• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Italie : sans surprise l’extrême-droite de Salvini se couche devant (...)

Italie : sans surprise l’extrême-droite de Salvini se couche devant l’Union Européenne !

Italie le gouvernement Salvini-Di Maio se couche devant Bruxelles !

Certains groupes militants jadis mieux inspirés ont jugé bon d’apporter un soutien critique au gouvernement italien, dont l’homme fort est pourtant un admirateur notoire de Mussolini. Une chose est de condamner les sommations insupportables de Merkel et de Macron à l’adresse du peuple italien, une autre de faire des gouvernements soi-disant eurosceptiques des chevaliers blancs de l’indépendance nationale. Coup sur coup Orban en Hongrie et Di Maio/Salvini en Italie viennent de prouver que le national-populisme eurosceptique est moins une alternative qu’une soupape de sécurité au néolibéralisme maastrichtien. Orban vient en effet de promulguer une loi Travail qui fait des travailleurs magyars de véritables esclaves de la nouvelle Europe allemande. Quant à Salvini, il vient de se coucher misérablement devant les sommations budgétaires de Bruxelles et de Francfort.

Par conséquent, ceux qui, cédant au Ni droite ni gauche à la mode, racontent que l’union nationale des antilibéraux est la juste voie pour construire un nouveau CNR, quitte à mettre de côté la ligne rouge antifasciste et à flirter avec les droites nationalistes, se trompent doublement. Non seulement parce que la fascisation désormais galopante en Europe n’autorise aucune baisse de la vigilance antifasciste, mais parce que le nationalisme bourgeois n’est rien d’autre que la seconde mâchoire de l’étau capitaliste maastrichtien.

C’est contre l’ensemble du fascisant Parti Maastrichtien Unique, qui intègre de plus en plus visiblement les euro-nationalistes xénophobes, lepenistes, DLR et philippistes inclus, qu il faut construire un nouveau CNR fortement campé sur le monde du travail, avec en son centre une forte gauche patriotique, populaire et antifasciste, impulsant le Frexit progressiste, unissant tous les patriotes républicains et affrontant sans merci l’oligarchie capitaliste toutes tendances confondues.

Sans doute le caractère radicalement populaire (et non populiste) du mouvement des Gilets jaunes a-t-il aussi constitué un retour du concret des luttes, bousculant ces affrontements de connivence Macron/MLP, Macron/Salvini, Macron/Orban dans lesquels on prétendait enfermer le débat il y a encore quelques mois.

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF

Entre l’Union Européenne & l’Euro et le peuple, en Italie comme ailleurs il faut choisir

Par 327 voix pour et 228 voix contre, les députés italiens ont ratifié le 29 décembre 2018 la correction du budget italien imposé par la commission européenne et la banque centrale européenne. Choisissant de supprimer ou réduire à peau de chagrin les mesures phares que l’Union Européenne a invalidé. Dès l’annonce de la formation du gouvernement Di Maio Salvini, l’Union Européenne – bras politique supranationale imposant les ordres des “marchés financiers” ce euphémisme en vogue pour ne pas parler directement de la classe capitaliste – avait annoncé qu’elle ne laisserait pas changer une virgule de la politique d’austérité et de régression anti sociale menée sous sa férule ces dernières années. Sous pression, le gouvernement d’extrême droite italien avait déposé un budget 2019 satisfaisant aux critères des 3% de déficit public du traité de Maastricht, proclamant qu’il resterait dans l’UE mais insuffisamment austéritaire pour satisfaire totalement au programme fixé à Bruxelles et Francfort par l’Union Européenne et la BCE. S’en était suivi quelques rodomontades de Salvini, pour masquer qu’il retirait peu à peu les mesures retoquées par Bruxelles. Au final la semaine dernière, le Sénat italien adoptait un budget déjà largement réécrit par Bruxelles. Mais cela n’a pas suffit. C’est que la Commission Européenne, de par les traités a le pouvoir de dicter jusque dans les moindre virgule la politique de chaque gouvernement des états membres, et celà d’autant plus qu’ils ont été obligés à s’endetter massivement sur les marchés financiers privés à causes de l’Euro. Pour la première fois de l’histoire de l’Union Européenne Bruxelles a rejeté cette version initiale du budget. Dès le 19 décembre, le gouvernement italien cédait à la pression de l’Union Européenne. Ce qu’expliquait sans diplomatie le commissaire européen Dombrovskis « Le gouvernement italien a fait du chemin. Il y a quelques semaines nous entendions des discours offensifs [du gouvernement italien], mais d’intenses contacts ont permis de trouver une solution et d’éviter d’enclencher une procédure de déficit excessif ». Le commissaire européen Moscovici ajoutait “Nous avons fait la démonstration forte que nos règles fonctionnent pour rétablir le sérieux budgétaire ” ajoutant alors “Nous demeurerons vigilants”

Les députés italiens ont donc été reconvoqués en urgence pour voter sur un budget que la plupart n’avaient même pas eu le temps de lire le 29 décembre. On ne peut pas dire que l’Union Européenne s’embarrasse de faire semblant de se plier aux apparences de la démocratie bourgeoise. L’opposition italienne crie à raison que ce budget n’est pas écrit de la main du gouvernement Conte mais rédigé à Bruxelles. On peut avec nuance observer que le gouvernement Conte Di Maio Salvini n’a pas eu de mal à réécrire sous la dictée de Bruxelles son budget sa priorité n’étant pas les mesures mises en avant dans les campagnes électorales pour ratisser le vote des électeurs italiens, mais ” de rester dans l’Union Européenne”.

Le résultat n’est pas une petite modification de budget. Jugez plutôt. Le budget déposé par l’alliance avec l’extrême droite en Italie le 1er juin dernier s’appuyait sur deux hypothèse, un déficit budgétaire à 2,4% du PIB et une croissance 2019 à 1,5%. L’Union Européenne a imposé de ramener le déficit public à 2,4% et la prévision de croissance à 1%. Par ailleurs, Rome a été obligé de ramener à zéro sa prévision d’une relance structurelle de 0,8 % de son PIB (augmentation des déficits liée à des réformes structurelles). Ce qui revient à une coupe dans le budget de l’état Italien pour 2019 de plus de 10 milliards d’euros.

Etranglée par la monnaie unique, l’Italie a vu sa dette publique augmenter ces dernières années pour atteindre les 130% du PIB. L’Euro, qui est en réalité une monnaie allemande alignée sur l’ex Mark est en effet sur évalué massivement, plombant les économies italienne, française, espagnole, etc. Ce n’est pas ici une vue de l’esprit de quelques eurocritiques, mais bien une réalité économique qui est décrite jusque dans les publications du Fond Monétaire International (FMI), tel que l’édition 2017 du External Sector Report du FMI qui a calculté très précisement les écarts de taux de change :

Ampleur des appréciations/dépréciations des taux de change en cas de dissolution de la zone Euro

  Ajustement moyen Ajustement maximal (avec overshooting) Ecart avec l’Allemagne(normal-Maxi) Ecart avec la France(normal-Maxi)
France -11,0% -16,0% 26-43%
Italie -9,0% -20,0% 24-47% +2/-4%
Espagne -7,5% -15,0% 22,5-42% +3,5/+1%
Belgique -7,5% -15,0% 22,5-42% +3,5/+1%
Pays-Bas + 9,0% +21,0% 6-6% +20/+37%
Allemagne +15,0% +27,0% +26/+43%

Source : écart des taux de change réels dans le FMI External Sector Report 2017 et consultations d’experts des questions de change réalisées au début d’août 2017
http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2017/07/27/2017-external-sector-report et http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2016/12/31/2016-External-Sector-Report-PP5057

Retraites et salaires ou Euro, il faut choisir ! Pour s’en sortir, sortir de l’UE et de l’Euro

Les pressions de l’Union Européenne ne sont pas des pressions comptables visant à garantir une solidité budgétaire face à des budgets hasardeux comme cela est présenté par la propagande habituelle des éditorialistes et économistes à gage des médias des milliardaires. Il s’agit à travers cette euro austérité d’imposer des choix politiques profonds imposant une guerre permanente pour baisser les salaires et pensions de retraites, faire voler en éclat les services publics, par étranglement des budgets publics disponibles pour que les Etats de l’Union Européenne puisse mener des politiques sociale et de redistribution envers les travailleurs. Une politique qui n’a que faire en réalité de la dette publique et du déficit public des états, mais qui visent exclusivement à maintenir les taux de plus value du Capital et à mettre à disposition et ouvrir par la privatisation des services et actifs publics de nouveaux marchés et de nouveaux capitaux pour la classe capitaliste à qui ils échappaient jusque là en raison de leur caractère public. Observons que jamais l’Union Européenne n’a censuré un budget d’Etat qui creuserait le déficit public par des cadeaux fiscaux aux entreprises multinationales et aux milliardaires, tels que les budgets Sarkozy Valls Macron qui en supprimant l’ISF ou instituant le CICE ou le bouclier fiscal ont donnés chaque années des dizaines de milliards d’euros aux plus riches. Démontrant par la même la nature de classe de l’Union Européenne pour ceux qui ont douteraient encore.

Le résultat de ce nouveau coup de force de l’Union Européenne en Italie c’est que le soit disant populiste attelage Salvini Di Maio a décide de désindexer de l’inflation les pensions de retraites supérieures à 1 500 euros nets par mois. Une mesure qui va se traduire comme c’est le cas en France par un effondrement des niveaux des pensions de retraites et qui va permettre de faire financer par les retraités italiens les mesures désormais de pur affichage voulues par le M5S d’abaissement de l’age légal de départ à la retraite. Pour financer l’abaissement des impôts des “autoentreprises” voulu par la ligue du nord, c’est le plan d’investissement qui a été mis en coupe réglé et les impôts sur les sociétés y compris et particulièrement sur les associations à but non lucratif sera en hausse.

D’ors et déjà la réponse populaire se prépare, les syndicats appelant à une journée de manifestation le 12 janvier contre l’attaque portée au système de retraite résultant directement des ordres données par l’Union Européenne.

Après le viol des non français et néerlandais de 2005, les chantages contre Chypre et la Grèce s’achevant par le viol du referendum de 2015, ce nouveau coup de force frappant l’Italie démontre que si les peuples veulent se sortir de l’austérité ils doivent sortir de l’Union Européenne du Capital. Pour cela, ils doivent tourner le dos aux à l’extrême droite qui tout en répandant une idéologie nationaliste xénophobe opposant les peuples préfèrent à la souveraineté populaire la dictature de l’Union Européenne du Capital. Salvini, Le Pen, Orban, Wildeers et Cie sont les alliés objectif des Renzi, Macron, Merkel et autres Juncker, au coté de qui ils accélèrent l’eurofascisation. Ils doivent donc être combattus.

JBC pour www.initiative-communiste.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Rinbeau Rinbeau 5 janvier 13:44

    vous n’êtes pas crédible sur Modéravox !

    vous vous comportez comme cette caste oligarque que vous dénoncez souvent.

    Seuls les modérateurs publient, ce qui crée d’ailleurs de plus en plus, un effet de

    médiocrité d’entre-soi, où les commentaires sont souvent plus intéressants que les

    articles. c’est une forme de hiérarchie que dénonce les gilets jaunes, une censure

    en bonne et due forme ! 


    • Alren Alren 5 janvier 13:53

      @Rinbeau
      En ce qui me concerne je fais l’objet d’un interdit de publication pour la deuxième fois, que je contourne comme je peux !


    • Rinbeau Rinbeau 5 janvier 14:10

      @Alren

      être publié sur Modéravox, peut m’importe, je suis publié ailleurs !

      exemple

      www.alterinfo.net/PETIT-MACRON-ROTHSCHILD_a143725.html

      mais j’aime à dénoncer le censure !


    • Rinbeau Rinbeau 5 janvier 14:12

      @Rinbeau

      la censure pardon


    • ledo 5 janvier 19:35

      @Alren

      Parce que ta propagande gogochonesque est à proscrire . Il y a assez d’auteurs issue de la mouvance gauchiste ici , un de plus et ce site bascule dans la propagande puante de gôche. Mais c’est vrai que c’est pas les meilleurs qui publient , quand on voit les torchons du sous off gonfleur d’hélice , il y a de quoi se poser des questions.


    • michalac michalac 5 janvier 20:13

      @Rinbeau

      Excusez-vous plutôt du « peut m’importe » ...


    • patwa 5 janvier 14:02

      Salutations camardes !

      Assez ! Qu’on remplace le camarde sus décrié par n’importe quel autre !

      N’est-ce-pas la une des bien bonne chose d’extrême gauche ? Au suivant !

      Vous êtes remplaçable et vous le savez ! Tirez vous ! Vous étes trop vieux !

      On veux un militant pour un Parti communiste du XXIe siècle !


      ++


      • oncle archibald 5 janvier 15:16

        @patwa

        La camarde qui ne m’a jamais pardonné
        D’avoir semé des fleurs dans les trous de son nez
        Me poursuit d’un zèle imbécile ....
        Alors, cerné de près par les enterrements,
        J’ai cru bon de remettre à jour mon testament,
        De me payer un codicille.


        Un seul Grand Georges, pas Marchais, l’autre ! Un anar, un vrai, un mec irremplaçable, avec une vie cohérente.

        Tandis que des communistes ... Ils sont effectivement très remplaçables et interchangeables sans que rien dans leur crane ne change jamais. A se demander s’ils sont doués de la capacité de réfléchir. Heureusement il s’agit d’une espèce en voie de disparition ....


      • patwa 5 janvier 20:32

        @oncle archibald

        Mon oncle !

        Georges Brassens,

        Supplique pour être enterré à la plage de Sète,

        La machine a oublié ou et quant !

        Mais se souvient
        .


      • Norbert 7 janvier 06:16

        @oncle archibald

        Sauf que toi t’a rien à voir avec Brassens. Evidemment pas plus que presque tout le monde si on parle du talent. Mais le hic , c’est que tu ne comprends pas grand chose au bonhomme que tu adules. Brassens est moralement toujours du côté des opprimés et il est courageux et il n’était pas vraiment avec les médias si tu as remarqué quand même. Tu peux penser ce que tu veux mais fait un effort pour ne pas forcer Brassens à penser ce qu’il ne pense pas. 


      • Norbert 7 janvier 06:18

        @Norbert

        fais un effort


      • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 06:19

        @Norbert

         smiley ?

        (c’est la mort du petit cheval ou je vais savoir en suivant ce que la locution « Norbert » vient faire dans l’histoire... sans que j’ai besoin d’aller expertiser sa biographie... et partant éventuellement l’atomiser direct en suivant... !? —smiley


      • François Pignon François Pignon 5 janvier 14:15

        Tout homme a un prix.

        Celui de Salvini doit être assez élevé, mais on ne le connaitra jamais.

        Tant que les multinationales et les fonds d’investissements pourront acheter les officiers, les simples soldats des organisations politiques seront cocus.

        Tsipras et Siriza n’étaient pas vraiment l’extrême-droite, mais les stratégies étaient les mêmes.


        • Paul Leleu 6 janvier 19:06

          @François Pignon

          tout à fait... il faut prendre un contrôle populaire de la monnaie...

          comme dit Rotschild : « donnez moi le pouvoir de créer la monnaie, et je moque de qui crée les lois »...

          c’est pas juste de l’Euro qu’il faut prendre un contrôle populaire.... mais du Dollar étasunie, monnaie réelle mondiale ...

          les ennemis sont les banques privées qui tiennent la FED (Federal Reserve - institution privée !!), qui émettent le Dollar, tiennent les USA, et s’appuient sur sa structure militaire, culturelle et industrielle pour imposer leur empire.


        • zygzornifle zygzornifle 5 janvier 14:43

          L’UE va prendre en charge la reconstruction du pont de Gènes ?


          • oncle archibald 5 janvier 15:25

            « Quant à Salvini, il vient de se coucher misérablement devant les sommations budgétaires de Bruxelles et de Francfort. »

            Ben, c’est que c’est assez difficile de dire à son banquier « va te faire foutre » et en même temps de lui demander de bien vouloir te prêter encore quelques centaines de millions d’euros pour payer les fonctionnaires à la fin de mois .... Quand on vit à découvert c’est le banquier qui dicte ses conditions.

            Mais rassurez vous ça n’est pas une spécialité de l’extrême droite ... Un certain Tsipras qui ne me parait pas spécialement être un adorateur d’Hitler et de Mussolini a été lui aussi obligé d’aller à Canossa après avoir fait de grands moulinets de bras ..... pour se faire élire !


            • Attilax Attilax 5 janvier 16:51

              Encore une preuve que les elections ne nous sortiront jamais de cette merde. Même quand les peuples votent pour des « rebelles » type Tsipras ou Salvini, ceux-ci se révèlent être des traîtres...


              • oncle archibald 5 janvier 16:56

                @Attilax :

                Mais pas du tout, rien à voir avec qui est au pouvoir. Le pognon vous n’allez pas le fabriquer en claquant des doigts, sauf des billets de Monopoly dont personne ne voudra.

                La réalité est cruelle mais elle est celle là : pour être « patron chez soi » il faut d’abord éponger ses dettes, sinon c’est le banquier qui est patron et qui fixe les règles du jeu.


              • HELIOS HELIOS 5 janvier 20:07

                @oncle archibald

                OK pour éponger les dettes... mais comment fait-on, lorsque l’industrie s’est barrée, les travailleurs détachés comme les marchandises et les capitaux se sont eux aussi barrés par les portes et les fenetres ouvertes a tous les vents, et que chaque jours qui passe une palanquée de nouveaux arrivants viennent tirer sur les ficelles de la solidarité ???


              • eresse eresse 5 janvier 22:45

                @oncle archibald
                Détrompez vous, actuellement le pognon est créé en claquant des doigts, ou plutôt en bas d’une ligne comptable.
                Autant que je me souvienne, mais l’Argent, le vrai, émis en billet et pièces représente 1100 milliards € , mais la masse monétaire totale représente 11500 milliards €. Cela vous donne une petite idée de l’argent virtuel émis par les banques de tous poils sous forme de prêts et autres .
                C’est pas un claquement de doigts, mais une signature en bas de page.
                Le plus triste, je pense qu’il n’y a pas assez de billets et pièces en circulation pour payer les intérêts de toutes les dettes créées par les banques.


              • oncle archibald 5 janvier 23:35

                @HELIOS

                Ah je suis bien d’accord, le pb est énorme et hyper complexe, mais ça n’est pas en faisant en sorte que les recettes de l’état s’effondrent et que ses dépenses s’envolent que l’on remettra de l’ordre dans les finances de l’état. Or c’est exactement le résultat incontournable de ce que font les gilets jaunes ... De la à penser que leur but n’est pas du tout que ça aille mieux au quotidien pour les plus faibles d’entre nous ... Il n’y a qu’une évidence à constater.


              • Laurent Trousselle Laurent Trousselle 6 janvier 00:28

                @oncle archibald
                « sauf des billets de Monopoly dont personne ne voudra. »
                Mais les billets sont TOUS des billets de Monopoly, non ?
                Et l’idée, c’est que tout le monde les veuille.
                Il y a sans doute un moyen d’arriver à ça.
                À une époque, une des monnaies au monde ayant le plus de valeur était celle de...
                l’Argentine.


              • pipiou 6 janvier 01:03

                @eresse

                Vous caricaturez ce qu’est la monnaie. D’ailleurs vous pensez que la monnaie de papier a plus de valeur que la monnaie scripturale. Ce que vous appelez « l’argent « est un outil beaucoup plus complexe que vous ne croyez.


              • CN46400 CN46400 6 janvier 08:58

                @oncle archibald
                Les banquiers sont impitoyables quand il sont persuadés qu’il ne peuvent espérer aucun remboursement. Mais ils sont bien plus accommodants lorsqu’ils ont affaire à des débiteurs susceptibles de produire quelques remboursements. Or la France dispose dispose d’une force de travail, donc de plus-value, de 40 millions de prolos très correctement formés....


              • kirios 6 janvier 09:05

                @Attilax
                je pense qu’il ne faut pas confondre :
                Tsipras s’est couché tout de suite,
                Salvini fait partie d’une coalition et cette coalition n’a pas pris d’engagements pour la sortie de la ce.
                pour ceux que ça intéresse un tas de dispositions sont prises qui vont à l’encontre des exigences de la c e  particulièrement une nette hausse des revenus les plus bas -


              • oncle archibald 6 janvier 12:54

                @CN46400 : bien d’accord avec vous, c’est parce qu’ils savent avoir beaucoup de chances d’être remboursés que les banquiers prêtent à la France avec des taux très bas, voire des taux négatifs ! Ils n’appliquent pas les mêmes taux pour prêter à la Grèce, à l’Italie ou au Portugal.


              • François Vesin François Vesin 6 janvier 13:02

                @oncle archibald
                « sinon c’est le banquier qui est patron et qui fixe les règles du jeu. »

                Et qui a décidé que le banquier dont le patron était
                l’Etat Français souverain par délégation du Peuple
                serait désormais obligé de s’endetter au près de banques privées ?
                Ils nous ont spolié : leur dette abyssale ne nous concerne pas.


              • oncle archibald 6 janvier 18:30

                @François Vesin :

                Faire tourner la planche à billets ça ne peut réussir qu’en Islande, parce que c’est un pays de 331 000 habitants qui vit du commerce de sa pêche et du tourisme. Ils n’ont nul besoin d’une monnaie « forte » puisqu’ils n’ont pas d’industrie qui doive affronter une concurrence internationale !


              • ledo 5 janvier 19:39

                Dis donc camarade , tu es pour le Frexit et tu t’occupes de ce qui se passe en Italie ??? Là on voit bien que comme le PCF , vos intentions internationalistes ne vous ont jamais quitté. De vrai menteurs déguisés en nationaliste , à vomir.


                • kirios 6 janvier 09:57

                  @ledo
                  puisque tu m’en donnes l’occasion et qu’il y a un bon moment que j’ai envie de te l’écrire :
                  va te .... !


                • ledo 6 janvier 16:30

                  @kirios
                  çà y est tu t’es soulagé ??? Mais t’as pas les couilles d’écrire ce que tu penses !!!!


                • foufouille foufouille 5 janvier 20:45

                  sans surprise, tsipras ...............


                  • zzz'z zzz’z 5 janvier 22:18

                    Comme en Frankreich, l’idée de quitter l’Union dans les pays de Salvini ou de Tsipras ne mûrit pas la majorité. Salvini doit jouer les prolongations, et, certainement les tirs au but, pour placer le peuple italien devant la question qui une fois posée déclenchera la sortie de l’Italie sur faute de l’UE, pouvant ainsi enchlusser la dette de très belle façon. 


                    • eresse eresse 5 janvier 22:49

                      @zzz’z
                      En fait, de plus en plus de pays voit un interêt dans l’Europe, l’Europe des nations et pas l’europe centralisée de Bruxelles sous dirigisme Allemand.
                      Il faut que l’idée mûrisse, mais on constate qu’elle gagne petit a petit du terrain depuis l’Europe de L’est. Elle est déjà arrivée en Italie.
                      Patience


                    • goc goc 6 janvier 01:39

                      Pour cela, ils doivent tourner le dos aux à l’extrême droite qui tout en répandant une idéologie nationaliste xénophobe opposant les peuples préfèrent à la souveraineté populaire la dictature de l’Union Européenne du Capital. Salvini, Le Pen, Orban, Wildeers et Cie sont les alliés objectif des Renzi, Macron, Merkel et autres Juncker, au coté de qui ils accélèrent l’eurofascisation. Ils doivent donc être combattus.

                      tout a fait d’accord.

                      D’ailleurs c’est dans ce contexte qu’on doit remettre deux événements à leurs places

                      1 le ratage (volontaire à mon avis) de MLP lors du débats d’entre 2 tours de la presidentielle

                      2 L’alignement de Salvini sur la politique du régime sioniste et ses propos anti-arabes tenus la-bas (à quand l’ambassade d’Italie à Jérusalem ?)


                      • Balkanicus 6 janvier 04:07

                        @goc

                        Ratage volontaire de mlp a l entre 2 tour c est sur, ca m a meme choqué, c etait trop gros pour ne pas etre volontaire....on aurait dis un bucheron face a un magistrat ...

                        Juste une grosse blague fictive d opposition qui n en est pas....


                      • oncle archibald 6 janvier 13:02

                        @Balkanicus : « Juste une grosse blague fictive d opposition qui n’en est pas »

                        Je crois plutôt que la PME « Le Pen », surtout depuis qu’elle est gérée par la fille, n’a aucune ambition politique autre que d’exister avec un électorat assez consistant pour nourrir grassement ses permanents.

                        Les Français ne sont que la matière première nécessaire au fonctionnement de cette affaire commerciale familiale, ma foi plutôt prospère !


                      • HELIOS HELIOS 6 janvier 15:55

                        @Balkanicus

                        ... personnellement, je ne crois pas du tout que ce soit volontaire, mais je pense plutôt que ce fut tres bien organisé !
                        Rappelez-vous, on disait que Macron allait s’enerver, que tout le débat se jouerait sur la tranquilité de MLP et sur des propositions irrealistes de Macron...
                        En fait, la force des communicants de Macron, payés par qui on sait ont « abusé », « enfumé » le staff du FN et MLP a été a coté de la plaque.

                        Remarquez que la prochaine fois, cela ne se passera pas comme ça, s’il y a une prochaine fois.


                      • oncle archibald 6 janvier 18:17

                        @HELIOS : ah chouette !

                        UN COMPLOT ! UN COMPLOT ! UN COMPLOT !

                        C’est tellement commode pour expliquer ses échecs les complots . C’est moins traumatisant de dire on lui a foutu une peau de banane sous les pieds que de dire elle a été minable, et c’était peut être volontaire car elle ne veut surtout pas gouverner ! Réfléchissez : c’est tellement plus confortable de jouer la mouche du coche que de mettre les doigts dans le cambouis ! On peut continuer à gruger des gogos !


                      • HELIOS HELIOS 7 janvier 04:59

                        @oncle archibald
                        ... je me suis mal exprimé, je veux simplement dire que la bande a Macron a été plus efficace que celle de MLP.
                        C’est tout ce que je dis et le resultat est factuel, Macron est sorti vainqueur du débat et a été élu !

                        Si maintenant vous voulez me faire écrire qu’elle a été minable, effectivement, elle l’a été.
                        Par contre, l’hypothese que vous evoquez sur sa volonté de ne pas gagner l’election, là je ne vous suis plus, car sa victoire lui rapporte(rai) beaucoup plus que sa défaite. On ne dépense pas autant (d’autant qu’on est pas seul), ni on se sacrifie pas pour une place de second, dans ce monde là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès