• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Allemagne, nœud gordien de l’Europe

L’Allemagne, nœud gordien de l’Europe

L'Allemagne reste aujourd'hui encore la plus grande puissance en Europe.

C'est dire que toute ambition politique européenne ne peut non seulement l'ignorer, mais requiert son adhésion.

Pour parvenir à ce but, il est nécessaire que l'Allemagne redevienne européenne.

C'est-à-dire ni nationaliste, comme elle l'a été depuis le XIXe siècle, ni américaine comme elle l'est depuis 1945.

L’Allemagne, plus grande puissance démographique et économique de l’Europe, située en son centre, s’avère aujourd’hui à nouveau le nœud gordien de l’Europe.

Éclipsée temporairement par d’autres puissances européennes ascendantes, la France puis la Grande-Bretagne, l’Allemagne a depuis la fin du XIXe siècle retrouvée la prépondérance qui fut la sienne depuis la fin de l’Empire romain.

Une prépondérance toutefois encore démographique et économique, mais plus de nature politique, puisqu’elle a perdu, comme presque tous les pays européens, sa liberté de décision au profit de son tuteur américain.

Une anomalie totale pour un peuple qui depuis l’antiquité a été un des seuls d’Europe à n’avoir jamais été vaincu par d’autres.

Bien au contraire, la spécificité de l’Allemagne c’est d’avoir triomphé des Romains et de tous les peuples dominés par eux.

Les Allemands, c’est-à-dire les Germains comme disent encore les Anglo-Saxons (Germans), sont le seul peuple européen à avoir résisté à la conquête romaine, ce qui ne fut pas le cas des divers peuples celtes ou autres : Celtes de Gaule (France), de Bretagne (Grande-Bretagne), d’Italie du Nord (Lombardie), d’Ibérie (Ibères), Grecs, Basques et autres.

Sans pour autant se substituer aux populations celtes indigènes, ils les dominèrent politiquement par le biais de leurs diverses tribus (Francs, Angles, Saxons, Burgondes, Lombards, Wisigoths, Ostrogoths...) et créèrent ainsi les premiers royaumes européens depuis la colonisation des Celtes par les Romains.

Ils purent continuer à dominer tous les autres peuples d’Europe par le biais du Saint Empire Romain Germanique, devenu tentaculaire, multinational, multiculturel, multiconfessionnel, hétéroclite, de par sa fusion apparente avec ses ramifications autrichiennes des Habsbourg et Espagnoles.

Cet édifice artificiel vit peu à peu son centre quitter les Allemagnes pour la péninsule Ibérique et ne résista pas à la soif de liberté des peuples asservis à un pouvoir qu’ils ne reconnaissaient pas à l’image des habitants des Pays-Bas.

Par ailleurs les excroissances territoriales que les Germains avaient acquises tant à l’Ouest qu’à l’Est sur les autres peuples (Gaulois, Slaves) se heurtèrent progressivement à la reconquête par les Français en Lorraine et Alsace et des Polonais à l’Est des régions d’où ils avaient été chassés, puis à une domination totale jamais acceptée de la France napoléonienne, fille de la Révolution française.

Affaiblie pour la première fois, l’Allemagne, continuellement à la recherche de ses frontières mouvantes depuis l’antiquité, ne retrouva sa puissance qu’à la fin du XIXe siècle avec l’émergence de la Prusse sous la férule d’Otto Von Bismarck.

Blessée dans son essence, dans sa langue, dans son âme, elle commença à se soulever derrière le flambeau de Schiller et de Goethe pour finir par le rassemblement de son peuple dans une unité politique qu’elle n’avait jamais véritablement connue.

Décidée à retrouver ses frontières perdues et ses frères germaniques qui avaient volontairement ou involontairement choisi de lier leur destin avec d’autres peuples européens (Autrichiens, Suisses alémaniques, Alsaciens, Lorrains mosellans, Flamands…), c’est avec rage et furie qu’elle se rua à l’assaut de ses voisins d’abord seulement Danois, Autrichiens, Français, puis Slaves comme les Polonais ou les Tchèques, pour finir par la folie meurtrière et le triomphe absolu du Mal d’Adolf Hitler.

Un Mal dont l’Allemagne ne s’est toujours pas délivrée, hélas, comme si le fils d’Hitler devait payer à jamais pour la faute de son père.

Une situation aussi absurde que celle de vieux pays dont les ancêtres se sont mal comportés à un moment donné, à l’exemple des Romains / Italiens dans presque toute l’Europe, des Espagnols, Français ou Anglais en Amérique latine ou en Afrique…

Occupés pour la première fois de leur longue Histoire par les armées des États-Unis d’Amérique, subissant leur influence culturelle au point de devenir les moins européens de tous les Européens, au point que même Madame de Staël qui avait si remarquablement décrit l’âme allemande dans ses écrits (“De l’Allemagne”) serait bien en peine de la retrouver aujourd’hui.

La conséquence de cet état de fait, c’est que l’Allemagne d’aujourd’hui, tout comme le Japon d’ailleurs, reste le pays d’Europe qui s’est le moins délivré de son passé et qui hésite encore à reprendre sa liberté de penser et d’action.

Ecartelée longtemps entre l’alliance avec la France offerte par Charles de Gaulle et la dépendance politique et militaire des États-Unis, l’Allemagne n’a encore opté que pour la réussite économique dans le cadre d’une Union européenne dont elle est la première bénéficiaire à condition de ne pas dilapider sa richesse pour d’autres Européens. Ce qu’elle a réussi remarquablement à faire jusqu’à présent.

Mais cette situation ne saurait durer éternellement.

Le retour progressif des peuples sur la scène mondiale et tout particulièrement européenne qui se manifeste sous des formes variées aussi bien à l’est de l’Europe (Pologne, Hongrie…) qu’en son centre (Autriche, Suisse, Tchéquie…) et désormais à l’ouest (Italie, Grande-Bretagne, Catalogne dite espagnole...) contribue à changer le paradigme idéologique de la vision de notre continent. Une réaction salutaire face aux excès d’une mondialisation apportée certes par le progrès technique, mais totalement incontrôlée et au seul bénéfice d’une minorité apatride universelle comme pouvait l’être autrefois une certaine aristocratie européenne.

Au point d’opprimer les peuples qui désormais manifestent au grand jour leur soif de liberté, tels nos frères allemands qui au moment de la réunification si espérée de leur pays chantèrent à tue-tête “Wir sind ein volk”- “Nous sommes un peuple”.

*

Alain Renaud, le 25 octobre 2019

Si cet article vous a intéressé, je vous invite à lire mes deux derniers ouvrages :

“La France, un destin” Editions l’Harmattan

“L’Europe, un destin”, Editions l’Harmattan.

*

Moyenne des avis sur cet article :  1.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • kimonovert 3 décembre 19:23

    « L’Allemagne reste aujourd’hui encore la plus grande puissance en Europe. »

    Boum, le coup de marteau pilon d’office ! Aïe... Prouvez donc vos assertions...


    • kimonovert 3 décembre 20:49

      @kimonovert Selon https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Économie_de_l’Allemagne : « L’Allemagne est depuis 2007 la quatrième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis, la Chine et le Japon, est la première de l’Union européenne et de l’Europe, avec un produit intérieur brut de 3 677 milliards de dollars. ... En classement par PIB en PPA, l’Allemagne est le 5e pays. »

      Puissance militaire : https://www.latrompette.fr/articles/posts/l-allemagne-sera-une-plus-grande-puissance-militaire-que-la-russie

      En général : https://journals.openedition.org/allemagne/446

      Pour apprendre :

      Niveau collège : http://keepschool.com/fiches-de-cours/college/geographie/puissance-allemande.html

      Plus : https://www.maxicours.com/se/cours/l-allemagne-puissance-mondiale-ou-puissance-europeenne



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 20:23

        @kéké02360
        Vidéo intéressante, mais ce n’est pas Mitterrand qui a créé l’euro.
        Il a été créé en 1965 à Washington, par 4 Hauts fonctionnaires US et Robert Marjolin, qui était le représentant de la CEE de l’époque.
        .
        C’est dans un document américain, déclassifié en 2000, découvert par un journaliste britannique du Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard.


      • mmbbb 3 décembre 21:46

        @Fifi Brind_acier oui peut etre , Mais il y a aussi la décolonisation qui a obéré notre developpement economique apres la guerre Celle ci nous a coute tres cher socialement ( plus d un million d appelés du contingnet ) et economiquement alors que l Allemagne se redressait a grand pas. G DUBY histoire de France .
        Ce n est ni la faute a L OTAN ni a la CIA mais a notre histoire 


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 07:24

        @mmbbb
        La France a bénéficié du Plan Marshall comme 15 autres pays européens.
        Seize pays acceptent l’aide américaine : Autriche, Belgique, Danemark, Irlande, France, Grande-Bretagne, Grèce, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse et Turquie.

        Mais pas l’Allemagne. Et la France n’était pas le seul pays à avoir un Empire colonial. Vous ne démontrez rien du tout.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 20:11

        Les Allemands feront bien ce qu’ils voudront, ce n’est pas notre problème. Notre problème, c’est de sortir du piège européen, avant de finir comme les Grecs.

        .

        La France aussi n’a connu que 2 périodes de domination étrangère : l’occupation allemande et l’Union européenne. Le mythe du couple franco allemand à la vie dure, c’est une légende urbaine au profit exclusif de l’opinion publique française.

        .

        Le vrai couple est germano-américain. Cf le site Internet de la Maison Blanche.


        • Tall Tall 3 décembre 21:02

          Hitler aurait applaudi cet article.


          • mmbbb 3 décembre 21:39

            «  Bien au contraire, la spécificité de l’Allemagne c’est d’avoir triomphé des Romains et de tous les peuples dominés par eux. » . C etait des tribus hétéroclites vivant de razzias notamment en Gaule , pays riche et convoité et déja structures .en Oppidums Les Romains durent construire le limes ( mur sur plus de 550km ) afin de se proteger . Donc ce n etait pas pas l Allemagne ; L Allemagne c est Bismarck qui l a construite en s opposant a la France . Frederic II dit le despote eclaire regnait alors sur la Prusse ! 

            « l’Allemagne n’a encore opté que pour la réussite économique » . C etait deja son choix initial, assoir sa prééminence par la force de son industrie et de son economie Les Allemands n ont jamais decide a etre les seconds gendarmes du Monde et nous laissent seuls en Afrique par exemple , Et ils ont raison

            P Seguin le disait dans son celebre discours notamment sur le débat de l euro et le traite de Maastricht 

            Quand Macron est alle au USA en 2018, le politologue Georges Friedman , dans une article de l Express , considérait la France comme une colonie de l Allemagne . Il parlait au moins sans ambages 

             L Allemagne est un peuple la France nation Fichte parle de peuple allemand et Renan parle de nation



              • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 3 décembre 22:22

                Connaissez vous ce site ? https://allemagne-au-max.com/forum/

                Ca fait longtemps que je n’y suis pas allé, mais il y a quelques années ses membres étaient convaincu que la frontière naturelle entre la France et l’Allemagne est :« la ligne bleue des Vosges ».

                Ajoutez à cela les euro régions et vous aurez une vue d’ensemble du projet Allemand pour l’Alsace-Moselle germanique.

                Si vous croyez que 2 défaites ont calmé ce peuple belliqueux, vous vous trompez !

                Les anglais sont nos ennemis historiques, mais les allemands et les américains sont nos ennemis contemporains.


                • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 3 décembre 22:29

                  @dr.jambon-beurre

                  Il semblerait bien que nos zélites parasites nazionales nous fassent un « remake » de la kollabo version 21è siècle.

                  Ce n’est pas une purge qu’il nous faut mais un renouvellement complet.


                • Djam Djam 4 décembre 10:56

                  @ Alain Renaud

                  Article intéressant, merci Alain !

                  Cela dit, je suis toujours étonnée de la fascination qu’opère l’Allemagne sur les élites de notre pays. Non comptant d’avoir subi la tentative de conquête d’une Allemagne qui n’a cessé de tenter de s’étendre (le pan germanisme), les « élites » françaises ont souvent œuvré contre les intérêts français. C’est toujours le cas aujourd’hui avec une translation vers les USA devenus pour beaucoup de 68tards le modèle de la liberté... curieuse attitude envers un pays composite (les USA) qui invente depuis deux siècles les pires aliénations totalitaires « soft » qu’ils revendent, de gré ou de force, au reste du monde et à l’Europe en particulier.

                  L’Allemagne n’a que faire de la France qui l’encombre depuis un bon moment. Merkel a été cooptée par Washington depuis le début de la réunification. Les EU ont toujours voulu contrôler l’Europe et beaucoup de gens ignore qu’une des communautés les plus importantes aux USA est d’origine... allemande. Ceci expliquant cela quant aux multiples manœuvres de contrôle de certains élites américaines sur celles d’Allemagne.

                  L’admiration palpable que l’Allemagne suscite auprès des élites et autres intellectuels de la modernitude, est un choix étrange... l’Italie aurait du être bien davantage l’objet d’admiration vu son génie artistique (culturel). La Rome antique, très influencée par le génie Grec, est tout de même à l’origine de notre société.

                  Je soupçonne les admirateurs de l’Allemagne d’être nettement plus sensible au génie « lourd » (industrie, stratégie militaire, esprit de conquête, travail...) allemand qu’au génie créatif italien et à l’art de vivre français. Il y a une évidente résonance entre la « lourdeur guerrière » passée allemande et l’énormité guerrière américaine.

                  Les pays d’Europe qui furent à l’origine d’un certain génie artistique plus léger et subtile n’ont plus leur place dans la nouvelle hiérarchie du monde moderne fasciné par la technologie jusqu’à l’aliénation mentale grave. L’homme moderne est englué dans son auto célébration (homo deus), il ne regarde plus vers le ciel mais vers le sol et il disparait dans ses multiples écrans.

                  A l’heure du numérisé totalitaire, les peintres de génie sont devenus des intermittents des expos de musées. La Cité dite « des sciences » n’en finit plus de délivrer son catéchisme technologique froid qui dissout lentement l’humain dans un bain glacial virtuel recomposé en pixels accompagné de fureur. 

                  L’Allemagne s’est soumise aux USA, et l’est toujours malgré quelques tentatives molles de se libérer. Elle ne pourrait redevenir grande que si Washington l’autorise et tous les chanceliers le savent. Soumise à un chantage insupportable au « heures les plus sombres etc... », le pecus allemand préfère même parler anglais dans certains milieux parce que l’allemand le culpabilise... certains en profitent pour maintenir ce sentiment commode pour neutraliser toute relève sérieuse.

                  Et comme l’écrit Fifi brin d’acier (dans le fil des commentaires), ce qui importe à la France c’est de sortir du merdier européen et par conséquent de divorcer intelligemment de ce mariage contre nature franco-allemand où seule l’Allemagne sort gagnante grâce à l’Euro... cette monnaie de singe inventée pour neutraliser le génie de chaque nation singulière d’Europe.


                  • Jason Jason 4 décembre 12:03

                    @Djam

                    Vous faites là un bon résumé de la situation. J’ajouterai la différence de cultures entre esprit « latin » (France et pays du sud) et l’esprit nordique ou germanique, avec plus de légèreté chez les uns et de raideur chez les autres. Les Allemands eu-mêmes en font souvent la remarque.

                    Pour être méchant, j’ajouterai, avec Camus (La chute, je crois) : quand on n’a pas de génie, il faut de la méthode.



                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 12:54

                    @Djam
                    Vous oubliez de dire que l’armée américaine n’a jamais quitté le sol allemand, c’est un pays toujours occupé militairement, 70 ans après la Libération.
                    Comment les Allemands peuvent-ils accepter ça ?
                    .
                    Heureusement que nous avons eu de Gaulle, il a retiré rapidement la monnaie américaine qui devait remplacer le Franc, l’ AMGOT, et il a mis à l’ OTAN un coup de pied au cul d’anthologie....
                    .
                    Il a fallu cette euronouille de Hollande, pour autoriser à nouveau l’armée US sur le sol français !!


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 12:57

                    @kimonovert
                    Ils sont peut-être mal à l’aise avec les USA, mais Merkel s’accroche à l’ OTAN comme une moule au rocher ! Macron aussi d’ailleurs, il a beau critiquer l’ OTAN, il se garde bien d’en sortir...


                  • HELIOS HELIOS 4 décembre 14:41

                    @Djam

                    les USA devenus pour beaucoup de 68tards le modèle de la liberté

                    vous avez inventé cela, ce matin ?

                    Ceux qui ont manifesté en 1968 , l’ont fait pour des questions de liberté interieure.
                    Les beatniks qui eux manifestaient contre la guerre au Viet-Nam etaient des reliquats de la politique guerriere américaine... ils ont disparus rapidement lorsqu’ils furent obligés de vivre et payer ce dont il avaient besoin.

                    Le modèle américain etait un tres bonne excuse pour avoir un comportement social plus libre au moment où emergeait un monde de communication en Europe inconnu. Cette liberté acquise, le rayonnement (on parle des Trente Glorieuses) s’est accentué grace a un saut technologique important... mais rien, absolument rien n’indique l’image d’un modèle américain souhaité par les jeunes français de 1968, ce serait même l’inverse, puisque c’est Londres et l’Angleterre qui etait le modèle le plus prisé avec sa musique, et ses arts.
                    Le groove, le country américain n’en faisait pas partie.


                  • Jason Jason 4 décembre 15:23

                    @Fifi Brind_acier

                    Bonjour Fifi,

                    Je suis étonné que quelqu’un de si bien informé que vous ne sache pas qu’il ne reste quasiment aucune base importante des USA en Allemagne.

                    De 350.000 hommes en uniforme en ’89 auxquels s’ajoutaient deux fois plus de civils, ils sont presque tous repartis. Certaines bases ont migré vers les pays de l’est.

                    Disons aussi que les forces interalliées (USA, GB, France) faisaient face aux forces du Pacte de Varsovie, avec comme pivot l’URSS. Si bataille il devait y avoir, cela devait se passer sur « le glacis allemand ». Position très peu enviable pour ce pays.

                    Oui, les allemands ont vu très longtemps les forces alliées comme leurs protecteurs. Protection militaire et influences culturelles des USA ont façonné la pensée de beaucoup d’Allemands et cela se ressent encore aujourd’hui.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 19:28

                    @Jason
                    qu’il ne reste quasiment aucune base importante des USA en Allemagne.


                    Il faut croire que Wikipedia est mal informé. Dans liste des bases américaines dans le monde, on trouve 26 bases en Allemagne.

                    Mais si vous avez d’autres infos, je suis preneur.


                  • Jason Jason 4 décembre 20:26

                    @Fifi Brind_acier

                    Wikipedia ne dit pas si ces bases sont opérationnelles, ni combien de personnels s’y trouvent ; beaucoup se trouvent dans des « mothballs », dans la naphtaline, avec des bâtiments vides.

                    Désolé, mais Wikipedia ne dit pas TOUTE la vérité.


                  • Jason Jason 4 décembre 20:35

                    @Jason

                    J’ai revu la liste de Wikipedia, elle est totalement bidon. La plupart sont effectivement FERMEES, mais elle n’ont pas encore été rendues aux mains de la République fédérale.

                    Allez faire un tour sur place. Là, vous saurez !


                  • Alain Renaud Alain Renaud 7 décembre 19:19

                    @Jason Bien sûr, mais la France a pour spécificité d’être en réalité à la fois latine et germanique ( ou nordique ). Latine par la langue et sa population du sud, germanique par celle du nord ( Grand Est et Nord en particulier ). Sa légèreté est davantage parisienne et du « midi ».


                  • lala rhetorique lala rhetorique 4 décembre 11:12

                    Contrairement à la France qui doit consommer sans produire, l’allemagne produit. Cependant, le peuple allemand n’en récolte pas le bénéfice et se trouve à pratiquer comme aux états unis (plusieurs emplois cumulés pour arriver à bien vivre). Par ailleurs, l’allemagne a oublié de rendre des comptes à son peuple, ce qui pour un allemand (protestant en particulier) est inadmissible ! Aussi les médias allemands se sont mis à mentir, là ça ne passe pas du tout pour ce peuple. Donc on verra comment l’avenir s’articulera, mais il y aura des empêchements de tourner en rond pour les dirigeants allemands !



                      • lala rhetorique lala rhetorique 4 décembre 14:27

                        L’Allemagne prend sa réelle revanche et lui avons tendu la perche en 1947 en autorisant son réarmement pour lutter contre le communisme, donc PAN SUR LE BEC LES FRANCAIS


                        • zygzornifle zygzornifle 4 décembre 14:34

                          l’Allemagne est peut être importante pour l’Europe mais comme la France elle n’est qu’une chiure de moucheron au niveau mondial ....


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 19:39

                            @zygzornifle
                            qu’une chiure de moucheron au niveau mondial ....


                            La prospérité d’un pays est liée aux politiques économiques qui y sont menées, pas à sa taille, sinon la Suisse serait un pays du tiers monde...
                            .
                            Et puis les « chiures de mouche » peuvent toujours passer des accords de coopération avec d’autres, plus gros, et ça donne l’ Eurasie, qui fait faire des cauchemars aux occidentaux ...
                            .
                            Si l’ Europe était restée un ensemble de pays souverains, avec des accords de coopération, bi ou multilatéraux, comme le souhaitait de Gaulle, nous ne serions pas dans la zone du monde la plus plombée économiquement de la planète... .
                            Et dans la mouise.


                          • Alain Renaud Alain Renaud 7 décembre 19:24

                            @Fifi Brind_acier Il n’y a pas de petits pays. Il y a des pays libres et ceux qui sont dans les chaines. « Je trinque tout autour. Mon verre est petit, mais c’est mon verre ». Charles de Gaulle.


                          • mursili mursili 5 décembre 09:07

                            Vous faites un contresens sur le slogan « Wir sind das Volk ». Les manifestants de 1989 s’adressaient aux apparatchiks communistes de la RDA qui définissaient leur régime comme une « Volksdemokratie », une « démocratie populaire », pour leur faire comprendre que maintenant le peuple était dans la rue et se dressait contre eux. Ils voulaient dire : Le peuple, c’est nous, pas vous !

                            « Wir sind ein Volk » est une réinterprétation de ce slogan dans le sens d’un appel à l’union entre les deux Allemagnes. Chacun a pu voir par la suite que la « réunification » allemande s’est traduite en réalité par l’annexion de la RDA par la RFA.


                            • Alain Renaud Alain Renaud 7 décembre 19:30

                              @mursili Je vous remercie de cette précision. Ce que l’on peut néanmoins retenir, c’est que les Allemands, pour la première fois depuis la fin de la guerre, se souviennent et rappellent qu’ils sont un peuple.


                            • jjwaDal jjwaDal 5 décembre 09:58

                              L’Europe est une chimère et vous le savez. Elle l’est doublement en tant qu’assemblage hétéroclite et en tant qu’utopie . La façon la plus simple pour l’allemagne de devenir européenne est que l’europe devienne allemande. C’est en bonne voie et malgré cela, on peut dire que ce n’est pas gagné d’avance. Il ne suffit pas d’avoir un rêve ou une vision pour en faire une réalité. La nouvelle mode est le « fédéralisme », qui oublie simplement que pour tenir debout il faut des transferts financiers des zones les plus riches vers les plus pauvres (donc entre Etats actuels) qui devraient être 10 fois supérieurs aux montants actuellement consentis en trainant les pieds, le tout essentiellement à charge des contribuables allemands, les autres étant fauchés.
                              Cela ne se fera pas. Mais la germanisation de l’europe est en très bonne voie après avoir accepté de figer dans des traités les idiosyncrasies économiques allemandes, concernant les taux de déficits, le statut de la banque centrale européenne et une foultitude de choses qui étaient des conditions sine qua non à la présence allemande. Jamais l’allemagne n’acceptera qu’un parlement européen où elle serait mise en minorité décide de sa politique intérieure en matière de budget, de salaire minimal , d’imposition et j’en passe...
                              On peut marier la carpe et le lapin, mais il ne faut pas s’étonner s’il est tumultueux.
                              Quand sans concerter personne, l’allemagne diminue ses salaires ou importe des centaines de milliers d’immigrés sur son sol (en oubliant la marée humaine de chômeurs dans toute l’europe),vous pensez sincèrement que cela préfigure une évolution de l’intégration allemande en europe. Il se trouve que les politiciens allemands ne sont pas encore suicidaires et songent avant tout à résoudre leurs problèmes intérieurs. L’europe comme coquille vide semble les satisfaire dans une large mesure...


                              • Alain Renaud Alain Renaud 6 décembre 23:47

                                @jjwaDal L’Union européenne a été effectivement basée sur une chimère puisque ses fondateurs ont voulu en faire une organisation supranationale ignorant l’existence des peuples. Seule une large confédération bâtie sur le temps long peut permettre aux Européens de rester eux-mêmes tout en partageant un avenir commun.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès