• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Vers une transition écologique ?

Vers une transition écologique ?

JPEG

Une transition écologique rapide est-elle encore actuellement possible ?

Cela nécessiterait une réelle volonté politique avec des actions concrètes fortes loin des demi-mesures hasardeuses et sans réelle portée qui sont engagées.

Que voit-on aujourd’hui ? Nous continuons à utiliser des véhicules roulant au diesel et à l’essence alors qu’il existe des possibilités de développer des moteurs à hydrogène et que des voitures et des vélos électriques, même si ce n’est certes pas le meilleur système, sont apparus sur le marché.

Nous dénigrons le train pour le transport des marchandises alors que nous pourrions développer un système de transport ferroviaire efficace comme l’a déjà fait la Suisse ou bien le transport par péniche naviguant avec des moteurs électrique ou à hydrogène. Nous laissons les cargos et les bateaux de croisière continuer à polluer l’air et les océans, les avions à détruire la stratosphère. A tous les niveaux, là où il serait déjà possible d’agir, rien n’est fait ou presque.

Car le changement climatique n’est pas quelque chose de brutal, il se fait dans une certaine durée qui échappe à nos vies instantanées même si nous commençons déjà à en ressentir les effets via le climat pendant les étés. Des sécheresses à répétition, des températures extrêmes ont créé des sentiments d’angoisse diffuse sans que la panique ait pris le dessus. Nous faisons le dos rond pendant les étés en nous disant que cela va passer, que ce n’est que temporaire, quelques jours pénibles à supporter, de mieux en mieux d’ailleurs grâce à la généralisation de la climatisation dans les véhicules et les habitations.

Nous n’envisageons pas que la situation va empirer. Ou plutôt nous ne voulons pas y croire car nous avons toujours vécu dans un monde où tout se passait bien pour nous. C’est le syndrome du ‘pas ici chez moi’. Nous ne pouvons pas croire à un scénario catastrophe bien que nous ayons vu deux avions s’écraser sur des grattes-ciel à New-York il y a 20 ans. Mais ce n’était finalement là que des images assez irréelles. Dans notre esprit, les problèmes se passent toujours ailleurs, jamais devant notre porte. La sécheresse c’est en Afrique, les tornades dans le middle-west américain, les cyclones dans la mer des Caraibes, les tsunami et les inondations quelque part en Asie. Chez nous, forcément, il fait bon vivre. Finalement, l’écologie est aussi affaire de psychologie. 

Nous sommes devenus tellement aveugle que nous ne voyons plus l’effondrement devant nos yeux. L’effondrement des populations d’insectes et en répercussion celle des oiseaux car la nature est une chaîne. Les changements dans la végétation liés au changement climatique. L’augmentation de l’intensité des vents qui érodent et assèchent le sol. La contamination des poissons par les pesticides, les métaux lourds et les plastiques. La pollution des viandes par la nourriture contaminée et les médicaments administrés en masse aux animaux. Tout notre système et notre environnement est atteint et nous détruit en retour. C’est une forme de suicide organisé et planifié. 

Souvent les gens sont pris dans leurs habitudes et il leur est difficile de changer sauf si on leur en donne l’occasion et les moyens. Dans le fond, personne n’a vraiment envie de changer sa manière de vivre. Cela demande de l’énergie et du temps et nous pensons finalement que nous sommes chacun dans la bonne option et même si nous sentons que ce n’est pas le cas, il nous est difficile de modifier nos comportements car nous y avons trouvé une certaine forme d”équilibre. Souvent nous ne changeons nos vies que contraints et forcés. Ce sont des éléments extérieurs qui nous y poussent. Nous pensons avoir de la volonté mais nous en avons peu au final. La transition écologique va nécessiter des changements : dans nos habitudes d’achat, dans nos manières de vivre, de nous déplacer, de travailler, de communiquer. Il faut pour cela que nous puissions avoir des bases afin de pouvoir modifier progressivement nos comportements.

Le principal problème est de pouvoir concilier une transition écologique rapide avec le système capitaliste existant. Car c’est le système capitaliste qui domine partout sur notre planète. Même si la Chine se réclame encore d’un système de type communiste, on peut voir la Chine comme un système capitaliste d’état. Il ne paraît pas concevable à l’heure actuelle de transformer en profondeur voir de modifier le système capitaliste existant. Ceux qui veulent tout changer, envisage une révolution, ne font que de l’idéalisme et nous font perdre du temps. Il faut donc malheureusement pouvoir concilier ce système capitaliste avec la mise en place d’un système plus respectueux et plus en adéquation avec notre environnement.

Concernant l’agriculture, grosse consommatrice d’eau, il semble plus ou moins facile de construire des retenues d’eau ainsi que de promouvoir la récupération de l’eau de pluie dans des citernes. Cela n’est pas l’idéal mais permettrait de pallier rapidement un problème de plus en plus prégnant. Rediriger aussi la culture du mais vers d’autres céréales nécessitant moins d’eau. Pour les engrais, il serait je pense possible de recycler les excréments des animaux notamment des porcs et des vaches afin de fabriquer des engrais naturels. Il faudrait peu à peu bannir les engrais chimiques en créant des filières de recyclage. Il serait nécessaire d’encadrer la vente de médicaments afin de limiter leur utilisation et d’entreprendre des recherches afin de pouvoir s’en passer. Les surdoses de médicaments sont souvent dues à la manière dont les animaux sont élevés. Il faut donc modifier les méthodes d’élevage en prévoyant plus d’espace, plus de bien-être, une meilleure alimentation. Cela a un coût et les subventions aux agriculteurs devraient être redirigées en ce sens. Plus de production et donc plus de productivité donne aujourd’hui droit à plus de subvention, ce qui va à l’encontre d’une agriculture respectueuse des bêtes et de l’environnement. L’utilisation des pesticides et des fongicides doit être peu à peu limité. Cela est possible en utilisant de nouvelles techniques d’agriculture type agriculture de conservation ou permaculture. Le consommateur a aussi un rôle important à jouer en privilégiant les animaux élevés de manière plus naturelle. Les changements et les incitations doivent venir de multiples directions. Consommer de la meilleure viande mais en moins grande quantité afin de limiter l’impact de l’élevage sur l’environnement. Il faudrait également inciter à la récupération du méthane émis par les excréments des animaux via le principe de méthanisation, cela permet également de générer des engrais naturels. Il y a donc un double bénéfice. 

Des solutions innovantes et simples existent donc pour protéger notre environnement. Il suffirait de les généraliser sur une plus grande échelle. Toutes ces mesures ne peuvent être prises que de manière concertée avec un état organisateur et incitateur et non plus seulement répréhensif et dirigiste.

Concernant l’industrie et les ménages, je pense qu’il serait possible de diminuer les consommations d’énergie en créant des bonus-malus énergétiques. L’incitation pour les ménages ne serait que faible au départ afin de ne pas pénaliser les ménages les plus modestes mais elle aurait je pense un impact fort car elle permettrait de savoir si nos habitudes de consommations énergétiques sont bonnes ou mauvaises. Par ailleurs, avoir un malus serait je pense vécu comme quelque chose de négatif et l’incitation à faire évoluer ses comportements d’utilisateur énergétique serait donc sensible. Ce système avait en fait été envisagé et même annoncé par le précédent gouvernement mais est finalement tombé dans les oubliettes du ministère de l’écologie.

Il faut également s’attaquer à la base du problème c’est à dire la production et la distribution des produits en réduisant l’usage des plastiques et des matières toxiques par une fiscalisation de l’utilisation de ces produits. Utiliser ces produits deviendraient onéreux et donc non rentable. Car la base alpha du capitalisme c’est la rentabilité, produire moins cher et plus vite des produits innovants. Le capitalisme se moque d’utiliser telle matière ou telle autre. Il veut juste utiliser des matières à faible coût, facilement utilisable et en abondance. Il n’y a donc pas fondamentalement de contradiction entre le capitalisme et l’écologie et il est vain de les opposer constamment comme deux frères ennemis, comme étant incompatible. On devrait au contraire s’engager dans une voie de conciliation. Il est également intéressant de se rendre compte que l’écologie constitue pour le capitalisme un nouveau marché avec de nouveaux débouchés. Le jour où les produits issus de l’écologie auront des coûts équivalents ou presque aux produits non écologiques alors ils prendront le dessus en terme de diffusion. Le capitalisme est un monstre dont la finalité ultime est le gain et non pas l’extension perpétuelle comme certains l’indiquent. La publicité n’est pas là pour faire vendre plus mais pour faire vendre son produit à la place de celui du concurrent. Le capitalisme est un monstre aveugle mais l’on peut diriger ce monstre, l’orienter. Plutôt que de dire ou penser que tout est perdu, nous devons faire en sorte que ces changements adviennent. Il ne s’agit pas d’une révolution mais uniquement d’ajustements comme une fusée lancée utilisant ces rétro-moteurs pour se réorienter dans l’espace. 

Par ailleurs, grâce à des applications simples comme Yuka, il devient possible d’avoir une approche de la qualité des aliments proposés d’un point de vue nutritionnel. Pourquoi ne pas étendre ce principe à l’ensemble des produits afin de connaître leur niveau de respect environnemental et sociétal. Ce tee-shirt est-il fabriqué avec un coton respectant la terre et l’environnement ? Ceux qui l’ont produit ont-ils été respecté ? Car l’écologie ne doit pas être déconnectée du sociétal. Les citoyens veulent désormais plus d’information sur ce qu’ils achètent car ils savent que leurs achats ont un impact direct sur l’environnement et la vie des gens qui fabriquent ces produits. Les données doivent être diffusées et partagées. Elles ne doivent pas être l’apanage de grands groupes qui les utilisent pour cibler les consommateurs pour leur publicité.

Les grands rassemblements type COP21 à Paris ne sont que des show médiatiques qui n’existent que pour satisfaire ceux qui les organisent. Rien de concret n’y est décidé et les engagements pris ne sont que des engagements de papier. S’en défaire ne coûte rien, il suffit de déchirer le papier comme l’ont fait les Etats-Unis. Plutôt que de s’engager sur des résolutions très générales auxquelles personne ne croit vraiment, il faut décider d’actions concrètes :

  • remplacer le plastique par des produits bio-dégradables, 

  • créer un centre mondial de recherche sur la production énergétique à partir de l’hydrogène et l’énergie solaire,

  • substituer les engrais chimiques par des engrais naturels,

  • s’engager dans la production de céréales économes en eau,

  • créer un fonds mondial pour éliminer les sites les plus polluants type Norilsk en Russie

  • développer et mettre en oeuvre de nouvelles techniques d’agriculture permettant d’arrêter la dégradation des sols de culture type agriculture de conservation 

  • ….

 

Le jour où nous nous sommes rendus compte que les gaz CFC étaient en train d’anéantir la couche d’ozone et que nous risquions de perdre notre protection contre les rayons solaires, la réponse a été quasi-immédiate et en 1987 via le Protocole de Montréal, ces gaz ont été remplacés. Par la suite, les gaz H-FC ont été également progressivement éliminés du fait de leur impact majeur sur le réchauffement climatique. Il convient de noter que dans ce cas précis l’Union Européenne a décidé, planifié et organisé l’élimination de ces gaz. Et nous pouvons dans ce cas constater son efficacité en matière réglementaire.

Il est donc possible quand existe une réelle volonté politique mais aussi populaire de prendre rapidement les mesures adéquates pour lutter contre des pollutions majeures. Car la volonté populaire est également importante et elle doit aussi se manifester soit dans le cadre d’association soit de façon plus direct en soutenant les programmes politiques réellement écologiques.

La maison est en train de brûler, et ce n’est désormais plus une métaphore quand nous voyons les incendies en Australie, Californie et Amazonie. Et pendant ce temps, nous nous occupons de changer le lave-vaisselle dans la cuisine. Et nous le faisons car nous ne voulons pas voir la réalité en face. Celle d’un monde dont les terres se meurent, où l’océan s’acidifie, où l’eau devient un bien rare, où la biodiversité disparaît, où les maladies dues à la dégradation de l’environnement augmentent. Un monde où il fait de moins en moins bon vivre et tout cela uniquement par notre inconséquence.

Notre première et unique priorité doit être d’arrêter ce processus.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 septembre 13:49

    Tout ce récit est conjugué à la première personne du pluriel : « nous » ceci, « nous » cela.

    Le propos gagnerait à être transcrit en utilisant la troisième personne du pluriel : « ils » (ceux qui ont les atouts dans les mains et les utilisent pour rafler la mise).

    Personnellement, je roule en voiture, et je n’ai pas le choix ; je suis le premier à déplorer que la SNCF ne soit pas les CFF, mais ce n’est pas faute d’avoir manifesté contre la fermeture de toutes les lignes secondaires et le transfert du fret ferroviaire sur le transport routier. Alors, j’avale mal les reproches qui me sont faits quand ils concernent des réalités contre lesquelles je me suis battu, en son temps !


    • JC_Lavau JC_Lavau 26 septembre 15:25

      « l’océan s’acidifie ». On a déjà démonté cette fraude en 2014 :

      Fraude : nulle trace de corpus expérimental soutenant « acidification des océans »



      • biquet biquet 27 septembre 09:27

        @JC_Lavau
        D’un simple aspect chimique, l’acidification des océans est une réalité. Des millions de tonnes d’oxyde de souffre sont dégagés par les navires. Cet oxyde de souffre ne reste pas en suspension au dessus des océans. Une partie se mélange à l’eau. L’oxyde de souffre c’est SO3, ajouté à l’eau cela donne H2SO4, l’acide sulfurique.


      • pierrot pierrot 28 septembre 18:28

        @biquet l’essentiel est plutôt la dissolution du CO2 qui donne des hydrogénocarbonates et des carbonates et donc participent à l’acidification des océans mais actuellement le pH est encore de 8,2 (donc basique) au lieu de 8,7 avant l’industrialisation.
        Le terme acidification est impropre mais on comprend le sens.


      • JC_Lavau JC_Lavau 29 septembre 22:49

        @biquet. Mais wi ! Il suffit que la propagande soit localement hégémonique, pour qu’elle ne puisse plus ni se tromper ni nous tromper. Air connu.

        Fraude : nulle trace de corpus expérimental soutenant « acidification des océans »

      • JC_Lavau JC_Lavau 26 septembre 15:30

        « L’augmentation de l’intensité des vents qui érodent et assèchent le sol », certes la propagande le martèle 366 jours par an.

        Toutefois, la réalité ce sont les inondations : le vent apporte les pluies.


        • biquet biquet 27 septembre 09:16

          @JC_Lavau
          Le vent n’est rien d’autre qu’un déplacement d’air entre deux zones dont la pression atmosphérique est différente, les précipitations n’ont rien à voir.


        • JC_Lavau JC_Lavau 29 septembre 22:44

          @biquet. Et en ce moment, qu’avons nous ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 26 septembre 15:38

          « les incendies en Australie, Californie ». Certes, les fanatiques zécolos y tiennent énormément, et pour cela interdisent toutes les bandes coup-feu, tous les brûlages partiels préventifs.

          https://www.trfm.com.au/articles/planned-burns-halted/Les manifestants ont mis fin aux brûlages planifiés en deux endroits aujourd’hui

          Les manifestants qui ont manifesté lors de deux brûlages planifiés dans l’est de la région se sont mis en danger, ainsi que la communauté au sens large, en essayant de perturber les opérations de brûlage prévues.

          Le chef adjoint des pompiers du Gippsland, Beth Roberts, a déclaré : "Les équipes de Forest Fire Management Victoria prévoyaient d’allumer des feux à Baines Road Mossiface et Nelsons Road Nowa Nowa le mercredi 4 septembre.

          « Ces brûlages sont des brûlages de protection des biens stratégiques, destinés à protéger la vie humaine, les biens et les actifs de la communauté contre les feux de brousse d’été », a déclaré le Dr Roberts. ...

          Et que s’est-il passé par la suite à Baines Road Mossiface ? La localité a été ravagée par les incendies et des maisons ont brûlé. Merci qui ? Les manifestants.


          Daily mail :

          Les habitants de la ville où une petite poignée d’activistes verts (greenies) a empêché les brûlages préventifs n’ont dû la vie sauve qu’en se réfugiant sur la plage.

          https://www.dailymail.co.uk/news/article-7914203/Nowa-Nowa-protesters-blocked-burning-East-Gippsland-bushfire.html

          Comment un minuscule groupe de manifestants verts a réussi à stopper les flammes dans l’est du Gippsland parce qu’ils craignaient la mort de bébés oiseaux - avant que les incendies ne ravagent la région, tuant quatre personnes et forçant l’évacuation massive par la plage.

          Des manifestants à Nowa Nowa, dans l’est du Gippsland, ont interrompu les brûlages destinés à réduire les risques d’incendie. Des plaintes concernant la mort de bébés oiseaux ont permis de réduire à 9 hectares les 370 hectares de brûlages prévus Les pompiers portent au crédit des contre-feux en Nouvelle-Galles du Sud d’avoir sauvé les villes d’horribles feux de brousse. 29 personnes et 1 milliard d’animaux ont été tués, et 10 millions d’hectares ont été brûlés dans des méga-incendies


          • JC_Lavau JC_Lavau 26 septembre 15:41

            « les gaz H-FC ont été également progressivement éliminés du fait de leur impact majeur sur le réchauffement climatique ».

            Fraude encore et toujours, de faire passer les gaz polyatomiques pour « à effet de serre ». On est déjà revenu dessus ici à plusieurs reprises.


            • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 26 septembre 18:07

              La transition énergétique est un fantasme, les énergies ne se substituent pas, elles s’additionnent.

              Le charbon a détrôné le bois au début du 19ème siècle et le pétrole a détrôné le charbon au milieu du 20 ème siècle. Et pourtant on utilise aujourd’hui plus de bois et de charbon qu’au moment de leur déchéance.

              Imaginons qu’on arrive à percer technologiquement dans l’énergie solaire et qu’elle arrive à satisfaire une grande partie de nos besoins en 2090, c’est à dire une consommation énergétique 4 fois plus importante, du fait que la consommation d’énergie doit doubler tous les 35 ans pour satisfaire une croissance économique de 2% par an, elle faudrait malgré tout une consommation pétrolière supérieur à celle d’aujourd’hui pour satisfaire l’augmentation des besoins qui ne peuvent se substituer au pétrole.

              Si on poursuit cet courbe exponentielle vers l’infinie, il faudrait en l’an 2450, produire 9600 fois plus d’énergie qu’aujourd’hui, soit l’équivalent de toute l’énergie du soleil reçue par la terre. Ce qui suppose de couvrir la totalité de la surface du globe par une couche de panneaux solaires ( océans compris ) sans qu’un seul rayon n’y pénètre.

              En l’an 3600, il faudrait produire l’équivalent de l’énergie totale de notre soleil

              En l’an 4000, il faudrait produire l’équivalent de l’énergie additionné de toutes les étoiles de notre galaxie.

              Bref, ce qu’il faut ce n’est pas une transition énergétique mais arrêter la fable de la grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf. 


              • biquet biquet 27 septembre 09:30

                @Florian LeBaroudeur
                Les énergies fossiles ne sont pas inépuisables, un jour ou l’autre elles devront être remplacées.


              • Claudec Claudec 26 septembre 18:26

                Écologiquement, la première transition dont il importerait qu’elle soit rapide, est la transition démographique, par laquelle passe toutes ses autres formes et bigoteries.

                Or l’humanité n’en prend pas le chemin. Après que la population humaine mondiale ait augmentée, en moyenne, d’environ 10 500 individus chaque jour depuis le début de notre ère, ce chiffre est actuellement de 220 000 chaque jour et sera, selon hypothèses haute ou basse des projections de l’ONU, de 125 à plus de 300 000 dans moins d’un siècle, après 250 000 en l’an 2 030. Ce sont donc 11 Milliards d’humains qui s’annoncent pour le prochain siècle ; à supposer qu’ils l’atteignent. Quand la fécondité des pays avancés régresse (à contre-temps), celle des pays pauvres tarde à faire de même, en dépit d’une évolution favorable de quelques pays concernés.

                Si rien ne change rapidement – comme avec un virus par exemple – il est donc inéluctable que l’humanité soit conduite à choisir entre sauver des vies et sauver l’espèce. Et si la dénatalité peut y suffire, ce ne sera pas sans les plus grandes difficultés.

                Davantage soucieux du nombre que du bien-être de ceux sur lesquels ils se fondent et prospèrent, tous les pouvoirs, du religieux au politique en passant par le parental, ont toujours encouragé l’homme à se multiplier. À eux dorénavant de (reconnaître) et réparer leurs abus et ceux auxquels ils ont entraînés leurs fidèles, leurs électeurs, leurs sujets, et autres partisans et ouailles bêlantes en tous genres. 

                https://pyramidologiesociale.blogspot.com


                • Old Dan Old Dan 27 septembre 05:00

                  « La durée aime ce qui se construit lentement » (M. Serres Le contrat naturel)

                  ...un arbre, une cathédrale, une civilisation, une Conscience...

                  .

                  [ Mais aussi la vieillesse, la bêtise et les grands effondrements ! ]


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 septembre 08:48

                    L’écologie, c’est avant tout une affaire d’éducation et d’enseignement. Freud : tout se joue avant sept ans. Certains rares ont compris et y arrivent. C’est donc que l’occident est arriéré. https://www.lalibre.be/debats/opinions/l-ecole-doit-aimer-ce-qui-est-vrai-ce-qui-est-bon-et-ce-qui-est-beau-5f6cb451d8ad5862195aa40b


                    • pierrot pierrot 28 septembre 18:34

                      Les énergies les moins émettrices de gaz à effet de serre (en prenant en compte l’ensemble du cycle) sont :

                       le nucléaire,

                      puis

                       l’hydraulique,

                      puis

                       l’éolien, 

                      puis

                      le photovoltaïque.

                      Donc pour freiner le réchauffement climatique il faut avant 2060 développer plus (multiplier par 4) l’énergie nucléaire (Chine, Inde, Japon, Russie, Royaume Uni, Pologne, Biélarusse, , Arabie, EAU, Brésil, Afrique du Sud etc...


                      • JC_Lavau JC_Lavau 29 septembre 22:46

                        @pierrot. Et comment fais-tu pour démontrer que les gaz polyatomiques sont (miraculeusement) devenus « à effet de serre ». Certes, la propagande le serine... Certes...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

razoumikhine

razoumikhine
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité