• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des réunions secrètes à l’UE pour imposer les OGM

Des réunions secrètes à l’UE pour imposer les OGM

Ce dimanche, The Independent on Sunday révèle un scandale au niveau européen. Les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne se réunissent en secret pour accélérer les processus d’autorisation des cultures OGM, contrer les opposants et rassurer les populations en faisant intervenir les représentants de l’industrie. L’artillerie lourde est de sortie...

Dimanche 26 octobre 2008, The Independent on Sunday nous livre la synthèse de quelques documents confidentiels plutôt étonnants. Des réunions secrètes ont été convoquées par Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne et présidées par son chef de cabinet, Joao Vale de Almeida. A la demande de Barroso, chaque Premier ministre des 27 a nommé un représentant spécial. Pour la France, il s’agirait d’un "collaborateur proche" de Nicolas Sarkozy. Au menu de ces petites sauteries privées, un sujet urgent et hautement stratégique : trouver les moyens d’accélérer la culture des OGM et de persuader les citoyens européens de les accepter.

LMOUS Court-circuiter le Conseil des ministres et contourner le blocage "démocratique"

En Europe, actuellement, les populations y sont majoritairement opposées, même dans les pays qui les autorisent, comme l’Espagne. Ce qui force les gouvernements à bloquer certaines décisions au niveau du Conseil des ministres. Mais la Commission européenne n’est pas tenue de demander leur avis aux gouvernements, ni aux députés européens. Elle n’est pas tenue non plus de s’expliquer devant aucune juridiction, c’est aussi cela, l’Europe ! La Commission européenne va donc imposer ses choix, comme elle en a le droit. Et ces réunions confidentielles sont destinées à arrondir les angles.

Réunions secrètes OGM Les industriels à la manœuvre, Monsanto en tête

Les conclusions de ces réunions montrent clairement que les 27 souhaitent "accélérer le processus d’autorisation en se basant sur des évaluations solides, afin de rassurer l’opinion publique". Et la meilleure façon de rassurer l’opinion publique, pour nos dirigeants, est d’inciter les représentants de l’agriculture et de l’industrie – exemple au hasard, Monsanto – à se faire davantage entendre pour contrer les écologistes. Et les documents livrent, pour finir, quelques conseils courtois : pour "s’occuper au mieux de l’opinion publique", il faudrait "un dialogue non passionnel et basé sur les normes très élevées de la politique OGM de l’Union européenne". Barroso, lui-même, y insiste d’ailleurs sur "le rôle de l’industrie, des partenaires économiques, de la science pour participer activement à un tel dialogue", pour rassurer des "citoyens qui se sentent mal informés". Car, ajoute-t-il, le débat "ne devrait pas être laissé à certains groupes qui y trouvent un intérêt légitime mais matériel". Tout un programme.

Jusqu’à présent, l’industrie des biotechnologies reste sur la défensive. Ses arguments sont principalement que les OGM réduisent la consommation de pesticides et sont indispensables pour alimenter la planète. Des arguments qui tenaient tant que les cultures restaient confidentielles, mais qui, aujourd’hui, sont largement contestées. Il ne fait cependant aucun doute qu’avec des coachs de la trempe de Barroso et Sarkozy, les industriels sauront rebondir et trouver de nouveaux arguments pour nous rassurer... secrètement.

 (Sources : Les mots ont un sens, The Independent, Amis de la terre)


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

150 réactions à cet article    


  • fred 27 octobre 2008 10:46

    Il est certain que c’est du grand n’importe quoi. Ils ont ruiné des cultures en Inde. Ca consomme du pesticide, ça se reproduit dans les champs des autres...

    NON, NON et encore NON !

    Faison bloc !! tous !! 


    • TSS 27 octobre 2008 11:36

      comme partout dans le monde on s’est aperçu que le biocarburant etait une enorme "connerie" non

      ecologique !!

      il n’y a que la France qui insiste betement en prorogeant les aides !!!



        • JL JL 27 octobre 2008 11:49

          Il y a de la promotion dans l’air pour tous les scientifiques en mal de reconnaissance !



          • JL JL 27 octobre 2008 11:57

            Merci à l’équipe d’Agoravox de supprimer le commentaire précédent destiné à un autre article


          • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 17:27

            Un pas de plus scandaleux vers la privatisation du vivant. 
            Un déni de démocratie vis à vis de propulations qui refusent largement l’utilisation de ces poisons pour la terre. 
            Oui, il est plus que temps de se solidariser pour refuser tout diktat contraignant à l’utilisation d’OGM. 
            Solidarité avec Bové et les faucheurs vonlontaires. 

            Faites circluer partout l’information ; la vérité et la lumière sont nos meilleurs remparts contre les manoeuvres obscures du lobbying pro-Monsanto et pro-OGM. 

            Pétitionnons, groupons nous, pour refuser de céder devant le fait accompli des puissances de mort. 
            Plus que jamais, non aux OGM en plein champ. 


          • hurlevent 27 octobre 2008 20:02

             "Un déni de démocratie vis à vis de propulations qui refusent largement l’utilisation de ces poisons pour la terre. 
            Oui, il est plus que temps de se solidariser pour refuser tout diktat contraignant à l’utilisation d’OGM. 
            Solidarité avec Bové et les faucheurs vonlontaires. "

            Peut-être devriez vous réfléchir davantage avant d’écrire n’importe quoi.
            1. Les OGMs ne sont pas un poison. Personne n’est jamais mort d’avoir mangé des OGMs.
            2. Il n’est pas question d’imposer l’utilisation des OGMs. Simplement de les autoriser. Aux USA, où les OGMs sont autorisés, les agriculteurs ont le choix de les utiliser ou de ne pas les utiliser. Ce n’est pas parce qu’on autorise une chose qu’on oblige à l’utiliser.
            3. Les faucheurs, eux, interdisent l’utilisation des OGMs. Ils sont une forme de diktat contraignant.



          • luvyagal 27 octobre 2008 23:12

            alors, documentez-vous un peu et vous apprendrez que certaines des plantes modifiées généticalement sont "Round-Up Ready", elles résistent donc au Round-up, et comme la nature fait bien les choses, les oiseaux transportent les graines de ses plantes dans d’autres champs desquelles elles ont été originalement plantées. Comme les agriculteurs de ses "autres champs" ne peuvent pas les désherber, ils se retrouvent à payer le "droit de cultiver" (copyrights) ses OGM à ,notamment, Mosanto. Ca, ça s’appelle ne pas choisir se que l’on cultive et donc ce que l’on mange.


          • luvyagal 27 octobre 2008 23:31

            De plus les études scientifiques n’ont pas le recul nécessaire pour effectivement démontrer que l’on ne "meurt pas des OGM". Mais vous avez tout à fait raison, et votre remarque est pertinante, quand vous dites que personne n’est morte sur le coup juste après avoir mangé des OGM : ce n’est jamais arrivé. D’ailleurs il n’y aurait peut être pas marqué ¨"Maïs" sur la cannette au supermaché mais plutôt "Cyanure" !


          • ZEN ZEN 27 octobre 2008 12:10

            Merci Monsanto !

            Contrôler les semences , c’est contrôler la production agricole...

            CRISE ALIMENTAIRE :« Il faudrait déjà que les paysans aient accès aux graines ! »
            Des ONG accusent : quelques multinationales trustent les semences et le font payer cher aux paysans du Sud.

            "Qui veut récolter doit semer... La nécessité de préserver la souveraineté alimentaire est revenue en force dans le débat après les émeutes de la faim. Si on ne peut pas produire de tout partout, des voix s’élèvent pour que les pays puissent diversifier leurs ressources alimentaires, en comptant pour cela sur leurs paysans et leurs semences.
            Carin Smaller, responsable du bureau de Genève de l’ONG américaine « Institute of agriculture and trade policy » (IATP) plante le décor : « Les deux-tiers des pays du Sud sont dépendants de leurs importations agricoles et soumis à la volatilité des prix du marché mondial. Il faut les aider à « produire local, régional et national » pour mieux résister.
            La Banque mondiale, qui répète pourtant que la solution à la crise alimentaire est un « nouvel accord commercial », reconnaît dans son rapport sur le développement 2008 que « l’agriculture à petite échelle est un moyen puissant pour sortir de la pauvreté ». Sauf qu’au départ de la chaîne de production alimentaire, côté semences, la tendance est aussi à la concentration et à l’uniformisation.
            Et que sur ce terrain, les pays du Nord poussent ceux du Sud à signer des accords qui leur lient les mains et augmentent le coût de leur agriculture. Illustration avec la brevetabilité des plantes...« De plus en plus de paysans dépendent de cette agriculture industrielle et doivent acheter les semences, les pesticides et engrais qui vont avec, aux Cargil et Monsanto. Or, cette agriculture a un coût largement lié au prix du pétrole. Le prix des graines a augmenté, celui des fertilisants aussi (de 20% l’an dernier) parce que le prix du pétrole augmente », commente Carin Smaller de l’IATP. Et nous revoilà dans une problématique au coeur de la crise alimentaire : le prix des produits agricoles dont l’augmentation profite en bout de chaîne aux mêmes multinationales. Cette logique de la sélection par la rentabilité tend aussi à réduire la biodiversité, explique le représentant d’Oxfam : « En Inde, 30 000 variétés de riz étaient cultivées au début du siècle. Aujourd’hui, dix variétés seulement poussent sur les trois-quarts des rivières indiennes. »

            "Monsanto représente 90% des OGM cultivés dans le monde. Elle a racheté un grand nombre de compagnies semencières pour y parvenir. Et les semences constituent le premier maillon de la chaîne alimentaire. C’est cela qui fait sa puissance. Contrôler les semences c’est, à terme, contrôler la nourriture du monde. C’est le projet hégémonique de Monsanto."(http://lalettredejaures.over-blog.com/article-18183809.html)

            -Comment Monsanto vend les OGM

            Monsanto, la semence à scandales


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 octobre 2008 16:58

               Est-ce que la crise financiere actuelle ne fait pas la preuve de l’échec et de la turpitude du rapport de force actuelle entre les secteur public et privé ? Si on veut nourrir l’humanité et se prémunir contre les dérives possibles du type OGM, il faut une POLITIQUE AGRICOLE GLOBALE négociée et appliquée par le États.

              Pierre JC Allard

              http://nouvellesociete.org/711.html

               


            • luvyagal 27 octobre 2008 23:36

              J’ai bien peur malheureusement que les états voteraient oui aux OGM.


            • luvyagal 27 octobre 2008 23:38

              N’est-il pas contre les règles de l’OMC, de faire subire un embargo aux compagnies d’OGM ?


            • ninou ninou 27 octobre 2008 12:17

              On continue à contourner la décramotie...
              On veut nous imposer, par la ruse et la collusion des puissants, des nuisances irréversibles dont nous ne voulons pas.
              Puisque la voie électorale ne fonctionne pas, il faut d’urgence utiliser la voie de la rue et du maquis.
              Soutenons les faucheurs volontaires dans leur combat. Il ne s’agit plus de politique (et encore moins de justice). Il s’agit de responsabilité individuelle. En nous taisant, en laissant faire les politiciens et leurs commanditaires, nous devenons tous des collabos. C’est un acte citoyen. Rassemblements devant les tribunaux. Pétitions. Manifestations de soutient...
              Que chacun dans sa région se tienne au courant des actions menées et relaie l’information !!


              • hurlevent 27 octobre 2008 20:03

                 "des nuisances irréversibles dont nous ne voulons pas. "

                De quelles "nuisances irréversibles" parlez-vous ? Pouvez vous être un peu plus précis ?


              • ninou ninou 27 octobre 2008 20:40

                Hurle dans le vide
                Pas le temps ni le courage de me lancer dans des explications qui ont été données mille fois.

                Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Ils ont des oreilles et ils n’entendent pas.
                Un lien parmi mille autres :


                http://endehors.org/news/ogm-et-pollution-genetique


                Attention, il va falloir lire donc : ouvrir les yeux !


              • Nycolas 28 octobre 2008 01:02

                La démocratie est morte.

                Paix à son âme.


              • LE CHAT LE CHAT 27 octobre 2008 12:25

                qu’on pende ces fumiers ! j’ai toujours voté non et continuerai à voter non à cette europe de merde !


                • Jason Jason 27 octobre 2008 12:51

                  Bonjour,

                  Votre information me semble quelque peu datée. En effet, il y a des années que les lobbies de Bruxelles font pression sur l’UE pour mettre en circulation les produits OGM. L’importation de sojas modifiés, par les ports d’Anvers et Amsterdam, à hauteur de millions de tonnes par an, et déjà chose faite. Le reste n’étant qu’un cache-sexe. Sachez que les viande que vous consommez à partir de bêtes soi-disant nourries avec des végétaux, ces animaux sont alimentés avec du soja, "parfois modifié".

                  Allez faire un petit tour sur Google et tapez "importation du soja" et vous serez mieux renseigné.

                  Parler de rendez-vous secrets Sarkozy-Barroso procède de la paranoia. Les dés sont jetés, et depuis longtemps. Ni l’un ni l’autre de ces deux hommes ne changeront rien aux accords entre l’UE et les pays qui ont souscrit les accords économiques mondiaux actuels. IL FAUT CHERCHER AU NIVEAU DE MM. LAMY ET MENDELSOHN pour en savoir plus.

                  Vous vous êtes simplement trompé de cible.

                  Cordialement


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:14

                    Jason,
                    La dernière réunion date d’ il y a quinze jours !
                    De plus, vous avez l’air d’un défaitisme incroyable.
                    Evidemment que personne ne s’attend à ce que Barroso & Cie change quelquechose aux accords déjà pris, cela serait surprenant vu que leur but est, justement, d’accélérer les choses, de revenir sur les décisions qui sont censée avoir gelé la culture OGM en plein champ en France et dans d’autres pays, de manipuler l’opinion publique pour qu’elle devienne favorable...
                    Sous prétexte qu’on trouve déjà des OGM dans les produits que nous mangeons, il faudrait continuer à se laisser empoisonner ?
                    Les dés sont jetés ?
                    Electoralement, on ne peut rien faire. On est d’accord. La sainte décramoisie est morte. Ce n’est pas une raison pour renoncer au combat.
                    Ma pov’ dame c’est comme ça... On n’y peut rien.... Pis de toute façon, on va tous crever un jour....
                    C’est sûr qu’avec des discours comme ça, on n’est pas près de la réssuciter notre démocratie !!!


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:18

                    Preuve que les ogm sont toxiques : Certains commentateurs d’avox en consomment quotiennement (vu que ce qui est nouveau est forcément bon) et ils ont vu leur cerveau rétrécir de manière irrémédiable... smiley


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:20

                    scuzi commentaire mal placé...
                    à vous de trouver sa place !


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 15:43

                    @ ninou,

                    Pessimiste, certes, mais je ne crois pas être défaitiste. Je suis anti-OGM tels qu’ils se présentent aujourd’hui, et je suis horrifié du manque de contrôle concernant les cochonneries entrant dans la chaîne alimentaire.

                    L’Europe telle quelle se présente n’est qu’une immense passoire favorable aux multi-nationales.

                    Mes pancartes, mes hallebardes et mes sarbacanes sont prêtes. Quand va-t-on à Bruxelles pour entarter tous ces incapables ?


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 15:56

                    Ah ! Je préfère ça !
                    Sus aux Omnipotentiaires Gorgés de Mépris !!


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 octobre 2008 16:52

                     Et personne ne nous protège, car nos politiciens sont malheureux. Mal nourris. Il faudrait payer nos hommes publics davantage. Pour parodier Danton, il faudrait être avec eux d’une grande générosité pour éviter que le secteur privé ne doive l’être...

                     Pierre JC Allard

                    http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/27/un-million-pour-sarkozy/&nbsp ;


                  • Traroth Traroth 27 octobre 2008 17:03

                    Incapables ? Pourris, plutôt !


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 18:44

                    @ PJC Allard,

                    J’ai entendu dire (mais me tromperais-je ?) que les médecins de la Chine ancienne n’étaient payés que tant que leurs patients se portaient bien. Traitons de la même manière nos élus. Tant que la société irait bien, ils seraient rétribués. Il serait donc choquant de voir des hommes politiques réduits à la mendicité. Mais je crois que l’expérience vaudrait d’être tentée.

                    A voir le train des choses les caisses de l’état économiseraient beaucoup d’argent.

                    Cordialement


                  • JL JL 27 octobre 2008 18:59

                    @ Jason : il semble qu’un responsable chinois de la santé àpublique corrompu aurait été sévèrement , très sévèrement chatié, à un point qui dépasse un peu mes éspérances, si vous voyez ce que je veux dire.
                     
                    Entre les intégristes de tous poils, il est dur, très dur aujourd’hui de demeurer équilibré.


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 22:14

                    @ JL,

                    Intégrisme, purisme, absolutisme, "révolutionnisme", de droite, de gauche, avec ou sans Dieu ou diable. Toutes les raisons semblent bonnes pour asservir l’humanité. Mais pourquoi ? Quant au juste milieu il est éphémère et n’existe que comme horizon utopique, la dialectique et le mouvement permanent prévalant dans tous les cas. Sorte de particule fugitive qui ne se révèle que pendant un milliardième de seconde.




                  • Leonid Bronstein 27 octobre 2008 23:25

                    Et à Lorient aussi il y a un cargo de 25000 t de soja qui est déchargé tous les 2 mois, et ca part vers un fabriquant d’aliment pour bétail de la région... Il y a aussi du mais modifié qui vient des USA pour le meme importateur...
                    Allez voir et vous verrez...


                  • Jason Jason 28 octobre 2008 17:28

                    @ Antoine Diederick

                    Merci de votre réponse à ma très brève note. Vous évoquez la nature et la liberté, la première dans le sens d’une tradition et d’un respect comme envers une personne morale ou encore par une déférence due à une tradition somme toutes assez floue.

                    S’agissant de la nature, je ne pense pas qu’il s’agisse tant d’un respect que d’un usage réfléchi de ses innombrables possibilités. Ne connaissant pas la fin (dans le sens de fin dernière) de l’humanité, les décisions que nous prenons aujourd’hui d’exploiter les ressources de la nature doivent être faites avec la plus grande prudence. Ce n’est pas le cas de nos jours où le retour sur investissement et les préoccupations des actionnaires balaient toute réflexion sur un futur intelligent et bénéfique pour l’humanité.

                    Quant à la liberté, il existe des approches si différentes, avec des vues si diverses, qu’il m’est difficile de la cerner. Pour le mot libéralisme, assorti de définitions si différentes selon les pays (je pense aux USA, Angleterre, Allemagne et peut-être l’Espagne) et en ce qui concerne la France, le terme est si galvaudé en ce moment que son usage reste très délicat.

                    Tout cela semble paralyser toute pensée usant des termes cités ci-dessus. Le vocabulaire de l’époque de la révolution française, qu’on retrouve comme argument ultime de persuasion dans bien des discussions, me semble usé et abusé. Il faudrait le renouveler. Il faudrait cesser aussi d’utiliser des termes trop emplis d’ambiguïtés pour retourner vers une praxis qui décrasserait les idéologies et les slogans ambiants. Ce nouveau vocabulaire reste donc à inventer.

                    Les paysans dont vous parlez en fin de billet, ne m’impressionnent pas. Ils sont attachés à leur terre comme le galérien à sa rame. Il en reste quelque chose dans leur inconscient collectif. Je suis toujours étonné de leur ignorance abyssale en matière des choses les plus élémentaires de la biologie. Ils font très souvent une vertu de leur ignorance, ce qui est affligeant.

                    Pour le reste, restons prudents et résistons à la fureur ambiante, résistance que nous autorise le luxe relatif de nos sociétés. La liberté que je préfère, c’est celle de dire NON.

                    Cordialement,

                    Jason


                  • Jason Jason 28 octobre 2008 17:33

                    Commentaire placé trop haut, comme souvent :

                    @ Antoine Diederick

                    Merci de votre réponse à ma très brève note. Vous évoquez la nature et la liberté, la première dans le sens d’une tradition et d’un respect comme envers une personne morale ou encore par une déférence due à une tradition somme toutes assez floue.

                    S’agissant de la nature, je ne pense pas qu’il s’agisse tant d’un respect que d’un usage réfléchi de ses innombrables possibilités. Ne connaissant pas la fin (dans le sens de fin dernière) de l’humanité, les décisions que nous prenons aujourd’hui d’exploiter les ressources de la nature doivent être faites avec la plus grande prudence. Ce n’est pas le cas de nos jours où le retour sur investissement et les préoccupations des actionnaires balaient toute réflexion sur un futur intelligent et bénéfique pour l’humanité.

                    Quant à la liberté, il existe des approches si différentes, avec des vues si diverses, qu’il m’est difficile de la cerner. Pour le mot libéralisme, assorti de définitions si différentes selon les pays (je pense aux USA, Angleterre, Allemagne et peut-être l’Espagne) et en ce qui concerne la France, le terme est si galvaudé en ce moment que son usage reste très délicat.

                    Tout cela semble paralyser toute pensée usant des termes cités ci-dessus. Le vocabulaire de l’époque de la révolution française, qu’on retrouve comme argument ultime de persuasion dans bien des discussions, me semble usé et abusé. Il faudrait le renouveler. Il faudrait cesser aussi d’utiliser des termes trop emplis d’ambiguïtés pour retourner vers une praxis qui décrasserait les idéologies et les slogans ambiants. Ce nouveau vocabulaire reste donc à inventer.

                    Les paysans dont vous parlez en fin de billet, ne m’impressionnent pas. Ils sont attachés à leur terre comme le galérien à sa rame. Il en reste quelque chose dans leur inconscient collectif. Je suis toujours étonné de leur ignorance abyssale en matière des choses les plus élémentaires de la biologie. Ils font très souvent une vertu de leur ignorance, ce qui est affligeant.

                    Pour le reste, restons prudents et résistons à la fureur ambiante, résistance que nous autorise le luxe relatif de nos sociétés. La liberté que je préfère, c’est celle de dire NON.

                    Cordialement,

                    Jason


                  • pallas 27 octobre 2008 12:55

                    Rien ne vous obligent a acheter des produits a base d’ogm, pour autant aucuns tests effectuer, n’ont montré la dangereusité des ogms. Vous refusez tout ce qui est nouveau, la reunion n’est pas faite en secret car vous etes au courant de ce Fait, mais, elle sera entre personnes pragmatiques, economiques, politiques, entrepreneurs, et non des Bobo Gaucho, qui sont contre tout progres.


                    • Le chien qui danse 27 octobre 2008 13:22

                      As-tu bien pris tes pillules ce matin ?


                    • Nobody knows me Nobody knows me 27 octobre 2008 15:49

                      Rien ne vous obligent a acheter des produits a base d’ogm, pour autant aucuns tests effectuer, n’ont montré la dangereusité des ogms.

                      Avez-vous regardé les détails de ces tests ?? Ils sont tout sauf dignes d’être qualifiés de scientifiques !!
                      On nourrit des rats aux OGM, on les dissèque, on regarde le foie... hop ! il est un peu brun mais rien de grave. Pas de découpe, d’analyse de l’intérieur...
                      Vous trouvez ça fiable vous ??!!
                      Qu’ils se les foutent au cul leurs OGM !! Et qu’ils tournent !!


                    • finael finael 27 octobre 2008 16:27

                      Les laboratoires "indépendants" dépendent tous des résultats des expériences menées par les industriels ... enfin ! ceux qu’ils présentent !

                      Je ne suis pas biologiste et j’ignore le degré de nocivité des OGM, mais à partir du moment ou seul le producteur peut reproduire les expérimentations (secret de fabrication) ... j’ai comme un doute !


                    • Agnes 27 octobre 2008 21:35

                      Rien ne nous y oblige en effet, mais comment le savoir quand l’etiquetqge n’est pas obligatoire comme c’est le cas en Amerique du nord par exemple ?
                      Secundo, les tests effectues par Monsanto sur le OGM prouve la viabilite de leurs semences, qu’en est-il des tests independants ? Je t’invites a te renseigner la-dessus.
                      Troisiemement, le fait d’etre anti-OGM n’a aucun rapport avec la couleur politique, mais plutot avec le bon sens, la je pense bien sur a des pays comme l’Inde ou le Canada qui sont rendus presque totalement dependants d’une multinationale cotee en bourse.
                      Et enfin quand on donne un avis, il est interessant pour les autres de savoir que la personne sait de quoi elle parle. Visiblement ce n’est pas le cas pour toi.



                      • Voltaire Voltaire 27 octobre 2008 13:36

                        Geoffrey Leane, l’auteur de cet article dans l’Independent on Sunday (le supplément weekend de l’Independent), est un journaliste engagé. Rien de négatif à cela, mais ceci explique la tonalité de son article( il a aussi écrit sur la dangerosité du wi-fi etc...), et les erreurs dans certains des faits indiqués en bas de page.

                        Sur le fond, il est difficile de se prononcer sans avoir accès au rapport cité, qui n’est pas mis en ligne par ce journal. Néanmoins, les extraits cités appellent plusieurs remarques :

                        Tout d’abord, si l’aspect clandestin et la volonté de passer au dessus de la tête des citoyens est confirmée (impossible à dire à partir des quelques lignes citées qui peuvent avoir été sorties de leur contexte), il s’agit là d’une initiative saugrenue de la part de la Commission. Pire, c’est même faire preuve d’une totale méconnaissance de la société : ce n’est pas en ignorant un problème et en faisant de la "com’" que l’on fera accepter les OGM en Europe.

                        Ensuite, et c’est ce qui me fait un peu douter de l’objectif cité par le journaliste, la Commission n’a aucun intérêt à faciliter la culture des OGM en Europe : puisque les campagnes anti-OGM ont coulé tous les projets des entreprises européennes sur le sujet, les OGM ne sont plus fabriqués que par des entreprises non-européennes... On voit mal l’intérêt pour la Commission de favoriser une entreprise comme Monsanto. La culture des OGM en Europe ne renforce pas la compétitivité des entreprises européennes.

                        En revanche, il est exact que les agriculteurs y ont intérêt : les OGM économisent des traitements pesticides, et sont donc en mesure de gagner plus d’argent tout en ayant moins de labeur avec certains OGM. Mais il faut aussi qu’il y ait un marché, qui en Europe est assez restreint (mais on peut imaginer qu’on parle du marché à l’exportation).

                        Comme l’indique certains extraits, il est évident que le débat sur les OGM bénéficierait d’un dialogue plus serein, et d’être fondé sur des arguments scientifiques objectifs. Mais le climat n’y est pas propice actuellement, donc inutile de mettre de l’huile sur le feu.

                        En réalité, le débat sur les OGM mériterait de bénéficier un vrai processus de dialogue consultatif comme le Grenelle, où toutes les parties prenantes sont invitées à discuter. Mais cela ne parait pas être une urgence : l’Europe n’a pas besoin économiquement des OGM. Si des OGM permettent de réduire les quantités d’engrais utilisées, ou de pesticides pour des variétés cultivées en Europe (cela existe pour le coton ou le maïs, mais ce ne sont pas des variétés bien adaptées à notre climat), il sera temps de relancer ce débat.

                        Selon toute probablilité, le débat sur les OGM est gelé en Europe pour au moins 10 ans. Lorsque les OGM auront démontré leur intérêt et leur inocuité depuis assez de temps dans les pays qui les cultivent (US, Amérique du sud, Chine...), il sera alors temps de reprendre le débat. En attendant, l’Europe devrait mettre en place un vrai programme de recherche qui puisse fournir aux citoyens les réponses qu’ils demandent d’ici quelques années.


                        • jay 27 octobre 2008 14:52

                          Malheuseusement les OGM ne réduisent pas l’utilisations des engrais et pesticides.
                          Un livre de Vandana Shiva, (pas récent mais toujours autant d’actualité), dont je ne me souviens plus du titre, mais le sous-titre était : "comment les multinationales affament le monde", revient sur la deuxième révolution verte en Inde et les dernières decennies d’utilisation des OGM. les faits, et non pas les théories pro ou anti OGM, démontrent qu’après quelques années seulement d’utilisation, le recours aux engrais et aux pesticides augmentent par rapport aux semences "naturelles". De plus, dans un nombre important de cas, les pesticides ne marchent plus au bout de quelques années. ou alors ils marchent encore, mais la semence qui était jusqu’alors résistante à une maladie, ou un autre organisme (champignons X, vers Y ....)ne l’est plus. Hors tout du moins sur la première récolte dans ce cas, aucun pesticide n’est prévu et employé puisque justement la semence était sensée être résistante. Quand vous voyez les difficultés que peuvent avoir les paysans français malgré les aides, imaginez ce qui arrivent aux paysans indiens qui voient leur récolte anéantie. Je vous passe les détails sur le fait qu’ils doivent en plus s’endetter pour acheter les semences GM et les engrais et pesticides développés pour elles.

                          Après, il y aurait surement une voie pour "un bon usage des OGM". Mais la recherche en ce domaine étant essentiellement le fait d’entreprise privé, et on ne peut pas leur reprocher de vouloir gagner de l’argent sur les travaux, couteux, qu’elles développent, on voit mal comment les dérives pourraient ne pas êtres systématiques.

                          Croyez moi, je ne suis pas une "gauchiste-nationalisons tout !! ", mais dans ce cas précis, une recherche, et donc des dépots de brevet, uniquement publics, serait sans doute une solution. ou un début de solution tout du moins.

                          Cordialement, Jay.


                        • Alexandre 27 octobre 2008 15:40

                          Merci à Voltaire de relever le niveau du débat, ça change des "La démocratie n’existe plus ! Tous des pourris ! Qu’on les brûlent tous !"

                          Cordialement.


                        • Jason Jason 27 octobre 2008 15:49

                          La pondération de Voltaire, ci-dessus, a du bon. Elle a surtout l’avantage de faire gagner du temps à ceux qui placent habilement leurs pions au royaume du lobbyisme. Rappelons pour mémoire qu’il existe 15.000 de ces personnages à Bruxelles.

                          Alors... attendons, on verra bien plus tard, comment les choses évoluent. Le temps oeuvrera d’un côté et détruira de l’autre. Devinez ce qu’il arrivera ? Les Cassandre ont parfois raison. J’adore La Fontaine, la fable l’hirondelle et les petits oiseaux. Alors, attendons...


                        • Alexandre 27 octobre 2008 15:55

                          @Jason,
                          et bien dans ce cas, pendons-les haut et cour et le plus vite possible !


                        • Voltaire Voltaire 27 octobre 2008 16:23

                          @Jay

                          Vous avez parfaitement raison d’emettre quelques mots de prudence : l’utilisation de semences OGM n’est pas une panacée, comme cela est souvent vendu à des paysans dans le tiers-monde. Cela demande une surveillance que beaucoup de paysans pauvres ne peuvent pas effectuer.

                          Pour ce qui est du coton transgénique, les études que j’ai lu confirme une diminution de la quantité d’insecticides utilisés aux US, pays où évidemment l’agriculture est très industrialisée. Pour les pays en voie de développement, il vaut mieux dans un premier temps utiliser des semences robustes et améliorer les techniques de production, plutôt que de passer aux OGM qui exigent un plus grand niveau de surveillance. La course au rendement présente toujours des risques, surtout dans des pays aux fortes variations climatiques.

                          D’après ce que j’ai pu en étudier, certains OGM présentent vraiment des avantages par rapport aux cultures industrielles classiques en terme environnemental, mais seulement s’ils sont correctement utilisés.
                          Evidemment, on reste ici dans un système d’agriculture industrielle... En Europe tout au moins, c’est un modèle à revisiter sérieusement (pas de problème de famine !). Mais il ne faudrait pas non plus exclure de façon systématique l’utilisation de tout OGM ; certains peuvent présenter un véritable intérêt agronomique (résistances à diverses maladies par exemple), mais on manque sérieusement de recherche, surtout en Europe. Il me semble que l’Europe aurait intérêt à définir, avec la société civile, un cahier des charges pour les OGM. Cela permettrait de relancer une recherche, publique et privée, dans un cadre beaucoup plus rigoureux, pour produire des OGM n’ayant pas juste un intérêt financier mais un véritable intérêt environnemental ou agronomique avec des risques minimisés. Mais le débat est trop figé actuellement. Peut-être dans 5-6 ans...


                        • Nobody knows me Nobody knows me 27 octobre 2008 16:40

                          Il me semble que l’Europe aurait intérêt à définir, avec la société civile, un cahier des charges pour les OGM.

                          S’ils donnaient des garanties sur le confinement de ces recherches, s’ils définissaient clairement les règles du jeu pour effectuer les recherches dans des conditions décentes, comme devrait l’être toute expérience, peut-être l’opinion publique pourrait fléchir et abonder dans ce sens.
                          Qu’est-ce qui me prouve qu’on ne partira pas dans un délire "production" à fond qui contaminera toutes les récoltes environnantes ?
                          Je sais que c’est pas le genre de la maison mais.... enfin vous aurez compris le petit sarcasme.


                        • sacado 28 octobre 2008 15:50

                          "En revanche, il est exact que les agriculteurs y ont intérêt : les OGM économisent des traitements pesticides, et sont donc en mesure de gagner plus d’argent tout en ayant moins de labeur avec certains OGM."

                          Ce n’est pas tout à fait vrai. Quand bien même l’utilisation d’OGM réduirait les quantités de traitements à effectuer (ce que vous affirmez), les semences sont beaucoup plus chères (avec, on en a assez parlé, obligation d’en racheter tous les ans). Ce qui fait que, au final et en l’état actuel, j’ai de gros doûtes concernant la rentabilité des OGM pour les agriculteurs.




                          • Anti-OGM.info Anti-OGM.info 27 octobre 2008 14:33

                            Merci pour l’info qui n’a rien d’étonnant... L’Europe entend se fourvoyer dans la même impasse que les Etats-Unis dont la population commence à rejeter de plus en plus ces produits inutiles et imposés sans label dans l’alimentation. (un sondage CBS New-York Times d’avril dernier montre que les citoyens américains réclament la labellisation de ces produits et y sont majoritairement défavorables). Cette labellisation est également refusée aux citoyens canadiens, ce qui montre bien à quel point la collusion industrielle et politique a annihilé la démocratie outre-atlantique.

                            L’Europe lobbyifiée utilise quant à elle la propagande pour faire passer la pilule industrielle, sous couvert de réglementations et d’études biaisées et orientées, mais aucun effort de propagande institutionnel ne pourra retirer aux citoyens le droit de consommer sans OGM et de refuser leur imposition.


                            • karg se 27 octobre 2008 15:40

                              Le débat sur les OGM est tellement pourri par les mensonges des deux bords qu’on peut comprendre que la Commission essaye de traiter la question de façon plus discrète. On peux facilement dresser une liste des anneries matraquées par les deux camps :


                              - ils réduisent ou augmentent la consommation de pecticide.

                              - ils sont indispensables pour nourir l’espèce humaine ou affame le monde.

                              - ils sont dangereux pour la santé ou peuvent servir de complément alimentaire ou de médicament à très bas cout.

                              - ils sont dangereux pour l’environnement car ils peuvent supplanter les espèces sauvages ou ils sont équipés de génes leur empêchant de se reproduire et ils faut les racheter à chaque semi.
                              etc.

                              Le problème centrale est que la plupart des gens qui en parlent ne sépare pas les OGM entre eux, c’est impossible de juger globalement cet outils.

                              Petit exemple : les OGM résistants au glyphosate augmentent les quantités d’herbicide utilisés, mais ça veut pas dire grand chose car ce ne sont pas les mêmes produits que ceux utilisés en conventionnels, donc c’est impossible à comparer sans une évaluation toxicologique par g de matière active.

                              C’est quasiment impossible de débattre avec des gens capable de sortir des conneries énormes et qui y croient vraiment. Sauf que quand Monsanto prétend sauver le monde avec les OGM, ils savent que c’est n’importe quoi. Quand les potes à José Bové pense sauver les mondes en fauchant les OGM, ils y croient vraiment.



                              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 27 octobre 2008 16:09

                                " Mais la Commission européenne n’est pas tenue de demander leur avis aux gouvernements, ni aux députés européens. Elle n’est pas tenue non plus de s’expliquer devant aucune juridiction, c’est aussi cela, l’Europe ! "

                                En somme, l’Europe n’est qu’une antenne relais des impérialiste mondialisateurs, et Sarko et Barro des marionnettes aux chevilles du système ! Pas étonnant qu’elle n’obtienne pas les suffrages requis et pas surprenant qu’elle ait besoin de réunions secrètes pour actionner son moulin. Mais nous sommes tous l’eau qui fait tourner le moulin et sans nous elle ne peut que pédaler...Tous ces restaurants gastronomiques parisiens qui emploient des sans papiers, devraient proposer un jour, sur leur carte, des mets 100 % OGM. Quelle formidable promotion... ! Ce serait la levée de boucliers chez les parlementaires...


                                • frédéric lyon 27 octobre 2008 17:23

                                  Il est vrai que l’utilisation des OGM n’est pas aussi pressante en Europe qu’elle peut l’être dans le Tiers-Monde.

                                  Dans le Tiers-Monde les agriculteurs ont besoins de semences qui réduisent l’emploi de pesticides (très chers) ou les besoins en eau (pas toujours facile à se procurer).

                                  En Europe les agriculteurs peuvent se payer les produits phytosanitaires et les tuyaux et les pompes.

                                  Certes.

                                  Mais les OGM constituent un progrès incontestable, ne présentent aucun danger connu ou décelable, par conséquent on pourrait très bien laisser les chiens aboyer pendant que la caravane passe.

                                  Il y aura toujours des dualistes qui penseront que la matière vivante est d’une nature particulière, habité par l’esprit, alors que l’ADN n’est qu’un acide, et que le corps humain n’est qu’un mélange de produits chimiques.

                                  Après tout l’homme a toujours modifié les gènes, les siens, ceux des animaux et ceux des plantes. Jusqu’à présent il le faisait en orientant la pression sélective, demain il le fera en intervenant directement sur le gène. Celà ne fait pas de différence de nature, l’intervention sur le gène est seulement plus rapide et plus efficace. Par conséquent il est complètement délirant d’imaginer qu’il se privera longtemps de cette facilité.

                                  La Chine et les USA vont régler le problème en poursuivant la recherche dans le domaine et nous serons contraints de suivre. Espérons que nous n’aurons pas pris trop de retard entretemps.


                                  • Gilles Gilles 27 octobre 2008 18:09

                                    Lyon

                                    "Dans le Tiers-Monde les agriculteurs ont besoins de semences qui réduisent l’emploi de pesticides (très chers) ou les besoins en eau (pas toujours facile à se procurer)."

                                    Mais sais tu mon cher Lyon que les premiers OGM commercialisés par Monsanto (qui le sont toujours) , avaient comme unique particularité d’être totalement résistants aux pesticides type round up........commercialisé par MOnsanto ?

                                    Le but étant pour l’agriculteur de pouvoir encore plus arroser ces champs et tuer toutes, mais toutes, les mauvaises herbes (et toute la faune qui tourne autours)

                                    Et Monsanto, un, vend ses graines et deux...plus de pesticides

                                    Pour les besoins en eau, pour l’instant ces OGM n’en sont qu’à l’état d’idée...c’est en effet une promesse du lobby OGM, faire pousser dans le désert, mais ils tardent à sortir, et surtout, à être étudiés


                                  • hurlevent 27 octobre 2008 20:07

                                     "avaient comme unique particularité d’être totalement résistants aux pesticides type round up........commercialisé par MOnsanto ? "
                                    Le Round up c’est du glyphosate. Il est fabriqué par plein de compagnies, pas seulement Monsanto.

                                    D’autre part, si l’agriculteur s’y retrouve, je vois pas où est le problème.


                                  • Gilles Gilles 27 octobre 2008 20:21

                                    Hurlevent

                                    Oui, mais la license est Monsanto...... il sy sont donc intéressé. Ensuite que l’agricuteur s’y retrouve OK, mais à quel prix pour les autres, surtout que les effets néfastes des pesticides commencent à apparaire sur la santé humaine etla biodiversité (notamment sur les effets neurologiques chez les bébés....si tu an as)

                                    Le Roundup est le nom d’une
                                    marque d’herbicides produits par la compagnie américaineMonsanto. La molécule active mentionnée sur le produit est le glyphosate. C’est un herbicide non-sélectif d’où le qualificatif d’« herbicide total », utilisé en épandage notamment. C’est un produit irritant et toxique, commercialisé depuis 1975.

                                    À partir de 1996, Monsanto a développé les cultures Roundup Ready dans lequel un gène a été introduit, qui lui permet de résister au Roundup, auquel il doit être associé. Beaucoup d’agriculteurs utilisent cette technique car elle est beaucoup plus simple pour le désherbage des cultures concernées : maïs, Soja. L’attrait des paysans pour une culture présentée comme exigeant moins d’épandage de produits phytosanitaires, donc plus rentable s’est révélée, selon certaines personnes
                                    [7], catastrophique : problèmes sanitaires, érosion et asphyxie des sols, maladies humaines et animales, monoculture, dépendance vis-à-vis de Monsanto... De nombreuses études en témoignent (voir références).


                                  • hurlevent 27 octobre 2008 20:38

                                    " Oui, mais la license est Monsanto"

                                    Monsanto possède la marque, mais n’importe qui peut faire du glyphosate. Et les OGMs "Round up ready" sont en fait glyphosate-ready. Donc ils profitent à tous ceux qui produisent du glyphosate.

                                    "mais à quel prix pour les autres,"

                                    C’est effectivement là la question.

                                    "surtout que les effets néfastes des pesticides commencent à apparaire sur la santé humaine etla biodiversité (notamment sur les effets neurologiques chez les bébés....si tu an as) "

                                    Ne mélangez pas pesticides et herbicides. Le glyphosate est un herbicide. Si les OGMs deviennent d’avantage résistant aux insectes nuisibles, il me semble évident que cela diminuera la quantité de pesticides nécessaires. Dans le pire des cas, il n’y a pas d’augmentation. Et pour le glyphosate, il faut savoir que les plantes non résistantes au glyphosate doivent être traitées par d’autres moyens, plus chers.



                                  • karg se 28 octobre 2008 08:10

                                    Va falloir arrêter avec ses conneries sur Monsanto qui veut controler le monde avec le glyphosate et l’OGM qui va avec. Le glyposate est tombé dans le domaine publique depuis 8 ans, si Monsanto avait voulu verrouillé le marché, il aurai rendu leur plante résistante à un herbicide moderne avec encore des longues années de brevet devant lui. Hors il ne l’ont pas fait, ils ont préférer vendre plus d’OGM.


                                  • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 17:36

                                    L’utilisation d’OGM est, surtout, une étape vers la privatisation du vivant
                                    A ce titre, ils doivent définitivement être refusés en plein champ. 


                                    • frédéric lyon 27 octobre 2008 17:40

                                      Une partie de cette affaire découle du fait que nous croyons encore que toute la recherche se fait en occident. Mais nous ne sommes plus au 19ème siècle !

                                      Les Chinois et les Japonais ou les Indiens font eux aussi de la recherche sur les OGM et si José Bové se mettait en tête d’aller faucher un champ en Chine, (il n’aura jamais les couilles pour faire ça, bien sûr, c’est une grande gueule et c’est tout), les Chinois l’attraperaient par les oreilles, le châtreraient, boufferaient ses couilles, et le jetteraient à la mer pour qu’il rentre en France à la nage.

                                      Par conséquent, à la première annonce d’un progrès important des recherches sur les OGM, en Chine ou au Japon, les anti-OGM iront tous se faire voir chez plumeau et on embrayera aussitôt pour combler notre retard. 


                                      • karg se 28 octobre 2008 19:23

                                        Les réactions a certain commentaire un tant soit peu modéré sur les OGM sont tellement lamentable que je suis obligés de plussé Lyon, je me sens sale. Si on ne rentre pas dans le moule Bovétiste-théoricien du complot de Monsanto qui veut diriger le monde on se fait lyncher.

                                        C’est minable, surtout quand certain post ne font que rappeler la réalité. Va falloir se réveiller, parce qu’a ce rythme c’est la talibanisation des esprits qui progressent : croyances et émotions plutôt que connaissances et raisons.


                                      • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 13:13

                                        par karg se (IP:xxx.x5.207.12) le 28 octobre 2008 à 19H23 							
                                        							

                                        															
                                        							
                                        								. Si on ne rentre pas dans le moule Bovétiste-théoricien du complot de Monsanto qui veut diriger le monde on se fait lyncher.

                                        C’est ça : le moule bovétiste- théoricien du complot de Monsanto... 

                                        Renseignez vous un minimum avant d’essayer de vouloir discréditer les autres...

                                        Voyez le film de Marie-Dominique Robin ; les témoignages des scientifiques empêchés par Monsanto et, surtout, renseignez vous sur la "deuxième révolution verte " en Inde, sur les procès intentés par Monsanto aux agriculteurs involontairement contaminés, aux pressions exercées par le lobby pro Monsanto, aux expériences de soi-disant meilleure production avec des OGM dans les pays du tiers monde, aux expériences faites par les italiens sur les souris, avec du mais OGM, etc, etc....

                                        Et même, indépendamment de tout ça, que pensez vous de l’éradication de la biodiversité, du brevetage du vivant, de la privatisation des semences, de l’impossibilité pour les agriculteurs, de replanter, la saison d’après, les graines de leur propre production ? 

                                        De quelque côté qu’on prenne l’affaire, les OGM en plein champ sont une véritable saloperie à tous les niveaux ; écologique, économique, diététique, agronomique, politique...sans parler des problèmes de santé à venir...

                                        Au lieu de dénoncer un soi-disant "complot Bovétiste" ; mettez en regard les moyens des faucheurs volontaires, des amis de la terre, de TOUTES les associations anti-OGM réunies, et, en face, les moyens financiers de Monsanto, qu’on rigole un peu....


                                      • Eloi Eloi 27 octobre 2008 17:44

                                        Utiliser les OGM...
                                        ...pour accroître la productivité
                                        ...et brûler encore plus de production agricole

                                        Absurde !


                                        • Gilles Gilles 27 octobre 2008 18:03

                                          C’est quoi ces conneries ?

                                          "Ses arguments sont principalement que les OGM réduisent la consommation de pesticides et sont indispensables pour alimenter la planète
                                          "

                                          Ah bon, les premiers OGM, les plus vendus sont justement ceux qui pemettent d’utiliser plus de pesticides, vu que la plante est désormais insensible aux toxines

                                          Car, ajoute-t-il, le débat "ne devrait pas être laissé à certains groupes qui y trouvent un intérêt légitime mais matériel"

                                          Merde, faudra dire ça aux fauchuers volontaires qui casquent et se retrouvent en prison pour leurs convictions, où aux scientifiques qui clament à l’arnaque alors qu’ils auraient pu toucher d’énormes subventions de ....Monsanto. Quand on sait que le ministre de l’agriculture US de Clinton a avoué avoir cédé au lobbying incessant de Monsanto pour raccourcir drastiquement les délais d’études sur les nouveaux OGM, il y a de quoi se poiler....

                                          Si c’est vrai, c’est une arnaque


                                          • fhefhe fhefhe 27 octobre 2008 18:22

                                            Amis Entends-Tu le vol noir des Corbeaux sur la Plaine....
                                            Amis Entends-tu les cris sourds de l’Europe qu’on Enchaîne...
                                            Ohé Partisans , Ouvriers et Paysans c’est l’Alarme...
                                            J’ai légérement modifié les Paroles de Druon et Kessel , et surtout n’ai pas Voulu mettre la suite de la Chanson qui est trop" Revendicatrice" même si le Sujet est Grave ( Etre Enchaîné au Monopôle de Mosanto par exemple...) il faut raison gardée mais ne pas Abdiquer face à cette mascarade Européenne !!!
                                            Le sujet est "Complexe" mais pour moi , ma plus grande crainte , c’est que Demain ...le Film "SOLEIL VERT" ne soit plus un Film d’Anticipation.....( A voir pour qui ne l’aurait jamais vu..... !!!!)


                                            • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 18:50

                                              par fhefhe (IP:xxx.x25.169.166) le 27 octobre 2008 à 18H22 				
                                              				

                                              								
                                              				
                                              					
                                              Le sujet est "Complexe" mais pour moi , ma plus grande crainte , c’est que Demain ...le Film "SOLEIL VERT" ne soit plus un Film d’Anticipation.....( A voir pour qui ne l’aurait jamais vu..... !!!!)

                                              Grace à Monsanto, c’est peut-être pour bientôt ...



                                              				

                                            • Le péripate Le péripate 27 octobre 2008 19:14

                                               Une réunion secrète annoncée dans la presse ! On ne sait pas qui sont les plus cons, ceux qui se réunissent secrètement au vu et au su de tous, ou ceux qui écrivent et qui croient de semblables choses...

                                              On a dit tous et n’importe quoi au sujet des OGM : risque pour la consommation humaine (comme si ingérer un gêne d’asperge vous transformait en asperge) ; le risque qu’un gêne se répande est un peu plus sérieux, mais ça se passe tous les jours déjà, alors... ; la question du risque de voir le paysan devenir un client captif du fournisseur. Seul cette dernière question mérite considération. 
                                              A remarquer que ceux qui font de cette question un cheval de bataille n’ont rien dit sur les hybrides F1, n’ont rien dit non plus quand un texte de loi idiot (comme nous en avons tant) refuse la commercialisation de semences non référencées par un organisme comme l’Inra. Ce qui fait que les semences anciennes disparaissent en France. Ces silences sont un problème pour la crédibilité des anti-OGM.
                                              Et puis, il faudrait peut-être demander l’avis des concernés, les agriculteurs ! Et il semble bien qu’ils sont demandeurs de produits plus facile à cultiver, plus économes en engrais, en pesticides. Les premiers OGM sortis n’épuisent pas tout ce qu’il est possible d’en espérer, il ne sert à rien de se polariser dessus, comme la vérole sur le bas clergé.
                                              Alors, captif le paysan ? La réponse est : foutez lui la paix et laissez le décider, laissez le choisir son fournisseur de semences, laissez le choisir des semences anciennes, même !

                                              Le dernier pseudo-argument, qui est lui de pure nature religieuse, tient dans le "non à la privatisation du vivant". Qu’est -ce que ça veut dire ? Rien de plus que quelque chose n’appartient à personne, jusqu’à ce que quelqu’un le valorise. C’est tout.
                                              Tout ça sur fond de préjugés quasiment moyen-ageux. Pitoyable.



                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 19:27

                                                Il fallait un avis d’imbécile ; c’est, logiquement, péripate qui s’y colle. 
                                                D’une parfaite cohérence, le péripate. 


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 19:30

                                                Et puis, il faudrait peut-être demander l’avis des concernés, les agriculteurs !

                                                Eh non, espèce d’imbécile ; le premier concerné, c’est celui qui achète et mange les produits. 
                                                Si on ne devait se fier qu’aux avis des agriculteurs, la terre serait entièrement polluée, les nappes phréatiques aussi, comme ça se passe partout, avec l’utilisation d’herbicides, de fongicides, tous plus toxiques les uns que les autres. 
                                                Et s’il n’y avait pas de consommateur, l’agriculteur, il n’aurait pas de travail. 
                                                Encore perdu une belle occasion de ne pas dire de connerie. 


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 19:32

                                                Le dernier pseudo-argument, qui est lui de pure nature religieuse, tient dans le "non à la privatisation du vivant". Qu’est -ce que ça veut dire ? Rien de plus que quelque chose n’appartient à personne, jusqu’à ce que quelqu’un le valorise. C’est tout.

                                                Tiens !
                                                Tu renies la religion, d’un seul coup ? smiley
                                                Je croyais que "la main invisible" était partout à l’oeuvre dans la nature ; tu aurais dit des conneries ? Il faudrait donc que quelqu’un "la valorise" ?? 
                                                 smiley smiley


                                              • hurlevent 27 octobre 2008 20:10

                                                 "Eh non, espèce d’imbécile ; le premier concerné, c’est celui qui achète et mange les produits. "
                                                Celui qui achète et mange les produits a le choix d’acheter ou de ne pas acheter des OGMs. 
                                                Le problème, actuellement, c’est que celui qui veut manger des produits OGMs ne le peut pas. A cause des anti-OGMs.


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 20:21

                                                Ah !
                                                En voilà un qui veut manger des produits OGM !
                                                Et on l’en empêche, le pôôôôvre...

                                                Fais toi fournir directement par Monsanto !
                                                 smiley


                                              • hurlevent 27 octobre 2008 20:40

                                                 "Ah ! 
                                                En voilà un qui veut manger des produits OGM ! 
                                                Et on l’en empêche, le pôôôôvre... 

                                                Fais toi fournir directement par Monsanto ! "

                                                Non, je n’ai pas le droit de me fournir directement par Monsanto (qui ne produit pas d’OGMs lui-même, renseignez vous un minimum).

                                                Je ne peux donc pas manger des OGMs.

                                                Vous, vous pouvez manger des produits sans OGMs.

                                                Qui est victime ?


                                              • ninou ninou 27 octobre 2008 20:45

                                                Hurlevent vous frôlez le ridicule...
                                                Moi je veux manger du panda et on m’en empêche sous prétexte que c’est une espèce protégée !!
                                                Je suis une victime !


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 20:58

                                                Non, je n’ai pas le droit de me fournir directement par Monsanto (qui ne produit pas d’OGMs lui-même, renseignez vous un minimum).

                                                Ah bon !
                                                Monsanto ne produit pas et ne fournit pas d’OGM ! smiley smiley

                                                Vous allez certainement nous en apporter les précisions, alors...
                                                On attend avec impatience...


                                              • Le péripate Le péripate 27 octobre 2008 21:06

                                                 Passons sur le con de service, qui continue ses vagissements. Leon, où avez vous lu que je disais que Monsanto (mais pourquoi cette fixette sur cette boite ?) vendait des semences anciennes ( et non naturelles) ? Je dis simplement foutez la paix aux agriculteurs, laissez les cultiver ce qu’ils veulent, et si vous ne voulez pas manger d’OGM, ou d’anciennes espèces, ou de quoi que ce soit (peur de se transformer en asperges ?), eh bien, personne n’a l’intention de vous y forcer. En tout cas, pas moi.
                                                Cultivez donc votre jardin.


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 21:07

                                                par ninou (IP:xxx.x53.166.206) le 27 octobre 2008 à 20H45

                                                Hurlevent vous frôlez le ridicule...

                                                C’est un sacré euphémisme !
                                                 smiley


                                              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 octobre 2008 21:11

                                                 @ Bonsoir Le Péripate

                                                Un jardin voltairien, anglais ou tropical ? smiley


                                              • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 21:14

                                                Je dis simplement foutez la paix aux agriculteurs, laissez les cultiver ce qu’ils veulent, et si vous ne voulez pas manger d’OGM, ou d’anciennes espèces, ou de quoi que ce soit (peur de se transformer en asperges ?)

                                                Ben voyons. 
                                                Laissons les empoisonneurs agir à leur guise, disséminer leur poison par contagion, breveter et privatiser le vivant, polluer les sols et les nappes phréatiques : freedom, man, peace and love !! smiley

                                                Et puis, laissons les aussi privatiser l’eau, puis l’air ; pas de raison que ça ne rapporte rien à ceux qui les "valorisent" !! smiley

                                                En tout cas, y en a, je ne sais pas ce qu’ils mangent, mais y a belle lurette que ça les a transformés en cougourdes !! smiley


                                              • Le péripate Le péripate 27 octobre 2008 22:03

                                                 Bonsoir Cosmic. J’ai un faible pour les jardins anglais ou les jardins créoles, les jardins libéraux en somme. Des jardins où on se sent bien. Mais j’ai quand même organisé ma roseraie à la française, avec des belles lignes géométriques. C’est beau aussi, si l’on n’en abuse pas.
                                                Finalement, je vous ai entendu, un premier brûlot attend la sanction démocratique, et j’ai d’autres projets...


                                              • Jason Jason 27 octobre 2008 22:26

                                                Bonsoir Léon : La propriété n’étant le plus souvent que le vol cautionné par les lois, Monsanto se sert de celles-ci pour établir son hégémonie et déposer ses brevets sur des choses auxquelles personne n’avait pensé jusque-là. Le pillage défendu par les soi-disant démocraties, c’est merveilleux.

                                                Et tout cela pour le plus grand bien des nations, bien sûr.


                                              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 octobre 2008 22:32

                                                 Merci smiley

                                                J’aime ces jardins que vous appelez libéraux et que je nomme sauvages. On s’y sent très bien, en effet. Ils sont propices à la rêverie et à l’imaginaire, d’ailleurs la littérature enfantine anglaise, du moins ce que j’en connais, me semble inspirée par eux. Vous les évoquez bien en peu de mots, au point de me donner l’envie de vous lire encore à leur sujet smiley

                                                J’espère vivement que la sanction sera démocratique, et me réjouis de vos projets : j’ai lu vos précédents articles et de nombreux posts qui se perdent malheureusement dans des discussions impossibles. Tenez-moi au courant si vous voulez.


                                              • ASINUS 28 octobre 2008 07:18

                                                bonjour , Peripate comme toujours vous ne me decevez pas si la constance etait remunerée vous vivriez
                                                de vos rentes, je sais vous seriez malheureux ,pour en revenir au sujet j aurais tendance a renvoyer
                                                les deux protagoniste dos a dos si l un d un d entre eux ne disposait pas des appareils gouvernementaux.
                                                Ce qui m apparait le plus grave moi c est que ces decideurs n ont de compte a rendre a personnes, L
                                                europe a si bien diluée la responsabilité nos elus se sont debarrassés de leurs droits avec un tel enthousiasme ! a qui nous en prendrons nous ?si cela comme c est probable tourne a la catastrophe" vache folle" qui pendrons nos aux arbres !?nous contenterons nous longtemps de " responsables mais pas coupables"a la parfin il faudras choisir son camps mon bon , j ai grand peur que si le votre vous semble raisonné il est loin d etre le plus raisonnable ,
                                                car entre nous et vous en serez d accord éthiquement :

                                                au jour de la rétribution
                                                à chacun son du !


                                              • anatica 28 octobre 2008 11:50

                                                Franchement je suis pas osuvent d’accord avec peripate, sur ce sujet non plus, mais c’est pas en l’insultant que vous ferez avancer le débat. Et en plus, sur ce coup là il a quand même évoqué quelque chose de pertinent, il apporte de l’eau à notre moulin, mais vous ne vous en êtes même pas aperçu :

                                                Effectivement il y a une loi en france qui interdit de vendre ou donner des graines qui ne sont pas au répertoire de l’INRA (interdit aussi de vendre ou donner les fruits ou légumes produits par ces graines). [Cette loi interdit aussi de divulguer des techniques de culture parfois ancestrales, sous prétexte que leur efficacité n’est pas prouvée scientifiquement ! il est interdit de divulguer la recette du purin d’orties, interdit de dire qu’on peut utiliser une demi-bouteille remplie de bière pour attirer les llimaces, etc...]

                                                Et la vérité, c’est que les variétés anciennes, petit à petit, disparaissent. de ce répertoire. Ne restent que les variétés hybrides ou OGM, toutes propriétaires. C’est le deuxième mécanisme de la privatisation du vivant : quand toutes les variétés naturelles auront disparu du répertoire, on l’aura dans l’os, on sera obligés de passer par les multinationales de l’agronomique pour obtenir des semences (OGM bien sûr). (Peripate, vous remarquerez que je n’ai pas cité de nom de multinationale smiley )
                                                Maintenant, c’est vrai que sur de nombreux autres points le peripate se fourvoit fortement : je crois pas que manger des OGM me transformera en asperge ou en patate, mais reflechissez un peu, les deux types d’OGM proposés pour l’instant sont :

                                                1. ceux qui résistent aux herbicides. Alors, on arrose copieusement le champ de glyphosate. Encore plus que d’habitude. La plante en absorbe de grandes quantités, et où se retrouve-t-il ce glyphosate ? dans notre assiette. ça vous viendrait à l’idée de boire un litre de roundup au ptit dej ? vous croyez que ça vous ferait du bien ?
                                                2. Ceux qui produisent leur propre insecticide. La vermine arrive, goûte la plante, et là elle se sent mal et défaille. Fort bien. Mais le problème est le même qu’en 1 : l’insecticide est dans la plante, et la plante finit par atterrir dans votre assiette. Vous avez vraiment envie de bouffer de l’insecticide ? vous croyez que l’insecticide ne fait du mal qu’aux insectes, et que nous on est immunisés ?
                                                Quand au choix de manger ou pas des OGM, le choix on peut l’avoir tant que les deux variétés de plantes sont cultivées, et vous savez aussi bien que moi que si les OGM sont autorisés, très bientôt les agriculteurs ne produiront plus que ça, et là on n’aura plus le choix, on mangera des OGM car manger est indispensable à la vie. Donc je ne suis pas sûr que le choix appartienne à l’agriculteur.

                                                Quand à la privatisation du vivant, sauf votre respect, je ne vois pas comment on peut affirmer que des êtres vivants qui sont là depuis beaucoup plus longtemps que nous nous appartienne. Je dirais plutôt que nous leur appartenons, car nous ne serions pas là sans eux. Sans compter le fait que les graines de départ sont elles-même issues de sélections effectuées par des dizaines de générations de paysans, qui n’ont jamais demandé rétribution pour le travail accompli. C’est purement et simplement du vol.

                                              • gommette 1er novembre 2008 19:37

                                                @Péripate l’inculte crasseux, qui ne sait même pas que les semenciers INTERDISENT les variétés anciennes qu’ils ne veulent pas mettre dans leur catalogue (forcémént, il faut vendre les autres, celles avec lesquelles il faut un produit spécial, ou bien qui ne se reproduisent pas...). Voyez par exemple le procès fait à kokopelli, et prenez-en de la graine !


                                              • Le péripate Le péripate 1er novembre 2008 19:53

                                                 T’es pas mignonne toi ! 


                                              • Marc Bruxman 27 octobre 2008 20:05

                                                A un moment il faut bien prendre le taureau par les cornes. 

                                                Toutes les technologies sont contestées à leur départ et après tout le monde s’adapte. Le micro-onde a été contesté, la machine à vapeur, le nucléaire. Et au final on est encore en vie. 

                                                Tout ca a marché parce que la poignée d’ahuris qui luttaient contre le progrés était minoritaire et n’arrivait pas à imposer ses vues. Dans le cas des OGM on a visiblement eu un démarrage très rapide des mouvements d’agitateurs professionnels type José Bovin en même temps qu’un démarrage trop lent de la technologie à cause d’une sur-régulation. Le fait que le secteur soit régulé est important, dans les secteurs non régulés comme internet, le législateur apprend l’existence de quelque chose lorsque tout le monde s’en sert. C’est bien ca lui évite de faire chier. Et en face visiblement une justice défficiente qui n’a pas condamné les premiers fauchage comme elle en avait logiquement le devoir. Maintenant une partie de la population a une crainte presque irrationelle des OGM. 

                                                Maintenant si on veut sauver notre agriculture, il va bien falloir travailler sur les OGM et donc il faut trouver une solution la plus clean possible pour autoriser ces cultures. Parce que bon quand tous les champs auront été délocalisés à l’étranger, on aura l’air malin. Et la il sera trop tard pour créer des startups dans le domaine des biotechnologies et rattrapper notre retard. 

                                                Alors la commission européenne fait son taf pour réparer les dégats causés par quelques nuisibles. 






                                                • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 20:14

                                                  Ah !

                                                  On avait oublié Bruxman, et les méfaits dûs à trop de régulation ! smiley
                                                  Et l’avis de plus de 80% de la population réduit à "quelques nuisibles" ! smiley

                                                  Décidément, quels que soient les sujets, la connerie n’a jamais de limite !


                                                • hurlevent 27 octobre 2008 20:18

                                                   Oui entièrement d’accord. 

                                                  Pour le train les opposants soutenaient que le train était dangereux pour les femmes enceintes, que l’on mourrait d’asphyxie, etc...

                                                  300 millions de personnes mangent des OGMs tous les jours depuis 13 ans sans aucun problème... et il y a encore des gens qui soutiennent que les OGMs sont dangereux...


                                                • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 21:04

                                                  Oui... 
                                                  Et quand on pense qu’il y en a qui critiquaient l’amiante, quand c’est sorti....

                                                  Et même le bon agent orange préparé par Monsanto

                                                  Et le bon round up qui fait tellement de bien aux organismes

                                                  Et d’autres qui critiquaient la fourniture de farines animales aux ruminants...

                                                  Et y en a même qui critiquent la pollution ; tsssss.....

                                                  Tous ces archaiques opposés au progrès, qu’est-ce qu’ils viennent emmerder nos gentilles multinationales désintéressées, qui font tout pour notre bien..

                                                   smiley smiley


                                                • Eloi Eloi 27 octobre 2008 21:21

                                                  @ Marc Bruxman

                                                  Tant qu’à avoir du retard autant que ce soit pour les OGM. En Europe nous n’en avons absolument pas besoin : nous sommes déjà en surproduction. A quoi cela servirait de produire plus ? Soyez cohérent, s’il-vous-plaît...

                                                  Tant qu’à dépenser des milliards, autant que ce soit pour les solutions nous permettant de nous passer du pétrole, avantage largement plus stratégique et bénéfique à long terme : nous n’aurons pas à participer aux guerre du pétrole, qui elles coûteront des milliers de milliards, et des millions de vies humaines...

                                                  Et là, il y a besoin d’argent :
                                                  * bâtiments auto-suffisants
                                                  * réseau dense de transports en communs
                                                  * économie hydrogène
                                                  * solaire par concentration
                                                  * géothermie profonde
                                                  * surgénération

                                                  Nous avons de quoi faire et en rien besoin des OGM...


                                                • Kobayachi Kobayachi 27 octobre 2008 20:10
                                                  Le gros problème avec les OGM, c’est que ces cultures se retrouve en pleine nature et polonises les plants existants.
                                                   
                                                  Car il faut bien savoir que les semences OGM utilisé actuellement sont des Hybrides et ne donnent de bon résultat qu’en première génération. Ce qui signifie simplement que les plants issues de ces plants ne produiront pas autant que la génération précédant.
                                                  Il faut donc acheter de nouvelles semences chaque année pour maintenir sa productivité.
                                                  De plus Monsanto n’a pas seulement modifié une séquence de gênes liés à la vulnérabilité de certains désherbants, mais bien plus que cela !
                                                   
                                                  La mesure de la rentabilité se fait au pied par hectare, en d’autre thermes cela permet de réduire l’espace possible entre chaque plant de mais. Cet espace s’est réduit considérablement grâce aux OGM. 
                                                   
                                                  Autres nouveauté, bien plus alarmante, est le fait que certaines semences ont été modifié pour ne plus se reproduire (les graines ne peuvent être replanté). Et même si cela est possible la rentabilité de ces plants est bien moindre. Au passage, pour info : le mais que nous connaissons aujourd’hui est une plante entièrement domestiques, c’est-à-dire qu’elle est pratiquement incapable de se reproduire sans l’aide de l’homme. Des centaines d’années de cultures l’ont transformée ainsi.
                                                   
                                                  Le risque majeur, et c’est ce qui se passe en ce moment au Mexique, c’est que ces modifications génétiques se rependent sur les autres espèces et les rendent dans quelques cas inutilisables. On assiste au Mexique depuis quelques années a une perte de patrimoine génétique sans précédant dans la culture du mais.
                                                   
                                                  Et enfin, je trouve que la culture industrielle de mais est une absurdité sans pareil car elle n’est pas viable sans pétrole. En effet, la culture intensive de mais appauvris considérablement les sols. Le seul moyen d’y remédier est d’utilise des engrais, eux même produits a base de pétrole.
                                                   
                                                   
                                                  Cependant, au risque de me faire des ennemis ici, mon avis est qu’il ne faut pas interdire complètement les OGM mais plutôt les réglementer et en contrôler la production.
                                                  Pourquoi ? C’est bien simple, parce que notre économie actuelle est basée sur la culture du mais.
                                                   
                                                  Ce qui fait le succès du mais et du sojas, est que ce sont des plantes plus « ‘efficace » car capable de produire 4 molécules de carbone contre 3 seulement pour le blé par exemple. Cela en fait une matière première beaucoup plus attrayante pour l’industrie agroalimentaire et chimique, et lui donne un potentiel d’exploitation beaucoup plus varié.
                                                   
                                                  Le français moyen pense surement que son alimentation est composée majoritairement de blé (pain, pates, etc…) mais ceci est faut, ou du moins devient de moins en moins vrai. Contrairement a nos ancêtres notre alimentation s’est recentré sur le mais. Il suffit de lire la liste des ingrédients sur les produits dans les supermarchés pour s’en rendre compte. Nos pays développés son accros au high fructose sirop (personnellement, j’appel le Coco-Cola du jus de mais et les buns d’un hamburger du mais en mousse smiley).
                                                   Les molécules de carbone produit par le mais est retracable dans le corps humain. Les études récentes on montrer que la base nutritionnelle des américains est principalement constituer de mais et des ses dérivés
                                                   
                                                  Le mais connais également un grand nombre d’application dans le secteur chimique et sert de nutrition pour notre bétails (principale utilisation des OGM aux USA aujourd’hui), que nous consommons par la suite.
                                                   
                                                  Les OGM ont le potentiel d’améliorer notre quotidien en générant plus de productivité et il serait bete de ne pas en tirer partie. Cependant je pense qu’il est indispensable que les OGM soit tenus hors de notre alimentation sous le principe de précaution, attendons de voir les consequences des OGM sur d’autres population. Aux USA, le bilan n’est pour l’insatnd pas tres concluant (obesité, diabete). Une réglementation sur les OGM impliquant une garantie de non contamination des plants actuels et un usage exclusif dans le secteur non- agroalimentaire serait indispensable si l’Europe decide d’autorisé les OGM.

                                                  • Voltaire Voltaire 27 octobre 2008 21:14

                                                    Je partage plutôt votre avis, mais il y a des inexactitudes.

                                                    Il ne faut pas confondre OGM et hybrides... seul le maïs (le a-soja je ne sais pas) est vendu comme hybride, OGM ou pas d’ailleurs. Colza ou coton transgéniques ne sont à ma connaissance pas des hybrides (ce qui n’empêche pas le problème de propriété industrielle de ces semences).

                                                    On a aussi des peupliers transgéniques (pour une meilleure fabrication de pâte à papier), ou une vigne transgénique (qui résiste à un virus), et bien sûr des tomates transgéniques (avec plus de pulpe, pour le ketchup), mais peu utilisés en agriculture. Ainsi le marché actuel se concentre sur maïs, coton, colza et soja, pour des raisons économiques.

                                                    On ne peut pas non plus lier obésité et OGM... le maïs comme le soja transgénique n’est pas consommé par l’homme mais par le bétail. La mauvaise santé des américains est lié à une mauvaise alimentation (sans OGM), en raison d’un mode de consommation particulier, et aussi du fait que les produits les moins diététiques sont les moins chers... mais c’est une toute autre histoire.


                                                  • Olga Olga 27 octobre 2008 22:12

                                                    " La mauvaise santé des américains est lié à une mauvaise alimentation (sans OGM), en raison d’un mode de consommation particulier, et aussi du fait que les produits les moins diététiques sont les moins chers... mais c’est une toute autre histoire. "

                                                    Une "mauvaise alimentation" instaurée par des industriels de la malbouffe, main dans la main avec des législateurs corrompus :
                                                    Voir le livre Toxic de William Reymond, une interview et E. Coli la bactérie tueuse

                                                    Sur les OGM et Monsanto :
                                                    Un site contre Monsanto : Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre
                                                    Un documentaire édifiant : The future of food ( VOSTFR en 5 parties)

                                                    Bon appétit !


                                                  • ninou ninou 27 octobre 2008 23:48

                                                    Merci Olga pour le lien vers "The future of food".
                                                    Je le conseille à tous ceux qui ne savent pas trop quoi penser des OGM. Ceux qui défendent les OGM pour pour des raisons religieuses (le Progrès sacré) n’iront certainement pas risquer d’y perdre leur foi...


                                                  • Savinien 27 octobre 2008 20:18

                                                    Difficile de croire que la commission européenne puisse imposer ses choix, comme le dit cet article... J’incline plutôt à penser que les gouvernements se défaussent sur elle, histoire de se couvrir et de pouvoir ressortir ensuite aux électeurs le classique "c’est la faute à l’europe".... Car si jamais les membres de cette commission devaient vraiment ennuyer les gouvernements, en ayant par exemple l’improbable fantaisie de voter mille milliards d’euros en faveur des plus démunis, comme ça : par pure esprit de charité et sans rien demander à leur mandants ; soyons sûre que ces mêmes gouvernements, horrifiés, interviendraient dare-dare pour stopper cette "folie" et envoyer tous ces fâcheux commissionaires en maison de retraite, sinon à l’asile... Mais celà n’arrivera jamais...


                                                    • brieli67 27 octobre 2008 21:15

                                                      EXPAT français on sait !! 


                                                      Wie GEHTS , ? Un pro donc pour quelle boite ?

                                                      hOPPLA TU NOUS DIT UN PEU ... NUMMA A BESSALA  ;; ;


                                                      Chez le pariarche de Voltaire notre GO driver du Moudem
                                                      on sent on remarque son contact deans la recherche biologique. iL défend avant tout son job et le rend crédible. N’empêche LUI AUSSI DEVRAIT au lieu de nous faire causette ex cathédra heureux content de vivre avec tout le monde........ la nouvelle voie notre soja notre maïs NOTRE HYBRIDE tombé du ciel....
                                                      LUI pourrait être plus franc et nous faire savoir à qui nous avons à faire !

                                                      Moi suis Green Peace allemagne et comme tous les vieux nous nous retrouvons dans Slow Food.
                                                      Regardez notre site http://www.slowfood.de/&nbsp ;&nbsp ; du boulot simple clair à boire et à manger pour tout le monde.
                                                      Nous embêtons même pas

                                                      http://www.actu-environnement.com/ae/news/285.php4&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; entrée

                                                      de Mme le Docteur Michèle Rivasi député de Valence

                                                      sortie http://www.actu-environnement.com/ae/news/616.php4

                                                      son chantre architecte mycologiste sévit bien ici...sur Naturovox.

                                                      La France est le producteur alimentaire de l’EU avec une Industrie Alimentaire imposante et une Distribution efficace sur tous les continents.


                                                      Alors Mystère K aux States pour qui et dans quelle branche ;; ;;
                                                      Là vous nous prenez vraiment pour des démeurés
                                                      aucune notion de biologie
                                                      on a pû lire mieux et plus sensé de votre part sur Orkut n’est ce pas ?

                                                      Nix for Unguet !



                                                      • brieli67 27 octobre 2008 21:23

                                                        aie aie aie notre cannasson du Moudem et de la Recherche Scientifique officielle.

                                                        Lui on comprends ;; ;; ;; ;; ;; ;; impliqué hautement chez le politique BAYROU et bassement pour le R&D soit national soit chez un des grainetiers français ou dans une filiale d’un gros groupe privé ....
                                                        ou l’inverse basement centriste hybride

                                                        bON mISTER K et Mr Arouette ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;Le Peuple vous écoute !


                                                      • Kobayachi Kobayachi 15 janvier 2009 00:13

                                                        Vraiment du n’importe quoi !
                                                        Je suis dans l’electrotechnique et l’automatisme pour une entreprise allemande de taille moyenne avec 100 salariés.
                                                        Je ne supporte aucun mouvement politique en particulier et n’est plus voter depuis 199.. et quelques.
                                                        Mes connaissances, bien restraintes, sur les OGM me viennes de ma copine et de ma soeur toute 2 docteurs en biologie moleculaire, et surtout d’une curiositée insassiable.

                                                        Hopla, jetz weich wer ich bin du dinalo :-P


                                                      • brieli67 15 janvier 2009 01:49

                                                         ENFIN ENFIN endlich.....

                                                        Je comprends mieux cette facscination pour le biologique et le vivant... J’ai je reconnais également passé par cette phase. Avant de bifurquer en médecine et la bio, j’étais des premiers Deug MASS -maths appliqué à l’économie suivie d’une licence sous Algol et Cobol et terminal du CNRS à Cronenbourg. 
                                                        Le jour planté devant une paillasse, reproduire des expériences avérées c’est beaucoup plus difficile, tellement des paramètres varient et ne sont que peu contrôlables. Ce d’autant plus qu’on travaillait sur des broyats de tissus et non sur des cultures cellulaires...


                                                        Sur les OGM, les boîtes ont eu un mal fou pour trouver des chercheurs très réticents à manipuler du génome.
                                                        Préssées par la finance, nombre de programmes ont été lancé trop rapidement et souvent sans précautions. 
                                                        Tel le marquage à l’ampicilline le bon Clamoxyl...


                                                        Alors que
                                                        http://en.wikipedia.org/wiki/Hydroponics
                                                        http://en.wikipedia.org/wiki/Aeroponics
                                                        http://en.wikipedia.org/wiki/Plant_tissue_culture


                                                        http://www.ohfarms.com.sg/
                                                        Notre Carrefour a des automates de conception israelienne qui produisent 5oo salades par jour
                                                        pour les champignons c’est plus dans les carrières avec du fumier de cheval 
                                                        http://www.gourmetmushroomsinc.com/consulting-equipment.htm

                                                        et bientôt les LED pour la photosynthèse qui permettront de réduire à peu de frais la nuit tropicale
                                                        http://www.greenpinelane.com/&nbsp ;


                                                        Dans l’alimentaire ce sera la Grande Distribution qui décidera donc nous les consommateurs
                                                        et non la recherche bio/OGM et non les semenciers....


                                                        Il y a comme une politique de rétention technologique
                                                        Bes bald on nix for Ungüd 


                                                      • brieli67 27 octobre 2008 21:51

                                                         λοιπόν μια διάσκεψη επίσης για μας

                                                        και εμείς είμαστε εξίσου στην Ευρώπη




                                                          • 3°oeil 27 octobre 2008 22:17

                                                            Croire en la démocratie, c’est exiger de pouvoir choisir des procédés bénéfiques, et non pas laisser des institutions incontrôlables comme Monsanto décider pour nous. Il est des méthodes conçues pour enrichir à perpétuité un petit cercle, d’autres s’enracinent dans l’harmonie entre communautés humaines et milieu naturel. La santé, la nourriture et la vie demain sur Terre sont vraiment en jeu.



                                                            • ninou ninou 28 octobre 2008 01:34

                                                              Avis à tous !
                                                              Visionnez la conférence de Christian Velot, un scientifique, mise en lien par 3è oeil.
                                                              C’est un peu long mais ça vaut le détour !
                                                              Certains ici arrêteront peut-être de raconter n’importe quoi...


                                                            • frédéric lyon 28 octobre 2008 00:26

                                                              Du 3ème oeil :

                                                              "Croire en la démocratie, c’est exiger de pouvoir choisir des procédés bénéfiques, et non pas laisser des institutions incontrôlables comme Monsanto décider pour nous"

                                                              .....................

                                                              Quel con !

                                                              Et lorsque ce seront des sociétés Chinoises ou Indiennes qui commercialiseront les semences OGM, tu fermeras ta gueule, ou bien sinon les Chinois viendront te couper les couilles à toi aussi.

                                                              La lutte anti-OGM c’est la dernière trouvaille des protectionnistes du Poujadisme paysan, façon José Bové, le dernier des Pétainistes qui vient nous seriner que c’est beau la Nature et que la terre ne ment pas.

                                                              Il est le digne héritier de Dumont, le fondateur de l’écologie politique en France, qui pendant la Guerre chantait les louanges de la France agricole et champêtre, dans le journal "La Gerbe", une feuille de chou collaborationniste.

                                                              Pas étonnant de retrouver le 3ème oeil et Sisyphe dans ce combat perdu d’avance, vous allez voir qu’ils trouveront bien un moyen de nous parler aussi un peu des juifs.


                                                              • Roche 28 octobre 2008 01:49

                                                                Drole que vous écriviez ce billet, je suis allée ce soir voir l’auteur du film "le monde selon mossanto", il y avait donc la projection du film et ensuite un débat, très intéressant d’ailleurs !

                                                                en fait le film a fait le tour du monde et le livre a été traduit en 20 langues, il y a tout un dispositif mis en place pour contrecarrer cet espèce de meurtrier mossanto, mais ce qui est a craindre c’est que les US veulent absoluement la suppression des barrières douanières ...

                                                                frédéric lyon

                                                                vous devriez aller consulter ou même vous baigner dans un champ d’ogm, çà vous rassurera beaucoup plus sur ce que vous etes a défaut de traiter les autres de cons, quand vous parviendrez a dire pourquoi nous devons payer plus cher aujourd’hui un légume bio ou naturel alors que ce connard de mossanto pollue autant la planète que les hommes et s’en fout plein les poches sur notre dos et sur le dos des pays pauvres alors peut etre verrez vous le danger de ce genre de salopard ! d’autant que le problème des ogm se situent dans la non nocivité qui n’a pas été prouvée puisque les recherches n’ont pas été suffisememnt approfondies pour garantir.. alors maitre prouvez donc que ces saloperies sont saines pour l’homme et la planète, là ou des chercheurs ont introduit le problème vous garantissez le contraire, super alors !


                                                                • Roche 28 octobre 2008 01:52

                                                                  "Pas étonnant de retrouver le 3ème oeil et Sisyphe dans ce combat perdu d’avance, vous allez voir qu’ils trouveront bien un moyen de nous parler aussi un peu des juifs"

                                                                  çà c’est vous qui le dites, vous prenez votre vessie pour une lanterne, d’ailleurs c’est totalement hors sujet !



                                                                • Antoine Diederick 28 octobre 2008 03:21

                                                                  Bonsoir,

                                                                  Pour ma part , n’y connaissant rien en ogm, je suis comme le commun des mortels obligé de faire confiance, aux professionnels des sciences , à l’industrie agro-alimentaire , au politique qui régule.

                                                                  Jamais a aucun moment, je ne puis m’imaginer que ces trois catégories puissent vouloir faire du mal aux populations, aux consommateurs, aux électeurs.

                                                                  Et pourtant, le doute s’insinue....

                                                                  Avant, lorsque qu’un chercheur trouvait un vaccin, nous étions rassurés, sûr qu’une avancée scientifique profiterait au bien être général , que le progrès permettait le mieux vivre. Ce "avant" n’est pas vieux.

                                                                  Aujourd’hui, une accélération se produit, ogm, fécondation in-vitro, clonage, ogm et récemment, bébés médicaments.

                                                                  Ces techniques participent du progrès, nous dit-on, ou bien nous le pensons à tort ou à raison.

                                                                  Ce doute qui s’insinue dans mon esprit repose sur la constatation qu’il est possible de plus plus d’interferer sur le vivant, que cette interfèrence pourrait avoirs des conséquences facheuses, que nous sommes mal informés et aussi cette étrange impression que nous serons forcés, contraints sans pouvoir démocratiquement contrôler ce monde de la manipulation génétique.

                                                                  C’est comme si l’enchantement du progrès laissait la place à une sorte de créature magique dont la complexe séduction s’alliait à un danger tout aussi séduisant.

                                                                  Il y a dans toutes ces nouvelles techniques, une fascination de la découverte géniale se melant à l’effroi d’une issue dangereuse, que l’effet escompté bénéfique soit le contraire de la finalité souhaitée. Que les enjeux ne soient plus ceux de l’humanisme progressiste mais celui de l’intérêt seul de groupes privés , d’une tentative de contrôle et de domination tout en comportant le danger de détruire la vie.

                                                                  Plus qu’auparavant, les connaissances scientifiques par leurs complexités, leurs mises en oeuvres particulières et sophistiquées soulèvent des questions qui ne trouvent pas de réponses pour l’instant et ne portent pas dès l’abord la preuve d’un progrès nécessaire et demandé par les populations.

                                                                  La dangerosité des nouvelles pratiques de la bio-technologie sont réelles tant qu’aucune preuve n’est apportée montrant le contraire.

                                                                  Ce qui s’est accru aussi, c’est le risque et le déficit éthique. Je dirai même plus à la lecture de ce article —si les infos qu’il contient se vérifient — un déficit politique, démocratique.

                                                                  Toujours cette impression des passages en force pour convaincre une opinion frileuse,subsiste. Il m’apparait depuis quelques années , que ce moyen devient comme une règle : forcer la décision , forcer l’adhésion du citoyen et ce pour pour son plus grand bien, le convertir.

                                                                  Je n’ai parfois plus trop confiance....et ne suis pas le seul.


                                                                  • Antoine Diederick 28 octobre 2008 03:27

                                                                    correction, les "dangerosités"..


                                                                  • Jason Jason 28 octobre 2008 11:15

                                                                    @ A. Diederick

                                                                    Vous dites :
                                                                    "Jamais a aucun moment, je ne puis m’imaginer que ces trois catégories puissent vouloir faire du mal aux populations, aux consommateurs, aux électeurs." Je dirais, comme Beaumarchais : "Le plus impardonnable des vices est de faire le mal par bêtise". Que d’âneries, d’erreurs a-t-on commises au nom du scientisme, et ce depuis 200 ans.

                                                                    Sans être pour autant un anti-scientifique viscéral, je crois aux contrôles des instances politiques qui ont le devoir de mettre un frein à la folie du profit et du capitalisme galopant. Et quand ces instances ont failli, c’est aux groupes éclairés de les sanctionner, et durement.

                                                                    Il faut leur rappeler "qu’il n’y a pas loin du Capitole à la roche tarpéienne"


                                                                  • Antoine Diederick 28 octobre 2008 12:42

                                                                    A Jason,

                                                                    Avec cette citation de Beaumarchais vous soulignez bien que la situation découle d’une sorte d’avatar du scientisme.

                                                                    L’Assemblée nationale française a courageusement inscrit il y a peu dans le débat parlementaire et dans la loi, un semblant d’ordre sur ce sujet contreversé.

                                                                    Cependant, l’influence des groupes de pressions s’est manisfestée, a-t-on dit. Ce qui bien sûr entache ce courage de suspiscion.

                                                                    Sur ce fil certains dénoncent l’éxaltation romantique de la vie pastorale et campagnarde, ce retour à la nature si nécessaire et apaisant , cette sécurité du bon vieux temps ainsi mythifiée. L’écologie procéderait du même principe sans effets positifs sur notre vie quotidienne et sans considération pour une juste interrogation :"Faut-il respecter la nature ?"

                                                                    Un esprit libéral se donnerait l’occasion de réflechir et de se féliciter que puisse co-exister deux types de production agricole satisfaisant les uns sans léser les autres. Mais il semble que le génie bio-technique par sa mise en oeuvre industrielle menace ce que la tradition nous a laissé et ne permette cette co-existence pacifique de deux modes d’exploitation agricole. L’un se veut patient et inscrit dans la durée, l’autre se veut conquérant et dominateur. Une domination inscrite tant dans le procédé que dans le mise en place de la pratique commerciale.

                                                                    Souvent, l’opinion fustige cet nouveaux libéralisme, cet ultra liberalisme qui fait vaciller nos convictions profondes et qui se veut prédateur. Ce n’est certainement pas ce que désire un esprit libéral ou toute personne convaincue de liberté.

                                                                    Le débat des "ogms", illustre aussi, cette confusion des modèles et mode d’agir. L’ultra-libéralisme anglo-saxon qui est apparut il y a peu, est plutôt, à mon sens, l’illustration de la "maximisation de la satisfaction en exploitant la régle" et non pas un respect des différences. Je pourrais résumer cela par cette affirmation :"Tous les coups sont permis". Mais avec cette nature qui nous nourrit, est-ce possible.

                                                                    Il est inscrit , si je ne me trompe pas, dans la Constitution française, un principe de précaution, évoqué par les tribunaux lors d’affaires liées aux "ogms". Je trouve cela une très bonne chose. Certaines personnalités politiques françaises estiment que cette disposition est un couvercle mis sur la croissance économique et la nécessaire modernité en cette matière. Je ne suis pas sûr , qu’ils aient raison.

                                                                    Enfin, je vais finir cette intervention en me souvenant qu’étudiant, j’avais commis un travail sur la "littérature paysanne". Il m’était apparu que les agriculteurs avaient une conscience élevée de leur rôle important pour la collectivité tout ayant cette humilité de se considerer comme faisant partie intégrante du terroir, tout attaché à la glèbe en bien comme en mal. J’ajouterais qu’à propos du romantisme de la terre, eux seuls peuvent en parler comme d’un lot quotidien.



                                                                  • Antoine Diederick 28 octobre 2008 13:36

                                                                    ajout qui me semble bien dans le ligne du débat.

                                                                    Selon un universitaire italien apprécié pour son jugement , homme administrateur de corporates et éminence grise :

                                                                    trois éléments qui font aujourd’hui partie de la culture européenne et qui devraient faire partie de la culture de l’entreprise :

                                                                    1) l’écologie
                                                                    2) le social
                                                                    3) l’ éthique


                                                                    Selon lui, il ne sera plus possible de continuer sans ces 3 valeurs réellement inscrites dans le projet de l’entreprise. Toujours selon lui, c’est aux gouvernances tant des Etats que des entreprises de faire respecter ces principes à nos partenaires et acteurs économiques tant nationaux que transnationaux.

                                                                    Il aurait été heureux que les parlementaires fassent cette synthèse.


                                                                  • Jason Jason 28 octobre 2008 17:37

                                                                    @ Antoine Diederick

                                                                    Merci de votre réponse à ma très brève note. Vous évoquez la nature et la liberté, la première dans le sens d’une tradition et d’un respect comme envers une personne morale ou encore par une déférence due à une tradition somme toutes assez floue.

                                                                    S’agissant de la nature, je ne pense pas qu’il s’agisse tant d’un respect que d’un usage réfléchi de ses innombrables possibilités. Ne connaissant pas la fin (dans le sens de fin dernière) de l’humanité, les décisions que nous prenons aujourd’hui d’exploiter les ressources de la nature doivent être faites avec la plus grande prudence. Ce n’est pas le cas de nos jours où le retour sur investissement et les préoccupations des actionnaires balaient toute réflexion sur un futur intelligent et bénéfique pour l’humanité.

                                                                    Quant à la liberté, il existe des approches si différentes, avec des vues si diverses, qu’il m’est difficile de la cerner. Pour le mot libéralisme, assorti de définitions si différentes selon les pays (je pense aux USA, Angleterre, Allemagne et peut-être l’Espagne) et en ce qui concerne la France, le terme est si galvaudé en ce moment que son usage reste très délicat.

                                                                    Tout cela semble paralyser toute pensée usant des termes cités ci-dessus. Le vocabulaire de l’époque de la révolution française, qu’on retrouve comme argument ultime de persuasion dans bien des discussions, me semble usé et abusé. Il faudrait le renouveler. Il faudrait cesser aussi d’utiliser des termes trop emplis d’ambiguïtés pour retourner vers une praxis qui décrasserait les idéologies et les slogans ambiants. Ce nouveau vocabulaire reste donc à inventer.

                                                                    Les paysans dont vous parlez en fin de billet, ne m’impressionnent pas. Ils sont attachés à leur terre comme le galérien à sa rame. Il en reste quelque chose dans leur inconscient collectif. Je suis toujours étonné de leur ignorance abyssale en matière des choses les plus élémentaires de la biologie. Ils font très souvent une vertu de leur ignorance, ce qui est affligeant.

                                                                    Pour le reste, restons prudents et résistons à la fureur ambiante, résistance que nous autorise le luxe relatif de nos sociétés. La liberté que je préfère, c’est celle de dire NON.

                                                                    Cordialement,

                                                                    Jason


                                                                  • frédéric lyon 28 octobre 2008 08:51

                                                                    Que ressort-il des borborygmes de nos amis réactionnaires anti-OGM, lorsqu’on les pousse à expliciter leur pensée ?

                                                                    Il en ressort le discours traditionnel des fascistes, un discours anti-progressiste, mâtiné de racisme anglo-saxon, et parfois antisémite, un appel au protectionnisme, à la fermeture des frontières et à la défense de la petite agriculture traditionnelle.

                                                                    Et lorsqu’on gratte encore un peu ?

                                                                    Alors on entend les divagations habituelles des dualistes, qui croient à la supériorité de l’esprit sur la matière !

                                                                    Un esprit qui leur manque pourtant cruellement.

                                                                    Bref et pour enfoncer le clou encore un peu plus : le discours qu’on pouvait déjà lire, en particulier sous la plume de René Dumont, dans le quotidien "La Gerbe" et dans l’hebdomadaire "La Terre Française", que les Vichystes éditaient pendant la guerre à destination du monde rural. 

                                                                    Je le répête : Les écologistes d’aujourd’hui sont les descendants directs de Pierre Poujade et du collabo René Dumont.


                                                                    • Le chien qui danse 28 octobre 2008 10:45

                                                                      Tiens, il vous ont laissé sortir aujourd’hui ?


                                                                    • JONAS JONAS 28 octobre 2008 09:16

                                                                      Certains sont si généreux, qu’ils veulent sauver tout humain qui voit le jour sur cette planète ! Des dieux en sommes ! ! !

                                                                      La bombe démographique, avec ou sans OGM, va faire de tous des poulets en batterie et la cage se rétrécira un peu plus chaque année.

                                                                      Vous êtes des démagogues sans aucune objectivité, des autruches en somme.


                                                                      • Roche 28 octobre 2008 12:58

                                                                        bah le problème ce sont tous les procès contre monsanto lisible en ligne d’ailleurs, les journalistes et chercheurs qui ont pu approcher les recherches qui ont été faites jusqh’à présent ont soit été écartés voir liscenciés ou même menacés ! par contre, les contrepetries de mossanto ne datent pas d’aujourd’hui mais de 30 ans, voir le napalm utilisés par les US qui ont causé des irruptions d’acnée chez les viet et le soldats ricains, il y a eu des procès en masse... puis le brevetage, sidérant, le riacains qui est en allé dans le pays du mais, le brésil biensure ou le mais existe dans plusieurs catégorie (couleur), le voyou a pris un des mais de couleur jaune encore jamais connu dans cette région et a décrété qu’il était sien, c’était son invention et l’a breveté alors qu’il appartenait aux autochtones qui vendait sa production a l’échelon internationale... aujourd’hui mossanto a remporté tous les marchés du mais transgénique, 7000ha au canada c’est pas rien quand même ! bonjour le libre échange qui prone l’interdiction de l’ologopolisme et une concurrence libre et parfaite... d’autant que pour mossanto, le mensonge réside dans la considération des semences ogm qu’il qualifie d’identiques aux semences bio. Il s’avère que pour avoir une semence bio il leur a fallu bomberder les semences bio afin de faire rentrer les pesticide et modifier le gene, que les semences ogm détruisent toute fa faune avoisinante et crée même des fleurs ou épisde mais monstrueux, il faut voir les dégats, il s’est passé le même phénomène dans les champs de coton en Inde, les racines sont totalement pourries, et la terre devient complètment stérile, les Indiens ont été obligés d’acheter les semences OGM car il n’y avait plus aucune semence bio, pourquoi ? parceqhe mosanto avait acheté toute les fabriques de semences d’alors !

                                                                        ces salopards sont allés jusqu’en amazonie, voler des fauilles des plantations amazoniennes et en faire des clones, des genes recréé a partir du gene de la plante pour s’approprier la découverte et le breveter !
                                                                        Ici nous avions un moratoire qui nous protégeait des cochonneries, dont l’étiquetage obligatoire des produits mis en vente, mais l’avenir est moins certain et l’auteur fait bien de soulever cette réunion secrète en espèrant que les actions continueront pour ne pas faire rentrer ces merdes !

                                                                        par ailleurs, je commence a me demander s’ils ne connaissent pas déjà lesconséquences désastreuses de ce saloperies, compte tenue des bounkers qui ont été installée dans l’arctique pour la sauvegarde des semences bio, je dis que ce n’est pas anodin et qu’on nous planque des vérités, tous des menteurs !


                                                                        • Roche 28 octobre 2008 13:01

                                                                          JONAS

                                                                          il n’y a que vous qui ne sachiez pas que la démographie va a nouveau basculer d’ici 2050, vous répétez betement ce qu’on propage même pas intelligemment, d’ailleurs on a jamais mesurer la contenance de la terre pour prouver ce que vous dites.. il y a un problème de faim parce que le développement n’est pas plus durable que ces crétins nous le font croire, c’est juste une question de pouvoir !


                                                                        • JONAS JONAS 28 octobre 2008 17:12

                                                                          @ Roche,

                                                                          Ce n’est pas la démographie qui va basculer avant 2050, c’est la terre et sur son axe !

                                                                          Je précise, ce n’est pas le poids des humains qui la fera basculer, mais leur bêtise incommensurable.

                                                                          @ +


                                                                        • François M. 28 octobre 2008 14:56

                                                                          J’en ai marre de ces sociétés tellement axées sur les profits que tout sens éthique, morale et de la vie en général prend le bord.
                                                                          Nous avons un problème du genre au Canada avec la Barrick Gold qui exploite les gens et qui intimide, qui s’en prend même à la liberté d’expression.

                                                                          Voir cet article :

                                                                          Barrick Gold, la honte http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/28/barrick-gold-la-honte/



                                                                          • calypso calypso 28 octobre 2008 19:34

                                                                            Les OGM ne sont pas fondamentalement une mauvaise chose, c’est un moyen de résoudre certains problèmes qui sont devant nous.

                                                                            Ce qui est discutable est pour moi la manière dont vont être utilisés et mis en oeuvre les OGM. Le risque est d’avoir de grosses sociétés qui ont la main basse sur ce marché et imposent de fait des produits "uniques" qui seront déployés à large échelle.

                                                                            La grande force de la nature est sa diversité et cette diversité est un élement important à maintenir.
                                                                            Si un type d’OGM particulier (blé, soja) est cultivé a très grande échelle alors le risque est de voir un agent pathogène arriver un jour et détruire massivement l’organisme, réduisant à néant les récoltes (ce qui pourrait créer une pénurie ou un risque alimentaire majeur).
                                                                            Les agents pathogènes auront par contre plus de difficulté à s’étendre dans un milieu hétérogène.

                                                                            Donc les OGM pourquoi pas, mais pas dans n’importe quelle conditions. Certains ont des idées tordues (genre donner à manger massivement des farines animales à des animaux herbivores, ont a vu ce que cela a donné ...) donc il faut garder raison et et procéder progressivement, par étapes.



                                                                            • brieli67 28 octobre 2008 19:47

                                                                              J’ai entendu dire (mais me tromperais-je ?) que les médecins de la Chine ancienne n’étaient payés que tant que leurs patients se portaient bien. Traitons de la même manière nos élus. Tant que la société irait bien, ils seraient rétribués. Il serait donc choquant de voir des hommes politiques réduits à la mendicité. Mais je crois que l’expérience vaudrait d’être tentée.

                                                                              A voir le train des choses les caisses de l’état économiseraient beaucoup d’argent.

                                                                              Montrez ce billet à votre médecin de famille ! Ce qui ne saura tarder vu vôtre âge avancé ! Un médecin et les hôpitaux n’ont pas obligation de résultat. Nous accompagnions ..........

                                                                              Un de jugeotte et surtout ne pas répéter la ritournelle des gestionnaires des deniers de l’Etat.
                                                                              La Secsoc c’est une affaire qui marche et c’est franco-français. Pas touche par Wall-street.
                                                                              80 % du budget de l’hôpital de loin le poste le plus élévé de la Secsoc cad Maladie Accidents Retraites c’est le salaire !!
                                                                              L’état empoche une somme astronomique de retenus de salaires........ fictif tout celà que quelques lignes de gestionnaires. Les salaires des cadres et spécialistes de santé on peut faire ce qu’on veut taxé bon an mal an ........ pour un célibataire taxé autour des 85 %. - soit marié autour de 55 % mais en réalité bien plus élevé.
                                                                              La Secsoc est rentable et rapporte à l’Etat. Plus on est malade mieux se porte l’Etat. L’Ineptie même est a été de fermer des "structures médicales" hopitaux locaux maison de retraite médicalisées maisons de cure etc...

                                                                              Au fait M Jason ........ vous connaissez la durée de vie moyenne d’un Chinois et d’une Chinoise EN 2008 ? Préparez vous pour le grand voyage dans 5 ans c’est bon pour vous !

                                                                              Tant que vous êtes en France vivant vous serez un contribuable par la Secsoc et participerez au bonheur de tous. Vous êtes solidaires. Les maisons de retraite ne tarderont pas avec leurs rats et souris et autre vermine de s’attaquer au stock de graines et de pépites que vous avez "subtilement" et consciencieusement accumulé en grenier cave ou coffre-forts.
                                                                              Un petit accident - vasculaire , cérébral ou les deux c’est si vite arrivé. Comme Pernelle votre lait sur la chaussée déversée... et vos idées avancées..... Accepterez comment dites les stances : Monsieur passez votre chemin votre compte est vidé.
                                                                              Fin + Exit


                                                                              Montrez ce billet à un confrère portez le sur vous tous les jours en cas d’hospitalisation !



                                                                                • millesime 1er novembre 2008 17:41

                                                                                  il y a des élections en Europe en 2009 ,sachons comment et pour qui vôter ... !
                                                                                  (certainement pas pour les leaders en place.. !)


                                                                                  • aml 1er novembre 2008 21:40

                                                                                    Bonsoir,

                                                                                    Je ne me suis pas renseignée à savoir ce que les agronomes en pensent, mais je crois comprendre que le problème avec les OGM, c’est qu’on ne peut pas les contrôler et qu’ils contaminent l’environnement ?


                                                                                    J’aimerais bien que la science permette de trouver des solutions pour nourrir des populations touchées par la stérilité et surtout la sècheresse du désert, mais s’exposer aux risques dans des pays qui ne souffrent pas de la famine, bien au contraire... Pourquoi, pour gagner encore plus de fric ? Mais si les agriculteurs eux-mêmes sont contre ????

                                                                                    Tout ce que je sais, c’est que les étudiants américains que j’héberge en été sont agréablement surpris par le goût de nos fruits et légumes : Ils disent qu’ils sont petits et moches, mais excellents !

                                                                                    Alors si en plus c’est pour perdre en qualité du goût sans possibilité de retour en arrière, c’est vraiment trop stupide !


                                                                                    • Ricos77 Ricos77 2 novembre 2008 12:52

                                                                                      Cet exemple sur les OGM est un de plus qui démontre bien que "l’union européenne" n’a d’autre fonction que d’être LA puissance politique au-dessus des nations, pour entériner définitivement la suprématie du libéralisme. L’avenir de l’humanité est tombé avec le mur de Berlin, et ceux qui ont dansé sur ses ruines, y voyant une libération, ont dansé sur leur tombe. Y-a-t’il eu plus énorme manupulation dans l’histoire ? Aujourd’hui les deux pôles de pouvoir sont les états capitalistes et les états islamistes, les ces derniers étant immensément riches, et notre futur sera l’un ou l’autre. Super avenir n’est-ce pas ? 


                                                                                      • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 14:56
                                                                                        La deuxième "Révolution verte"
                                                                                        Dans les années soixante, pour parvenir à l’autosuffisance, l’Inde lance un programme de modernisation de son agriculture, la "Révolution verte", qui bouleverse les modes traditionnels de cultures. Mécanisation et chimie augmentent les productions, pour le bénéfice des grandes exploitations. Déjà, les petits producteurs – la grande majorité – peinent à suivre le mouvement. « Mais, affirme Vandana Shiva, un agriculteur gagnait correctement sa vie jusque dans les années quatre-vingts. Ma mère, une paysanne, a pu m’envoyer à l’université. »

                                                                                        Les problèmes graves surgissent dans les années quatre-vingt-dix. Le productivisme a ravagé nombre de zones agricoles, où les traitements chimiques et l’irrigation ont appauvri les sols. La mondialisation économique pousse le pays à se lancer dans une deuxième "Révolution verte", en développant ses exportations de produits agricoles, notamment le coton, au détriment des cultures vivrières. Au même moment, l’agro-industrie tente d’implanter les OGM par tous les moyens. « Dans les années quatre-vingt-dix, nous avons subi la politique d’ajustements structurels du Fonds monétaire international et les accords de l’Organisation mondiale du commerce qui nous ont contraints à laisser entrer les multinationales des OGM », déplore Vandana Shiva, qui rappelle que les mêmes règles du commerce international imposent les cultures transgéniques en Europe.


                                                                                        Le bilan catastrophique des OGM

                                                                                        Le drame indien confirme ce que les opposants aux OGM dénoncent depuis dix ans : les semences brevetées menacent les agriculteurs. Dans la plupart des pays pauvres (mais aussi dans certaines régions françaises), l’agriculture est le fait de petits producteurs incapables de supporter une telle organisation. Quant aux promesses des entreprises de biotechnologies, voici le bilan qu’en tirent deux chercheurs indiens indépendants, Abdul Qayum et Kiran Sakkhari, dans une étude réalisée en Andhra Pradesh pendant trois ans, de 2002 à 2005 (Bt cotton in Andhra Pradeh : a three-year assessment, avril 2005) :
                                                                                        – le coton Bt est un échec en termes de rendements (30 % inférieurs à ceux du coton ordinaire),
                                                                                        – l’utilisation des pesticides n’a pas diminué, et les coûts de production ont augmenté,
                                                                                        – le coton Bt n’a pas amélioré les revenus des paysans (60 % inférieurs à ceux des planteurs de coton ordinaire),
                                                                                        – le coton Bt n’a pas amélioré l’environnement (pollution des sols).

                                                                                        Les associations locales soulignent que les fermiers ignorent les risques de dissémination du coton transgénique par pollinisation. Pire : ils mélangent les semences naturelles et modifiées, au point que les chercheurs A. Qayum et K. Sakkhari estiment que les OGM contaminent la chaîne alimentaire (les graines de coton sont transformées en huile). La plupart du temps, les paysans ne respectent pas la règle des 20 % de plants non OGM autour de leurs champs pour limiter la mutation des parasites. Résultat : ces derniers s’adaptent déjà au coton génétiquement modifié censé les éliminer.


                                                                                        >
                                                                                         
                                                                                        Les OGM doivent figurer sur l’étiquette

                                                                                        David contre Goliath

                                                                                        Quand une firme modifie génétiquement une plante, cette dernière devient sa propriété et ne peut être semée sans paiement d’une licence. Les agriculteurs ne peuvent plus conserver une part de la récolte pour la resemer. Pour défendre ses intérêts, Monsanto emploie les grands moyens : aux Etats-Unis et au Canada, l’entreprise incite les agriculteurs à dénoncer leurs collègues soupçonnés d’utiliser ses semences et recourt aux services de détectives privés. L’agriculteur canadien Percy Schmeiser a été la double victime de cette politique : après que ses champs de colza eurent été contaminés par du colza transgénique, il s’est vu accuser par Monsanto d’avoir volé les semences brevetées. Absurde, mais implacable.





                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 15:09

                                                                                            Buenos Aires, Argentine

                                                                                            — Dans une région éloignée du Nord Ouest de l’Argentine, des militants de Greenpeace utilisant des motos aux couleurs du jaguar, ont immobilisé des bulldozers les empêchant de détruire la forêt. La forêt argentine est en train d’être dévastée pour la culture du soja transgénique de Monsanto, soja exporté vers l’Europe et la Chine et destiné à l’alimentation animale. (1)

                                                                                            "Nous sommes dans ces forêts pour stopper leur destruction et la transformation des terres en désert de soja transgénique" a déclaré Emiliano Ezcurra, coordinateur de la campagne biodiversité pour Greenpeace Argentine. "Chaque heure qui passe, l’équivalent en surface de vingt terrains de football de la forêt argentine est détruit. Pour trois tonnes de soja produit, un hectare de forêt est perdu. L’expansion du soja se traduit par le même processus de déforestation au Paraguay, en Bolivie et dans le sud du Brésil".

                                                                                            Les Yungas et la Gran Chaco constituent le second massif forestier des Amériques après l’Amazonie. Ces forêts sont particulièrement riches en biodiversité et abritent des espèces rares comme le jaguar qui, dans cette région du monde, est menacé d’extinction. (2)

                                                                                            La production de soja connaît une progression record en Argentine depuis 1996, année de l’introduction du soja transgénique de Monsanto. Elle a entrainé de multiples problèmes sociaux et environnementaux. Les ensembles forestiers de Las Yungas et Gran Chaco sont habités par des millions de personnes, et notamment par des communautés autochtones dont la survie dépend de la forêt. Les "barons du soja" payent la police locale pour évacuer par la force les habitants de la forêt.

                                                                                            Ramón Ferriera, un habitant des forêts de Gran Chaco, témoigne : "Ils nous ont forcé à quitter notre région, souvent en nous menaçant avec des revolvers. Ensuite, ils sont arrivés avec de grosses machines, et se sont mis à abattre les arbres, à les brûler puis ont planté du soja. Nous ne tirons aucun profit économique de cette destruction et nous avons perdu tout ce que nous avions."

                                                                                            "Des gens y souffrent de malnutrition et leurs terres sont utilisées pour alimenter nos élevages industriels de cochons, vaches et poules d’Europe et d’Asie" a déclaré Yannick Jadot, directeur des campagnes à Greenpeace France. "Les promoteurs des OGM promettent aux paysans une vie meilleure, moins de malnutrition et un environnement protégé. L’Argentine montre le contraire. Le gouvernement argentin doit mettre un terme à la destruction de la forêt et reconnaître à ses habitants le droit de vivre sur leurs terres."

                                                                                            Pourtant, 100 jours après l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne sur l’étiquetage et la traçabilité des OGM, les consommateurs européens continuent de rejeter les OGM. Depuis le 18 avril, les détectives OGM de Greenpeace n’ont trouvé qu’une poignée de produits contenant des produits étiquetés OGM : 12 aux Pays-Bas, 4 en Allemagne, 3 en Belgique, 17 en France (2 huiles de soja et pour le reste des produits importés des Etats-Unis et du Canada (3), 2 en Grande-Bretagne et en République Tchèque, 1 en Suède, aucun en Italie, Grèce, Espagne, Danemark et Autriche.

                                                                                            "Néanmoins, les détectives Greenpeace et les consommateurs doivent continuer à rester vigilants" a ajouté Yannick Jadot. "Ensemble, nous devons continuer à exiger qu’une des failles de la réglementation soit comblée. En effet, les produits dérivés d’animaux nourris aux OGM ne sont pas soumis à l’étiquetage et le consommateur n’a donc aucun moyen de savoir ce qu’il consomme. La transparence exigée par les européens n’est donc pas respectée."

                                                                                            Agissez
                                                                                            Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez nous aider à sauver les dernières forêts du Nord de l’Argentine, où vivent des populations paysannes et indiennes. Notez le numéro de téléphone de l’Ambassade d’Argentine de votre pays et agissez en lui passant un coup de téléphone :

                                                                                            France
                                                                                            Ambassade à Paris : 01 44 05 27 00
                                                                                            Ambassadeur : M. Juan Archibaldo Lanus


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 15:13

                                                                                            Le scientifique Gilles-Eric Séralini estime que certains OGM peuvent être très utiles au développement humain, mais que les OGM actuels, sans contrôle, sont inacceptables.






                                                                                             
                                                                                            Oeilletrouge_2 : La défense des consommateurs face aux OGM n’est-elle pas une grande hypocrisie ? Ne vaudrait-il pas mieux avouer qu’il ne s’agit que d’une histoire de gros sous ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Chacun sait que les intérêts économiques des OGM sont majeurs. Dans le monde, les brevets sur les gènes permettent de breveter la base de l’alimentation et du vivant, ce qui est inédit dans l’histoire de l’humanité. Si les principales variétés de soja, de maïs, de blé et de riz deviennent des OGM brevetés, le contrôle de plus de 60 % de l’énergie alimentaire mondiale est possible. Ces intérêts économiques ne sont envisageables qu’avec des contrôles relativement légers des effets des OGM sur la santé. La défense du consommateur est donc essentielle dans ce dossier.

                                                                                            Gui : Etes-vous contre les OGM à cause des dangers qu’ils présentent (alimentation et biodiversité) ou pour d’autres raisons, comme, par exemple, le principe de brevetage du vivant et le libéralisme des grandes firmes agronomiques ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Je ne suis pas contre les OGM en général. En milieu confiné, ils représentent une avancée majeure de la recherche pour comprendre le rôle et la fonction des gènes. Diffusés dans l’environnement, ils peuvent représenter des dangers qui restent à contrôler. Le rôle qui m’échoit est de contrôler leurs effets sur la santé mais le niveau des exigences des tests induit la rentabilité économique du produit. Par exemple, demander de nourrir des rats avec des OGM avant d’en donner à tous les Européens peut rendre non rentable la commercialisation de certaines semences. Si l’on me répond que l’on ne peut pas faire certains tests que je juge indispensables pour s’assurer de la sécurité sanitaire des OGM, mais que l’on veut commercialiser quand même, alors je suis contre ces OGM.

                                                                                            Pascal : Je fais partie du collectif des faucheurs et je ne comprends plus les positions des scientifiques, qui dénoncent les OGM et qui restent dans une position légaliste. A l’heure actuelle, tous les signaux sont au rouge et les semences sont sur le catalogue. Quel avenir pour les actions légales ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Oui, bien sûr, de nombreuses actions légales sont possibles pour lesquelles nous avons besoin de soutien. Par exemple, au CRII-GEN (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique), nous avons aidé certains maires à rédiger leurs arrêtés anti-OGM (travail de l’avocate Corinne Lepage). Nous avons attaqué à la commission d’accès aux documents administratifs afin de rendre publiques les délibérations sur les tests des effets des OGM sur la santé réalisés par les entreprises. Nous travaillons à présent pour qu’il soit légal de mettre en ligne ces tests réalisés par les industriels, considérés comme des secrets, alors qu’ils montrent des effets. Nous avons aussi travaillé à mettre en place l’étiquetage en Europe, la traçabilité en Chine ou au Canada.
                                                                                            Ces actions légales ont porté leurs fruits et ne peuvent être négligées.

                                                                                            Oeilletrouge_2 : Existe-t-il, à l’heure actuelle, des preuves tangibles que les OGM sont néfastes pour la santé ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Oui, je viens de citer les effets sur la santé qui ont été mesurés chez des rats après trois mois de consommation d’ OGM en voie de commercialisation en Europe. Il s’agissait d’augmentation du taux de sucre sanguin, dans le cas d’un OGM précis, d’anomalie dans les taux de globules blancs et de globules rouges, de lésions rénales... Je détaille tout cela dans mon dernier ouvrage.

                                                                                            Stef : Outre la recherche, qu’apportent les OGM à l’homme ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Le génie génétique est une science très puissante. Tout peut être imaginé à partir de la connaissance progressive des gènes des êtres vivants. Mais il est remarquable de constater que, après vingt ans de savoir-faire (la première plante transgénique a été obtenue en 1983), le monde industriel n’a développé que deux types de plantes OGM dans l’environnement. Elles occupent plus de 99 % des surfaces cultivées en OGM commercialisés. Ce sont des plantes qui produisent ou tolèrent les pesticides, et sont des aides techniques à l’agriculture intensive.

                                                                                            Pascal : Tout va trop vite. Les actions légales sont dépassées par l’offensive des multinationales semencières.

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Non, elles ont permis notamment que les surfaces cultivées en Europe en OGM ne dépassent pas 0,01 %, et l’obtention du moratoire. Pour les industriels, qui prévoyaient dès 1996 d’atteindre 50 % d’OGM en Europe, c’est un vaste échec. De toute manière, l’obtention de meilleurs niveaux de contrôle et de traçabilité des OGM est une voie incontournable et qui crée des acquis indispensables pour l’avenir.

                                                                                            Gui : Ne faudrait-il pas finalement que les pays européens aient le courage d’interdire les OGM de première génération, comme le maïs Bt par exemple, qui n’ont aucune utilité pour notre société mais qui, au contraire, donnent une mauvaise image de ce que pourrait aussi permettre un OGM , de deuxième génération, qui serait par exemple résistant à la sécheresse ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Certainement, je suis proche de penser cela. Cependant, les OGM de deuxième génération sont nés en 1998, après la première génération de 1995. Ce sont des plantes qui combinent les deux caractères de tolérance à un herbicide et de production d’un insecticide, et il faudra entre cinq et vingt ans au minimum pour que d’autres types d’OGM soient majoritaires, si jamais d’autres OGM apparaissent sur le marché. L’inertie due au temps de développement des semences, et à l’obtention de nouvelles autorisations, est plus grande qu’on ne le croit.

                                                                                            Mchk : Qui est derrière cette poussée de l’utilisation des OGM ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Les acteurs sont des industriels qui commercialisent et développent ces OGM, qui apportent les moyens du lobbying, mais ces moyens sont relayés par des politiques ou des scientifiques. Le débat et la contradiction traversent tous les partis politiques, ou les ont traversés ; même la Confédération paysanne a eu des débats contradictoires, en 1996, avec des scientifiques avant de prendre parti. Deux consensus se dégagent parmi les grands partis.
                                                                                            Un : ne pas freiner le développement des biotechnologies, jugé vecteur de développement de l’économie.
                                                                                            Deux : mieux contrôler les OGM au niveau de l’étiquetage, de la traçabilité. Ce sont les contradictions entre ces deux axes qui font débat. On peut noter cependant, que de nombreux présidents de région socialistes ont interdit les OGM sur leurs territoires, que les Verts sont opposés aux OGM dans l’état actuel de la réglementation, et que le mouvement politique de Corinne Lepage, Cap 21, est actif dans les propositions pour un meilleur contrôle des OGM.

                                                                                            LES OGM VONT-ILS TUER L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ?

                                                                                            Robert : La généralisation des OGM ne sonne-t-elle pas le glas de l’agriculture biologique ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Remarquons d’abord que l’agriculture biologique représente des centaines de fois plus de surfaces en Europe que les OGM, et qu’elle ne veut pas des OGM à cause des gènes artificiels, des brevets sur les semences, et de l’usage des pesticides. La volonté politique de l’Europe est de développer une agriculture durable qui devrait passer plus par l’agriculture biologique que par les OGM actuels. Tout dépend donc des volontés politiques à venir. Si un régime de responsabilité pour les OGM contaminants est trouvé, comme en Allemagne, les OGM pourraient être marginalisés en Europe. S’ils se développent par contre avec peu de contrôles, et peu de regard des autorités publiques sur la qualité de l’étiquetage, c’est l’agriculture biologique qui risque d’être marginalisée.

                                                                                            Angel : Quels sont les tests qui coûtent cher et qui pourraient être refusés par les firmes pour question de rentabilité, comme vous l’évoquiez précédemment ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Ce sont les tests de consommation et de toxicité sur des animaux vivants, de laboratoire et de ferme, et une biovigilance sanitaire ensuite.

                                                                                            Sana : Pour le consommateur, quel est l’intérêt de consommer des produits OGM ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Pour l’instant, il n’y en a pas. Les deux types de plantes développés depuis vingt ans dans l’environnement sont là pour pouvoir absorber des désherbants sans mourir (près de 75 % des sojas et maïs OGM) et pour produire un insecticide (25 %, surtout dans le maïs). Et le maïs et le soja représentent plus de 80 % des OGM.

                                                                                            OGM_ContreLaFaim : Les OGM ne pourraient-ils pas être une solution contre la faim dans le monde ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Ces intérêts sont loin du consommateur. Ils risquent d’amplifier la famine dans le monde, car ce sont des produits alimentaires sous brevets. Les pays pauvres manquent, par exemple, de médicaments parce que ce sont des produits sous brevets. Contrôler de la même manière l’alimentation est très grave.

                                                                                            Ray : Seriez-vous hostile à une recherche sur les OGM permettant d’optimiser les rendements de biocarburants ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Le problème n’est pas là. Toute recherche est possible, et on ne peut pas être hostile à la recherche en général, à mon avis. Cependant, tout dépend des conditions dans lesquelles elle est effectuée en plein champ. Aujourd’hui, le gouvernement n’a pas développé de méthodes pour reconnaître les contaminations des OGM expérimentaux dans les champs voisins des expériences. Quels seront les tests de toxicité au sortir de la serre si la plante peut être mêlée à l’alimentation ?

                                                                                            Jordan23 : Ne voyez-vous pas au moins une ou deux applications possibles et utiles des OGM pour les consommateurs ou les agriculteurs ?

                                                                                            Gilles-Eric Séralini : Il y a toute une série d’applications possibles. Celles qui nécessitent le contrôle de plusieurs dizaines de gènes : tolérances à la salinité, à la sécheresse, au gel, etc., ne seront pas développées avant de nombreuses années. Et quel que soit l’OGM qui en sortira, il ne justifiera pas que l’on accepte les OGM actuels sans contrôle. Le problème n’est donc pas tant le génie génétique et ses potentialités, mais son niveau de contrôle face aux intérêts économiques.



                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 15:21
                                                                                            « Pourquoi le Tiers Monde n’a rien à attendre des OGM »
                                                                                              (MFI) Biologiste, ex-directeur de recherche au CNRS, auteur entre autres de L’Horreur génétique (Ed. Jouvence), Jean-Pierre Garel milite pour une « science avec conscience ». Il est convaincu que les « OGM de la première génération » sont une impasse en matière agricole, que les paysans le savent, et les multinationales qui les vendent aussi.
                                                                                              MFI : Les OGM devaient permettre d’utiliser moins de pesticides et ainsi de préserver l’environnement. Qu’en est-il ?
                                                                                            Jean-Pierre Garel : En réalité, ces plantes en consomment beaucoup plus. La publicité avait été faite assez rapidement, mais la réalité des champs est différente. Pour se développer, elles ont besoin jusqu’à dix fois plus de pesticides que prévu ! La norme fixée pour les épandages n’est plus respectée ; ces dépassements sont tolérés aux Etats-Unis, mais ils ne le seront plus en Europe à partir de 2004. Tous les grands trusts le savent depuis le début des années 90, et comme ils produisent à la fois OGM et produits chimiques, leur parade a été d’inventer des plantes qui continuent d’avoir besoin de ces pesticides. Ainsi, ils écoulent une partie de leur marchandise. C’est grave.

                                                                                            MFI : Donc, encore plus de pollution qu’avant...
                                                                                            JPG : Dans les pays du Tiers Monde où ils arrivent à placer leurs cultures, ce qui est aujourd’hui relativement difficile, Argentine ou Chine par exemple, la pollution continue.

                                                                                            MFI : Difficiles à placer pour des raisons financières ?
                                                                                            JPG : Oui, mais aussi parce que les responsables politiques se rendent bien compte qu’acheter des semences transgéniques, à supposer qu’elles soient utiles, signifie une dépendance accrue vis-à-vis du Nord. Ils ont de bonnes raisons pour ne pas aller dans ce sens et tenter de développer leurs propres cultures vivrières. L’agrochimie classique a déjà produit des désastres sur place et les dirigeants savent que là n’est pas leur voie. Les lobbies très puissants de ces multinationales ont tout de même réussi à convaincre l’ONU qu’ils faisaient de bonnes choses, le riz doré par exemple [produit très controversé, NDLR] et à se faire passer pour des bienfaiteurs de l’humanité, alors que par ailleurs un certain nombre de responsables africains n’en veulent pas et savent pourquoi.
                                                                                            Le système mondial est doublement pervers : d’une part on refuse ces OGM puisqu’il y a en Europe un moratoire déguisé ; d’autre part on encourage les pays du Tiers Monde à les essayer quand même dans le sens souhaité par les multinationales, et s’ils ne peuvent pas payer on leur fera des prêts, Banque mondiale en tête... Le lobbying fonctionne bien ! C’est la dernière planche de salut pour ces agrochimistes et semenciers que de tenir encore peut-être dix ou quinze ans avant de se reconvertir...pourquoi pas à la bio !

                                                                                            MFI : Autre argument avancé par les fabricants : les cultures facilitées en climats secs ou arides. Ceci ne peut-il pas être utile dans le Tiers Monde ?
                                                                                            JPG : Il s’agit là d’une seconde génération d’OGM qui peuvent avoir une utilité sociale, alors que la première permettait simplement aux firmes de continuer à vendre avant de se reconvertir. Mais le grand danger de dépendance demeure. De plus, des agronomes du Nord, y compris du Cirad, admettent que pour augmenter la production de céréales, les rendre moins dépendantes de la sécheresse ou de la salinité, les bons croisements, les méthodes de sélection traditionnelles sont tout aussi avantageuses. Elles peuvent être faites par les paysans eux-mêmes ; ils seront détenteurs des nouvelles semences, et pourront les reproduire comme ils l’entendent. Encore une fois, je considère que c’est un piège.

                                                                                            MFI : Et les arguments santé ? Les OGM qu’on dit enrichis en vitamines ou oligo-éléments ? N’y a-t-il là rien d’intéressant ?
                                                                                            JPG : Franchement, on n’a pas besoin d’en passer par là ! On sait que les sols ont été appauvris par les engrais de synthèse, qu’il leur manque ces oligo-éléments qu’on veut nous resservir autrement. Alors que des sols bien nourris, comme on sait les faire en agro-biologie, avec des plantes en bonne santé les apportent naturellement. Il s’agit là d’un moyen détourné pour contrer le développement mondial de l’agro-biologie.

                                                                                            MFI : Dernier argument des firmes, de taille : augmenter les rendements. Il y aura 2 milliards d’humains de plus dans vingt ans. Que peuvent apporter les OGM sur ce point crucial ?
                                                                                            JPG : Il est vrai qu’il faut commencer dès aujourd’hui à résoudre cette question. Mais prenons l’exemple des rizicultures qui devront produire 30% de plus : des techniques culturales comme le semi-direct sous couverture végétale, une amélioration classique des semences, l’adaptation à une certaine sécheresse, bref tout un ensemble de méthodes conventionnelles, réalisées avec l’aide de pays développés, devrait permettre de répondre à la demande. Des expériences ont été faites dans le Mato Grosso où on est passé de 1,2 tonnne de riz à l’hectare dans les années 80 à 4 à 6 tonnnes, encore une fois sans se rendre dépendants de technologies du Nord qui auront bientôt un coût inabordable. De plus, il est permis d’avoir des doutes sur les rendements annoncés par les fabriquants d’OGM.

                                                                                            MFI : Si l’avenir n’est ni dans l’agro-industrie, ni dans les OGM, où est-il ? Le Tiers Monde pourra-t-il atteindre l’autosuffisance ? Et comment ?
                                                                                            JPG : Il y a aujourd’hui l’agriculture traditionnelle qui n’a pas beaucoup évolué ; et les techniques de l’agro-biologie ; pour peu que des agronomes formés s’y intéressent, il est possible - des exemples existent - d’améliorer les rendements des cultures vivrières, en sélectionnant les semences, en étant très inventif, en appliquant des techniques qui font déjà des percées en Afrique, notamment dans des pays arides. Je ne pense pas que les agronomes soient réellement inquiets sur la question de l’autosuffisance. Encore faut-il que ces techniques, au lieu d’être appliquées à des petites surfaces, le soient à cinquante ou cent pour cent. Pierre Rabhi a semé des bonnes graines et des bons conseils au Burkina par exemple, grâce à l’appui des responsables politiques. Il est urgent que d’autres décideurs relaient ces expériences - or, elles sont combattues par les trusts agrochimiques, OGM en tête. C’est dramatique.

                                                                                            MFI : D’autant qu’il y a chaque année, chez les paysans, des dizaines de milliers de morts et de maladies graves provoquées par les pesticides. Les agriculteurs eux-mêmes auraient tout intérêt à revenir à des cultures saines…
                                                                                            JPG : Oui, même s’ils sont bien protégés au moment de l’épandage les doses sont telles que cela peut causer des désordres neurologiques. Cela permet d’ailleurs à nos chercheurs de suivre les dégâts de ces pesticides qu’ils connaissent fort bien à l’avance ! Des pesticides qui sont aussi de nature oestrogénique, c’est-à-dire qu’ils tendent, via l’eau, les aliments et l’alimentation de la mère, à provoquer des mutations chez les embryons mâles. Au moment de la sexualisation de ces embryons, qui se fait en six à huit semaines, cet environnement hormonal peut provoquer une déviance biologique et altérer, féminiser des fonctions subtiles dirigées par l’hypothalamus.

                                                                                            MFI : Des scientifiques commencent-ils à changer d’attitude à l’égard des OGM ?
                                                                                            JPG : Une partie d’entre eux, oui, autour notamment du Pr Gilles-Eric Seralini de l’université de Caen. Il a mis en place un système de contre-expertise qui est tout à fait souhaitable et bien faite. Grâce à cette initiative, un certain nombre de confrères sont en train de se dégager du carcan de la pensée unique. D’autres ont encore des attitudes scandaleuses. Un spécialiste de l’allergologie m’a dit : "Ecoutez, on sait bien que des OGM vont être allergènes ; moi, ça m’intéresse, je monte un réseau pour observer des cas et travailler avec mes thésards là-dessus"...

                                                                                          • Le péripate Le péripate 2 novembre 2008 17:06

                                                                                             Seralini est membre du Crii-gen, "association" présidée par Corinne Lepage. Cette association est financée par Carrefour, et d’autres.
                                                                                            En plus de son rôle d’information sur les OGM, cette "association" vend de l’analyse d’OGM et de pesticides.

                                                                                            Adhérer au CRIIGEN • Personne physique : 50 Euros, 35 Euros pour les étudiants et les demandeurs d’emploi et retraités

                                                                                             Le CRIIGEN répond à vos questions sur le Génie Génétique


                                                                                            • Personne morale, adhésion de base : 300 Euros, associations, PME, PMI de moins de 50 salariés

                                                                                             Le CRII-GEN répond à vos questions sur le Génie Génétique


                                                                                            • Personne morale, adhésion de soutien : 500 Euros, associations, PME, PMI de plus de 50 salariés

                                                                                             Le CRII-GEN répond à vos questions sur le Génie Génétique et vous conseille ou traite un dossier pour vous (*)


                                                                                            • Personnes morales, adhésion de bienfaiteur : 900 Euros dans le cadre d’un déplacement pour une conférence. Le CRII-GEN répond à vos questions sur le Génie Génétique et vous conseille ou traite un dossier en plus de la conférence.

                                                                                             

                                                                                            (*) Le CRII-GEN peut proposer des analyses d’OGM et de pesticides à des prix préférentiels pour ses adhérents. Si ce besoin se présente, il convient d’adhérer au CRII-GEN avec une cotisation minimum de 150 euros. Cela correspond à une analyse ou un conseil approfondi, ensuite un devis sera fourni et l’étude du dossier sera réalisée sur demande. Nous vous offrons des résultats préliminaires : un ou plusieurs laboratoires fiables, indépendants, font les tests désirés, et les membres du conseil scientifique vous proposent une analyse des résultats. Le cas échéant, nous vous apportons un conseil juridique avec devis préalables pour les analyses (3 laboratoires feront de nouveau les tests...).

                                                                                            N.B. : Pour un déplacement de personne : devis sur demande avec l’adresse des lieux de prélèvements et nombre de champ (s) à prélever. 


                                                                                             

                                                                                            Quelques conseils de prélèvements...

                                                                                             

                                                                                            Noter l’éloignement des autres champs, et le sens du vent dominant et lieux de prélèvements sur une carte, les chances de contamination décroissent après quelques centaines de mètres. Le prélèvement de culture suspectée doit être pratiqué dans la périphérie la plus proche du champ contaminé (prélèvements en présence d’huissier si possible). 

                                                                                             

                                                                                            [Télécharger le formulaire d’adhésion]

                                                                                             

                                                                                            Où adresser votre requête ?

                                                                                            Pr Gilles Eric SERALINI / Université de Caen

                                                                                            Laboratoire de Biochimie 
                                                                                            I.B.F.A.
                                                                                            Esplanade de la Paix 14 032 Caen cedex - FRANCE 
                                                                                            Ou par fax : 33 (0)2 31 56 53 20

                                                                                            Notez la délicieuse remarque, qui préconise de faire les prélèvements le plus près possible du champ dit contaminé. Le risque est grand, en effet, de ne rien trouver.

                                                                                            Pour ma part, je souhaite une excellente réussite commerciale à M Seralini, qui a flairé le bon tuyau !


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 17:32

                                                                                            Et alors ? 

                                                                                            Il joint les actes aux paroles, ce qui est tout à son honneur. 
                                                                                            De plus, lui n’oblige personne, et offre ses services d’analyse : il fait donc un boulot utile. 

                                                                                            Maintenant, tu veux comparer le budget du Crii-Gen à celui simplement consacré au lobbying, par Monsanto, pour fourguer ses poisons, pauvre abruti ? 
                                                                                            Ca ne te plait pas, les analyses ? 
                                                                                            Ca risque de compromettre les fabuleux bénéfices du vendeur de mort que tu défends ? 

                                                                                            Et pas de commentaire sur les expériences d’OGM en Inde, en Argentine, au Brésil ? 

                                                                                            Il fallait forcément, sur ce sujet comme sur tous les autres, que tu viennes apporter ta petite voix de collabo à celle d’une mafia ? 

                                                                                            Il fallait que tu viennes jouer la crapule libérale, même sur la privatisation du vivant ? 
                                                                                            Pauvre connard, va


                                                                                          • Le péripate Le péripate 2 novembre 2008 17:43

                                                                                             Bien sûr qu’il ne force personne. C’est d’ailleurs une caractéristique de l’entreprise capitaliste, de rechercher le profit sans contrainte. Et c’est donc sincèrement que je souhaite excellente réussite à ce nouvel homme d’affaires. D’autant qu’il trouve sans peine des gogos pour lui faire sa pub sans réclamer un sou. N’est-ce pas gentil Sisyphe qui a toujours des mots pleins de grâce ?


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 17:48

                                                                                            A ce propos, merci d’avoir signalé le crrigen  : ils font circuler une pétition sur la transparence sur les signes de toxicité des OGM									
                                                                                            que je me fais un plaisir de faire suivre ici :

                                                                                            Nous citoyens, demandons à la suite du Grenelle de l’environnement et avec la grande majorité des français et des européens qui s’interroge sur ou remet en cause la nécessité des OGM dans les champs et dans les assiettes, que soient rendus publics les résultats des analyses de sang des animaux qui ont mangé ces OGM pendant le plus long temps possible, et ce pour tous les OGM cultivés ou commercialisés dans l’alimentation des humains ou des animaux en Europe. Cela devra être également effectif avant la commercialisation des nouveaux OGM. Aujourd’hui, seules les compagnies de biotechnologies réalisent ces tests de toxicité pendant 3 mois seulement, avec des mammifères de laboratoire (surtout le rat servant de modèle pour l’humain), et considèrent les résultats bruts comme confidentiels, ce que nous jugeons totalement anormal alors que le monde entier se questionne sur les effets sur la santé des OGM. Cette pétition sera remise avant la fin de l’année aux autorités européennes et nationales qui autorisent les OGM.

                                                                                            signer

                                                                                            la pétition en ligne et faites passer l’information autour de vous !


                                                                                            ainsi que quelques autres informations essentielles

                                                                                             smiley smiley


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 17:59

                                                                                            par Le péripate (IP:xxx.x21.119.83) le 2 novembre 2008 à 17H43 							
                                                                                            							

                                                                                            															
                                                                                            							
                                                                                            								 Bien sûr qu’il ne force personne. C’est d’ailleurs une caractéristique de l’entreprise capitaliste, de rechercher le profit sans contrainte.

                                                                                            Ben oui ; sauf que c’est juste le contraire pour Monsanto, comme tous les éléments indiqués plus haut le prouvent, puisqu’ils imposent des produits toxiques à une très grande majorité de gens qui n’en veulent pas, et que, de plus, ils contaminent les non-ogm avec leurs poisons, et, en plus, les attaquent en justice. 
                                                                                            L’exact comportement d’une mafia, que tu ne pouvais, évidemment, que défendre. smiley

                                                                                            Par ailleurs, il n’existe pas d’"entreprise capitaliste" dont l’objectif soit consacré à la défense du bien public : AUCUNE ; quand un tas d’organismes d’état, ou d’associations, à but non lucratif, comme le CRIIGEN, eux, font ce travail, au service du public, sans profit. smiley

                                                                                            Encore perdu une belle occasion de la fermer.


                                                                                          • Le péripate Le péripate 2 novembre 2008 18:26

                                                                                             C’est un grand défaut que j’ai, je ne la ferme pas. Payer un salaire est parfaitement possible dans le cadre d’une association loi 1901. C’est un profit, par ailleurs parfaitement légitime. Bon, il y a peut-être une concurrence légèrement déloyale par rapport à une entreprise qui paye charges et impôts, mais, ne chipotons pas, puisque c’est pour la bonne cause.


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 19:05

                                                                                            par Le péripate (IP:xxx.x21.119.83) le 2 novembre 2008 à 18H26 							
                                                                                            							

                                                                                            															
                                                                                            							
                                                                                             								 Payer un salaire est parfaitement possible dans le cadre d’une association loi 1901. C’est un profit, par ailleurs parfaitement légitime.

                                                                                            Oui. 
                                                                                            C’est tout à fait légitime. 
                                                                                            Et il ne s’agit pas d’un profit, puisque c’est une association à but non lucratif ; ça fait partie des charges.
                                                                                            Ne pas la fermer, c’est non seulement un défaut, mais c’est surtout être contraint de dire beaucoup de conneries, de contre-vérités, de mensonges, d’amalgames, pour essayer de ne pas avoir l’air trop con. 
                                                                                            Dommage, c’est démasqué... et loupé !
                                                                                             smiley



                                                                                          • barrere 2 novembre 2008 19:18

                                                                                            péripate, vous vous gourrez au sujet des semences paysannes. les lobbies semenciers veulent les taxer a leur profit.........
                                                                                             et ça fait 50 ans que les agriculteurs se font enfler avec les maïs hybrides que l’on peut soi disant pas ressemer.
                                                                                            les anciennes variétés de maïs ( grand roux basque et le blanc) commencent à être resemés grace à certains agris qui avaient garder les souches et oh miracle avec une fertilisation adéquate on approche les rendements des hybrides " sélectionnés...........

                                                                                             encore une énorme arnaque, un racket............


                                                                                          • Le péripate Le péripate 2 novembre 2008 19:30

                                                                                             Sisyphe, tu encules les mouches. Petit hypocrite.

                                                                                            Barrère. Si vous saviez ce que je pense des lobbies....


                                                                                          • sisyphe sisyphe 2 novembre 2008 20:06

                                                                                            Tu crois t’en sortir par une pirouette ? smiley

                                                                                            Alors que tu as voulu mentir, en assimilant le CRIIGEN à une "entreprise capitaliste", quand c’est une association loi de 1901, à but non lucratif, que tu t’es fait prendre en flagrant délit de mensonge et de désinformation, tu essayes de rattraper minablement le coup ? smiley

                                                                                            En plus d’être une sale petite crapule libérale, qui défend les mafias et la loi du plus fort, tu es un menteur, Péripate : tout le monde ici peut en être témoin : dommage !

                                                                                             smiley


                                                                                          • Le péripate Le péripate 2 novembre 2008 20:18

                                                                                             Mais bien sûr...



                                                                                            • Sybille 4 novembre 2008 23:10

                                                                                              Le problème principal c’est la gouvernance Euroligarchique qui favorise et simplifie le lobbying en contournant la démocratie.

                                                                                              Les OGMs sont rejettés par tous les européens, et pourtant, il ne se passe pas une année sans que de nouveaux assouplissements sur les OGM ne soient imposés aux populations contre leur grés.

                                                                                              Selon quel mandat ? Dans quelles plate-formes électorales, ces projets favorables aux OGM sont ils défendus en toute transparence devant des électeurs ?

                                                                                              En l’absence de débat quelle serait la différence entre le principe démocratique de représentativité et le principe oligarchique (non démocratique) ?

                                                                                              Merci de m’éclairer !
                                                                                               


                                                                                              • canardQuantique 6 novembre 2008 23:02

                                                                                                Un peu de distraction...

                                                                                                http://vioxx.labrute.fr


                                                                                                • max14z max14z 3 décembre 2008 12:04

                                                                                                  les OGM sont du poison !!!!!!! ce ne sont pas des produits naturel et sains, ils veulent accélerer le processus d’acc^ptation du public car économiquement c’est de la bombe atomique !!!! il vont encore s’en mettre plein les fouilles, pendant que nous on bouffera des OGM et qu’on chopera des cancers et autres maladie...
                                                                                                  Va te faire foutre Mosanto !
                                                                                                   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès