• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Transition énergétique. Une planification collectiviste que Mao ne pourrait (...)

Transition énergétique. Une planification collectiviste que Mao ne pourrait pas renier

Le zèle imposé de la France sur la lutte contre le CO2 est une planification digne des plus grandes planifications communistes.

La transition énergétique. Un frein économique à grande échelle pour une hypothèse générée par une modélisation statistique du GIEC. Ce que nous sommes certains de réaliser avec la transformation énergétique, c’est une perte économique de plusieurs milliards pour les Français, un endettement massif, des taxes disproportionnées, la non linéarité de notre production énergétique, les fondements de notre industrie, et la remise en cause de notre système social, ainsi que la destruction de notre paysage.

Vous pouvez faire le parallèle avec les plans quinquennaux de Mao du grand bon en avant, ou une élite « sait », et vous impose de changer votre vie.

En Chine, la planification du grand bon en avant, sous Mao Tsé thoug, l'élite et l'établishment avaient décidé que les petits oiseaux c'était le mal absolu. Il fallait les détruire. C'étaient des nuisibles. Et croyez-le, comme aujourd'hui, les sources d'information en 1958 vous en faisaient le sermon quotidien. En France, les gauchistes Français vantaient les mérites de la planification d'état Chinoise comme aujourd'hui ils vantent les planifications etatistes. La diabolisation des oiseaux était à son paroxysme.

Le résultat fut l'inverse de l'espéré, une destruction de l’économie rurale car sans oiseaux, d'autres nuisibles avaient pris la place pire qu'eux.

Ne voyez-vous pas le parallèle avec le pétrole ?

Le pétrole, c'est pour l'etablisment le mal absolu. Il faut le détruire, c'est un nuisible. La diabolisation est à son paroxysme. A la place vous aurez des éoliennes non constructibles sans un subventionnement ou un passe droit, et qui produisent une électricité à 82€ le MW/h alors que le prix de marché moyen européen est à 45€ le MW/h.

Ne voyez-vous pas le parallèle avec le grand bon en avant ? Un parallèle entre les fours à acier en Chine que l'on retrouve aujourd'hui dans les campagnes et ces éoliennes qui poussent partout et qu'on retrouvera demain rouillées. Une population mise à contribution auquel l'élite avait décidé que la production d'acier était le Graal. Chaque personne devait jeter dans des fours ses gamelles pour produire un acier de si mauvaise qualité qu'il ne valait rien, comme aujourd'hui vous êtes imposé à participer à la production d'éoliennes.

Savez-vous qu'on ne sait rien du réchauffement climatique. Rien de rien.

La concordance entre accroissement du CO2 et réchauffement est supposée corrélation. Mais concordance n'est pas corrélation. Voire corrélation à l'envers, le réchauffement faire produire plus de CO2.

Une hypothèse où c’est fourvoyé l’élite, l’etablishment les partis et leurs églises les médias et leurs sermons quotidiens.

Reposer pragmatiquement la question de l’influence du CO2 sur le climat a tellement d’implications et d’intérêts pharaoniques que le débat est atomisé, écrasé par les intérêts de la nomenklatura d’état.

Chacun peut remarquer que remettre en cause l’hypothèse modélisée du GIEC, c’est comme expliquer au Cardinal de Paris que dieu n’existe pas.

Imaginez la caste devant la destruction économique, les milliards dépensés en pure perte de la « transition énergétique » leur démontrer que cette planification d’état est une planification de type communiste, que Mao ne renierait pas.

Les implications sont terribles si nous revenons au pragmatisme, et que nous prenions les modèles théoriques du GIEC pour ce qu’ils sont.

Des modèles hypothétiques empiriques et aucunement une certitude ou une réalité...

Le climat et les températures ont tellement d’agrégats, que le prévoir, c’est comme demander de prévoir l’économie et la parité du dollar en 2050.  Des nobels en économie refuseraient car ils n'auraient la prétention de le deviner.

L’élite s’est fourvoyée, en prenant ces hypothèses pour argent comptant. Elle engendre un tel impact économique social qu’elle ne pourra jamais l’admettre. Leur remise en cause est totale.

La plupart des gens comptent sur les médias pour avoir leur opinion sur le dioxyde de carbone (CO 2 ) dans l'atmosphère. Les reportages en 1986 indiquaient qu'en 1990 serait le début de l'apocalypse. Bien évidemment cela ne c'est pas produit.

Une large majorité croit encore à la peur du CO 2. 

Il n'existe toujours aucune preuve du prétendu réchauffement de la planète par le CO 2 de l'homme.

Même si l’on adopte les hypothèses, il n’y a rien d’autre que des hypothèses.

La politique Française de transition énergétique visant à éviter les émissions anthropiques de CO 2 n’a aucun sens. Cela entraîne des charges folles, autodestructrices, Une destruction en règle de l'économie Française, du pouvoir d'achat des Français, de la nature et les paysages. 

Il s’agit d’un préjudice économique de plusieurs milliards d'€euros, à grande échelle donc l'impact est terriblement négatif.

Pas d'augmentation de la température globale du CO 2 au cours des quinze dernières années

Selon les données officielles, il n'y a pas eu d'augmentation globale de la température au cours des quinze dernières années, ce qui peut être attribué aux émissions de CO2. 

Il y toujours eu des fluctuations de température dans l'histoire de la terre.

Les variations de température de l'atmosphère ont toujours existé de manière considérable dans les temps pré-industriels. Il y avait des périodes de glace et des périodes chaudes. La science attribue cela aux éruptions solaires et au magnétisme, à l'activité volcanique, aux modifications de l'inclinaison de l'axe de la Terre, à la formation de vapeur d'eau et de nuages, au méthane, aux courants océaniques, aux rayonnements cosmiques, etc. 

Même aujourd'hui, ces facteurs sont erratiques, en partie rectifiés, en partie contraires à la température de l'atmosphère. Même si le CO2 , qui n’a pas été prouvé, a un effet sur la température, il serait noyé sous l’effet de tous les autres facteurs.

Fluctuations également dans la proportion de CO2 naturel dans l'atmosphère

Même la grande majorité du CO2 naturel a toujours fluctué considérablement dans le passé. En manipulant la très faible proportion de CO2 anthropique, aucune influence notable sur la température de l’atmosphère ne peut avoir lieu en relation avec les fluctuations de la proportion nettement plus importante de CO2 naturel et les fluctuations aléatoires des autres facteurs déterminants pour le climat.

Incidemment, l'effet de refroidissement provoqué par la réduction de CO2 risquerait de se produire précisément lorsque la nature reviendra au refroidissement.

Un modèle économique scientifiquement déguisé

La thèse a été établie pour la première fois en 1988 par le politicien et homme d’affaires Al Gore avec un certain nombre de co-investisseurs liés aux cercles onusiens. 

Dès le début, les thèses du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) se caractérisaient par un manque de caractère scientifique et une contrefaçon flagrante. Cela a commencé avec la mission fondatrice du GIEC, unilatérale, non illimitée et donc non scientifique.

Manipulations, contrefaçons, réinterprétations au nom d'une prétendue science

Le « mensonge de la courbe en forme de crosse de hockey », connue sous le nom de « Climategate » sont des manipulations sur ordinateur d’une manière très peu scientifique.

Aucune majorité de scientifiques ne décide du bien ou mal,

On le répète encore et encore, les 97% des scientifiques qui ont accepté la thèse du CO 2 n'ont rien a voir avec la recherche sur le climat.

Richard Tol, professeur des aspects économiques du changement climatique à l'Université d'Amsterdam, a mené une enquête approfondie sur la source de cette affirmation et a découvert qu'elle était totalement folle.

Pour avoir une place dans un université ou obtenir un financement universitaire, faire partie d'une pétition du GIEC est un avantage pour les scientifiques signataires.

Qu'un nombre de scientifiques qui croient que quelque chose est correct ou faux, n'a pas de valeur scientifique. Ce qu'il faut, c'est une démonstration scientifique pas un avis moral sur un sujet hors de vos points de compétence.

Les déclarations stupéfiantes des membres du GIEC. Le Professeur Steven Schneider, un auteur principal du GIEC, c'est exprimé publiquement avec ces propos

"C’est la raison pour laquelle nous devons annoncer des scénarios de poursuite de l’horreur, faire des déclarations dramatiques simplistes et ne pas mentionner nos doutes. Pour attirer l'attention, il faut des déclarations dramatiques et aucun doute sur ce qui est dit. Chacun de nous chercheurs doit décider dans quelle mesure il veut être honnête ou plutôt efficace. "

Vous trouvez cette manière de présenter les choses scientifique ?

La pétition Lindzen de 300 scientifiques indépendants 2017 qui ont averti Trump

Des centaines de scientifiques indépendants, dont plusieurs lauréats du prix Nobel, ont protesté à plusieurs reprises contre ces thèses du GIEC. Cela est particulièrement clair dans la pétition du 23 février 2017 de 300 scientifiques américains indépendants dirigée par le célèbre professeur du MIT Richard Lindzen :

"Le dioxyde de carbone est un engrais végétal et non un poison"

"Nous soutenons des contrôles efficaces, abordables et directs, des polluants environnementaux courants, mais le dioxyde de carbone n'est pas un polluant. Au contraire, il existe de nombreuses preuves claires et sans équivoque que l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère est très utile pour l'environnement afin d'améliorer les rendements des cultures et de mieux faire pousser d'autres plantes qui constituent la source de nourriture pour toute la vie. C'est un engrais végétal et non un poison ".

Cela a peut-être contribué à ce que les États-Unis a annoncé qu'ils se retiraient de l'Accord de Paris afin de disposer d'une marge de manœuvre suffisante pour le CO2, tout en approuvant l'émission de polluants environnementaux réels avec des lois sévères et, comme on le sait depuis la crise du diesel, des mesures d'application rigoureuses empêcher savoir. Les Américains ont choisit ! La lutte contre la pollution, pas contre le CO2.

Les milliards gaspillés par une élite Française trop zélée.

Les grandes nations comme les États-Unis, la Chine et l'Inde se comportent différemment de l'Europe et la France.

Étant donné que le gouvernement américain et d'autres grands États, tels que la Chine et l'Inde, sont passifs en ce qui concerne le CO2 , il n'y a aucune raison de penser qu'ils seraient totalement indifférents aux conséquences négatives des émissions de CO2 assumées par les alarmistes, sciemment et volontairement, exposer leur peuple et leur avenir à des dangers tels que les alarmistes les associent au CO2 .

L'accord de Paris ne limite pas les émissions de CO2

Contrairement au Protocole de Kyoto, qui prévoyait une limitation quantitative des émissions de CO2 mais dont l’omission n’était nullement pénalisée, l’Accord de Paris ne prévoit plus de restriction quantitative. Sinon, peu de pays auraient adhéré.

Chaque membre doit simplement faire des déclarations qui sonnent bien, sans se soumettre à aucune restriction sérieuse. 

Comme dans le protocole de Kyoto, ils n'ont aucun risque à craindre s'ils n'atteignent pas leurs propres objectifs quantitatifs.

2 ans après l'accord de Paris, aucun pays signataire a tenu ses engagements. La honte suprême, Les USA qui ont refusé de les signer eux ont diminué leur rejets de CO2, c'est dire si c'est comique.

Dans son zèle aveugle, l'Europe et la France en particulier deviennent de plus en plus solitaires.

La question du CO2 et de la protection du climat est abordée presque quotidiennement dans les médias. Il domine la politique. Il affecte massivement l'industrie automobile, le secteur de l'énergie, la classe moyenne et les consommateurs, et détruit la nature et le paysage. 

Un tel zèle aveugle est inconnu dans la plupart des autres pays. Les Pays-Bas viennent de cesser de promouvoir l’énergie éolienne. L'Espagne et la République tchèque n'investissent plus dans les énergies alternatives et la Suède envisage de revenir au nucléaire,

La transition énergétique en France est la seule au monde a réduire une industrie qui ne produit pas de CO2 pour le remplacer par un fardeau d'énergie aléatoires aussi dramatique.

La France stupéfié et la France aliénée

La France stupéfiée est en train de voir son travail, son pouvoir d'achat et ses libertés s'estomper, pendant que la France aliénée des villes bobos est aveuglée par l'idéologie.

Il est certain que la France est en train de détruire son industrie énergétique performante et la compétitivité de ses entreprises.

D'autres États ne se feront pas autant détruire par leur élite pour le CO2

Les grands pays industrialisés, tels que les États-Unis, la Russie, la Chine, le Japon et d’autres pays dotés de capacités de recherche physique et météorologique solides ne compromettront pas la croissance économique et la compétitivité internationale en limitant les émissions de CO2. 

Le CO2 n'est pas nocif, mais qu'il a des effets bénéfiques sur la végétation. C'est l'une des raisons pour lesquelles tous les efforts Français de réduction des émissions de CO2 sont inutiles et vides de sens.

64 pays construisent en 2018 de nouvelles centrales électriques au charbon

Voici un exemple actuel : il y a actuellement plusieurs centaines de centrales au charbon en construction dans 64 pays, les mines de charbon se rouvrent partout dans le monde et on emmerde la liberté de circulation des Français.

C'est irresponsable.

La France élitiste poursuit la destruction de son économie dans une planification de type communiste

Avec l'élimination de la production d'électricité traditionnelle au moyen de l'énergie renouvelable, les anciens partis et l'élite veulent également poursuivre la destruction du fonds de roulement du pays par milliards, la destruction de la la capacité nucléaire moderne engendrera pénuries et coupures électriques.

Cela représente des centaines de milliards de dollars de dommages, au détriment des contribuables et des consommateurs, alors que d'autres pays développent cette capacité à grande échelle.

 

En résumé :

La transition écologique, énergétique et la lutte contre le CO2 est motivée par des statistiques hypothétiques modélisées dans des conditions extrêmement obscures et fondé sur la manipulation par la peur.

Il n’existe aucune preuve concluante et scientifiquement reconnue que les émissions de CO2 ont une incidence importante sur la température de l’atmosphère. Les affirmations non prouvées de scientifiques et d'institutions proches du GIEC sont contredites par les conclusions contradictoires d'au moins autant de scientifiques indépendants et de lauréats du prix Nobel.

Les États-Unis, la Russie, la Chine, le Japon et l'Inde, leurs habitants ne sont pas harcelés ni obligés d'entrer dans une guerre pour réduire leurs émissions de CO2

En vertu de l’Accord de Paris, les principaux pays industrialisés tels que les États-Unis, la Russie, la Chine, le Japon et même l’Inde n’ont pris aucun engagement convaincant en matière de réduction des émissions de CO2 et n’ont aucun moyen de les inciter à le faire. 

Dans les sciences empiriques, le principe selon lequel celui qui supporte la charge de la preuve repose sur des affirmations ou des thèses s'écartant d'une connaissance antérieurement valide. Il doit donc prouver ses thèses de manière scientifiquement reconnue ou falsifier l’état des connaissances. 

Par conséquent, les représentants de l'état actuel des connaissances ne sont pas obligés de réfuter de nouvelles thèses, car cela constituerait un renversement inadmissible de la charge de la preuve. 

Les alarmistes du climat sont incapables de fournir des preuves de la catastrophe climatique causée par le CO2 anthropique depuis trente ans. Ce qu'ils offrent ne sont que du vulgaires modèles. 

Les modélisations ne sont pas des preuves. Il est donc irresponsable de mener des politiques énergétiques et environnementales aussi vastes et irréversibles sur une base aussi fragile

Maintenant, il s'agit de prévenir et d’arrêter de dégâts et de faire prendre conscience que le pays est devenu un pays collectiviste dirigé par une nomenklatura hors sol.

L'une des principales leçons de notre histoire, qui a vu tant de millions de vies innocentes sacrifiées dans le cadre de programmes visant à améliorer le sort de l'humanité, est la suivante : méfiez-vous de l'élite et des intellectuels.

Ils doivent faire l'objet d'une suspicion particulière lorsqu'ils cherchent à imposer des solutions collectivistes. Jamais rien n'est sorti de bon.

 

Pour aller plus loin :

Coût réel de l'énergie éolienne

Pétition lindzen

Rapport de l'ONU Rapport de l'ONU sur les changements climatiques : un choix entre « Mad Max et Hunger Games »


Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Désintox Désintox 24 novembre 13:31

    "Pas d’augmentation de la température globale du CO 2 au cours des quinze dernières années

    Selon les données officielles, il n’y a pas eu d’augmentation globale de la température au cours des quinze dernières années, ce qui peut être attribué aux émissions de CO2. " (sic)

    Si je comprends bien, la température du CO2 n’augmente pas et grâce au CO2 la température n’augmente pas.

    Ce charabia bâclé n’a ni queue ni tête.


    • rogal 24 novembre 14:24

      Si le GIEC se trompe (ou nous trompe), vous avez raison, Spartacus. Mais s’il est dans le vrai – chose bien difficile à établir – comment le Marché sauvera-t-il l’humanité ?


      • rogal 24 novembre 14:32

        chose bien difficile à établir : expression maladroite. Je veux dire qu’en s’en tenant à la part scientifique du débat sur le caractère anthropique du ’’changement’’ climatique, l’affaire est sacrément complexe.

        Une chose me frappe : le GIEC a recensé de nombreuses incertitudes dans la science du climat et pratiquement personne ne tient compte de ce fait.


      • Spartacus Spartacus 24 novembre 22:49

        @rogal
        comment le Marché sauvera-t-il l’humanité ?  smiley
        Bien entendu c’est le baratin du GIEC est une supercherie mais si c’était vrai, personne ne mourrai dans d’affreuses souffrances.
        Le actuelles steppes vierges glacées de Mongolie donneront 2 récoltes de raisin par an. La Sibérie se peuplera.
        Les plages de Dunkerque vont devenir à la mode et remplies de touristes.
        Le Valenciennois produira un excellent vin de pays.
        Dans les zones inondables de belles maisons de luxe seront superbes sur pilotis...
        Les fruits des baobabs vont devenir courants dans la consommation.
        Les maladies du froid seront éradiquées et les rhumes et infections pulmonaires disparaîtrons.
        Et l’homme s’adaptera, car l’homme s’adapte plus vite et avec plus d’acharnement aux changements....
        Etc etc...  smiley
        N’ayez pas peur le marché n’a pas peur des changements, il a déjà vaincu le communisme, et passé tellement de crises. 
        Soyez rassuré.  smiley


      • Désintox Désintox 25 novembre 12:45

        @Spartacus

        En dégelant, le permafrost libère du méthane, qui est à son tour un puissant gaz à effet de serre (rétroaction positive).

        Voici une vidéo de vulgarisation , pour votre information.

        Cependant, il y a un point avec lequel je suis d’accord avec vous : les maladies du froid seront éradiquées : elles ne touchent pas les morts.


      • ninportequoi 25 novembre 15:07

        @Spartacus
        En fait le message principal, c’est « soyez rassurés ».
        C’est ce que disaient en leur temps les lobbys du tabac et de l’amiante : tout va bien, c’est excellent pour la santé, ça crée des emplois, de l’activité économique, et c’est irremplaçable.
        Nous voila donc rassurés. 


      • Cadoudal Cadoudal 25 novembre 15:09

        @ninportequoi

        #Darmanin jette un peu plus d’huile sur le feu : « Ce ne sont pas les #GiletsJaunes qui ont manifesté (sur les #ChampsElysees), c’est la peste brune qui a manifesté » @LCI @RTLFrance

        https://twitter.com/ivanrioufol/status/1066658304812814336?ref_src=twsrc%5Etfw

        Patrick Muller @Austrasien57

        2 hil y a 2 heures

        En réponse à @ivanrioufol @LCI @RTLFrance

        A force d’exciter le peuple ils vont l’avoir leur révolution.

        0 réponse 3 Retweets 9 j’aime


      • Spartacus Spartacus 25 novembre 16:23

        @ninportequoi

        Le message est que détruire l’économie, la croissance et l’emploi de nos concitoyens ne peut être fait sur une base d’un horoscope climatique, les conséquences seront graves, et irréversibles.

        Des politiciens ont envoyé des gens au massacre pour une idéologie....

        Les émeutes et le mal vivre des gilets jaunes qui sont notre populations et nos proches est une conséquence bien visible. 
        Les décisions de votre shéma de pensée et de votre caste inconséquente en est la cause.
        Vous êtes indirectement un responsable de l’appauvrissement des gens et des émeutes à Paris...


      • ninportequoi 25 novembre 18:34

        @Spartacus
        Je n’ai aucun schéma de pensée pré-établi et comme vous ne me connaissez pas personnellement vous êtes dans l’incapacité totale de me ranger dans une quelconque caste ou catégorie.
        J’essaye seulement de m’informer dans un maquis inextricable d’informations mêlant indistinctement des faits vérifiables et de toutes sortes de propagandes.
        Le marché actuel des énergies fossiles représente une somme totale gigantesque (c’est un des plus gros marché de la planète). Même une infime part de cette somme, si elle est utilisée en lobbying, en pub, en corruption, en financement de campagne électorale, en communication ou en propagande, peut avoir une puissante influence aussi bien sur les décisions politiques que sur l’opinion publique.
        Une des plus riches familles américaine (la famille Koch) a, à elle seule, dépensé 400 millions de dollars pour défendre ses intérêts pétroliers, dont le financement de l’élection de Trump. Ces moyens conséquents financent également des études sur les énergies, sur le climat, sur le CO2 avec des objectifs d’influence. Pour obtenir les voix des états charbonniers Trump a annoncé la relance du charbon (dont la part avait tendance à baissé pour différentes raisons). 
        Comme vous le comprendrez peut-être, les citoyens et les décideurs ne sont pas seulement soumis à une communication sur les gaz à effets de serre. Ils sont très largement soumis aussi, même s’ils ne s’en rendent pas toujours compte, à une communication intense du secteur des énergies fossiles qui veut garder et même développer ses activités, comme tout secteur économique qui défends ses intérêts.
        Pour ces raisons, il est totalement exclu pour moi de me ranger aveuglement dans un camp et de gober tout et n’importe quoi.
        Comme l’explique mon précédent commentaire, des lobbys aussi puissants que le tabac et l’amiante ont agit eux aussi pour défendre leurs intérêts économique. Vous connaissez le bilan de ce lobbying puissant.
        Je regarde donc tout cela d’un œil cartésien, c’est à dire en commençant par douter de tout, en premier, puis en cherchant par moi même, pour n’être sous l’influence de personne, des informations fiables.
        Pour qu’il n’y est pas de confusion sur mon point de vue sur les gilets jaunes je n’accepte en aucune façon les récentes taxes de Macron sur les carburants. Pour moi ces taxes sont une utilisation de prétextes écologiques pour faire payer aux gens simples (qui ne peuvent échapper aux taxes sur les carburants) les pertes fiscales dues aux cadeaux fiscaux fait par Macron à ses amis de la finance. J’analyse ces taxes sous l’angle social.
        Le directeur de cabinet de Macron a des intérêts dans une société maritime, c’est à dire un secteur utilisant les carburants les plus polluants. Ce carburant est et reste totalement détaxé ce qui prouve, s’il en était besoin, que si Macron est extrêmement attentif aux intérêts de ses riches amis, il n’a rigoureusement rien à faire de l’écologie.

        L’une des raisons de la fréquence de mes commentaires sur vos articles et tout simplement que j’y relève des erreurs énormes et un parti pris évident. J’y vois l’influence des lobbys dont je parlais. D’autant plus que votre manque de compétences sur les questions purement techniques et le choix que vous avez fait de vous alignez totalement sur un camp fait de vous une victime facile de ces influences.


      • merthin 27 novembre 09:49

        @Spartacus

        Une simple objection à l’argument de la destruction de l’économie et de l’emploi.

        Si je ne m’abuse, avant le 18ème-19ème siècle, il y avait le plein emploi et pas une goutte de pétrole.
        Le lien pétrole et plein emploi ne peut pas être établi comme étant universel et trans-historique.

        En revanche, la corrélation énergie-PIB est avérée.


      • berry 24 novembre 17:55

        Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle croyance, un prétexte pour expliquer tous les dysfonctionnements de la société, que ce soit l’excès de fiscalité due en fait à la mauvaise gestion du gouvernement, les inondations dues aux constructions dans les zones inondables ou l’invasion migratoire due au surpeuplement du tiers-monde. 

        L’autre jour, Nicolas Hulot prenait des airs exaltés à la télé et s’inquiétait de « la fin du monde », comme les paysans autrefois à l’approche de l’an mille. 

        https://www.dailymotion.com/video/x6xo0ke

        Sans blague !


        • Attila Attila 25 novembre 06:27

          @berry
          «  la fin du monde », comme les paysans autrefois à l’approche de l’an mille.  »
          Petite précision : ce n’étaient pas les paysans qui craignaient la fin du monde à l’approche de l’an mille mais les élites sociales de l’époque.
          Source : « La peur en occident » et « Le péché et la peur » de l’historien Jean Delumeau.

          .


        • Attila Attila 25 novembre 12:58

          @berry
          D’ailleurs, ce Nicolas Enculot qui s’inquiète de la fin du monde n’est pas un paysan, il fait partie de la France d’en haut.

          .


        • izarn izarn 24 novembre 19:05

          Oui mais l’argment du CO2 c’est de foutaise. Il s’agit de renflouer les caisses de l’état, détruites de puis l’effondrement de la finance en 2008. 700 milliards largués par Sarko sur le compte du contribuable. Idem en Allemagne, Italie, Portugal, Grece, Irlande, Espagne...Ensuite les agences de notation nous sont tombées sur le dos, avec un Trichet immobile à la BCE... Total ; budget de la dette insupportables...

          Euro glissant vers la faillite. De plus la zone euro n’est plus qu’un échafaudage branlant qui comme le dollar ne survit que grace à des taux négatifs !

          Bien sur le CO2 c’est pipo...Et désormais on voit à quoi ça sert :

          Nous faire les poches !

          Bien sur comme tous les charlatans, quand on verra que le climat ira mieux, ils diront que c’est grace à eux !

          Ben voyons !

           smiley


          • exocet exocet 25 novembre 00:20

            .

            mais pourquoi nous poussent-ils si fort vers la voiture électrique ?

            s’il n’y avait que les taxes sur les carburants....

            .

            Au printemps 2018 a été instauré un nouveau contrôle technique plus difficile à passer.

            Il est prévu qu’en janvier 2019 ce nouveau contrôle technique soit encore durci, essentiellement sur les contrôles de pollution, qui seraient dorénavant alignés sur les normes Euro 5 et Euro 6 pour tous les véhicules après 2010 ou 2011.

            .

            Alors pourquoi la voiture électrique ? 

            .

            Il y a quelques temps un groupe d’experts du nucléaire a remis sa copie au gouvernement : il faudrait fabriquer et installer en France 5 ou 6 réacteurs nucléaires EPR....pour sauver EdF et Areva de la faillite et...alimenter de « futurs véhicules électriques ».

            Tout est là, d’une pierre trois coups, remonter les finances en taxant, réalimenter Renault avec la vente massive de sa voiture Zoé électrique, faire faire du chiffre à EdF et aussi Areva dont les pays étrangers ne veulent plus acheter le combustible « mox »....

            .

            Au détriment des dindons que nous sommes...

            • Et cette politique n’est pas si innocente que celà.

              .

              On a réformé la SNCF qui perd de l’argent.

              .

              EdF, Enedis (ex-ErdF) et Areva sont trois sociétés issues d’une seule : l’EdF des années 90.

              De tous temps EdF a été surnommée « le pôle-emploi des fils à papa ». Depuis toujours il est illusoire de voir figurer dans les journaux les avis de recrutement et de concours pour y entrer. Seuls quelques privilégiés dûment pistonnés y ont accès. Expérience vécue. Du moins pour les postes intéressants qui paient bien. là on trouve du beau monde, des fils de bonne famille.

              .

              Aussi, je ne crois pas qu’on réformera EdF un jour, du moins en profondeur, ne pas bousculer ces chers amis. Il est donc question de nous réformer nous, le reste des Français, pour continuer à faire tourner cette entreprise surendettée au-delà de l’imaginable.

              Enedis a eu son linky, imposé par presque tous nos politiques, EdF et Areva auront les déplacements électriques...

              .

              Quant à la promesse d’une électricité issue de 50% d’énergies renouvelables au moins avec 50% de nucléaire, notre président l’a en douce reportée aux calendes grecques : ce seront les réacteurs et point barre.


            • ninportequoi 25 novembre 12:50

              Spartacus

              Mao est revenu au pouvoir en dénonçant l’élite et les intellectuels.

              Votre conclusion : « méfiez vous de l’élite et des intellectuels » est un système de pensée que ne pourrais renier Mao. Ni Pol Pot d’ailleurs, puisque leur élimination a été une priorité pour lui.

              Mais le dénigrement des intellectuels sert-il autre chose que le désir de mieux manipuler les autres, moins informés ?

              C’est une question que l’on peut se poser en lisant attentivement votre article.

              « Les USA qui ont refusé de les signer eux ont diminué leur rejets de CO2, c’est dire si c’est comique » (à propos des accords sur le climat).

              Les USA ont signé les accords de Paris sur le climat le 22 avril 2016 et les ont ratifiés en septembre. Auparavant Obama avait promulgué le Clean Power Plan dont l’un des leviers était de diminuer l’utilisation de charbon pour la production d’électricité. Les résultats se produisant en décalage avec les décisions, c’est depuis ces actions que les émissions de CO2 diminuent aux USA.

              Depuis, Trump a dénoncé l’accord sur le climat, annoncé la relance de la production de charbon et annoncé la réindustrialisation des USA. S’il atteint ces 2 derniers objectifs, et avec un certain décalage dans le temps, les émissions de CO2 Vont repartir aux USA. 

              Une fois ces choses précisées on est très loin de votre : « Les USA qui ont refusé de les signer eux ont diminué leur rejets de CO2 »

              Dans un autre commentaire et en utilisant une autre grossière manipulation (confusions des résultats de 2 études distinctes) vous affirmez : 
              Y as t-il eu des vignes au Groenland ? La réponse est OUI
              C’est sans équivoque". Mais en dehors de votre manipulation, vous restez bien incapable de le montrer de façon sérieuse.

              Dans un autre commentaire vous affirmez qu’il suffit de 60 millions de barils dé pétrole pour faire fonctionner 60 millions de voitures pendant 30 ans. D’après votre affirmation une voiture consommerai donc en moyenne 5,3 litres par an ! Pour donner un ordre d’idée l’Europe consomme environ 12 millions de barils de pétrole par jour.

              Je ferais donc cette conclusion à l’attention des lecteurs d’Agoravox : méfiez-vous des affirmations de Spartacus. Bien caché sous le vernis de ses croyances, il ne s’agit essentiellement que d’un étalage d’incompétence et une suite de mensonges et de manipulations.



              • Spartacus Spartacus 25 novembre 17:17

                @ninportequoi
                Je vois que comme tous les gauchistes vous dérivez sur l’ad personnam comme arguments.
                Les gens qui ne sont pas de votre obédience doivent être « diabolisés » comparés a des « négationnistes », les adeptes d’une religion ont ce comportement dans l’intolérance à la contradiction.

                L’élite et les intellectuels nous ont vendu le communisme comme idéal.
                Pol pot et ces cadres ont fait leurs études à Paris.
                Oui les intellectuels ont envoyé a la misère plein de gens.

                Oui il y a eu des vignes au Groenland. Elles sont décrites dans les récits des sagas de Eric le rouge.
                Il y a même eu une région en face du Groenland qu’il a nommé le Vinland (la terre des vignes) ou aujourd’hui on y trouve des icebergs.

                Le whataboutisme qui consiste a s’accrocher aux détails, pour nier le fond est assez pathétique.

                La question reste posée.
                Comment ont fait les Vikings pour créer un refroidissement climatique et faire de terres vertes et fertiles du Groenland et du nord, des territoires glacés ?
                Des taxes et une politique de lutte contre le CO2 en l’année 1235 ? 

                Vous avez le droit de croire à l’horoscope du GIEC. Mais n’insultez pas ceux qui n’y croient pas.


              • ninportequoi 26 novembre 00:50

                Spartacus

                Personne ne nie un réchauffement autour des années 1000, puis un refroidissement ensuite, le tout sans influence humaine.

                « Oui il y a eu des vignes au Groenland. Elles sont décrites dans les récits des sagas de Eric le rouge.
                Il y a même eu une région en face du Groenland qu’il a nommé le Vinland (la terre des vignes) ou aujourd’hui on y trouve des icebergs ».

                Cette traduction de Vinland (mot que l’on trouve effectivement dans les sagas) en « terre de vin » a interrogé nombre de chercheurs. Comment, au Groenland, ou on ne trouve comme trace de végétation des années 1000 que de maigres herbes, des saules et des bouleaux (plantes de régions froides), aurait-on pu trouver de la vigne et, encore mieux, récolter des grains suffisamment à maturité pour en faire du vin ? Pourquoi, s’il y a eu de la vigne au Groenland, n’en trouve t’on aucune trace ?

                La réponse est venue de linguistes.

                Il était paradoxal que le même mot Vinland réunisse une racine anglo-saxonne (land) et une racine latine (vin, vino). Il était beaucoup plus vraisemblable que les deux racines de ce même mot aient la même origine linguistique. La réponse était simple. Le préfixe « vin » (avec un i bref et non notre « in » nasal) est dérivé de « prairies », « pâturages ». On retrouve cette racine dans les langues locales anciennes : « Vinjartoddi »(charge pour le droit de pâture), Vinjarspann (charge sur le beurre), « hus og hagi og vini » maisons avec terroirs et pâturages, par exemple.

                Le fameux « vin » qui a trompé tant de monde, jusqu’à cette polémique actuelle sur le changement climatique au Groenland, nommait en fait dans les sagas scandinaves des pâturages. Et même des pâturages très maigres puisque les vaches et les porcs venus d’Europe n’ont subsisté que peu de temps au Groenland.

                Allégre qui était vulcanologue et non climatologue, et qui n’en était pas à une erreur scientifique près, a lancé cette histoire de Groenland et de « Vinland ».

                D’ailleurs le changement climatique est faible puisque dans les zones d’implantation des Vikings au Groenland, à l’époque, on trouve aujourd’hui quelques vallées abritées et bien orientées ou pousse un peu de prairies l’été.

                On est très loin de votre présentation des choses dans laquelle nous serions passé de la vigne et du vin du temps des vikings aux icebergs aujourd’hui.

                Et voila.

                Tout ceci pour dire que vous appuyez vos affirmations sur du vent.

                Avant de décrire les scientifiques du Giec comme des incompétents ou des faussaires faites vous-même un petit effort culturel et éthique. Cela vous rendra crédible. Personnellement, comme je n’ai ni la formation scientifique, ni les moyens techniques de vérifier leurs dires (je suis comme vous sur ce point) je m’abstiens de parler de leurs travaux sans savoir (ce qui nous différencie franchement, par contre).


                • Spartacus Spartacus 26 novembre 09:12

                  @ninportequoi
                  Ad personam caricatural vous ne pouvez vous retenir.
                  Votre procès d’intention a me faire dire ce que je ne dit pas est assez pitoyable.
                  Je n’ai pas dit que le GIEC était rempli d’incompétents, mais que c’était un lobby.

                  Que des statistiques corrélatives sont le nouveau concept de la manipulation des foules et que justement ce n’était pas scientifique. Arrêtez d’invoquer la science pour donner de l’importance a justement ce qui ne devrait pas en avoir.
                  Il n’y a pas besoin de sortir de l’ENA pour l’admettre. 

                  Le lobby des verts-décroissant est le plus puisant qui existe. 
                  En France ils ont les moyens quasi infinis du contribuable, un ministère de 40 milliards plus important que celui de la défense, un ministre numéro 3. 
                  Appuyé par la puissance de l’éducation nationale qui conditionne, et des journalistes quasi tous de gauche, ou centre gauche bienveillants écolos.

                  A l’ONU et l’Europe, leurs ONG bénéficient de financement pharaoniques...
                  Greenpeace, WWF, GIEC ont les faveurs des médias et la contestation est caricaturé.
                  Rappelez vous Sarkosy qui a émit l’idée que l’homme ne soit pas le seul responsable climatique et la volée de haine et terrorisme de la caricatures qu’il a subit que jamais après il n’a osé le redire.

                  L’écologie au sens propre est une science, mais au sens factuel n’en est pas. C’est le nouveau refuge des anciens communistes, malthusiens et décroissants.
                  Que ce qui les intéresse est surtout de faire décroître la société et les moyens qu’ils disposent sont énormes. 

                  Les statistiques corrélatives sont les nouveaux Goebels de la société et remplacent les personnes d’influence que décrivait Le Bon dans son traité de psychologie des foules. 
                  Les contester, des idiots utiles comme vous (sans être péjoratif) font passer la contestation pour des crétins et refusent d’admettre l’évidence que ce n’est qu’incertitude et refusent une analyse pragmatique.

                  Le GIEC ne produit rien d’autre qu’un horoscope climatique. Ca fonctionne psychologiquement pareil.
                  Comme l’horoscope, si un événement ne se produit pas personne n’y prend de l’importance, et s’il y en a un qui se produit, les idiots utiles vous diront, vous voyez bien c’est écrit dans les étoiles. Pour le GIEC dans ses prévisions anxiogènes.

                  Le taux d’incertitude est plus important que la certitude.
                  Et détruire l’économie de nos concitoyens et accorder de l’importance a celui ci est une aliénation.
                  Aujourd’hui pas d’inondation ou tsunami qui contredit l’apocalypse prévue. Mais sans problème à la prochaine la caste vous exposera le GIEC vous l’avait dit.

                  Moore l’ancien fondateur de Greenpeace, Lindzen, qui ont vécu la mainmise idéologue fournissent les témoignages, Longborn analyste statistique démontre la faible fiabilité des prévisions.


                • ninportequoi 26 novembre 14:49

                  @Spartacus
                  Je vois que vous laissez de coté cette fable de la vigne au Groenland et je vous en félicite. Cette fable amplifiait démesurément les variations passée dans le but de relativiser abusivement les variations actuelles afin de les présenter comme anecdotiques. Il importait donc de préciser par des faits, qui écartent les mythes, les légendes et les erreurs de traduction, la faible ampleur de ces variations passées.

                  Il est possible de présenter le Giec comme un lobby. C’est un point de vue. En face, et comme je vous le dis dans un autre commentaire, le secteur des énergies fossiles est extrêmement riche et puissant et ne manque pas d’utiliser toute les possibilités d’influence qui se présente pour défendre ses propres intérêts. C’est incontestablement un lobby puissant.
                  Dans ce contexte le citoyen non scientifique, non spécialiste mais qui cherche seulement à être informé des enjeux de l’énergie et du climat à forcément beaucoup de mal à s’y retrouver dans ces flots d’informations contradictoires.
                  Vous sous-estimez largement la portée scientifique des statistiques et des modélisations mathématiques. Je crains que, comme pour la question de la climatologie, de l’agriculture ou de la botanique, la compréhension de ces domaines vous échappe. C’est pour cela que je vous appelle à la plus grande prudence dans vos positionnements.
                  Notre petite polémique sur la vigne au Groenland montre au moins une chose : sans vigilance, sans recherche personnelle d’informations fiables, on est très facilement désinformé, voire manipulé.


                • zygzornifle zygzornifle 26 novembre 10:37

                  Que tu aies une voiture «  Diesel » ou non,

                  un chauffage au fuel ou autre….lis ceci :

                  C’est une très bonne analyse démontrant que nos politiques

                  (et les verts) nous font du spectacle :

                  La paranoïa du DIESEL ne concerne que les automobiles !

                  Les Poids lourds, Autocars, Navires, Avions , sont exclus ! Les taxis, ambulanciers sont eux très faiblement taxés !

                  Ce qui explique leur absence lors des manifestations des “Gilets jaunes” !!!!!!!!

                   

                  Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’industrie maritime qui a démontré qu’en considérant la taille des moteurs

                  et la qualité du carburant utilisé, les 15 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’’ensemble des 760 millions d’’automobiles de la planète.

                  >  

                  Vous savez, ces  porte-conteneurs qui nous alimentent en produits

                  que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées, 

                  aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.

                  Ces malheureux 15 navires font partie d’’une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers.

                   

                  Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.

                   

                  Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde,

                  prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France.

                   

                  Les milliers d’’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation de kérosène par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’automobile.

                   

                  Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

                   

                  Mais pas d’’affolement, le gouvernement va certainement sauver la planète en collant une nouvelle TAXE sur les seuls véhicules DIESEL .... et affaiblir un peu plus notre industrie automobile, ce qui augmentera le chômage dans la foulée.…

                   

                  Comme vous le savez bien, en payant une TAXE sur le gas-oil,

                  celui-ci ne polluera plus… sauf si vous estimez qu’’on vous prend vraiment pour des idiots .

                  Cela prouve également que « les journaleux » sont achetés par le pouvoir pour nous

                  laver le cerveau. 


                  • ninportequoi 27 novembre 12:37

                    @zygzornifle
                    Le chef de cabinet de Macron a actuellement quelques problèmes judiciaires pour conflit d’intérêt. Il a utilisé ses responsabilité au port du Havre puis sa proximité avec Macron pour favoriser son entreprise (croisiériste) elle même en lien commercial étroit avec les chantiers de S Nazaire. En effet, faire subventionner par l’Etat les chantiers de St Nazaire c’était avoir un prix plus bas pour l’achat des bateaux de sa société familiale privée
                    Ce genre de bateaux utilise des fuel lourds (détaxés) qui sont les moins chers mais aussi les plus polluants. Lors de la présence dans un port d’un paquebot de croisière ses moteurs tournent pour satisfaire les besoins du bord. Comme cela a été mesuré, et donc démontré, la présence d’un seul de ces paquebots dans le port de Marseille suffit à faire monter sur l’ensemble de la ville les taux de particules fines au delà des normes admises. 
                    Mais pour des raisons prétendument environnementales, c’est les carburants des automobilistes, pourtant infiniment moins polluants que ces fuels lourds, qui sont lourdement taxés.
                    Pour les mêmes raisons d’environnement Macron va-t-il imposer l’usage de gazole propre aux bateaux de son ami et chef de cabinet ? J’ai quelques doutes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès