• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > #Brexit / Frexit : c’est par la porte à gauche que la France doit (...)
#99 des Tendances

#Brexit / Frexit : c’est par la porte à gauche que la France doit sortir du carcan européen – par Georges Gastaud

“La nation, c’est le peuple”

Georges Politzer

On s’en doute, les militants franchement communistes et 100% anti-Maastricht du PRCF ne se joignent pas au chœur des médias euro-béats qui pleurent le départ du Royaume-Uni de cette lugubre prison des peuples qu’est l’UE. C’est pourtant la moindre des choses, après les années passées par l’oligarchie britannique à saboter la décision souveraine de ses concitoyens, que d’accéder enfin au vœu majoritaire des Britanniques, classe ouvrière en tête : celui de quitter une Europe supranationale entièrement conçue pour démolir les services publics, comprimer les salaires, doper les délocalisations, accélérer les privatisations, démonter les acquis sociaux, humilier la souveraineté des peuples, guerroyer contre les peuples du Sud, tenir en laisse les pays de l’Est, presser militairement la Russie et forclore toute alternative de progrès au nom de la très totalitaire « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » que consacrent tous les traités européens.

Intérêt et limites de classe du Brexit pour les travailleurs britanniques

Cela ne signifie nullement que nous, PRCF, idéaliserions en quoi que ce soit le Brexit tel que va l’organiser le Parti conservateur (les sociaux-démocrates du Labour Party ayant refusé, comme à leur habitude, de porter clairement les aspirations ouvrières à la souveraineté nationale et au progrès social). Car évidemment, toute une partie des capitalistes britanniques tournés vers l’Atlantique et arrimés à Trump ne quittent une dépendance que pour une autre, avec l’espoir d’aller encore plus loin dans la dérégulation sociale déjà largement engagée par Thatcher et Blair. Du moins les Tories ne pourront-ils plus désormais s’abriter derrière Bruxelles pour refuser de satisfaire les revendications populaires : tant mieux pour le prolétariat britannique, car ce n’est pas un mince atout, dans la lutte des classes, que de n’avoir face à soi institutionnellement, « que » les exploiteurs de son propre pays lorsqu’il s’agit de faire reculer le capital et, le jour venu, d’abattre le capitalisme lui-même [1].

Alors que nous, travailleurs français, qui combattons la funeste retraite par points, avons à combattre non seulement le gouvernement liberticide de Macron, mais la « recommandation » de Bruxelles faite à la France au printemps 2018 d’instituer au plus tôt un « régime unique » pour « réaliser son ajustement structurel », « faire cinq milliards d’économies » et profiter des « gains de productivité réalisés dans les administrations publiques afin d’améliorer le ratio de la dette ».

Autrement dit, lorsqu’un peuple refuse un diktat européen (comme l’est en réalité la retraite à points), ce peuple doit vaincre désormais non seulement « sa » grande bourgeoisie, mais aussi les vingt-six autres Etats européens bourgeois coalisés qui peuvent compter en outre, pour bloquer l’internationalisation des luttes, sur le renfort jaunâtre de la Confédération Européenne des Syndicats (présidée par L. Berger, et c’est tout dire !)…

 

Frexit PROGRESSISTE !

 

Il ne faut donc pas confondre le Brexit dirigé par la bourgeoisie britannique avec le Frexit progressiste centré sur le monde du travail et tourné vers le socialisme que propose le PRCF. En France, rappelons-le, TOUS les P.D.G. du CAC-40 se sont prononcés pour le maintien à tout prix de l’euro en 2008, quand la crise financière mondiale a ébranlé le système monétaire, y compris en appelant servilement au renforcement de l’hégémonie allemande sur l’UE et sur la gestion de la monnaie unique.

En France, le MEDEF unanime s’est rangé en ordre de bataille derrière le Manifeste « Besoin d’aire » publié en 2012 par Laurence Parisot, alors présidente du syndicat patronal : antinational et antisocial en diable, le grand patronat « français » appelle toute honte bue à dissoudre la nation en construisant les « Etats-Unis d’Europe » et l’« Union transatlantique », à liquider les communes et les départements pour « reconfigurer les territoires » sur le modèle des Euro-Länder, à passer au tout-anglais impérial sur les lieux de travail (l’anglais a été qualifié de « langue des affaires et de l’entreprise » par le Baron Seillière, parlant au nom des patrons européens).

Pendant ce temps, Macron affiche sa détermination à accomplir le « saut fédéral européen » en substituant la « souveraineté européenne » à la souveraineté nationale et l’« armée européenne » à l’idée même de défense nationale, tout cela dans le cadre de l’OTAN et de ses projets de revanche contre le peuple russe. Cette orientation antinationale de « notre » grande bourgeoisie est tellement ancrée dans l’ADN de « nos » milieux monopolistes que désormais, Peugeot – dont le PDG Yves Calvet appelait à voter non à Maastricht en 1992 – abandonne toute posture « patriotique » et protectionniste : décidé à fusionner avec Chrysler-Fiat pour devenir pleinement une transnationale, PSA entend dorénavant poursuivre – sous un nouveau nom anglais ? – sa quête de profit à l’échelle planétaire. C’est bien ce que signifie l’expression patronale « besoin d’aire » (dans le passé on eût dit « Lebensraum », espace vital !), car désormais l’oligarchie « française » étouffe dans l’Hexagone et tente de recentrer ses prédations et ses fusions monopolistiques sur l’échelon transcontinental.

Dans ces milieux héritiers des Emigrés de Coblence, des Versaillais de Thiers et de la juteuse collaboration économique » des années noires (pas pour le capital en tout cas !), nul ne souhaite plus sortir la France de l’euro, cette austérité continentale calée sur le mark, de l’UE, cette Sainte-Alliance dirigée par Berlin et supervisée par Washington, de l’OTAN, cette machine à combattre la Russie et la puissance chinoise émergente. Si bien que, non seulement les droites LR et LREM, non seulement le PS, mais aussi la dynastie Le Pen (père, fille er nièce…) et jusqu’à Dupont-Aignan s’inscrivent désormais totalement dans les limites de l’euro et de l’UE supranationale que ces messieurs-dames prétendent tous « réformer du dedans ».

Quant aux sociaux-démocrates et à leurs éternels satellites électoraux « eurocommunistes », ils imposent au mouvement ouvrier le slogan mensonger de la « réorientation progressiste de l’Europe » qui empêche le mouvement populaire de briser les chaînes de la social-eurocratie et de l’appareil euro-dépendant de la C.E.S. présidée par Berger ! C’est aussi ce qui fait toute l’inconsistance objective du « souverainisme » bourgeois dans sa prétention à séparer la question de l’indépendance nationale de son contenu anticapitaliste ; pourtant, seule cette dimension anticapitaliste est susceptible de fusionner le patriotisme populaire au combat social pour faire du peuple travailleur le centre de gravité de l’émancipation indissolublement nationale et sociale de notre pays. C’est déjà ce que dessinait le CNR quand il invitait, dans son programme LES JOURS HEUREUX, à « mettre le monde du travail au centre de la vie nationale ».

Patriotisme et combat pour le socialisme sont indissociables !

C’est pourquoi nous, militants communistes fidèles aux luttes du grand PCF contre la Communauté Européenne de Défense (1954) et pour le Non populaire à Maastricht, réaffirmons ceci : le combat pour l’émancipation de la France sera dirigé par le monde du travail ou ne sera pas, tant la reconquête de la souveraineté nationale est inséparable de la nationalisation démocratique des secteurs-clés de l’économie, de la reconstitution planifiée du « produire en France » et de la mise en place d’une constitution nouvelle centrée sur la démocratie populaire. Car alors que la bourgeoisie révolutionnaire de 1793 a longtemps tracté le mouvement visant à fonder la nation républicaine, la grande bourgeoisie contre-révolutionnaire d’aujourd’hui dissout la nation dans ce que Bruno Lemaire nomme crûment l’« empire européen ».

C’est pourquoi, dans les conditions françaises, n’en déplaise au souverainisme bourgeois qui dénie la dimension anticapitaliste, anti-impérialiste et antifasciste du Frexit, le retrait français de l’UE atlantique ne peut être que centré sur le monde du travail unissant les couches populaires et moyennes contre la grande bourgeoisie antinationale. Décidément, si un peu de patriotisme superficiel éloigne du combat de classe pour le socialisme, beaucoup y ramène… et réciproquement !

source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/brexit-frexit-cest-par-la-porte-a-gauche-que-la-france-doit-sortir-du-carcan-europeenne-par-georges-gastaud/


[1] Observons qu’au moment où la Grande Bretagne sort de l’Union Européenne, Boris Johnson est obligé de concéder une augmentation de 6% du SMIC, il met en œuvre des investissements publics sans précédent depuis longtemps dans la National Health Service (la Sécu britannique) et lance la renationalisation de plusieurs lignes importantes de chemin de fer. Quel contraste avec la situation des travailleurs en France, où l’hôpital public est étranglé par l’euro-austérité, les lignes TER et la SNCF, les aéroports, la Poste privatisés et les salaires bloqués en application des directives européennes et sous la contrainte de l’Euro !


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 1er février 09:01

    La porte n’est ni à droite, ni à gauche pour sortir de l’UE...

    Et c’est une façon bien gauche et maladroite d’arriver à au but...

    Donner une direction ou une couleur politique à la porte est vraiment un travail innommable car c’est tenter de diviser les chances d’atteindre le but en divisant sur des bases idéologiques divergentes, alors que le but à atteindre est commun...

    Le PRCF n’est pas à la politique ce que le syndrome d’Asperger est à l’autisme... Il reste dans son petit monde, avec ces idées et c’est ici qu’il faut passer, par la porte de gauche... Seulement...Aucun coup de génie n’est possible...

    Alors que la porte n’est qu’une porte... sans droite ni gauche...


    • taktak 1er février 11:26

      @Leonard
      On va faire simple, pragmatique, pratique et pas du tout idéologique

      donnez donc une seule bonne raison de sortir de l’UE pour faire une politique de droite (baisse des salaires, nationalisme identitaire xénophobe et belliqueux, libre échange, concurrence entre les peuples....)

      En revanche il y a une foule de bonnes raisons de sortir de l’UE pour faire une politique dite « de gauche » : augmenter le smic de 6%, nationaliser les chemins de fer et autres services publics, interdire les délocalisations, permettre la coopération équitable entre chaque pays, redonner le pouvoir au peuple souverain, sauver la sécu... Exactement ce pourquoi les britanniques ont choisi le Brexit.

      Dans le premier cas qui cela motive t il de sortir de l’UE si c’est pour avoir la même chose que l’UE mais dans un cadre plus petit ?
      Dans le deuxième cas c’est enthousiasmant, car c’est changer le cadre qui nous étouffe.

      Ceux qui parlent de Frexit « ni à droite ni à gauche »
      1°) veulent surtout un frexit ni à gauche ni à gauche, bref c’est de l’idéologie qui ne s’assume pas
      2°) sont condamnés à empécher le frexit. Car très peu de français ne voudront d’un frexit qui les laisseraient sous la domination des mêmes. Ceux qui ont fait l’UE.


    • cettegrenouilleci 1er février 12:15

      @Leonard

      tout à fait d’accord avec vous.

      La porte n’est ni à droite, ni à gauche pour sortir de l’UE.


    • Attila Attila 1er février 12:28

      @taktak
      augmenter le smic de 6%, nationaliser les chemins de fer et autres services publics, interdire les délocalisations, permettre la coopération équitable entre chaque pays, redonner le pouvoir au peuple souverain, sauver la sécu... "
      C’est le programme de l’UPR.

      .


    • cettegrenouilleci 1er février 13:03

      @taktak

      « Ceux qui parlent de Frexit <ni à droite ni à gauche> sont condamnés à empêcher le frexit ».

      Ce qui est patent, c’est que la rigidité idéologique de votre discours est une bien piètre contribution à la construction du rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour sortir la France de la dictature de l’UE.

      Tant que la France reste enfermée de la nasse de l’UE, la situation de la nation toute entière continue de se détériorer. C’est la quasi-totalité de nos compatriotes qui ont intérêt à la sortie la plus rapide possible de l’UE.

      A vouloir griller les étapes, vous vous enfermez dans une impasse puisque vous vous refuser à rassembler les forces qui ont un intérêt, mais plus encore un besoin vital de sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et qui ne veulent pas nécessairement être embarqués dans la construction d’une société socialiste.

      D’abord on sort de l’UE et on arrête la casse, la surexploitation des salariés, l’étouffement des libertés, la vampirisation de notre économie et on redonne à notre peuple les moyens de choisir un autre cap s’ils le souhaitent en rétablissant l’indépendance de la France. On rétablit le contrôle de la circulation des capitaux et le contrôle de nos frontières, des flux migratoires et de notre monnaie.

      Ensuite, prend les mesures d’urgence qui sont nécessaires pour redresser l’économie du pays et satisfaire les revendications de travailleurs et de la population.

      A ce moment là se pose la question de l’engagement éventuel dans la construction du socialisme pour pérenniser et élargir les avancées économiques, sociales, démocratiques, culturelles, diplomatiques reconquises par la lutte et le rassemblement de l’immense majorité de nos compatriotes.

      La nation est le bien commun de tout le peuple. Ses ennemis sont redoutables. Si le peuple ne se rassemble pas pour sauvegarder la nation des périls, des ennemis et des traîtres qui la cernent de tous côtés, la sortie de l’UE ne se fera pas et il ne vous restera que des cendres, du chaos et un peuple défait incapable de sortir du piège dans lequel il est enfermé, à travers le chas de l’aiguille pompeusement et faussement baptisé « porte de gauche » que vous lui offrez en guise d’échappatoire au donjon mortifère de l’UE.


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 13:04

      @taktak
      donnez donc une seule bonne raison de sortir de l’UE pour faire une politique de droite (baisse des salaires, nationalisme identitaire xénophobe et belliqueux, libre échange, concurrence entre les peuples....)


      .
      Blablabla, comme si le FN voulait sortir de l’UE & de l’euro...Arrêtez de faire de la politique fiction, le FN ne veut sortir de rien du tout !
      .
      Par contre, et c’est ballot, le programme de l’ UPR, n’est pas du tout celui que vous décrivez. Et pourtant, vous exigez la révolution comme préalable à une alliance, rendant tout accord avec l’UPR impossible.
      .
      Car l’UPR est restée fidèle au CNR : elle rassemble des citoyens de tous les horizons, des citoyens qui veulent sortir de l’ UE à cause du manque de démocratie, à cause du chômage, de la précarité, de la fin des acquis et des services publics, mais qui ne sont pas pour autant favorables à une société communiste.
      .
      On en fait quoi, de ces millions de Français, qui sont la majorité ?

      On leur dit : « Vous n’êtes pas d’accord avec la révolution et une société communiste, cassez-vous, la souveraineté, c’est pas pour vous !?
      .
      Le PRCF a choisi une politique extrémiste, qu’on appelle  »le gauchisme".
      .
      Vous posez des obstacles à l’unité vers la sortie, en croyant être plus à Gauche que le voisin, je suppose par réaction vis à vis de feu le PCF, dont tout le monde se contrefout !

      C’est une erreur de stratégie, le Frexit n’est ni de Gauche, ni de Droite, c’est ensemble et tout droit devant !


    • assouline assouline 1er février 13:17

      @Captain Marlo

      Comme vous le rappelez en introduction de votre post, votre interlocuteur se référait à des considérations plutôt « internationaliste-ultra-gauchiste »...
      .
      Que venez-vous lui faire le procès d’être un suppôt du FN ?
      .
      Pensez à bien lire ce qui vous est dit avant d’essayer d’y répondre...
      .


    • assouline assouline 1er février 13:30

      @taktak
      .

      nationaliser les chemins de fer et autres services publics,


      .
      Histoire d’y voir un peu plus clair...
      Quels autres services publics souhaitez-vous nationaliser et quel bénéfice en attendez-vous. ?

    • assouline assouline 1er février 13:38

      @taktak
      .

      redonner le pouvoir au peuple souverain


      .
      En quoi consisterait ce retour du pouvoir dans les mains du peuple souverain ?
      S’agirait-il, pour chacun d’entre nous, de pouvoir pénétrer à l’Elysée comme il le souhaite et y promulguer les lois de son choix...
      .
      Comment se manifesterait donc ce retour à un « pouvoir populaire »...
      .
      Par des RIC à répétition ? Avec un choix dans un sens, un choix dans l’autre, comme les mailles du tricot ?

    • Attila Attila 1er février 14:32

      @assouline
      «  Quels autres services publics souhaitez-vous nationaliser »
      Agoravox !

      .


    • Et hop ! Et hop ! 1er février 18:58

      @Attila

      Et de MLP aux dernières éléction (porte de droite)


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 19:30

      @assouline
      En quoi consisterait ce retour du pouvoir dans les mains du peuple souverain ?

      .
      Comme en 1940, la GB montre la voie de la Résistance !
      Regardez donc la formidable soirée du Brexit organisée par l’ UPR, écoutez les nombreux messages venus de GB, et les interventions de invités, vous aurez les réponses à vos questions !
      .
      PS : N’ont pas répondu à l’invitation :
      Mélenchon, Marine le Pen, le PS et les Républicains.
      .
      En 2005, le PS & Sarkozy ont bafoué le vote des électeurs français, cela ne leur a pas porté chance, ces 2 Partis sont morts.


    • vaietsev1 1er février 22:54

      @Leonard
      .. Il reste dans son petit monde, avec ces idées et c’est ici qu’il faut passer, par la porte de gauche... Seulement...Aucun coup de génie n’est possible...

      Edifiant de vérité.

      Vassily


    • vaietsev1 1er février 23:18

      @cetgtrenouilleci
      A vouloir griller les étapes

      Des étapes grillés ,il y en a eu beaucoup ,ce parce que les médias ont beaucoup aidé sans mentir ,ils leur ont été à l’essentiel sans passé par les intermédiaires pour en arriver par exemple à ses gueules botoxées ,quand pourtant beaucoup ne devraient rien y comprendre dans un pays ou tout le monde se fait baisé ,ce qui n’est pas le cas ; « on a sauvé » les petits qui n’avaient pas de prix et n’emmerderaient personne ,on leur à donné ce qu’ils ont demandé car on leur conseillé de demander ,et aujourd’hui qu’ils sont au point façon de parler ,on les emmène dans le nouveau monde ; eux alors si ce nouveau monde est véridique ,ce dont je doute, seront dans cette grande arche et ils ne seront pas oubliés ,pour les autres ceux qui aiment trop je le répète ,y’a des chances qu’ils y reste et finissent par se rendre à l’évidence que la gauche c’est utile haha.
      Brûler les étapes ,on ne sait faire que ça ,et les moins réfléchis s’en sortiront mieux que ceux qui pensent trop à ce qui pourrait arriver .
      Desproges disait les imbéciles resteront heureux toute une vie , pour les autres ça leur apprend que c’est pas bien d’être trop curieux .
      Notre curiosité ,ça nous l’a fait payer et cher .

      Vassily


    • assouline assouline 2 février 00:18

      @Captain Marlo
      .
      En quoi consisterait ce retour du pouvoir dans les mains du peuple souverain ?
      .
      Vous reprenez la question mais vous n’y répondez pas...
      Bon... y a bien les inévitables incantations charabiantesques au Frexit...
      Seulement vous ne nous dites pas en quoi il cela signifierait le retour du pouvoir et de la souveraineté du peuple...
      Je vous en demande peut-être trop...


    • cettegrenouilleci 2 février 10:28

      @Et hop !

      MLP n’ a jamais voulu sortir de l’UE. Le contenu de son programme n’est en rien comparable à celui de l’UPR, qui ne change pas au gré de sondages bidon ou de péripéties financières scabreuses faisant dépendre la survie de son organisation du bon vouloir des banques.


    • cettegrenouilleci 2 février 12:00

      @assouline

      Bonjour Assouline

      « En quoi consisterait ce retour du pouvoir dans les mains d’un peuple souverain ? »

      Vous devriez prendre le temps d’une petite promenade de santé sur le site upr.fr.

      Le simple fait que vous posiez cette question et que vous interrogiez régulièrement les militants de l’UPR sur le contenu du programme politique qu’ils défendent montre deux choses :

      °vous ne prenez pas la peine de lire les réponses apportées aux questions que vous posez ni les documents officiels auxquels chacun de nos concitoyens peut accéder librement sur le site internet de l’UPR , ou sur upr-tv, la chaîne Youtube de l’UPR.

      °Vous n’avez aucun argument sérieux à opposer à ceux que l’UPR met en avant. Les amabilités dont vous nous gratifiez ne sont là que pour faire oublier aux lecteurs le vide sidéral de votre valise argumentaire.

      Obsédé par votre souci de salir et de tenter de discréditer l’UPR, ses dirigeants et ses militants, vous ne vous embarrassez pas des faits et vous ne vous intéressez pas à la vérité, ce qui contrarierait votre propension jubilatoire à déverser des tombereaux de mensonges sur tout ce qui renvoie à l’UPR.

      [« les inévitables incantations charabiantesques au Frexit »]

      Même emballé dans un mouchoir de soie, un mensonge reste un mensonge.

      S’il y a bien , dans le paysage politique national en cours de recomposition, une organisation qui fait appel à la connaissance, à la réflexion, et non à l’incantation, (l’Europe !,l’Europe ! l’Europe !....), qui s’efforce de mettre à la disposition de nos concitoyens les moyens de comprendre ce qui nous arrive, de se forger une opinion éclairée, d’agir pour la défense de leurs intérêts sans se laisser manipuler par des forces obscures qui avancent cachées sous toutes sortes d’oripeaux plus ou moins aguichants, c’est bien l’UPR.

      A ce titre , elle se distingue de toutes les organisations et de toutes les personnalités politiques qui sont sur le devant de la scène, vantées, adulées, cajolées, soumises par les médias aux ordres du pouvoir et de la clique européiste scélérate qui se vautre dans la trahison des intérêts de la nation (majorité et opposition peau de lapin confondues et complices dans le sacrifice des intérêts du peuple et de la nation aux intérêts mafieux de l’oligarchie euro-atlantique).

      Je dis « soumises » parce que pour accéder aux grands médias, il faut préalablement se soumettre corps et âme aux mantras de la doxa européiste du pouvoir à la solde de la dictature de l’UE.
      Les « grands » médias sont l’un des leviers essentiels de l’organisation de la soumission à la dictature. Ils sont là pour empêcher le peuple d’accéder à la connaissance de tout ce qui est nécessaire à la défense des intérêts vitaux de la nation et des propres intérêts vitaux de l’immense majorité de nos concitoyens.

      Malheureusement pour vous, les quolibets et les sarcasmes dont vous nous affligez régulèrement sont bien peu de choses en face de l’immense travail de ré-information et d’éducation populaire accompli par l’UPR depuis 2007

      , à l’initiative de François Asselineau, pour aider nos compatriotes à comprendre comment, pourquoi et avec quelles complicités, notre pays s’est retrouvé enfermé dans la dictature de l’Union Européenne, pour expliquer comment fonctionnent les ressorts de ce piège machiavélique et comment on peut faire pour en sortir.

      Les chiens aboient et la caravane passe.


    • malitourne malitourne 1er février 09:10

      Le Frexit ne peut pas être partisan. Pour advenir il doit être transpartisan.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:31

        @malitourne et leonard

        un « programme commune », peut-être ?


      • Kylo REN 42 Chaussette42 1er février 09:47

        @Séraphin Lampion

        Pauline VAUTHIER, directrice du château AUSONE, un avion ✈️ de chasse genre SR71 Blackbird et pas commode ! ^^


      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 13:27

        @Chaussette42
        un « programme commune », peut-être ?
        .
        Le programme commun, c’est celui du CNR !
        C’est la base du programme de l’ UPR.
        .
        Le PRCF fait de la politique fiction. Le programme du CNR a été essentiellement écrit par les Communistes, mais pour le PRCF, ça ne suffit pas, il faut y inclure la révolution !
        .
        .« Pas de bras, pas de chocolat ! ». « Si toi pas révolutionnaire, toi pas avoir droit au Frexit, casse-toi, pov’ con ! »
        .
        Le programme du CNR de 1943 ne contenait rien de tel. Il suffit de le lire, il n’y avait ni « dictature du prolétariat, ni appropriation collective des moyens de production ». Sinon, seuls le PCF & la CGT l’auraient signé.
        .
        Et puis c’est d’une naïveté politique surprenante, la révolution, ça se décide en appuyant sur un bouton ? Personne ne peut prévoir si la révolution aura lieu dans 1 mois, ou dans 20 ans, ou jamais.
        .
        Si elle a lieu dans 20 ans, en attendant, on reste dans l’ UE & l’euro, jusqu’à ce qu’on en crève, comme les Grecs ? En voilà une perspective encourageante !!


      • Kylo REN 42 Chaussette42 1er février 13:45

        @Captain Marlo

        Kestudit ? Que Pépère en 1er Sinistre sera ravi de se faire faire une gâterie par Nabilla son PR, le temps qu’elle ingurgite goulûment son programme suce décrit ici ? Œuf Corse ! ^^


      • Et hop ! Et hop ! 1er février 19:11

        @Captain Marlo

        La gauche c’est la révolution,
        et la révolution est déjà « en marche » depuis le grand tournant libéral de la fin des annés 1980, et même depuis la chute de De Gaulle.

        C’est d’une contre-révolution dont on a besoin.

        De Gaulle était maurassien, socialiste, colbertiste, nationaliste, méprisant la banque et la finance, pas du tout désireux d’inventer un homme nouveau.


      • vaietsev1 1er février 23:00

        @Captain Marlo

        .« Pas de bras, pas de chocolat ! ». « Si toi pas révolutionnaire, toi pas avoir droit au Frexit, casse-toi, pov’ con ! »

        Tu veux que l’on recommence avec mes règles ,je te mets guide du monde ,t’iras chercher tes potes pour une révolution ,tu auras pas besoin d’être le premier ,d’ailleurs tu t’en moques ,tu seras comme tes potes qui te suivront tu sonneras faux , mettre en branle alors une révolte t’en auras rien à branler puisqu’on fond de toi tu sais que tu sonnes faux ,t’arrivera toujours à baiser ton petit monde .
        Pour le chocolat et les bras ,je te les laisse. 


      • vaietsev1 1er février 23:27

        @Et hop !

        La gauche c’est la révolution,
        et la révolution est déjà « en marche » .

        la révolte est en marche pour ceux qui vive bien depuis des années ,pour plusieurs autres ,nous n’avons pas le choix ,ne reste plus alors de ne pas être des premiers partout ,et pour ça ,lorsque l’on vous télécommande ,les femmes les filles plusieurs autres arrive toujours à leur fin ,à l’insu de ceux qu’ils télécommande ,ce parce que l’on ne leur souhaitait pas de savoir ,on les preferait quand ils étaient des imbéciles comme eux ,sans vous viser si vous êtes eux ,c’est une façon de parler .

        La solution serait d’éradiquer tout ce qui nuie ,mais ce serait raser ce pays.
        En aucun cas ,il aurait fallu démocratiser les symboles et les choses comme l’ont fait les médias ,chose faite désormais , tout le monde nous fais .hier meme ceux qui n’ont rien à dire .

        La révolte ,ce sont toutes les femmes et les libéraux ,ce sont eux le mal la faiblesse devrai je dire . 


      • Julot_Fr 1er février 14:48

        Il sembletait que les ’intellectuels’ (menteurs de gauche dans la tradition marxiste leniniste) souhaitent empecher l union des forces populaires de droite et de gauche (incarnee par les GJ, DeGaule, l union italienne definte Salvini/ DiMao) afin de permettre a nos mettre de la finance de continuer a reigner en s appuyant sur les 20% de vote collabobo


        • Leonard Leonard 1er février 15:26

          @Julot_Fr

          C’est de cette mouvance que ressort d’ailleurs généralement les black-black très utile au notre gouvernement d’idiot pour décrédibiliser les manifestations...


        • Eric F Eric F 1er février 21:02

          @Julot_Fr
          « ...empêcher l’union des forces populaires de droite et de gauche ... afin de permettre a nos mettre [maitres] de la finance de continuer a reigner [régner] en s’appuyant sur les 20% de vote collabobo »

          ça fait donc 80% de votes pour les forces populaires


        • Julot_Fr 1er février 21:27

          @Eric F

          Si on dit qu il y a la droite des artisants et pme (populiste) 30% ?. La droite financiere (rentiers) 5% ?. La gauche ouvriere (populiste) 15% ? et la gauche colabobo (bossent pour le systeme / pro-migrant..) 30%. Le vote collabobo se repartit entre Melanchon et Macron, ce sont eux qui ont elus Macron en 2017. Si on regarde uniquement l’aspect economique (classe) le bloc populiste est plus gros mais ils y a quand meme bcp de gens qui vivent du systeme, sont ils prets a se tirer un balle dans le pieds pour un futur meilleurs ?


        • eric 1er février 17:01

          National et socialiste....Il y a des précédents. Une évolution notable pour des léninococos, qui nous avaient habitué à l’internationalisme contre le chauvinisme petit bourgeois, un petit pas pour des Staliniens égoïstes, adeptes du socialisme dans un seul pays.


          • révolQé révolQé 3 février 12:34

            Jamais je n’entends les gens de ’’gauche’’ de mon entourage se dire favorables au FRexit.

            Qu’ils soient CGT, ex PCF ou autres gauchistes de base, ils rabâchent tous que l’UE c’est la paix, qu’en sortir, en plus de nous couter de l’argent (ce qui est le contraire) nous amènerait surement à la guerre.

            Bon, quand je leur demande une guerre contre qui,ils sont incapable de répondre. smiley


            • JbLynx 5 février 03:40

              @révolQé
              Contre l’Oligarchie €uropéiste ! ! ! (FMI MEDEF...)

              Les lois de l’UE (Traités ; GOPÉ) IRRÉFORMABLES sont au dessus des Pays qui la compose. Si désobéissance : Sanctions Financières !!.(art 2 TFUE , 48 TUE)

              « L’UE est une prison dont il faut absolument sortir !, car on ne décide plus de rien : ayant perdu toute notre souveraineté dans l’UE » E. CHOUARD.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès