• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’effarante défense du fiasco vaccinal européen de Thierry (...)

L’effarante défense du fiasco vaccinal européen de Thierry Breton

 

Papier publié mercredi sur le FigaroVox

 

 Trois mois après le début de la campagne, avec 13 doses de vaccins administrées pour 100 habitants, le fiasco de l’UE est clair : Israël est à 113, la Grande-Bretagne et le Chili à 45, les Etats-Unis à 38, la Serbie à 32, la Hongrie à 22, le Maroc à 18. Face à cela, une organisation normale devrait reconnaître ses erreurs, en tirer des leçons, mais aussi, sanctionner les responsables, tant le coût de cet échec est immense. Rien de cela chez nos hiérarques européens qui continuent à défendre leur action  !

 

Trois à quatre mois de retard pour les commandes

L’interview du 21 mars de Thierry Breton, commissaire européen en charge du dossier de la vaccination, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Car à l’échec patent de la stratégie d’approvisionnement en vaccins de l’UE, il ajoute un refus extravagant d’admettre la moindre erreur, et continue à défendre sa politique vaccinale, en s’abritant derrière des éléments de langage aussi fragiles que malhonnêtes, qui laissent penser qu’il prend les citoyens pour des imbéciles. Pourtant, les simples faits rappelés tous les jours aux informations imposent d’enfin demander des comptes à la commission et au commissaire en charge des vaccins. Et après trois mois d’un fiasco extraordinairement coûteux, tant d’un point de vue humain qu’économique, la commission devrait être bien plus humble.

Trois mois après le démarrage de la campagne de vaccination, alors présentée comme un modèle de coopération européenne, l’heure des comptes a sonné. Les pays de l’UE ont vacciné trois fois moins que les Etats-Unis de Donald Trump, étant entendu que Joe Biden est arrivé bien trop tard pour avoir une grande influence sur le niveau de vaccination à date. La comparaison est encore plus cruelle avec le Royaume-Uni que des prétendus experts biaisés annonçaient trop isolée pour s’approvisionner il y a un an. Elle est parvenue en un peu plus de trois mois à administrer trois fois et demie plus de doses que ses anciens partenaires malheureux du continent. L’approvisionnement de l’UE est si lent que des pays européens commencent à rompre le rang, tentation qui grandit en Allemagne.

En effet, la rapidité de la campagne de vaccination est clé, comme le montre l’évolution de la situation en Israël et outre-Manche, où l’effondrement de la circulation du virus permet un relâchement des lourdes contraintes mises en place avec la pandémie. A contrario, bien des pays d’Europe continentale, l’Italie, la France ou l’Allemagne, renforcent aujourd’hui les contraintes, faute d’une campagne de vaccination suffisamment importante. Et tout cela se traduit très concrètement par des morts supplémentaires, des citoyens encore plus éprouvés, et une économie plus affaiblie, sans doute pour quelques mois... Les conséquences du retard de l’UE sont colossales. Si l’UE avait vacciné au rythme de la Grande-Bretagne, et inversement, Boris Johnson aurait été poussé à la démission...

Et l’UE est bien responsable de tout cela. Selon Le Canard Enchainé, les commandes de vaccins AstraZeneca ont été passées dès la fin avril outre-Manche quand Bruxelles a attendu la fin août ! Pour les vaccins Pfizer, la commande britannique date du 20 juillet, celle de Bruxelles, de novembre, quatre mois plus tard ! Idem pour Moderna, l’UE tardant tellement que mi-novembre, son patron avait averti publiquement l’UE de son retard et pointait que « plus la signature sera repoussée, plus les livraisons seront décalées dans le temps ». Les laboratoires ont besoin de commandes fermes pour organiser la production, et le retard dans le passage de ces commandes engendre un retard dans la livraison. C’est ce qui explique l’énorme écart dans le niveau de vaccination de l’UE par rapport à tant de pays. C’est ce qu’admet dans Le Figaro Jean-Louis Bourlanges, pour qui la commission a été « trop précautionneuse, donc trop lente, la priorité à la modération des prix plutôt qu’à l’urgence n’était pas la bonne  ».

 

Une communication profondément malhonnête

Les défenseurs de l’UE développent toutes sorte d’arguments pour épargner Bruxelles. Jean-Louis Bourlanges, soutient ainsi que « la stratégie de commando, celle d’Israël, et à certains égards, celle du Royaume Uni, ne sont pas généralisables car nous sommes en situation de pénurie structurelle, or, dans un jeu à somme nulle, ce qui est gagné par les uns est perdu par les autres  ». Mais, aussi convaincant soit-il, cet argument est faux : si Bruxelles avait passé commande en même temps que Londres, et dans les même conditions, les laboratoires auraient pu s’organiser pour produire plus, plus vite, et atteindre les chiffres de production du second trimestre trois mois plus tôt. L’incroyable retard continental vient essentiellement du retard dans le passage des commandes par la commission.

Sur TF1, Thierry Breton a valorisé son action auprès des patrons des labos. Mais cela vient un peu tard, et rappelle que Trump a agi bien plus en amont, ce qui n’est sans doute pas pour rien dans l’avance des Etats-Unis, qui ont vacciné trois fois plus que l’UE. Il évoque également un simple écart de dynamique de 3 à 4 semaines, qui s’expliquerait par la plus grande sûreté que l’UE voudrait garantir aux citoyens. Mais à partir du moment où l’UE valide les mêmes vaccins que Londres et Washington, cela ressemble à de la simple perte de temps, et on peut se demander pourquoi Bruxelles n’a pas davantage mis les bouchées doubles pour valider ou non plus rapidement les vaccins. Rien n’indique que la façon de faire de l’UE est plus sûre. En revanche, il est clair qu’elle est bien plus lente que certains…

En outre, le discours de Thierry Breton est profondément malhonnête. Il n’y a pas que 3 à 4 semaines de décalage. Il y a bien plus. Il y a trois semaines, les britanniques avaient déjà administrés 31 doses pour 100 personnes et les Etats-Unis 23. Il y a déjà près de 2 mois d’écart avec la Grande-Bretagne, qui était à 13 doses fin janvier… En outre, le rythme actuel de vaccination outre-Manche est bien plus rapide que le nôtre, Londres ayant réussi à vacciner presque autant que toute l’UE vendredi dernier. Il est encore malhonnête quand il évoque que l’UE passera le cap des 100 millions de doses, comme les Etats-Unis, dans trois semaines. Ce cap a été franchi dès le 12 mars outre-Atlantique, et il faut rappeler que l’UE est 30% davantage peuplée que les USA. Sur le nombre de doses administrées, nous avons un mois et demi de retard sur eux, et, là aussi, cet écart ne cesse de croître…

Bref, si on en croit les objectifs du gouvernement français, 10 millions de doses administrées mi-avril, l’écart continuera à se creuser, à 2 mois et demi d’ici trois semaines. Et même avec plus de 300 millions de doses au deuxième trimestre, l’UE ne fera que combler une partie du retard avec Londres et Washington, d’autant plus que nous savons bien en France que recevoir les doses est une chose, et les administrer une autre… La question qui se pose maintenant porte sur la date du retour à la normale. Thierry Breton évoque un petit décalage avec Washington et Londres (14 juillet au lieu du 4 et du 21 juin). Là encore, il exagère : les lieux culturels et sportifs doivent rouvrir le 12 avril outre-Manche et les bars et restaurants le 17 mai, ce que l’évolution de l’épidémie là-bas rend possible. L’UE se déconfinera probablement au moins 2 mois plus tard que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, si ce n’est 3.

La dernière ligne de défense de l’UE est d’attaquer AstraZeneca, qui n’atteint pas les objectifs de livraisons. Mais c’est l’UE qui a accepté des contrats sans garantie de volume, sans doute pour gonfler le volume de vaccins annoncés pour sa communication. Et encore une fois, avec des commandes passées 3 à 4 mois après la Grande-Bretagne, nous essuyons malheureusement les plâtres de l’extrême lenteur de Bruxelles. Devant un tel fiasco, plutôt que de défendre l’UE, mieux vaudrait admettre les erreurs, en tirer véritablement les leçons, mais aussi sanctionner les responsables. L’UE ne cesse de donner des leçons aux pays membres. Donc, quand elle se plante à ce point, elle devrait véritablement faire preuve d’humilité, confronter les problèmes auxquels elle s’expose, et enfin réagir. Dans bien des gouvernements du monde, un ministre responsable d’un tel échec serait démis de ses fonctions.

Mais la responsabilité devant les citoyens est sans doute trop étrangère au maelstrom bruxellois. Ainsi, il est très clair que les responsables de l’UE peuvent complètement se tromper, sans l’admettre, sans l’assumer, et sans même en subir les conséquences. Il ne faudra être surpris, quand, dans quelques années, les citoyens d’un autre pays de l’UE, peut-être la France, lassés par cette suffisante et irresponsable incompétence, tireront alors la même conclusion que les britanniques

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 27 mars 11:20

    La docteure Flavia Groșan, pneumologue à Orade (Roumanie) a guéri 100 % de ses patients atteints par le Sars-cov2 (plus de 1000 personnes) avec la clarithromycine antibiotique plus efficace que l’azithromycine en évitant à tout prix l’intubation car dit-elle c’est un procédé qui entraîne la mort !

    Cette pneumologue fait remarquer que les surdoses d’oxygène administrées en milieu hospitalier provoquent des œdèmes cérébraux, qui constituent l’une des causes de mortalité des patients.

    Malgré la farouche opposition des médecins big pharma elle est devenue une héroïne dans son pays.

    Elle se déclare perplexe en voyant les sommités médicales se succéder à la télévision pour effrayer la population, car pour elle, il était clair d’entrée de jeu qu’elle a à faire à une pneumonie, et que c’est cette constatation qui doit aussi déterminer la mise au point du traitement.

     smiley


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 27 mars 14:26

      @Bendidon
       
      ’’La docteure Flavia Groșan, pneumologue à Oradea (Roumanie) a guéri 100 % de ses patients atteints par le Sars-cov2 (plus de 1000 personnes) avec la clarithromycine’’
       
       Merci pour l’info.
       
      « Le docteur Groșan traite les conséquences de l’infection par le virus SARS-CoV-2 comme une pneumonie atypique. Elle a aussi déclaré que les hôpitaux commettent d’énormes erreurs, et que c’est en réalité le protocole Covid qui tue les patients. »
       
      https://www.breizh-info.com/2021/03/23/161294/flavia-grosan-pneumologue-roumaine-cest-le-protocole-covid-applique-dans-les-hopitaux-qui-tue-les-malades/


    • Ouallonsnous ? 28 mars 11:39

      @Francis, agnotologue

      Croyons nous en notre for intérieur qu’il suffit d’administrer un vaccin qui n’en est pas un, car ce n’est pas un vaccin, mais une « préparation » modifiant votre réponse immunitaire dont on ne connaît pas les conséquences sinon qu’elles seront à l’origine d’une augmentation des maladies jusque là « contrôlées » et bien sûr d’une augmentation de la consommation médicamenteuse et du nombre de décés qui ne seront pas à imputer à un covid19 inventé par la propagande du régime qui s’installe en France, sous les auspices de Big Pharma et de l’état profond ?

      On ne vaccine pas contre un virus qui mute très rapidement et trop fréquemment pour qu’on puisse élaborer et tester un vaccins qui sera obsolète au moment de l’utiliser.

      Croyons nous en cette épidémie « nouvelle » qui est en fait la grippe et qui peut entraîner des pathologies de pneumonie chez les personnes fragiles comme auparavant ?

      Ne vaut il pas mieux cesser de se comporter en « bobo mouille cul » rasant les murs dissimulant derrière sa muselière sa lâcheté et l’abandon de sa dignité de citoyens, en « buvant au goulot » les mensonges anxiogènes éhontés des chiffres falsifiés et d’images trafiquées diffusés sur les « merdias » à la botte du régime dictatorial européo, otano, macroniste du IV Reich qui se met en place ?


    • BA 27 mars 11:36

      Emmanuel Macron a pris une décision catastrophique le 29 janvier 2021. Il a pris des mauvaises décisions depuis le début de l’épidémie.


      Emmanuel Macron, c’est "Monsieur 100 000 morts."


      Covid-19 : bientôt 100 000 morts en France, et l’indifférence s’installe.


      C’est une sorte de mystère. Depuis le début du mois de décembre 2020, l’épidémie de Covid-19, qui s’était un peu calmée, est repartie de plus belle, en particulier en région parisienne. En trois mois et demi, le nombre de nouveaux cas recensés sur sept jours y est passé de 100 à 560 pour 100 000 habitants. Au fil des semaines, tous les seuils d’alerte ont été franchis. L’Ile-de-France est devenue la région où le virus circule le plus activement. Les hôpitaux sont saturés. Les services de réanimation débordent. Les morts s’accumulent. Bientôt près de 100 000 morts dans l’ensemble du pays depuis l’apparition du virus, selon les chiffres officiels.


      Et pourtant, rien ne se passe, ou si peu. Le dos au mur, Jean Castex a fini par annoncer, jeudi 18 mars, de nouvelles mesures de freinage dans les 16 départements les plus touchés, dont toute l’Ile-de-France et les Hauts-de-France. Trois départements ont été ajoutés mercredi 24 mars. Mais à peine le premier ministre avait-il achevé sa déclaration au ton grave que les Français réalisaient à quel point le tour de vis était en réalité modeste.


      Cette fois-ci, pas de « confinement », mot récusé par le gouvernement. Pas de télétravail obligatoire, pas de fermeture des écoles ni des lycées, pas d’obligation de rester chez soi, pas d’attestation nécessaire pour sortir dans la plupart des cas, ni de limitation de durée. Le couvre-feu est au contraire retardé d’une heure.


      Au bout du compte, ce « confinement aéré » aboutit essentiellement à réduire les déplacements entre régions et à fermer des magasins supplémentaires. Relativement peu, en réalité, puisque les coiffeurs, les fleuristes, les chocolatiers, les libraires et les vendeurs de voitures ont été considérés comme de « première nécessité » et autorisés à rester ouverts. Résultat : le trafic automobile dans Paris, bon indicateur de l’activité, n’a reculé que d’environ 5 % par rapport à la période précédente. Freinage limité, donc.


      Le gouvernement revendique lui-même cette « approche pragmatique », qui entend lutter contre le Covid-19 tout en évitant de trop peser sur l’économie et le moral des Français. Plutôt que de vouloir éradiquer l’épidémie, comme le premier confinement y était pratiquement parvenu, et comme de nombreux scientifiques le réclamaient, l’exécutif accepte depuis des mois de laisser circuler le virus. Misant sur une future vaccination de masse, il refuse les mesures trop dures, ne suit pas les recommandations du conseil scientifique, et ne muscle – mollement – son dispositif qu’en dernier recours, lorsque l’épidémie commence à échapper à tout contrôle.


      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/25/covid-19-les-morts-s-accumulent-l-indifference-s-installe_6074385_3232.html


      • sirocco sirocco 27 mars 16:05

        @BA
        "Emmanuel Macron [...] a pris des mauvaises décisions depuis le début de l’épidémie." 

        C’est évident : il aurait dû inciter les médecins généralistes à soigner leurs patients dès les premiers symptômes avec l’hydroxychloroquine, l’ivermectine, les antibiotiques.... au lieu de privilégier l’oxygénation quand les malades étaient à demi mourants.

        Non ?... C’est pas à ça que vous pensiez ?...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 mars 19:09

        @BA

        à ce compte là, Boris Johnson c’est M 120 000 morts ?


      • BA 27 mars 23:21

        @Olivier Perriet
        Boris Johnson, c’est « Monsieur 126 000 morts ».
        Source :
        https://coronavirus.jhu.edu/map.html


      • Ouallonsnous ? 28 mars 11:45

        @sirocco

        « il aurait dû inciter les médecins généralistes à soigner leurs patients dès les premiers symptômes avec l’hydroxychloroquine, l’ivermectine, les antibiotiques.... »

        Evidemment, mais le but n’était pas de soigner mais de fabriquer une psychose d’épidémie, afin de mieux casser l’économie et le moral des français !


      • troletbuse troletbuse 28 mars 12:43

        @sirocco
        Micron et son gvt veulent le plus de morts possible pour executer le plan Schwab, etc
         A voir eet diffuser : Sur infovf
        com, LLP du 27 mars blog de Laibi a 33 minutes, article sur Charente. Docteur Ivermectine, poursuivi en justice.


      • troletbuse troletbuse 28 mars 12:49

        @Olivier Perriet
        Et chez Poutine ? 1 000 000 ou 10 000 000


      • pierrot pierrot 29 mars 15:07

        @BA
        C’est aussi mon avis et quasiment tous les médecins et experts, qu’il aurait été judicieux de confiner strictement début mars pour freiner l’augmentation de la troisième vague due, pour l’essentiel au variant anglais.

        La vaccination massive est la bonne solution à terme, mais demande du temps pour fabriquer les doses dans les 25 usines de l’UE pour environ 400 millions d’habitants.


      • Jeekes Jeekes 27 mars 11:49

        C’est vrai que la vaccination en israel est un franc succès.

        Envions-les, ça tombe comme des mouches !

         

        S’ils continuent encore quelques temps comme ça, la ’’question Palestinienne’’ sera bientôt réglée... 

         



        • Shopi 28 mars 08:01

          @Jeekes
          hahaha jaloux smiley
          Et renseignez vous un peu, tous les palestiniens et jordaniens qui travaillent en Israel sont vaccinés.
          Pour les autres, n’ont qu’à s’en prendre à leur leaders.... comme vous smiley


        • LeMerou 27 mars 17:26

          J’ai entendu son interview, effroyable de mensonges, il déclare même, alors que ce n’est qu’un simple « politichien », mais Européen Attention les yeux, que le vaccin russe n’est pas nécessaire, ni les autres d’ailleurs.

          Bref, encore une brillante démonstration de la technocratie européenne.


          • jymb 27 mars 19:32

            @LeMerou
            Idem, en le regardant j’ai eu une impression d’irréalité absolue, une tapis de reconstruction irréelle à faire hennir un cheval de bois comme l’aurait dit le capitaine Haddock
            Dans tous les cas une interview d’anthologie. Un peu comme lors de la guerre en Irak, le porte parole de Saddam Hussein qui tenait des propos surréalistes

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Sa%C3%AFd_al-Sahhaf

            On a le notre désormais...


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 mars 19:09

            C’est beau ces petits bâtonnets...

            Il a dû réfléchir sévère pour faire son graphique et le commentaire qui va bien smiley


            • attis attis 27 mars 20:17

              Le bétail veut se faire piquer. Il hurle de douleur à l’idée que ses seigneurs et maîtres ne lui ont pas encore planté d’aiguille dans le jarret.

              Donnez-nous notre piquouse !


              • illiadegun illiadegun 27 mars 20:18

                TOUT est faux, Thierry !!


                • BA 27 mars 23:22

                  Samedi 27 mars 2021 :


                  Covid-19 : confinement national, fermeture des écoles, … Les pistes envisagées par l’exécutif.


                  Un conseil de défense doit se tenir mercredi soir pour décider d’un éventuel durcissement des sanctions.


                  "Mercredi prochain (NDLR, le 31 mars) à la télévision, Emmanuel Macron pourrait annoncer la fermeture des écoles, entraînant le basculement massif des Français dans le télétravail. Tout dépendra en réalité des résultats du début de semaine", a révélé un conseiller proche de l’exécutif au Parisien. Si la situation s’aggrave dans les prochains jours "et s’homogénéise sur tout le territoire, il ne faut pas écarter l’idée d’un confinement de type printemps 2020", a ajouté une autre source.


                  L’option d’un confinement généralisé est donc envisagée par le gouvernement. Une option réclamée par de nombreux scientifiques ces dernières semaines "D’après mes modèles, il serait nécessaire de confiner de manière stricte, comme en mars 2020, au moins pour six semaines", déclarait Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie à l’université de Montpellier au Parisien.


                  "Ces semaines qui viennent seront difficiles, nous prendrons toutes les mesures utiles en temps et en heure et il n’y a, à mes yeux, aucun tabou", s’exprimait le président de la République jeudi. Alors, confinement généralisé, fermeture des écoles, ou télétravail généralisé… Les chiffres des prochains jours seront décisifs dans la décision du gouvernement. 


                  42 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été déclarés en 24 heures selon le dernier point épidémiologique de Santé Publique France. 27 242 personnes sont actuellement hospitalisées et la barre fatidique des 5 000 patients en réanimation devrait être atteinte dans les prochains jours. 


                  Le chiffre des patients en réanimation a bondi de 11 % en une semaine et 476 nouveaux patients ont été admis dans les services ce vendredi. C’est 24 % de plus que vendredi dernier.


                  https://www.ladepeche.fr/2021/03/27/covid-19-confinement-national-fermeture-des-ecoles-les-pistes-envisagees-par-lexecutif-9453904.php


                  • BA 27 mars 23:53

                    Samedi 27 mars 2021 :


                    En Ile-de-France, les services de réanimation vont être obligés de trier les patients. Quel patient allons-nous laisser mourir ? Quel patient allons-nous sauver ?


                    L’alerte de 41 directeurs de crise de l’AP-HP : « Nous serons contraints de faire un tri des patients »


                    Dans le JDD, 41 médecins réanimateurs et urgentistes alertent sur la réalité du terrain, face à la dégradation de la situation sanitaire. Voici leur tribune :


                    "L’épidémie de Covid-19 est de nouveau en progression constante dans toutes les Régions, et l’Île-de-France se retrouve malheureusement parmi les Régions en première ligne. Dans les quinze prochains jours, les contaminations ayant déjà eu lieu, nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires et nous savons d’ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période.


                    Il est trop tôt pour que la campagne de vaccination puisse améliorer significativement l’évolution de l’épidémie pendant cette période critique. Nous rappelons, s’il en était besoin, que la vaccination reste l’arme essentielle à moyen et long terme. Tous les indicateurs concordent pour affirmer que les mesures actuelles sont et seront insuffisantes pour inverser rapidement la courbe alarmante des contaminations.


                    Dans un but d’information et d’alerte légitime de nos concitoyens, de nos futurs patients et de leurs familles, nous souhaitons expliquer de manière transparente la situation à laquelle nous allons devoir faire face et comment nous allons l’affronter. Dans cette situation de médecine de catastrophe où il y aura une discordance flagrante entre les besoins et les ressources disponibles, nous serons contraints de faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possibles. Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l’accès des patients adultes aux soins critiques.


                    Nous n’avons jamais connu une telle situation, même pendant les pires attentats subis ces dernières années. Avant d’en arriver à cette période douloureuse mais proche, nous mettrons tout en œuvre pour en retarder l’échéance en utilisant toutes les ressources humaines et matérielles disponibles, en procédant à des évacuations sanitaires au maximum des possibilités même si celles-ci se réduisent de jour en jour du fait même de la progression de l’épidémie dans toutes les autres Régions.


                    Nous utiliserons toutes les solutions innovantes qui pourraient permettre de limiter l’évolution vers des formes graves et de réduire la durée des séjours en réanimation. Ce tri se fera avec l’objectif permanent de garantir la disponibilité des ressources en soins critiques de manière collective, équitable, et homogène sur l’ensemble de notre territoire.


                    Le tri des patients a déjà commencé puisque des déprogrammations médicales et chirurgicales importantes nous ont déjà été imposées et que nous savons pertinemment que celles-ci sont associées à des pertes de chances et des non-accès aux soins pour certains patients. Ces déprogrammations vont devoir s’intensifier dans les jours qui viennent, n’épargnant bientôt plus que les urgences vitales. Depuis plusieurs jours, nous sommes déjà contraints de peser soigneusement les indications de certaines techniques de recours exceptionnel comme l’assistance circulatoire.


                    Nous, médecins impliqués dans la prise en charge des victimes graves de la pandémie, affirmons que nous serons présents auprès de tous les patients et de leurs familles pour les prendre en charge quelles que soient les difficultés de nos conditions d’exercice car c’est notre mission. Nous savons pouvoir compter sur la mobilisation sans faille de l’ensemble des soignants quelle que soit leur lassitude et malgré des conditions d’exercice qu’ils n’imaginaient pas connaître un jour. Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d’Hippocrate que nous avons fait un jour.


                    Les signataires :


                    Bruno Riou, directeur médical de crise (DMC) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) , Frédéric Adnet, Alain Cariou, Marie-Pierre Dilly, Jacques Duranteau, Olivier Langeron, Jennifer Sobotka, DMC de groupe hospitalier (AP-HP), Élisabeth Balladur, Sébastien Beaune, Anne Bourgarit-Durand, Olivier Corcos, Bruno Crestani, Benjamin Davido, Pierre Deblois, Olivier Drunat, Albert Faye, Renato Fior, Pierre Frange, Hélène Goulet, Anne-Sophie Grancher, Bérangère Gruwez, Emmanuel Guérot, Magali Guichardon, Olivier Hanon, Nicolas Javaud, Nadia Ladjouzi, Thibault Lecarpentier, Jean-Laurent Le Quintrec, Galdric Orvoen, Éric Pautas, Benoît Plaud, Pierre-Alexis Raynal, Éric Revue, Véronique Simha, Brigitte Soudrie, Dominique Thabut, Samir Tine, Jean Vidal, DMC de site (AP-HP), Hawa Keita-Meyer, présidente de la Collégiale d’anesthésie-réanimation d’Île-de-France, Dominique Pateron, président de la Collégiale AP-HP des urgentistes, Antoine Vieillard-Baron, Président de la Collégiale de médecine intensive et réanimation d’Île-de-France.


                    https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/exclusif-lalerte-de-41-medecins-face-a-la-crise-nous-serons-contraints-de-faire-un-tri-des-patients-4034448


                    • pierrot pierrot 29 mars 15:10

                      @BA
                      Il serait pertinent d’écouter l’avis des virologues.


                    • njama njama 28 mars 05:55

                      Laurent Toubiana – « Il y a une surmortalité relativement faible en 2020, de 3,66 % »
                      27 mars 2021

                      https://www.youtube.com/watch?v=J1F-oVVf8fI

                      Comme il y a eu 613243 décès en 2019, ça nous fait donc une surmortalité en 2020 de 22.445 par rapport à 2019

                      c’est très loin de l’image d’une hécatombe qui fait florès dans les médias et chez les vaccinolâtres

                      en conclusion, c’est plutôt une bonne nouvelle

                      Pour rappel distribution des décès « attribués » Covid du 1er mars 2020 au 16 mars 2021

                      de 0 à 15 ans : 0 %

                      de 15 à 44 ans : 1 %

                      de 44 à 65 ans : 7 %

                      de 65 à 74 ans : 14 %

                      plus de 75 ans : 75 %

                      https://fr.statista.com/statistiques/1104103/victimes-coronavirus-age-france/


                      • eau-du-robinet eau-du-robinet 28 mars 11:09

                        VACCINS, VACCINS, VACCINS, ..... on n’attend que ça, hors il existe des alternatives efficaces !!!

                        .
                        Et n’oublions pas il s’agit des vaccins EXPÉRIMENTALES !!!!
                        .

                        Ne vous laissez pas vacciner, car ses vaccins vont en réalité affaiblir votre système immunitaire !!!

                        .

                        Il existe des solutions bien plus parraines :

                        Voici quelques exemples :

                        - en Argentine, interview de Pr Carvallo "les régions qui utilisent l’ivermectine s’en sortent beaucoup mieux  !" 

                        .

                        en Inde, interview du Dr Chaurasia - Le traitement standard inclut ivermectine et hydroxychloroquine
                        https://www.francesoir.fr/politique-monde/inde-tour-du-monde-des-traitements-interview-avec-le-dr-chaurasia-ivermectine-ca

                        .

                        en Malaisie, des associations et médecins réclament l’utilisation de l’ivermectine comme alternative à la vaccination

                        .

                        Stop à la dictature sanitaire qui ne propose que la vaccination !!!

                        .

                        Une vidéo à regarder entièrement :

                        Dolores Cahill : biologiste moléculaire et immunologiste

                        Elle est spécialiste en transfert de la recherche scientifique à l’application aux politiques sanitaires. Elle amène une vision sans concession du coronavirus, expliquant l’attitude « criminelle   » des gouvernements envers leur population avec le confinement alors que des traitements en phase précoce existent (Zinc, Vit.C, Vit.D, Hydroxychloroquine et Ivermectine). Elle évoque sa vision de l’épidémie, les problèmes, la gestion de la crise, les vaccins et les complications liées à la vaccination. 

                        source

                        .

                        Voire le passage ou le Dr Anthony Cardillo de Los Angeles, qui est intervenu sur la chaine américaine ABC, confirme que le traitement à base de hydroxychloroquine ne fonctionne de manière optimale que avec du ZINC ...
                        .
                        57:15 Le Dr Cardillo dit : .... Chaque patient à qui je l’ai prescrit était à la base très malade et au bout de 8 à 12 heures il n’avait plus aucun symptôme !

                        .

                        Arrêtons cette folie de vaccination avec des produits EXPÉRIMENTALES !!!

                        .


                        • Parrhesia Parrhesia 28 mars 11:29

                          >>> nous essuyons malheureusement les plâtres de l’extrême lenteur de Bruxelles. <<<

                          Hé bien ! non ! monsieur Herblay !

                           Nous n’essuyons plus les plâtres de l’extrême lenteur de Bruxelles !!!

                          Nous sommes simplement trahis, comme d’habitude ! Comme depuis 2005, en mettant les choses au mieux  !

                          Bref ! Comme toujours, quoi !!!

                          Et toujours par les mêmes !!!

                          Le jour est peut-être venu de le dire ? Non ?



                          • njama njama 28 mars 12:27

                            La surmortalité n’est pas le nombre de morts du COVID
                            (...) Comment arrive-t-on à une surmortalité de 23000 personnes seulement ?

                            La méthode suivie a consisté à travailler à partir des moyennes statistiques des décès des années précédentes. Comme le constatent les auteurs de l’étude, 2019 a été une année « faste » en termes de mortalité. Les grippes qui ont sévi de 2015 à 2017 ont causé de nombreux décès parmi les plus fragiles, de telle sorte que la « réserve » pour 2029 était épuisée.

                            Comparer la mortalité de 2020 avec celle de la seule année 2019 introduit donc un biais majeur. Ce qu’il faut, c’est donc comparer la mortalité de 2020 avec la moyenne des autres années.

                            Au final, cette méthode, dont le document ci-dessus donne le détail parvient à extrapoler que la surmortalité due au COVID n’est « que » de 3,34% pour les plus de 65 ans, aucune surmortalité n’étant constatée pour les moins de 65 ans. Ces 3,34% font 23 000 personnes mortes en 2020, qui seraient restées vivantes si la « pandémie » n’avait pas eu lieu.

                            Soit 4 fois moins que les chiffres officiels.
                            Un phénomène également constaté en Italie...

                            https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/03/27/ou-lon-prouve-que-le-covid-na-pas-cause-de-reelle-surmortalite-en-france/


                            • troletbuse troletbuse 28 mars 13:02

                              Pour fuir le confinement decide par la tarlouze, de nombreux Francais sont partis en Espagne et sur le Huffington, un article dit qu’ils se bourrent la gueule et sement le bordel.

                              J’espere que ceux-ci seront dans les manifs anti-dictature qui se feraient en F Rance


                              • troletbuse troletbuse 28 mars 13:22

                                Il est vraiment bon ce vaccin. Vous etes, comme la Bachelot, plus enclins a choper le Covid que les non-vaccines ou de developper des variants tres damngereux, d’apres les specialistes de plateau et cerise sur le gateau, il permet aux actionnaires drs labos de se gionfrer.

                                J’ai vu egalement qu’on risquait une penurie de PQ. Un conseil, conservez vos attestatios de sortie pour vous torcher. smiley Et pour ceux qui l’ ont sur le telephone, n’oubliez pas de desinfecter votre telephone sinon ca va sentir la merde. smiley

                                 


                                • TSS (...tologue) 29 mars 16:08

                                  L’OMS ayant changé le ratio pour calculer la grippe ,elle passe d’epidemie

                                  à pandemie...comme le covid !!nous ne sommes pas sortis de l’auberge.. !!


                                  • babelouest babelouest 29 mars 16:47

                                    En fait, c’est le vaccin qui est une catastrophe, et heureusement il y a une pénurie en France, qui permet d’avoir une situation très saine, pas du tout ce que disent les journaux et les politiciens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité