• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Réchauffement climatique et transition écologique au lycée

Réchauffement climatique et transition écologique au lycée

Les jeunes ont besoin de parler de la crise écologique. Ils peuvent ainsi avoir plus de prise sur un sujet très angoissant pour eux et sur lequel il est évident que les adultes ne font pas ce qu’ils devraient faire.

Ils ont applaudi, je n’en revenais pas, des applaudissements nourris en plus. Ils ont vraiment eu du plaisir à vivre cette séquence les lycéens, ça les a vraiment intéressés. Des élèves de seconde, après deux heures de travail sur le réchauffement climatique et la transition écologique ont montré ainsi leur approbation à ce qu’ils venaient de vivre. Ils ont montré un réel enthousiasme. La prof a dit que ce n’arrivait pas tous les jours dans les classes.

Participation

Dans tous les lycées de France, ils en entendent beaucoup dans une journée les élèves. Ils doivent en absorber des mots, des chiffres, des faits, des idées… et le plus souvent tout cela leur vient d’un adulte qui a la parole. D’un adulte qui bientôt les notera. Eux, leur principale fonction c’est d’écouter et de prendre des notes, de se préparer déjà pour l’évaluation. Là nous avions changé la donne, c’était à eux de s’exprimer et plus en citoyens qu’en élèves. Albert Einstein disait que la connaissance vient de l’expérience et que tout le reste n’est que de l’information. L’enjeu de l’éducation à l’environnement, c’est bien de leur apporter des connaissances et donc de leur faire vivre des expériences.

Le débat mouvant

Cette technique d’animation consiste, suite à une affirmation faite par l’animateur, à demander aux participants qui sont debout de se déplacer vers des affichette « d’ac » ou « pas d’ac ». Les affichettes sont posées sur deux murs de la pièce se faisant face. Cette animation n’est pas encore très connue, pourtant elle fonctionne très bien avec les jeunes et les adultes et elle est autant agréable à vivre comme participant que comme animateur. Un point clé, est de prendre soin de poser collectivement un cadre de bienveillance en début d’animation (voir photo).

Moment vivant

Les cinq affirmations que nous avions posées ce jour là, étaient les suivantes : Le climat change- Ce changement est du à l’activité humaine - L’espèce humaine est menacée - Quoiqu’il arrive on s’en sortira toujours - Je ne peux rien faire seul pour lutter contre la dégradation de la planète. Après chaque affirmation, des déplacements se font, des conversations s’improvisent, des positions se prennent, des prises de conscience arrivent, des questions se posent… En un mot un moment bien vivant en découle. Il n’est pas inutile de proposer l’affirmation : « le climat change » certains élèves, vont vers l’affichette « pas d’ac ». Il faut savoir qu’il y a encore prêt de 40% de climatoseptiques en Russie, qu’ils seraient de plus en plus nombreux au Etats-Unis depuis l’élection d’un certain président, il en reste aussi en France où ils étaient 35% en 2013.

Faire sa propre opinion

Un des grands fondements de l’éducation à l’environnement, le plus important peut-être, c’est que l’éducation à l’environnement n’est pas là pour diffuser de l’opinion, elle n’est pas là pour inciter des personnes à penser ça où ça, ou encore à faire ça ou ça. Non l’éducation à l’environnement a pour ambition de provoquer la réflexion, de développer l’esprit critique, elle vise à donner à chacun les moyens de se faire sa propre opinion. Et peut-être tout aussi important, elle met les personnes en relation les unes avec les autres sur les sujets touchant à la crise écologique. Le débat mouvant déclenche des discussions, il réveille les intérêts, il donne envie de participer. Les projets qui sortiront lors de la deuxième phase de nos travaux n’ont d’intérêt que parce qu’ils viennent des élèves eux-mêmes et qu’ils ont une dimension collective.

Boule de neige

La technique de la boule de neige qui utilise des post-it, sur lesquels on écrit des propositions d’action, seul, à deux, à quatre puis à huit, peut déboucher sur des projets très concrets. Cela a été le cas au lycée Michelet où les élèves sont motivés pour la création « d’un jardin bio, production de légumes et de fleurs pour la cantine, choisir des agriculteurs bio locaux, atelier jardin partagé au lycée obligatoire pour les classes 1h tous les 15 jours » projet qui a obtenu le plus de voix. Nous pouvons aussi voir surgir des mesures plus lointaines du pouvoir d’agir concret des élèves comme : « Règles et normes pour le bien-être des animaux (cosmétiques, abattoirs…) ». Au lycée Bourdelle les thèmes qui sont ressortis dans l’ordre de préférence sont : « Lutter contre la déforestation », « Energie renouvelables, panneaux solaires, moins de nucléaire », « Plus de recyclable », » « Plus d’espaces verts », « agriculture bio ». Parfois émergent des utopies qui font un peu rêver comme par exemple décréter une journée sans voiture par semaine à Montauban. Après tout les rues piétonnes sont peut-être nées comme ça.

Le besoin de parler des « phyto » au lycée agricole

Au lycée agricole de Moissac un projet ressortait nettement en avant de tous les autres : « Organiser un débat sur les produits phytosanitaires ». Comme cela se comprend ! C’est forcement difficile pour un jeune qui se destine à l’agriculture et même inconfortable de se trouver entre le marteau d’une société qui demande de plus en plus une agriculture sans pesticides et l’enclume des organisations agricoles bien décidées à ne pas changer grand-chose.

La communauté éducative du bassin de vie 

Ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard si cela se passe dans le bassin de vie de Montauban. Il y a là bas, des personnes motivées sur la question éducative qui agissent et se parlent depuis des années. Tout cela se fait le plus naturellement du monde dans le dialogue avec les collectivités et de nombreuses associations locales. Actions dans les écoles, programmations de films avec débat en partenariat avec les cinémas, conférences comme celle d’Isabelle Peloux ce printemps 2018, moments de formation multiples… ceci entraine cela.

Tous les territoires sont en transition

La crise écologique en s’amplifiant chaque année nous questionne un peu plus sur tous les registres de notre vie d’humain sur la planète : alimentation, transport, habitat, énergie, santé… et éducation évidement. Nous sommes invités par les évènements climatiques en particulier à tout réviser de nos comportements. Ainsi chacun à leur vitesse, tous les territoires sont en transition et dans tous les territoires des personnes s’interrogent et agissent pour inventer cette école de la transition vers laquelle nous allons inéluctablement. Des enseignants du bassin de vie rendent possible ces actions innovantes pour le territoire où une nouvelle expérience entraine la suivante et ainsi ça avance. Nous le verrons dans quelques années, ces expériences sont déterminantes pour le changement. Ce que nous pourrions voir comme des petites actions, en sont en réalité des grandes par le sens qu’elles ont, par l’énergie qu’elles donnent à ceux qui y participent, par les horizons qu’elles ouvrent.

 

JPEGJPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Attila Attila 4 août 18:02

    «  l’éducation à l’environnement a pour ambition de provoquer la réflexion, de développer l’esprit critique »
    La critique de l’écologie en tant que religion dont les dogmes viennent de l’extrême droite, ça vient ?
    — « Le nouvel ordre écologique », Luc Ferry. Éditions Grasset .
    — « Jeunesse et genèse du nazisme », thèse de doctorat d’histoire de Mme Georgette Mouton.
    — « Les formes élémentaires de la vie religieuse », Émile Durkheim. P.U.F. éditeur.
    .


    • mmbbb 4 août 18:21

      et bien moi je jette tous dans la poubelle sans distinction Les maires sont devenus des ranconneurs en collant des PV surtout de stationnement Maintenant je m en tape J estime que que le francais solvable est reellement emmerde . « Mettre des amendes et controler la proprete de la ville » Les gens du voyage , les Roms laissent leur merde sur place ils sont insolvables. Vous devriez connaitre un plus la realite sociale de ce pays et sortir de votre ecole Et quand ces marmos prendront l avion comme vous le fîtes pour aller au Maroc , vous allez leur faire calculer les litres de kerosene par personne Aucun de vos eleves n a de portables de tablettes ? « « Energie renouvelables, panneaux solaires » les eoliennes doivent etre construite sur des socles en beton Elles utiisent des terres rares. Elles sont aussi pilotes par de l informatique , les panneaux solaire ne sont pas fabriques en France Extrait de technique de l ingenieur Par ailleurs, l’Ademe souligne que l’industrie du photovoltaïque requiert l’utilisation de gaz et de produits chimiques pour la fabrication des cellules. L’étape de purification du silicium engendre notamment nombre de rejets chimiques Ne parlons de la voiture electrique dont les batteries sont au lithium et dont on n a pas l information sur l energie qu elles consomment L ernegie servant a recharger les batteries Donc si on cinstruit des panneaux solaire on augment la polution Quant a la voiture a hydrogene pour l instant elle n est qu l etat de prototype et le restera encore longtemps  Energie verte propre Vous etes un bon petit soldat de la propagande de ces tetes encore maleables. Je ne suis pas contre l ecologie je suis contre ces nouveaux prophete dont le comportement n est pas exemplaire, et qui proposent des solutions qui ne sont pas si ecolo que cela .

      https://www.letemps.ch/sciences/pollution-aux-terres-rares-gagne-leurope



      • charly10 5 août 12:32

        @mmbbb

        « Quant à la voiture a hydrogène pour l’instant elle n’est qu’à l’état de prototype et le restera encore longtemps » 

         Vous faites erreur. Les japonais Toyota et le coréen Hyundai diffusent  déjà chacun un modèle à pile combustible.

        La Mirai pour Toyota,  

        https://youtu.be/ThWn0jGu1f0 

        La Nexo pour Hyundai

         http://www.turbo.fr/hyundai/hyundai-nexo/essai-auto/843048-essai-hyundai-nexo/?utm_source=Turbo

        D’autre part de nombreuses administrations utilisent déjà ce type de véhicules.

        Ex les pompiers de ST LO

        https://youtu.be/QNqtGkVm8w8

         


      • baldis30 6 août 11:14

        @charly10
        à lire vos stupidités montre à l’évidence que vous ne savez pas ce qu’est l’hydrogène et que bien des gens que vous citez en sont au même point ....

        Allons-y gaiement avec l’hydrogène .... et à) la première explosion on verra ... mais oui vous connaissez naturellement les précautions d’emploi... connaissez-vous au moins les précautions d’emploi que l’on prend dans tous les lieux où l’ont installe des batteries « classiques » ...

        triste enseignement s’il s’agit de cela !


      • charly10 6 août 11:39

        @baldis30

         Mes informations ne sont pas des stupidités, lisez les liens avant de juger, et évitez l’arrogance, cela n’en sera que mieux pour le débat. Je connais les problèmes liés à l’hydrogène, ils sont pris en compte par les développeurs ; une petite dernière ici

        https://www.20minutes.fr/france/2229807-20180301-pau-ville-devoile-febus-premier-bus-hydrogene-france.


      • sweach 6 août 13:49

        @mmbbb
        LOL ! le verbe ranconner n’est pas connue de tous, c’est du patois occitan parlé principalement dans le GARD ^^ (traduction : lambiner, Agir avec lenteur, mollesse)


        Pour les PV de stationnement, il faut surtout y voir le résultat de la perte de la taxe professionnel et bientôt la taxe d’habitation qui fait un gros manque à gagné pour les mairie.
        Perso je pense que ça fait mourir les coeurs de ville, car je préfère largement une place de parking gratuite dans une zone commercial pour aller faire mes courses.

        Les eoliens, les panneaux solaire, les batteries au lithium sont évidemment des produits polluant, bien plus que le pétrole ou le charbon et en plus ils se payent le luxe d’être inefficace.

        La voiture a hydrogène pose le problème d’où provient l’hydrogène ? du pétrol ? de l’hydrolyse de l’eau ? 
        alors d’ou vient l’électricité pour hydrolyser l’eau ? du pétrol ? du nucléaire ?

        Donc voiture à hydrogène = voiture a pétrole ou au nucléaire en réalité

        L’hydrogène a également le problème de ne pas rester concentré dans un contenant très longtemps, il est tellement petit qu’il fini par s’échapper du réservoir dans lequel on veut le stocker.


        Par contre on pourrait instruire nos tête blondes en leur disant  :

        - On peut fabriquer de l’huile avec de la culture de micro algue facilement transformable en diesel
        - On peut produire de l’éthanol en exploitant la fermentation des déchets verts, facilement utilisable dans les moteurs essences

        Donc sans vraiment changer nos types de moteur à explosion, on peut se débarrasser du pétrole.

        Il faudrait aussi leur expliquer que le CO2 n’est pas un gaz polluant (bien au contraire)
        C’est pourtant le fer de lance du lobbyisme vert qu’on retrouve sur les bancs d’école.

      • baldis30 6 août 15:52

        @charly10
        S’il y a des imbéciles fussent-ils élus pour lancer de l’hydrogène en pleine ville dans des moyens de transport il est du devoir de chacun de les envoyer se faire voir !

         Est-ce que vous savez ce que fait l’hydrogène dans touts les structures métalliques contenant du fer , et bein d’autres métaux ...

        IL Y A DES CONS POUR AMENER DES EXPLOSIFS EN PLEINE VILLE ... et des imbéciles pour les approuver !

         De plus vous n’avez pas répondu à ma question sur les locaux-batteries ...


      • baldis30 6 août 16:09

        @sweach
        bonjour,

        pour les tenants de la circulation de l’hydrogène dans les villes je les renvoie directement à ce qui vient de se passer à Bologne cet après-midi ....

        A h mais ce sont des hydrocarbures qu’ils vont dire ....

        Alors renvoyons-les encore plus vite à quelques explosions de fusées sur des pas de tir ! certes on sait que les ingénieurs et les techniciens sur ces pas de tir sont des ânes ( mais si... mais si ...selon les mêmes qui font circuler de l’hydrogène partout) et que

        s’ils étaient au pouvoir il y a longtemps qu’ils auraient inventé l’antigravitation !

        ou l’hydrogène non explosif (au choix ...)


      • sweach 6 août 16:43

        @baldis30
        Je ne pense pas que la dangerosité de l’hydrogène soit considérablement plus grande que celle de l’essence ou du GPL, le facteur limitant de l’explosion étant l’oxygène de l’air dans tout les cas.

        Pour une explosion il faut un mélange optimum comburant + combustible 

        L’argument dangerosité n’est pas le premier qui me vient à l’esprit contre les voiture à l’hydrogène.

        Après je me suis déjà amusé avec un générateur HHO qui est un mélange parfait (comburant + combustible) et j’ai fait exploser mon débulleur (200mL), je ne peu que confirmer que cela est extrêmement dangereux.
        Ce genre de truc dans une pièce fermé qu’on fait tourner quelques heure doit être suffisant pour faire exploser un immeuble, cerise sur le gâteau ça ne laisse aucune trace, je suis étonné que personne n’est jamais utilisé ce procédé d’une simplicité incroyable ? (plus efficace que du C4)

      • Alcyon 6 août 21:33

        @sweach : toujours le niveau zéro en science je vois.


        C’est difficile de limiter la quantité d’oxygène hein.

      • generation désenchantée 7 août 00:27

        @sweach
        lit bien la fiche technique de l’ hydrogène

        http://www.afhypac.org/documents/tout-savoir/fiche_7.1_inflammabilite_explosivite_rev._fev_2015_ineris_bwe_p m.pdf

        sa plage d’explosivité est la plus large , et l’ électricité du corps humain suffit a son inflammation
        c’est vrai , il a été utilisé pour le transport , sur le dirigeable hindenburg
        destruction totale du dirigeable

        https://www.youtube.com/watch?v=nSsFS4f-p8Q

        https://www.youtube.com/watch?v=__9HqlKd2xg

        https://www.youtube.com/watch?v=EPbi53HDUAg


      • sweach 7 août 09:31

        @Alcyon et @generation désenchantée


        Alcyon ton argument ne change en rien mon propo, je ne vois toujours pas ce qui justifie qu’une réserve d’hydrogène serait plus dangereux qu’une réserve de le GPL ou bien d’essence ?

        Ton expérience trouvé sur youtube montre juste que d’hydrogène est enflamme, mais le ballon aurait put être rempli de butane ou de propane tu ne prouve rien.

        Par contre pour répondre à generation désenchantée certe la plage d’explosivité est plus grande pour l’hydrogène mais il faut surtout un minimum de 4%, ce qui n’est pas le cas pour d’autre hydrocarbure.
        Par exemple une petite fuite de Kérosène sera bien plus dangereuse avec son minimum à 0,6% qu’une petite fuite d’hydrogène avec son minimum à 4%

        @Alcyon : toujours le niveau zéro en argumentation je vois.

      • baldis30 7 août 11:17

        @sweach
        ah ah ah ah ... !

        « Je ne pense pas que la dangerosité de l’hydrogène soit considérablement plus grande que celle de l’essence »

        ah ah ah ah  !

        « JE NE PENSE PAS » .... merveilleux ... merveilleux de béatitude et d’hypocrisie .... ! Et les autres doivent s’aligner sur ce que je pense .... Ah Ah Ah Ah

        Vous avez jamais entendu parler du Hindenburg ... des images ont été rediffusés cette semaine .... 

        « JE NE PENSE PAS »

         smiley)

         


      • sweach 7 août 11:50

        @baldis30
        *Vous avez jamais entendu parler du Hindenburg ... des images ont été rediffusés cette semaine ....*

        Si j’ai entendu parlé de Hindenburg, effectivement un réservoir en toile remplie d’hydrogène gazeu extrêmement inflammable c’est très dangereux, mais là on ne parle pas de ce mode stockage.

        Vous n’argumentez toujours pas en quoi, le réservoir d’un véhicule sous pression d’hydrogène liquide, serait plus ou moins dangereux que le réservoir d’un autre véhicule sous pression de GPL ou bien encore avec un simple réservoir d’essence.

        C’est bien beau de critiquer mon argumentation mais vous ne la contrez absolument pas.



      • charly10 7 août 12:21

        @baldis30

        Je ne suis pas un afficionado du tout « décarboné », au contraire je fais partie de ceux qui ont de sérieux doutes sur l’origine anthropique du réchauffement ; Je ne suis pas un « mouton » et ne veut pas participer à l’alarmisme général  déployé par les politiques et les medias, sous l’égide du GIEC.

         Mais dans le choix des Enr  associés à la mobilité, l’électrique a actuellement pleine faveur des décideurs. Ce n’est pas ma tasse de thé, mais tant qu’à faire, comme citoyen des campagnes, je penche plus pour le vecteur hydrogène ; la solution batteries rechargeable n’étant pas adaptée aux long parcours, ne serait qu’à cause du temps de recharge nécessaire.

         En ce qui concerne le stockage des batteries je ne vois pas ce que vous voulez dire PRECISEZ et je vous répondrai.


      • charly10 7 août 12:22

        @baldis30

        Je ne suis pas un afficionado du tout « décarboné », au contraire je fais partie de ceux qui ont de sérieux doutes sur l’origine anthropique du réchauffement ; Je ne suis pas un « mouton » et ne veut pas participer à l’alarmisme général  déployé par les politiques et les medias, sous l’égide du GIEC.

         Mais dans le choix des Enr  associés à la mobilité, l’électrique a actuellement pleine faveur des décideurs. Ce n’est pas ma tasse de thé, mais tant qu’à faire, comme citoyen des campagnes, je penche plus pour le vecteur hydrogène ; la solution batteries rechargeable n’étant pas adaptée aux long parcours, ne serait qu’à cause du temps de recharge nécessaire.

         En ce qui concerne le stockage des batteries je ne vois pas ce que vous voulez dire PRECISEZ et je vous répondrai.


      • sweach 7 août 12:55

        @charly10
        Vue que le CO2 n’est pas un polluant, je ne vois pas non plus pourquoi il faudrait « décarboné » d’autant que la plupart des molécules carbonés sont issu et serve le vivant.


        L’hydrogène c’est l’électrique, actuellement les industriels veulent utiliser l’hydrogène comme system de stockage pour l’électricité.
        Pour produire de l’hydrogène il faut de l’électricité, pour la transformer en hydrogène liquide il faut encore de l’électricité et pour la transporter il en faut encore de l’énergie.

        Au final avec la pile à combustible l’hydrogène n’est qu’un vecteur pour restituer de l’électricité.

        Non la question a se pauser c’est :
        - Est-ce plus ou moins polluant que le pétrole ?
        - Est-ce plus ou moins chère que le pétrole ?

        Pour faire plaisir à baldis30, on peut aussi se demander :
        - Est-ce plus ou moins dangereux que le pétrole ?

        En lui même l’hydrogène n’est pas polluant, mais sa production, son stockage et son transport le sont, au final le bilan n’est pas très positif.

        Après moi je n’aurai pas d’objection qu’on utilise nos centrales nucléaires pour produire de l’hydrogène, mais ça ne sera pas le cas de tout les anti-nucléaires et je pense que le pétrole est encore bien plus rentable.

      • JC_Lavau JC_Lavau 7 août 13:01

        @sweach. La fragilisation des aciers par l’hydrogène donnait lieu à peu de nouvelles études dans les années soixante-septante : c’était bien assez connu pour les usages qu’on en faisait.

        Si on veut multiplier les usages dans le grand public, il y a lieu de s’alarmer davantage.

      • sweach 7 août 13:27

        @JC_Lavau
        Bien nous maîtrisons d’autres matériau que l’acier.


        Perso je pense qu’on nous prépare doucement à l’hydrogène, car les centrales nucléiare de 4em génération style Astrid peuvent produire de l’hydrogène par dissociation thermochimique de l’eau à moindre coût.
        Si la France avait maintenu son cap nucléaire, on aurait certainement un parc de véhicule a hydrogène bien plus conséquent, un peu comme les radiateurs grille pain.

        Mais il faut voir comment vont évoluer les choses, car l’europe ne souhaite pas que la France exploite le nucléaire et beaucoup de chose sont faite pour casser l’opinion du public sur ce point.

      • generation désenchantée 7 août 13:36

        @sweach

        mais sa plage d’explosivité au kérosène est très faible 0.6 a 4.9 , il est classe en APTH , liquide inflammable et non liquide très inflammable et l’ électricité du corps humain ne suffit pas a
         l’ enflammer contrairement a l’ hydrogène

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Limite_d%27explosivit%C3%A9


      • baldis30 7 août 13:39

        @charly10
        bonjour,

        En ce qui me concerne là où je suis à 100% en faveur de l’électricité pour les transports c’est dans le cas ferroviaire, quelle que soit la ligne : si on veut minimaliser, tant la consommation énergétique que les accidents corporels tout en servant le maximum de population : le train, le train et encore le train ... et contre la pollution seulement l’électricité ! 

        Les moyens individuels et les trajets de proximité seront toujours dépendant du carbone, et plus précisément des hydrocarbures ! Marché captif ! la voiture électrique j’ai aussi des doutes ...

        En ce qui concerne le stockage de l’énergie pour des emplois quotidiens, comme par exemple l’éclairage de secours de magasins, stades, etc... on stocke dans des locaux batterie ...avec les bonnes vieilles traditionnelles batteries au plomb ... et dégagement d’hydrogène garanti ... avec mesures draconiennes d’éloignement, d’intervention et autres joyeusetés de sûreté ...


      • charly10 7 août 14:08

        @baldis30

        Bien, je vois que nous sommes d’ accord sur l’essentiel. Pour ce qui concerne le stockage des batteries au plomb, il y a effectivement un risque. Mais celles-ci sont presque obsolètes. Ce risque est plus important encore sur les batteries Lithium ion, sensibles à l’explosion dues aux chocs. Aujourd’hui il semble que la solution la moins risquée pour les batteries de puissance, soit lithium fer phosphate (LiFePO4) ex http://www.masolise.com/batterie-lithium-12v-20ah-c2x11463362

        « Les batteries lithium fer phosphate (LiFePO4) sont apparues en 1997. cette technologie stocke un peu moins d’énergie que la technologie lithium ion mais elle est entièrement stable, sans risque d’incendie ou d’explosion. Son point fort est son grand nombre de cycles. Elle est capable de réaliser 4 fois plus de charge/décharge qu’une batterie lithium ion classique et 5 fois plus qu’une batterie au plomb. Elle commence à être utilisée dans beaucoup de domaines industriels. Elle présente l’avantage d’avoir une tension proche d’une batterie 12V plomb (12,8V au lieu de 12V). Cette technologie devrait remplacer à terme les batteries plomb. »

      • gnozd 7 août 15:33
        @sweach

        On pourrait aussi leur expliquer que les moteurs diesel peuvent fonctionner avec des huiles végétales de restauration recyclées.
        Je crois que si tous les restaurateurs du monde entier donnaient leurs huiles usagées à filtrer, il y aurait de quoi faire rouler pas mal de bagnoles non ?
        C’est UNE solution parmi d’autres, évidemment...

      • sweach 7 août 16:43

        @gnozd
        LOL


        Oui nos moteurs diesel peuvent fonctionner avec de l’huile végétal, même si il faudrait quelques modif électronique sur les HDI moderne.

        Le problème de l’huile est sont point de fusion, en claire la plupart des huiles végétal se fige a basse température voir à température ambiante pour certaine, pas très pratique en hiver.

        Deuxième problème nos sources de production d’huile, ne serait pas suffisante et concurrencerait les huiles alimentaire.
        Actuellement il y a un gros débat sur l’huile de palme ajouté aux diesel.

        Mais on peut parfaitement produire de l’huile avec la technologie des micro-algue et ensuite la transformer en diesel, sans concurrencer les huiles alimentaire.

      • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 19:28

        Bref, est coupable tout adulte qui n’obéit pas à Roland Gérard. Surtout en plus si c’est un incroyant... Crime des crimes !


        • baldis30 6 août 11:33

          @JC_Lavau
          bonjour,

          moi j’adore les experts , surtout autoproclamés ! J’adore...

           j’adore...... comme les cannibales adorent les missionnaires .....

          Lorsque je constate l’ignorance crasse des prétendus zécolos tant sur le plan de la physique - ce n’est plus à démontrer, c’est un constat - que sur le plan de la biologie courante, notamment de la biologie végétale celle qu’on enseignait jadis dans de « petites » sections M’ et C’ ( ou encore dans les E.N., pour M’) au niveau de la seconde je m’étouffe de rire ! Avant de fondre en larmes ne serait-ce que sur le problème bien classique de la pollinisation .... Et depuis on a tout de même découvert les problèmes réels de plasticité des espèces tout en renvoyant Lyssenko aux oubliettes du soviétisme !

          Avec de tels enseignants ne se prépare-t-on pas à des générations pour lesquelles un mensonge répété mille fois devient une vérité ( ça me rappelle quelqu’un avec des petites lunettes ... mais je ne sais plus qui ... ...) matraquage ... matraquage .... ! réflexion aux chiots

          En fait la méthodologie a été utilisée pour la négation de l’holocauste : elle consiste à écrire n’importe quoi sous différents pseudonymes dans plusieurs revues à lecteur quasi-unique avec dépôt légal malgré tout et chaque revue fait référence à celles du même auteur ... ainsi se bâtit un dossier avec des noms d’emprunt et des titres ronflants ....


        • Giordano Bruno 4 août 21:29

          Les méthodes employées me font beaucoup plus penser à l’école primaire qu’au lycée. On est tombés bien bas.


          • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 21:59

            L’auteur serait bien incapable de trouver une époque où le climat ne changeait pas.


            Je lui en souffle une : au Crétacé, le Système Solaire NE traversait PAS un bras galactique, et il N’y avait PAS de glaciations. Aussi les variations de climat étaient de bien plus faible amplitude que dans notre Quaternaire où il y a des glaciations. Ah oui, il y faisait bien plus chaud.

            • njama njama 4 août 22:24
              L’endoctrinement aux thèses du GIEC aurait déjà commencé dans les lycées...

              Rappelons que cet organisme a été créé pour démontrer que le réchauffement climatique est d’origine anthropique. La science c’est quand même « fabuleux » au sens propre quand on dicte les conclusions avant de les démontrer !

              Leur dira-t-on à ces chers anges que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) - ou en anglais IPCC The Intergovernmental Panel on Climate Change - qui sert d’expert officiel international sur le climat a été créé en 1988 à la demande du G7 sous la pression de Ronald Reagan et de Margaret Tatcher, personnage que l’on n’imagine pas vraiment désintéressés, ni particulièrement philanthropes.

              The Climatic Research Unit (CRU) - History
              The CRU was founded in 1971 as part of the university’s School of Environmental Sciences. [...] The UK Government (Margaret Thatcher) became a strong supporter of climate research in the mid-1980s


              • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 22:31

                @njama. C’étaient Shell, BP et Rockefeller qui avaient commencé à financer, en 1971.


                Après avoir sauté dans le train en marche, Maggie s’est rendue compte que ses zécolos carbocentristes racontaient conneries sur conneries. Elle a alors sauté du train en marche, et a immédiatement perdu toute influence sur les événements..

                Le pouvoir sur le bobard « climatique » a tout le temps été dans les mains des pétroliers et banksters, depuis 1971.


              • njama njama 5 août 10:57
                @JC_Lavau

                Oui mais ça arrangeait Maggie, comme la France du reste, pour substituer le nucléaire au charbon, d’où la fermeture en série des mines en Angleterre et les grèves très dures qui sont allées avec.
                Aujourd’hui encore le réchauffement climatique sert à maintenir le nucléaire au prétexte qu’il est faiblement émetteur de CO2, et même à en faire la promo.

                « Sauvons le Climat » écrivait sur son site en 2015 (* lien mort aujourd’hui) :

                Thème : CO2 et autres gaz à effet de serre

                Oser le nucléaire pour trouver la solution au problème climatique !
                [...] "Un fort développement du nucléaire permet de maintenir la consommation d’énergie à un niveau raisonnable, de stabiliser la concentration de CO2 dès 2060, de réduire considérablement sinon de supprimer les besoins de stockage de CO2, de supprimer complètement le recours aux combustibles fossiles plusieurs décennies avant la fin du siècle.

                * http://www.sauvonsleclimat.org/clim...

                Sachant que la grande majorité des membres du Conseil Scientifique de l’organisation « Sauvons le Climat » sont issus du CEA, d’AREVA ou d’EDF..., question indépendance, c’est pour le moins assez douteux.

              • njama njama 5 août 11:12

                @JC_Lavau


                Le nucléaire, solution pour la lutte contre le changement climatique ?
                Par Nicolas Mazzucchi | 05/11/2015 latribune.fr

                « Le nucléaire est ainsi une énergie particulièrement importante au regard des objectifs climatiques fixés par le GIEC.
                De nombreux rapports - le scénario 450 de l’Agence Internationale de l’Énergie par exemple - pointent ainsi la nécessité d’augmenter résolument la part du nucléaire dans le mix énergétique mondial, laquelle n’est pour le moment que de 6% environ. Le nucléaire possède l’avantage de permettre de disposer d’une puissance installée importante pour chaque réacteur, tout en émettant peu de gaz à effet de serre. Toutefois c’est une énergie qui nécessite une maitrise technologique certaine et une attention toute particulière aux aspects de sureté et de sécurité. Là encore notre pays, en tant que leader technologique, dispose d’atouts indéniables pour envisager un futur sobre en carbone, pour la France et le monde. »

                -----------------------------------------------------------------------------
                La technologie nucléaire que très peu de pays maitrisent couplée aux objectifs du GIEC et aux accords internationaux décidés par le G7 sur le réchauffement climatique assujettit d’office les pays en voie de développement à ses normes.
                Ce que l’on pourrait interpréter comme une forme de néo-colonialisme.

              • njama njama 5 août 11:27
                @JC_Lavau
                Les pétroliers et banksters ne sont pas trop bêtes, ils savent aussi se diversifier, ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. Qu’ils auraient été initiateurs du GIEC ne serait pas très étonnant au fond, d’un point de vue stratégique et marketing ça tient la route. Le nucléaire ça fait peur ... c’est pas vendeur, mais pour la bonne cause du réchauffement climatique, la pilule est plus facile à avaler.
                La preuve, ils réussissent, le 21° siècle sera nucléaire en France, mais sera développé partout dans le monde. Les déclarations du PDG de EDF ne sont pas des paroles en l’air, évidemment !

                Nucléaire : EDF veut remplacer tous ses réacteurs par des EPR Par AFP | Publié le 23/10/2015

                EDF projette un renouvellement du parc nucléaire français actuel, qui devrait se traduire par le déploiement à terme de « plusieurs dizaines » de réacteurs EPR NM (nouveau modèle), avec le soutien éventuel de partenaires extérieurs, a déclaré vendredi son PDG.

                « A partir de 2028, 2030, ce n’est pas une science exacte, nous allons commencer à installer en France des EPR nouveau modèle. (...) Et puis en 2050, 2055, on n’aura plus de (réacteurs de) la génération actuelle. On aura les EPR NM : on en aura 30, 35 ou 40. On aura plusieurs dizaines qui seront le produit de remplacement du parc actuel », a précisé Jean-Bernard Lévy.
                ...
                Avant de commencer à renouveler son parc nucléaire, EDF prévoit d’investir environ 50 milliards d’euros pour prolonger jusqu’à 60 ans la durée de vie de la plupart de ses 58 réacteurs actuels, répartis dans 19 centrales.
                http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/10/23/nucleaire-edf-veut-remplacer-tous-ses-reacteurs-par-des-epr


              • JC_Lavau JC_Lavau 5 août 12:06

                @njama. Regarder les menaces de « Mad », qui menace de me dénoncer au CNRS pour me faire supprimer les crédits, pour délit de doute et d’enquête :


                Marc Dubois est bien au CEA, et ne supporte pas qu’on dénonce l’escroquerie dans laquelle tous ses copains sont engagés.

                Mais surtout, pour cette bourgeoisie catho lyonnaise, se posait le problème de l’obsolescence de ses carabistouilles traditionnelles pour subjuguer la populace : notre bon ange, et Jésus-Christ tombe pour la n-ième fois pour réparer des ans l’irréparable outrage, ça n’avait plus grand succès. D’où son enthousiasme pour prêcher la nouvelle religion carbocentriste, pour reprendre le contrôle du peuple, via les prétentieuses nullités semi-instruites.

              • njama njama 5 août 12:54

                @JC_Lavau

                 Je n’ai pas retrouvé les menaces de « Mad », auraient-elles été supprimées ?

                Ceci dit comme le pape François recycle le catholicisme avec l’ Encyclique « Laudato si » * (24 mai 2015) sur le climat et l’environnement, il est juste logique que ses ouailles embraye sans surprise et sans plus se poser de questions peut-être (?) dans la mouvance réchauffiste.

                « Le Pape François a appelé 1,2 milliard de catholiques du monde à se joindre à la lutte contre le changement climatique aujourd’hui. »


                unfccc : United Nations Framework Convention on Climate Change
                * « Loué sois-tu » pour les non-latinistes



              • njama njama 5 août 12:58
                @JC_Lavau

                L’Église, cheville ouvrière du NWO ?

              • JC_Lavau JC_Lavau 5 août 13:25

                @njama. Je les vois toujours :

                « @ mehari - deux hypothèses :

                1) soit tu es Sylvain Delzon, auquel cas tu as cosigné plusieurs articles mentionnant explicitement la réalité du changement climatique actuel, et dans ce cas, je trouve que tu envoies des messages contradictoires sur le forum en donnant des exemples stupides qui font passer les climatologues pour des clowns. Ce serait soit maladroit, soit irresponsable, et en tous cas peu digne d’un chercheur ...

                2) soit tu n’es pas Sylvain Delzon, auquel cas, au lieu de balancer de multiples liens que quasiment personne ne lira (à part moi, combien le feront ?), tu ferais mieux de les lire toi-même et d’en faire une synthèse. Je suis par ailleurs surpris du biais dans tes citations, car il n’y a quand même pas que S.D. qui travaille sur ce type de sujet ... »
                 
                Cela après bien d’autres insultes sur d’autres sites, quand il savait qu’il avait affaire à moi.
                http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=193.msg553#msg553

              • njama njama 5 août 15:39

                @JC_Lavau


                J’avais lu, mais de là aux menaces d’excommunication du CNRS je n’avais pas fait le rapprochement. Sinon, bien toutes tes interventions... merci.

              • njama njama 5 août 16:05
                @JC_Lavau

                Le sulfureux Hans Joachim (dit John) Schellnhuber, directeur de l’Institut de l’impact climatique de Potsdam, conseiller de Mme Merkel, avait été nommé par le Vatican pour participer à la présentation de Laudato si , bombardé expert du climat pour le Vatican et nommé dans la foulée par y-celui à l’Académie pontificale des sciences – est accusé d’être partisan de la dépopulation massive de la planète. Non sans raison, tellement ses déclarations sont peu équivoques !

                Un « scientifique » vert se prend pour l’avocat du diable !
                S&P La rédaction mardi 10 mai 2011

                10 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – C’est lui, le professeur allemand Hans Schellnhuber, conseiller de Deutsche Bank et Commandeur de l’ordre de l’Empire britannique, qui vient de recommander au gouvernement Merkel d’imposer un « nouveau contrat social » pour sauver la planète. Lors d’une réunion de préparation au Sommet de Copenhague en mars 2009, il s’était littéralement fait l’avocat du diable en laissant transparaître ses fantasmes de voir la population mondiale réduite.

                Alors qu’il lavait le cerveau de l’assistance en extrapolant sur les répercussions d’une hausse moyenne des températures de 5 degrés Celsius, Schellnhuber s’est exclamé : « De manière cynique, c’est un triomphe pour la science car au moins nous sommes parvenus à stabiliser quelque chose ; à savoir, l’estimation de la capacité de charge de la planète, c’est-à-dire un milliard de personnes. Quel triomphe. D’un autre côté, voulons-nous en arriver là ? Je pense que l’on peut faire bien mieux. »
                [...]
                Schellnhuber propose une « architecture de gouvernance mondiale » au delà des souverainetés, tout en se servant des pouvoirs nationaux comme courroies de transmission, appelant les politiciens à « rendre la transition voulue agréable à la vaste majorité, (…) obtenir leur consentement et inviter leur coopération » .




              • njama njama 5 août 16:20

                Gleichschaltung* anti-nucléaire ? NON, merci !
                S&P, La rédaction, mardi 10 mai 2011

                Gleichschaltung : littéralement « normalisation », ce terme fait référence au plan nazi d’annihilation de toute résistance politique par la propagande de masse, la terreur et la torture.
                Par Helga Zepp-LaRouche, présidente de notre parti frère, le Mouvement des droits civiques-Solidarité (Büso)
                30 avril 2011 — Cet appel s’adresse à tous les Allemands encore capables d’une pensée rationnelle et prêts à se lever pour la vérité.
                [...]
                Un Léviathan vert ?

                On en trouve la preuve dans un document inquiétant, rendu public le 7 avril par le Conseil scientifique du Gouvernement fédéral pour les changements environnementaux globaux (WGBU) sous le titre : Un monde en transition – contrat social pour une grande transformation. Ce document qui n’est pour l’instant qu’un « sommaire destiné aux décideurs politiques », car le texte complet ne sera finalisé qu’ultérieurement, est une proposition sans ménagement pour un éco-fascisme généralisé, une dictature mondiale verte dans la tradition des Thomas Hobbes, H.G. Wells et Carl Schmitt, appelant à la « décarbonisation » complète de la production énergétique mondiale. Cela se traduirait par l’abandon complet de la fission nucléaire, que le rapport recommande, de celui de la fusion, qui pourrait être à notre portée mais qu’il estime trop compliquée, et des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

                De cette étude qui est en préparation depuis plusieurs années, le secrétaire général du WGBU, le Dr Hans-Joachim Schellnhuber en parle, de façon tout à fait pertinente, comme d’« une grande stratégie pour une transformation sociale ». Il serait plus approprié de l’intituler « grande stratégie de nazification impériale ou Gleichschaltung » ou encore « grande stratégie pour le suicide collectif de l’espèce humaine ».

                Que cette nazification ait atteint des proportions inquiétantes en Allemagne est partiellement dû à la couverture médiatique totalement uniforme et au chœur unanime des politiciens depuis le tremblement de terre et le tsunami au Japon, le 11 mars. Saisissant l’occasion, Schellnhuber a présenté son plan au gouvernement fédéral et aux ministres concernés, Norbert Rottgen (CDU) à l’Environnement et Annette Schavan (CDU), ministre de l’Education et de la Recherche, qui l’ont trouvé « très utile ».
                [...]
                Quoi qu’il en soit, le nouveau Léviathan ici s’appelle « architecture de gouvernance mondiale », dont l’autorité suprême serait « un conseil des nations unies pour le développement durable, ayant mêmes pouvoirs que le Conseil de sécurité et reflétant le monde du XXIe siècle », constituant ainsi un gouvernement mondial doté d’un pouvoir absolu.
                Dans les coulisses, l’Empire britannique !

                Sous la forme rafistolée de l’étude de Schellnhuber, le concept omniprésent de dictature impériale mondiale révèle les origines de ce type de pensée, en particulier lorsqu’on se demande à qui profite le crime. A qui bénéficierait aujourd’hui une dictature verte mondiale dans laquelle, malgré le ton gentillet de cette étude, notre potentiel démographique s’effondrerait à deux milliards d’individus ? Il n’existe qu’une seule entité au monde ayant une telle perspective : l’Empire britannique.

                Il ne s’agit pas ici de l’île de Grande-Bretagne, mais de ce système de mondialisation, avec son réseau de banques centrales, hedge funds et sociétés d’investissement, ses banques fantômes et ses compagnies d’assurance et de réassurance, qui, depuis plus de vingt ans, est parvenu à imposer la dérégulation totale du système financier mondial. Son quartier général se trouve à la City de Londres et ce n’est pas un hasard.
                ... etc.

                https://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/Gleichschaltung-anti-nucleaire-NON-merci_07719.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès