• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pollution de l’air : un nouveau puits de carbone en activité en (...)

Pollution de l’air : un nouveau puits de carbone en activité en France

Le puits de carbone se présente sous la forme d'une colonne remplie d'eau et de micro-algues disposée en milieu urbain (à Paris et à Poissy) ou en milieu industriel (à Colombes et à Créteil). Il a pour fonction de purifier l'air aux alentours par la mise en culture de ces micro-algues - grâce à la photosynthèse - qui sont capables de fixer entre "1 et 10 000 tonnes de carbone" selon ses concepteurs le groupe Suez et Fermentlag. Cette innovation vise également à capter les particules fines et le dioxyde d'azote, deux des principaux polluants atmosphériques de nos villes.

L’entreprise Fermentalg, spécialisée dans les micro-algues, prévoit la mise en service d'un nouveau puits de carbone, le cinquième après ceux de Paris et Poissy en milieu urbain ainsi que ceux de Colombes et Créteil implantés en milieu industriel.

Celui-ci sera installé au sein de la nouvelle unité de biométhanisation de l’usine Carré de réunion à Saint-Cyr-l’Ecole en Yvelines. Cette unité pilote de puits de carbone devrait être en mesure de traiter 5 à 10 m3 de dioxyde de carbone par heure.

Un rapport de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (l'Ineris est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et solidaire) publié en septembre 2019 avait démontré l’efficacité de cette technologie. Selon cette étude, la photosynthèse et les propriétés des micro-algues permettent de capter le CO2 et d'autres polluants (les Oxydes d'azote et particules fines), donc de diminuer leur concentration atmosphérique, et par conséquent améliorent la qualité de l'air.

Retrouver la vidéo explicative de cette technologie

Initialement prévu à la réduction des polluants en milieu industriel, des prototypes se développent pour un usage urbain à proximité de zones très polluantes ou sensibles comme les tunnels, les carrefours ou devant les écoles.

#PanoramaMédia


Moyenne des avis sur cet article :  2.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • vachefolle vachefolle 31 janvier 09:30

    C’est une bonne idée, mais en regardant les vidéos on nous explique qu’a Poissy cela correspond a l’absorption de 40 arbres, pour un montant annuel de 20 000 euros !

    C’est donc certainement une belle prouesse technologique, mais pas ecologique.

    D’un point de vue bilan carbone il est certainement plus rentable d’utiliser ces investissements pour aménager des espaces verts...

    Aprés, peut etre que la technologie de captation s’améliorera, ou que les couts baisseront dans le futur.

    De toute maniere travailler sur des algues capteurs de CO2, c’est l’avenir.


    • Trelawney Trelawney 31 janvier 10:11

      @vachefolle
      La plantation d’un arbre par un professionnel c’est au minimum 1000 euros.
      En effet il faut planter des arbres avec racines pivotantes (plus cher) comme le chêne, qui s’enfoncent dans le sol sans détruire la surface, à l’inverse des arbres à racines traçants comme le platane qui détruisent les routes et trottoirs.
      Ca correspond donc à l’absorption de 40 arbres pour le prix de 20.

      Reste à savoir si cette machine remplie bien son rôle


    • Kylo REN 42 Chaussette42 31 janvier 10:22

      @Trelawney

      C’est ta réponse à mon mail de 2005 ?

      Oki doki, j’achète !!!! smiley smiley smiley

      Let’s roll !

      Operation Skunk the too Big Anaconda too fail launched !!!!!

      Allez zou Jaminette pour ton dernier rodéo, promis, je vais te remettre dans les meilleurs pains/mains du jardin d’Eden qui soient ! smiley smiley


    • sylvain sylvain 31 janvier 13:27

      @Trelawney
      vous changez vos arbres tous les ans vous ?? Un chêne est planté pour au moins cent ans
      Et puis ne regarder que la quantité de pognon n’est pas très sensé, ce genre de dispositif coute du plastique, des métaux, le transport de la matière organique je ne sais combien de fois par an...
      On est en train de remplacer les arbres par des colonnes en plastique et c’est sensé être de l’écologie . C’est fantastique .
      D’autre part les seuls sources vantant les mérites de cette colonne viennent de ceux qui les vendent et aucune question problématique n’est présentée dans l’article qui ressemble à un publireportage : quelles sont les quantités de gasoil utilisée pour la fabrication, installation et surtout le transport régulier de la matière organique .
      De plus le carbone des algues va être méthanisé ce qui veut dire qu’il va être réémis dans les mêmes proportions que ce qui a été capté : bilan zero moins les énergies fossiles liées au transport, tout le monde oublie que dans la nature le carbone suit des cycles
      D’après science et avenir, les algues ne captent que du CO2, qu’elles réemettent donc à l’étape méthanisation et aucun autre polluant : le bilan semble totalement foireux et très onéreux, à l’image de la plupart des mesures écologiques de notre société débile


    • exocet exocet 1er février 00:13

      @vachefolle
      "C’est une bonne idée, mais en regardant les vidéos on nous explique qu’a Poissy cela correspond a l’absorption de 40 arbres, pour un montant annuel de 20 000 euros !

      « 
      .
      Pendant ce temps, Didier Guillaume, notre Ministre de l’Agriculture, fait des promesses électoralistes aux vignerons.
      .
      Une réunion rassemblant représenant du Ministère, syndicat de vignerons du var, élus, représentant de l’ONF, avait pour thème l’agrandissement des surfaces viticoles. 10 000 hectares rien que sur le département du Var, à prendre sur la foret...c’était il y a deux semaines dans la nuit du vendredi au samedi, sur la chaine locale provence Azur.
      .
      Présentée comme une opération pilote, d’abord le département du Var, puis la Région PACA, puis la France entière si tout le monde se tait et accepte.
      .
      Le reportage n’est plus repassé depuis, mais j’ai trouvé sur le net le numéro 17 du périodique du syndicat de vignerons des cotes de provence... entre les pages 33 à 36 on évoque déja le sujet sous le titre »reconquête foncière agricole« et la part qui serait »attribuée« aux vignerons des cotes de Provence. Deja tous les ans ces cotes de Provence grignotent entre 100 et 200 hectares sur la foret, et ils espèrent bien grâce à des »dérogations« considérablement accélérer le processus.
      .
      LIEN ; http://syndicat-cotesdeprovence.com/static/upload/8/pdfarticle_5dad5a97660ff.pdf
      .
      ça fait combien de milliers de tonnes de CO2 dégagés chaque année l’anéantissement de puits de carbone comme 10 000 hectares de forets du Var ?
      Et après à l’échelle Régionale, puis à l’échelle Nationale ?
      .
      D’ou des doutes concernant la sincérité du gouvernement Edouard Philippe lorsqu’il taxe à tout va pour »sauver la Planète"....
      .


    • exocet exocet 1er février 00:26

      @exocet
      Je viens d’ailleurs de me fendre d’une petite pétition pour lutter contre cette monstruosité, la transformation agricole future d’une bonne partie de nos forets Françaises.
      .
      LIEN : https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-l-environnement-%C3%A9cologique-et-solidaire-contre-la-d%C3%A9forestation-en-paca
      .
      Ce fantasmagorique projet qui ose tout est non seulement anti-écologique, mais générateur de pollutions agricoles pour les futurs riverains, dommageable pour les promeneurs en forets disparues, les vététistes, les ramasseurs de champignons...
      .
      N’oublions pas non plus que les arbres sont, en plus d’être de formidables puits qui absorbent le carbone durant la nuit, des émetteurs d’oxygène durant le jour, des régulateurs de la température à proximité....
      .
      SIGNEZ, aprtagez sur les réseaux sociaux et luttons.


    • le bulot Gogole 31 janvier 09:39

      « Dans l’incapacité d’intégrer la vidéo sur cet article, vous pouvez la retrouver en cliquant sur ce lien.  »

      L’apposition est un nom ou un groupe nominal qui se rapporte à un autre nom ou à un autre groupe nominal qu’il suit ou qu’il précède directement. Il peut s’agir d’un nom placé directement après le nom, comme un adjectif épithète, ou d’un nom ou d’un groupe nominal séparé du nom par une virgule, comme dans :

      « Capitale de la France, Paris est célèbre pour ses monuments. »

      L’apposition concerne le sujet du verbe et personne d’autre.

      La formulation correcte serait don :

       " (étant) Dans l’incapacité d’intégrer la vidéo sur cet article, l’auteur signale au lecteur qu’il peut la retrouver en cliquant sur ce lien. "


      • JL JL 31 janvier 09:56

        ’’ Cette innovation vise également à capter les particules fines et le dioxyde d’azote, deux des principaux polluants atmosphériques de nos villes.’’

         

         C’est ça qui serait bien ! On a des données chiffrées ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 31 janvier 10:06

          « Pollution » et « polluants » n’étant surtout pas définis. L’escroquerie standardisée étant de faire passer la petite atténuation de la pénurie en dioxyde de carbone atmosphérique pour « Houla ! Vache de pollution ! ». L’article dissimule quel est le sort des produits de cette photosynthèse algaire.

          Le développement algaire réclame quelques autres entrants : certes de l’azote assimilable, du magnésium, du potassium, du phosphore, etc. etc. Mystère total ici : on compte sur l’ignorance des lecteurs en physiologie végétale.


          • JC_Lavau JC_Lavau 31 janvier 10:54

            @JC_Lavau. Honte sur moi, j’oubliais le soufre dans la micro-énumération.


          • sweach 31 janvier 14:49

            @JC_Lavau
            *L’article dissimule quel est le sort des produits de cette photosynthèse algaire.
            Le développement algaire réclame quelques autres entrants*
            Je fais les même observations.

            Cependant une culture de micro-Algue peut être valorisé et personnellement je pense que ça ferait un bon combustible ou avec une estérification des huiles cela donnerait du carburant.

            Face à quelque chose de nouveau, il faut que les réponses QUI, QUOI, COMMENT, POURQUOI trouve des réponses si vous ne voulez pas un rejet par ignorance.


          • ETTORE ETTORE 31 janvier 14:58

            Des « arbres » cylindriques !

            C’est tout ce que je vois de particulier dans cette invention.

            Un peu du même acabit que les pissotières rouge installées sur les quais parisiens.

            Quand on vit hors sol, comme les bovins, pas étonnant que l’on produise le mobilier qui leur convient.


            • exocet exocet 1er février 00:46

              @ETTORE
              "Un peu du même acabit que les pissotières rouge installées sur les quais parisiens.

              "
              .
              Je me suis fait la même réflexion lorsque Âne Hidalgo a présenté son projet de destruction des anciens kiosques style art déco Parisiens pour les remplacer par de nouveaux bien lisses et tout en inox : des pissotières !


            • zygzornifle zygzornifle 31 janvier 15:35

              A installer en sortie d’échappement des moteurs thermiques et des cheminées d’industries ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès