• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Redonnez des hectares de terrain à la nature sauvage

Redonnez des hectares de terrain à la nature sauvage

Vous voulez oeuvrer pour la nature mais ne savez pas ni quoi faire, ni comment ?

JPEG

Une solution simple existe : rendre du terrain à la nature. Comment ? 3 solutions s'offrent à vous. Soit vous possédez déjà un terrain, dans ce cas, rien de plus simple : vous n'intervenez plus, ou le moins possible, et si possible, après l'avoir "arrangé" ; à comprendre, après avoir installé, par exemple, des nichoirs à oiseaux, nichoirs à insectes, à hérissons, sectionné les grillages pour laissez passer la faune, ne plus utiliser de biocides, planter des plantes indigènes, des arbres, ne plus tondre, disposez de graines, faire une petite mare... Facile à entreprendre et à faire, puisque cela limite vos interventions. Et si vous optez pour un jardin, optez pour la permaculture, certes déjà beaucoup moins "nature", mais bien meilleure pour la biodiversité que le jardin classique. Vous verrez que rapidement, de nombreux animaux viendront chez vous égayez vos journées, pour votre plus grand bonheur, et le leur !

La seconde solution, c'est d'acheter des terrains pour les rendre à la nature. Les terrains "de loisirs" ou agricoles, inconstructibles, sont beaucoup moins chers que les terrains constructibles, ils seront donc à privilégier, d'autant plus que ces terrains seront souvent déjà en partie nature, ce qui facilitera le retour de la faune et de la flore : un terrain en plein centre-ville sera moins intéressant qu'un terrain à l'extrémité d'une ville, car le processus de retour de la nature prendra beaucoup plus de temps, surtout si le terrain est régulièrement jonché de détritus... Si vous optez pour cette solution, je vous conseille de voir le plus grand possible plutôt que d'acheter plusieurs terrains, car sinon, vous devrez payer à chaque fois des frais de notaire, sans parler des frais d'agence, donc privilégiez les achats directs de grands terrains plutôt que de nombreux achats passant par des agences, qui vous couteront beaucoup plus cher.

Et la dernière solution ? C'est la même que la seconde, mais en se réunissant pour acheter encore plus grand. Si vous connaissez des gens qui ont la même vision des choses que vous, que ce soit des copains, amis, de la famille ou même des gens de la même région, vous pouvez vous réunir pour acheter des terrains, comme par exemple ces particuliers qui ont acheté une forêt. Mais ce processus est assez limité, il faut trouver les bonnes personnes et il faut qu'il y ait un terrain qui intéresse ces personnes, ce qui peut être assez rare selon la région où vous habitez.
Dans ce cas, une alternative existe : internet. Le net permet de trouver des initiatives de la France entière, notamment les sites de financement participatifs qui permettent de trouver de nombreux projets. En faire une liste n'aurait pas grand sens car les projets ne durent que quelques mois tout au plus, mais en terme d'environnement, il me faut mettre en avant l'initiative de l'Aspas d'acheter 500 hectares de forêt dans le Vercors pour le rendre à la nature. Et la cerise sur le gâteau, c'est que leurs réserves sont des Réserves de Vie Sauvage®, à comprendre que c'est un espace naturel dont la gestion est la non gestion, ou la libre naturalité.

Voici donc une idée pour aider la nature : leur donner des bouts de terrain, si tout le monde réserve un bout de son terrain à la nature, avec plus de 7 milliards d'humains sur la planète, la nature irait déjà bien mieux, alors pourquoi ne pas tenter l'aventure ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • tuxuhikewi 12 mai 18:35

    lu’

    Je n’ai plus le temps de t’expliquer camarade. 

    Tu sais tout ce que tu as besoin de savoir.

    Mais tu ne veux pas déduire la suite logique.

    T’est manipulé jusque dans ta stratégie postume.

    T’est gazé jusque dans tes réves capitalistes.

    T’est naif comme un arbre mon pote.

    ++


    • Raymond75 12 mai 18:39

      Rendre à la nature son propre terrain n’a de sens que si ce terrain n’est pas une ressource économique pour vous ; dans ce cas vous êtes un propriétaire stupide ou incompétent, et vous feriez mieux de le vendre.

      Acheter un terrain pour ne rien en faire suppose que vous disposez de ressources suffisantes pour faire cela, ressources qui seraient peut être plus utiles dans d’autres contextes.

      Mais vous pouvez en effet proposer aux céréaliers de la Beauce, de la Brie ou de la Limagne de céder leurs terrains pollués pour les rendre à la nature : ils vous prêteront une oreille attentive.

      Si vous êtes propriétaire, vous pouvez aussi détruire votre habitation pour restituer son terrain, dégagé des débris, à la nature.

      Bref, il faut en finir avec les utopies écologiques tout autant qu’avec l’écologie punitive, et aborder un jour des normes et des contraintes de production compatibles avec les besoins de la population (DES populations) et les équilibres naturels ... Et faire payer le prix de produits respectueux. J’en doute, car l’humanité ne sait pas réagir à froid !


      • doctorix doctorix 12 mai 19:04

        @Raymond75
        On peut aussi trouver un jeune féru de permaculture ou de culture bio et lui offrir le terrain moyennant juste le paiement des taxes.
        Il vous paiera avec quelques fruits ou légumes, et vous n’aurez rien à entretenir.
        L’outil à l’ouvrier, c’est bien aussi...


      • Raymond75 12 mai 19:58

        @doctorix

        C’est ce que vous avez fait sans aucun doute ; racontez nous cette expérience : surface du terrain (pour assurer l’autonomie du jeune en permaculture), prix de ce terrain, prix des taxes, type de culture, mode d’irrigation, sélection de ce jeune (qui doit être compétent pour en vivre), région, etc ... Faites nous part de votre expérience.


      • doctorix doctorix 13 mai 11:28

        @Raymond75
        J’ai hérité de mon grand-père, avec 5 de mes soeur et cousins, d’une dizaine d’hectares de terres cultivables.
        La valeur marchande en est de 15 à 20.000 euros, ce qui ne fait pas de nous de gros propriétaires...
        Ces terres sont louées depuis 60 ans à une famille d’agriculteurs de père en fils, moyennant un loyer de...mille euros par an, ce qui ne paye guère plus que les impots.
        L’ennui est que cet agriculteur (proche de la retraite, à 80 ans) est bien conventionnel, avec glyphosate et pesticides en pagaille, et que donc la terre est morte, vidée de toute faune, et ne produit qu’à coups d’engrais et de pesticides.
        Personnellement, je préfèrerais de loin la laisser en friches.
        Il faudra plusieurs années pour la repeupler et lui redonner vie.
        J’ai un fils, passionné de permaculture qui a abandonné l’Ecole centrale six mois avant l’examen final parce que ce qu’on lui enseignait ne le satisfaisait pas, et ne lui servirait jamais à rien au vu de ses convictions.
        Il semble décidé à reprendre ces terres pour la permaculture, ou la culture bio, selon les conditions que j’ai évoquées plus haut. Un pari difficile...
        Mais une véritable passion. Il fait actuellement de nombreux stages chez des maraichers, au sein d’une association ad hoc.
        Une bonne occasion pour moi de me mettre au diapason de ce que j’ai avancé.


      • HELIOS HELIOS 13 mai 13:29

        @doctorix

        a propos du Glyphosate, qui a bien des défauts... je vous propose de lire ceci.
        Je ne suis pas competent, mais c’est interressant !


      • doctorix doctorix 13 mai 14:02

        @HELIOS
        Je ne suis pas compétent non plus.
        A priori, il semble peu vraisemblable qu’un ennemi de la vie comme le glyphosate favorise la prolifération des lombrics.
        N’oublions pas que, comme pour les vaccins, l’étude des pesticides nous est fournie exclusivement par ceux qui les fabriquent.
        Non seulement ça, mais, par l’intermédiaire du lobbying, les décideurs sont tous soumis à la corruption (20 à 30.000 lobbyistes à Bruxelles).
        Sur le vécu actuel du sol, rien ne vaut d’écouter Claude Bouguignon et son épouse Lydia :
        https://www.youtube.com/watch?v=iwRnBaXeMwU


      • POlivier 16 mai 13:23

        @Raymond75
        C’est vrai que j’ai omis d’indiquer qu’on pouvait très bien ne consacrer qu’une partie de son terrain à la nature, surtout si on en vit... Le message s’adressait surtout aux particuliers qui possèdent un jardin qu’ils transforment souvent en gazon inutile et couteux qu’ils s’acharnent à tondre tout l’été pour faire joli...


      • Durand Durand 13 mai 09:34

        .

        Réalités...

        Les terres émergées, c’est 150 millions de km2...

        Si l’on considère que la moitié seulement est propice à l’agriculture, c’est 75 millions de km2...

        Pour 7 milliards d’humains, ça fait à peine plus d’un hectare cultivé pour chacun....

        .


        • doctorix doctorix 13 mai 14:37

          @Durand
          En fait, je vous corrige, seules 5% des terres émergées sont cultivables, soit 7,5 millions de km2, soit 0,1 hectare par habitant.
          Mais sachant qu’on peut obtenir 25 tonnes de pommes de terre à l’hectare (et jusqu’à 70), ce sont 2500 kg de PdT (et jusqu’à 7000kg) qui seraient disponibles par habitant chaque année. On peut refaire les calculs avec d’autres aliments, autres que la viande qui est très gourmande en espace vital, on obtiendra des résultats semblables.
          Pensez-vous qu’avec 7 kg de pdt par jour (et jusqu’à 20), vous allez mourir de faim ?
          La vérité est que si on dépensait chaque année la moitié de ce qu’on dépense pour les vaccins, aussi inutiles que dangereux, pour empêcher la faim dans le monde, il n’y aurait plus aucun problème lié à la faim.
          Et la terre peut nourrir largement plus de 10 milliards d’habitants.


        • Durand Durand 14 mai 11:00

          @doctorix

          .

          C’était ”à la louche”, avant de consulter Wikipédia et c’est moi qui vous corrige (et me corrige par la même occasion) avec les vrais chiffres dans mon com ci-dessous... J’étais quand-même beaucoup plus près de la réalité que vous !

          La SAU, c’est un tiers des terres émergées soit 50 millions de km2, soit 5 milliards d’hectares...

          Pou 7 milliards d’habitants, ça fait un peu plus de 7000 m2 (0,71 ha) pour chacun...

          Ensuite, vous prenez comme exemple la production de pommes de terre en climat tempéré, ce qui est très loin de représenter le rendement global moyen des SAU...

          Ceci dit, je suis daccord avec vous : le problème global majeur de l’Humanité n’est pas la SAU, d’autant que si l’on répartissait intelligemment l’eau douce sur les terres émergées, d’immenses surfaces arrables pourraient être conquises sur les zones arides, le tout, au plus grand bénéfice de la thermodynamique de l’eau (cycle de l’eau...). Retenir et répartir l’eau douce sur les terres émergées (ralentir son écoulement vers les océans dans un premier temps) et faire reverdir la planète est la seule et unique solution pour contrôler le climat et faire baisser le niveau des océans (désalinisation des deltas fertiles et ralentissement de la submersion des îles et des franges littorales = moins de réfugiés climatiques).

          Non, le problème majeur de l’Humanité, ce sont les guerres impériales menées par les castes ”élues” qui se croient supérieures... Et je ne vous apprendrais rien en vous disant que contre ça, il n’y a qu’une seule solution réaliste : c’est la liberté et l’indépendance de chaque nation..., à commencer par la notre !

          .


        • doctorix doctorix 15 mai 13:05

          @Durand
          La SAU, c’est un tiers des terres émergées
          Non, c’est 10%.
          https://www.geo.fr/environnement/sau-quest-ce-que-la-surface-agricole-utile-193783
          Soit effectivement 5 milliards d’hectares. On va y arriver, à deux...
          Ce qui fait effectivement 7500 m2 par habitant, ce qui multiplie la quantité de pommes de terre que j’avais mal calculée par 7,5.
          Soit au bas mot 20 tonnes par an et par personne.
          Bien sur, 200kg suffisent largement, et il reste donc 99% pour cultiver d’autres choses, des protéines végétales, des fruitiers,...et même des fleurs...
          Il faut aussi pour la France retrancher 10% de surface bétonnée, on dit « artificialisée » (3% pour les transports).
          Ces 10% sont un gros problème pour l’eau, et explique sans doute nos inondations.


        • foufouille foufouille 13 mai 09:36

          la troisième solution sent la bonne arnaque escrolo : donner moi du fric pour vivre dans la nature.


          • doctorix doctorix 13 mai 14:41

            @foufouille
            On pourrait savoir, si ce n’est pas indiscret, combien la société vous donne, et depuis combien d’années, pour pouvoir nous faire chier tous les jours depuis votre plumard ?


          • foufouille foufouille 13 mai 14:53

            @doctorix
            beaucoup moins qu’à un charlatan comme toi ou à ton dieu asslino.


          • Durand Durand 13 mai 09:41

            .

            Plus de précisions :

            Surface Agricole Utile (SAU) au niveau du globe :

            Sur l’ensemble de la surface terrestre (environ 51 milliards d’hectares), la SAU représente 5 milliards d’ha (un tiers de la superficie des terres émergées estimée à 15 milliards d’ha), soit :

            • 3,4 milliards d’ha de terrains de parcours, pâturages ;

            • 1,4 milliard d’ha en terres arables ;

            • 140 millions d’ha en plantations diverses (vergers, palmiers, vignes, plantes aromatiques, thé, café...).

            Malgré des défrichements importants au Brésil, en Afrique ou en Indonésie (environ 12 à 13 millions d’ha/an), la superficie des terres arables reste globalement à peu près constante depuis 1970 : Les terres cultivées régressent de 11 à 12 millions d’ha par an : Les gains dus à la déforestation équivalent aux pertes causées par la régression et dégradation des sols, la salinisation des terres dans les régions irriguées et l’extension de la périurbanisation[1].

            .

            https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Surface_agricole_utile

            .


            • Positronique 13 mai 10:03

              Cela sent la bonne arnaque , quand on sait que 80% de la population est concentrée dans les grandes villes dans des cages à lapin et que le monde rural souffre de désertification . Plus il y a de béton en ville , plus les campagnes sont abandonnées parce qu’il n’ y a plus de maillage social pour y vivre , plus d’écoles , plus de postes , plus de d’accès aux soins etc.


              • Durand Durand 13 mai 10:30

                @Positronique

                .

                Et pendant que les lapins se reproduisent dans des clapiers en béton, ce sont les multinationales qui rachètent les terres arrables et qui finissent de les détruire avec l’agriculture intensive, notamment celle qui est promue par la PAC et l’UE...

                Il faut inverser l’exode rural pour reprendre possession des terres arrables, comme il faut sortir de l’UE pour reprendre possession de notre souveraineté.

                Depuis les années 70, nous avons vécu au dessus de nos moyens avec le crédit facile... C’est terminé !... Notre appauvrissement est inexorable et nécessité faisant loi, les gens seront bien obligés de retourner dans les campagnes et de produire leur minimum vital...

                .


                • ZenZoe ZenZoe 13 mai 11:50

                  Pas sûr que ça marche. L’expropriation pour cause d’intérêt public existe, et si l’état a besoin de votre terrain parce qu’on veut construire un tronçon d’autoroute, une ligne TGV ou une centrale solaire, vos hérissons et vos mulots n’auront plus qu’à déménager avec vous.

                  Le mieux est de s’opposer à tout projet destructeur en créant une association et en mettant des bâtons dans les roues des promoteurs. Souvent ça fonctionne.


                  • POlivier 16 mai 13:26

                    @ZenZoe
                    Pas faux. Mais l’un n’empêche pas l’autre et fort heureusement, ce genre de projets devient rare, faute de moyens et avec un réseau routier et ferroviaire quasiment saturés.


                  • cevennevive cevennevive 13 mai 11:54

                    Bonjour à tous,

                    Bouhhhh ! Venez en Cévennes, dans le haut Gard, la Haute Ardèche ou le sud de la Lozère. Il y en a des terres recouvertes de ronces et de végétaux de toutes sortes ! Les châtaigniers sont morts ou ne sont plus entretenus. Mais il y a tout de même de beaux arbres.

                    Il y a aussi du plaisir, du bonheur et du bien-être : au-dessus de ma maison, des faïsses où l’on peut tout juste passer et encore avec un sécateur, des escaliers démolis, mais des oiseaux, un chevreuil que j’ai dérangé hier, des rossignols et des merles qui n’ont même plus peur lorsque je vais chercher du petit bois.

                    En effet, POlivier, il faut rendre du terrain à la nature, mais, comme l’écrit Positronique, c’est quelquefois « par la force des choses »...

                    Car, si je n’avais pas un véhicule (polluant bien entendu...) je ne pourrais pas vivre ici, pas de car, pas de train, pas de magasin, pas de... etc.

                    Et malgré cela, il y a encore des abrutis, nouvellement installés, dans des villas qu’ils ont fait construire, qui utilisent du Round up pour nettoyer les abords de leur chemin et de leur maison, car orties et ronces, ça fait moche. Arracher tout simplement, ça fait mal aux reins et abîme des mains...


                    • solitaire solitaire 13 mai 12:26

                      @cevennevive

                      Sans oublier la Corse.... Tout ce que j’aime, faire le « sanglier » dans le maquis. Plus c’est dense, plus je m’y plais...


                    • jymb 13 mai 13:24

                      On va être trés simple

                      1 Partout on condamne pieusement l’étalement urbain et le bétonnage des terres agricoles. LOL 

                      2 dans la vraie vie, le moindre village fait l’inverse avec acharnement : je repousse les limites d’agglomération en rase campagne ( et je pourrie la vie des automobilistes par la même occasion) puis je lance des zones industrielles ou zone d’activité et des lotissements hideux façon corons ré-interprétés 

                      3 quand aux grandes villes, on est dans l’épouvantable. Un exemple, les alentours de Montpellier, systématiquements détruits et férocement urbanisés, imposant les déplacements auomobiles d’une zone à l’autre ( vie, boulot, centres commerciaux) , alors que les infrastructures de mobilités se réduisent à du bouchonnage imposé et polluant 


                      • sweach 13 mai 14:34

                        @jymb
                        Pour Montpellier on a 47 000 habitants supplémentaires par an depuis 2011

                        Comme Paris, Marseille, Lyon ou autres ville par le passé.

                        Montpellier se doit de créer des logements pour accueillir tout ces nouveaux habitants.

                        Les Bouchons que vous déplorez sont liés à l’absence totale de construction de nouvelle route ou voie de Tram depuis des décennies. Des villes comme Baillagues ont fait le choix de stopper leur développement urbain car ils n’ont pas les infrastructures routières pour accueillir les nouveaux habitants. (La Déviation de la RN 113 est reporté à 2026)

                        Pour la nouvelle A709, la sortie à Castelnau le lez n’a pas vu le jour et absolument aucun pont n’a été contruit pour aller à la nouvelle gare et la futur zone Cambacérès

                        Frêche avait crée une avenue de 45M de large pour aller jusqu’à la mer, avenue qui a été rétrécis à 30M sur son prolongement par ses successeurs.

                        Montpellier manque de pont, de routes et donc de « bétons » et on ne peut que espérer que les Futur développement prévoit de la place pour les espaces verts comme le Parc Georges Charpak.


                      • sweach 13 mai 14:15

                        *rien de plus simple : vous n’intervenez plus*

                        Voilà une solution qui n’en est pas une.

                        Aujourd’hui on ne peut plus laisser la nature sans intervention de l’homme.

                        Les forets et écosystème primaire sont rarissime et totalement inexistante en France.

                        Effectivement on peut laisser un terrain en friche, mais vous oubliez trop rapidement les risques d’incendie, d’épidémie et l’envahissement d’espèces végétale invasives qui peuvent étouffer la biodiversité de votre espace verts.

                        Les riverains de votre terrain laissé à l’abandon se manifesteraient rapidement et la loi peut même vous le retirer.

                        Il ne faut absolument pas laisser un terrain à l’abandon, mais au contraire faire une bonne gestion sur le long terme qui nécessite le moins d’intervention de l’homme possible et le plus de biodiversité possible.

                        Aujourd’hui nous profitons du travail fait par hommes qui ont créé et entretenu des espaces forestier comme Mr gérard Fabre, un grand homme que bcp ignore et l’exemple parfais de ce qu’il faut faire.

                        L’une des bases est d’utiliser des graines pour replanter et non des bouturages ou plantes « sélectionné » en laboratoire. 

                        La monoculture de culture de clone sur des milliers d’hectare est une catastrophe.


                        • POlivier 16 mai 13:16

                          @sweach
                          évidemment c’est à adapter selon sa situation, en ville avec des voisins ce sera plus compliqué forcément, c’est pourquoi mieux vaut prendre des terrains agricoles ou de loisirs. Et inutile de laisser l’intégralité de son terrain en friche, c’est vrai que je ne l’ai pas mentionné dans l’article, mais le but n’est évidemment pas de se limiter sur son propre terrain : ne le faire que pour les zones où vous n’allez que rarement voir pas du tout.


                        • Alain 13 mai 15:52

                          Ne vous inquiétez pas de la nature, l’Etat pense pour vous :

                          Sites classés, un projet de décret va les foutre en l’air :

                          https://reporterre.net/Sites-classes-le-gouvernement-veut-ouvrir-la-voie-au-beton

                          sans parler des agences environnementales :

                          https://reporterre.net/Le-gouvernement-veut-encore-affaiblir-la-protection-de-l-environnement


                          • écologie réaliste Pierre Yves 14 mai 18:36

                            La population mondiale augmente ce qui entraîne naturellement l’artificialisation de plus de sols par la croissance des villes, écoles, hôpitaux, routes, et autres infrastructures.

                            La population augmente, et la terre diminue : pour nourrir tout le monde il faut donc produire plus avec moins de terre.


                            Redonner la terre à la nature sauvage ? C’est possible, mais compte tenu de la raréfaction de la terre il faut bien comprendre qu’il y a une contrepartie :

                            1] Il faudra loger la population dans des villes de plus en plus denses. [C’est la ville qui peut sauver la campagne.]

                            2] Il faudra produire plus avec moins de terre, c’est-à-dire accroître encore les rendements sur les terres laissées à l’agriculture (Comment ?). Sinon il faudra piocher dans la forêt, ici ou dans la forêt primaire, pour avoir plus de terre - c’est déjà commencé, demandez à Raoni.

                            Redonner la terre à la nature sauvage ici, c’est abattre la forêt ailleurs.

                            http://ecologie-illusion.fr/agriculture-bio-peut-elle-nourrir-humanite.htm



                            • sweach 14 mai 19:29

                              @Pierre Yves
                              Mauvais postula.

                              L’augmentation de la population mondiale est en chute libre, à telle point que c’est l’inverse qui va nous affecter à cour terme (avant 2050) , tout les pays développés sont déjà touché par leur taux de fécondité inférieur à 2, ça veut dire vieillissement de la population et chute démographique.

                              La terre ne diminue absolument pas, au contraire, l’homme continue encore et toujours à étendre ses zones agricoles, la France et d’autres pays développé se payent le luxe de diminuer leur exploitation agricole car l’importation est plus rentable.

                              Il faudrait tout simplement exploiter les zones déjà disponible, plutôt que d’aller en chercher d’autres.

                              Nous avons une capacité de production qui est très nettement supérieur à la population mondiale actuel.

                              Nous n’avons clairement pas besoin de produire plus, on a donc les moyens de produire mieux.


                            • écologie réaliste Pierre Yves 14 mai 19:57

                              @sweach 

                              Je n’ai rien postulé, je rapporte ce que tout le monde peut découvrir en s’informant, avec les yeux grands ouverts.

                              La terre manque. La Chine, le Japon, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, etc., manquent déjà de terre, alors ils en achètent ou en louent, en Afrique, en Amérique du Sud, là où il s’en trouve. C’est particulièrement critique pour la Chine qui dispose de 10 % des terres arables mondiales pour nourrir 20 % de la population mondiale. C’est pourquoi la Chine achète ou loue des terres partout dans le monde.

                              Et surtout, on déforeste à tour de bras, ce n’est évidemment pas pour le plaisir.

                              Il faut lever les yeux du cas des petits pays développés.


                            • sweach 15 mai 11:15

                              @Pierre Yves
                              *ils en achètent ou en louent, ... là où il s’en trouve*
                              Donc elle ne manque pas smiley

                              Après ce qu’on fait les occidentaux et les américains, c’est un comble de s’offusquer quand les chinois font de même.

                              Les ressources alimentaires et énergétiques ont toujours était le point faible des chinois, idem pour les Allemands.

                              Mais avant de crier famine et pénurie, il faut réaliser que le nombre d’obèse mondiale a dépassé le nombre de personne qui souffre de la faim.


                            • POlivier 16 mai 13:17

                              @sweach
                              Euh, mis à part en Europe occidentale, toutes les autres régions du monde ont une démographie explosive.


                            • POlivier 16 mai 13:20

                              @Pierre Yves
                              Je ne suis pas convaincu. Le « rendement bio » n’est pas forcément basé sur des permacultures, ça peut être loin de la réalité, j’ai pu lire ci et là que la permaculture ou le bio dans certaines conditions donnent autant que l’agriculture « classique », mais il faut voir tout les aspects notamment l’apport d’engrais, de pesticides, d’eau, qui coutent très cher et que n’ont pas le bio. Les calculs dans ce genre de comparaisons sont souvent faussés, on arrange la vérité qu’on défend...


                            • sweach 17 mai 09:50

                              @POlivier
                              La moyenne mondiale du taux de fécondité est de 2.4 en 2018

                              Si on observe la tendance celui-ci est en chute libre au niveau Mondial pour passé sous la barre de 2 dans les prochaines décennies (chiffre qui stoppera l’extension démographique)

                              La terre devrait atteindre son maximum de population mondial vers les 2050 aux voisin de 8 Milliards d’habitant.

                              Pour l’agriculture, si on regarde uniquement l’aspect rendement à court terme, certaine technique dittent efficace sont plus destructrices pour l’environnement et les ressources naturel.

                              Sur le long terme il faudrait revoir ces technique de production (produire mieux).
                              La population mondial est une fausse excuse qui ne justifie pas l’exigence de rendement qui se fait aux détriment de zone cultivable.

                              En claire de meilleur rendement font qu’on abandonne des terres cultivable.


                            • écologie réaliste écologie réaliste 17 mai 15:54

                              @POlivier

                              Vous n’êtes pas « convaincu » des « rendements bio ». La notion de « conviction », subjective, est déplacée ici. Elle doit être remplacée par des références aux études objectives publiées dans des revues à comité de lecture. Je cite quelques-unes de ces études dans le lien que j’avais déjà donné : http://ecologie-illusion.fr/agriculture-bio-peut-elle-nourrir-humanite.htm

                              Ces études auraient-elles été contestées ?

                              "il faut voir tout les aspects notamment l’apport d’engrais, de pesticides, d’eau, qui coutent très cher et que n’ont pas le bio." En effet, il faut toujours faire la balance avantages et inconvénients / risques.

                              L’inconvénient du bio est de gaspiller ce bien précieux, la terre.


                            • écologie réaliste écologie réaliste 17 mai 15:56

                              @sweach

                              L’augmentation de la population n’est pas en « chute libre », elle ralentit. Attention, c’est l’augmentation qui ralentit, mais la population continue à augmenter encore. On espère que l’augmentation s’arrêtera d’ici quelques dizaines d’années ; pour diverses raisons  : évolution des cultures, scolarisation, pilule, etc. Voir :

                              http://ecologie-illusion.fr/surpopulation-mondiale-nourrir-la-planete-Malthus.htm

                              En attendant, la population continue à augmenter, elle bétonne pour se loger et se déplacer, et la terre agricole par habitant diminue, c’est mécanique. Il faut donc produire plus avec moins de terre, c’est mécanique.

                              "de meilleur rendement font qu’on abandonne des terres cultivable." Auriez-vous des exemples qu’on aurait abandonné des terres cultivables en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie ? Sauriez-vous expliquer pourquoi des gens investissent dans une déforestation coûteuse plutôt qu’utiliser des terres cultivables abandonnées, et donc probablement à bon prix ? Parce qu’ils sont stupides, ou parce qu’il n’y a pas de terres cultivables abandonnées ?

                              La réalité est que la terre est de plus en plus rare, qu’il faut donc augmenter les rendements d’une façon ou d’un autre, ou alors déforester.

                              Les rendements en France, par exemple, sont élevés, sans détruire la terre qui continue a offrir des rendements élevés. Ce qui permet de limiter la déforestation ailleurs.



                            • sweach 20 mai 10:10

                              @écologie réaliste
                              *c’est l’augmentation qui ralentit, mais la population continue à augmenter encore.*
                              C’est exactement ce que je dis smiley

                              Mais regardez les tendances par vous même depuis les années 50 et faite une projection, vous comprendrez tout seul que « l’augmentation » arrive sur un plateau pour entamer bientôt un déclin et ce déclin n’est pas pour dans plusieurs siècle.

                              D’éventuel problème d’augmentation de production suivent ceux de la population mondial, visiblement notre population augmentera encore de 15% avant d’entamer un déclin.
                              Mais certain ne tiennent pas compte du fait que la pollution qui a déjà commencé son déclin est la population la plus consommatrice des ressources, donc les déclins de la demande vont chuter avant ceux de la population mondiale.

                              *Il faut donc produire plus avec moins de terre, c’est mécanique.*
                              Il faut regardez plusieurs facteurs, les surfaces cultivables et exploitable, les surfaces réellement exploités, les nouvelles surfaces exploitable, les surfaces abandonnés, les surfaces définitivement perdu (exemple : bétonnage, pollution)

                              Actuellement avec nos 7 Milliards d’habitants nos surfaces réellement exploités suffisent à tous nous nourrir et si on regarde les surfaces cultivables et exploitable les experts estiment qu’on peut aujourd’hui nourrir 15 Milliard d’habitant, sans aucun changement.

                              Les surfaces définitivement perdu sont vraiment minime face aux nouvelles surfaces qu’on va exploiter et aux surfaces qu’on abandonne bêtement pour des motifs économiques.

                              En terme de surface nous avons les 2/3 de notre globe qui est recourt d’eau et qu’on exploite pas, mais rien ne nous empêche de l’envisager un jour.

                              *Auriez-vous des exemples qu’on aurait abandonné des terres cultivables en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie ?*
                              Non comme dit précédemment, on abandonne des zones cultivable pour aller en chercher d’autres plus rentable, économiquement parlant.
                              Mais j’ai des exemples en France comme l’utilisation du Bas-Rhone  qui est très loin de son usage passé et de ses capacités car les exploitations Fruitière sont abandonnés aux profits des importations.

                              Bref on est capable de produire des Fruits chez nous mais on abandonne nos exploitation pour aller les produire ailleurs.

                              Notre problème est de l’ordre de la gestion des ressources et non de limitation des capacités.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès