• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’hommage à Helmut Kohl des Européens reconnaissants

L’hommage à Helmut Kohl des Européens reconnaissants

« La leçon qu’il nous laisse va plus loin [qu’un bilan politique]. Oui, Helmut Kohl fut pour la France un interlocuteur privilégié, un allié essentiel, un bâtisseur infatigable. Mais il fut plus que cela. Il fut un ami. Sa relation avec la France était nourrie par sa mémoire personnelle, familiale, historique, pétrie de la curiosité qu’éprouvait ce natif de Rhénanie à l’égard de ses voisins, (…) préférant les ponts aux frontières ou parfois aux murs. » (Emmanuel Macron, à Strasbourg le 1er juillet 2017).



L’ancien Chancelier allemand Helmut Kohl qui s’est éteint le 16 juin 2017 a été honoré par tous les Européens réunis au Parlement Européen de Strasbourg le 1er juillet 2017 de 11 heures à 13 heures. Helmut Kohl faisait partie du cercle très fermé des "citoyens d’honneur de l’Europe" dont font partie Jean Monnet et Jacques Delors, honorant de leur vivant leur action en faveur de la paix et de la construction européenne.

Ce colosse politique, qui a saisi l’occasion historique, unique et rare, de réunifier son pays dans les meilleures conditions internationales, pacifiques et consensuelles, a "bien mérité" des nations européennes. Les parlementaires français avaient proclamé ce genre d’expression ("bien mérité de la nation") pour les grands hommes qui ont façonné l’histoire de France (comme Clemenceau).

C’était très symbolique d’avoir fait cette cérémonie d’hommage au cœur même de l’Europe, dans une ville très franco-allemande (faut-il rappeler que Strasbourg fut allemand entre 1870 et 1918 ?). Même si cet événement a suscité quelques grincements de dent de la part de sa veuve (la venue de la Chancelière Angela Merkel était mal acceptée car elle avait laissé tomber son ancien mentor à la tête de la CDU en 1999), ce fut un bel unanimisme d’une communauté d’anciens chefs d’État et de gouvernement venus saluer la dépouille de celui qui avait atteint le record de longévité au pouvoir dans l’Allemagne moderne. Le seul regret est que les habitants de Strasbourg n’ont pas eu le droit d’assister, pour certains d’entre eux, à cette cérémonie réservée donc uniquement aux "VIP", pour des raisons de sécurité.

Car il y avait beaucoup de personnalités internationales. Au-delà des responsables européens, dont les députés européens, et leur Président du Parlement Européen, Antonio Tajani, le Président du Conseil Européen Donald Tusk et le Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker (et ancien Premier Ministre luxembourgeois), il y avait le Président de la République française Emmanuel Macron, le Premier Ministre russe Dmitri Medvedev (et ancien Président de la Fédération de Russie), la Premier Ministre britannique Theresa May, le Premier Ministre belge Charles Michel, la Chancelière allemande Angela Merkel, etc.

_yartiKohl2017070102

Mais aussi des anciens responsables : l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos Ier et son épouse, l’ancien Premier Ministre espagnol Felipe Gonzalez, l’ancien Président des États-Unis Bill Clinton, l’ancien Président de la Commission Européenne Romano Prodi (et ancien Premier Ministre italien), l’ancien Président français Nicolas Sarkozy, l’ancien Président de la Commission Européenne José Manuel Barroso (et ancien Premier Ministre portugais), etc.

Cependant, en raison de leur santé ou grand âge, certaines personnalités n’ont pas pu faire le déplacement pour cet hommage de cœur, c’était le cas de l’ancien Président français Jacques Chirac, de l’ancien Président de la Commission Européenne Jacques Delors, de l’ancien Président français Valéry Giscard d’Estaing et aussi de l’ancien Président de l’Union Soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Emmanuel Macron est arrivé avec Nicolas Sarkozy et les deux hommes ont été accueillis par Donald Tusk, Antonio Tajani et Jean-Claude Juncker à leur entrée dans le bâtiment.

Entrecoupées par la diffusion d’un film sur l’ancien Chancelier, il y a eu huit discours à cette occasion qui ont été prononcés, dans cet ordre : Antonio Tajani (qui présidait la séance), Donald Tusk, Jean-Claude Juncker, Felipe Gonzalez, Bill Clinton, Dmitri Medvedev, Emmanuel Macron et enfin Angela Merkel.

_yartiKohl2017070103

J’évoque ici plus particulièrement l’allocution d’Emmanuel Macron qui a commencé par un hommage à …Simone Veil, qui venait de mourir la veille, et qui était, elle aussi, une grande Européenne « qui savait le prix de notre Europe, née de l’ineffaçable expérience de la mort ». Simone Veil fut d’ailleurs la première Présidente du Parlement Européen de Strasbourg, la première femme mais aussi la première personne à présider la première instance parlementaire supranationale élue au suffrage universel direct.

Emmanuel Macron a parlé de sa génération (laquelle ?). Lorsque le Chancelier Kohl a conquis le pouvoir en novembre 1982, Emmanuel Macron …n’avait pas encore 5 ans ! Et de confier : « Pour ma génération, Helmut Kohl, c’est déjà une part de l’histoire européenne. (…) Ce sont des choix historiques, des actes de courage, sans lesquels notre génération n’aurait plus même à choisir. ».

Plus que le Kohl politique qui « a su prendre des décisions courageuses, parfois contre son opinion publique, parfois lorsqu’elles n’étaient pas attendues ou souhaitées », le Président de la République française a préféré décrire la personne humaine, l’ami de François Mitterrand : « Cette relation était empreinte de respect inconditionnel, de celui qu’on oppose au fanatisme et à la cruauté. (…) L’un et l’autre ont su surmonter l’expérience tragique de leur propre génération. L’un et l’autre ont su faire de peuples qui s’étaient combattus, des peuples vraiment amis. ».

_yartiKohl2017070104

Emmanuel Macron a voulu rappeler la rencontre du 4 janvier 1990 (il n’avait lui-même que 12 ans !), à Latché, entre François Mitterrand et Helmut Kohl : « Après plusieurs semaines d’interrogations liées à la réunification allemande, cette visite permit aux deux hommes d’évoquer tous les sujets, en marchant dans les pins, sur le sol sableux des Landes. C’est ce compagnonnage de promeneurs qui scella l’entente. Parce que le destin du monde, dans ces moments-là, se joue à hauteur d’homme. ».

Mais le message à Strasbourg du Président Macron n’était pas seulement nostalgique ou historique, il était aussi d’actualité et d’avenir : « Ceux qui prétendent aujourd’hui que les institutions et les traités européens sont de vaines constructions technocratiques, je veux ici dire, devant Helmut Kohl : c’est parce que vous en avez retiré l’amitié ; c’est parce que vous avez laissé mourir la flamme où ils ont été forgés ; c’est parce que vous avez oublié les destins qui les ont édifiés ; c’est parce que c’est vous qui êtes en train aujourd’hui de décider que cette Europe devrait être technocratique. ».

Devant le cercueil d’Helmut Kohl et devant son portrait extraordinaire, un peu provocateur et joyeux, Emmanuel Macron a voulu proposer les leçons de l’ancien Chancelier : « Quel est le message de sa vie ? (…) C’est de nous montrer que notre Europe, ce qui nous réunit aujourd’hui, est le fruit de l’histoire de plusieurs générations. C’est le fruit de destins d’hommes qui ont décidé de s’élever au-delà de ce qui était écrit pour eux, qui ont eu le courage de s’élever contre les haines, parfois les peurs. Quel édifice ne perd pas son sens, et même sa beauté, s’il n’est plus habité ? ».

_yartiKohl2017070105

Sa conclusion, c’était qu’il souhaitait redonner sens au projet européen avec Angela Merkel : « Ce sont les idéaux, éclairés par l’amitié et l’épaisseur d’une vie, qui donnent corps à nos projets, qui les font durer. (…) L’histoire, un jour, aura aussi à nous juger. Elle pèsera sévèrement les concessions que nous aurons faites aux calculs de court terme, aux égoïsmes nationaux, aux facilités du moment. (…) Longtemps encore, nous puiserons dans son exemple ce qu’il nous faut pour avancer ensemble : le courage et l’espérance. ».

J’ai une réserve à ce petit discours présidentiel : il ne s’agit pas, comme son prédécesseur François Hollande, de dire sans cesse vouloir relancer la construction européenne, il faut le faire ! Il faut donc faire des propositions ambitieuses, rapidement et fermement, pour sortir de cet attentisme qui a commencé à ruiner l’esprit européen depuis une dizaine d’années. Et ce projet, cela devrait sans doute passer par une défense européenne, celle que les politiciens de la IVe République avaient refusée pour des raisons très nationales et électorales…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (07 juillet 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’hommage de l’Europe à Helmut Kohl.
Discours d’Emmanuel Macron en hommage à Helmut Kohl le 1er juillet 2017 à Strasbourg (texte intégral).
Helmut Kohl, le colosse érodé.
La chute de l’empire soviétique.
Le Traité de Rome.
Un homme qui a façonné l'histoire.
Helmut Kohl et Viktor Orban.
Angela Merkel, l’honneur de l’Europe de la solidarité.
La Réunification allemande.
L’amitié franco-allemande.
Le symbole de Verdun.
Les risques de la germanophobie.
L’industrie allemande est-elle honnête ?
Le mur de Berlin.
La chute du mur de Berlin.
Les dettes de guerre.
La Pologne en 1989.
Le Traité de Maasticht.
L’Europe, c’est la paix.
Martin Schulz.
Un nouveau Président du Parlement Européen le 17 janvier 2017.
Hans-Dietrich Genscher.
Dix infographies sur les dix années au pouvoir d’Angela Merkel.
Le décennat de la Bundeskanzlerin.
Vidéos sur Helmut Schmidt.
Helmut Schmidt.
Mutti Merkel, reine du monde ?
Joachim Glauck.
Angela Merkel et François Hollande à Strasbourg.
Jean-Claude Juncker.

_yartiKohl2017070106
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Ben Schott 11 juillet 15:42

     
    Encore et toujours ce catéchisme eurolâtre ! T’en as pas marre, Sylvain ?
     


    • JP94 11 juillet 16:39

      Bah il adore nous énerver...


      A part ça : Kohl a osé refuser la présence des Résistants allemands en France lorsque Mitterrand les avait inviter en même temps que lui.

      Kohl, le porte-parole du Patronat allemand, le même qui finança le Reich et utilisa les esclaves des Camps de concentration pour son industrie de guerre. Siemens, Krupp, BASF ... 

      Kohl, chantre de l’Europe et prêt à continuer le projet de la Grande Europe, de l’Atlantique à l’Oural , sous hégémonie du Capital allemand.



      • JP94 11 juillet 16:41

        PS : petit pari in petto : j’avais encore deviné, rien qu’au titre, l’auteur ( et la teneur subséquente) de l’article...


        • amiaplacidus amiaplacidus 11 juillet 17:24

          Ce qu’il y a de bien avec Rakotoarison, c’est que l’on est jamais déçu : il est toujours capable de faire pire.


          • Ouallonsnous ? 11 juillet 19:42

            @amiaplacidus

            La modération devrais s’en inquiéter, il n’a aucune place sur ce blog, sinon prendre celle d’autres qui ont eux, quelque chose de sensé à écrire et à publier !


          • Lugsama Lugsama 12 juillet 12:59

            @Ouallonsnous ?

            Quel démocrate ! Il a toute sa place sur ce blog ou on entend toute la journée les même débilités complotistes.. pour une fois que quelqu’un écrit autre chose ça vous gênes ? Tant mieux !

          • BA 11 juillet 17:34

            Le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne.


            A propos de ce Brexit, la Commission européenne a évalué à 60 milliards d’euros la somme que le Royaume-Uni devra payer à l’Union européenne.


            La réponse du ministre des Affaires étrangères Brian Johnson est claire : « ils peuvent toujours courir ! »


            Mardi 11 juillet 2017 :


            Brexit : l’UE peut "toujours courir" pour sa facture, selon Johnson.


            Les responsables européens peuvent « toujours courir » pour que Londres paye la facture du Brexit, évaluée à plusieurs dizaines de milliards d’euros, a lancé mardi le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson devant le Parlement.

            "Les sommes qu’ils (les responsables européens : NDLR) proposent de réclamer à ce pays me semblent exorbitantes, et je pense que « ils peuvent toujours courir » est une expression tout à fait appropriée", a ajouté Boris Johnson, héros de la campagne en faveur du Brexit.

            Aucun chiffre officiel concernant le règlement financier des engagements de Londres envers l’Union européenne n’a été publié, mais un haut responsable européen avait indiqué à l’AFP en avril que la Commission européenne l’avait évalué entre 55 et 60 milliards d’euros.


            https://www.romandie.com/news/Brexit-l-UE-peut-toujours-courir-pour-sa-facture-selon-Johnson_RP/813983.rom



            • BA 11 juillet 17:34

              Le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne.


              A propos de ce Brexit, la Commission européenne a évalué à 60 milliards d’euros la somme que le Royaume-Uni devra payer à l’Union européenne.


              La réponse du ministre des Affaires étrangères Brian Johnson est claire : « ils peuvent toujours courir ! »


              Mardi 11 juillet 2017 :


              Brexit : l’UE peut "toujours courir" pour sa facture, selon Johnson.


              Les responsables européens peuvent « toujours courir » pour que Londres paye la facture du Brexit, évaluée à plusieurs dizaines de milliards d’euros, a lancé mardi le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson devant le Parlement.

              "Les sommes qu’ils (les responsables européens : NDLR) proposent de réclamer à ce pays me semblent exorbitantes, et je pense que « ils peuvent toujours courir » est une expression tout à fait appropriée", a ajouté Boris Johnson, héros de la campagne en faveur du Brexit.

              Aucun chiffre officiel concernant le règlement financier des engagements de Londres envers l’Union européenne n’a été publié, mais un haut responsable européen avait indiqué à l’AFP en avril que la Commission européenne l’avait évalué entre 55 et 60 milliards d’euros.


              https://www.romandie.com/news/Brexit-l-UE-peut-toujours-courir-pour-sa-facture-selon-Johnson_RP/813983.rom



              • Pyrathome Pyrathome 12 juillet 12:23

                @BA
                Oui, et en plus, le Royaume uni se porte parfaitement bien du point de vue économique, le chômage est au plus bas depuis 40 ans, en Europe, ce sont les pays qui ne sont pas dans l’euro qui se portent le mieux  :

                RU, Suisse, Islande, Norvège, Danemark....
                Ah ben merde alors !
                L’Euro/UE est déjà mort, mais Rakoto ne le sait pas encore....
                Et Junker, entre deux verres de Sky, a annoncé qu’il fera bombarder Londres s’ils ne payent pas.... smiley


              • Lugsama Lugsama 12 juillet 13:08

                @Pyrathome

                Le RU se porte de plus en plus mal économiquement, le pouvoir d’achat séffondre et les grandes entreprises commencent à déménager.. les investissements commencent à regresser dramatiquement. L’inflation deviens galopante. Allez donc au Royaume-Unie leur raconter que leur économie se porte bien..

                L’Allemagne est dans la zone Euro et se porte très bien..

                Quand à la facture c’est ce que le RU doit et pour quoi il s’est déjà engagé, ils payeront de toute façon.

              • Pyrathome Pyrathome 12 juillet 21:53

                @Lugsama
                Vous faites mentir tous les articles de presse mainstream auxquels vous vous nourrissez, alors ?

                Quant au pouvoir d’achat des Anglais, normal qu’il baisse avec la dévaluation bénéfique de la Livre mais ils ne s’effondre pas, allez dire ça aux Italiens, Espagnols et Grecs, etc et chez nous bientôt si le pouvoir d’achat n’a pas diminué !
                L’Allemagne se porte bien ? comme la Deutsche Bank par ex ?? Comme les nouveaux travailleurs pauvres ?? comme les dernières banques Italiennes en faillite qui se rachètent entre elles ?
                Arrêtez un peu vos carabistouilles de chez BFMerde wc, vous allez finir par avoir des trous dans le cerveau ! :- )

              • devphil devphil 12 juillet 07:52

                Ca marche fort pour Rakoto en ce moment avec sa rubrique nécrologie.....

                Quand les morts se font rare , on a droit à la politique

                On ne s’ennuie jamais avec les titres de ses articles , le problème c’est le contenu indigeste

                Prends des vacances Rakoto , cela fera du bien à tous les lecteurs .........

                 


                • zygzornifle zygzornifle 12 juillet 08:37

                  Sacré Helmouth le mammouth il s’est taillé ailleurs en voyant ce que l’Europe est devenu .....


                  • ZEN ZEN 12 juillet 12:58

                    Le catéchisme toujours...

                    Le Monsieur avait deux visages.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès