• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > France – Allemagne : poursuivons la tâche

France – Allemagne : poursuivons la tâche

Le couple franco-allemand, ainsi dénommé en France, est une union forte de deux nations. C’est l’ensemble majeur de la construction européenne depuis plusieurs décennies. Il concerne aujourd’hui une population de plus de 150 millions d’habitants.

Cette année les deux nations fêtent le 60e anniversaire du Traité de l’Élysée. Ce dernier fixe les objectifs d’une coopération entre l’Allemagne et la France dans les domaines des relations internationales, de la défense, de l’éducation et de la jeunesse. Surtout, ce traité entérine la relation de confiance et d’amitié qui s’est instaurée entre ceux que l’on peut qualifier d’anciens « ennemis héréditaires ». C’est cela qui est remarquable et important car réalisé une petite dizaine d’années seulement après le début de la réconciliation. Ne l’oublions pas car c’est le fondement majeur de notre Union européenne telle que nous la connaissons d’aujourd’hui. Elle trouve son essence dans la Déclaration de Robert Schuman du salon de l’Horloge le 9 mai 1950. « En quinze lignes, il proposait tout simplement de supprimer l’opposition séculaire entre la France et l’Allemagne » se souvient Jean Monnet.1

À l’époque, il s’agissait de faire se rencontrer les jeunesses des deux nations afin de rapprocher deux pays, deux peuples, deux cultures, un passé et un passif historique commun. Comme beaucoup j’en ai bénéficié. Ce fut ma première découverte de l’Allemagne.

Au nom de la paix, de la solidarité et de la prospérité cela a fonctionné au fil des ans. C’était une volonté citoyenne et pas seulement une décision de chefs d’État. Même si, on se doit de le souligner, de bonnes relations entre dirigeants des années d’après-guerre ont grandement facilité les choses. C’était aussi une vision de Schuman : « Au delà des institutions et répondant à une aspiration profonde des des peuples, l’idée européenne, l’esprit de solidarité communautaire, ont pris racine »2. La coopération franco-allemande est de cet esprit.

Elle est la pierre angulaire pour l’avenir de l’Union. Plus que jamais, elle repose sur le succès et de la pérennité de cette coopération exceptionnelle et originale dans le monde. Robert Schuman l’annonce : « Cette idée "Europe" révèlera à tous les bases commune de notre civilisation et créera peu à peu un lien semblable à celui dont naguère se sont forgées les patries. Elle sera la force contre laquelle se briseront tous obstacles ». Il ajoutait que ce ne serait pas toujours simple car disait‑il « rien de durable ne s’accomplit dans la facilité ». Notre époque le confirme à nouveau.

Au cœur du projet européen qui en découle, la citoyenneté européenne est une réalité pour les deux pays.

Souvent occultée, sinon comprise comme un ensemble de droits – dont la libre circulation des personnes, l’élection au suffrage universel des députés au Parlement européen et l’éligibilité lors des élections locales et européennes – cette citoyenneté commune s’affirme être un moteur pour que Allemands et Français avancent de concert.

Le projet européen repose en grande partie sur la compréhension et l’acception de cet élément de la culture commune des membres de l’Union européenne.

Mais cette citoyenneté est-elle véritablement installée dans les consciences, voire même acceptée ? Si elles ne peuvent se confondre avec la nationalité, ni la citoyenneté commune ni la culture de l’UE ne font l’objet, sauf à de rares exceptions, d’un enseignement ou d’une éducation dans l’un et l’autre pays. C’est pourtant une base essentielle pour que le projet européen puisse se poursuivre avec une plus forte intégration, et à terme peut-être une définition nouvelle de ce que sont l’Union et sa gouvernance.

Le CECI, avec le soutien du Fonds citoyen franco-allemand, les patronages de la Commission européenne et du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, a voulu en 2022 ouvrir la réflexion en organisant en décembre dernier un colloque qui faisait suite à un questionnaire en ligne dans le prolongement de ses travaux lors de la Conférence pour l’Avenir de l’Europe.

Cette consultation s’est déroulée à la fois dans un contexte international et européen bouleversé (Covid, Guerre en Ukraine), et dans la perspective du 60e anniversaire du Traité de l’Élysée. L’analyse a permis de se poser les questions de la formation, de l’éducation et de la socialisation à l’Europe des citoyens de l’Union européenne en prenant spécifiquement le prisme franco-allemand et celui de l’intergénérationnel. Il a donné lieu à des échanges approfondis. Les pratiques comparatives et explicatives ont permis de faire faire émerger des réalités, avec similitudes mais aussi différences. Deux visions de la citoyenneté européenne comme constituant majeur ont ainsi été explicitées lors de ce premier colloque rassemblant des acteurs des deux pays.

2023, année du 60e anniversaire du Traité de l’Élysée, doit permettre d’approfondir les deux questions centrales de cette citoyenneté partagée et l’acceptation de la culture commune. Sans laquelle, les décisions prises au niveau de l’UE aussi bonnes soient-elles ne seront intégrées par les peuples européens.

Cela n’enlève en rien les contenus des cultures nationales. Bien au contraire, il faut les faire connaître. C’est tout l’esprit des relations franco-allemandes de notre temps, au même titre que l’union des pays européens. « L’établissement des relations culturelles que nous développons entre la France et l’Allemagne, entre étudiants, professeurs, scientifiques, syndiqués, etc., marque des progrès exceptionnels » écrit en son temps Schuman. Poursuivons la tâche.

1 Jean Monnet Repères pour une méthode, propos sur l’Europe à faire, Fayard.

2 Robert Schuman, Pour l’Europe, Nagel.


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 25 janvier 15:39

    Hé... Hé... Hé... Ça nous rajeunie pas des conneries pareilles ! smiley


    • paparazzo paparazzo 25 janvier 17:31

      @Clocel

      Faut bien qu’il gagne sa vie, le gars : il est (bien ?) payé pour écrire des contes de fées. Il est Conférencier pour la Commission européenne (Réseau Team Europe Direct) Président du Cercle Europe.
      Mais là, c’est sûr, ça date un peu.
      Son deuxième article sur Agoravox sera peut-être un peu plus travaillé ?
      Courage.


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 25 janvier 15:54

      Il ne pas y avoir de culture commune entre 2 sociétés que tout oppose, Anthropologiquement, économiquement, historiquement, géopolitiquement, linguistiquement, démographiquement.

      Le couple Franco-Allemand a été un coup de com de la France du Général de Gaulle pour rassurer les français.

      Car en réalité, les Allemands n’ont pas abandonner l’idée de dominer seul l’Europe économiquement après 2 échecs militaires et ils ont atteints leur but dans les années 90 grâce à la servitude volontaire des élites françaises.

      Il n’y a absolument aucune volonté des Allemands d’être à égal-égal avec les français et les élites françaises sont bien content d’être subordonné à l’Allemagne pour ne pas avoir à se retrouver seul face à leur propre peuple qu’ils méprisent.


      • mursili mursili 25 janvier 16:09

        Le ravi de la crêche est toujours dehors un mois après Noël ? Qui est responsable de cette négligence ? 


        • Gégène Gégène 25 janvier 16:51

          @mursili

          Nan mais ce ne peut être que du second degré, voyons !


        • paparazzo paparazzo 25 janvier 17:21

          @Gégène

          Tout-à-fait, Thierry !

          C’est un Troll de Poutine qui écrit des choses puériles pour caricaturer l’UE en insistant sur l’invraisemblance et le ridicule des clichés usés jusqu’à la corde.

          C’est vraiment très habile.


        • mursili mursili 25 janvier 17:23

          @Gégène

          Il n’y a pas d’autre explication, en effet. C’est du lourd... Les rédacteurs du Gorafi devraient en prendre de la graine.


        • Octave Lebel Octave Lebel 25 janvier 16:13

          À quelle genre de messe nous invitez-vous ?

          Comme c’est gentil de nous faire le prêche du couple franco-allemand. Pourtant vous vous trompez sur notre compte, nous ne sommes pas des enfants de cœur destinés à servir votre messe et son sermon du jour. Nous sommes des citoyens qui n’avons pas oublié le référendum de 2005 ni le préambule du traité de 1963 qui vient s’ajouter après la signature de De gaulle et Adenauer. 

          « Ratification par l’Allemagne

          Le 15 juin 1963, le Bundestag de la République fédérale d’Allemagne ratifie le traité de l’Élysée après avoir voté un préambule2. Ce document introduit expressément et explicitement les mots et les concepts mêmes que de Gaulle avait opiniâtrement écartés :

          - « étroite association entre l’Europe et les États-Unis d’Amérique »,

          - « admission de la Grande-Bretagne » (qui intégrera la CEE lors de son premier élargissement en 1973),

          - « défense commune dans le cadre de l’Alliance de l’Atlantique nord »,

          - « abaissement des barrières douanières avec la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique, ainsi que d’autres États, dans le cadre du GATT ».

           

          De Gaulle a employé le terme d’« horrible chapeau » concernant le préambule. Il a réagi avec fureur (à huis clos) à la nouvelle de l’intention du Bundestag d’ajouter le Préambule3 :

          « Les Américains essaient de vider notre traité de son contenu. Ils veulent en faire une coquille vide. Tout ça, pourquoi ? Parce que les politiciens allemands ont peur de ne pas s’aplatir suffisamment devant les Anglo-Saxons !

          Ils se conduisent comme des cochons ! Ils mériteraient que nous dénoncions le traité et que nous fassions un renversement d’alliance en nous entendant avec les Russes ! »

           

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_l%27%C3%89lys%C3%A9e

           


          • Attila Attila 25 janvier 17:07

            Après que l’Allemagne ait tenté de saborder le nucléaire Français, faut vraiment être neuneu pour croire que nous allons gober la fable du « couple franco-allemand ».

            « Sur la stratégie à adopter face à la flambée des prix énergétiques, le nucléaire, l’armement européen, rien ne semble plus aller entre Paris et Berlin. De quoi inquiéter en Europe, où le moteur franco-allemand reste une force d’entraînement majeure. « Le couple franco-allemand diverge, il est donc paralysé », s’alarme l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères français Dominique de Villepin. »

            Challenges

            .


            • titi titi 26 janvier 00:49

              @Attila

              "ministre des Affaires étrangères français Dominique de Villepin

              « 

              Villepin fait partie de cocus de cette histoire.

              L’Allemagne s’est servie de lui, et de Chirac, quand elle avait besoin d’aller faire la manche à Bruxelles au début des années 2000.
              A l’époque il était question de »Françallemagne"

              Maintenant que la réunification est payée, que l’Allemagne n’a plus besoin d’aller faire la manche à Bruxelles, alors elle se fout pas mal de la France.


            • paparazzo paparazzo 25 janvier 17:14

              "Paroles et paroles et paroles et paroles et paroles
              Et encore des paroles que tu sèmes au vent "


              lien


              • Legestr glaz Legestr glaz 25 janvier 18:17

                Avec ce genre de mièvrerie, nous sommes au niveau de « bisounours fait de la géopolitique ».

                Aucune connaissance de l’histoire dans cette production naïve façon image d’Epinal. Des contrevérités à foison, un habillage de la réalité honteux.

                Strictement aucun intérêt. 


                • troletbuse troletbuse 25 janvier 19:34

                  @Legestr glaz
                  En tous ca, ca nourrit bien son homme et ca se voit.  smiley


                • Legestr glaz Legestr glaz 25 janvier 20:52

                  @troletbuse

                  J’ai fait un commentaire sur la physionomie de cet homme, ayant visiblement accumulé trop de graisse ectopique, mais, mystérieusement, il a été retiré ? 


                • Durand Durand 25 janvier 22:04

                  Monnet..., Shuman...

                  SUIVANT !

                  ..



                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 janvier 22:27

                      Au moins en hand dans le couple franco-allemand c’est pas nous qui mordons l’oreiller...35 -28 pour les quarts de finale.


                      • stef 26 janvier 12:58

                        Commencez par harmoniser les salaires des profs du simple au double entre la franc et l’Allemagne

                        comment voulez vous qu’il y ait des échanges avec une telle différence du niveau de vie ?????


                        • yakafokon 4 février 18:48

                          L’Union Européenne n’est ni une union, ni européenne !

                          C’est une « tour de Babel » de 27 pays qui ont été en guerre permanente entre-eux depuis des siècles, et qui n’ont aucun intérêt en commun à défendre !

                          En bref, c’est le mariage de la carpe et du cheval, et les semeurs de merde professionnels que sont les Etats-Unis, sont en train d’atteindre le but qu’ils se sont fixés depuis 1945, à savoir affaiblir l’Union Européenne et la transformer en un ensemble de pays du Tiers-Monde peuplés peuplés d’esclaves corvéables à merci !

                          Et ce ne sont pas les nazis qui manquent pour accomplir ce sale boulot : ceux des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, du Commonwealth, de Pologne, de Roumanie, de Georgie, des pays baltes, sans oublier l’Ukraine...ni la France !

                          Venant d’Olav Schloz, on peut comprendre : les deux branlées prises par l’Allemagne qui s’est frottée à la Russie lors des deux guerres mondiales, lui sont restées en travers de la gorge !

                          Des pays baltes, leur haine de la Russie est si ancienne, qu’ils ne se souviennent même plus à quelle époque elle a commencé, mais ça ne les a pas empêché d’accueillir les panzers SS en libérateurs !

                          L’Ukraine, c’est le pays de Stepan Bandera, le pire nazi de l’Histoire de l’humanité, responsable de la mort de 80.000 juifs en Europe, appelée la Shoah par balles, et nous lui devons le massacre d’Oradour sur Glane, au sein de la panzer-division SS Das Reich dans laquelle il s’était engagé avec ses joyeux drilles !

                          Mais que vient faire la France dans ce piège à cons ? Sommes-nous obligés de mourir pour défendre des intérêts stratégiques qui ne sont pas les nôtres !

                          Bien sûr que non, car l’Ukraine n’est ni membre de l’Union Européenne, ni de l’ O.T.A.N. donc si nous le faisons, c’est au mépris des résolutions de l’ O.N.U. !

                          De plus, pour entrer en guerre ( car c’est une guerre totale qui se profile à l’horizon ), il faut une majorité des 2/3 à l’Assemblée Nationale et au Sénat !

                          Je ne crois pas que le Congrès ait donné son accord pour ce massacre !

                          Et les Etats-Unis, qui n’ont pas l’intention de se frotter au seul fournisseur qui leur reste, continueront d’acheter à la Russie du GNL Yamal, et du pétrole Urals, !

                          Le but des Etats-Unis, c’est d’empêcher à tout prix la naissance d’un bloc économique allant de la pointe de la Bretagne jusqu’à la frontière chinoise, qui aurait pu se doubler d’un pacte de défense remplaçant avantageusement l’ O.T.A.N., un véritable cauchemar pour Washington !

                          Comme les pays européens sont dirigés par des traîtres, ils vont en subir les conséquences : plus de gaz, plus de gasoil ni d’essence, plus d’engrais, plus d’uranium,plus d’échanges commerciaux !

                          Alors, vous avez deux solutions :

                          1°) Vous précipiter vers l’abime préparé par les Etats-Unis, en bêlant joyeusement comme les moutons de Panurge.

                          2°) Sortir de l’Union Européenne et de l’ O.T.A.N. en se servant des articles de la Constitution Européenne qui le permettent ( article 50, et article 13 de la partie consacrée à la défense, pour sortir de l’ O.T.A.N. ).

                          C’est à vous de voir en allant sur le site www.upr.fr où François Asselineau vous explique tout ça.

                          Vous pouvez aller sur Wikipedia, pour voir quel homme exceptionnel vous avez loupé, notre « Roi Soleil » l’ayant banni de tous les plateaux télé !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité