• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Ce plan de relance qui disqualifie plus encore l’UE

Ce plan de relance qui disqualifie plus encore l’UE

La réponse à la crise économique la plus grave depuis une génération aurait dû être rapide, forte et simple à mettre en œuvre. La réponse de l’UE est tout le contraire. Tardive : les fonds n’arriveront au mieux que près d’un an après le début de la crise. Faible : il n’y a plus que 0,7% du PIB sur 3 ans. Complexe, ce qui va sans dire. Et pire pour nous, la France y perdra au moins 15 à 20 milliards de plus !

Ce plan de relance qui disqualifie plus encore l'UE

Trop tard, trop peu, trop complexe, trop contraignant

L’écart entre la propagande sur ce sujet et la réalité est énorme. Loin des délires hamiltoniens de certains, ce plan de relance montre une nouvelle fois que l’UE est un poids pour la France et les autres pays qui la composent, et en aucun cas une aide. Dans ces moments difficiles, les chefs d’Etat se glorifient d’avoir conçu un plan qui apportera de l’argent au mieux début 2021 !!! Mais c’est maintenant qu’il faudrait que les fonds soient libérés pour être efficaces. C’est maintenant que les plans sociaux se multiplient, que le climat économique peine à véritablement se redresser. Ce plan de relance frise déjà le hors-sujet uniquement d’un point de vue calendaire. En outre, 30% des fonds ne seront versés qu’en 2023  ! Le calendrier de l’UE est totalement décalé par rapport à l’urgence de la situation.

Et le montant des fonds est tout aussi ridicule. 750 milliards d’euros, soit 5% du PIB de l’UE, cela aurait été un plan à la hauteur s’ils avaient été dépensés sur 2020 et 2021. Mais, en juillet, il n’y avait plus que 390 milliards de crédits et 360 de prêts très hypothétiques, et rien ne devait être disponible avant la mi-2021. Le Figaro nous révèle qu’en deux mois, le plan s’est précisé : le montant des crédits a perdu 20% depuis le sommet de juillet, à seulement 312 milliards d’euros, à peine 2% du PIB de l’UE et ces crédits seront dépensés de 2021 à 2023. Le plan de relance de l’UE, c’est donc à peine 0,7% du PIB de crédits supplémentaires sur trois ans, sans la moindre garantie qu’ils soient vraiment additionnels et ne viennent pas en pure substitution d’autres budgets. Encore raté !

Et ce n’est pas tout, comme le titre Le Figaro, « Bruxelles verrouille l’utilisation des fonds européens par les Etats membres  ». Il faudra consacrer 37% des fonds pour le climat, 20% pour le numérique, de nouvelles réformes seront demandés, et le tout devra être renseigné dans le « formulaire aride de la Commission  », d’ici fin avril 2021. Pour couronner le tout, les discussions se poursuivent entre le Conseil et le Parlement européen, qui souhaite être associé aux plans nationaux. Pour finir, les Parlements nationaux devront encore ratifier le dispositif. Bref, ce qui est clair, c’est que faire des choses avec l’UE aboutit à perdre du temps, et à le faire de manière extraordinairement compliquée, sans même parler de la question pourtant essentielle de la souveraineté nationale, encore abîmée ici.

Autre point complètement effarant : la présentation de ce plan par la majorité actuelle. Jean Casteix parlait du financement de 40% de notre plan de relance. Las, il ne reste plus que 22,7 milliards pour la France en 2021 et en 2022, quasiment moitié moins qu’anticipé, 14,7 milliards ne venant qu’en 2023. Bien sûr, cela ne posera pas de problème, tant les marchés sont friands de notre dette, au point de payer pour nous prêter à 10 ans. Mais cela montre à nouveau que ce gouvernement parle trop vite et très faux. Et surtout, il faut encore rappeler que le bilan économique global pour la France sera très largement négatif, puisque nous assumons 17% du budget européen. Ce plan nous coûtera au moins 15 à 20 milliards de plus. Ce n’est pas l’UE qui nous finance, c’est la France qui paiera encore plus à l’UE…

Bien sûr, il n’y avait pas d’illusion à avoir sur la réaction de l’UE à la crise. Encore une fois, l’UE est incapable de nous aider, étant à la fois dérisoire, trop lente, et trop complexe. Pire, tout ceci fait encore gonfler la facture pour notre pays, qui n’en a pas besoin. Et pour couronner le tout, l’euro a pris 10%, annulant l’effet de bien des plans de compétitivité…

 

Lire également le très bon papier d’Olivier Berruyer sur son site Les Crises


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Arogavox Arogavox 26 septembre 10:55

    Quand un gouvernement a les clés du tonneau des Danaïdes ... on peut lui faire con-fiance pour dépenser tous les milliards qu’il va soutirer aux ’rien’ !


    • Le421 Le421 27 septembre 09:02

      @Arogavox
      Pas grave...
      Le remboursement ne commencera qu’en 2028.
      2022 + 5 = 2027.
      Vous me suivez ?


    • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 11:13

      Un plan de relent oui , ça pue grave , la France devient la Rance ....


      • Francis Francis 26 septembre 11:53

        @zygzornifle
         
         Prudence : la Rance ne l’est que par son nom.
        Et la Vilaine n’est pas moins belle que les autres rivières et fleuves de Bretagne.


      • Captain Marlo Captain Marlo 26 septembre 11:36

        Adieu veaux, vaches, cochons, couvées ! Macron fait valser les milliards, la dette augmente, mais cet argent levé par l’UE, s’accompagne de la mise en oeuvre des GOPé 2020/2021, dont la fameuse retraite à points...

        .

        Merci à l’auteur d’expliquer qu’il y a encore assez de benêts qui achètent de la dette à la zone euro..., du coup, dans la zone euro, la dette publique explose, document d’ Eurostat .

        .

        Si on ajoute aux Gilets jaunes, les revendications liées à l’effondrement économique provoquée par la gestion merdique du Covid, ça va faire du monde dans les rues : les personnels soignants qui n’en peuvent plus, les commerçants, les restaurateurs, les paysans de proximité qui ne livrent plus les restaurateurs, et les transports parisiens qui sont en faillite !

        .

        Et ce n’est pas tout, une chute de 18% dans le bâtiment !

        L’aérien, le tourisme, l’automobile, le textile sont dans les choux !

        Destruction d’emplois : 120 000 chômeurs de plus au 2e trimestre.

        La France qui était la 4e économie du monde en 1994, est en passe de devenir la 10e !

        Comme l’explique Emmanuel Todd, la population française est en voie d’appauvrissement depuis l’euro, c’est à dire depuis Maastricht.

        .

        Voilà le triste bilan de l’UE & de l’euro, géré par les larbins européistes. Mais nous allons peut-être voir ce machin européen exploser, les 27 se déchirent sur la question de l’accueil des migrants ...

        .

        Ils sont divisés sur tout et d’accord sur rien. Certains journalistes font mine de découvrir que chaque pays a des intérêts différents, et que « le peuple européen » est une illusion pour fanatiques impériaux...


        • Parrhesia Parrhesia 26 septembre 12:45

          @Captain Marlo
          Bonjour Captain Marlo,

          >>> du coup, dans la zone euro, la dette publique explose, <<<
          Bien vu et deux fois dangereux car la dette est aussi un redoutable moyen de pression politique que les rongeurs n’hésiteront pas à employer !!!
          Et défendus comme nous le sommes...


        • michalac michalac 26 septembre 12:57

          @Captain Marlo
          .

          Et ce n’est pas tout, une chute de 18% dans le bâtiment !


          .
          Ca, c’est la conséquence de la crise du covid, pas celle du plan de relance...
          Le plan de relance déjà en cours vient justement en compensation de la récession qui touche tous les secteurs... et partout en dehors de l’Europe...
          On serait d’ailleurs bien inspiré de se féliciter de cette initiative de relance que l’on réclame sans cesse à l’UPR, en pestant inutilement contre les GOPE, les critères du Pacte PCS, et les politiques de rigueur en Europe...
          Mais... sait-on ce qu’on veut ?

        • michalac michalac 26 septembre 13:02

          @Captain Marlo
          .

          du coup, dans la zone euro, la dette publique explose, document d’ Eurostat .


          .
          Oui ! Et c’est d’ailleurs ce que préconise depuis toujours l’UPR en réclamant l’abandon de la rigueur et l’instauration d’une politique de relance par l’emprunt auprès de la Banque Centrale, c’est à dire par l’augmentation de la dette publique !
          Enfin, on y est...

        • Yaurrick Yaurrick 26 septembre 13:12

          @Parrhesia
          Quand on se fait cigale plutôt que fourmi depuis un demi siècle, rien d’étonnant à ce que les créanciers aient leur mot à dire...


        • michalac michalac 26 septembre 13:12

          @Captain Marlo
          .

          mais cet argent levé par l’UE, s’accompagne de la mise en oeuvre des GOPé 2020/2021, dont la fameuse retraite à points...


          .
          C’est faux. En fait, ça n’a rien à voir...
          Toutefois la maîtrise des dépenses de retraite est utiles à maîtriser la dette publique, celle née du déficit des comptes sociaux, qui augmenterait davantage encore sans ce contrôle étroit des dépenses.
          Or, on s’afflige déjà plus haut de ce que la dette publique explose :
          .

          dans la zone euro, la dette publique explose, document d’ Eurostat .


          La maîtrise des dépenses sociales serait donc une bonne chose...
          Comment espérait-on financer un surcroît de prestations de retraite autrement que par l’emprunt et donc l’augmentation de la dépense publique ?
          Outre cela, le texte des GOPE ne contient aucune recommandation recommandant l’instauration de la retraite à point. Il s’agit d’une option purement française...

        • michalac michalac 26 septembre 13:26

          @tous.
          .
          Du coup, nous allons désormais tous expérimenter les conséquences de la politique préconisée depuis toujours par l’UPR !
          La relance par l’endettement perpétuel !
          La dépense sociale à tout-va !
          L’indifférence aux déficits des comptes sociaux et le financement des déficits par l’emprunt !
          Toujours plus d’emprunts et donc toujours plus de dettes !
          Une expérience, cette fois, en conditions réelles !
          Ce qui pourrait se montrer très différent des expériences menées en laboratoire par le petit parti...
          Les adeptes devraient cependant avoir l’occasion de se réjouir de voir se réaliser les bénéfices attendus d’une politique de relance tant espérée... Sans doute pourront-ils également nous expliquer les éventuelles difficultés, dans le cas où ça tournerait mal...


        • michalac michalac 26 septembre 13:41

          @Captain Marlo
          .

           les 27 se déchirent sur la question de l’accueil des migrants ...Ils sont divisés sur tout et d’accord sur rien. 

          .
          Les Européens sont finalement tombés d’accord sur le plan de relance de 740 milliards...
          Les discussions et désaccords qui ont précédé sont ce qu’on appelle le jeu démocratique...
          Il en va de même au sein de la démocratie française... les députés et sénateurs y sont rarement d’accord sur tout, avant tout débat au parlement...
          .
          En définitive, les Européens sont tombés d’accord sur 2250 milliards de fonds tout azimut pour la relance post-covid...
          Et ça, 2250 milliards, à moins de vouloir faire la fine bouche parce que vexé de voir l’Europe devancer et combler les besoins et les attentes, ça n’est pas rien...

        • Parrhesia Parrhesia 26 septembre 14:14

          @Yaurrick
          Bien sûr ! Bien sûr !
          Mais ce qui est quand même curieux, c’est que les « cigales », sous de Gaulle, ont créé de la prospérité pour tous sans créer de dette entre 1958 et 1968 !!!
          Et que l’on ne vienne pas nous raconter que : « c’était les trente glorieuses.... » parce là elles n’ont de toute façon été que dix ! La chienlit/gabegie n’a recommencé qu’après de Gaulle !!!
          Alors pourquoi ne pas virer les pitres à la botte mondialiste qui nous « gouvernent » actuellement pour reprendre les idées et techniques du Général qui ont fait leurs preuves et qui sont toujours valables en 2020 quoi que l’on puisse en dire !!!


        • michalac michalac 26 septembre 14:41

          @Parrhesia
          .
          C’est exact.
          En 1945, la dette publique de la France s’élève à 110 % de son PIB.
          en 1969, elle n’est plus que de 13.5 %.
          Mais les « techniques du Général » ne sont pas forcément " toujours valables en 2020 quoi que l’on puisse en dire !!! Car l’environnement a bien changé, notamment la croissance à deux chiffres des années 60 qui n’avait pas besoin d’être encouragée, alors que la croissance de la période postérieur au Premier choc pétrolier a toujours besoin de l’être...
          Dans les années 60, le Général a même pu se payer le luxe d’impôts sur les société très élevés... ce qui serait dangereux aujourd’hui. Outre une dévaluation du franc qui dans le contexte commercial commercial de l’époque avait des chance de fonctionner. Ce ne serait pas forcément le cas de nos jours.


        • Yaurrick Yaurrick 26 septembre 15:12

          @Parrhesia
          Le contexte était totalement différent : pétrole très peu cher, un pays à reconstruire et qui plus avec beaucoup de retard vis à vis des USA... De Gaulle ou pas, la croissance aurait été semblable aux autres pays d’Europe ravagés par la guerre. En outre, la tendance à la baisse des excédents était clairement démarrée et est devenue déficit au milieu des années 1960. 

          Virer les pitres qui gouvernent, très bien... mais ça ne résout pas le problème qui est que notre pays vit au dessus de ses moyens depuis 50 ans et n’a pas eu le courage de faire ce qu’il fallait faire : mettre fin à l’augmentation constante des dépenses, et remettre la France sur le bon chemin, c’est à dire la gestion en bon père de famille.


        • Captain Marlo Captain Marlo 26 septembre 18:48

          @michalac
          Voilà Assouline le préposé à l’anti Frexit & anti UPR, avec un nouveau pseudo qui ne trompe personne !
          .
          Les pays européens ont l’interdiction d’emprunter à leur Banque Centrale, article 123 du TFUE. Emprunter à la banque de France à taux 0%, c’est ce qui existait avant Maastricht, et c’est ce que veut faire l’UPR après le Frexit.
          .
          Et puis l’UE étant faite pour le bonheur de la finance, il a fallu emprunter au marché = aux banques, avec intérêts. Michel Rocard dévoile le pot aux roses !
          .
          Les 40 ou 50 milliards d’euros que nous payons aux banques chaque année, ce sont les intérêts de la dette. Et la dette dépend des intérêts pratiqués.
          Et les intérêts pratiqués dépendent des agences de notation : « On ne prête volontiers qu’aux riches ! ».
          .
          Quand l’Allemagne empruntait quasiment à taux 0%, la Grèce pouvait emprunter jusqu’à 29 % d’intérêt (3e graphique) . Le marché ne veut prendre aucun risque, plus un pays va mal, plus il est obligé de payer des taux d’intérêts élevés, ce qui finit de le ruiner.. !
          .
          Mais tout ne va pas si bien que ça dans les banques ! Charles Sannat : « Inquiétudes, les 1ers effets crise bancaire sur les épargnants et les salariés des banques »...

          Pour sauver vos noisettes :« Achetez plutôt des nouilles, c’est plus sûr ! »


        • Captain Marlo Captain Marlo 26 septembre 19:22

          @michalac

          Il y a aussi ce que Macron n’a pas expliqué : « le mensonge par omission du Président Cupidon » par Pierre Levy  de la revue Ruptures.
          .
          (Ruptures, le site progressiste radicalement eurocritique !)

          "(...) Paris recevrait 39 milliards. Mais, en tant qu’Etat membre co-emprunteur sur les marchés financiers, la France devra ensuite rembourser une part des 750 milliards. Or le principe est que chaque pays rembourse non à hauteur des sommes qui lui seront versées, mais en fonction de sa richesse.

          Autrement dit, le remboursement devrait se faire en fonction d’une clé proche des contributions au budget communautaire. Après l’Allemagne, la France est le deuxième « contributeur net » de l’UE, c’est-à-dire qu’elle verse plus au pot commun qu’elle n’en reçoit. Elle contribue à hauteur de 11% au budget communautaire.

          Elle pourrait donc avoir à rembourser plus de 82 milliards – sans compter les intérêts qui seraient dus dès 2021 (Berlin, de son côté pourrait rembourser 106 milliards, pour 29 milliards reçus via Bruxelles).

          La seule chose qu’Emmanuel Macron ait donc dite à propos de l’UE est que cette dernière paierait. En omettant de préciser que la France devra rembourser le double des sommes perçues....




        • Captain Marlo Captain Marlo 26 septembre 19:52

          @michalac
          Mais... sait-on ce qu’on veut ?


          Ce qu’on veut, c’est savoir où Macron veut nous emmener !
          Tous ces milliards, dans quel but exactement ?
          C’est ce que les Français ne comprennent pas et veulent savoir.
          .
          Et bien, encore une fois, l’UE sert de tapis rouge aux intérêts bien compris du capitalisme mondialisé. Les marchés sont saturés, il faut jeter, et acheter encore plus, mais du Vert, du Vert, du Vert ! Cf « Le capitalisme en voie d’effondrement ».
          .
          A ce sujet, un moment de franche rigolade avec le billet de Charles Sannat : « Icoulogie ! La France rallume ses centrales à charbon… Les éoliennes c’est du vent !! » 
          .
          Les deux mots d’ordre du futur, c’est plus d’Europe et plus de Vert !
          Les entreprises et les emplois qui vont disparaitre ne sont pas chiffrés.
          On peut faire confiance à l’alliance de la carpe et du lapin, pour ne pas affoler les populations, déjà largement impactées par les fermetures d’entreprises depuis 40 ans ...
          .
          La carpe et le lapin,  »c’est une charmante alliance européenne s’est nouée autour d’un texte exhortant « les décideurs politiques, les chefs d’entreprise et les dirigeants financiers, de syndicats, d’ONG » à viser une « relance verte ».

          Outre l’eurodéputé Vert, Pascal Canfin, on trouve parmi les signataires le Ministre français de la transition écologique ainsi que sa collègue allemande.

          Laurent Berger en sa double qualité de patron de la CFDT et de la Confédération européenne des syndicats, les présidents des groupes socialiste, Vert et libéral à l’euro parlement, des responsables d’ONG, ainsi que trente-sept PDG, dont ceux de Renault, d’Unilever, de Danone, de L’Oréal ou d’Ikea.

          "


        • Parrhesia Parrhesia 26 septembre 20:10

          @michalac
          et @ Yaurrick,
          Bonsoir à tous les deux.
          Je suis d’accord avec vos arguments.
          Ce que je veux néanmoins soutenir, c’est que si la France était gérée selon les mêmes principes que ceux du Général et des siens, des facteurs négativement évolutifs tels que l’augmentation du prix du pétrole auraient nécessairement moins d’impacts sur notre socio-économie !!!

          Le cas particulier de la dévaluation est effectivement un peu différent. Toute dévaluation nouvelle devrait être calculée au plus juste dans la mesure où elle affecterait un pouvoir d’achat radicalement mis à mal par les recettes et les gens issus du mondialisme !!!
          D’autre part, notre économie est tellement affaiblie que le seul impact d’une dévaluation cohérente risque d’être négligeable.

          En outre notre crédit sur le plan international a été ridiculisé puis détruit, ce qui hypothèque nos possibilités d’alliances internationales qui, comme vous le dites, sont maintenant différentes de celles préexistantes à l’époque du général. Or, ce n’est pas avec des personnalités du type Sarkozy/Hollande/Macron et consorts que nous pourrons le restaurer.
          D’autant plus que ce n’est pas non plus avec le soutien d’une population qui se distingue un peu plus par la débilité de ses choix électoraux à chaque nouveau scrutin, qu’un homme providentiel, quel qu’il soit, pourrait redresser une telle situation !
          Bref ! Si vous voulez dire que la situation est devenue incurable même par les procédés gaullistes, C’est probable !
          Mais cela ne diminue en rien l’efficacité et le bien fondé pérenne des approches du président de Gaulle, qui, basées sur le bon sens, l’expérience

          et feu le respect de la France , resteraient encore les mieux adaptées aux vicissitudes actuelles. (Sauf Petit-Clamart interposé, élection d’une résurgence Mitterrand, ou autres performances franchouillardes du même ordre...)
          Je vous souhaite une bonne soirée à tous les deux !


        • michalac michalac 26 septembre 20:48

          @Captain Marlo
          .

          Les pays européens ont l’interdiction d’emprunter à leur Banque Centrale, article 123 du TFUE


          .
          D’où la petit manip de l’assouplissement quantitatif. La BCE rachète les titres de dette détenus par les investisseurs afin que ceux-ci réinvestissent les capitaux libérés dans de la dette nouvellement émise par les états.
          .

          Emprunter à la banque de France à taux 0%, c’est ce qui existait avant Maastricht


          .
          Faux. La France se l’est elle-même interdit en 1973.
          Maastricht, c’est en 1992...
          Et avant même 1973, le réescompte des titre du Trésor auprès de la Banque de France était limité. Surtout, les 13.5% de dette publique en 1969 n’exigeaient pas de l’Etat qu’il se refinance sur les marchés.
          Et c’est essentiellement l’augmentation du volume de la dette publique qui a commandé l’orientation de l’Etat emprunteur vers les capitaux privés.
          .

          Quand l’Allemagne empruntait quasiment à taux 0%, la Grèce pouvait emprunter jusqu’à 29 % d’intérêt (3e graphique) .


          .
          Oui... en 2011... en pleine crise Grecque...
          Aujourd’hui, on vous parle du taux dont bénéficie la Grèce grâce à la confiance des investisseur dans l’euro et au plan de sauvetage de l’Union européenne.
          Et c’est dès la fin 2019 que la Grèce a pu emprunter de nouveau à taux négatif !
          meme-la-grece-parvient-desormais-a-emprunter-a-tau x-dinteret-negatif
          On imagine sans difficulté ce qu’il en aurait été sans la puissance tutélaire de l’Europe. Une telle confiance restaurée en si peu de temps, un vrai miracle !
          .

          Michel Rocard dévoile le pot aux roses !


          .
          Michel Rocard ne révèle rien du tout...
          Car le problème est connu depuis longtemps...
          Depuis la fin des années 60, tous les états du monde sont résolus à ne plus financer leur dette publique par la création monétaire, ce qu’on appelle la monétisation de la dette... Une résolution plus que raisonnable lorsqu’on sait ce qu’elle a coûté à l’Allemagne des années 20 et ce qu’elle coûtera au Zimbabwe des années 2000...
          Rocard ne fait que feindre ignorer le problème pour s’affliger opportunément des frais d’intérêts générés par l’emprunt sur les marchés.

        • michalac michalac 27 septembre 11:57

          @Captain Marlo
          .

          Or le principe est que chaque pays rembourse non à hauteur des sommes qui lui seront versées, mais en fonction de sa richesse.

          .
          Mais ! C’est une blague !
          .
          Les 39 milliards pour la France dont il est question ici sont une part des 750 milliards européens.
          La France, en tant que co-emprunteur, remboursera plus que les 39 milliards perçus au titre de la solidarité européenne. Tout comme l’Allemagne, les Pays -Bas ou la Suède... et à l’inverse de la Grèce, du Portugal ou de la Roumanie...
          Ce, précisément parce que la France est l’un des pays les plus riches et les plus solides de l’Union.
          .
          « Le principe selon lequel chaque pays rembourse non à la hauteur des sommes perçues mais en fonction de sa richesse » est donc bien respecter !
          .
          Il s’agit du principe de solidarité européenne selon lequel les plus riches paient pour les plus pauvres.
          A quoi bon l’Union s’il n’y avait cette solidarité des plus forts envers les plus faibles ?
          N’est-ce pas le même principe que l’on préconise lorsqu’on prétend défendre le « modèle social » de la France ?
          .
          Et ne s’est-on pas suffisamment plaint, il n’y a pas si longtemps que ça, d’un soi-disant manque de solidarité européenne, lorsque l’Italie et l’Espagne croulaient sous le poids de l’épidémie de covid et qu’on pointait alors du doigt l’égoïsme des pays riches d’Europe du Nord, chacun gérant la question sanitaire dans son coin, comme les Traités européens les en laissent libre ?
          .
          Il faut être idiot et ignorant pour ne pas comprendre, sans qu’il y ait « mensonge par omission » de quiconque, que ce sont les 27 qui auront à payer pour l’effort de leur union, l’actuel effort de relance de l’Union !
          Car l’Union européenne n’est autre que l’union des 27. La richesse de l’Union n’est autre que celles de chacun de ses membres mises en commun.
          Il n y’ a pas d’Union en dehors des 27, pas d’Union autonome extra-européenne !
          Et personnes n’a menti !
          Mais il y n’y a que des idiots et des ignorants !

        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 septembre 11:41

          C’est un plan Marschall déguisé : après avoir détruit une partie de l’économie réelle pour purger ses tuyaux encrassés, la finance veut se refaire une santé en endettant ses propres victimes. Ca ressemble aussi à l’arnaque des subprimes.

          La différence avec le krach de 1929 et ses conséquences de 1945 (création de l’empire américain), c’est l’existence aujourd’hui de transnationales qui n’existaient pas il y a 75 ans et qui sont plus fortes que les états, y compris (ou à commencer par) les Etats-Unis.

          Les vielles recettes ne marchent plus. Ce que les prédateurs n’ont pas compris , c’est qu’ils crèveront après que leur gibier ait été exterminé par leurs soins.


          • michalac michalac 26 septembre 20:53

            @Séraphin Lampion
            .

            C’est un plan Marschall déguisé


            .
            Le plan Marschall était un plan d’investissement de l’étranger américain à destination de l’Europe occidentale.
            Le plan de relance européens est un plan des 27 à destination d’eux-mêmes...
            On cherche le déguisement...

          • michalac michalac 26 septembre 12:13

            il n’y a plus que 0,7% du PIB sur 3 ans.

            .

            FAUX.

            la totalité des fonds européens mobilisés pour le plan global de relance est de 2250 milliards.Soit l’addition de la BCE, de la BEI, du FSE du mécanisme de soutien SURE, de la Commission européenne et ses 740 milliards auxquels il est seulement fait référence ici, et les emprunts nationaux rendus possibles par les facilité européennes accordées.

            Un total supérieur au plan de relance des Etats-Unis eux-mêmes !

            Et bien plus que chacun des membres de l’Union aurait pu se permettre d’emprunter sans son aide...

            Le cas le plus flagrant du soutien de l’Union dans cette opération est celui de la Grèce. Jusque là sous perfusion, la Grèce a pu emprunter en Juin à un taux inférieur à 1%, ce que seul l’Euro permet, ce que la Drachme n’aurait évidemment pas permis.


            • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 26 septembre 14:39

              @michalac

              Les Grecs en sont-ils satisfaits ?

              La France est-elle dans la même situation que la Grèce ?

              La politique beaucoup plus rapide de la Bank of England est-elle meilleure ?

              Est-il utile de s’endetter en commun à des taux très proches des taux nationaux, et de ne toucher que la moitié du montant emprunté ?


            • michalac michalac 26 septembre 16:25

              @Pic de la Mirandole
              .

              Les Grecs en sont-ils satisfaits ?


              .
              Oui ! Ca sonne pour eux comme une renaissance !
              Pensez...
              .

              La France est-elle dans la même situation que la Grèce ?


              .
              Non, mais la France est comme la Grèce touchée par l’épidémie de Covid et par la récession économique qui s’ensuit.
              .

              La politique beaucoup plus rapide de la Bank of England est-elle meilleure ?


              .
              La politique de la Banque centrale britannique n’est pas plus rapide car elle ne consiste qu’en des assouplissements quantitatifs. Ceux là même pratiqués par la BCE dès le mois d’Avril dernier. On serait donc sur du plus lent en raison du retard pris par les autorités monétaires britanniques.
              En outre, ces assouplissements exigent pour être efficaces que les détenteurs des titres rachetés se manifestent de nouveau rapidement sur le marché primaire. L’émission consécutive d’une nouvelle dette publique au profit des aides publiques est soumise au délai de réactions des investisseurs.
              .

              Est-il utile de s’endetter en commun à des taux très proches des taux nationaux, et de ne toucher que la moitié du montant emprunté ?


              .
              Les taux nationaux ne sont que des taux déduits des taux européens. Emprunter en commun, c’est emprunter au nom de l’euro, avec la garantie que la devise européenne représente aux yeux des investisseurs. En la matière, tout est affaire de confiance. Des pays comme l’Italie, la Grèce et même l’Espagne n’aurait pas pu emprunter à de tel taux avec une devise nationale, des devises qui n’auraient alors pas été garanties par les économie fortes d’Europe du Nord.

            • michalac michalac 26 septembre 12:49

              Dans ces moments difficiles, les chefs d’Etat se glorifient d’avoir conçu un plan qui apportera de l’argent au mieux début 2021 !!! Mais c’est maintenant qu’il faudrait que les fonds soient libérés pour être efficaces...

              .

              FAUX ;

              Il n’y a que les 740 milliards du plan de la Commission européenne qui soient sujets à retards en raison d’un vote de validation à venir au Parlement européen, c’est ça le contrôle démocratique et du délai de mobilisation des fonds empruntés sur les marchés.

              Des marchés qui ont toutefois déjà répondu à l’appel, ce qui explique la valeur record de l’Euro à 1.18 $ depuis la fin Août ! A l’inverse, le rouble, dont se désengagent les capitaux internationaux, a plongé à son plus bas record frôlant les 90 roubles l’euro !

              .

              Les fonds provenant d’autres sources (BCE, BEI, FSE, SURE et emprunts nationaux) sont disponibles depuis le mois de mai dernier. Les fonds issus du plan de la Commission arriveront donc en consolidation de ceux déjà attribués.


              • michalac michalac 26 septembre 13:53

                le montant des fonds est tout aussi ridicule. 750 milliards d’euros, soit 5% du PIB de l’UE...

                .

                FAUX.

                Comme déjà détaillé plus haut, le montant du plan gloabal de relance est de 2250 milliards, hors emprunts nationaux dont il est difficile de prévoir le montant pour chaque pays.

                Les 750 milliards d’euros dont il est question ici n’est que le plan de la Commission, ou de l’executif de l’Union, si l’on préfère...

                2250 milliards font, en revanche, 16% du PIb annuel de l’Union !

                C’est plus que la baisse du PIB européen attendue pour 2020, et estimée à 12% !


                • Odin Odin 26 septembre 14:09

                  Bonjour,

                  « La dette, dans le système capitaliste, n’est pas d’abord une affaire comptable, une relation économique, mais un rapport politique d’assujettissement et d’asservissement. Elle devient infinie, inexpiable, impayable, et sert à discipliner les populations, à imposer des réformes structurelles, à justifier des tours de vis autoritaires, voire à suspendre la démocratie au profit de « gouvernements techniques » subordonnés aux intérêts du capital. » Maurizio Lazzarato

                  Les français ont la mémoire courte. Nous avons perdu notre souveraineté monétaire le 03/01/1973 en ayant mis un premier banquier de chez Rothschild à l’Élysée avec sa loi Pompidou / Giscard (dite loi Rothschild) et qu’ont fait ces mêmes français en 2017, ils ont mis une deuxième fois un banquier de chez Rothschild à l’Élysée, c’est du masochisme.

                  Les français, en majorité, ont la comprenette difficile au sujet des souverainetés mais ils vont bientôt comprendre à leur dépens ce qu’est la gouvernance par l’usure à moins que nous sortions le plus rapidement possible de la monnaie €uro

                  ainsi que de l’U.E. ce que malheureusement je doute fortement en raison de la « réelle épidémie » du syndrome de Stockholm.  


                  • michalac michalac 26 septembre 14:28

                    @Odin
                    .
                    Intéressant.
                    Les Gilet-jaune et autres manifestants pour l’augmentation des retraites s’imaginent-ils pouvoir endetter le pays indéfiniment auprès de sa Banque centrale ?
                    Il ne s’agira à long terme que d’un transfert d’intermédiation. Car la banque centrale serait contrainte de se financer sur les marchés des capitaux. Ce en raison même de son pouvoir limité de création monétaire. Une limite commandée par la nécessité de maîtriser l’inflation et à terme l’effondrement monétaire.


                  • Captain Marlo Captain Marlo 26 septembre 19:04

                    @michalac

                    Dites donc, vous êtes en forme aujourd’hui ! Bien plus en forme que la zone euro et l’économie française qui sont dans le choux ... Faut-il que vos patrons aient la pétoche des Français pour que vous mettiez les bouchées doubles contre l’UPR et pour la défense de l’Europe des banksters !
                    .
                    C’est le journal économique les Échos, qui sonne l’alarme :
                    « Le Covid va tuer plus de PME que d’êtres humains ! »

                    "Pour Eric Le Boucher, la crise que nous vivons est plus économique que sanitaire. Elle va obliger les entreprises à revoir leurs chaînes de production. Mais elle risque surtout de faire baisser l’investissement et, au passage, de pousser vers la faillite de très nombreuses PME."

                    Et comme ce sont les PME qui créaient le plus d’emplois...
                    Sinon, tout va bien, pas vrai ?


                  • michalac michalac 26 septembre 21:04

                    @Captain Marlo
                    .

                    Faut-il que vos patrons aient la pétoche des Français... gna, gna... bla,bla... de l’Europe des banksters !

                    .
                    Nous ne craignons que le triomphe de la bêtise...
                    Il semble cependant, au regard de ses scores électoraux, que nous disposions d’une confortable avance....
                    .

                    « Le Covid va tuer plus de PME que d’êtres humains ! »


                    .
                    Ce n’est donc pas l’Europe qui est en cause...
                    Mais c’est bel et bien la puissance solidaire européenne qui sauvera la France et ses partenaires sur coup là...

                  • michalac michalac 26 septembre 21:18

                    @tous
                    .
                    Accessoirement, pour ceux qui y entendent quelque chose, la France va mal comme toutes les économies impactées par les mesures de lutte contre le covid. Mais elle va mieux que l’Italie et l’Espagne qui publient les prévisions d’une récession plus importante...
                    Surtout, elle va bien mieux que le Royaume-Uni qui table sur 20% de baisse du PIB quand la France n’est qu’à -12,4 %...
                    Les Britanniques en sont réduits à devoir financer la quasi-intégralité de leur relance par l’intervention de la Banque d’Angleterre et la création monétaire.
                    .
                    L’Etat de la Russie n’est pas encourageant, ce dont témoigne un rouble à son plus bas historique consécutivement à une désaffection des capitaux... vers l’Europe où l’Euro retrouve son niveau d’avant crise, et même davantage...
                    .
                    La Chine et l’opacité de ses statistiques se contentent pour l’heure de donner le change...


                  • pierrot pierrot 28 septembre 18:09

                    Le plan de relance européen de 750 milliards d’euros est certes, trop faible mais c’est déjà une performance qu’il existe en Europe compte tenu des différences d’appréciations de chaque pays.

                    Il ne faut pas se leurrer, la majeure partie ne sera pas remboursée mais l’UE fera un autre prêt en 2030 pour rembourser celui là.

                    Mais les riches n’ont pas d’autres choix que de prêter à taux quasi nul , tant pis pour eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité