• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Allemagne en pleine fièvre extrémiste ?
#77 des Tendances

L’Allemagne en pleine fièvre extrémiste ?

« Le grand triomphe de l’adversaire est de vous faire croire ce qu’il dit de vous. » (Paul Valéry, 1941).



Ce dimanche 1er septembre 2019, deux nouvelles élections régionales en Allemagne sont venues alimenter l’atmosphère de fin de règne qui prédomine à Berlin. Atmosphère qui n’avait pas empêché, à Biarritz, le Président américain Donald Trump, n’hésitant pas à s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays étranger, de proposer (à qui ?) un cinquième mandat pour Angela Merkel à la Chancellerie de la République fédérale d’Allemagne (du reste, il avait aussi proposé le maintien de Giuseppe Conte à la tête du gouvernement italien !).

Il est difficile pour les Français de bien comprendre l’importance des Länder (régions) en Allemagne car la France est un pays hypercentralisé (et même si des réformes depuis cinquante ans tendent à la décentralisation, l’esprit reste toujours dans la centralisation). Le gouvernement d’une région allemande n’est pas seulement un "conseil régional" même si on gardera l’équivalence pour simplifier. Il faut plus le rapprocher du gouverneur dans un État des États-Unis.

L’Allemagne est une république fédérale, et beaucoup de décisions (notamment éducation, culture, famille) sont prises à l’échelle régionale. Historiquement, l’Allemagne est un État unifié très récent (Bismarck, 1871), et rassemble les anciennes principautés de la Confédération du Rhin, imposée par Napoléon après la dissolution du Saint Empire Romain Germanique.

Or, ce dimanche, dans les deux Lander (Brandebourg et Saxe) qui élisaient leurs "députés" (donc, en simplifiant grossièrement, l’équivalent des "conseillers régionaux"), le parti d’extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne) a atteint certains sommets : 23,51% des voix en Brandebourg (obtenant 23 sièges sur 88) et 27,49% des voix en Saxe (obtenant 38 sièges sur 119). Dans les deux régions, l’AfD se situe à la deuxième place.

Bien que peu mirobolante, la participation n’était pas particulièrement faible, avec 61,3% en Brandebourg (soit +13,5 points par rapport aux précédentes élections du 14 septembre 2014) et 66,6% en Saxe (soit +17,4 points par rapport aux précédentes élections du 31 août 2014). Comme on le voit, il y a eu un sursaut de participation et elle aurait plutôt bénéficié à l’AfD, notamment en Saxe.

Les commentaires que l’on peut entendre sont donc une inflammation de l’extrême droite en Allemagne. L’association des deux (extrême droite et Allemagne) inquiète tout le monde, et en premier lieur les Allemands bien sûr, traumatisés dans la culpabilité par le Troisième Reich et Hitler. Il paraît assez évident que de culpabilité, il n’y en a plus, du moins dans le comportement électoral. Et cela depuis au moins une vingtaine d’années, peut-être trentaine : peut-être que la Réunification de l’Allemagne a définitivement tourné la page de la sinistre Seconde Guerre mondiale en Allemagne, en évacuant deux dictatures cruelles, la nazisme et le communisme.

Quatre-vingt-six ans après, le nazisme reviendrait-il en Allemagne par la grande porte, celle de l’élection démocratique ? Il faudrait éviter les comparaisons douteuses, car dans tous les cas, l’histoire ne se répétera pas. Jouer sur des comparaisons simplistes a pour effet, très contreproductif, d’agacer et de susciter une colère électorale qui ne peut que grossir parce que les réponses à ce malaise ne sont pas apportées.

Prenons d’abord l’AfD. C’est un parti politique très récent. Il a été fondé le 6 février 2013 (politiquement lancé le 14 avril 2013 à Berlin) sur les bases d’un euroscepticisme nationaliste : après la première crise de la dette souveraine en Grèce et les risques qu’elle faisait courir à l’euro, les fondateurs de l’AfD voulaient le retour aux monnaies nationales, et en particulier, le retour du Deutsch mark, ou, du moins, l’éviction de la zone euro des pays à économie jugée trop faible.

La même année, ce parti, qui n’avait que cinq mois, a surpris aux élections législatives (fédérales) du 22 septembre 2013 en recueillant 2,1 millions de voix, soit 4,70% au niveau national, seuil légèrement trop faible pour avoir des élus, mais cependant énorme pour un nouveau parti, s’approchant du score d’un parti bien établi, les libéraux démocrates (FDP), qui n’avaient obtenu que 4,76% des voix.

Comme avec le FN/RN, l’AfD s’est toujours déclaré ni gauche ni droite, mais la décision du gouvernement allemand d’accueillir les réfugiés à partir de 2015 a modifié le refrain électoral de l’AfD. D’une position eurosceptique, l’AfD est passée à une position supplémentaire ouvertement anti-immigration. Ce thème est toujours porteur, dans cette vieille Europe qui perd ses repères et craint de perdre son identité. La démagogie accentue facilement ce sentiment de perte d’identité. En ce sens, l’Allemagne se comporte comme ses voisins.

_yartiAFD2019A02

Le résultat a été que l’AfD, pour la première fois, a fait son entrée au Bundestag à l’issue des élections législatives du 24 septembre 2017 en presque triplant son score précédent, avec 12,64% des voix, raflant 94 sièges sur 709 au total. C’était énorme. Ce succès électoral est d’autant plus inquiétant qu’il reste en phase ascendante. De plus, la direction de ce parti est elle-même souvent divisée (avec des changements de leaders). Au contraire de la famille Le Pen qui dirige le FN/RN depuis 1972 (et les fissions de Bruno Mégret en 1998 et Florian Philippot en 2017 ont montré que la marque Le Pen restait la plus efficace). Ce sont donc bien les idées de l’AfD et pas le charisme éventuel d’un leader qui ont fait élire cette presque centaine de députés.

La raison de cette montée ? On peut l’imaginer qu’elle est due principalement à la politique humaniste d’Angela Merkel (fille d’un pasteur). L’accueil des réfugiés a placé certains cadres de son parti, la CDU/CSU, dans des difficultés importantes, soit locales soit programmatiques. Toute l’aile droite de l’électorat est dans l’incompréhension totale, si bien que l’AfD est devenue le parti remplaçant. On voit qu’il y a la même problématique dans d’autres pays, y compris en France, où les responsables LR hésitent entre une alliance avec le RN ou une alliance avec LREM. À la différence de la France, le paysage politique allemand n’a pas été bouleversé par la survenue d’un équivalent allemand d’Emmanuel Macron.

Faut-il avoir peur de l’AfD ? Seul l’avenir peut vraiment répondre à la question, mais il semble vrai que plus il inquiète, plus il réussit, car c’est aussi l’objet de la colère des électeurs de vouloir inquiéter et faire peur. Quand on a peur, on se rassure en faisant peur. Je voudrais donc ici pondérer cette inquiétude électorale.

Revenons aux deux régions en question. Le Brandebourg et la Saxe sont deux régions issues de l’Allemagne de l’Est, anciennement communiste donc. Le Brandebourg (2,5 millions d’habitants) est la région qui entoure Berlin, et sa capitale est Potsdam. La Saxe (4 millions d’habitants), officiellement "l’État libre de Saxe", est la région du sud-est de l’ancienne Allemagne de l’Est, sa capitale est Dresde et Leipzig en fait partie. Économiquement, ce sont des régions bien plus faibles que les régions de l’Allemagne de l’Ouest, et inquiètes de la proximité immédiate de la Pologne et de la République tchèque (concurrence pour la main d’œuvre de meilleur marché). Dans ces deux derniers pays, l’électorat aussi montre des tendances de repli identitaire qui nourrissent les partis extrémistes ainsi que les partis gouvernementaux conservateurs.

Lors des élections législatives du 22 septembre 2013, les deux régions (Brandebourg et Saxe) ont été parmi les trois régions dont l’électorat a donné le plus grand score à la nouvelle AfD (6,0% des voix en Brandebourg et 6,8% des voix en Saxe), avec la Thuringe qui a obtenu 6,2% des voix. La Thuringe (2,1 millions d’habitants) est la région sud-ouest de l’ancienne Allemagne de l’Est, sa capitale est Erfurt, Iéna et Weimar en font partie.

Par rapport aux élections régionales de 2014, l’AfD a doublé voire triplé son score à ces élections régionales du 1er septembre 2019 dans les deux Lander.

_yartiAFD2019A03

En Brandebourg, l’AfD est passée de 12,16% des voix (11 sièges sur 88) le 14 septembre 2014 à 23,51% des voix (23 sièges sur 88) le 1er septembre 2019. Cette région est dirigée depuis la Réunification par le SPD qui a chuté de 31,92% (30 sièges) à 26,18% des voix (25 sièges, deux de plus seulement que l’AfD). Mais deux autres effondrements sont encore plus spectaculaires : la CDU, qui avait 22,97% des voix (21 sièges) en 2014 s’est écroulée à 15,57% (15 sièges) en 2019, se faisant supplanter par l’AfD, et Die Linke (l’ultragauche), l’allié régional du SPD, s’est également effondrée de 18,55% (17 sièges) en 2014 à 10,72% (10 sièges) en 2019, dépassée désormais par les Verts qui ont obtenu 10,78% des voix (10 sièges), soit +4,6 points (et 4 sièges de plus) par rapport à 2014.

En 2019, l’alliance rouge-rouge (SPD-Die Linke) n’est plus majoritaire en Brandebourg. Pour obtenir les 45 sièges nécessaires, seule une grand coalition regroupant à la fois SPD, CDU et Verts est possible (le SPD et le CDU étaient en coalition dans cette région de 1999 à 2009).

En Saxe, l’AfD est passée de 9,75% des voix (14 sièges sur 126) le 31 août 2014 à 27,49% des voix (38 sièges sur 119) le 1er septembre 2019. C’est quasiment le triple ! Au contraire du Brandebourg, la Saxe est gouvernée depuis la Réunification par la CDU qui a chuté de 39,41% (59 sièges) en 2014 à 32,11% (45 sièges) en 2019. À part les Verts qui sont en légère progression, passant de 5,73% (8 sièges) en 2014 à 8,63% (12 sièges) en 2019, les partis de gauche sont en chute libre : Die Linke (parti dominant de gauche dans ce Land) est passée de 18,91% (27 sièges) en 2014 à 10,36% (14 sièges) en 2019 et le SPD de 12,36% (18 sièges) en 2014 à 7,73% (10 sièges) en 2019.

C’est plus visible en Saxe qu’en Brandebourg, l’électorat de gauche et une certaine partie de l’électorat de la CDU ont rejoint le vote AfD. Là aussi, pour atteindre une majorité de 60 sièges en Saxe, une grande coalition rassemblant la CDU, le SPD et les Verts semble être la seule possibilité. À moins d’un tremblement de terre politique : une alliance entre la CDU et l’AfD, ce qui paraît peu vraisemblable, tant politiquement qu’électoralement.

Comme on le voit, l’idée d’une coalition régionale CDU-SPD-Verts va sans doute encore renforcer l’AfD qui aura beau jeu de dire qu’elle est la seule "alternative" à la classe politique allemande.

Faut-il s’alarmer de ces scores importants ? Je crois qu’il faut pondérer cette alarme. La hausse d’audience électorale dont bénéficie l’AfD dans ces deux régions prend en compte un élément majeur nouveau. Entre 2014 et 2019, il y a eu la décision d’accueillir les réfugiés. Donc, seulement traduite en 2019, cette hausse n’est pas nouvelle en fait.

Pour cela, il suffit de regarder le score de l’AfD dans ces deus régions lors des dernières élections législatives du 24 septembre 2017. En Brandebourg, l’AfD a recueilli 20,2% des voix et en Saxe, 27,0% des voix. Ainsi, même s’il y a eu amélioration entre 2017 et 2019 (très légère en Saxe), l’AfD a surtout conquis son électorat entre 2014 et 2017. Il est donc certes encore en phase montante, mais bientôt sur un plateau.

On ne s’étonne pas non plus que parmi les plus hauts scores régionaux de l’AfD en 2017, il y a eu la Thuringe avec 22,7% des voix. Les élections régionales en Thuringe sont prévues le 27 octobre 2019 et seront probablement favorables à l’AfD et à Die Linke qui dirige ce Land depuis le 5 décembre 2014.

En Saxe, la CDU n’avait obtenu que 26,9% aux élections législatives du 24 septembre 2017, si bien que l’AfD était devenue la première force politique de la région. Cela a eu pour conséquence, le 13 décembre 2017, la démission du ministre-président CDU du Land, Stanislaw Tillich, auquel a succédé le CDU Michael Krestschmer. C’était un désaveu politique mais pas électoral, puisque ce 1er septembre 2019, la CDU est restée devant l’AfD. Il est d’ailleurs probable que ce changement et rajeunissement de ministre-président a évité le "pire", c’est-à-dire une avance de l’AfD sur la CDU.

Les sondages peuvent donner aussi des indications intéressantes dans chaque Land. En Saxe, la CDU avait environ 38% d'intentions de vote jusqu'en été 2016, puis a chuté de manière linéaire jusqu'en août 2019 (où il était crédité de 26% d'intentions de vote, donc beaucoup moins que son score électoral de dimanche). L'AfD, créditée de 14% d'intentions de vote en été 2015, est montée fortement jusqu'au printemps 2017 (22% d'intentions de vote) puis a progressé lentement et linéairement jusqu'en août 2019 pour atteindre 24% d'intentions de vote (donc moins que son score électoral). Le SPD a diminué lentement (13% d'intentions de vote en été 2015 à 9% d'intentions de vote en août 2019). Die Linke était restée stable longtemps, autour de 16% d'intentions de vote entre l'été 2015 et l'été 2017, puis après une remontée, est redescendue à partir du printemps 2018 jusqu'à revenir aux 16% d'intentions de vote en août 2019. Tandis que les Verts ont suivi une évolution symétrique : descente entre l'été 2015 et le printemps 2017, puis montée en flèche jusqu'au scrutin passant de 4% d'intentions de vote à 13% d'intentions de vote en août 2019.

Ce qui est intéressant, dans les sondages, ce ne sont pas les valeurs absolues (les erreurs sont ici observables), mais les tendances. En Brandebourg, ces tendances entre 2015 et 2019 étaient un peu du même genre. Le SPD (au pouvoir) a chuté de 35% d'intentions de vote en janvier 2015 à 20% d'intentions de vote en juillet 2019, tandis que l'AfD est montée de 8% d'intentions de vote en janvier 2015 à 20% d'intentions de vote en juillet 2019 (jeu égal avec le SPD). La CDU a chuté lentempent sur la même période de 23% d'intentions de vote à 18% d'intentions de vote. Die Linke est restée quasiment stable à 17% d'intentions de vote. Enfin, les Verts, après une stabilité autour de 6% d'intentions de vote, sont montés rapîdement à partir de décembre 2017 pour atteindre 14% d'intentions de vote en juillet 2019.

L’unité de lieu est plus importante que l’unité de temps pour l’AfD. En effet, dans une tout autre région, cette même année, aux élections régionales à Brême (ville-région) du 26 mai 2019, l’AfD est restée stable, passant de 5,51% des voix (5 sièges sur 83) aux précédentes élections régionales à Brême le 10 mai 2015, à 6,12% des voix (5 sièges sur 84) en 2019, n’ayant aucun rôle majeur dans le gouvernement de Brême. En revanche, entre 2015 et 2019, à Brême, il y a cette tendance de l’électorat à se projeter vers la droite.

D'ailleurs, ce plafonnement national de l'AfD a été observé avec les élections européennes du 26 mai 2019. Certes, l'AfD a progressé par rapport aux précédentes élections européennes du 25 mai 2014, passant de 7,04% des voix (7 sièges sur 96) en 2014 à 10,97% des voix (11 sièges sur 96) en 2019, mais faiblement, et a diminué par rapport à ses résultats aux élections législatives du 24 septembre 2017 (12,64% des voix). Rappelons à cet égard que les 11 députés européens de l'AfD se sont inscrits au groupe Identité et démocratie (ID, ex-ENL, Europe des nations et des libertés) au Parlement Européen, aux côtés notamment des députés européens du RN (France), de la Lega (Italie), du FPÖ (Autriche) et du Vlaams Belang (Belgique).

Qu’en déduire de ces deux scrutins ?

Évidemment, ce n’est pas une victoire ni pour la CDU ni pour le SPD, chacun de ces deux partis dirigeant l’un des deux Lander. Cela ne l’est pas non plus pour les alliés "traditionnels" de ces partis, Die Linke et le FDP (qui est inexistant dans ces deux régions). Le seul à avoir renforcé son implantation électorale est donc l’AfD et les Verts peuvent se féliciter de se maintenir voire de se consolider légèrement.

Ces deux élections régionales ne sont pas du tout représentatives de l’ensemble de l’Allemagne. Elles nourriront pourtant la fin de la toute-puissance fédérale d’Angela Merkel. Le vrai problème de l’Allemagne, c’est qu’aucun leader ne semble émerger de la classe politique allemande pour lui succéder, que ce soit à droite ou à gauche. Sa successeure à la tête de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK) est devenue très impopulaire depuis la succession des pertes électorales de son parti (principalement aux élections européennes du 26 mai 2019).

Personne n’a pourtant intérêt à la chute prématurée d’Angela Merkel avant les nouvelles élections de 2021 (à l’exception de l’AfD, bien sûr). En effet, ni la CDU ni le SPD ne sembleraient ressortir gagnants d’une rupture de la grande coalition avec des élections générales anticipées. Ce qui pourrait se préfigurer pour la prochaine législature, c’est la mise en piste des Verts au sein d’une nouvelle coalition. Les Verts gardent, eux, un grand potentiel de développement et de victoire, d’autant plus grand que les enjeux planétaires d’aujourd’hui sur le climat vont leur donner un peu d’avance idéologique sinon programmatique…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (02 septembre 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’Allemagne en pleine fièvre extrémiste ?
Union Européenne : le nouveau casting.
Européennes 2019 (6) : le paysage politique européen.
Le Sommet du G7 à Biarritz.
La Seconde Guerre mondiale.
Le Pacte germano-soviétique.
La République de Weimar.
Walter Scheel.
Benoît XVI.
Le Traité de Versailles.
Anne Frank.
Robert Merle.
Annegret Kramp-Karrenbauer.
Alfred Grosser.
L’Europe de Jean-Claude Juncker.
Le Traité d’Aix-la-Chapelle le 22 janvier 2019.
Texte intégral du Traité franco-allemand signé le 22 janvier 2019 à Aix-la-Chapelle (Aachen).
Guillaume II.
Rosa Luxemburg.
Le cauchemar hitlérien.
Helmut Schmidt.
Willy Brandt.
Angela Merkel, la Chancelière chancelante.
Angela Merkel et Emmanuel Macron au Centenaire de l’Armistice 2018.
Bismarck.
Résultats définitifs des élections régionales en Bavière du 14 octobre 2018.
Les élections régionales en Bavière du 14 octobre 2018.
La GroKo d’Angela Merkel.
Trump veut taxer l’acier européen et les voitures allemandes.
Allemagne : Martin Schulz quitte la présidence du SPD.
Les élections fédérales allemandes du 24 septembre 2017.
Le Traité de Maasticht.
Attentat à Berlin.
L’hommage de l’Europe à Helmut Kohl.
Helmut Kohl, le colosse érodé.
Un homme qui a façonné l'histoire.
Helmut Kohl et Viktor Orban.
Angela Merkel, l’honneur de l’Europe de la solidarité.
La Réunification allemande.
L’amitié franco-allemande.
Le symbole de Verdun.
Les risques de la germanophobie.
L’industrie allemande est-elle honnête ?
Le mur de Berlin.
La chute du mur de Berlin.
Les dettes de guerre.
L’Europe, c’est la paix.
Martin Schulz.
Un nouveau Président du Parlement Européen le 17 janvier 2017.
Hans-Dietrich Genscher.
Le décennat de la Bundeskanzlerin.
Vidéos sur Helmut Schmidt.
La disparition d'Helmut Schmidt.
Mutti Merkel, reine du monde ?
Joachim Glauck.
Angela Merkel et François Hollande à Strasbourg.

_yartiAFD2019A04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.26/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 septembre 18:59

    elle est due principalement à la politique humaniste d’Angela Merkel

    Il vaut mieux lire ça qu’être aveugle ! Utiliser les migrants n’a rien d’humaniste, il s’agit de peser sur les salaires et de fournir de la main d’oeuvre corvéable à merci au patronat allemand.


    • Attilax Attilax 3 septembre 20:31

      @Fifi Brind_acier

      On trouve de la main d’œuvre importée à 1€ de l’heure, il paraît, en ce moment... Le grand patronat est ravi, mais pas les travailleurs. Ceci explique peut-être cela.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 06:40

      @Attilax
      Oui, mais l’extrême droite utilise des arguments racistes et xénophobes qui divisent au lieu de rassembler la classe populaire.


    • Pere Plexe Pere Plexe 4 septembre 10:01

      @Fifi Brind_acier
      Quels ingrats ces électeurs.
      Grace aux lois Hartz ils ne sont plus chômeurs.
      Bon ils restent pauvres, et accessoirement méprisés.
      Mais c’est franchement un détail non ?


    • foufouille foufouille 4 septembre 10:41

      @Fifi Brind_acier

      bosser pour 5€ est bien pour toi aussi.


    • San Jose 3 septembre 21:46

      A mon avis le Reichstag est déjà en flammes. 


      • San Jose 3 septembre 22:00

        Si Merkel a reçu un million de réfugiés, je ne serais pas étonné qu’elle l’ait fait par crainte de Dieu. 

        Elle a pu se dire que puisque Dieu lui avait donné le pouvoir de le faire, s’abstenir serait un péché hypermortel.

        Je ne plaisante pas.


        • generation désenchantée 4 septembre 01:06

          le problème de Merkel , c’est qu’elle n’a pas consultée les autres pays de L’ UE quand elle a lancer son appel a laisser rentrer les « réfugiés » en Allemagne

          L’Allemagne était a ce moment là , détestée par le peuple grec , elle donnait des leçons de bonne gestion a tous les pays de l’UE

          1 millions sont rentrés en Allemagne , dont des gens qui ne sont pas des réfugiés de guerre de la zone syrienne , mais lors du réveillon de Cologne de 2015

          il y a eue 1200 plaintes dont plus de 500 pour agressions sexuelles , pour les allemands qui sont généralement très disciplinés , cela a été un véritable choc

          Rajouter le fait qu’un attentat par camion bélier faisant 12 morts et 56 blessés , un an plus tard a Berlin lors d’un marché de noël

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_du_19_d%C3%A9cembre_2016_%C3%A0_Berlin

          En 4 ans , leurs environnements a changer pour les allemands , avec une certaine crainte d’insécurité qu’ils n’ont pas connut depuis un moment en Allemagne


          • Ruut Ruut 4 septembre 07:33

            @generation désenchantée
            Nous récoltons ce que nous semons.


          • Parrhesia Parrhesia 4 septembre 07:50

            Bonjour, generation désenchantée, 

            Merci pour l’esprit de cette réaction.

            Et la phrase ci-dessous mérite que l’on s’y arrête :

            >>> le problème de Merkel , c’est qu’elle n’a pas consultée les autres pays de L’ UE quand elle a lancer son appel a laisser rentrer les « réfugiés » en Allemagne <<<

            Cette dame a en effet deux bonnes raisons de négliger les consultations des populations réticentes aux dogmes mondialistes :

            1. La mission qui lui a été officieusement assignée par le N.O.M. est de mener cette contre-europe sur les bons rails mondialistes sans se soucier autrement de démocratie.
            2. Pour mener à bien cette mission, elle doit elle-même obéir sans trop tergiverser aux ordres qu’elles reçoit d’un N.O.M. de plus en plus omniprésent à tous les niveaux des sociétés dites « européennes ».

            C’est d’ailleurs de plus en plus visible en France où la pression du N.O.M. ayant été plus efficace que dans d’autres pays, toute résistance démocratique réfléchie et synchronisée, donc efficace, est devenue impossible.

            Bonne journée à vous.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 11:13

              @Parrhesia
              La mondialisation est largement représentée dans les Traités européens, dont la démocratie est absente. Junker a expliqué aux Grecs « qu’il n’y avait pas de choix démocratiques contre les Traités européens ».


            • Parrhesia Parrhesia 5 septembre 08:41

              @Fifi Brind_acier

              >>>La mondialisation est largement représentée dans les Traités européens<<<
               
              Les traités européens sont des actes mondialistes !!!
              Rien, pas une seule virgule, de ce qui est écrit dans ces traités, quelle qu’en soient la forme et la teneur, n’a échappé à la vigilance et à la technicité mondialistes.


            • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 4 septembre 08:30

              C’est pas croyable de lire autant de conneries . Je pose la demande que la modération sur la parution des articles soit rendue visible par tout le monde. Car qui peut valider un article aussi biaisé que cela sauf des gens mal intentionnés. Les Allemands n’ont jamais abandonné leur capacité d’ être à nouveau une menace. Merkel est plus sournoise qu’il y paraît. L’après Merkel c’est le déluge.


              • Parrhesia Parrhesia 5 septembre 10:45

                @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

                Bonjour,
                Excellente suggestion sur le principe !
                Si je reste à l’évidence contre toute censure, il y a effectivement entre la censure d’un texte et son approbation, la solution intermédiaire qui consiste à ne pas l’approuver.
                Malheureusement, la division de l’opinion est désormais telle que, quelle que soit la teneur d’un texte, il trouvera toujours un ou plusieurs partisans.
                C’est l’envers de la médaille nommée liberté d’expression.

                Bonne journée à vous.


              • the clone the clone 4 septembre 09:31

                Merkel a semé le vent , il est temps que l’Allemagne récolte la tempête ....


                • Albert123 4 septembre 10:21

                  toujours marrant de voir que la posture anti immigration dénoncée par les kapos de l’oligarchie mondialiste est toujours considérée comme raciste et une résurgence du nazisme.

                  C’est d’autant plus rigolo que ce sont les lubies des mondialistes et leur égocentrisme d’aliéné qui constituent le véritable terreau qui permet à ce qu’on appelle l’extrême droite de prospérer.

                  Bref comme toutes les autres catégories spécialisées dans la pleurniche, les mondialistes sont responsables de rien et victimes de tout.

                  c’est du coup tout à fait normal de voir se regrouper : feministes, pro migrationnistes, antiracistes, antispécistes et autres gauchistes unis pour mieux servir le projet des mondialistes, 

                  non pas parce qu’ils y adhèrent consciemment mais parce la proximité des profils et des tares qui vont avec les réunissent naturellement.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 10:58

                    @Albert123
                    Suivant les bons conseils de Terra Nova, la Gauche a abandonné les classes populaires au profit des femmes, des migrants et des LGBT. Elle se plaint ensuite que les classes populaires se tournent vers l’extrême droite. Le capitalisme et la finance ne sont plus ses ennemis, c’est le RN qui est devenu l’ennemi de la Gauche.

                    Mais là aussi les classes populaires se font avoir, il suffit de lire la profession de foi du RN aux européennes, pour comprendre que ses propositions sur l’immigration ne disent rien sur les solutions pour aboutir à ce résultat...

                    Le RN ne veut pas sortir de l’ UE, comment compte-t-il faire pour « retrouver les frontières de la France et en finir avec l’immigration massive » ?
                    Ben... on ne sait pas !

                    En attendant Gauche et Extrême-droite divisent les classes populaires, et diviser pour mieux régner, l’UE et le patronat se réjouissent !


                  • Julot_Fr 4 septembre 12:42

                    N’oublions pas l’eventuelle possiblite pour l’oligarchie de truquer les resultats.. afd en tete des resultat serait bon signe pour la sanite des allemands compte tenu de la volonte implacable de Mutti a demolir son pays d’accueil (il parait qu’elle n’ose pas parler du peuple allemand, ca lui brulerait les levres)


                    • kimonovert 4 septembre 14:15

                      « Revenons aux deux régions en question. Le Brandebourg et la Saxe sont deux régions issues de l’Allemagne de l’Est, anciennement communiste donc. Le Brandebourg (2,5 millions d’habitants) est la région qui entoure Berlin, et sa capitale est Potsdam. La Saxe (4 millions d’habitants), officiellement »l’État libre de Saxe« , est la région du sud-est de l’ancienne Allemagne de l’Est, sa capitale est Dresde et Leipzig en fait partie. Économiquement, ce sont des régions bien plus faibles que les régions de l’Allemagne de l’Ouest, et inquiètes de la proximité immédiate de la Pologne et de la République tchèque (concurrence pour la main d’œuvre de meilleur marché). Dans ces deux derniers pays, l’électorat aussi montre des tendances de repli identitaire qui nourrissent les partis extrémistes ainsi que les partis gouvernementaux conservateurs.  » Et si on avait commence par cela ! https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Brandebourg_(province) https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Saxe_(Land)

                      Les habitants de la premiere ont connu le militarisme imperial prussien, et avec la seconde, de 33 a 45 les nazis puis de 45 a 90 les communistes... Genre de fréquentations qui cabosse le casque... Sans baigner dans le bouillon de culture democratique, il est sur qu’on ne peut s’imprégner de ses saveurs ! Ach ! Z’est kolossal zette frakture kulturelle...


                      • sophie 5 septembre 11:37

                        Suite aux récentes élections, la réponse est : non, pas encore...


                        • Massaliote 5 septembre 15:20

                          Marre de cet enfumage pemanent.

                          Hitler n’était « d’extrême-droite » il était national-socialiste.


                          • paulau 5 septembre 15:34

                            J ’ai glané le texte ci-dessous sur le Net. On commence peut-être à se rendre compte en haut lieu que l ’immigration sauvage pose problème.

                            « 
                            Immigration de masse. Une préfète dit certaines vérités :

                             » ..........Profils de ces familles déposant un dossier ? Des Albanais et des Géorgiens en majorité. « Des pays dits « sûrs » où en moyenne l’obtention de statut de réfugié est de l’ordre de 3 % », rappelle la préfète. « Les Géorgiens viennent en France pour se faire soigner et profiter - au bon sens du terme - du système de santé. On en voit qui sont très malades ».............. « Le juge dit que quand on est débouté du droit d’asile, on n’a pas le droit à un hébergement d’urgence.............Répondant aux exigences de fermeté du ministre Castaner, la représentante de l’État rappelle encore une fois le droit. « Quand on est débouté définitivement du droit d’asile, on a vocation à rejoindre son pays d’origine, a fortiori s’il est labellisé « sûr ». Faut-il faire croire à ces gens qu’ils ont un avenir en France ? » Mieux accueillir ceux qui ont un statut et renvoyer chez eux les déboutés du droit d’asile, voilà la réponse de la préfecture à la crise migratoire "

                            source : https://www.letelegramme.fr/_amp/409/12373409.php


                            • the clone the clone 6 septembre 08:20

                              Pour faire chuter la fièvre Merkel va faire rentrer 1 million de migrants .... Hahahha


                              • ETTORE ETTORE 8 septembre 16:40

                                Stigmatiser le peuple allemand, en les accusant, encore, d’avoir des relents de nazisme, leur sortant par les narines, est tout simplement grotesque.

                                Ce n’est pas tant le peuple qu’il faut accuser de précipitation post historique, que Merckel qui s’empresse de répondre à la très forte demande de certaines

                                industries, friandes de main d’oeuvre, à plus que bas coût....les mêmes qui avaient rendu le STO obligatoire pour prospérer.

                                Les peuples quels qu’ils soient, on leur a toujours fait porter la responsabilité des rots les plus sinistres de l’histoire.

                                Mais on oublie volontairement, qui leur sert cette pitance si indigeste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès