• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > De Gaulle, l’Europe et le volapük intégré (1)

De Gaulle, l’Europe et le volapük intégré (1)

« Dans un monde comme le nôtre où tout se ramène à la menace d’un conflit mondial, l’idée d’une Europe unie et qui aurait assez de force, assez de moyens et assez de cohésion pour exister par elle-même, cette idée-là apparaît tout naturellement. Et elle apparaît d’autant mieux que les inimitiés qui l’avaient séculairement déchirée, et en particulier l’opposition entre l’Allemagne et la France, ont actuellement cessé. Alors, du coup, voilà, mis en lumière, d’abord le caractère qu’on peut appeler complémentaire au point de vue géographique, stratégique, économique, culturel, etc. (…), et puis, en même temps, la capacité globale qu’ils [les caractères communs] représentent en fait de puissance, en fait de production, de création, d’échanges, etc., par rapport à l’activité générale de l’univers. » (Charles De Gaulle, conférence de presse du 15 mai 1962). Première partie.



Il y a soixante ans, le 15 mai 1962, le Général De Gaulle a tenu une conférence de presse très importante qui a exprimé sa doctrine en matière de relations internationales. Elle est très connue car son vocabulaire, son ironie ont fait le tour du monde.

Revenons au contexte de cette conférence presse. Le 8 avril 1962, les Français ont ratifié à une ultralarge majorité les Accords d’Évian lors du référendum organisé par De Gaulle. Même si hélas, les massacres n’ont pas été interrompus immédiatement, ce référendum a tourné toutefois la première page du septennat de De Gaulle, arrivé au pouvoir à cause de l’Algérie, affaire considérée désormais comme "classée".

Une nouvelle période s’est ainsi ouverte à De Gaulle, celle de pouvoir enfin exprimer toutes ses idées politiques, et en particulier à l’échelle internationale. Le 14 avril 1962, le Premier Ministre Michel Debré, loyal jusqu’au bout, a été remercié et est remplacé par Georges Pompidou, ancien collaborateur de De Gaulle, un normalien "qui sait écrire", et à l’époque membre du Conseil Constitutionnel. Inconnu du grand public, Georges Pompidou allait vite faire de se bâtir lui-même une destinée politique au point que dès l’automne 1965, il a fait partie des hypothèses pour succéder à De Gaulle à la première élection présidentielle au suffrage universel direct en décembre 1965.

La politique étrangère de De Gaulle s’articulait alors autour de trois axes : la rupture des liens coloniaux, la mise en place d’une force militaire indépendante (sous-entendue, indépendante des Américains), et la construction de l’Europe. Il se trouvait que la France avait proposé le plan Fouchet qui avait été un échec diplomatique important. Effectivement, la Belgique et les Pays-Bas avaient rejeté ce plan car la Grande-Bretagne en était exclue (De Gaulle n’a jamais transigé sur ce point, ses motivations devraient être mieux analysées), et surtout parce qu’il rejetait toute supranationalité (le fédéralisme européen, défendu notamment par le Benelux).

Pour De Gaulle, une Europe supranationale serait impuissante et supervisée par les États-Unis, tandis que lui proposait une Europe des nations, fondée sur la coopération entre des États souverains dans les domaines de la politique, de la défense, de l’économie et de la culture. L’objectif gaullien était ainsi résumé : « Contribuer à construire l’Europe dans le domaine de la politique, c’est-à-dire de la défense comme dans celui de l’économie, de telle sorte que l’expansion et l’action de cet ensemble aident à la prospérité et à la sécurité française, et en même temps, fasse renaître les possibilités d’un équilibre européen vis-à-vis des pays de l’Est. ». Le "en même temps" présidentiel existait déjà ! À l’époque, l’URSS avait mis la pression sur l’Allemagne fédérale et sur Berlin.

De Gaulle a fait remonter sa politique de construction européenne du temps de la guerre : « Déjà pendant la guerre mondiale (…), je proclamais que cette évolution était un des buts essentiels de la France. ». Et de présenter une action concrète, la création de la Communauté Économique Européenne (CEE) par le Traité de Rome, en insistant bien que si elle existait, c’était grâce au plan de redressement économique et financier qu’il a mis en œuvre en 1958-1959, aussi grâce à l’acceptation d’une revendication française d’intégrer l’agriculture dans le domaine communautaire.

La proposition française, à ce stade, a été de créer deux institutions. D’une part, ce qui allait devenir le Conseil Européen : « Réunissons périodiquement nos chefs d’État ou de gouvernement pour qu’ils examinent en commun les problèmes qui sont les nôtres et pour qu’ils prennent, à leur égard, des décisions qui seront celles de l’Europe. ». D’autre part, ce qui allait devenir le Parlement Européen : « Nous avons une assemblée parlementaire européenne qui est composée des délégations de nos six parlements nationaux, mettons, et qui siège à Strasbourg, mettons cette assemblée à même de discuter des questions politiques communes, comme elle discute déjà des questions économiques. ». Ces deux points, exprimés en mai 1962, ont été les deux avancées européennes majeures sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing une quinzaine d’années plus tard. Dans cette idée, De Gaulle voulait mettre cette expérimentation pendant trois ans : « Tout au moins, nous aurons commencé à prendre l’habitude de vivre et d’agir ensemble. Voilà ce que la France a proposé. ».

La proposition française était pragmatique, concrète, basée sur l’efficacité et le "vivre ensemble". Christian Fouchet (ancien et futur ministre) était le président de la commission intergouvernementale chargée de faire des propositions pour renforcer l’Europe des Six. Une première version du plan Fouchet a été exposée le 2 novembre 1961, puis une seconde version le 18 janvier 1962 sous le titre "Traité établissant une Union d’États". On y trouvait des bases de l’Union Européenne avec quatre institutions : le Conseil, les Comités des ministres, la Commission politique et l’Assemblée Parlementaire Européenne.

Dans les arguments des opposants plan Fouchet (la proposition française), De Gaulle pointait d’ailleurs une contradiction : d’une part, les opposants voulaient la supranationalité, d’autre part, ils voulaient intégrer la Grande-Bretagne : « Tout le monde sait que l’Angleterre, en tant que grand État, et que nation fidèle à elle-même, ne consentirait jamais à se dissoudre dans quelque utopique construction. ».

Puis, et c’est le passage le plus intéressant et le plus connu de sa conférence de presse, De Gaulle a poursuivi plus généralement : « Vous allez être étonnés, mais je n’ai jamais, quant à moi, dans aucune de mes déclarations, parlé de l’Europe des patries, bien qu’on prétende toujours que je l’ai fait. Ce n’est pas, bien sûr, que je renie, moi, la mienne, bien au contraire. Je lui suis attaché plus que jamais. Et d’ailleurs, je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l’Allemagne avec ses Allemands, l’Italie avec ses Italiens, etc. ».

Puis est venue la démonstration par l’exemple : « Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et qu’ils avaient pensé, écrit en quelque esperanto ou volapük intégré. ».

Je voudrais m’attarder sur l’argument de De Gaulle avec Dante et Goethe car justement, à mon sens, ils étaient des contre-arguments. À l’époque de Dante, il n’y avait pas de nation italienne, et Dante a été justement le premier auteur du sentiment national italien, au même titre qu’à l’époque de Goethe, il n’y avait pas d’Allemagne et qu’il a été le premier auteur du sentiment national allemand. Ces deux nations, italienne et allemande, n’existaient pas, et elles se sont formées progressivement, culturellement bien sûr mais aussi politiquement (l’unité allemande et l’unité italienne datent de la seconde moitié du XIXe siècle).

L’exemple pris par De Gaulle de Dante et Goethe pourrait donc, au contraire, laissait entendre que progressivement émergeraient un ou plusieurs auteurs typiquement européens et pas seulement d’un pays européen spécifique. Après tout, c’était le cas aussi lors de la centralisation de la France et de l’uniformité de la langue française (qui est finalement assez récente). Les auteurs bretons, basques, corses, lorrains, etc. sont d’abord des auteurs français, désormais. Certes, il n’existe pas de langue européenne en tant que telle, mais si on prend la musique, qui est d’un langage plus universel, il y a peut-être des musiciens français, des musiciens allemands, mais Beethoven est typiquement un musicien européen, et il n’est pas le seul, Mozart aussi, etc.

Après cet exemple incertain, De Gaulle a évoqué aussi un sujet toujours d’actualité soixante ans plus tard, la majorité qualifiée, que je présente dans le prochain article.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (09 mai 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
De Gaulle, l’Europe et le volapük intégré.
De Gaulle chef de parti.
La création du RPF.
Philippe De Gaulle, entre père et mer.
L'autre De Gaulle.
Philippe De Gaulle.
18 juin 1940 : De Gaulle et l’esprit de Résistance.
Daniel Cordier.
Le songe de l’histoire.
Vive la Cinquième République !
De Gaulle et son discours de Bayeux.
Napoléon, De Gaulle et Macron.
Pourquoi De Gaulle a-t-il ménagé François Mitterrand ?
Deux ou trois choses encore sur De Gaulle.
La France, 50 ans après De Gaulle : 5 idées fausses.

_yartiVolapuk02


Moyenne des avis sur cet article :  1.53/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • ETTORE ETTORE 12 mai 11:38

    Ben alors Rakotonanobis....

    On revient à des valeurs sûres, en attendant que les « valeurs frelatées » fassent leur apparition ?

    Ou vous vous êtes trompé de tombe, en allant mettre votre gerbe habituelle ?

    AH ? Vous avez été missionné, pour rapporter un peu d’ombre du Grand Homme, au petit Ignomi-Nique Trans ?

    Lourde à porter cette croix, pas vrai ?

    Mais, pourtant, vous continuez à cocher toutes les cases avec....


    • Parrhesia Parrhesia 12 mai 12:33

      >>> La politique étrangère de De Gaulle s’articulait alors autour de trois axes : la rupture des liens coloniaux, la mise en place d’une force militaire indépendante (sous-entendue, indépendante des Américains), et la construction de l’Europe. <<<

      Comme d’habitude, ici, on ne rêve pas ! On cauchemarde !!!

      1. C’est probablement pour « rompre avec les liens coloniaux » qu’il a pris pris soins de mettre en place la France Afrique. Une initiative qui, non seulement à libéré l’Afrique francophone mais qui a également fait l’admiration du monde entier, y compris les pays anglo-saxons !!!
      2. La mise en place d’une force militaire non seulement indépendante des U.S.A. mais également indépendante de tout le monde, donc de l’Europe !!! Nous voyons bien aujourd’hui, à travers le comportement de l’Allemagne, vis à vis de ses vainqueurs américains, à quel point il avait aussi raison sur ce point également !!!
      3. Et la construction de l’Europe.... Là oui ! Mais certainement pas de ce foutoir indigne qu’il avait vu venir et ceci au détriment d’une Europe des nations cohérente socialement, économiquement (donc impossible à 28) et assimilable culturellement !!!

      • sirocco sirocco 12 mai 19:43

        Le Drian est convoqué par un juge malien (info RT). Sans doute pour s’expliquer sur un haut fait du « gouvernement exemplaire » en Afrique...

        Si on veut intégrer la macronie mafieuse, il faut posséder un casier judiciaire long comme le bras. C’est pas une boutade, c’est la réalité !


        • Moi ex-adhérent 12 mai 20:13

          La pensée de De Gaulle sur l’Europe a toujours été d’une grande clarté, et toujours dans les pas de Victor Hugo.

          « Et d’ailleurs, je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses français, l’Allemagne avec ses allemands, l’Italie avec ses italiens, etc ... Alors, il est vrai que la patrie est un élément humain, sentimental, et que c’est sur des éléments d’action, d’autorité, de responsabilité qu’on peut construire l’Europe. Quels éléments ? Et bien les ETATS.

          Car il n’y a que les Etats, qui à cet égard, soient valables, soient légitimes, et en outre, soient capables de réaliser.

          J’ai déjà dit, et je répète, qu’à l’heure qu’il est, il ne peut pas y avoir d’autres voies possibles que celles des Etats en dehors naturellement des mythes, des fictions, des parades. D’ailleurs ce qui se passe pour la communauté économique le prouve tous les jours, car ce sont les Etats, et les Etats seulement qui ont créé cette communauté économique. »

          De Gaulle insiste sur Etats, jamais Nations, les Etats-Unis d’Europe en filigrane 


          • roman_garev 12 mai 20:28

            Un internaute russe sur les résultats de l’opération militaire (s’adressant à un Polonais) :

            1. L’Ukraine dans ce grave conflit entre les superpuissances est de la poussière sous les bottes, tout comme la Pologne, d’ailleurs.
            Comme, cependant, la dernière fois, lorsque la poussière sous les bottes américaines et russes n’était pas seulement la Pologne, mais aussi l’Allemagne avec le reste de la Gayrope.

            2. Notre opération préventive nous a évité d’être touchés par des bombes sales sur Donetsk, Lougansk, Koursk, Belgorod et Voronej, ce qui aurait fait des centaines de milliers de morts et des millions d’évacués (ce n’est pas sans raison que la centrale nucléaire de Tchernobyl, où tout cela se préparait, a été capturé en premier lieu).
            Approximativement la même image est avec des armes biologiques américaines.

            3. Notre coup principal est tombé sur l’UE et les États-Unis, et, semble-t-il, un coup monstrueux et mortel — mais exécuté par leurs propres mains.
            Un coup porté aux devises dont « les partenaires » ne peuvent plus se remettre.
            Un tel coup ne leur a pas été porté au cours des 500 dernières années, il a été discrètement préparé par nous 30 ans, et maintenant, enfin, obtenez une grenade, fascistes.
            Les conséquences de cette situation se feront sentir au cours des 100 prochaines années — car « les partenaires » devront vivre selon leurs moyens.
            Donc, « tu ne boufferas que ce que tu sauras produire », et il n’y a absolument aucune raison pour que tous ces voyous honteux comme la Grande-Bretagne, les États-Unis ou la Pologne, puissent vivre plus riche que l’Albanie d’aujourd’hui.

            4. Si vous regardez la réaction du reste du monde, à l’exception des fascistes de la Pindossie [nom péjoratif pour les USA] et de l’Euro-Reich, alors « le monde entier est avec nous ».
            Chinois, Arabes, Indiens, juste tout le monde — regardez, les politiciens occidentaux n’ont jamais été soumis à une telle humiliation dans l’histoire.
            En général, dans la langue du vieil homme Ilovaisky, « le monde occidental est tombé dans l’insignifiance ».

            Pour tout dire, les résultats obtenus en quelques mois, avec des pertes très modérées, ne peuvent être comparés à aucune des guerres connues de l’histoire - tant elles sont grandioses et sans précédent.
            Il est clair que votre propagande européenne de Goebbels essaie de vous distraire de ces simples faits, mais pour toute créature avec les rudiments d’un cerveau, c’est toujours aussi clair qu’une simple balance.

            Et oui, il est très probable que Poutine soit maintenant le seul politicien réél au monde qui veille d’une manière ou d’une autre à ce que l’Europe ne se transforme pas en 300 Albanies absolument affamées qui se battent entre eux pour une croûte.


            • Parrhesia Parrhesia 13 mai 08:35

              @roman_garev
              >>> Donc, « tu ne boufferas que ce que tu sauras produire » <<<

              Une sentence à bien méditer dans le contexte. électoral qui est le nôtre ...

              Parce que nous, dans les restes de la France sarko-hollando-macrono-mélenchonienne, si nous ne bouffons plus que ce que nous produisons, il ne va plus nous rester grand-chose à bouffer !!!


            • roman_garev 12 mai 20:43

              Un nouveau mot russe vient de paraître dans la langue : макронить (macronner).

              Ce qui signifie « essayer d’obtenir une communication d’une manière enquiquineuse pour des raisons absolument futiles ».


              • QAmonBra QAmonBra 13 mai 20:49

                @roman_garev

                Ah le bon sens populaire des peuples sains !

                Expression adoptée car ultra pertinente !!

                Je l’écrirai toujours на русском языке, par respect du droit d’auteur des anonymes citoyens de la fédération de Russie. . .


              • chantecler chantecler 13 mai 09:14

                Rakoto a le chic pour mélanger le grain et l’ivraie .

                Regardez comme ils sont mignons ses potes !

                https://www.vududroit.com/2022/05/macron-fonde-de-pouvoir-du-totalitarisme-bourgeois/


                • ETTORE ETTORE 13 mai 10:53

                  @chantecler
                  Que des « gueules » de croque mort !
                  Mais il faut bien cela, pour suivre le cercueil FRANCE et en refermer le couvercle.
                  Pendant que le principal déculotté, use et abuse de sa position, à choisir les
                  « gerbés » qui vont faire couronne de (Dé)célébration.


                • sirocco sirocco 13 mai 13:10

                  @chantecler

                  Si un missile frappait l’Élysée un jour où tous ces gibiers de potence sont présents, à la rigueur au moment du conseil des ministres, des dizaines de millions de bouteilles de champagnes sortiraient des frigos en France !


                • ETTORE ETTORE 13 mai 10:47

                  Imaginez un seul instant, que le grenier à « légumes » espagnol se tarisse....

                  Pour une raison diverse, naturelle ou pas.....

                  Adieu pelouses tondues, adieu piscines et transats, revoilà venu l’âge du topinambour et du braconnage .

                  C’est époustouflant, comment les actions en blocage de la Russie, (et qui doivent la mettre à genoux), semblent nous revenir comme des boomerangs, en pleine tronche, ( pour nous mettre inéluctablement sur les rotules)

                  A se demander, si la vraie guerre, n’est pas VICIEUSEMENT et UNILATERALEMENT, dirigée contre nous, par nos vendus politichiens, aux moeurs morbides et décadents !


                  • Clocel Clocel 13 mai 10:53

                    @ETTORE

                    La stratégie du choc, faut maltraiter le sujet pour l’amener à accepter ce dont il ne voulait pas dans l’ancien paradigme...

                    Il faut plus que jamais le relire ce bouquin, il est fulgurant pour la compréhension de notre époque.


                  • ETTORE ETTORE 13 mai 11:02

                    @Clocel
                    La stratégie du choc, faut maltraiter le sujet pour l’amener à accepter ce dont il ne voulait pas dans l’ancien paradigme...

                    Malheureusement, le « choc » nous l’avons encaissé pendant cinq ans !
                    Et pourtant, « les sujets », ont encore été amenés à accepter, le « verbe » de l’ancien paradigme, dont il ne voulaient plus . EXACT !
                    A se demander à quelles désespérances, à quel état de perte de conscience, à quel esclavage du corps et de soumission de l’esprit, faudra t’il être soumis, pour qu’une réaction émerge , si ce n’est la fin par le chaos le plus total .


                  • Clocel Clocel 13 mai 11:18

                    @ETTORE

                    Ça peut effectivement ressembler à une extinction des consciences, sans doute le pire des génocides à venir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité