• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Charte européenne des langues régionales : Hollande nourrit la guerre (...)

Charte européenne des langues régionales : Hollande nourrit la guerre contre le français

Bien sûr, c’était une de ses promesses de campagne. Il y a 18 mois, Jean-Marc Ayrault, avait annoncé sa ratification, mais François Hollande avait préféré se concentrer sur l’économie. Lundi, dans une lettre à un député breton, il a relancé la ratification de la charte européenne des langues régionales.

 
Nouveau délire européen
 
En 1992, les euros béats nous avaient vendu le principe de subsidiarité, selon lequel l’UE serait sensée gérer les domaines dont elle s’occuperait mieux que les Etats. Déjà, on peut contester cela car en général, l’UE est juge et partie. Et surtout, pourquoi donc l’UE se mêle des langues régionales parlées dans les pays membres ? Chaque pays a une culture différente et un rapport différent à la question régionale. Et, comme le notait Laurent de Boissieu, « le Conseil constitutionnel a(vait) donc logiquement jugé qu’une telle reconnaissance de minorités linguistiques porterait ‘atteinte aux principes d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français  ». Ceci impose au gouvernement de passer par la lourde procédure d’un Congrès pour faire une loi constitutionnelle.
 
Comme le note Laurent de Boissieu « en réalité, cette charte a pour objet de permettre la reconnaissance de minorités (ou ‘groupes’ de locuteurs à l’intérieur des ‘territoires’ dans lesquels ces langues régionales sont pratiquées) jouissant de droits collectifs, notamment le ‘droit imprescriptible’ de pratiquer une langue régionale minoritaire non seulement dans la ‘vie privée’ (ce qui est bien entendu le cas actuellement) mais également dans la ‘vie publique’, c’est-à-dire dans les relations avec les administrations et les services publics  ». Cette charte porte en elle une possible et scandaleuse remise en question du fait que le français soit notre seule et unique langue officielle. Et que dire de l’énoncé hallucinant, caricatural et ridicule du projet de loi qui sous-entend une forme de persécution totalement imaginaire !
 
Le français attaqué sur tous les fronts
 
Alors même que le niveau des élèves en français diminue, le gouvernement trouve le moyen de promouvoir parallèlement l’apprentissage des langues régionales, à travers cette charte européenne, qui leur donnerait des droits dont elles n’ont pas besoin, et la promotion toujours grandissante des langues étrangères, anglais en tête. En clair, la majorité déshabille le français pour habiller le breton, le basque, l’anglais et le chinois. En effet, le gouvernement veut promouvoir l’apprentissage de l’anglais dès le primaire, son projet contesté de réforme du collège introduit l’apprentissage de deux langues étrangères dès la 5ème au lieu de la 4ème et il avait également étendu les possibilités de cours en anglais avec le projet Fioraso. On peut aussi rappeler que la Banque de France ne se soucie plus de publier en français…
 
On retrouve avec cette charte, la traditionnelle alliance entre cette europe et les régions pour affaiblir les Etats-nations qui lui font encore de la résistance. Cette remise en question est d’autant plus importante que l’Europe est secouée par une vague de régionalismes menaçant l’unité nationale, en Espagne et en Grande-Bretagne notamment et que rien n’est fait pour empêcher la progression de l’anglais comme lingua franca de l’espace européen. Il est révoltant que l’UE fasse une telle propagande contre les langues officielles des Etats qui la composent. Il est difficile de ne pas y voir un nouveau moyen d’affaiblir les Etats-nations dont la langue est un des piliers. Le gouvernement ferait bien de concentrer ses efforts sur l’apprentissage de notre langue commune à tous, le français et réduire l’invasion de l’anglais.
 

Sur la question linguistique, en maltraitant le français, abandonné pour promouvoir langues régionales et étrangères, le gouvernement se fait le parti de l’étranger. Pourtant, la nation, c’est notre identité, notre famille et notre solidarité. Car ce faisant, il semble chercher à la dissoudre petit à petit.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 6 juin 2015 10:04

    Bonjour, Laurent.

    Désolé, mais votre article n’est pas très honnête car il affirme que la reconnaissance des langues régionales se fera au détriment du français. Or, c’est tout simplement faux ! L’introduction de la référence à la Charte européenne dans la Constitution par le Congrès ne remettra pas en cause l’article 2 qui précise que le français reste la seule langue officielle de notre pays. En conséquence, il n’y aura aucune obligation à rédiger des actes administratifs en breton, en alsacien, en occitan ou en basque !

    Autre chose : cette évolution positive (et nécessaire pour la sauvegarde du patrimoine) du droit européen vaut pour tous les pays de l’Union et n’a évidemment pas vocation à diminuer l’influence du français, pas plus que celle de l’allemand ou de l’italien.


    • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 6 juin 2015 11:25

      @Fergus
      Plutôt d’accord avec Fergus.
      Là, on est dans le catéchisme jacobin et les obsessions souverainistes : le fantasme de la balkanisation de la France et de l’Europe et le « complot ethniciste ».
      Comme si les différences culturelles et linguistiques étaient un obstacle à l’unité de la nation.
      Même si il faut, quand même, se méfier des manipulations des identités fortes par ces instances supra-nationales.

      Tout cela n’est pas sans rappeler ce Mélenchon, la truelle de Bouygues, quand il crache sur la chouannerie « traître à la patrie », sans faire de différence entre les Chouans de Haute-Bretagne, parmi les derniers hommes libres en France, et l’armée vendéenne d’une part et sans mentionner, d’autre part, le fait que les premiers après adhésion aux thèses révolutionnaires ont pris conscience de l’imposture de cette révolution de bourgeois. Ou encore quand il raconte des conneries au sujet d’une « langue bretonne aux racines latines » (sic) parlée à Rennes (sic) alors qu’il s’agit du Gallo qui est une langue d’oïl de Hte-Bzh (et parlée encore plus à l’est). Ceci dit au passage...Preuves qu’il connaît bien son « dossier ». En plus de démontrer son inculture crasse, il fait évidemment de l’idéologie.
      C’est finalement cette vieille haine du berceau des peuples, vagina gentium, de la campagne et des sociétés traditionnelles archaïques les plus hostiles au capitalisme et les plus étrangères aux choses du commerce qui ressort ici. Ce que cette engeance n’admettra jamais c’est que ces sociétés paysannes de Bretagne ou d’ailleurs en Europe, sans les idéaliser, partageaient des valeurs bien plus proches d’un véritable socialisme que ce que proposent ces gros bourgeois carriéristes maçonniques « cholestérolés » et ethnocidaires qui n’en ont jamais rien eu à foutre des peuples de France. La nécessité de faire disparaître ces sociétés pour les adapter à la modernité capitaliste : des massacres de masses durant la Terreur aux « plans » et politiques de développement (destruction de la paysannerie traditionnelle au profit de cette agriculture de gros verrats qui produisent de la merde) apparaît comme une évidence aujourd’hui. Dans ce processus, la responsabilité de la gauche et de la droite est parfaitement partagée.


    • Fergus Fergus 6 juin 2015 11:51

      Bonjour, Jean-Michel Lemonnier

      « Là, on est dans le catéchisme jacobin et les obsessions souverainistes : le fantasme de la balkanisation de la France et de l’Europe et le « complot ethniciste ». »

      Oui, un chiffon rouge notamment agité par l’UPR, parfois au prix d’affirmations mensongères.

      « Comme si les différences culturelles et linguistiques étaient un obstacle à l’unité de la nation. »

      Entièrement d’accord. L’histoire de notre pays en est la démonstration éclatante, tant les disparités étaient grands il y a encore deux siècles entre les provinces, en termes de langue et de culture. Et l’histoire de la Suisse est un contre-exemple parfait de ce prétendu risque pour l’unité nationale, ce pays étant farouchement attaché à son unité en dépit de ses 4 langues « nationales ». Le même constat peut être fait pour l’Italie où l’on trouve non seulement des régions de langues régionales proches de l’italien, mais aussi des territoires principalement peuplés de locuteurs français (Val d’Aoste) ou allemands (Trentin-Haut Adige).


    • gerald2 6 juin 2015 17:41

      @Fergus pourriez vous donner un exemple quand vous dites « parfois au prix d’affirmations mensongères » ?

      Ce que met en évidence l’UPR c’est le démantèlement progressif de tout ce qui fait l’unité Française au profit des Etats Unis avec en point de mire un projet d’Euro-régions qui permettra de créer des structures administratives Françaises sur le modèle Américain. Un modèle qui servira ainsi encore plus efficacement les Etats Unis, la Commission Européenne étant d’ores est déjà une institution non élue et au service des lobbys de leur sociétés privées. Voila l’analyse que fait l’UPR de la situation de la France. En proposant la seule solution possible pour ce sortir de ce piège, la sortie de l’Union Européenne par l’article 50 du TUE. Solution qu’aucun autre parti ne propose.

    • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2015 18:11

      @Fergus« 

      Alors même que le niveau des élèves en français diminue, le gouvernement trouve le moyen de promouvoir parallèlement l’apprentissage des langues régionales », 
      Effectivement, comme vous je ne peux que m’ériger contre cette absurdité. Les bretons sont parmi ceux qui ont les meilleurs résultats au bac ( je sais ça n’a qu’une valeur relative) ! Hors, le bi-linguiste est patent dans ce pays, ( malheureusement en déclin, vu la volonté éradication sur plusieurs générations des instits, hussards de la république) ! Cela est vérifié d’autant plus, car les résultats dans les écoles diwan ( bilingues, immersion en breton) sont encore meilleures qu’ailleurs.... Etre bilingue dés les premières années, est la meilleure chose qu’il peut être donné à un enfant, cela lui ouvrant le champ de la relativité, et des phonèmes entendus et répétés, la meilleure base pour acquérir d’autres langues .
       De fait, cette tendance a été observé dans tous les pays ! Et la France à nié les évidences, cramponnée à des conceptions moyenâgeuses. 
      Elle se distingue malheureusement, par sa politique agressive, envers les langues autres que le français (appelées bien sûr « patois » pendant longtemps, pour mieux les décréditer)
      Curieuse conception, très archaïque, qui continue à perdurer, et dont on voit ici une expression. 
      Tant mieux si cela peut changer. Mais il faudra du temps pour rattraper le temps perdu et les locuteurs, qui sont comme autant de bibliothèques !
      Car on a fustigé assez le colonialisme et toutes ses manifestations ! Mais en voilà une expression flagrante, par le biais d’une culture dominante, centraliste, qui a confondu les lumières, avec une seule, au niveau de la langue. 

      La multiplicité des langues, c’est une richesse dont certains, comme cet auteur, n’ont absolument pas conscience ! Le breton, par exemple, langue non latine, est bien plus vieille que le français, et s’apparente au vieux fond celtique, le gaulois, dont elle est apparentée. 
      C’est bien beau de garder les amphores et les assiettes ébréchées, mais quand quelque chose de vivant perdure, il faut l’entretenir. 
      C’est non seulement l’intelligence d’un peuple qui en dépend, mais aussi sa santé.
      Comme dit un proverbe : 
      « Brizh diod hag a oar tewel ouzh un den fur a so heñvel »
      Ce qui veut dire à peu près : « Idiot qui se sait se taire, à l’air d’un homme sage ! »


    • Fergus Fergus 6 juin 2015 19:21

      Bonsoir, gerald2

      Oui, j’ai même écrit un article sur cette propension d’Asselineau d’asséner, dans un but de manipulation de l’opinion, des fausses vérités à propos des euro-régions et de la menace que ferait peser les nationalismes régionaux. Par exemple lorsqu’il prétend qu’en Bretagne l’on peut voir des mairies au fronton desquelles sont hissés les drapeaux européen et breton, le drapeau français étant absent. C’est évidemment totalement faux (et totalement illégal) : le cas ne s’est produit qu’une fois dans une seule des 1268 communes de Bretagne, et la provocation n’a duré que quelques jours.

      J’ajoute à cela que la sortie de l’UE serait une énorme ânerie au moment où, au contraire, l’Union doit aller plus loin dans la solidarité de ses membres afin de lutter plus efficacement contre les grands blocs économiques existants ou en devenir. Seule, la France n’aurait aucune chance de faire face, et ce ne sont pas les éternels exemples suisse et norvégien régulièrement mis en avant par l’UPR, qui peuvent démontrer le contraire pour notre pays, ces deux nations disposant d’énormes richesses naturelles ou financières qui garantissent de fait leur totale indépendance.

      Cela dit sans même parler de la sécurité des Etats européens membres de l’UE qui n’ont connu aucune guerre depuis 70 ans alors que les conflits de plus ou moins grande importance les ayant opposés entre eux ont été récurrents avant la naissance de l’Union. 


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 juin 2015 20:10

      @Fergus
      Connaître plusieurs langues n’est pas le problème. Tout le monde est pour !
      Il s’agit d’autre chose, de justifier les euro-régions et faire éclater l’Etat Nation.


    • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 6 juin 2015 20:36

      @Fergus

      On peut ajouter qu’à la fin du XVIIIe-début XIXe s, autrement dit hier, sur une population d’environ 28-29 millions d’habitants (en métropole), à peine 3 millions de personnes parlaient le français.
      Rappelons aussi que certains auteurs, à l’instar du philologue T.  H. de La Villemarqué, re-valorisant l’extrême richesse du patrimoine mythistorique des anciennes nations indépendantes, ont sûrement construit parmi les plus grands monuments de la littérature européenne. On pense au « Barzaz-Breiz, chants populaires de la Bretagne », imprégné de ce merveilleux pagano-chrétien, presque totalement ignoré des lettrés de langue française de nos jours. Un ouvrage qui a émerveillé George Sand et qui considérait « le tribut de Nominoë », un des poèmes du recueil, comme "plus grand que l’Iliade (! !!), plus complet, plus beau, plus parfait qu’aucun chef-d’œuvre sorti de l’esprit humain". 

      On est loin des clichés sur les provinces historiques à qui on attribue ces seules « productions » : biniou kozh, galettes, festou-noz modernes (résultat d’une folklorisation mortifère, tout « geste » de danse étant à l’origine l’imitation d’un geste sacré. On en est bien loin aujourd’hui avec ces gigotages techniques pour néo-yuppies festifs...), etc.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 juin 2015 20:41

      @Fergus
      « Les Etats européens n’ont connu aucune guerre depuis 70 ans ! »
      La rengaine « de l’ Europe c’est la paix » :
      Yougoslavie, Afghanistan, Libye, Syrie, Mali, Centrafrique, Irak, Ukraine, Côte d’ Ivoire...
      Mais à part ça, c’est la paix....


    • Fergus Fergus 6 juin 2015 22:45

      Bonsoir, Fifi Brind_acier

      Votre propagande anti-européenne est en train de tomber en capilotade. Surtout lorsque vous employez des arguments comme ci-dessus : je parle de guerres entre états membres, et vous me parlez de participation à des guerres lointaines (plus ou moins) justifiées (là n’est pas la question) par des considérations de géopolitique extérieure aux limites de l’UE. Alors, forcément, cela gratte les militants de l’UPR, ces 70 ans sans guerre, et cela les amène à raconter n’importe quoi !


    • Fergus Fergus 6 juin 2015 22:47

      @ Jean-Michel Lemonnier

      Entièrement d’accord avec votre commentaire de 20 h 36.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 06:28

      @Fergus
      S’il n’y a pas eu de guerre en Europe, pendant 50 ans, c’est qu’il y avait « l’équilibre de la terreur » entre deux puissances nucléaires, l’ URSS et les USA.


      Pas grâce à l’ Union européenne qui n’a été créée qu’en 1992, avec le Traité de Traité de Maastricht, alors que l’ URSS venait de s’effondrer...
      Avant 1992, l’Union européenne n’existait pas, elle ne peut pas être la cause de quoi que ce soit !

      Asselineau explique cette arnaque de nous faire croire que la paix est le résultat de l’ UE.

    • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:13

      Bonjour, Fifi Brind_acier

      « Pas grâce à l’ Union européenne qui n’a été créée qu’en 1992 »

      Amusant que vous utilisiez cet argument alors que vous ne vous ne cessez, notamment sur la politique agricole, de faire remonter les responsabilités européennes aux années 50 !

      Quand l’UPR se mord la queue, cela donne ce genre de contradiction !


    • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 7 juin 2015 10:28

      @Fifi Brind_acier
      Fifi Brind_acier 6 juin 20:10

      @Fergus
      Connaître plusieurs langues n’est pas le problème. Tout le monde est pour !
      Il s’agit d’autre chose, de justifier les euro-régions et faire éclater l’Etat Nation.

      Pas réponse du centiMaître sur la propagande mensongère du Maître de l’Union Pour Rien.


    • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 7 juin 2015 10:33

      @Fergus

      Ne vous fatiguez à pas à essayer de convaincre un robot de son erreur.
      Voici la blague qui courrait dans les casernes :
      article 1 : le chef à toujours raison.
      article 2 : Si le chef vient a avoir tort alors l’article 1 s’applique immédiatement.


    • gerald2 7 juin 2015 11:34

      Bonjour Fergus, Sans vouloir être trop pragmatique, vous accusez quelqu’un de mentir quand en fait ce n’est pas le cas stricto sensu, et d’après ce que vous dites vous même ? Votre discours est dans la droite ligne de ce qu’on entend de la part de tous les européistes depuis 30 ans : l’europe c’est la paix, la france est trop petite toute seule ... sans ne jamais se justifier. Voila les contre arguments que donne l’UPR dans ses analyses. Au sujet de la france qui serait trop petite si elle n’était pas dans l’UE. L’article 63 du TFUE empêche toute opposition au mouvements de capitaux au sein de l’UE mais aussi avec les pays tiers, cela fait de l’UE la seule zone économique au Monde non protégée par leur Etats, ce qui entraine à la fois les délocalisations et des OPA hostiles venant de Chine, des US ou du Qatar, qui rachètent notre industrie, notre savoir faire, notre patrimoine, et détruisent nos emplois. Je croyais que cette union était destinée à nous renforcer ? Elle nous assigne des règles contraignantes que les autres pays du monde n’ont pas. Quand au problème de la paix, c’est une autre imposture puisque c’est l’émergence des modes de défense dissuasifs justement après la seconde guerre mondiale qui ont permis d’éviter les conflits armés directs entre nations développées. Je ne suis pas un fervent partisan de la dissuasion nucléaire, mais il faut au moins reconnaitre son efficacité. Pourriez vous expliquer un peu plus votre discours à votre tour ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 17:38

      @Appolonius de Zante
      Vous habitez l’ Indre & Loire ?


    • malitourne malitourne 8 juin 2015 08:32

      @Fifi Brind_acier
      Il ne doit plus savoir où il habite. En tous cas tous les Tourangeaux ne sont pas comme ça je te rassure.


    • malitourne malitourne 8 juin 2015 08:44

      @gerald2
      Bon courage Gerald. Fergus croit aux vertus de l’UE comme on croyait autrefois que la Terre était plate. Heureusement il ne réclame pas le bûcher pour les hérétiques anti UE...


    • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 8 juin 2015 13:00

      @malitourne

      D’autres croient à la solution du Maître de l’Union Pour Rien.


    • malitourne malitourne 8 juin 2015 14:27

      @Appolonius de Zante
      C’est bien mon vieux Popol. Toujours au Touraine primeur au petit déjeûner ?


    • Le p’tit Charles 6 juin 2015 10:16

      Hollande..ou l’inconsistance fait homme...

      Petite chose grotesque..boudiné dans son petit costume..il s’accroche à ses petites idées pour garder le contrôle de son petit parti...Son pré carré..les touffes des donzelles qui font la queue pour coucher dans son petit lit...Tout est RIZ-KIKI chez lui... !

      • de plus en plus dur d’acquérir une langue régionale  !!

        les élus de terrain y sont opposés ou indifférents ils ont d’autres cibles plus rentable :

        dans un petit port station balneaire du finistère sud il n’y a plus de terrains ce maire que

         j’appellerai BALKA s’arrange n’ayant plus de terrains avec mr BISMUTH son voisin maire et

         conseiller général LE GRAND PORT grouperait ces 2 communes BALKA deviendrait conseiller général et BISMUTH député voir plus

         alors que NOS 12 COMMUNES DEJA GROUPEES EN COM DES COM PESERAIT 14000 HB

        ces 2 ripoux font parti du nouveau parti RIPOUBLICAIN EX UMP union des magouilleurs professionnels

        ils feront leur beurre avec l’argent du beurre 1 parachuté l’autre anti breton s’en foutent complètement des LANGUES REGIONALES ICI LE BRETON


        • Diogène diogène 6 juin 2015 10:42

          Une langue est vivante ou elle ne n’est pas.


          Sa survie dépend du nombre de locuteurs et de leur isolement ou non.
          Pour qu’une langue soit vivante, il faut que ses locuteurs l’aient apprise dans leur famille et non pas à l’école.

          En France aujourd’hui, l’Alsacien et le Basque sont des langues vivantes, mais le Breton (ou les Bretons ?) est un vestige dont les locuteurs « naturels » sont trop peu nombreux pour assurer la pérennité.

          Quand on veut faire disparaître une langue, il existe des moyens répressifs efficaces. Quand on veut la ressusciter, il n’y a pas de recette, en tous cas, pas administrative.

          Dans cette histoire, les stratèges de l’Europe n’ont que faire des richesses culturelles. Leur seul but est l’éradication des états-nations. 

          Diviser pour régner reste une tactique sommaire, mais elle est efficace.



          • Fergus Fergus 6 juin 2015 12:05

            Bonjour, Diogène

            « l’Alsacien et le Basque sont des langues vivantes, mais le Breton (ou les Bretons ?) est un vestige dont les locuteurs « naturels » sont trop peu nombreux pour assurer la pérennité. »

            Si la langue bretonne est effectivement en danger, la langue basque n’est sans doute pas beaucoup mieux lotie. En revanche, vous avez raison pour l’alsacien, il suffit pour s’en convaincre d’écouter parler les habitants de cette région où la langue est encore pratiquée assez largement, et pas seulement par des personnes âgées. Même chose (et probablement plus encore) en Corse.

            « Quand on veut la ressusciter, il n’y a pas de recette »

            L’a Charte n’a pas pour objet de ressusciter les langues régionales, mais de faire en sorte qu’elles puissent continuer à être enseignées aux natifs des régions concernées, et même aux personnes exogènes qui veulent entreprendre leur apprentissage (ce que j’ai fait - hélas trop brièvement - avec le breton).

            « Leur seul but est l’éradication des états-nations. »

            Je pense que vous faites erreur. A cet égard, je vous renvoie plus haut à mes échanges avec Jean-Michel Lemonnier. Qui plus est, les langues régionales, au niveau où elles sont parlées, ne sont plus une menace pour la nation française. Et ce n’est pas l’Alsace, région continentale probablement la plus attachée à son appartenance française, qui pourra vous donner raison alors que c’est, comme vous le soulignez, l’une de celles qui a le mieux conservé sa langue.


          • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2015 18:18

            @diogène

            Le breton est loin d’être une langue morte. 
            Même s’il est vrai que les gouvernements l’ont soumis au supplice de la baignoire pendant des générations, elle respire encore.

             Il y a des volontés, des locuteurs.

            De plus, je peux vous rappeler que l’hébreu qui est parti de rien, puisqu’il n’était plus parlé, est ressorti des livres et de son statut de langue morte, pour redevenir la langue officielle d’un pays.

             Il n’y a que ceux qui baissent les bras, et font un nœud avec leur langue, qui sont vaincus !

          • HELIOS HELIOS 6 juin 2015 22:45

            @diogène


            Et comme langue vivante de la région PACA, on enseignera l’arabe ?

            Ah, non, évidement, les langues régionales doivent être MINORITAIRES pour être enseignées....

          • njama njama 6 juin 2015 23:22

            @bakerstreet
            si le breton s’est réveillé ce n’est pas à coups de subventions ... or là, sans être complotiste, on peut trouver suspect que la politique se mêlerait subitement de promouvoir les langues régionales « sans revendications populaires locales » dont nous aurions entendu parler ! et ce, de façon assez concomitante avec les autres pays de l ’UE alors que à peine « avant hier » (façon de parler) les écoles diwan, les corses, les basques ... emmerdaient aussi bien la gauche que la droite avec leurs particularismes et leurs petites revendications locales.
            Quel subit engouement !
            et pour quels coûts ? en période de crise permanente, était-ce le moment de s’offrir ces luxes de promouvoir ces folklores ( folk « peuple » et lore « savoir, connaissances, science » ) qui peuvent survivre et vivre si on ne leur impose pas de contraintes ?


          • Cadoudal Cadoudal 7 juin 2015 04:26

            @bakerstreet

            N’eo ket ar c’hezeg bras
            A gas ar c’herc’h d’ar marc’had.
            Ce ne sont pas les grands chevaux qui envoient l’avoine au marché. Ni les plus grands les plus forts.

          • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:17

            Bonjour, njama

            « on peut trouver suspect que la politique se mêlerait subitement de promouvoir les langues régionales »

            « Subitement » ? A ce gros détail près que les projets de protection des langues régionales et minoritaires remontent à des décennies en arrière et que le texte européen à été promulgué en... 1992 !!!

            Mais comme toujours, la France est très en retard.


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 juin 2015 11:20

            @ LaurentHerblay
            qui trop écrit risque de divaguer et ce point de vue très jacobin tient d’une diatribe nationaliste.
            Ce mépris infondé liant l’identité régionale et le sécessionnisme s’apparente à des assertions fascisantes... Pour revenir plutôt à du patriotisme, je préfère évoquer le maire de Trausse-Minervois qui, inaugurant la Calandreta des Cascamèls, l’école occitane, a déclaré : « En 1914, ceux qui sont partis à la guerre ne parlaient pas français mais occitan, on leur devait bien cela ! »
            La portée de vos propos vous aurait-elle échappé ?


            • Fergus Fergus 6 juin 2015 12:08

              Bonjour, Jean-François Dedieu

              « Ce mépris infondé liant l’identité régionale et le sécessionnisme s’apparente à des assertions fascisantes... »

              Je ne crois pas qu’il soit nécessaire, ni même fondé, d’employer le mot « fascisant ». Mais il me semble évident qu’on est là dans le fantasme. Ou la manipulation...


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 juin 2015 20:23

              @Fergus
              C’est tellement un phantasme que la Moselle veut fonder une région avec le Luxembourg et la Sarre...


              Vous avez parfaitement le droit de vouloir faire disparaître la France, et de prôner une Europe fédérale, puisque c’est ce que souhaitent les USA : ne plus avoir d’États capables de légiférer contre la finance et les multinationales...

              On se demande pourquoi vous êtes contre TAFTA ? C’est exactement la fin de la souveraineté des Etats européens. Logiquement, vous devriez être pour !

              Oui, l’ UPR est pour le retour au franc et pour une France indépendante et souveraine, et contre les euro-régions !

            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 juin 2015 05:27

              @Fergus
              Bonjour Fergus. Très juste : ce serait excessif de dire « fasciste » pour ce point de vue... Disons que l’autoritarisme ethnocentrique relève d’une maladie infantile de la République. Mais c’est vrai qu’ils agacent à vouloir toujours tout faire descendre du pyramidion plutôt que de considérer que sans la base et les quatre coins de l’hexagone, la pyramide ne s’élèverait pas... 


            • Diogène diogène 6 juin 2015 11:44

              «  le sécessionnisme s’apparente à des assertions fascisantes. »


              belle allitération !

              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 juin 2015 12:04

                @diogène

                pas fait exprès mais c’est vrai que ça fuse : fi des serpents qui sifflent sur... nos sources...


              • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2015 18:28

                @Jean-François Dedieu


                Vouloir éradiquer une langue, c’est bien l’esprit d’un esprit colonial et borné !
                 
                Pas la peine de faire de l’ethnologie en Afrique ou en Asie pour vérifier que ces fadaises méprisantes et fascisantes existent encore !

                On s’en assure tous les jours encore en lisant ce genre de propos, qui ne passerait d’ailleurs pas, curieusement, si sa logique centraliste et bornée s’appliquait à d’autres continents..

                .Mais sur le territoire national, 80 ans après Levi-Strauss, certains se baladent toujours dans la tenue de Tintin au Congo....Ou de Tintin en Bretagne, empilant les points de vue d’un autre temps, comme des coquillages sur un château de sable...

              • jaja jaja 6 juin 2015 12:22

                « Cette remise en question est d’autant plus importante que l’Europe est secouée par une vague de régionalismes menaçant l’unité nationale... »

                En ce qui concerne l’Irlande du Nord, l’Écosse, le pays Basque ou la Catalogne il s’agit non d’une vague régionaliste mais d’une vague nationaliste et souvent de gauche exigeant la séparation... Séparation qui n’est que l’expression du droit des peuples à l’autodétermination. Qui peut-être contre ce droit ?

                Ce qui ne veut pas dire que la séparation est obligatoirement la solution mais tout simplement qu’elle est de droit... Si il est souhaitable que les Nations s’unissent et qu’à terme les frontières disparaissent cela ne pourra se faire qu’entre Nations consentantes et se sentant libre de le faire et non enchaînées à une puissance considérée extérieure.


                • jaja jaja 6 juin 2015 12:23

                  @jaja

                  J’ai oublié la Corse... Méa culpa...


                • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2015 18:59

                  La France est entourée de pays francophones ( suisse et Belgique) qui n’ont aucune envie de fusionner avec notre pays, et on les comprend, vu son centralisme et son arrogance ! Ce n’est donc pas la langue qui crée la nation. Ce qui crée une nation, ce sont des intérêts, un pacte, une histoire, des valeurs communes. Qu’une rupture intervienne, dans la distribution, et les échanges, et le ciment risque de disparaître.


                  Ce ne sont pas l’addition de cultures différentes et de richesses, qui sont un danger, bien au contraire, mais la bêtise, l’ignorance, sous toutes ces formes, qui mènent au dogmatisme, à la peur, et au repli.
                  L’inculture, donc, voilà le danger ! Les clichés, les raccourcis, les vues toutes faites, s’en réfléchir....
                  Dire que le breton ou l’occitan seraient une menace, mais c’est une farce ! 

                  Nous parlons tous ici et écrivons en français, une langue que nous aimons, pour sa richesse. C’est cette langue que Montaigne privilégia pour écrire ses essais, alors qu’elle était toute neuve, balbutiante. Il la préféra au latin, qui était la langue des clercs, et qu’il maîtrisait parfaitement, afin d’être compris du plus grand nombre.
                   Ca ne l’empêcha pas de garder son latin, ni son Occitan, pour discuter avec les gens de son village et de sa région. 
                  Et c’est sans doute, là, une des clés de son intelligence et de son ouverture

                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 juin 2015 20:30

                  @jaja
                  Vous êtes un bon serviteur des Américains !
                  Chez eux, les peuples d’origine n’ont aucun droit, après les avoir génocidés, ils les ont parqués dans des réserves, leurs langues sont méprisées...


                  Et les dirigeants américains viennent recevoir « le prix Charlemagne » et viennent nous expliquer que les peuples ont des droits !! MDR !

                • jaja jaja 6 juin 2015 20:48

                  Fifi,

                  C’est ça votre argumentation imbécile... ?

                  Vous êtes vous une suppôt de l’impérialisme et du colonialisme en refusant aux peuples le droit à l’autodétermination !

                  Les Irlandais comme les Basques par exemple ont lutté les armes à la main pour leur indépendance. Vous croyez que les Yankees les ont soutenu ou plutôt placé sur la liste des organisations terroristes ?

                  Quand je pense que vous avez le culot de reprocher à vos contradicteurs de ne pas argumenter alors que seule la bave sort de vos lèvres. En fait qui me dit que votre gros mentor ne travaille pas pour la CIA et donc les USA en attaquant de l’intérieur le bloc capitaliste européen concurrent number one des USA. Voir la lutte souterraine mais féroce entre Boeing et Airbus par exemple...

                  C’est Mitterrand qui disait que « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort… apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »

                  L’extrême droite se dit toujours nationaliste mais dans les faits ses hommes travaillent souvent pour les capitalistes qu’ils jugent les plus forts...

                  Donc je serais pro-Yankee selon votre secte de fachos ? Donc vous m’insultez comme tous les militants de mon parti et après vous irez pleurer lorsque l’on vous virera de nos manifs.....


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 06:51

                  @jaja
                  Diviser pour mieux régner, telle est la devise des USA. Regardez ce qui se passe au Moyen Orient : le projet du Grand Moyen Orient prévoit de faire éclater 5 pays souverains en 15 petits califats bien soumis. Ce n’est pas une hypothèse, les cartes du Moyen Orient reconfiguré ont été publiées dans le New York Times en 2013.


                  Vous êtes pour « la liberté des peuples », de tous les peuples, SAUF celle du peuple français, qui lui, n’aurait pas droit à un Etat indépendant et souverain ??? Étonnant, non ? C’est quoi cette logique ?

                  Vous êtes opposé à la sortie de la France de l’ UE, alors que les euro- régions, sont l’équivalent des califats au Moyen Orient après découpage en rondelles des Etats Nations.
                  Et vous venez m’expliquer que vous ne soutenez pas les USA ?

                  Commencez donc par nous expliquer pourquoi vous soutenez la liberté de TOUS les peuples, sauf celle du peuple français, ce sera un bon début...


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 07:29

                  @jaja
                  « et non enchaînée à une puissance extérieure », vous avez le sens de l’ humour !
                  Bien entendu l’ Union européenne n’est pas enchaînée, ni soumise aux USA...
                  L’OTAN, l’ UE, l’euro et TAFTA, ce sont les extra terrestres qui les ont créés ?


                  Vous refusez la liberté, l’indépendance et la souveraineté au peuple Français, au nom de la lutte contre le nationalisme. Alors que ce sont les Traités européens, les décisions ultra libérales de la Commission européenne, le chômage et la fin du modèle social français, qui alimentent plein pot l’extrême droite !

                  Et aussi l’abandon de la France et des Français, par cette Gauche qui se dit « radicale », et qui n’est que radicalement euro-atlantiste.

                • jaja jaja 7 juin 2015 09:45

                  @Fifi Brind_acier

                  Vous faites erreur et ne comprenez pas grand chose à ce qu’on vous dit. Oui un certain nombre de « régions » européennes sont en fait des Nations enchaînées à des puissances extérieures...
                  Quand au « peuple » français je suis tout à fait pour son indépendance et sa souveraineté. Mais entendons nous bien sur le mot « peuple ». Il n’y a aucun intérêt commun entre prolétaires et capitalistes, entre travailleurs et exploiteurs ici comme ailleurs. En conséquence je ne soutiens pas votre désir de repli nationaliste, sous domination de ceux qui nous exploitent déja, et dont votre mentor a été l’un des conseillers et l’un des candidats la plus grande partie de sa vie...

                  Donc je me bats pour la souveraineté des travailleurs de ce pays sur le territoire qui est le leur, comme je soutiens le combat anticapitaliste partout ailleurs dans le monde en espérant qu’à terme tomberont les frontières qui ont coûté tant de morts aux prolétaires de tous pays qui auraient mieux fait de s’unir et de diriger leurs balles contre leurs propres généraux comme le dit la chanson... Puis de saisir toutes les entreprises et banques en expropriant les capitalistes afin d’instaurer l’égalité sociale et la démocratie directe...

                  Vous faites de moi un partisan de l’impérialisme US sans savoir que pendant que votre gros mentor nettoyait les cuisines de la bourgeoisie anti-communiste je soutenais le peuple vietnamien dans sa lutte armée contre les USA. Ce qui m’a valu quelques problèmes à l’époque... Puis vint le soutien à la lutte armée du peuple Palestinien et le soutien aux actions du FPLP... Nouveaux problèmes...Guerre du Golfe idem...avec soutien à la lutte armée des résistants irakiens contre les agresseurs US et soudards Français de l’opération Daguet ! Notons qu’à l’époque Asselineau était muet ! et j’en oublie comme la deuxième guerre du Golfe, l’Afghanistan, Grenade, Haïti etc....

                  Notons aussi que les impérialistes US font pression pour que la France maintienne en détention Georges Ibrahim Abdalllah, combattant arabe pour la libération de la Palestine qui pourrit en prison depuis 30 ans accusé d’avoir descendu l’attaché militaire US à Paris et un diplomate Israélien... Qui le défend et exige sa libération jusque devant sa prison de Lannemezan ? Asselineau (qui n’ose même pas faire un communiqué) ou nous ? Qui soutient la campagne BDS de boycott contre l’État sioniste, caniche de l’impérialisme US, l’UPR ou nous ? Qui soutient les travailleurs précaires US en lutte pour un meilleur salaire minimum ? L’UPR ou nous ?

                  Donc oui il y a bien un impérialisme US qui exerce sa domination sur le monde (donc y compris sur la France et l’Europe) mais n’oublions jamais que l’impérialisme français existe aussi et que s’il plie sous les injonctions US il rêve aussi de s’émanciper de cette tutelle. Ce n’est pas pour rien qu’en Afrique les USA tentent de s’implanter aussi là où sont les Français tandis que l’UE s’implante elle largement en Amérique du Sud, jadis chasse gardée exclusive de l’impérialisme Yankee !

                  Bref et pour finir : à bas l’impérialisme qu’il soit US ou Français...ce que ne diront jamais les colonialistes de l’UPR !


                • jaja jaja 7 juin 2015 09:50

                  Et quand il y a un sommet de l’OTAN et des manifestations réprimées en France c’est la fille à Asselineau qui est blessée à mes côtés par tir tendu de flashball ou la mienne ? Il était où le gros ?

                  http://www.dailymotion.com/video/x8wthg_manif-contre-le-sommet-de-l-otan-st_news


                • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 7 juin 2015 10:36

                  @Fifi Brind_acier

                  Et oh un petit verre de propagande avant d’aller ce coucher.


                • jaja jaja 7 juin 2015 10:57

                  @jFiFI

                  Ah j’oubliais le NPA est membre du Collectif Stop Tafta qui développe une campagne active contre ce traité inique au service des multinationales... Avec rassemblements et manifestations...Et l’UPR elle est où avec ses supposés 8000 adhérents ?
                  https://www.collectifstoptafta.org/le-collectif/article/les-membres-du-collectif

                  TaFta qui aura aussi des répercussions sur la campagne de boycott BDS contre l’État sioniste :
                  http://www.npa-ariege.org/spip/spip.php?article246


                • jaja jaja 7 juin 2015 11:20

                  @jFIFI

                  « Vous êtes opposé à la sortie de la France de l’ UE »

                  L’UE telle qu’elle est doit être détruite et ses Traités chiens de garde de la propriété privée capitaliste abolis....
                  Votre illusion c’est d’imaginer sortir de l’UE pacifiquement alors que la bourgeoisie capitaliste (Française comme européenne) tire toutes les ficelles à Bruxelles et ne laissera pas faire qui que ce soit contre elle, sans réagir violemment.
                   
                  La seule chance de votre secte c’est un retournement de la position des capitalistes Français contre l’UE... Alors les maîtres chercheront sûrement qui peut les aider... quels nouveaux collabos peuvent servir...
                  Asselineau qui a déja joué ce rôle auprès des Pasqua, Tibéri et jusqu’à la bande à Sarko connaît la musique !


                • malitourne malitourne 8 juin 2015 16:41

                  @Jaja

                  C’est la guerre civile anticapitaliste que vous proposez, puisque pour vous sortir pacifiquement est une illusion. Ben allez-y, montez des barricades, aiguisez les baïonnettes et dressez des échafauds.

                  Moi je prends l’option article 50


                • jaja jaja 8 juin 2015 16:49

                  @malitourne

                  Baïonnettes et barricades sont des armes d’un autre temps on a fait mieux depuis... Quand à l’échafaud, la terreur et le goulag ils sont destinés en priorité aux révolutionnaires avant tous les autres alors...bof

                  Quand à l’illusion grotesque d’une sortie par l’article 50 en attendant que votre gros mentor fête ses 120 ans quelle rigolade !


                • malitourne malitourne 8 juin 2015 17:27

                  @jaja
                  Utiliser l’article 50 c’est un droit réel (et méconnu par la majorité des citoyens) avant d’être une illusion grotesque.


                • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 8 juin 2015 19:17

                  @malitourne

                  N’écrivez pas n’importe quoi, allons le Maître ne sera pas content et ne vous élèvera pas au grade de centiMaître. Vous allez végétez parmi les hordes des milliMaîtres de l’Union Pour Rien.

                  Un droit réel est un droit qui porte sur un bien (jus in re), soit un pouvoir direct qu’exerce une personne (le sujet du droit) sur un bien donné (l’objet du droit).


                • malitourne malitourne 9 juin 2015 06:43

                  @Appolonius de Zante
                  Ah mon Popol, t’es toujours aussi énervé !


                • njama njama 6 juin 2015 12:47

                  la logique européenne impose de détricoter l’idée d’État-Nation, c’est la base même de l’idée de fédéralisme puisqu’à terme la supranationalité devrait se substituer aux États Nations ...
                  de là à penser que le gouvernement français favoriserait la promotion et l’étude des langues régionales breton, corse, basque, alsacien, occitan, flamand, picard peut-être (?), faut pas rêver car dans la logique néo-libérale il ne mettra pas la main à la poche. Par contre des initiatives régionales pourraient peut-être recevoir des subventions européennes ?
                  Quel singulier revers de l’histoire tout de même après que la Troisième République 1870 – 1940 avait littéralement « persécuté » les langues régionales au point de faire quasiment disparaître certaines.


                  • zygzornifle zygzornifle 6 juin 2015 15:10

                    les Français sont attaqués en externe par l’Europe et en interne par ce gouvernement....


                    • Allexandre 6 juin 2015 15:17

                      Tout à fait d’accord avec l’auteur. De manière insidieuse, la Charte des langues régionales n’est qu’un moyen supplémentaire dictée par l’UE et donc par Washington, de détricoter les Etat-Nations européens pour, à terme, les faire disparaître. La Constitution n’empêche pas les Basques ou les Corses de parler leurs dialectes. Grand bien leur fasse. Mais le régionalisme flirtant avec le repli sur soi ne peut que conduire àn des attitudes nationalistes dont on connaît les méfaits. Certes, la mondialisation fait peur, mais ce n’est pas en se divisant et en revendiquant sa langue, ses chants et ses binious qu’on sera plus protégés. Nous allons à contre-courant des mouvements du XIXème siècle. Ou alors il faut permettre à chaque région de pouvoir parler son patois et rédiger les panneaux de directions en français et en patois. La République, c’est l’EGALITE !!


                      • Fergus Fergus 6 juin 2015 17:03

                        Bonjour, Allexandre

                        J’ai déjà employé le mot de « fantasme » sur ce fil et je le répète là : les langues régionales ne sont quasiment plus d’aucun poids dans le « nationalisme » que vous évoquez et qui est très marginal dans les régions de France.

                        S’il devait y avoir des volontés de sécession, elles seraient portées avant tout par des considérations économiques, et non par cette mesure (justifiée) de protection des langues régionales et minoritaires qui sont appelées, comme partout ailleurs sur la planète, à continuer de perdre des locuteurs.

                        « ce n’est pas en se divisant et en revendiquant sa langue, ses chants et ses binious qu’on sera plus protégés »

                        « Les chants et les binious » ne sont en aucun cas un danger pour l’unité de la nation. Prétendre le contraire, c’est se tourner un film. Un film de fiction en l’occurrence, très éloigné des réalités.


                      • Allexandre 6 juin 2015 19:37

                        @Fergus
                        Bonsoir Fergus,


                        Vous n’avez pas bien lu mon propos. Ce n’est pas l’unité nationale que je crains, bien que celle-ci soit depuis longtemps déjà bien amochée, je parle de cette stratégie étasunienne qui consiste, par le biais de la Commission de Bruxelles, à saper les éléments-clés de l’Etat-Nation. Si à première vue effectivement, cela ne paraît pas du tout dangereux, ne soyez pas naïf. L’enjeu est bien plus important qu’il n’y paraît. Quant au nationalisme, il est toujours à fleur de peau, et s’exprime aujourd’hui de plus en plus fréquemment et ouvertement. Personnellement, je reste circonspect.

                      • hunter hunter 6 juin 2015 20:52

                        @Allexandre
                        Le Basque, le Corse des dialectes ? Non, ce sont des langues à part entière !

                        vous dites ça en Corse ou au Pays Basque, vous êtes mort...et je sais de quoi je parle, étant originaire du Sud -Est en face de la Corse, et habitant dans le Sud-Ouest à quelques lieues du pays basque !

                        Adishatz ( c’est de l’occitan)

                        H /


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 06:54

                        @Fergus
                        Il y a un mauvais début dans cette histoire des langues autorisées, c’est celle de la Loi Fioraso, qui impose l’ anglais comme 1ere langue dans l’enseignement supérieur, en violation de la Constitution.

                        Les promesses des euro-atlantistes n’engagent que ceux qui y croient...


                      • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:26

                        @ Fifi Brind_acier

                        « impose l’ anglais comme 1ere langue dans l’enseignement supérieur »

                        C’est faux ! Le français reste la langue de l’enseignement supérieur dans une écrasante majorité des cours : cette disposition ne concerne que quelques cours dans quelques filières. Et elle est largement justifiée dans les cours concernés : d’une part, en raison de leur technicité particulière en relation étroite avec le monde universitaire anglo-saxon : d’autre part, en raison de la présence importante d’étudiants étrangers dans les filières et les cours concernés.


                      • gerald2 6 juin 2015 17:29

                        Ce projet de modification de la constitution en faveur des langues régionales est le prémices du projet « d’euro-régions » au sujet duquel l’UPR met en garde dans ses conférences. Les indépendantistes qui voient cette réforme d’un bon oeil doivent bien penser que l’objectif visé n’est pas de valoriser leurs langues traditionnelles mais d’affaiblir et de cliver l’Etat Français pour permettre aux sociétés privées Américaines et anglo-saxonne d’écouler leur produits type OGM, pesticides et pétrochimiques en tout genre sans contrôle sanitaire, comme elles ont commencé à le faire via l’Union Européenne. Pour un Français, les cultures et traditions régionales ont un sens à préserver, pour les banquiers de Wall Street ou de la City permettez moi d’en douter. Ces derniers rachèterons leurs actifs (terres et patrimoines) dans un souci de profits maximisés à leurs comptes.


                        • njama njama 6 juin 2015 18:40

                          Hormis l’aspect culturel et linguistique assez limité et local, l’incidence économique de relancer les langues régionales sera nulle, si pas contreproductive à moyen et long terme.
                          L’Union Européenne compte déjà 24 langues officielles différentes.
                          En dehors d’un intérêt politique, idéologique (?) mais lequel exactement ... en dehors de celui de la construction de l’Europe sur fond de délitement des États-nations, je ne vois pas quel profit particulier pour la France sinon qu’un paquet d’emmerdes ?
                          mais peut-être s’agit-il simplement de faire diversion médiatique d’autres sujets politiques autrement plus importants ?


                          • Fergus Fergus 6 juin 2015 19:27

                            Bonsoir, njama

                            Encourager la survie des langues régionales est sans danger pour la France et le français dans la mesure où il est hors de question de rendre ces langues officielles de quelque manière que ce soit. Il s’agit seulement d’en faciliter l’apprentissage et l’usage local sans que cela nuise à la langue nationale qui est et restera le français.

                            Les opposants à cette inscription de la Charte sont dans un jeu de rôle politique et rien d’autre !


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 juin 2015 20:34

                            @Fergus
                            C’est un moyen politique et manipulatoire pour faire avaler aux populations, les euro-régions et l’Europe fédérale.


                          • hunter hunter 6 juin 2015 20:53

                            @Fergus
                            oui, c’est parfaitement exact !

                            Adishatz

                            H/


                          • njama njama 6 juin 2015 22:50

                            @Fergus
                            Il me semble plutôt que ce sont partisans de cette inscription de la Charte qui sont dans un jeu de rôle politique, celui de la promotion de l’Europe et rien d’autre !
                            La France fonctionne très bien depuis des décennies sans s’encombrer de telles obligations :
                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_europ%C3%A9enne_des_langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires#Engagements_de_la_France
                            et a bien d’autres chats à fouetter - surtout en ce moment - que de gaspiller son énergie à susciter des communautarismes ...


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 07:11

                            @njama
                            Diviser pour mieux régner, telle est la devise des euro-atlantistes.
                            Emmanuelle Cosse ( EELV) ne fait pas mystère qu’il s’agit d’en finir avec les Etats Nations.


                            Déjà sont mis en place « les espaces transfrontaliers », qui font disparaître les frontières.

                            Exemple, « l’espace Pamina » qui rassemble l’Alsace et le Bade Wurtemberg.

                            Voici une carte prévisionnelle, avec plusieurs départements français rattachés à des euro-régions : dans le Nord de la France, dans l’ Est, les Pyrénées orientales rattachées à la Catalogne, le Pays basque, la Savoie etc.


                          • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:35

                            @ njama

                            « gaspiller son énergie à susciter des communautarismes »

                            Aucun risque de développer les communautarismes. Il s’agit de sauvegarde culturelle et rien d’autre. Encore une fois, n’oublions pas que cette Charte (initiée par le Conseil de l’Europe et non l’Union européenne) date de 1992 et que 20 pays de l’Union européenne l’ont déjà ratifiée (l’Allemagne depuis... 1998), de même que des pays hors UE comme la Norvège ou la Suisse. Or, elle n’a produit aucun communautarisme régional dans ces pays.


                          • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 7 juin 2015 11:01

                            @Fifi Brind_acier


                            Déjà sont mis en place « les espaces transfrontaliers », qui font disparaître les frontières.

                            Exemple, « l’espace Pamina » qui rassemble l’Alsace et le Bade Wurtemberg.


                            La France enfermée derrière sa ligne Maginot, voici le rêve du centiMaître. Pour justifier l’existence de la technocratie le Maître développe un centralisme exagéré. Tout doit être décidé à Paris et les provinces doivent obéir aux oukases. Seuls les Maîtres de leurs peuples peuvent décider ce qui est bien. Les gens n’ont pas ’ s’entendre avec leur voisins surtout s’ils sont des étrangers. Le Maître de l’Union Pour Rien va tous nous encaserner. Coupons tons les ponts et supprimons les espaces intermédiaires pour contrôler des blocs unifiés.

                          • malitourne malitourne 8 juin 2015 15:05

                            @Appolonius de Zante
                            Oh mon Popol, tu dois avoir tout lu Freud, comme Coluche. Du coup tu sais nous mettre en garde contre ceux qui veulent nous détourner de l’UE, tu sais déceler les pervers desseins de ceux qui souhaitent utiliser l’article 50 pour se débarrasser de l’UE et de l’Euro et qui veulent quitter l’OTAN.

                            Grâce à toi, Lumière Contemporaine, la voie de l’UE salvatrice est tracée, et ceux qui voulaient rejoindre la rive, savent désormais que le chant de JC Junker est celui d’une sirène bienveillante.

                            Merci mon bon Popol


                          • malitourne malitourne 8 juin 2015 16:51

                            @Fergus
                            Pour oublier mes penchants anti UE, je vais remettre le patois berrichon au goût du jour. De Mézières en Brenne à Vailly sur Sauldre, de Valençay à Châteaumeillant, on enseignera les bons mots de Patrick Raynal aux berrichonnes et aux berrichons.

                            http://www.dailymotion.com/video/xnnwoo_patrick-raynal-la-lapine-a-berlodiot_fun

                            Pis comme ça vieux, ben on parlera moins de ç’ bondiou d’artic’ 50. Hardis petits !


                          • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 8 juin 2015 19:10

                            @malitourne

                            Le mépris du technocrate parisien pour les provinces.


                          • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 8 juin 2015 19:12

                            @malitourne

                            Tiens, un milliMaître qui veut devenir centiMaître.


                          • malitourne malitourne 9 juin 2015 06:46

                            @Appolonius de Zante
                            Oh ! Le défenseur des provinciaux monte au créneau. Ben mon Popol, je dois t’avouer, je suis à moitié berrichon vieux. Ca y est j’ai fait mon coming out


                          • njama njama 6 juin 2015 19:43

                            Il est révoltant que l’UE fasse une telle propagande contre les langues officielles des Etats qui la composent.
                            L’UE n’étant pas à une contradiction près, elle compte empêcher les (séparatistes) Ukrainiens russophones de se rapprocher (naturellement) de la Russie, alors même qu’ils utilisent la même langue et sont de même culture russe ...


                            • Jason Jason 6 juin 2015 20:25

                              Fergus dit :« En conséquence, il n’y aura aucune obligation à rédiger des actes administratifs en breton, en alsacien, en occitan ou en basque ! » Non seulement il n’y aura aucune obligation, mais c’est interdit depuis l’édit de Villers-Cotterêts promulgué par François premier en 1539.
                              Ca devrait faire jurisprudence, non ?


                              • njama njama 6 juin 2015 22:16

                                @Jason
                                non seulement en raison de l’édit de Villers-Cotterêts mais aussi en raison de la coutume qui fait cette jurisprudence, qu’on appelle « droit coutumier » ...
                                Comment une Charte qui n’est que « recommandations » pourrait-elle imposer un nouveau droit ? sauf à être un cheval de Troie
                                La Troisième République avait quasiment fini d’exterminer quasiment les langues régionales, ne ré-écrivons pas l’histoire à l’envers, prenons acte de l’infamie totalitaire contre la liberté d’expression de nos ancêtres républicains, de leurs bévues, et laissons le peuple parler ainsi qu’il l’entend.
                                Le mieux à mon sens serait que la politique ne s’occupe plus jamais des langues régionales ...  et que les associations ne quémandent pas comme des mendiants une seule obole de subventions pour leurs dialectes.


                              • njama njama 6 juin 2015 22:28

                                J’ajouterai que le gouvernement avec la réforme des collèges et lycées brade le latin, le grec, encore en usage par quelques minorités, comme il brade les secondes langues enseignées (allemand et espagnol souvent) et les classes européennes avec 3 langues vivantes.
                                Quel sens cela pourrait-il avoir avoir que l’État promouvrait un jargon local ou un autre ? car c’est bien ce que suppose la ratification de cette Charte :
                                Engagements de la France
                                http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_europ%C3%A9enne_des_langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires#Engagements_de_la_France


                              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 juin 2015 05:37

                                @Jason
                                1539 à connaître, version Lavisse ou Michelet sauf que la petite histoire relève, elle, que sous François Ier (le roi, pas le Mitterand), la langue française et sa vingtaine de variantes reconnues moquait l’anglaise qui n’en comptait que trois ou quatre... 


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 07:13

                                @njama
                                La Charte des langues minoritaires est européenne. Comme le Droit communautaire est supérieur au Droit des Etats, vous en tirez les conclusions que vous voulez...


                              • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:39

                                @ Fifi Brind_acier

                                Comme je viens de le rappeler plus haut à Njama, la Charte est en effet européenne, mais n’émane pas de l’Union Européenne : elle a été signée en... 1992 à l’initiative du Conseil de l’Europe et, à ce jour, a déjà été validée plus d’une vingtaine de pays dans et hors l’UE, l’Allemagne ayant été la première en... 1998.

                                On est là à des années-lumière des fantasmes et des manipulations de l’UPR !


                              • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 7 juin 2015 10:43

                                @ Fergus

                                Fifi Brind_acier, que celui qui a oubliez de lui faire sa piqûre se dénonce ? 


                              • malitourne malitourne 8 juin 2015 15:14

                                @Appolonius de Zante
                                Mais non mon Popol, elle a pas besoin de piqûre, elle va très bien ne t’inquiète pas.


                              • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 8 juin 2015 19:07

                                @malitourne

                                Tiens, un milliMaître qui veut devenir centiMaître.


                              • malitourne malitourne 9 juin 2015 06:47

                                @Appolonius de Zante
                                Coucou mon Popol


                              • ghjuvanpaulu 6 juin 2015 20:37

                                Bonsoir, 

                                moi je trouve l’enseignement et la coofficialité des langues régionales enrichissants...
                                D’autant plus que ces langues qui sont parlées aux confins de la France (Corse, Alsace, Sud-ouest...) sont proches voire très proches des langues nationales du pays voisin (alsacien/allemand, corse/italien, flamand/hollandais...) et feront des Français de ces contrées là des français polyglottes ! Personnellement je suis corse et corsophone et maîtrise bien ... l’italien.
                                Apprendre la langue maternelle régionale de nos parents pour passer ensuite à la langue du voisin, ceci est très européen je crois ! et en France le voisin n’est pas toujours anglais... ceci perservera la bio-diversité culturelle de notre pays !

                                • hunter hunter 6 juin 2015 21:05

                                  Ici dans le sud Ouest, l’occitan est vigoureux ; des très jeunes enfants le parlent, en fait ils ont bilingues français/occitan !

                                  L’occitan, en conversation moderne, fait pas mal d’emprunts au français, car la langue n’a pas pu évoluer comme la langue dominante.

                                  Il n’y a pas de conflit, ça se passe bien !jamais entendu une revendication des occitanistes, de tout voir traduit !

                                  Dans ma région d’origine, (Sud Est), certains villages font figurer leur nom français et leur nom provençal : Fréjus est Freju (avec normalement un accent aigu sur le « u », mais je ne peux pas le faire) !

                                  Là non plus, pas de revendications identitaires virulentes.

                                  De toute façon, le Latin a beaucoup influencé l’occitan ou le provençal, mais le français aussi, donc les bases sont communes ! Je ne parle pas le provençal ni l’occitan, mais grosso modo je comprends des conversations simples ; plus en provençal qu’en occitan d’ailleurs.

                                  Adishatz

                                  H/


                                  • Fergus Fergus 7 juin 2015 09:46

                                    Bonjour, hunter

                                    « L’occitan, en conversation moderne, fait pas mal d’emprunts au français »

                                    C’est vrai (je le constate dans ma famille en Auvergne ou dans celle de mon épouse du côté d’Arcachon) et c’est dommage.

                                    C’est nettement moins le cas du breton qui a fait l’effort, et depuis longtemps, de créer les mots manquants. Trois exemples : réfrigérateur se dit yenerez (qui génère du froid), téléphone se dit pellgomz (qui permet de parler au loin) et ordinateur se dit urzhiataer (qui permet de mettre en ordre).


                                  • njama njama 6 juin 2015 22:37

                                    La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, ... incompatible avec notre Constitution !

                                    Engagements de la France
                                     La France s’engage :
                                     - à appliquer les accords bilatéraux et multilatéraux existants qui les lient aux États où la même langue est pratiquée de façon identique ou proche, ou à s’efforcer d’en conclure, si nécessaire, de façon à favoriser les contacts entre les locuteurs de la même langue dans les États concernés, dans les domaines de la culture, de l’enseignement, de l’information, de la formation professionnelle et de l’éducation permanente ;
                                     - dans l’intérêt des langues régionales ou minoritaires, à faciliter et/ou à promouvoir la coopération à travers les frontières, notamment entre collectivités régionales ou locales sur le territoire desquelles la même langue est pratiquée.

                                    Par ailleurs il a été envisagé, pour assurer la compatibilité avec la Constitution, de faire précéder la ratification d’un texte préliminaire, bien que ce texte ne soit pas valide, la Charte n’admettant pas de réserve.
                                    Néanmoins le Conseil constitutionnel a jugé que cette ratification nécessitait une révision des principes les plus fondamentaux de la constitution, particulièrement son article 1er 8.

                                    Depuis le Conseil d’État a confirmé ce jugement 9.
                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_europ%C3%A9enne_des_langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires#Engagements_de_la_France


                                    • njama njama 6 juin 2015 22:40

                                      Décision n° 99-412 DC du 15 juin 1999
                                      Le CONSEIL CONSTITUTIONNEL,
                                      ...
                                      - SUR LA CONFORMITÉ DE LA CHARTE À LA CONSTITUTION :
                                      ...
                                      D É C I D E :

                                      Article premier :
                                      La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires comporte des clauses contraires à la Constitution.
                                      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/1999/99-412-dc/decision-n-99-412-dc-du-15-juin-1999.11825.html


                                    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 7 juin 2015 00:05


                                      Non mais franchement, lisez l’exposé des motifs de la proposition de loi constitutionnelle ça vaut le détour  !

                                      Outre le fait que le texte parle sans arrêt de liberté et de démocratie, ce qui est quand même très savoureux quand on s’aperçoit qu’il est cosigné par Jean-Jacques Urvoas, le père de la loi sur le renseignement, il est truffé de perles :

                                      « cette France enfin réconciliée avec la multiplicité de ses racines, de ses modes d’expression et de ses génies ... » 

                                      Au pays de la pensée unique c’est savoureux ! Asselineau devrait peut-être apprendre à parler corse ou breton pour être invité dans le débat public !

                                      « .. s’enrichissant de ces divers apports plutôt que de les combattre au nom de la suprématie d’une norme uniforme s’imposant à chacun »

                                      Une norme uniforme ? La langue de Molière ? Ah ! Qu’en termes cons ces choses-là sont mises !!!

                                      Au sujet de l’inconstitutionnalité de la Charte des langues régionales, un aveu : ce n’est 
                                      "ni la première, ni la plus profonde, ni la plus choquante [ incohérence ] dont s’accommode en l’état notre Loi fondamentale. Ce serait tout de même un comble que les langues régionales soient considérées comme plus dangereuses pour l’unité et la souveraineté de la Nation que le vote des ressortissants européens aux élections municipales ou l’octroi d’un pouvoir législatif à une collectivité de la République ! 

                                      Ni plus ni moins ! Tout aussi choquante et inacceptable pour un républicain ! Comme il est inacceptable que le législateur prouve une fois encore que 80% des lois nationales ne sont que l’application servile de directives européennes.


                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 juin 2015 07:19

                                        @riff_r@ff.93
                                        Merci pour ces précisions. 80% de nos lois sont d’origine européenne, et « le Droit européen est supérieur au Droit des Etats ».


                                      • Fergus Fergus 7 juin 2015 11:47

                                        @ Fifi Brind_acier

                                        A ce gros détail près que la Charte en question n’a rien à voir avec l’Union Européenne, mais avec le Conseil de l’Europe qui comporte 47 états dont la Russie !!!


                                      • zygzornifle zygzornifle 7 juin 2015 08:58

                                        Ha la chatte Européenne et toute ses langues .....tout un programme digne de passer a RMC dans l’Amour et Vous présenté par Brigitte Lahaie .....


                                        • bakerstreet bakerstreet 7 juin 2015 12:21

                                          La France est une exception ! Notre débat ferait rire la plupart des autres nationaux. Même la Turquie respecte plus le Kurde que la France le Breton ou l’occitan : Quand elle les admet, elle les accompagne de mesures restrictives et d’une bonne dose de mépris et de paternalisme....

                                          Par quelle aberration peut on penser que ces langues, qui sont l’exemple même d’une grande culture, puisse être un danger pour la France ?....
                                          .Aucune évolution, toujours la rançon de cet extraordinaire centralisme, venu de Paris, et héritier du roi soleil, et de ses dragonnades chez les cévenols.
                                          Tout est dans l’histoire, une fois de plus. 
                                          La France est un des plus vieux pays d’Europe dans sa construction.Alors que les autres nations n’existent pas autrement qu’en termes de principautés, comme en Italie ou en Allemagne, la France s’est déjà inventé un mythe, celui d’une nation unifiée, La langue française, un patois latin issu de l’antiquité romaine qui va se complexer, va devenir langue officielle, par le traité de Villers coteret vers 1500 ; volonté royale de s’opposer au latin et de s’affirmer comme une puissance indépendante de l’église romaine. 

                                          La vraie question est celle ci ? Pourquoi ne peut on pas évoluer, se sortir de cette ornière de la pensée, quasi religieuse, totalement irrationnelle. ...
                                           Il faudrait au contraire prendre la mesure des choses, enclencher une politique de conservation intense...on en est au même point qu’à l’époque où l’on détruisait les vestiges architecturaux du passé, pensant que c’était rétrograde, ne jurant que pas le béton....L’inculture et la bêtise, voilà les dangers ! 
                                          Ne pas inverser les choses, regarder le problème par le mauvais coté de la lorgnette ! 
                                          En fait, rien de nouveau sous le soleil...


                                           Chaque langue est un morceau d’histoire et de patrimoine aussi évident que notre dame, à ceci près qu’il est vivant et sécrète une intelligence, une histoire. 
                                          Ca ne veut rien dire de garder des débris d’amphore, religieusement, et de tout faire pour éteindre par exemple le breton, issu du gaulois, et qui fut la langue vermiculaire entre bretons de gaule et d’Angleterre.

                                           Rappelons que par un curieux chassé croisé, si des populations anglaises ont repeuplé la Bretagne et réactivé le breton, la Normandie a exporté ses mots français en Angleterre, après la conquête de guillaume. 40 % des mots anglais étant d’origine française. Les langues sont aussi mouvantes que les vagues. Vouloir les arrêter les pétrifier est une vue de l’esprit, les tuer, un des plus grand crime !

                                          • bakerstreet bakerstreet 7 juin 2015 12:42

                                            J’ajouterais une évidence : On ne supprime pas qu’une langue, anecdotiquement, en le faisant...Mais on supprime une forme d’intelligence, d’approche et de résolution des problèmes. Car tout le monde sait que la pensée fait son miel des constructions grammaticales, la musique des phonèmes. 
                                            Ce n’est pas par hasard que la langue française fournit des cartésiens, et que l’allemande, par sa rigueur et son placement des verbes et des compléments, des esprits disciplinés et attentifs.
                                            Un pays qui a une vision stalinienne des langues, où il n’est plus admit qu’une seule, celle de l’état, s’ampute donc elle même d’une forme de sensibilité, d’intelligence et d’évolution. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès