comme une « castration », surtout visible par les habitants du troisième à qui il n’arriva que des malheurs,... D’autant plus qu’au même moment, je me faisais arracher une dent. Mon arracheur, qui n’était point menteur s’est écrié : Madame, quelles racines888,... de tous mes patients vous fûtes la plus rebelle. depuis ce temps, je n’ai plus jamais eu de sinusites. Les deux étant liés. Et de nouvelles pommes de pins résineuses repoussent. Pour ceux qui sont sensibles au rhume, je conseille de mettre une pommes de pin fraichement cueillie à côté du lit avant de s’endormir. Sequoia sempervirens, arbre le plus élevé du Monde. 


          • JC_Lavau JC_Lavau 23 avril 12:40

            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Gottlib ? ou un autre dessinateur de Pilote avait dessiné le langage des fleurs et plantes. Le rameau de saule signifiant « Passez me voir ce soir : je suis saule ».


          • @JC_Lavau

            Pilote me rappelle, mes 9 ans. Des oreillons et une pile de BD. Je lisais uniquement : Séraphin. Pour qui s’en souvient. Séraphin contre angelure..https://www.google.be/search?q=Pilote+s%C3%A9raphin&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjY6brIm9DaAhUKIMAKHbI_D9sQ_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=_aXREuvQtfJzlM :

          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Quelles sont les symboliques du Platane et du bouleau ?

            Merci


          • @C’est Nabum


            le Platane du fait de ses plaques symbolise la régénération (il mue comme le serpent). Sa feuille en forme de main rappelle son origine divine. le sâdhu Baba Sri Chang planta un jour un tison en terre, d’où sortit un platane : « si d’un tison on peut faire naître un arbre, alors d’un homme ordinaire on doit bien pouvoir faire jaillir le divin ». Li Troie de Troie et construit en bois de platane et le bois autour duquel s’enroule les serpents du caducée d’Asclépios est du platane. Le bouleau chez les celtes est l’arbre du 24 juin (si cette date vous évoque quelque chose,...). Le bouleau est inspiré, chaleureux, aime sa liberté et déteste la vulgarité. Adore la vie dans la nature. Pudique et réservé, besoin d’être pris au sérieux. Besoin de se dépasser.

          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 15:45

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            J’ai une récente aversion pour le Bouleau


          • @C’est Nabum


            Habitant par épisodes à à Vierves, je m’amusais à faire un trou dans l’écorce des bouleaux et y mettre une paille pour en recueillir la sève. Plein de sels minéraux. Chosissez alors le platane. je viens de lire des articles sur christian Bouleau. Adversaire de Filllon et proche de Juppé. Qu’a-t-il à voir avec ORléans. en lisant plus loin, je vois qu’il est impliqué dans l’histoire de l’abbatage des platanes. est-ce dans le but de la remplacer par des bouleaux. Quelle fatuité,...

          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 16:39

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            C’est le maire de Gien commune ligérienne et l’homme remplace les platanes par une essence exotique le févier et il se propose de faire la fève

            Pour l’heure il nous court sur le haricot


          • @C’est Nabum


            Le févier est censé produire de la carouge ou caroube. J’en profite pour dire à ceux qui hélas comme moi ne digèrent pas bien le chocolat qu’il peuvent aisement le remplacer par la caroube. Un peu de lait chaud, du caroube en poudre (Produit Jean Hervé) et de la stévia pour remplacer le sucre. UN DELICE.

          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 18:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Voilà donc un indice
            Notre Homme est au régime


          • @C’est Nabum


            Si sa langue est de bois cela sera facilité. Il ne risque pas de saliver. Comme la sève du bouleau qui se vend très cher chez les boutiquiers écologistes. 

          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 18:51

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Nous irons puiser sa sève


          • @C’est Nabum


            Film : Le petit boulot. 
            Synopsis

            Jacques vit dans une petite ville belge touchée par la fermeture de l’usine dans laquelle beaucoup d’habitants travaillaient. Séparé de sa copine et endetté, il est abordé par un malfrat local qui lui propose un contrat : tuer sa femme. Jacques accepte la proposition.


          • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 20:04

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Ils l’ont toujours été


          • UnLorrain 23 avril 12:12

            Voilà qui fera plaisir a Nabum : j’ai planté 18 pousses d’arbres dans un terrain que j’ai acquis depuis peu,deux poiriers achetés,les autres bouleaux,chênes,hêtres,noyer,cerisiers,mirabelliers je les aient euuh...déloger au forceps mais délicatement,préserver leurs racines vitales étant primordiale. Il est agréable de voir que ces arbres implantés dans un meilleur environnement ont repris vies,tous donnent signe de vies de montées de sève leur feuilles naissantes en est une preuve.


            • Je savais que ma relation avec mon précédent compagnon était terminée au simple fait que les deux arbres que nous avions planté à Vierves en terrain trop schisteux étaient morts. Le Roi est mort, vive le Roi. 


            • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:24

              @UnLorrain

              Parfait

              Ne le dites pas au maire de Gien


            • Jean Keim Jean Keim 24 avril 17:18

              @UnLorrain
              Parole d’un ami forestier : les arbres indigènes déracinés qq soit leur taille et replantés sont toujours plus fragiles, un peu comme un petit d’homme enlevé à sa famille et élevé dans une autre famille, la terre des premières racines serait donc pour l’arbre semblable à une mère.


            • Ce ne sont pas des témoins immobiles. Mais nous qui ne savons pas changer.


              • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:25

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Je ne comprends pas votre message


              • @C’est Nabum


                C’est la suite du précédant commentaire. La force de l’arbre dépend surtout de la terre et l’air qui le soutiennent.

              • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 13:45

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                je comprends mieux


              • Toujours la même faute : précédent. Moi et les dents,...


                • Jean Keim Jean Keim 24 avril 17:10

                  Les hommes coupent les arbres avec désinvolture et dessinent des arbres pour y accrocher leur généalogie.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 25 avril 10:19

                    @Jean Keim

                    La généalogie fait racine


                  • christine21 9 mai 21:44

                    Les arbres font entièrement partie des richesses de notre planète. Sans eux, l’air que nous respirons serait beaucoup plus néfaste !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès