• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Angela Merkel, l’honneur de l’Europe de la solidarité

Angela Merkel, l’honneur de l’Europe de la solidarité

« Personne, pas même quelqu’un muni d’une grande expérience, ne peut seul améliorer les choses en Allemagne, en Europe, dans le monde, et certainement pas le Chancelier de l’Allemagne. » (Essen, 6 décembre 2016).

_yartiMerkel2016A05

Incontestablement, s’il fallait ne garder qu’une seule forte personnalité parmi les dirigeants du monde depuis le début du XXIe siècle, on hésiterait seulement entre Vladimir Poutine, "chef" de la Russie ("chef" puisque depuis le 31 décembre 1999, il a été alternativement Président et Premier Ministre de la Fédération de Russie) et Angela Merkel, Chancelière de l’Allemagne réunifiée depuis le 22 novembre 2005, soit plus de onze ans. Les deux personnalités ont la soixantaine passée et ont forgé une autorité incontestable tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leur pays respectif.

Pour cette physicienne de l’Allemagne de l’Est, sous-estimée mais quand même encouragée par Helmult Kohl, Angela Merkel, l’air de rien, a réussi à établir une sorte de synthèse institutionnelle qui correspond bien à la mentalité allemande. Si, au contraire de Vladimir Poutine, Angela Merkel n’a pas été au pouvoir dès 2000, elle est quand même présidente de la CDU (l’Union démocrate-chrétienne allemande) depuis le 10 avril 2000, soit à peu près aussi longtemps que Vladimir Poutine est au pouvoir en Russie.

Lorsque le 20 novembre 2016, Angela Merkel avait annoncé devant les dirigeants de la CDU qu’elle briguerait un quatrième mandat aux élections législatives prévues en octobre 2017, personne n’avait vraiment été étonné, tant la classe politique allemande a peu de personnalités capables de lui succéder avec la même grandeur (pour le SPD, le futur ancien Président du Parlement Européen Martin Schulz semble s’y préparer). Ce fut même un soulagement. Entre parenthèses, on est donc très loin de cette pitoyable allocution télévisée du Président français François Hollande disant le 1er décembre 2016 qu’il n’osait plus se représenter, tant il souffrait d’impopularité.

C’est donc tout à fait naturellement que la Chancelière allemande a demandé le renouvellement de son mandat à la tête de son parti, la CDU, lors du 29e congrès à Essen ("manger" en allemand !). Le 6 décembre 2016, elle a donc été réélue triomphalement présidente de la CDU avec 89,5% des délégués. Même le score de François Fillon est ridicule par rapport à ce résultat.

_yartiMerkel2016A02

Il faut noter que s’il elle ne dépassera probablement pas la longévité d’Helmut Kohl à la tête de la CDU (plus de vingt-cinq ans, du 12 juin 1973 au 7 novembre 1998), elle a déjà dépassé Konrad Adenauer (plus de 15 ans, du 21 octobre 1950 au 23 mars 1966).

Cette réélection n’était pas une surprise, là non plus, mais ce qui était intéressant, c’était le niveau d’approbation. Lors du précédent vote pour son précédent mandat de deux ans, Angela Merkel avait alors recueilli 96,7% des délégués le 9 décembre 2014 à Cologne, et le 4 décembre 2012 à Hanovre, elle avait même eu son record avec 97,9% ! Mais 2014 et 2012, c’était avant une sorte de rébellion contre sa décision d’accueillir un million de réfugiés syriens en Allemagne.

Lors du précédent congrès à Karlsruhe le 14 décembre 2015, Angela Merkel avait cependant réussi à retourner l’assemblée en sa faveur malgré ces contestations internes. Sa position lors de la crise des réfugiés lui avait d’ailleurs valu des résultats désastreux dans les récentes élections locales, tant le 13 mars 2016 que le 18 septembre 2016 où le parti d’extrême droite (AfD) a même fait son entrée dans les instances berlinoises et l’AfD atteint actuellement 10% dans les intentions de vote pour les prochaines élections législatives.

Sur ses trois gouvernements (en trois législatures), Angela Merkel a dirigé deux gouvernements de grande coalition, c’est-à-dire d’alliance entre les deux principaux partis de gouvernement généralement opposés, la CDU et le SPD, en raison de l’émiettement électoral qui empêche l’un de ces deux partis d’obtenir une majorité absolue de députés avec leurs alliés traditionnels (les Verts pour le SPD, les libéraux du FDP pour le CDU qui ont été laminés lors des dernières élections législatives du 22 septembre 2013).

_yartiMerkel2016A03

Si elle s’est montrée inflexible lors de la crise de l’euro pour que chaque pays de la zone euro respectât scrupuleusement le pacte de stabilité, Angela Merkel a surpris par sa position sur les réfugiés. En définitive, elle a montré deux perspectives ; les moyens, l’orthodoxie budgétaire, pour atteindre la prospérité économique, et la finalité, pas pour s’enrichir forcément mais pour, le cas échéant, être suffisamment fort pour secourir ceux qui en auraient besoin, reprenant en cela les valeurs profondes de l’Europe, les valeurs chrétiennes que beaucoup veulent mettre en devanture et dont bien peu veulent tirer les conséquences sur le plan politique concret.

En ce sens, Angela Merkel devrait être considérée comme bien plus "progressiste", "sociale" que des gouvernements qui se revendiquent "de gauche" comme ceux de François Hollande, quand on pense que la France ne s’est engagée que sur l’accueil d’une trentaine de milliers de réfugiés, soit moins d’un réfugié par commune, soit moins d’une famille pour un quart ou un cinquième des communes.

Favorable à l’interdiction du voile intégral (« là où c’est juridiquement possible »), elle a réaffirmé très fortement les valeurs de l’Europe et de l’Allemagne : « Le droit allemand prévaut sur la charia ! ».

Dans son discours à Essen le 6 décembre 2016, Angela Merkel a reconnu qu’il ne fallait pas renouveler l’arrivée massive de réfugiés de l’année 2015 (900 000 sont venus s’installer en Allemagne) : « Une situation comme celle de l’été 2015 ne peut et ne doit pas se répéter ! » mais elle a refusé de fixer un "plafond" de 200 000 nouveaux réfugiés chaque année.

Comment le Président de la République François Hollande a-t-il pu laisser se développer l’angoisse, réelle du reste parmi le peuple, d’une sorte d’invasion, de "grand remplacement" (une expression particulièrement minable et nauséabonde), alors que la France est un pays de 66 voire 67 millions de nationaux ?

C’est d’ailleurs sur cette peur que le Front national de Marine Le Pen a pu autant progresser ces dernières années, prenant pour fonds de commerce la peur de l’étranger (xénophobie) et la peur des musulmans (islamophobie), sachant qu’il existe non pas des "musulmans de France" (expression indigeste) mais des Français musulmans (tout simplement).



Indiscutablement, et c’est cet argument qu’elle fera valoir pour justifier la poursuite de son combat électoral dans les mois à venir, Angela Merkel est un pôle de stabilité assez rassurant dans ce monde si mouvant et si incertain, alors que David Cameron, Matteo Renzi, bientôt Barack Obama et François Hollande ont quitté ou vont quitter le pouvoir, parfois pour laisser place à des personnalités particulièrement imprévisibles et anxiogènes, comme Donald Trump.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (15 décembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Angela Merkel, l’honneur de l’Europe de la solidarité.
Hans-Dietrich Genscher.
Dix infographies sur les dix années au pouvoir d’Angela Merkel.
Le décennat de la Bundeskanzlerin.
Vidéos sur Helmut Schmidt.
La Réunification de l’Allemagne.
L’amitié franco-allemande.
Helmut Schmidt.
Helmut Kohl.
Angela Merkel.
Joachim Glauck.
Angela Merkel et François Hollande à Strasbourg.
Les risques de la germanophobie.
Martin Schulz.
Jean-Claude Juncker.

_yartiMerkel2016A01
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.43/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Harry Stotte Harry Stotte 15 décembre 2016 11:13

    C’est sûr qu’il n’y en a pas assez des comme elles !



    Il n’y a pas meilleure agente du populisme. Elle a déjà fait plus pour l’AfD que toutes les campagnes de propagande de l’Alternative.


    P.S. - On se demande quand même quel dossier, détenu par qui, l’a faite passer de fossoyeuse du Multikulti, à hystérique de l’immigrationnisme ?

    • Phalanx Phalanx 15 décembre 2016 17:25

      @Harry Stotte

      Trés juste, elle avait énoncé cette évidence « le multiculturalisme est un échec total » (pléonasme) pour ensuite décider en pleine consicence d’en finir avec son peuple en organisant la plus grande vague invasive (faux réfugiés) depuis la seconde guerre.

      C’est un génocide organisé de façon consciente donc, et le peuple allemand pourrait ne jamais s’en remettre, dans les deux cas les conséquences seront terribles. Il est fort possible que l’Histoire la considère comme pire qu’Adolf. 

      Quant au soit disant « populisme », il ne s’agit que de gens ayant encore un peu de bon sens dans ce délire collectif dont l’auteur semble gravement atteint. 

    • Ouallonsnous ? 15 décembre 2016 19:23

      @Phalanx

      Quant à parler de populisme, comment appelez vous le « broutte minou » de Rakoto à la Merkel ?


    • kader kader 16 décembre 2016 00:19

      @Harry Stotte
      Le nom de naissance d’Angela Merkel est Angela Dorothea Kasner. Elle est le premier enfant de Horst Kasner[1], né Kazmierczak en 1926 à Berlin-Pankow et décédé en 2011 à Templin, et de Herlind Kasner, juive polonaise née Jentzsch en 1928 à Elbing, au nord de la Pologne dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, à l’époque en Prusse-Occidentale. Angela Merkel est officiellement née à Hambourg en 1954.

      http://lesobservateurs.ch/2016/06/23/qui-est-vraiment-angela-merkel/


    • DanielD2 DanielD2 15 décembre 2016 11:15

      Hoooo oui, Mutti Merkel présidente du monde ! De la rigueur et des réfugiés délinquants ( voir les chiffre de la police Allemande ) pour tous ! 


      • berry 15 décembre 2016 13:33

        @DanielD2
        Vidéo. Les immigrés s’amusent à pousser une femme dans les escaliers du métro.
        http://breizatao.com/2016/12/11/allemagne-des-migrants-samusent-en-poussant-des-allemandes-dans-les-escaliers-du-metro/


      • Ben Schott 15 décembre 2016 11:16

         
        « parfois pour laisser place à des personnalités particulièrement imprévisibles et anxiogènes, comme Donald Trump.
         

        Anxiogène pour qui ?
         


        • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2016 11:26

          @Ben Schott


           ou il y a de l’anxiogène il n’y a pas de plaisir ....

        • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2016 11:25

          Merkel devrait être jugée par un tribunal international pour crimes contre l’humanité en bande organisé car elle a incité des centaines de milliers de migrants en leur proposant du travail et de remplir ses crèches vides sans mettre a leur disposition des moyens de transports adaptés les laissant ainsi a la merci des passeurs sans scrupules et laissant une traînée de cadavres plein la Méditerrané .... Quelle honte cette femme et dire que nos gouvernants LRPS la suivent comme des caniches attendant leur susucre ..... 


          • Victor 15 décembre 2016 11:49

            @zygzornifle
             
            Mais non, elle mouille quand elle fait de la charité. Que les petits migrants soient sodomisés par milliers elle s’en fout, pour ses usines Krupp qui ont battu leur record de ventes aux émirs, il faut de la m.o... et la guerre des émirs et des barbus amenant justement cette m.o
             
            La charité n’est pas une vertu disait déjà Kant.


          • DanielD2 DanielD2 15 décembre 2016 11:53

            Exact. C’est genre : 


            « On est généreux, mais débrouillez-vous pour venir. Les survivants auront un emploi sous-payés chez Mercedes mais pourront avoir un bonus-confort en agressant des Allemandes » 

            Bref, que du positif Mutti Merkel. 

          • baldis30 15 décembre 2016 13:45

            @Victor

            pour le bien-être des ouvriers voir le procès exemplaire de Turin contre la fonderie Thyssen et la soi-disant sécurité des travailleurs dans les usines des groupes allemands 

          • Phalanx Phalanx 15 décembre 2016 17:28

            @DanielD2


            Même pas, le patronnat allemand s’est rendu compte que les « réfugiés » étaient inemployables (quelle surpirse).

            Les entreprise du DAX en ont embauché moins de 10. 

          • Victor 15 décembre 2016 17:48

            A propos de Kant niant la charité comme vertu, Marx dit la même chose et Kropotkine et plein d’autres philosophes soulignent que la charité officielle est la plupart du temps alibi et attrape couillon organisée par la pensée dominante (pas Mère Thérésa !)
             
            « Il ne faut jamais céder à une indignation morale. » Marx veut dire que la justice est produit des rapports de classe, donc la morale officielle aussi... (ex : ds l’antiquité on ne s’indignait pas de l’esclavage mais de la pma si), la morale est irrationnelle donc, où plutôt la rationalité relative d’un temps historique donné.
             
            L"indignation du gogocho est soit branlette hypocrite (pour garder son poste de pute médiatique par ex où pour devenir 1er caniche) soit réaction inintelligente instinctive (il y a ça aussi dans le Veda) sans construction des vrais rapports de classes (l’OTAN a fait Daech)


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 15 décembre 2016 11:26

            Personne, pas même quelqu’un muni d’une grande expérience, ne peut seul améliorer les choses en Allemagne, en Europe, dans le monde, Si ! ! !

            Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2017.http://www.sincerites.org/2016/12/je-suis-candidat-a-l-election-presidentielle-de-2017.html

            • Victor 15 décembre 2016 11:44

              Merkel a détruit le dernier « sacré »
               
              (pourquoi on se sacrifierait), la civilisation européenne, le peuple, la nation, pour l’islamiser et le multikulti.
               
              Dans 50 ans 2/3 des allemands seront d’origine immigrée, musulmans.
               
              Ainsi elle a détruit toute autorité étatique avec ce dernier sacré commun. Les épilés bobo des tps modernes seront balayés par les nvx sauvages, des tps du sadisme, déjà vu par Sade dans la modernité, des mattuvus égocentriques de 8 ans sur internet tapant des coups de pieds ds la tête du petit blanc, pour flatter leur ego, et détruisant les écoles pour s’affirmer.
               
              L’UE occidentale du gogochisme va à sa perte, c’est intrinsèque de sa vision du monde du jouir sans contrainte et du déni d’identité.
               


              • Tall Tall 15 décembre 2016 11:58

                De par la politique d’austérité qu’elle a imposé à toute l’UE pour éponger l’ardoise des banksters allemands surtout, c’est elle qui est la responsable n°1 du quinquennat hollandiste, car Hollande n’a jamais osé la contrarier.

                 
                Seulement voilà, le peuple français ne peut pas l’éjecter comme Hollande, et les électeurs allemands vont la réélire.
                 
                Et donc ... la seule solution sera de sortir de l’UE

                • Pyrathome Pyrathome 15 décembre 2016 13:36

                  @Tall
                  Et donc ... la seule solution sera de sortir de l’UE
                  .
                   smiley Et donc ?? ( rappel, il n’y en a qu’un qui le propose.....)


                • Tall Tall 15 décembre 2016 13:57

                  @Pyra
                   

                  Ne lis surtout pas les 3 liens suivants
                  Ce sont des blasphèmes contre ton nouveau Dieu : le Grand Hologramme
                   

                • Durand Durand 15 décembre 2016 17:11

                  @Tall
                  Je ne doute pas que NDA veuille en finir avec les traités actuels, mais il a vraiment dit tout et son contraire sur la méthode qu’il veut employer et notamment à propos de l’usage de l’article 50...



                  Ceci dit, je ne soutiens plus spécialement l’un ou l’autre des candidats qui veulent en finir avec l’UE, mais NDA est loin d’être assez compétant pour être président et n’a d’ailleurs pas réalisé de score significatif en 2012 : 1,79%...

                • Tall Tall 15 décembre 2016 19:21

                  @Durand

                   
                  De l’asselineau comme source d’info ? C’est une blague ?
                  Tu charries là ?
                  Quant à 2012, il a eu ses parrainage, lui au moins : 708 signatures


                • Tall Tall 15 décembre 2016 19:39

                  Ici sur france 3 Dupont Aignan en 2012

                  Et c’est normal qu’il ait fait un petit score avec ce genre de campagne anti-UE à l’époque, c’était encore un peu tôt.

                • Durand Durand 15 décembre 2016 20:55

                  @Tall
                  L’intérêt n’est pas Asselineau mais ce que dit NDA... J’espère que c’est toi qui plaisante !


                • Tall Tall 15 décembre 2016 21:07

                  @Durand

                   
                  Il est essenitel de connaître la source qui dit que untel a dit ... c’est basique.
                  Même avec des videos auxquelles on fait dire ce qu’on veut grâce à quelques astuces de montage banales
                  Un bon exemple ici ... pourquoi la video est coupée tout juste après le « non » ?
                  Poser la question, c’est y répondre ...


                • Durand Durand 15 décembre 2016 21:26


                  L’enjeu des présidentielles de 2017 et un enjeu européen.

                  On doit se mettre à regarder l’élection présidentielle française de 2017 comme un véritable référendum sur la fin de l’UE.

                  Pour cela, il faut que le clivage gauche/droite imprimé dans les esprits s’efface devant une autre réalité politique, capable de recentrer ce clivage dans les esprits et dans les actes. La fin de l’UE est une affaire suffisamment grave pour être considérée comme l’enjeu principal de ces élections, non seulement pour les Français, mais pour tous les européens.

                  Pour créer cette réalité politique, il faut une force capable de fédérer les candidats UE-sortant avant le premier tour. Mais l’espoir reste faible que cette fédération se fasse par la simple initiative de ces candidats...

                  Cette force pourrait être financée à l’échelle européenne par des cotisations. En effet, ce véritable « référendum » que serait l’élection présidentielle française serait également une excellente opportunité pour tous les européens pressés d’en finir avec l’UE... 

                  Ce groupe de pression pourrait s’appeler « Unions Nationales » et aurait une charte relativement simple à adopter au regard de la proximité des programmes UE-sortant proposés...

                  Pourquoi ne pas exiger une primaire des UE-sortant pour commencer ?

                  Si c’est, par exemple, MLP qui gagne, les autres pourront négocier une place dans le gouvernement au prorata de leur score respectifs, de leur compétences et de leurs affinités...

                  Dès le premier tour, nous nous retrouverions avec Fillon pour la droite, Valls ou un autre pour les résidus PStilentiels et une seule grosse formation UE sortante avec un candidat unique.

                  Le handicap des candidats UE-sortant est de se présenter en ordre clivé au premier tour. Et alors que les européistes, qui eux, auront déjà fait un « premier tour », pourront compter les uns sur les autres au second tour, le clivage idéologique entretenu pour l’instant par JLM à l’encontre de MLP pourrait limiter les reports de voix vers l’UE-sortant présent au second tour et faire gagner la drôche européiste...

                  Par contre, si les UE-sortant ne présentaient qu’un seul candidat dès le premier tour, il n’y aurait pas de second tour, même en cas d’alliance LRPS de dernière minute...

                  Il reste assez peu de temps pour s’en rendre compte et agir..., sinon nous pourrions avoir cinq ans pour nous en mordre les doigts...

                  On ne peut pas affirmer que l’offre de parrainages de MLP à JLM soit une perche tendue allant dans ce sens, mais je ne suis pas loin de penser que MLP ne serait pas le frein principal pour admettre un tel accord, connaissant ses chances de gagner la primaire...



                  PS : En cas d’échec, « Unions Nationales » pourrait s’occuper de favoriser une même opportunité, dès qu’elle se présenterait dans le calendrier électoral d’un autre état-membre... 




                • Tall Tall 15 décembre 2016 21:27

                  Mauvais exemple, j’ai trouvé la video originale non coupée

                  Et de fait, ça n’est pas bon, tu as raison ...mais ... ça date de mai 2015

                • Tall Tall 15 décembre 2016 21:29

                  précision : quand j’ai écrit le com de 21:27, ton com de 21:26 n’était pas encore là, ça c’est croisé


                • Tall Tall 15 décembre 2016 21:34

                  @Durand
                   

                  Oui, l’idée d’unions nationales est belle, mais à 5 mois des élections, les délais me paraissent serrés pour un concept aussi novateur.

                  Consolation : les pro-UE sont pas mal divisés non plus.

                • Durand Durand 15 décembre 2016 21:47

                  @Tall
                  Ne me cherche pas des poux dans la tête STP ! NDA a réellement dit ce qu’il dit dans la video !

                  Et quel qu’en ait été le contexte, ça tirade à propos de l’article 50 n’est pas à la hauteur d’un futur président qui, et indépendamment de ce que l’on peut penser d’Asselineau et de l’article 50, est quand-même tenu à une approche juridique un peu plus sérieuse pour justifier le non-usage de l’article 50... 
                  La réalité, c’est qu’ils sont tous en train d’apprendre, même MLP, mais NDA est selon moi le dernier de la promotion des UE-sortant’ un peu sérieux...
                  Alors tu nous montres qu’il a envisagé d’utiliser l’article 50 et moi je te montre que ça n’a pas toujours été vrai. C’est tout !

                • Durand Durand 15 décembre 2016 21:50

                  @Tall
                  Gageons que cela soit une idée dont l’heure est venue !


                • Tall Tall 15 décembre 2016 22:01

                  @Durand

                   
                  Ben, vu les forces UE-out actuelles, il semble qu’on ait 2 géants, et puis une bande de nains.
                  Et je ne vois vraiment pas Mélenchon s’allier à Marine.
                  Même si ton idée est chouette, c’est pas évident pour l’instant


                • Durand Durand 15 décembre 2016 22:05

                  @Tall
                  « Consolation : les pro-UE sont pas mal divisés non plus. »


                  Oui, pour l’instant... C’est peut-être aussi ce qu’ils veulent laisser paraître pour ne pas susciter d’alliance adverse... Ils ont déjà compris que si elle se faisait, ils étaient morts.
                  Et ceux qui les financent, également...
                  Quoi qu’il en soit, si l’un d’eux arrive au second tour, il est déjà assuré d’un report de voix très important, alors que les UE-sortant, pas du tout...

                • Durand Durand 15 décembre 2016 22:15

                  @Tall


                  « Et je ne vois pas Mélenchon s’allier à Marine. »
                   
                  Moi non plus car pour tenir la gauche eurosceptique,JLM doit se distancer d’un parti qu’il qualifie encore d’extrême droite... Nous verrons vite, aux inflexions sémantiques des uns et des autres, si cette idée fait son chemin ou pas...

                • Tall Tall 15 décembre 2016 22:16

                  @Durand

                   
                  Ne soyons pas trop pessimistes quand même ... 

                  Pour l’instant, les croyances les + répandues seraient que Marine ferait pchiiit au 2e tour, et que Mélenchon n’arriverait pas jusque là.
                   
                  Et bien franchement, il y rien d’écrit sur ces 2 croyances ... vraiment rien.
                  Même si les « sondages » vont abonder dans ce sens, of course
                   
                  Là-dessus, je vais au paddock .... a +

                • Durand Durand 15 décembre 2016 22:48

                  @Tall


                  « Oui, l’idée d’unions nationales est belle, mais à 5 mois des élections, les délais me paraissent serrés pour un concept aussi novateur. »

                  Ce concept n’est novateur que parce qu’il concerne des forces novatrices...

                  Il y a longtemps que les partis européistes se donnent des coups de main au moyen de structures européennes plus ou moins officielles... Ils ont une longueur d’avance et c’est une réalité qu’il vaut mieux prendre en compte... Le brexit les a incités à trouver des parades à ce genre d’éventualité et ils se sont mis au boulot immédiatement, même si très peu d’infos sont relayées à ce sujet...

                  Ne jamais sous-estimer l’adversaire ! Étant donné les enjeux, l’oublier serait fatal.

                • Durand Durand 15 décembre 2016 23:07

                  @Tall


                  « Pour l’instant, les croyances les + répandues seraient que Marine ferait pchiiit au 2e tour, et que Mélenchon n’arriverait pas jusque là. »

                  Les « sondageurs » de la com et de l’intox présentent la seule option qui serait favorable à ceux qui les payent. Ils n’ont que ça à leur mettre sous la dent... Présenter nimporte quel autre scénario serait prédire leur échec. Ça situe assez bien leur point faible et renforce l’intérêt d’une primaire des UE-sortant.

                  Dit autrement, pour assurer la sortie de l’UE, les UE-sortant ont une primaire de retard...

                • Pyrathome Pyrathome 16 décembre 2016 00:09

                  @Durand

                  Présenter nimporte quel autre scénario serait prédire leur échec.
                  .


                  Bonsoir, ils savent déjà que ça va être très compliqué pour eux, le brexit malgré le déluge de propagande a ouvert la voie, Trump contre tous les médias, le non du référendum Italien n’ayant été qu’une formalité....
                  Le voile de l’illusion est en train de se déchirer. L’année 2017 va être riche en rebondissements....


                • Tall Tall 16 décembre 2016 04:52

                  @Durand & Pyra

                   
                  Je suis d’accord sur tout ça... et il se peut qu’on assiste en 2017 à une accélération des choses dans le bon sens à tous les niveaux. C’est possible et je l’espère.

                • Durand Durand 16 décembre 2016 10:08

                  @Tall & Pyra,


                  Quand l’enjeu est aussi énorme, que rien n’est joué ni dans un sens, ni dans l’autre, que rien n’est écrit, il convient de renforcer les atouts qui affaibliraient le plus le jeu de l’adversaire. 
                  Il faut donc mettre l’accent sur ce qui rapproche les UE-sortant et minimiser les clivages purement idéologiques qui les divisent. 
                  Etant donné que c’est surtout sur le plan de la politique intérieure franco-française que les candidats sont divisés, c’est dans ce domaine qu’il faut travailler à un consensus. Il faut lister les domaines dans lesquels existent des désaccords d’origine idéologique et trouver des accords à minima dans chacun d’entre eux : immigration, fiscalité, budget... 

                  Les deux traits commun de leur programmes de politique intérieure sont :

                  – l’impossibilité d’être appliqués dans le cadre des traités actuels... C’est un point commun définitivement admis... 

                  – leur clivage idéologique, qui ne garanti pas les reports de voix vers le candidat le mieux placé et peut compromettre la sortie de l’UE.

                  C’est donc uniquement dans quelques domaines précis qu’il faut trouver des compromis acceptables par MLP et JLM. Les autres candidats UE-sortant seront bien obligés de s’aligner et de jouer le jeu s’ils ne veulent pas passer pour des collabos...

                  Si MLP et JLM ont l’intérêt national chevillé au corps comme ils le prétendent, ils ne peuvent pas se défiler devant cette occasion unique d’en apporter la preuve.

                  Pour JLM, le risque d’y sacrifier une partie de son électorat est finalement assez minime, puisque si un accord était trouvé, ces électeurs se retrouveraient à devoir faire leur choix dans le cadre du véritable clivage qui s’imposerait alors à tous et une bonne partie d’entre eux se rallieraient à nouveau.

                  C’est dans cette configuration et uniquement dans cette configuration que la sortie de l’UE serait assurée. 
                  Je vois comme assez peu probable que l’investiture de Trump ou quel qu’autre événement international puisse venir changer cette donne d’ici Avril 2017, si ce n’est pour en affirmer l’évidence...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires