• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’indispensable alliance des Souverainistes et des Fédéralistes dans (...)

L’indispensable alliance des Souverainistes et des Fédéralistes dans un même combat pour l’UE

L'UE fonctionne mal et ne donne pas satisfaction aux citoyens européens : les vagues d'optimisme des fondateurs de l'Europe des Six et des rédacteurs de la Constitution sévissant actuellement dans l'UE, laissent place à un pessimiste dont les causes apparentes sont évidentes et partagées par tous. Les remèdes préconisés vont du moins d'Europe pour les Souverainistes au plus d'Europe pour les Fédéralistes. Une analyse au coeur des problèmes de fond montre que les solutions apparentes des deux familles peuvent laisser place à des solutions fondamentales communes.

Les pères Fondateurs de l'Europe à reconstruire sur le champ de ruines de la seconde guerre mondiale ont voulu une Europe pacifique entre les deux Grands, une Union démocratique au service des Européens, se renforçant par l'apport mutuel des différentes nations, des peuples et des citoyens. Pour cela, différentes institutions européennes furent crées, d'abord par les six pays fondateurs (RFA, France, Italie, Pays-bas, Belgique et Luxembourg) avec la CECA (charbon et acier), l'Euratom, l'ESA,(spatial), la CED (défense commue) (proposée par la France, admise par ses partenaires puis enterrée par la France !), la CEE ou le Marché Commun (à six, puis progressivement élargi au fil du temps, à 9 ( Irlande, Dannemark et irruption du Royaume-Uni (73)), avec en particulier sa PAC et les Feder, et enfin l'Union Européenne (traité de Maastricht(93), avec au final sa Constitution repoussée par referendum (2005) puis "ratifiée" à "Lisbonne" par les Parlements nationaux.

 

Les caractéristiques de l'UE proposées, approuvées par tous les 28 États membres

L'Union Européenne regroupe 28 états dans une structure commune pilotant une zone de libre-échange à économie de marché  : sa principale contrainte caractéristique est la libre concurrence "non faussée", d'abord entre les entreprises des pays membres, puis avec le reste du monde. Pour les échanges intra-communautaires les droits de douanes sont supprimés et pour les importations en provenance des pays hors UE, des accords particuliers ou globaux (OMC ou entre zones) se proposent de réduire et si possible supprimer les tarifications douanières ainsi que les normes spécifiques de protection. L'UE se veut le promoteur infatigable et "idiot" de la mondialisation du commerce, même avec des échanges déséquilibrés  ! Que ces accords profitables pour les entrepreneurs, les commerciaux et les financiers soient une évidence, les retombées sur les licenciements et le chômage de masse ne sont pas une préoccupation de la Constitution Européenne et des accords commerciaux. En complément la Constitution espère et souhaite au sein de l'UE un lissage (harmonisation) progressif des impôts, taxes et charges sociales salariales pesant sur les prix de revient : pour cela l'UE verse des subventions aux pays aux économies moins développées pour améliorer leurs structures et combler leurs retards. Enfin les pays (19) (Eurogroupe) ayant adopté l'euro comme monnaie unique se dotent d'une banque centrale (BCE) indépendante des États pour faciliter (et contrôler suite aux crises financières) les banques de l'Eurozone ; cette BCE ne pouvant prêter directement aux États membres, ceux-ci doivent alors se financer sur les marchés financiers  ! L'UE se veut un élément moteur bien intégré dans le système capitaliste néolibéral vouant un culte du profit pour valoriser les capitaux, un culte de la libre concurrence dans les secteurs privés et publics (à privatiser sans retenue).

L'UE ne se limite pas à une simple zone de libre-échange, comme l'a toujours souhaité le RU : la libre circulation des citoyens européens dans tous les pays de l'Union est la caractéristique fondatrice approuvée par tous les citoyens de l'Union européenne ! Ce droit est cependant mal accepté par le RU au point d'en faire un épouvantail en faveur du Brexit. Le RU se pose en champion du souverainisme. Cette libre circulation dépasse les voyages touristiques pour permettre la libre circulation et installation des travailleurs dans tous les pays membres. Quelques politiques communes ont été mises en place, telle la PAC (Politique Agricole Commune) donnant satisfaction dans l'Europe des six (hors ajustements lors des dévaluations par certains États, surtout la France), mais inapplicable lors de l'élargissement aux pays de l'Est, et soumise à des triturations et marchandages politiques.

Les causes principales des dysfonctionnements

Les causes apparentes et visibles

- Par définition la libre concurrence est naturellement faussée, vu que les acteurs recherchent toujours des avantages concurrentiels par différents moyens. Si les ententes inter-entreprises sont interdites et font parfois l'objet d'amendes, par contre la recherche d'une taille importante par rachat ou union d'entreprises condamnée par l'UE reste autorisée hors de l'UE et fait le jeu de la concurrence internationale. De même les avantages octroyés par des gouvernements et/ou régions pour attirer les entreprises sont courants. Les entreprises situées dans les pays à très faible coût de main-d'oeuvre et/ou à des taux très faibles d'imposition et de charges sociales, faussent la concurence au point d'obliger certaines entreprises viables et de qualité à licencier son personnel et parfois à mettre la clé sous la porte ! Les comportements des gouvernements de l'Irlande et du Luxembourg comme paradis fiscal à taux d'imposition sur les bénéfices voisins de zéro, sont scandaleux et destructeurs de la Construction de l'UE !

- Au lieu d'inciter au lissage des coûts salariaux, la directive "Bolkestein" (approuvée en douce par tous les États membres puis décriée par certains hypocrites et/ou incompétents) précisait des conditions applicables aux travailleurs déplacés dans un autre état membre : auparavant un étranger travaillant dans un pays était soumis la réglementation du pays d'accueil, depuis il peut offrir son travail aux conditions de son pays d'origine avec un salaire et des charges sociales de l'ordre du quart à la moitié des conditions minimum du pays d'accueil ! Avant Bolkestein ces conditions ne concernaient que les travailleurs "au noir". Depuis, même les règles des conditions de travail (horaires excessifs supérieurs à 48 heures par semaine, temps de conduite trop longs pour une bonne sécurité,...) étaient celles du pays d'origine. Par exemple, les industries agro-alimentaires d'Allemagne ont ainsi profité de la main-d'oeuvre à très bas coût de Roumanie, Bulgarie et autres (environ 400 €/mois avec des horaires réels plus près des 48 h/s que des 35 h/s !) et ont fait fermer des abattoirs et entreprises françaises. Sous l'amicale pression de ses partenaires, l'Allemagne va devoir appliquer, avec un décalage négocié, le salaire minimum qu'elle a enfin instauré. Dans toute l'UE l'application des règles de sécurité aux transports routiers (temps de conduite limité avec des temps de repos), principalement de Bulgarie et des pays de l'Est, reste des plus permissives selon les États : le suivi continu des conducteurs dans des trajets intra-européens n'est pas respecté ni mis en oeuvre.

- Les collectivités territoriales (et les nations) ne peuvent attribuer en priorité des contrats de fournitures et/ou de travaux à des entreprises locales (ou nationales) qui paient leurs impôts aux collectivtés et donnent du travail à leurs citoyens qui en retour paient taxes, impôts et charges sociales : les appels d'offre "européens" sont obligatoires au delà d'un certain montant de contrat : les fournisseurs des pays à bas coût de main-d'oeuvre sont alors les moins-disants et sont souvent préférés aux fournisseurs français : il ne reste plus aux différentes collectiviés territoriales et nationales qu'à prendre en charge les chômeurs français car il n'y a pas de concurrence européenne pour la prise en charge des chômeurs !

- Les normes et réglements issus des eurocrates sont kafkaïens : cela va de la longueur et la courbure des concombres, aux tentatives de suppressions des spécifications locales des produits pour "favoriser la cncurrence" comme par exemple autoriser la production de la "féta" (spécialité originelle grecque au lait de brebis) dans tous les pays de l'UE et même laisser sur le marché des copies "au lait de vache" fort ressemblantes. Cependant, en vive réaction, la pression des éleveurs et agriculteurs de pays ont permis de labelliser quelques productions : en cas de contre-façon les producteurs laisés font alors des procès car la Commission de la Concurrence de Bruxelles ne s'occupe que de gros dossiers. Par contre, pour autoriser l'utilisation de produits (pesticides et autres adjuvants) nuisibles pour la santé à court terme ou à long terme pour les faibles doses, les Autorités européennes se laissent enfumer par les lobbies des industriels, de ceux du système capitaliste néo-libéral cher à leur coeur. De même dans le domaine des médicaments et des produits de santé, les intérêts industriels passent souvent devant la santé des citoyens. Les décisions de l'exécutif bruxellois (appuyé par des comités où les experts ont des liens d'intérêts avec les industriels) font souvent fi des votes du Parlement Européen, parlement élu par les citoyens donc non représentatifs du sytème régissant l'UE.

- Les négociations internationales des traités économiques et financiers, comme pour le CETA (avec le Canada) et pour le TAFTA (avec les USA), sont secrètes et doivent quasiment être approuvées implicitement par les États de l'Union avant leur divulgation publique : les citoyens et leurs représentants n'ont pas à y mettre leur nez ! Avec le CETA on aura droit à la viande aux hormones car les bêtes ne seront pas contrôlées au Canada avant leur abattage par des vétérinaires européens agréés ! L'utiisation d'hormones dans les élevages étant légal au Canada et aux USA, les éleveurs de ces pays pouront envoyer leurs bêtes ou leurs viandes via le Canada !!

- Si la libre circulation des Européens, selon Schengen, est une liberté appréciée pour le tourisme et le travail, par contre la libre circulation des personnes sans emplois pour aller se faire soigner gratuitement dans un autre état ou pour bénéficier d'allocations publiques plus avantageuses passe très mal : si le bénéficiaire de soins est bien assuré dans son pays d'origine alors des facturations entre les caisses des deux pays est théoriquement possible, mais en absence de couverture sociale médicale le remboursement est très aléatoire. Ce cas est aussi typique pour les immigrés et réfugiés (clandestins ou non) en provenance de pays hors UE. Le fait que l'UE impose à chaque pays de prendre en charge le contrôle de ses frontières extérieures à l'UE, (pour protéger l'UE), car le dispositif "Frontex" commun à L'UE devrait disposer de moyens autonomes au moins 10 fois supérieurs aux maigres moyens actuels. La prise en charge des réfugiés-immigrés par le premier pays d'arrivée et d'enregistrement selon l'accord de Dublin, sans la moindre péréquation européenne au niveau des coûts de l'accueil et pour la répartition entre les États est une aberration.

 

Les causes implicites et invisibles

Parmi les causes de dysfonctionnement ou d'insatisfaction de l'UE, certaines ne sont pas mises au jour malgré leur importance.

- La grande pathologie de l'UE est implicite à sa Constitution : l'UE est avant tout un grand marché non seulement entre les États membres mais aussi avec les pays étrangers, grand marché ouvert à une libre concurrence hypocritement admise "non faussée", et de plus, les lois et réglementations (ou leur absence) sont celles des marchés financiers, de la recherche prioritaire des profits, de la minoration de la puissance publique (sauf pour payer les dégats des crises), donc d'un système capitaliste néolibéral mondialisé sans entraves. Les résultats sont plus que favorables pour les grandes multinationales, pour les financiers des fonds de pension américains, pour les 1% les plus riches, et corrélativement défavorables pour les petits salaires et revenus, pour les jeunes sans emplois, pour les chômeurs, pour les diverses victimes de la pression des marchés, de la mondialisation, dans la marche inexorable vers la baisse des coûts, vers la hausse constante de la productivité. Si le souhait ou la recommandation initiale exprimé dans la Constitution de lisser progressivement les différences entre les États concernant les impositions, les charges sociales salariales, les diverses taxes affectant les produits et services, et les conditions de travail (durée, sécurité...) étaient les conditions nécessaires pour approfondir l'intégration des économies des membres de l'UE,  la faiblesse de la mise en oeuvre de ces souhaits dans l'UE, ajoutée au fait qu'une telle harmonisation, impérative pour la mise en place d'une concurrence réellement non faussée, ne peut être imposée aux pays étrangers auxquels l'UE ouvre grand ses frontières souvent sans une bonne contre-partie. La grande majorité des peuples de l'UE s'estime victime de son dysfonctionnement.

- Un autre ressentiment vécu par les populations est l'absence de sens, de projets directeurs, d'objectifs humanistes et de valeurs intrinsèques de la construction européenne. Difficile d'être solidaire dans les souffrances et dans les joies lorsque règne un esprit de concurrence, de chacun pour soi, d'individualisme porté aux nues par les médias et les intervenants politiques, économiques et financiers. Sur la scène internationale, les actions et interventions sont portées soit par l'OTAN (USA inclus, le décideur majoritaire) soit par les dirigeants de chaque pays (France, Allemagne, RU...) sans parler d'une même voix. Les impératives bonnes relations avec la Russie, grand pays européen, ont été détruites en partie du fait de la ou des politiques américaines qui ne peuvent admettre la constitution de la véritable grande Europe, comme celle promue par De Gaulle, et qui serait un contre-poids à l'empire chinois. Une vraie politique d'alliance et d'intégration progressive de la Grande Russie, n'aurait pas conduit à pousser l'Ukraine à rompre ses liens immémoriaux avec l'empire des tsars, et à l'annexion préventive et corrélative de la Crimée par la Russie, ni aux tendances séparatives du Dombass provoquées (en partie) par la décision du Parlement ukrainien de ne plus admettre le russe comme langue officielle dans cette région où elle était majoritairement utilisée !

- Devant les conséquences du réchauffement climatique (violentes inondations, sécheresses intenses (+ famines), ouragans plus intenses et dévastateurs, élévation du niveau des océans, élévation des températures (avec modification de la végétation)), les mesures et les politiques proposées par les Autorités Bruxelloises de l'UE ne sont pas à la hauteur des enjeux : elles répondent -a minima- surtout aux attentes des pollueurs industriels, des chimistes des pesticides, des drogués des profits, des affairistes du système néolibéral, système dont l'UE se veut le chantre actif ! Les véritables mesures efficaces restent invisibles !

- L'UE n'a pas pris conscience de la croissance démographique continue de tous les pays de l'Afrique : d'environ 150 millions en 1900 la population a crû à 1 milliard en 1 siècle et les projections sont de 2 milliards vers 2040. On ne peut considérer cette forte croissance de la population comme une augmentation considérable du potentiel de croissance économique : si les besoins de la population sont et seront considérables, les marchés solvables resteront faméliques comme la grande partie de la population. L'Afrique a une croissance de sa population "active" (en âge et capacité de travailler) de 40 millions chaque année (1 milliard en 25 ans) : les ultra-riches financiers dont la fortune croissante est supposée "ruisseler" dans les investissements, n'ont ni envie, ni les moyens de créer 40 millions de vrais emplois en Afrique chaque année ! Alors les famines, les conflits internes et les émigrations de survie principalement vers l'UE, vont se développer massivement. Quels sont les plans des responsables de l'UE, quelles sont leurs actions pour rétablir une solution économique acceptable en Afrique ? Et ce pour éviter à terme l'invasion de l'UE pour essentiellement des raisons de survie, sous une forme pacifique si ce n'est terroriste !

- L'UE, et la grande masse des économistes (incapables de faire des prévisions à 1 ou 2 ans de la croissance, des cours du pétrole, des matières premières et des devises...), ignorent totalement les conséquences de la démographie au sein des États. Et pourtant cette discipline permet des projections pertinentes (sur 2 décennies et plus) des évolutions des populations, de leurs besoins en éducation, en santé, en logements, en emplois, en formation professionnelle et en allocations de retraite ! Les démographies différentiées selon le taux de renouvellement de la population sont sources de "concurrence faussée" non seulement pour l'avenir (assurer le financement des retraites) mais encore pour l'immédiat. L'opinion fortement majoritaire selon laquelle un déficit des naissances sur les décès est préjudiciable (et un excédent des naissances est favorable) est fausse : l'Allemagne est le contre-exemple qui le prouve depuis des décennies ! Cette erreur manifeste est lourde de conséquences car les performances économiques, budgétaires et sociales de l'Allemagne sont prises en référence pour justifier la vague de réformes "macronistes" ! Botopo dans son article du 17 mars 2017 sur Agoravox : "L'Allemagne, impudente, insolente, envoutante, est le problème et la solution de l'Europe", montre les énormes économies budgétaires dues à la sous-natalité (650 000 naissances/an pour 900 000 décés/an) depuis des décennies, économies pour l'état fédéral et pour les collectivités territoriales de l'ordre de 50 à 60 Md€/an depuis plus de 20 ans ! Comme pendant ce temps l'Allemagne a profité d'une immigration de travailleurs formés dans leurs pays d'origine, (en dépenses publiques pour ces pays !) de l'ordre de 5 millions (3,855 M de 2000 à 2015 (hors réfugiés) en provenance majoritaire des pays de l'UE et des Balkans, (le nombre d'immigrés turcs étant en légère régression depuis l'an 2000) la population de l'Allemagne s'accroît globalement malgré sa sous-natalité "jugée inquiétante". La facture pour les pays d'origine est de l'ordre de 400 Md€ depuis 2000 en tenant compte des coûts moindres dans ces pays. Rien que pour la Grèce les dépenses pour le total des immigrés travaillant en Allemagne est d'environ 68 Md€ (16 Md€ depuis l'an 2000), dépenses non compensées par l'Allemagne qui au contraire accuse la Grèce de mauvaise gestion budgétaire !

L'implication démographique sur les dépenses budgétaires des pays d'immigration et/ou d'émigration devrait être prise en compte dans le cadre de la libre circulation et installation des travailleurs en dehors de leur pays d'origine et de formation. En France, la mobilité des travailleurs formés dans leurs départements d'origine va de pair avec la prise en charge nationale des principaux coûts d'éducation et de formation : les départements pauvres n'ont pas les moyens propres pour assurer une bonne formation de tous ses jeunes. L'absence de participation (ou de péréquation) des pays d'immigration aux dépenses de formation, éducation... accentue les déficits budgétaires des pays d'émigration. L'UE est ainsi rendue responsable de leurs difficultés budgétaires !

- Les excédents commerciaux de l'Allemagne (250Md€/an), en grande partie vis-à-vis de ses partenaires de l'UE et de l'Eurogroupe (au moins 150Md€/an) sont une cause implicite et invisible de la désaffection pour l'UE, car si ces excédents sont de l'épargne accumulée par les Allemands en vue de leur retraite, une grande partie est affectée en prélèvements publics (impôts, taxes, charges sociales...) contribuant au bon équilibre des comptes publics allemands. Le corollaire sous-jacent réside dans le fait que les déficits commerciaux des acheteurs se transforment globalement pour ceux-ci en dettes publiques et privées, dettes qu'il serait bon de réduire !! Ainsi, en absence de retournement de la situation commerciale (retournement que les entreprises allemandes veulent surtout éviter) la masse des pays clients déficitaires contribue aux équilibres budgétaires publics et sociaux de l'Allemagne à hauteur de quelques dizaines de Md€/an. On ne constate aucune volonté tangible et des actes correspondants de la part des Allemands pour revenir à de sains équlibres commerciaux !

 

Les positions des souverainistes

Les lobbyistes des multinationales (métallurgie, pharmacie, banques, chimie, agro-alimentaire, assurances...) sont plus écoutés et influents à la Commission Européenne de Bruxelles que ne le sont les Gouvernements défendant les intérêts légitimes de leurs citoyens et que les associations de consommateurs. La Commission se veut chargée de mettre en place et d'imposer un système économique et financier reposant sur le libre-échange intégral, sur les lois des marchés et de la libre concurrence, donc sur la maximilisation des profits, sans se soucier que les divers pays du monde savent protéger leurs activités économiques par des mesures implicites actives et même parfois pour les plus cyniques par des mesures explicites ! La juste ou équitable protection des économies des pays de l'UE est le dernier des soucis de la Commission : chaque pays doit se débrouiller sans trop attirer l'attention de ses pairs. Alors, en réaction, les mouvements politiques prônant le rétablissement de la souveraineté nationale sur des décisisons concernant leurs citoyens et l'activité économique de leur pays (les Assemblées Nationales sont tenues d'adopter -sans modification- dans leur législation les décisions prises par les membres de la Commission, membres sans légitimité élective) sont majoritaires dans certains pays (RU) et en passe de l'être dans d'autres pays. La mise au pas démocratique de la Commission étant peu probable, alors pourquoi ne pas suivre le Brexit et retrouver une souveraineté comme l'ont conservée la Suisse et la Norvège.

La question de la monnaie souveraine est prépondérante pour la majorité des souverainistes du fait du statut spécifique de la BCE (qui n'a pas pour but de lutter contre le chômage partout dans l'UE (ou Eurozone). Quelques-uns espèrent une saine évolution de la BCE (les 2000 Md€ d'émission de QE ne sont pas prévus dans les statuts !) et envisagent de conserver l'euro, monnaie unique pratique bien perçue par les Européens.

Dans le même ordre d'idées, ce n'est pas aux eurocrates de décider si le système de santé dans chaque nation doit être public (et socialisé) avec des cotisations fonction des revenus, ou privé, à l'américaine, avec des cotisations liées au nombre d'assurés dans la famille, à leurs âges, et au niveau de protection : dans ce dernier cas les ménages à faibles revenus ne peuvent pas financer une couverture d'un nombre important de risques, car les cotisations deviennent excessives ! 

Les Autorités Européennes de contrôle, de surveillance et de protection de la santé publique, vis-à-vis des industries chimiques (produits ménagers, pesticides agricoles, additifs agro-alimentaires...) et des industries pharmaceutiques (santé humaine et animale) sont sous l'influence des lobbies industriels et des experts "bipolaires" du fait des conflits d'intérêts permanents ou sous-jacents : la protection effective de la santé de chaque européen est alors assujettie au mantien des avatages acquis d'un grand nombre d'activités économiques !

En outre, une vraie solidarité au sein de la population impose de donner une préférence dans les marchés publics aux entreprises payant impôts, taxes et charges dans le pays, le département ou la commune.

Les souverainistes, en absence d'un corps efficace de protection des frontières extérieures à l'UE, se croient en mesure dans chaque pays de contrôler leurs frontières et de resteindre fortement l'immigration indésirable. Les USA assurent un bon contrôle pour les arrivées dans les aéroports, les contrôles se faisant avant la montée dans les avions sur territoire étranger, par contre, avec la frontière terrestre au sud avec le Mexique les passages clandestins se maintiennent. En France, les Souverainistes se sentent capables de refouler tous les immgrés clandestins arrivant sans papiers d'identité en provenance d'un pays non identifié : quelle belle promesse inconsidérée et inapplicable !

 

Les positions des fédéralistes

Elles sont le plus souvent caricaturées : les Fédéralistes ne veulent surtout pas donner ou laisser tous les pouvoirs à la Commission Européenne, avec un Parlement Européen aux pouvoirs réduits, et un Conseil Européen des chefs d'états limité aux marchandages internes. Les fédéralistes proposent une architecture de pouvoirs comparable à celle des USA.

Aux USA, les principaux pouvoirs sont au sein du Congrès (Chambre des Représentants et Sénat) comprenant des élus des 50 états. Le Président est lui-même élu par des délégués issus des états dans un système permettant à Trump d'être élu avec environ 4 millions de voix de moins que Clinton ! Ce Président du pays le plus puissant reste sous la férule du Congrès. En outre, chaque État dispose d'institutions (Parlement, Gouverneur, Cours de justice, polices, corps de réserve de militaires, protections civiles...) qui lui permettent de conserver une forte dose de souveraineté dans différents secteurs de la vie publique et économique et même de s'opposer par ses propres tribunaux (Cour suprême de chaque État) à des décisions du Président et ainsi de les faire annuler ! Les auditions devant le congrès de Secrétaires d'état, de hauts fonctionnaires, de conseillers de la Présidence, de banquiers et d'hommes d'affaires sont sérieuses, pertitnentes et très redoutées ! Si en Belgique le Parlement de Wallonie a rejeté dans sa formulation dite définitive le projet des accords du CETA, projet qui a dû être remanié dans l'urgence, en France l'Assemblée nationale "macronienne" ne s'est même pas posée la question de son droit et surtout de son devoir d'intervenir avant la signature de ce traité !!

Dans l'UE, les parlementaires européens doivent s'imposer avec la légimité des élections, les seuls élus directement par les peuples pour construire et faire touner une UE au service des peuples, des pauvres comme des riches. Ces élus ne sont pas les représentants du système néolibéral capitaliste mondialisé (avec ses lobbyistes, ses eurocratres serviles, ses commissaires convaincus et manipulés, ses experts "indépendants" issus des laboratoires, des industries et des banques). Les élus du PE (comme tous les élus dans une démocratie) doivent veiller au maintien du plein emploi, de la bonne santé, des libertés démocratiques, de l'éducation, de la formation et des cultures... Ils doivent affirmer et étendre leurs pouvoirs sans attendre une hypothétique invitation de la Commission ou du Conseil ! Les députés européens doivent assumer leurs fonctions de contrôles et de propositions aussi bien vis-à-vis de la Commission, du Conseil que de la BCE, en plus de certaines prérogatives telles que le vote-ratification du budget et des nominations des Commissaires, des hauts fonctionnaires, des experts (et des dirigeants) dans les Agences Européennes.... La priorité étant donnée à la santé, à l'emploi et au bien-être des citoyens, et surtout pas à l'édification d'un système capitaliste néo-libéral mondialisé thuriféraire des profits et des marchés !

En particulier, en s'inspirant de certaines grndes lois américaines, les élus du PE doivent recommander et voter d'une part la séparation des banques de dépôts et des banques d'affaires au sein de l'UE (comme pour le Glass-Steagall Act de 1933 ) et d'autre part le démantèlement anti-monopole des mastodontes des réseaux dits sociaux du net (selon le Sherman Anti-trust Act de 1890).

Si la mise en place d'une défense commune, (en plus des achats communs d'équipements militaires conçus et fabriqués dans l'UE) ne peut être envisagée en absence d'un pouvoir fédéral fort et d'un Congrès représentatif des peuples (comme aux USA) car il ne peut y avoir en l'état un processus de décision fondé sur l'accord de tous les pays membres (hors attaque extérieure d'un pays étranger déjà pris en compte par l'OTAN), par contre, la libre circulation des citoyens et des travailleurs au sein de l'UE conduit à la mise en oeuvre d'une Politique Commune d'Éducation et de Formation (analogue à celle de la moribonde PAC). Les dépenses d'éducation et de formation seraient mutualisées en tenant compte des coûts unitaires de chaque pays et du nombre de jeunes effectivement concernés dans chaque pays (qu'ils soient natifs du pays ou d'un autre pays de l'UE). Les contributions seraient dépendantes du PIB de chaque pays sans tenir compte du nombre de jeunes concernés. Naturellement dans la mise en euvre des programmes et des conditions d'enseignement chaque pays reste souverain (principe de subsidiarité). Au niveau des diplomes, de nombreuses équivalences ont déjà été établies dans l'UE. Cette mesure permettrait aux jeunes une formation européanisée et surtout soulagerait les budgets des pays d'émigration de l'UE qui financent l'éducation et la formation de jeunes partant travailler, consommer, payer des taxes et impôts dans un autre pays. Les contributions nettes, positives ou négatives, pour chaque pays feront seules l'objet de versements.

 

Conclusions

Les Souverainistes à ne pas confondre avec des nationalistes xénophobes et les Fédéralistes européens ont le même adversaire de taille : le système capitaliste néolibéral mondialisé multinational. Ce dernier controle une grande partie des médias (presse, télévision, internet) et des décideurs économiques, financiers et politiques : les "idiots" utiles, censés nous conseiller, nous orienter et nous gouverner, propagent l'idée qu'avec moins de charges sociales, moins d'impositions pour les riches, moins de taxes, les consommateurs et les citoyens seront heureux de payer directement l'utilisation des infrastructures publiques (péages) des différents services (justice, police, santé...), les pauvres payant beaucoup plus que les riches (en pourcentage de leurs maigres revenus). Depuis des décennies les statistiques montrent que l'accroissement des richesses produites va essentiellement gonfler la fortune des riches ou super-riches : c'est pour cela que notre Cher Président biberonné aux délices du Système impose au pas de charge des réformes pour que la France et les Français deviennent des assujettis au Système si destructeur ! Les grands profiteurs mondiaux s'en réjouissent.

Pour les prochaines élections du Parlement Européen les souverainistes et les fédéralistes doivent faire front commun. Les Marcheurs Macronistes seront de plus en plus en déphasage avec leur grand Maître à penser, ce dernier ne pouvant faire campagne pour une Europe démocratique avec le pouvoir aux citoyens, alors qu'il pratique une gouvernance de Monarque républicain le mieux à même pour décider à la place des citoyens !

Dans les autres pays partenaires de l'UE, la même aversion, la même condamnation et le même rejet prévalent : les résultats des diverses élections le montre clairement. L'analyse des commentateurs politiques assujettis au système ne veut voir que des tendances populistes, nationalistes et xénophobes : l'esprit démocratique s'est évaporé de leurs cerveaux depuis des lustres ! Un mouvement européen à la fois souverainiste par subsidiarité et féféraliste par sauvagarde contre le système est possible et doit être créé et développé.


Moyenne des avis sur cet article :  1.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 10 mars 10:13

    L’UE se fout de la gueule de ses citoyens comme Macron de celle des retraités , des étudiants , des cheminots , des SDF et autres pauvres ....


    Il n’y a plus du tout de trace d’humanité dans ce nid de crotales ....

    • Ernst 10 mars 10:24

      « En Allemagne, il y aura en 2100 environ 35 millions de Turcs et à peu près 20 millions d’Allemands. »
       
      « Erdogan félicite les Turcs d’Allemagne d’être restés des Turcs. »
       
       Thilo Sarrazin, ’L’Allemagne disparaît’, plus 2 millions d’exemplaires vendus !
       
      Une civilisation qui voit ses peuples disparaître signe son total échec.


      • samy Levrai samy Levrai 10 mars 10:31

        Article de propagande euro atlantiste pour une autre Europe par un type qui semble ignorer complètement la façon dont l’UE marche...


        Questions à l’auteur :
        Qui dirige la France/l’UE ?
        que reste il comme pouvoirs au president français ? 
        quels pouvoirs a le parlement europeen ?
        Pourquoi l’UE est elle telle qu’elle est ? 
        comment changer une virgule aux traités ? 
        Quand depuis le début de l’UE y a t il eu un seul changement d’orientation, un seul retour en arrière dogmatique  ? 

        Cet article est il pour arnaquer les citoyens ou l’auteur est il très limité sur les sujets qu’il choisit lui même ? 
        Pourquoi écrire de long article quand on ne sait pas de quoi on parle ?



        • rogal 10 mars 10:57

          @samy Levrai
          Renouvellement dans leur tactique d’arnaque.


        • samy Levrai samy Levrai 10 mars 11:16

          @rogal
          Toujours beaucoup de mots utilisés pour ne rien donner de valable ( juste une escroquerie) , une belle constance quand même de leur part...


        • Attila Attila 10 mars 11:32

          @samy Levrai
          La logorrhée, c’est pour noyer le poisson.

          .


        • Alren Alren 10 mars 13:03

          @samy Levrai

          L’UE procapitaliste est relayée en France par Macron et avant lui par Hollande et Sarkozy qui ne subissaient pas, qui ne subit pas les directives des non-élus de Bruxelles comme des contraintes auxquelles il doit, ils devaient, se plier malgré qu’ils en aient, mais qu’ils soutiennent parce que c’est la politique qu’ils mèneraient même en dehors de l’UE : permettre aux 1% les plus riches de s’enrichir sur le dos de tous ceux qui travaillent ou ont travaillé pour vivre.

          Ce camp de mercenaires des grands parasites sociaux a pensé qu’en prétextant le supériorité des traités européens sur la volonté populaire (ce qui est une position opposée à la démocratie élémentaire), les gens se résigneraient mieux à accepter cette politique décidée si loin d’eux.

          Ça a marché, hélas, un certain temps. Mais, de plus en plus, les citoyens se rendent compte que toutes les décisions politiques sont à l’opposé de leurs intérêts, qu’il s’agisse de traités de libre-échange en passant par le compteur Linky ou les vaccins inutiles et dangereux mais obligatoires, sans oublier la limitation de vitesse à 80 km/h qui devrait rapporter un max d’amendes.

          Ce camp est l’ennemi radical, absolu, du mien, la France insoumise. Et les fédéralistes, complices ou non du mécanisme n’ont rien de commun avec nos idées.


        • Durand Durand 10 mars 13:50

          @Alren


          Mélenchon a répété à d’innombrables reprises qu’il voulait sauver l’Europe... Votre point commun avec le Système, c’est de laisser croire que l’Union Européenne est réformable et qu’une unanimité de 28 États pourraient être en faveur du programme de la FI.

          Alors oui, vous avez bel et bien un point commun : le mensonge !



        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 18:09

          @Alren
          Ce camp est l’ennemi radical, absolu, du mien, la France insoumise.

          Soyez concrets, expliquez comment comment vous changez fondamentalement les Traités ? Depuis bientôt 40 ans, tous les Partis politiques proposent « Une Autre Europe », mais ils n’expliquent jamais comment on arrive à ce merveilleux résultat ...


        • Xenozoid Xenozoid 10 mars 18:12

          @Fifi Brind_acier
          vous payez perkins ? tu as pensé a ça ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 18:46

          @Xenozoid
          Je ne comprends rien à ce que vous écrivez.


        • Alren Alren 10 mars 19:18

          @Fifi Brind_acier

          J’ai déjà répondu plusieurs fois : en répétant votre question vous vous moquez de moi, ainsi que le commentateur qui vous précède.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 19:38

          @Alren
          « L’Europe n’est pas réformable ». Stathis Kouvelakis ancien membre du Comité Central de Syriza.

          "(...) l’UE n’est pas réformable dans un sens progressiste, avec un fonctionnement plus démocratique, parce qu’elle est conçue, dans son architecture intrinsèque, pour ne pas être réformable.

          Tout est verrouillé et, pour enseigner dans un département d’études européennes, je peux vous assurer que mes collègues spécialistes le savent.

          L’UE n’a pas été conçue pour fonctionner avec les règles de la démocratie parlementaire, dont on craint toujours la tentation « populiste ».


        • Xenozoid Xenozoid 11 mars 01:20

          @Fifi Brind_acier
          non avec un pour cent, vous ne conaissez pas perkins, honte a vous et vos étoiles, vous êtes plein de merde en fait


        • Xenozoid Xenozoid 11 mars 15:19

          @pepelangkous

          les règles de la démocratie parlementaire,


        • Xenozoid Xenozoid 11 mars 19:44

          @fifi

          perkins vous fait bien comprendre que tous les pouvoirs sont manipulés.mais vous ne piger pas


        • Cadoudal Cadoudal 11 mars 19:53

          @Xenozoid
          Des documents qui seront transmis au ministère de l’Intérieur révèlent que les autorités connaissaient ces horreurs une décennie avant d’enquêter – et montrent comment elles ont tenté d’entraver notre enquête.

          http://www.fdesouche.com/968123-grande-bretagne-telford-des-centaines-de-jeunes-mineures-battues-violees-vendues-et-parfois-tuees-par-des-gangs-asiatiques-depuis-40-ans


        • Xenozoid Xenozoid 11 mars 20:14

          @Cadoudal

          c’est du macro management, vois plus loin que ton remplacement


        • François Vesin François Vesin 12 mars 09:28

          @Alren
          «  J’ai déjà répondu plusieurs fois : »


          OK alors faisons dans le concret.
          ADP (aéroport de Paris) va être bradé par l’Etat
          et privatisé au bénéfice d’intérêts privés.
          ADP a été payé intégralement avec nos impôts
          et a ce titre constitue une part de notre patrimoine.
          La F.I. va-t-elle battre le pavé pour exiger un référendum
          qui permette au peuple de prendre conscience
          de sa soumission à une Union Européenne
          qui lui dénie toute souveraineté ? 

        • hugo BOTOPO 12 mars 16:13

          @samy Levrai
          L’auteur n’est pas euro-atlantiste ;

          À vos questions je partage vos réponses implicites qui ne sont pas des solutions.
           
          Par contre, je ne peux partager vos suggestions, celles que vous n’explicitez pas.


        • Durand Durand 10 mars 11:40

           

          Si l’Union Européenne avait constitué une zone de préférence européenne qui s’était substituée à 28 préférences nationales, on y aurait certainnement trouvé quelques avantages... Mais la réalité n’est pas celle-ci... 
          En effet, l’article 63 du TFUE interdit toute restriction au libre échange, non seulement entre les États membres, mais également entre ceux-ci et les États tiers, c’est-à-dire, avec le reste du Monde.

          L’ensemble des productions de la zone économiquement la plus développée de la planète se retrouve donc en concurrence frontale avec le reste du Monde qui lui, produit à moindre coût à cause de son moindre développement ou grâce à des aides publiques qui sont interdites dans l’Union Européenne au nom d’une sacro-sainte « concurrence libre et non faussée » qui n’existe nulle par ailleurs.

          Ajoutons à cela que l’Euro est trop cher pour que les produits français soient concurrentiels sur le marché international... Il est impossible à dévaluer car la BCE – et à sa tête l’inamovible Mario Dragui – est totalement indépendante de toute influence nationale ou communautaire. La BCE ne défend que les intérêts de la Finance globale et n’obéit qu’à celle-ci.

          Comment penser que l’application de telles règles (lois...) de fonctionnement puisse engendrer autre chose que la ruine économique de nombreux pays de l’Union, dont la France en particulier ?!!...

          En réalité, l’idée européenne est une supercherie qui a consisté à faire croire aux Européens qu’ensemble, il pourraient s’entraider plutôt que se faire la guerre, alors qu’en réalité – et toujours à cause des règles de l’Union – ils sont tous soumis, non seulement, à une concurrence intra-européenne plutôt mal acceptée (travailleurs détachés, délocalisations intra-européenne, etc...) mais également, à une concurrence internationale qui ne peut qu’accentuer un nivellement par le bas de leurs économies nationales... 

           La protection de l’Union Européenne devait se substituer à la protection dela Nation et c’est un échec absolu ! 
          C’est une arnaque, dont le seul moyen pour s’en affranchir est de quitter l’Union Européenne car tout démontre que toute protection qui n’émane pas d’un consensus national et uniquement national est illusoire. 



          Les Britanniques l’ont bien compris et ils sortent les premiers...





          • Durand Durand 10 mars 12:05

             

             
             Citoyen, c’est avant tout responsable ! Trop de Français préfèrent se réclamer d’une illusion de ”citoyenneté européenne“, qui ne demande aucun effort de responsabilité car Bruxelles nous dit : ” on s’occupe de tout !...“, ce qu’il faut traduite par ”te casses pas le cul, j’m’en charge !"..., plutôt que de leur seule vraie nationalité, FRANÇAISE , qui demande un minimum d’éffort d’investissement citoyen à chacun...

            La flemme !..., voila où se niche encore l’européisme de trop de Français, qui se croient bons citoyens parce qu’on leur a laissé le droit râler ! 

            Cause toujours !



            • Durand Durand 10 mars 12:30



               En interne, Asselineau répète souvent ”ne vous demandez pas ce que l’UPR peut faire pour vous mais plutôt, ce que vous pouvez faire pour l’UPR !“...

              Tant qu’une majorité de Français n’aura pas compris que la France nécessite le même effort, nos malheurs s’aggraveront... 
              Il faut être aveugle et sourd pour ne pas se rendre compte que tous les efforts que le Français ont consentis jusqu’à présent pour construire l’Union Européenne n’ont profité qu’au “Roi de Prusse" !






            • belin 11 mars 08:59

              @Durand
              Ce que peut dire asselineau n’a pas plus d’importance que les 0,92% obtenu aux élections.


            • Durand Durand 11 mars 11:59

              @belin


              Tiens, c’est du belge !


            • Durand Durand 10 mars 13:41

               @l’auteur



              Quelle soupe d’inepties vous nous servez en conclusion !

               « Pour les prochaines élections du Parlement Européen les souverainistes et les fédéralistes doivent faire front commun »

              Le mariage de la carpe et du lapin, c’est pour sauver l’Union Européenne ou pour sauver la France ?

              Et de quels souverainistes parlez-vous ? De NDA, qui veut sauver l’Europe ?!!..., de la baudruche socialistophile mélenchonienne, qui en a fait aussi son objectif prioritaire ?..., des quelques carriéristes pseudo-gaullistes qui rampent encore chez Les Républicains ?

              Soit vous partagez leur gamelle et vous prenez vos lecteurs pour des cons, soit vous n’avez rien compris à l’Union Européenne et vous prenez également vos lecteurs pour des cons !
               A moins qu’insidieusement, vous n’ayez la volonté de nous faire croire, pour mieux vous en persuader, qu’il pourrait exister une citoyenneté européenne qui s’affranchirait de toute souveraineté nationale,... et dans ce cas, vous prendriez encore vos lecteurs pour des cons !

              Il n’y a qu’un seul parti politique qui défende la souveraineté des Français et se faisant, leur pouvoir démocratique, c’est l’UPR ! Et que je saches, le barrage médiatique n’a jamais permis à aucun de ses représentants d’être un élu européen !

              Vous êtes comme tout ces enfumeurs-gribouilleurs : vous ne voulez continuer à croire qu’il faut sauver l’Europe que pour vous affranchir de l’effort patriotique et de votre devoir de Français.




              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 18:44

                @Durand
                Il faut les comprendre... ça panique sec du côté des Mamamouchis européens ! Ils n’arrivent même plus à modifier un seul article des Traités, tellement ils ont peur d’ouvrir la boîte de Pandore ...


                « Les 27 veulent éviter l’ornière d’une réforme des Traités »
                "La fusion des fonctions de président de la Commission et du Conseil, (...)  nécessiterait certainement une modification de traité. Il est hautement improbable que les dirigeants ouvrent une telle boîte de pandore.

                «  Je ne pense pas qu’ils désirent une telle modification de traité. Si une modification de traité est proposée pour un sujet, alors tous les sujets laissés à l’écart referont surface, et ce serait intense  », a déclaré le diplomate.(..)


                Il faut l’unanimité des 27 pays qui sont divisés sur tous les sujets, en clair, ce serait le boxon ! Comme pour les travailleurs détachés, où Macron Jupiter a accouché d’une souris....


              • Durand Durand 10 mars 22:21

                @Fifi Brind_acier


                Oui, et ce n’est pas les seuls à paniquer... La roue à tourné et le Système est acculé. Seule la supériorité militaire fait véritablement autorité,... comme d’habitude !


                Je ne mise pas un centime sur les capacités des Français à comprendre ce qu’il leur arrive et je ne me fais plus aucune illusion concernant la nécessité, pour la Russie, d’intervenir de quelque manière que ce soit pour nous lancer une bouée de sauvetage par dessus le monde protestant, comme elle l’a souvent fait par le passé... Depuis 20 ans, la Russie à fait d’immenses efforts pour se hisser au sommet et n’a sans doute que peu d’estime pour les peuples-caniche, profanateurs de leur propre Nation...


                La France s’est mise dans la mouise et plus personne ne viendra l’aider à s’en sortir car plus personne n’a besoin d’elle,... sauf, peut être, le IVème Reich...

                Faut voir...




              • belin 11 mars 09:08

                @Fifi Brind_acier
                Mais tais toi , on en a marre de ta propagande à deux balles. On dirait un disque rayé qui répète sans cesse les memes inepties. Ton gourou est un looser de première et il est meme pas foutu de reconnaître qu’il est de droite , c’est un escroc quand il se réfère au CNR .


              • Ar zen Ar zen 11 mars 09:24

                @belin

                Encore une remarque intelligente belin. Vous montrer un niveau de réflexion incroyable. 

              • Ar zen Ar zen 11 mars 09:34

                @Ar zen


                Ceux qui en arrivent à écrire des trucs pareils : 

                « Etre dans l’UE ne change rien à la souveraineté de la France et contrairement à ce qu’affirme l’UPR seul la constitution Française fait droit sur le territoire . Ce sont les précédents présidents vendus au grand capital qui remettent en cause la constitution ( Sarkozi 2005) , mais sans l’aval du peuple , les changements à la constitution sont nuls et non avenus. Donc si Mélenchon est porté au pouvoir il peut faire ce qu’il veut avec l’aval du peuple. »

                ceux-là n’ont jamais lu la Constitution française. Ils ramènent leur fraise comme des nigauds. Ils n’ont pas lu l’article 89 de cette Constitution dont voici un extrait : 
                «  le projet de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n’est approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l’Assemblée nationale. »

                Ils n’ont pas davantage lu les articles 55 et 88-1 de la Constitution. Mais ils font les « connaisseurs », ceux qui savent. Totalement désolant. 


              • Durand Durand 11 mars 11:56

                @belin


                « Mais tais-toi... ! »

                Quand on a aucune connaissance historique et qu’on a une grande gueule, on passe pour un pauvre type... C’est ce qui est arrivé à pas mal de trolls sur Avox et toi, tu es déjà cramé de chez cramé...

                Reprends tout depuis le cour préparatoire et reviens nous voir quand tu auras au moins le niveau BEPC !



              • belin 11 mars 12:54

                @Ar zen
                Ah parce que toi t’es une référence a annoner toutes les stupidités de ton gourou . Commence par réfléchir par toi meme et tu verras que bad ass est une triple buse.


              • belin 11 mars 12:59

                @Durand
                Et qui tu es toi pour prétendre éduquer les autres. Toi t’as du faire HLM pour ramener ta fraise et juger les autres pauvre bouffon sans cervelle , qui répètes bêtement les arguments d’un looser.


              • Ar zen Ar zen 11 mars 13:07

                @belin

                Il vous suffit de lire la Constitution et vous n’écrirez plus les mêmes sottises. 

                Ce que vous dîtes n’a ni queue ni tête. Vous n’avez pas lu, ou pas compris, le contenu de la Constitution française. Que vous évoquiez un gourou ou autre chose n’enlève rien au fait que vous ne comprenez pas ce que vous écrivez. Désolant et désolé pour vous. Lisez et vous comprendrez et vous serez moins sujet à critique.

                Article 55, 88-1 et 89 de la Constitution. Prenez votre courage à deux mains, si vous en avez. 



              • belin 11 mars 13:36

                @Ar zen
                Blablablabla , moi je dis que ce que j’ai écrit est la vérité point barre. Sans l’aval du peuple on ne peut modifier la constitution si on respecte les textes de la révolution de 1789.


              • Ar zen Ar zen 11 mars 18:03

                @belin

                C’est bien ce que je dis. Vous ne comprenez pas la portée d’une Constitution. Nous vivons actuellement sous le régime de la 5ème République. Vous pouvez, bien évidemment, le contester, mais ce faisant vous vous ridiculisé. 

                Dans ce contexte, comment prendre en compte vos différents commentaires ? Ce que vous dîtes n’a strictement aucun sens. Mais si votre truc c’est d’être sur Agoravox pour dire ce qui vous passe par la tête, que cela vous fait du bien, il faut continuer. 

                Vous ne comprenez donc pas la portée de l’article 89 de la Constitution, ni même ce que représente une Constitution. Il faudrait que vous expliquiez pourquoi la Constitution de la 5ème République, acceptée par les Français par 79,25 % de oui et une faible abstention de 15,6% ne serait pas valable.

                Allez-y belin, expliquez nous votre point de vue. 


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 mars 19:26

                @Durand
                La Russie est assez occupée comme ça !
                Poutine, dans son discours de Munich en 2007 a expliqué qu’il fallait que cesse les ingérences dans les affaires intérieures des Etats. Les pays européens n’ont qu’à se débrouiller !

                A ma connaissance, il n’a jamais pris position pour ou contre l’ UE...
                De plus, l’UE constitue 1 seule interlocuteur, c’est plus simple que de discuter avec 28 pays divisés sur tout... A mon avis, faut pas compter sur Poutine pour nous sortir de là ... !


              • belin 11 mars 20:06

                @Ar zen
                Mais t’es pas obligé de prendre pour argent content ce que je dis . Si la Fi fait une 6eme constitution forcément la 5eme deviendra caduc. La 5eme a été faites pour De Gaulle et sur mesure pour avoir tous les pouvoirs et c’est pour çà qu’on est dans la merde et dans un semblant de démocratie, la 5eme a réinventé la royauté. Prends les textes de la révolution de 1789 + ceux de la 3eme République et là tu as la démocratie , la vrai. Je te passe les redécoupages qui ont été fait et dont Mr Pasqua était le spécialiste en tant que ministre de l’intérieur. Rien n’est éternel , heureusement et comme vous voulez faire le Frexit , moi je veux changer de constitution .


              • Ar zen Ar zen 11 mars 23:20

                @belin

                Vous savez ce que l’on fait avec les « si » ? 

                Et pour valider une 6ème République il faudra l’aval du peuple, c’est à dire la majorité des électeurs, soit environ 17 millions de votes favorables à la « Constitution » Mélenchon. 

                Je vous pose donc la question : Où Mélenchon ira t-il chercher 7 millions de votes favorables, s’il est élu avec un gros score de 10 millions ? Je vous rappelle qu’il a obtenu 7 millions de voix en 2017. Je suis donc généreux avec 10 millions supposées.

                Expliquez nous un peu cette supercherie de la 6ème Constitution. Comment obtenir une majorité de oui pour celle-ci ? Vous en avez une petit idée ? Ce n’est pas parce qu’un personnage politique est élu en France qu’il a la majorité des voix des électeurs. J’espère que vous l’avez compris ça. Se faire élire sur deux tours ne veut pas dire obtenir le suffrage de la majorité des électeurs. La « Constitution » Mélenchon, tirant trop à gauche, n’a strictement aucune chance d’être validée par la majorité du Peuple. Vous rêvez et vous prenez vos rêves pour la réalité. Vous voulez changer de Constitution ? Il faut la majorité des électeurs pour valider une nouvelle Constitution. Expliquez nous comment l’obtenir !

                Et puisque vous parlez de démocratie il serait bien que vous utilisiez « démocratie représentative » qui donne tout le pouvoir aux représentants. Vous ne m’avez pas l’air bien calé dans ce domaine. 

                Examinez un peu la « démocratie semi-directe » de la Suisse, celle qui donne le pouvoir au peuple. Après, lorsque vous aurez compris, vous reviendrez nous parler de « démocratie ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès