• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Sous les tropiques, les maisons en béton sont-elles plus adaptées que (...)

Sous les tropiques, les maisons en béton sont-elles plus adaptées que celles en bois ?

Au Cambodge, les nouvelles maisons sont construites en ciment et celles en bois sont délaissées, pourquoi ?

Le Cambodge possède encore de nombreuses forêts à la différence de ses voisins où les zones vierges (d’influence humaine) sont réduites à de minuscules enclaves protégées au milieu de zones exploitées par l’homme. L’histoire mouvementé du pays à préservé la flore de la voracité humaine pendant 2 décennies (la faune a fui les bombardements massifs américains). Donc le bois est disponible et inépuisable (à condition de bien gérer les forêts).

La réalité est quelque peu différentes : les forêts sont laissées à la voracité des trafiquants, braconniers et autres. Les hommes d’influence au Cambodge se font un plaisir de brader ces richesses fragiles aux plus offrants. Au milieu des forêts profondes, de grosses machines arrachent à la terre des tonnes de bois pour gonfler les portefeuilles de quelques généraux égoïstes (lire l’article sur la déforestation). Les riverains de la forêt vivent depuis toujours des ressources de la jungle. Leur impact est minime mais visible pour les touristes ; attention à ne pas blâmer ces cambodgiens qui vivent grâce à la forêt, les vraies destructions se font à l’abri des regards. En plus de la déforestation, le braconnage répond à une demande croissante des clients asiatiques pour la médecine traditionnelle. Les vietnamiens, chinois et thaïlandais raffolent des dents de tigres et autres animaux protégés, disparus dans leurs pays respectifs. Les cambodgiens n’ont pas les moyens de payer 100$ pour un loris séché (lire l’article sur la pharmacopée). Enfin, de nombreux laboratoires clandestins fleurissent au milieu des bois et détruisent une nature fragile et rare pour préparer des drogues (ex. Le Sassafras est utilisé pour préparer l’ecstazy). Ces laboratoires, protégés par des mercenaires s’implantent plusieurs mois au coeur de la jungle. Les rivières sont polluées par les déchets chimiques et les hommes se nourrissent des singes et vendent les tigres pour arrondir les fins de mois.

Le bois est très cher, ce qui est surprenant dans un pays boisé. Mais la corruption généralisée explique ces prix déraisonnables (une planche de bon bois de 3m coûte 15$, cela représente une semaine de salaire moyen). Ainsi un marché parallèle fleurit, illégal, sans aucune gestion à long terme. A Kampot, il est plus facile (et 2X moins cher) de trouver du bois illégal.

maison en boisEn conséquence des prix et de la gestion catastrophique des forêts, il est plus facile et moins cher d’acheter une maison sur pied que d’en construire une nouvelle. Une belle maison en bois avec 2 chambres coûte environs 5000€ (transport, montage et démontage compris) alors qu’une maison neuve coûte le double avec une qualité de bois médiocre.

Au Cambodge, il est important de montrer sa richesse ou son statut. Un nouveau riche « doit » avoir une lexus avec les options de rigueur (chien en peluche, coussins multicolores, insignes dorés et néons de couleur). La maison, pour les même raisons, doit être en béton avec la clim.

maison en bétonPourtant les maisons traditionnelles sont parfaitement adaptées au climat, au contraire des constructions en béton. Les pilotis évite les inondations et les invasions de fourmis et de serpents. Le bois laisse passez l’air et provoque donc une climatisation naturelle. Malgré ces nombreux avantages, toutes les nouvelles constructions sont faites en béton, en dépit du bon sens, sans prendre en compte le climat et l’ensoleillement. La climatisation entraîne une inflation dramatique du prix de l’électricité et de la pollution et le béton garde l’humidité ambiante. Les maisons deviennent malsaines et attire les moustiques qui adorent l’humidité du ciment.

maison en boisJe vis dans une grande maison en bois, construite pour conserver un courant d’air permanent, très agréable à l’heure de la sieste lorsque le thermomètre affiche 35° (quand il fait 45° à Phnom Penh).

Ainsi d’horribles blocs de bétons à la chinoise (on gare la voiture dans le salon au rdc) fleurissent un peu partout. Certaines sont construites avec goût mais ce n’est pas la norme…

source : LGV


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 24 mars 2012 12:30

    Au dessus d’Avignon, dans la cité pavillonnaire des Angles, si vous vous y promenez, vous découvrirez qu’une seule parcelle a été complètement préservée de ses pins parasols. J’y ai séjourné au plus chaud de l’été, toutes les autres propriétés suaient sous un soleil cuisant alors que nous respirions tranquilles à l’ombre des végétaux naturels.

    A la Réunion, au port de st Gilles, en entrant, vous avez à droite une case typique qui a subi quantité de cyclones annuels sans aucune casse, et à gauche le café terrasse moderne qui subit tous les ans inondation et frais d’assurance sans fin...

    Ne cherchez pas plus loin, nous exportons nos modèles occidentaux et leurs cortèges de problèmes annexes auxquels sont indexés les vendeurs de solutions par abonnements...d’ailleurs, les architectes n’habitent pas les tours bétonnées qu’ils dessinent et destinent à leurs clients, n’est ce pas ? Ils préfèrent leurs cabanes en bois au sommet d’ arbre : http://www.google.fr/search?tbm=isch&hl=fr&source=hp&biw=1019&bih=468&gbv=2&oq=cabanes+en+bois+au+sommet+d%27+arbre+&aq=f&aqi=&gs_l=img.12...2798l2798l0l6878l1l1l0l0l0l0l92l92l1l1l0.frgbld.&q=cabanes%20en%20bois%20au%20sommet%20d%27%20arbre&orq=cabanes+en+bois+au+sommet+d%27+arbre+


    • Spip Spip 24 mars 2012 15:08

      Le bois cher dans un pays très boisé et la volonté de se servir d’un matériau pas adapté aux conditions locales n’ont pas de sens.

      Sauf si, comme il est signalé dans cet article, le business s’en mêle... L’exportation de bois rapportera à une maffia, l’industrie du béton à une autre et celle de la clim à une troisième : on appelle ça de la « création de richesses »... au détriment des populations locales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès