• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’intégrisme néo-libéral de l’Union européenne

L’intégrisme néo-libéral de l’Union européenne

Le gouvernement français demande au PDG des assurances sur le maintien de la production du modèle Clio en France, alors que des informations font état d’une possible délocalisation en Turquie. Aussitôt, Mme Kroes, commissaire européen à la concurrence, rappelle qu’elle avait obtenu en 2009 un engagement des autorités françaises pour « que les prêts aux constructeurs automobiles n’affectent pas la liberté des constructeurs automobiles nationaux de développer leur activité économique sur le marché intérieur européen ».

La Turquie ne fait pas partie du marché européen, la lettre du Traité de Lisbonne ne comporte pas la référence à « la concurrence libre et non faussée » qui figurait dans le projet de traité constitutionnel. Mais sinon, tout le Corpus juridique reste en place, au service d’un néo-libéralisme radical. Petit aperçu des arrêts de la Cour de justice des communautés européennes, devenue Cour de justice de l’Union européenne depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne

La liberté d’établissement prime de droit de grève.

Un premier arrêt de la Cour de justice concerne une entreprise finlandaise, Viking : celle-ci place un de ses navires sous pavillon estonien, afin de réduire le salaire des marins. La Fédération internationale du transport appelle au boycott de la compagnie dans les ports européens. Le contentieux est porté devant la justice.

La Cour est saisie. Dans sa décision, elle reconnaît le droit des syndicats à engager des actions, y compris la grève. En revanche, elle juge que de telles actions pourraient entraîner des restrictions au droit d’établissement prévu à l’article 43 du traité des communautés européennes. Or ce droit doit être considéré comme d’un niveau égal ou supérieur au droit de grève. La jurisprudence impose donc des critères stricts pour l’exercice d’une grève qui y ferait obstacle : raison impérieuse d’intérêt général, objectif légitime, proportionnalité.

Le second arrêt concerne une entreprise de construction lettonne Laval un Partneri : celle-ci passe contrat avec une entreprise suédoise pour la construction d’une école en Suède. Elle emploie 35 salariés lettons, qu’elle paie à un salaire inférieur à celui prévu par la convention collective suédoise de la construction. Les syndicats suédois engagent une action collective. Ils sont assignés en justice.

La Cour juge que les articles 49 du traité des Communautés européennes et 3 de la directive du 16 décembre 1996 concernant le détachement de travailleurs effectué dans le cadre d’une prestation de services interdisent aux syndicats de contraindre, par une action collective, un prestataire de services établi dans un autre Etat membre à appliquer la convention collective suédoise.

La liberté de prestation de services prime la protection des salariés

Dans l’arrêt Rüffert, une entreprise allemande, adjudicataire d’un contrat public, sous-traite des services à une entreprise établie en Pologne. Celle-ci paie ses salariés à un niveau inférieur à celui prévu dans la convention collective visée dans le contrat signé entre le Land de Basse-Saxe et l’entreprise adjudicataire.

La Cour de justice considère que la convention collective n’était pas de portée générale dans le secteur et qu’il n’y avait pas de loi allemande imposant un salaire minimum. Par conséquent, l’entreprise polonaise n’était pas tenue de rémunérer ses salariés au niveau prévu par le contrat public.

L’arrêt Luxembourg contre Commission vise l’application par le Luxembourg de certaines règles en cas de détachement de travailleurs étrangers sur son territoire : la société étrangère devait respecter l’ordre public local. A la demande de la Commission européenne, la Cour n’a pas reconnu au Luxembourg le droit de définir des dispositions s’appliquant aux prestataires de services nationaux et étrangers sur un pied d’égalité, dans le but de contrer la concurrence déloyale sur les salaires et les conditions de travail des travailleurs par des prestataires de services transfrontaliers.

Sur d’autres bases juridiques, (Centros, 1999 ; Überseering, 2002 ; Inspire Art, 2003) la Cour de justice interdit aux Etats de prendre en compte le « siège effectif » des sociétés, pour leur appliquer le droit du pays où elles sont domiciliées plutôt que celui du pays où elles sont constituées.

Enfin, en 2007, la Cour a décidé que la loi Volkswagen, qui protégeait le constructeur automobile contre les acquisitions hostiles, n’était pas conforme au droit communautaire car elle constituait une restriction aux mouvements de capitaux.

Un dynamisme interprétatif au service du marché.

Il convient de rappeler brièvement que, dans les décisions Viking et Laval, la Cour de l’Union européenne a inversé jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. La Cour de Strasbourg vérifie si les restrictions du droit de grève sont justifiées. En revanche, la Cour de Luxembourg apprécie si les restrictions au principe de libre établissement sont fondées.

Ces décisions neutralisent aussi la Charte des droits fondamentaux. En particulier, son article 52 impose de respecter le « contenu essentiel » des droits sociaux et ne permet de les restreindre qu’en respectant un principe de proportionnalité. Aujourd’hui, il est clair que la Charte ne peut servir de point d’appui pour la protection des droits sociaux.

Enfin, ces décisions ignorent les conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) : notamment de la Convention n°87, qui garantit le libre exercice du droit syndical, et de la Convention n°94, qui prévoit l’insertion dans les contrats publics d’une clause stipulant le respect des conditions de salaire et de travail établies par la convention collective locale. Il est vrai que, stricto sensu, l’Union européenne n’est pas partie aux conventions de l’OIT.

Dans ses conclusions sous l’arrêt Viking, l’avocat général Poiares Maduro résume, dans une phrase, l’esprit du droit européen : si le droit à la liberté d’établissement génère globalement des bénéfices, il emporte aussi, souvent, des conséquences douloureuses, en particulier pour les salariés des sociétés qui ont décidé de déménager. La réalisation du progrès économique par le commerce intracommunautaire implique fatalement le risque pour les travailleurs de toute la Communauté d’avoir à subir des changements de leurs conditions de travail ou même à souffrir de la perte de leur emploi.

Les textes communautaires sont souvent difficiles à lire et à comprendre. Les arrêts ont ceci d’intéressant qu’ils permettent de comprendre très vite le sens de ce droit.

Une nouvelle hiérarchie des valeurs.

La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 proclame la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ; elle prévoit aussi le droit « à un salaire égal pour un travail égal » (art. 23-2).

Mais la Cour de l’Union précise que l’exercice des droits fondamentaux en cause, à savoir respectivement les libertés d’expression et de réunion ainsi que le respect de la dignité humaine, n’échappe pas au champ d’application des dispositions du traité ; elle considère que cet exercice doit être concilié avec les exigences relatives aux droits protégés par ledit traité et conforme au principe de proportionnalité[1]. Littéralement, c’est placer les intérêts économiques sur un même plan que le principe de dignité humaine.

Ainsi, une nouvelle hiérarchie de valeurs et de principes se met en place, au sommet de laquelle se trouve la liberté d’établissement et de prestation de services. Pour certains[2], l’Europe serait en train de réaliser le projet constitutionnel d’un des pères du libéralisme contemporain, Friedrich Hayek, qui a développé le projet de « démocratie limitée » pour prévenir la domination sans cesse élargie de la politique sur l’économique, qui conduirait à la ruine de « l’ordre spontané du marché ».

Un modèle chinois s’appliquerait ainsi. Il emprunterait au marché la compétition de tous contre tous, le libre échange et la maximisation des profits. Mais il s’inspirerait du communisme pour l’instrumentalisation du droit, l’obsession de la quantification et la déconnexion du sort des dirigeants et des dirigés. Pour cela, un darwinisme normatif se met en place, qui impose aux Etats de mettre en concurrence leurs droits sociaux.

Le néo-libéralisme total

Pour préserver la dimension sociale de l’Europe, l’idée d’une négociation collective transnationale avait été avancée. La Commission avait placé le sujet sur l’Agenda social 2005-2010 et un groupe de travail avait rendu son rapport en 2006. Mais le livre vert de la Commission « Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIème siècle », ne fait référence qu’aux relations individuelles du travail et à la "flexisécurité".

Une autre proposition a été avancée par la Confédération des syndicats européens. Elle a rédigé un « protocole de progrès social », que l’Union européenne est invitée à adopter, et qui prévoirait notamment que rien dans les Traités, et en particulier aucune libertés économiques ou règle de concurrence, ne peut avoir la priorité sur les droits sociaux fondamentaux et le progrès social. Mais, alors que le Traité de Lisbonne, qui ne comprend pas de telles dispositions, vient juste d’entrer en vigueur, le sujet n’est pas vraiment à l’ordre du jour.

Enfin, le 22 octobre 2008, le Parlement européen a pris une résolution, aux termes de laquelle, en particulier, il doit être absolument clair que la directive sur le détachement et les autres directives n’empêchent pas les États membres et les partenaires sociaux d’exiger des conditions plus favorables, visant à garantir l’égalité de traitement des travailleurs, et qu’il existe des garanties quant à la possibilité d’appliquer la législation communautaire sur la base de tous les modèles de marché du travail existants. Mais, pour faire simple, le Parlement européen ne peut légiférer qu’avec la Commission.

La commissaire Kroes a peut-être manqué une occasion de se taire. Mais son immixtion dans la politique sociale résiduelle et largement incantatoire du gouvernement français est bien emblématique de l’arrogance que peuvent aujourd’hui se permettre les intégristes néo-libéraux de l’Union européenne.

Toutefois, cette commissaire est encore modérée au regard de la Banque mondiale. Ainsi, le fameux rapport  rapport Doing business qu’elle édite, comprend, dans sa version 2009, un chapitre « Embauche des travailleurs ». On y trouve notamment un encadré (page 21 dans la version française) sous le titre : "Qui facilite le plus l’embauche des travailleurs ?" Il recense les bons élèves, c’est-à-dire les pays où le coût du licenciement est le moins important. Par ordre de classement : Danemark, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Porto-Rico, Afghanistan, Irak, Iles Marshall...[3]

L’intégrisme néo-libéral ne recule devant rien.


[1] Arrêt Viking, §46 ; arrêt Laval, §94.

[2] Vers l’économie communiste de marché, Alain Supiot, Le Monde, 21 janvier 2008.

[3] Le rapport 2010, disponible pour le moment en version anglaise seulement, comporte le même classement. L’Irak en fait toujours partie, mais non l’Afghanistan.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 11:51

    Cette europe devient une vraie dictature, Ii est urgent de la quitter, après tout nous avons voter non au traiter constitutionnelle.


    • foufouille foufouille 18 janvier 2010 12:11

      les bruxman et autre esclavago-lilibobo doivent etre heureux


      • Furax Furax 18 janvier 2010 12:21

        Il faut quitter cette Europe et vite !
        Tout homme politique qui refuse cette option n’a aucune crédibilité.


        • citoyen 18 janvier 2010 13:17

          mais qui nous débarrassera de cette dictature inique , incompétente , corrompue et insultante d’arrogance qui siége à Bruxelles ? 


          • beubeuh 18 janvier 2010 14:58

            Probablement notre Président et son parti de gens altruistes, compétents, honnêtes et pétris d’humilité qui siègent à Paris. Ils ont été élus si démocratiquement, ils ne peuvent qu’être contre cette « dictature »...qu’en pensez-vous ?


          • Ouallonsnous ? 18 janvier 2010 16:29

            Quand donc notre gouvernement va se décider à porter plainte, à l’ONU, contre l’ingérence dans les affaires intérieures françaises de la maffia mUE ?


          • Ouallonsnous ? 18 janvier 2010 16:33

            Une précision, mUE pour « multinationale des lobbys européïstes Union Européenne », qui n’ont d’européen que les mots union et européenne, leur rôle étant de mettre en coupe réglée les pays de l’espace européen pour le bénéfice de l’impérialisme anglo-Usraélien !


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 18 janvier 2010 20:43

            quand la France se moque du Pacte de Stabilite ou des injonctions de la Cour Europenne des Droits de l’Homme, quand la Grece truque ses chiffres pour rentrer dans l’Euro, rassurez vous, Bruxelles ne peut rien imposer aux Etats.

            Juste un truc : le pouvoir des Etats est sans limite. L’Europe est une chance pour le limiter, ce pouvoir.


          • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 21:44

            Encore un mensonge, le pouvoir de l’état français était limiter par la démocratie, maintenant l’Europe remplace la souveraineté des états par le pouvoir sans limite d’une dictature capitaliste.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 08:50

            Un tiers des gens emprisonnés sont en preventive.

            55% du PIB part en impots, taxes, cotisations et autre etatisation forcee.

            Les bavures policieres sont rarement punies

            Vigipirate coute 2 millions d’euros par jour.

            Si vous ne le saviez pas, je vous rassure, la France a le plein usage des attrubuts de la souverainete etatique !


          • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 11:06

            Effectivement on peut voir que l’ue laisse les états devenir fasciste sans la moindre réaction.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 11:15

            Vous etes donc bien d’accord avec l’idee qu il faut un contrepouvoir a ces Etats tous puissants qui opposent ici leur police et leur population, et projettent leurs armees la bas pour soutenir des regimes dont la legitimite est contestee et contestable selon les criteres democratiques (Tchad, Cote d’Ivoire, Afghanistan, Gabon ... )

            Ces contrepouvoirs, Alternative Liberale en a identifie 3

            - les gens, vous et moi
            - les regions et collectivites territoriales, en vertu du principe de subsidiarite
            - l’Union Europeenne.


          • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 12:40

            Moi, j’en vois qu’un seul, la démocratie autrement dit le peuple, virons l’ump-ps et les libéraux, et après tout iras mieux.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 14:40

            il faut partir du reel. la democratie, formellement, nous y sommes

            Mais quoi de commun entre la democratie directe Suisse , cantonale , et la democratie representative francaise, centralisee ?
            Les risques de derive autoritaires peuvent exister AU SEIN MEME de la democratie representative a cause de

            - la technocratie qui a la preeminence sur la decision politique
            - le manque de contre pouvoirs

            voter tous les 5 ans pour des deputés et un president ne suiffit pas. Il faut limiter le pouvoir d’action et de nuisance des deputés et du president (etat minimal concentré sur ses fonctions regaliennes)

            - en appliquant le principe de subsidiarité pour le quotidien (transports, solidarité, education, ecologie, securite) au niveau de la region
             - en mutualisant une partie des pouvoirs regaliens (armee, justice et diplomatie Europeenne)
            - en mettant un cadre juridique empechant les derapages etatiques comme Maastricht

            On voit bien que malgre le traite de Maastricht, malgre la cour europeenne de justice, la France et d’autres pays se moquent des lois. Imaginez ce que ca serait sans !

            L’Europe + la decentralisation sont deux chances pour empecher l’Etat d’aller trop loin


          • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 19:40

            Le fascisme c’est l’alliance de l’état corrompu avec le capitalisme, ce qui veut dire que moins d’états ne résoudras pas le problème.
            L’ue est elle aussi en pleine dérive fasciste.

            "Il faut limiter le pouvoir d’action et de nuisance des deputés et du president (etat minimal concentré sur ses fonctions regaliennes)« 

            La bonne blague, une des fonction régalienne c’est d’émettre sa monnaie, l’ue est contre.

             » - en mutualisant une partie des pouvoirs regaliens (armee, justice et diplomatie Europeenne)"
            Gné ?


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 11:16

             Le fascisme c’est un socialisme poussé a l’extreme

            - croyance en l’homme nouveau formaté par l’Etat et fondu dans la masse
            - haine de l’individualisme et de la difference

            Employez les mots a bon escient, svp


            Le capitalisme est un systeme de production, pas un systeme politique, ou des entrepreneurs offrent des produits suivant le systeme de prix et dans le but de faire un profit.
            Il peut y avoir capitalisme et social democratie ultra etatiste monarchiste (Suede) ou laique et republicaine (Finlande, Provence Alpes Cote d’Azur ou Languedoc) ou capitalisme et societe liberale (Royaume Uni, Luxembourg, banlieues francaises, Canada, Suisse).


          • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 13:15

             « Le fascisme c’est un socialisme poussé a l’extreme »
            Mensonge

            « Le capitalisme est un systeme de production, pas... »
            Le capitalisme c’est lorsque le pouvoir est détenu par ceux qui possèdent les capitaux, ce vers quoi améne le libéralisme.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 14:26

            vous confondez capitalisme et ploutocratie.

            Quand au fascisme, renseignez vous !

            Benito Mussolini, ancien membre du parti socialiste ouvrier italien, a contribué en 1933 a La Doctrine politique et sociale du fascisme

            en France, on a eu Drieu la Rochelle qui a ecrit en 1934 Socialisme fasciste, au moment ou les ligues s’opposaient au parlementarisme et a l« Etat bourgeois ».

            Desole de vousrappeler que Mussolini, pour ne citer que lui, a cree des caisses de retraite obligatoire et publique, par exemple ! Sans parler du programme de grands travaux d’autoroutes .


          • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 14:53

            On peut être membre d’un parti socialiste sans être socialiste, se sont pas les exemples qui manquent au ps français d’aujourd’hui.

            Sous mussolini, l’état et le capitalisme ne faisait plus qu’un, alors le coup des travaux public...


          • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 15:06

            Même s’il faut bien admette que le fascisme musolinien a quelque différence avec le fascisme néo-liberal.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 06:18

            etre pour les contre pouvoirs et favoriser la limitation de l absolutisme ultra etatique, c est le programme des partis liberaux dont Alternative Libérale


          • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 11:03

            Je veut pas limiter l’état, mais changer le gouvernement, la réponse aux manquement de l’état, n’est pas moins d’état.
            Il faut un état fort pour nous protéger des abus des entreprise privée.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 12:15

            Les citoyens et les petits entrepreneurs n’ont aucun pouvoir face a la machine administrative.

            Il faut soit des contrepouvoirs soit une stricte limitation des pouvoirs pour proteger les gens contre

            - les abus de l’administration
            - la brutalite policiere et le monopole de la violence (il)legitime
            - les monopoles publics (train, protection sociale, securite) et prives (Eau, telephone, autoroutes)
            - l’exces de surtaxation au service de l’ultra etatisme

            ces contrepouvoirs sont

            - l’Europe et la DG Concurrence de Nellie Kroes
            - les Regions
            - la Cour Europeenne de Justice
            - les associations de consommateurs
            - les partis liberaux, partout au pouvoir en Europe (FDP Allemand, LibDem Anglais, D66 Neerlandais, MR en Belgique) et bientot en France (Alternative Liberale)


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 12:32

            Les abus des entreprises privees ou publiques ne sont jamais denoncés par l’Etat mais par l’UE

            - telephone http://www.journaldunet.com/ebusiness/mobile/actualite/0802/080213-roaming-sms-donnees-data-europe-viviane-reding.shtml

            - ciment http://www.easybourse.com/bourse/information/lafarge-et-cemex-sous-le-coup-d-une-enquete-antitrust-de-l-ue-9489

            - train http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/09/1871&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en

            - banques http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Frais-bancaires-Paris-epingle-136108/

            - verre http://www.vitres.teintees.com/vitres-teintees-vitre-teintee-teintes-teint-teinte-film-protection-solaire-vitrages-films-lunion-europeenne-surveille-le-vitrage-automobile-auto/

            - chimie http://www.usinenouvelle.com/article/cartels-le-lourd-tribut-des-industriels.156869

            Les milliards d’euros d’amendes infligees par l’UE a toutes ces entreprises, ca n’est pas un Etat Francais fort qui les auraient imposes. La France de 2009 est un Etat fort, les francais en ont voulu ainsi en elisant Sarkozy.

            Conclusion

            - telephone selon Sarkozy http://www.lepost.fr/article/2009/09/16/1699091_sarkozy-cherche-t-il-a-proteger-bouygues-telecom.html

            - automobile (selon la gauche) N’immolons pas notre industrie automobile sur l’autel d’un libre-échangisme dévoyé ! http://www.mrc-22.org/?p=942

            etc


          • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 13:09

            « 
            Il faut soit des contrepouvoirs soit une stricte limitation des pouvoirs pour proteger les gens contre

            - les abus de l’administration
            - la brutalite policiere et le monopole de la violence (il)legitime
            - les monopoles publics (train, protection sociale, securite) et prives (Eau, telehphone, autoroutes)
            - l’exces de surtaxation au service de l’ultra etatisme »
            Ha oui, quand même, là c’est grave.
            Sinon que fait lue a propos des ogm ? Elle oblige les pays a les accepter, L’amiante ? pareil.
            Les abus des industrie pharmaceutique ? aucune réaction avant le scandale H1N1....


          • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 13:30

            J’oublie les banques, qui va nous protéger des banques ?
            Pour les renflouer y’a du monde, par contre pour encadrer le système bancaire, y’a plus personne.


          • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 13:40

            Et puis franchement remplacer les états nationaux par un état européen...


          • Ouallonsnous ? 21 janvier 2010 16:19

            A @Eleusis, l’adversaire de la démocratie et des peuples qui s’en réclame est la mUE, et rien d’autre !

            Combien vous rétribuent les lobbys anglo-américains de Bruxelles pour faire leur propagande @Eleusis ?



          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 17:09

            @ ou allons nous

            Si les liberaux sont anti etatistes, ca n’est pas pour defendre les Etats que sont les Etats Unis ou le Royaume Uni,

            a la difference de , puisque vous voulez vraiment voir un complot anglo je sais pas quoi :

            - Nicolas Dupont Aignan (droite « gaulliste ») , Najat Belkacem (Parti Socialiste Marie Segolene Royal) , Jerome Chartier (UMP), Francois Hollande (PS), Alain Juppe (UMP), Arnaud de Montebourg (PS) ... http://www.french-american.org/leadership/young-leaders/alumni-francais.html

            - Sarkozy http://www.judaismeetliberte.fr/actualites-judaisme-et-liberte/actualite-nationale/nicolas-sarkozy-recu-par-l-american-jewish-committee 

            - Clementine Autain http://canard68.20minutes-blogs.fr/archive/2009/11/29/temoignage-poignant-de-clementine-autain-en-direct-de-jerusa.html


            - Marie Segolene Royal : http://www.segorama.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1488&Itemid=67


          • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 19:55

            Les banques ? L’UE s’en occupe banques http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Frais-bancaires-Paris-epingle-136108/

            Mesurettes sans conséquence qui n’empêchera pas les banques de relancer la crise.
            Quant a laisser les banques faire faillite, c’est sont bien les libéraux de l’UE qui ont donner le feux vert pour permettre a l’état de renflouer les banques.

            remarque la vitesse a laquelle les états on pu trouver des milliard pour les banques est une bonne nouvelle.

            Que ce serait t’il passer si on avait laisser les banque faire faillite ?
            remplacer par les quelques banque multinationale sur lequel l’état n’a aucun contrôle ?


          • tylhdar tylhdar 22 janvier 2010 09:16

            Enfin, vu le manque de démocratie de l’UE pourtant diriger par des libéraux, on auras compris que le libéralisme n’est pas compatible avec la démocratie.


          • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 18 janvier 2010 14:10

            Merci pour cet article. C’est vraiment à creuser de près.

            Une seule remarque : parler de libéralisme dans ce début du XXI siècle n’est par forcément le plus approprié. Depuis les années 1880, le libéralisme a cédé la place à l’impérialisme protectionniste en tant que mode de fonctionnement du capitalisme. En témoignent les très nombreuses guerres coloniales, mondiales, et « régionales » qui n’ont toujours pas disparu.

            La « liberté d’entreprendre » n’existe pas de nos jours. Les PME sont pour l’essentiel des sous-traitantes des multinationales, et de façon générale on ne monte pas une entreprise privée avec des chances de s’en sortir sans le soutien d’un groupe influent. De nos jours, les multinationales et les lobbies financiers sont devenus beaucoup plus puissants que la plupart des Etats de la planète.

            Précisément, la grande expansion coloniale française se fit déjà au nom de l’exportation de capitaux. Mais c’était du grand capitalisme et avec le soutien des canonnières. Voir le texte intégral du discours de Jules Ferry du 28 juillet 1885 :

            Le discours de Jules Ferry du 28 juillet 1885 (I)

            et d’autres liens fournis dans nos commentaires récents accessibles ensemble ici :

            http://www.agoravox.fr/auteur/independance-des-chercheurs

            Nous avions déjà fait cette remarque en mars dernier, à propos d’une vidéo de Geneviève Azam. Voir, pour la vidéo :

            http://www.dailymotion.com/search/azam/video/x8rxrj_du-processus-de-bologne-a-la-lru-un_news

            et, pour notre article :

            CNRS, INSERM et politique de l’Union Européenne (II)

            où nous écrivions :

            Notre remarque sur la vidéo de Geneviève Azam : nous ne pensons pas que, dans l’actuel contexte de mise en place d’une véritable dictature mondiale des oligarchies financières, il soit vraiment possible de parler de «  néolibéralisme », de «  dictature des marchés » ou d’une quelconque «  absence de pouvoir politique ». Ce sont les grands holdings financiers et les multinationales, qui détiennent le pouvoir économique et politique. Nous aborderons la question du libéralisme dans une note ultérieure, avec un bref rappel historique.

            (fin de citation)

            Nous pensons que ce à quoi on assiste, c’est à la mise en place d’un véritable Etat privé. Les entités publiques sont de plus en plus à son service. Rien d’etonnant : déjà il y a un siècle, le mouvement ouvrier avait dénoncé l’asservissement des Etats théoriquement « publics » par la grande finance.

            Cordialement
            Le Collectif Indépendance des Chercheurs


            • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 19 janvier 2010 13:21

              On vient de mettre cet article en ligne dans notre blog :

              http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/01/18/jurispr udence-europeenne-et-droit-du-travail.html

              Jurisprudence européenne et droit du travail (I)

              Le 18 janvier, un article d’Eric Alt dans AgoraVox avec le titre « L’intégrisme néo-libéral de l’Union européenne » rappelle des jurisprudences de la Cour de Justice de l’Union Européenne, appelée Cour de Justice Européenne avant l’entrée en application du Traité de Lisbonne. Il en ressort une évolution dans le sens de l’affirmation d’une prééminence du « droit d’établissement » (article 49 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne) et de la « libre prestation de services » (article 56) sur le droit du travail des pays membres et les droits syndicaux. Le 18 janvier également, Le Monde évoque la situation d’un million de chômeurs français qui se retrouveront en fin de droits cette année et dont 600.000 environ risquent de n’avoir accès à aucune aide de l’Etat. En même temps, Dominique Strauss-Kahn a estimé, en tant que directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), que la réduction des dettes publiques doit être la priorité pour les années à venir. La recherche et l’éducation françaises sont directement visées par ce rouleau compresseur, dans la perspective d’une gestion de droit privé des universités « autonomes » et d’un démantèlement des établissements publics de recherche comme le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). L’offensive contre le CNRS et la politique de privatisation des universités apparaissent comme des signes précurseurs d’une sous-traitance générale des métiers de la recherche et de l’éducation dans le cadre d’un « marché européen » auquel les instances dirigeantes du CNRS n’ont pas manqué de faire allusion au cours des années récentes. Dans ces conditions, il paraît évident que les mobilisations de défense des services publics ne peuvent pas valablement se limiter à des revendications sur l’emploi, le budget ou les salaires. Il est indispensable de s’opposer résolument à l’ensemble des « réformes » en cours ou de la dernière décennie, y compris européennes.

              (...)

              [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/01/18/jurispr udence-europeenne-et-droit-du-travail.html ]


              Cordialement

              Le Collectif Indépendance des Chercheurs
              http://science21.blogs.courrierinternational.com/


            • ELCHETORIX 18 janvier 2010 14:15

              Bonjour , très bon billet qui confirme que les « institutions Européennes » ne représentent que les intérêts de l’économie capitaliste ultra-libérale !
              Notre pays devrait quitter cette ENTITE , non démocratique qui amène par ses directives à un fascisme économique ou du moins une dictature qui ressemblerait à celle du capitalisme étatique chinois , le rêve pour les « zélites » favorables au mondialisme et son nouvel ordre mondial .
              RA .


              • beubeuh 18 janvier 2010 14:36

                Pouvez-vous m’expliciter votre expression « nouvel ordre mondial » ? En quoi est-ce nouveau ?


              • ELCHETORIX 18 janvier 2010 17:35

                Pour vous répondre brièvement le NOM serait une gouvernance mondiale dont les membres sont issus des « élites » de la finance internationale , les « capitaines » de sociétés privées des transnationales et multinationales auxquels on peut ajouter les décideurs politiques ainsi que la plupart des médias à leur service .
                Il y a déjà des organisations qui vont dans le sens du NOM : le FMI , l’ONU la CIA et bien d’autres .
                Cela vous va comme réponse ?
                Pour vous renseigner mieux , consultez le site : www. syti.net .
                RA .


              • Philippe D Philippe D 18 janvier 2010 17:45

                 smiley smiley smiley

                Excellent le site ! Y a même les projets des Maîtres du Monde !


              • beubeuh 19 janvier 2010 15:21

                le NOM serait une gouvernance mondiale dont les membres sont issus des « élites » de la finance internationale , les « capitaines » de sociétés privées des transnationales et multinationales auxquels on peut ajouter les décideurs politiques ainsi que la plupart des médias à leur service .
                Il y a déjà des organisations qui vont dans le sens du NOM : le FMI , l’ONU la CIA et bien d’autres .

                Ah, donc le monde est gouverné par un tas de gens influents mais assez vaguement identifiés. Rien de nouveau sous le soleil, quoi...

                Sinon très bon site en effet, même si ça manque un peu d’extraterrestres à mon goût.


              • beubeuh 19 janvier 2010 17:40

                Pardon je retire ce que j’ai dit : ils étaient bien là, planqués dans un coin du site. Quel naif je suis ! J’entends d’ici le rire sardonique du Docteur Gang et de son chat sournois.


              • beubeuh 18 janvier 2010 14:35

                @ l’auteur, j’ai quelques corrections à apporter à votre article.

                « La Turquie ne fait pas partie du marché européen »,

                Techniquement si, puisqu’il existe une traité un accord d’union douanière Turquie-UE (signé en 1995).

                « Mais, pour faire simple, le Parlement européen ne peut légiférer qu’avec la Commission. »
                Non, le Parlement légifère avec le Conseil (= les gouvernements nationaux), mais c’est la Commission qui a l’initiative législative. Ce qui veut dire que ni le Conseil, ni le Parlement ne peuvent s’autosaisir (du moins pour les textes contraignants : directives et règlements) ils ne peuvent qu’amender des textes qui viennent de la Commission.
                Celle-ci n’est pas non plus complètement libre de ce qu’elle fait, elle doit suivre une politique générale décidée environ deux fois par an par les chefs d’Etats et de gouvernements à l’occasion des conseils (ou sommets) européens.

                "La commissaire Kroes a peut-être manqué une occasion de se taire. Mais son immixtion dans la politique sociale résiduelle et largement incantatoire du gouvernement français est bien emblématique de l’arrogance que peuvent aujourd’hui se permettre les intégristes néo-libéraux de l’Union européenne.« 
                Vous oubliez que l’ordre de nomination de Mme Kroes a été signé par le gouvernement Français lui-même, qui a tout à fait la possibilité de s’opposer à la nomination de certains Commissaires. En gros, le mode de fonctionnement de l’UE, c’est : périodiquement, les pays membres concluent un deal entre eux, et de manière permanent la Commission est censée veillée à ce que chaque pays respecte les termes du deal. D’ailleurs vous le dites vous même, elle ne fait que rappeler la France à ses engagements, difficile donc de parler »d’immixtion".


                • David Carayol David Carayol 18 janvier 2010 16:15

                  Très bon article qui illustre la réalité néo-libérale de l’agenda européen.
                  A l’auteur, je souhaiterais vous contacter pour vous présenter un projet politique rassemblant organisations et initiatives citoyennes de toute l’Europe et qui pourrait vous intéresser à titre personnel mais également en tant que représentant de syndicat. Si vous souhaitez en savoir plus, mes coordonnées : dcarayol@newropeans.eu

                  Et puis ces jours çi c’est sur une autre question clé que se jouent le modèle socio-économque de l’Union européenne. En effet c’est le 28 décembre dernier que l’ex-directive Bolkenstein remaniée devait être traduite en législation nationale dans les 27 pays membres de l’UE. Cette directive service (son nouveau nom), bien qu’elle donne une large autonomie aux gouvernements ne résout pas la question de la libéralisation des services sociaux d’intérêt généraux, la commission européenne se réservant le droit de la révoir, voire la ’corriger’ chaque année. J’espère écrire un article là dessus cette semaine d’ailleurs puisque c’est le 21 janvier que le gouvernement français doit présenter sa proposition en la matière à l’assemblée nationale, après un black out total depuis plus d’un an qu’il planche sur le sujet...
                  Plus d’info ici : http://europeansocialmodel.ning.com/

                  Quand aux jugements et jurisprudence de la cour européenne de justice, voici un extrait tiré d’un papier d’Attac sur cette directive service... no comment : 
                  http://www.france.attac.org/spip.php?article10628
                  « Les élu-es de la gauche du Parlement européen avaient fait reconnaître, dans un protocole interprétatif du traité de Lisbonne, la diversité des modèles nationaux, régionaux et locaux d’organisation des services d’intérêt économique général et leur possible protection face à la construction de ce grand marché des services. Cet effort louable risque de ne pas peser lourd face à un jugement de la Cour de justice (C-180-184/98) qui indique que »constitue une activité économique toute activité consistant à offrir des biens et des services sur un marché donné« . Avec une telle définition, la plupart des services publics pourraient être soumis aux règles du marché intérieur contenues dans les traités, et donc soumis à la directive services. »


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 18 janvier 2010 20:40

                    L’Europe liberale est celle que nous voulons.

                    Vous aimez, vous, la concurrence non libre et non faussée ?
                    Les deficits publics qui se transfirment en dettes et en futurs impots que l’on devra payer ?

                    Si vous etes contre la loi du plus fort et au contraire pour le droit et la justice alors vous etes pour la politique Europeenne de liberalisation du marché.


                  • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 21:04

                    « L’Europe liberale est celle que nous voulons. »

                    Faux, c’est celle que tu veut, Faut-t-il rappeler les scores d’AL aux dernières élections, ou faut attendre les prochaines ?


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 08:53

                    Lol... pour vous, le score electoral reflete la popularite des idees politiques ?

                    Pourquoi dans ce cas n ’ y a t il pas de deputés d’extreme droite en France , mais des communistes si ?
                    Pourquoi 4 candidats d’extreme gauche au 1er tour d’une presidentielle , 2 d’extreme droite, mais aucun centriste liberal ?


                    Le systeme electoral n’est pas parfait mais Alternative Liberale finira par s’imposer, c’est le bon sens.


                  • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 11:15

                    Lol... pour vous, le score electoral reflete la popularite des idees politiques ?
                    Ben oui, c’est le principe de la démocratie.

                    Pourquoi dans ce cas n ’ y a t il pas de deputés d’extreme droite en France , mais des communistes si ?
                    Pourquoi 4 candidats d’extreme gauche au 1er tour d’une presidentielle , 2 d’extreme droite, mais aucun centriste liberal ?

                    Tout simplement parce que la gauche représente bien mieux les idées politiques de la grande majorité de la population française.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 14:53

                    le score electoral reflete la popularite des idees politiques ? ==> OUI, mais les scores ne sont pas proportionnels a la popularite d’un parti,

                    le systeme electoral majoritaire par circonscription attenue la proportionnalite

                    Sinon, sur 580 deputés, il y en aurait, pour simplifier, 50 FN, 29 MPF, 174 UMP, 104 Modem, 145 PS, 30 NPA, 20 PCF, 40 Verts et le reste autres , chasseurs et autres.

                    Il n’y a pas de definition UNIQUE de la democratie, entre directe ou representative, parlementaire ou presidentielle, proportionnelle ou majoritaire.


                  • beubeuh 19 janvier 2010 15:47

                    « L’Europe liberale est celle que nous voulons. »

                    Je ne sais pas qui est ce « nous » ici, ce que je peux confirmer c’est que l’Europe libérale est souhaitée par une grande majorité d’Européens. Déjà, au Royaume-Uni, en Irlande et en République Tchèque, la majorité des partis, même de gauche, trouvent que l’Europe n’est pas assez libérale et trop régulatrice. En Allemagne, en Italie, en Pologne, aux Pays-Bas, en Bulgarie et bien sûr en France, la droite libérale est au pouvoir, avec de confortables majorités et ce depuis quelque temps déjà. En Espagne, Zapatero n’a pas rompu avec la politique libérale de son prédécesseur Aznar et a malgré tout été reconduits par ses électeurs. Je n’ai évoqué que les pays les plus peuplés, mais dans les petits Etats la situation est similaire, à ma connaissance il n’y a que le Portugal, la Grèce et Chypre qui aient voté à gauche récemment.
                    Les dernières élections Européennes ont vu la large victoire (y compris en France) des conservateurs libéraux.

                    Donc le libéralisme, les Européens comme les Français en redemandent.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 16:32

                    j approuve


                  • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 19:14

                    « mais les scores ne sont pas proportionnels a la popularite d’un parti, »
                    Sont proportionnel aux nombres de personne qui ont voter pour c’est pas possible de faire plus juste.

                    "Sinon, sur 580 deputés, il y en aurait, pour simplifier, 50 FN, 29 MPF, 174 UMP, 104 Modem, 145 PS, 30 NPA, 20 PCF, 40 Verts et le reste autres , chasseurs et autres.« 
                    Je voudrais bien savoir par quel chemin en arriver a des résultat pareil, en partant de sondage truquer ?

                     »Il n’y a pas de definition UNIQUE de la democratie, entre directe ou representative, parlementaire ou presidentielle, proportionnelle ou majoritaire."
                    Les résultats des vote te plaise pas, alors tu tente de changer les règles de vote ?


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 11:07

                    je vous explique juste que le mode de scrutin majoritaire ne donne pas les memes resultats que le scrutin proportionnel. Est ce que vous saisissez la difference entre les deux ?

                    Et pour l’exemple donné ci-dessus, je pars des votes exprimés lors du 1er tour de la derniere presidentielle.

                    Il y a 350 deputes UMP soit 54% des sieges a l’Assemblee Nationale, et 35% de socialistes + associes. Ca ne veut pas dire que 89% des electeurs francais se reconnaissent dans l’UMPS !

                    Est ce que vous comprenez la nnance ?


                  • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 13:33

                    Le problème du scrutin a un tour, c’est qu’il ne laisse aucune chance au nouveaux partis politique, si je vote pour un nouveau partis qui n’a donc que très peu de chance de gagner je fais perdre des voix a l’ancien partis auquel je votais avant aux profit d’un partis que je voulais pas voir élu.

                    Pour les députés, chacun représente la majorité de sa circonscription, normal.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 14:16

                    vous vouliez sans doute dire « a DEUX tours » et vous avez raison, et c’eest ainsi.

                    Cela dit, la ou vous vous trompez, c’est au niveau de la representativite des deputés. Ils sont bien elus par UNE circpnscription mais ils representent la France, pas LEUR circonscription.

                    Le reglement de l’Assemblee Nationale est tres clair : "Nature du mandat

                    Les députés sont investis d’un mandat national. Bien que chacun d’eux soit l’élu d’une seule circonscription, il représente la nation tout entière. Ils se déterminent librement dans l’exercice de leur mandat, n’étant juridiquement liés par aucun engagement. Tout mandat impératif est en effet nul." http://www.assemblee.tv/connaissance/election-depute.asp

                    C’est pourquoi les partis sont nationaux.
                    On pourrait imaginer de la proportionelle pure par circonscription, et non pas le mode majoritaire. D’ailleurs ca a ete partiellement le cas entre 1985 et 1988 quand le President Mitterrand a reformé le mode de scrutin, comme vous ne l’ignorez pas.


                  • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 14:55

                    Proportionnel par circonscription, pour un total de combien de député ?


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 06:21

                    comprenez vous la difference entre differents types de scrutin ?

                    - national (1 circonscription) ou local (577 circonscriptions)
                    - proportionnel ou majoritaire
                    - a un tour ou a deux tours

                    les modalites d organisation sont nombreuses !


                  • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 11:08

                    Ben oui, c’est tout simple, mais arrêtez de vouloir changer les modalité sous pretexte que vous ne gagnez pas les éléctions.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 12:33

                    ok mais ne dites pas que les partis refletent les idees des francais.

                    Il n y a pas 54% des francais en age de voter qui se reconnaissent dans l’UMP


                  • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 12:53

                    On en repparlera après les régionale.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 13:03

                    les regionales sont un scrutin majoritaire de listes !

                    que l’UMP gagne ok, mais il sera impossible de distinguer de ce vote les Villeristes des Chasseurs ou des Centristes (et idem a gauche)


                  • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 17:38

                    J’aimerais bien savoir un fois pour toute qui gouverne le Monde, les néo-libéraux ou les ultra-libéraux ?

                    Parce que libertarien, je vous promets que on ne gouverne rien du tout.

                    Il y a un truc qui cloche, j’y retourne immédiatement.


                    • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 18:06

                      Néo-libéraux et ultra-libéraux, c’est au final la même chose.
                      Quand aux libertariens, comme ils sont pour la disparition de l’état il risquent pas de gouverner quelque chose.


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 19:02

                      C’est déjà un bon point.

                      Mais comment expliquer à quelqu’un que on ne veut pas non plus être gouverné ?

                      Je sèche.


                    • JL JL 18 janvier 2010 19:24

                      « Mais comment expliquer à quelqu’un que on ne veut pas non plus être gouverné ? » (péripate)

                      Il ne s’agit pas d’être gouvernés mais que la chose commune soit gouvernée ! Nuance.

                      L’expression « ceux qui nous gouvernent » est odieuse et insupportable. En revanche, comment voulez-vous que marche le navire s’il n’y a pas quelqu’un à la barre ?

                      Ceci dit, il est vrai que ceux qui gouvernent dans nos socétés vieillissantes n’ont aucun pouvoir de changer le système pour la bonne raison que s’ils l’avaient, ils ne seraient pas sélectionnés par le système. C’est aussi simple que ça.


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 19:53

                      J’ai bien vu que nous étions sur un vaisseau, mais le mouvement de celui ci est réglé par les lois de la gravitation sans qu’il ne soit besoin de s’en mêler.

                      Et je n’ai jamais entendu que les créatures aient jamais eu besoin d’un gouvernement de la Chose, qui a chez les humains une fâcheuse tendance à devenir Tout.

                      Fâcheuse.


                    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 18 janvier 2010 20:26

                      « Néo-libéraux et ultra-libéraux, c’est au final la même chose » ?

                      non non, les liberaux , representés en France notamment par Alternative Liberale, ne sont pas au pouvoir


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 20:43

                      D’après certains théoriciens secrets, les ultra-libéraux sont juste à droite de Besancenot, et les néo-libéraux à gauche de Le Pen, le tout dans un monde plat ou il n’y a pas d’ailleurs.

                       smiley


                    • rastapopulo rastapopulo 18 janvier 2010 20:46

                      Le contrôle démocratique, la souverainté (finance, armée, éducation,...) et l’autodétermination sont les armes des peuples contre les élites appatrides.

                      Il y a un besoin urgent de revision de ses valeurs à la lumière de l’histoire de la finance (les bocheviques, Mussolini, Hitler, Franco,... tous soutenu par la finance anglosaxonne pour détruire l’Europe) et du coup d’état des financiers sur les état-unis depuis 40 ans. 

                      Financiers appatrides, quoique très anglosaxons, qui peuvent préparer la fusion Europe USA en anticipant les réactions des européens avec Swift depuis 10 ans

                       http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/555547/nouvel-abandon-de-la-souverainete-europeenne.html

                      Pour la fusion totale Europe-USA en 2015, la crise est l’occasion de monopilser des secteurs financiers explosif (un terroriste devrait être traité avec plus d’éguard, c’est une menace permanente sur l’humanité), après avoir mit à genoux les nations par la dette.
                       
                      2010 est déja la fusion des marché de capitaux et des services financiers, sans honte mais en katimini sont pas stupides les mondialistes !

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_transatlantique

                      Le temps presse, voté pour n’importe qu’elle partie anti-europe-anglosaxonne, j’ai presque envie de dire, quoique le FN joue le jeu de l’islamophobie anglosaxonne (paradoxe supplémentaire de la pensée unique Londre est une base terroriste). 

                      Sinon je suis clairement de SolidaritéetProgres et c’est pas du luxe pour se désintoxiquer des manipulations des mondialistes.

                      http://www.solidariteetprogres.org/article6215.html

                      En Belgique, je vois Modrikamen qui est scandalisé par les positions officielles sur réchauffement climatique (religion des mondialistes) mais ses position sur l’europe ne sont pas encore claire. j’attend de voir.


                    • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 20:50

                      « Mais comment expliquer à quelqu’un que on ne veut pas non plus être gouverné ? Je sèche. »
                      Vous regrouper entre libertariens et partir sur une île déserte ?

                      « non non, les liberaux , representés en France notamment par Alternative Liberale, ne sont pas au pouvoir »

                      Mensonge, la politique de l’UE est exactement celle d’AL.


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 20:52

                      Euh... Il y a un petit problème : vous êtes sur mon gazon, et c’est vous qui allez dégager.

                      Merci.


                    • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 21:06

                      Mouhahahaha !!!


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 21:10

                      Oui, c’est un exercice pour détecter le voleur socialiste. Généralement il trouve drôle que le droit de propriété soit opposé à ses tentatives d’appropriation ou d’expulsion (île déserte ...)


                    • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 21:28

                      Moi voleur ? je veut rien voler, juste faire comprendre que quand on est dans un pays, on y respecte les lois.


                    • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 21:32

                      Pas de problème.

                      Je ne tue pas, je ne vole pas, je ne convoite pas le bien d’autrui, je ne mens pas.

                      Est-ce que c’est vraiment nécessaire de vouloir me gouverner au delà ?

                      Je dis non.

                      Mais je suis près à quelques arrangements, si ils sont modestes.


                    • JL JL 18 janvier 2010 22:59

                      je propose à péripate de changer de pseudo pour celui de bisounours !  smiley


                    • Le péripate Le péripate 19 janvier 2010 06:44

                      Avez vous déjà vu un bisounours vous braquer un pistolet sur la tempe parce que vous êtes sur son gazon ?

                      Vous devriez être plus méfiant.


                    • vilistia vilistia 19 janvier 2010 07:22

                      Peripate

                      Peripate est un incompris. Sa propriété privée est dans sa tête, il n’y a pas de fils barbelés. 

                      Dur en 2010, d’être un anachiste !


                    • JL JL 19 janvier 2010 09:35

                      « Avez vous déjà vu un bisounours vous braquer un pistolet sur la tempe parce que vous êtes sur son gazon ? » (péripate)

                      péripate est un condensé de non pensée ! Son gazon, dit-il ! SON gazon ? Où est son titre de propriété ? De qui le tient-il ? De son pistolet ?

                      La société de péripate est l’enfer peint aux couleurs de bisounoursland !  smiley


                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 18 janvier 2010 18:58

                      Petit rappel des DUDH :

                      Article 3

                      Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

                      Article 4

                      Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

                      Article 14

                      1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
                      2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

                      La liberté ne se tronçonne pas : Elle est ou n’est pas.

                      Il est plus moral d’échanger (de commercer) avec d’autres pays, que, avec un ton condescendant, envoyer des subventions à ces pays (qui ne servent qu’aux dictateurs en place). Là est le vrai partage des richesses dans la dignité. Grâce aux échanges internationaux, le pouvoir d’achat des français augmente (produits moins chers) et les habitants des autres pays s’enrichissent.


                      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 18 janvier 2010 20:37

                        Article comique.

                        On part d’un exemple faux pour tirer une conclusion generale absurde.

                        La France, en aidant Renault, avait PROMIS de respecter les regles en vigueur dans l’UE en matiere de concurrence. Est ce que vous voulez dire que la parole de la France ne vaut vraiment rien ?

                        Admettons et poursuivons.

                        Les Francais, en 2009, ont acheté 66 544 Logan marque qui partait de 0 en 2004). AUCUN FRANCAIS N’IGNORE QUE LA LOGAN EST FABRIQUEE EN ROUMANIE.
                        Il faut bien que les francais doivent choisir

                        - soit le couple plein emploi + protectionnisme, qui implique un plus faible pouvoir d’achat mais une garantie etendue sur le modele social
                        - soit une preference, comme ils font maintenant, pour la liberte d’acheter des voitures a 8000 euros fabriquees par des ouvriers payés 600 par mois, tout en sachant que ce comportement mine l’equilibre des budgets sociaux nationaux.

                        Bref, non seulement cet article ne met pas les francais face a leurs responsabilités, mais en plus il ne souligne meme pas le paradoxe qu il y a a voir un etat democratique et de droit renier ses engagements.


                        • rastapopulo rastapopulo 18 janvier 2010 21:08

                          En condamnant les peuples à l’impuissance avec des concepts formattés pour et par les élites financières, l’exercice de la démocratie devient une gageur.

                          Pour le moment, c’est le chacun pour soit et le court terme, fruit de l’emprise idéologique du libre échange favorable à l’édifice des empire financiés anglosaxons.

                          L’abandon totale des notions ancestrales de souverainté est un travail de sape bien orchestré.

                          Voir le monde comme vierge de jeux de pouvoir où s’affronterait des idées plus ou moins performantes est d’une lacheté sans nom envers le combat nécessaire pour que les peuples retrouvent les leviers de commandes des nations.

                          Quand à reprocher aux peuples son appauvrissement (qui le le force à acheter discount), c’est le monde à l’envers. Toutre ces évidences qui nous mènent à la catastrophe devraient au mi-ni-mum être réevaluées sans influence anglosaxonne. Le modèle de finance anglosaxon ne marche pas sauf pour les élites financières anti-nations, c’est un fait ! C’est peut être nouveau pour vous mais pas pour moi ça fait 200 ans !

                          Du coup, c’est se battre pour des miettes avec aucune marge de maneouvre que d’accepter la dictature financière anglosaxonne sous prétexte de libre-échangisme.


                        • tylhdar tylhdar 18 janvier 2010 21:25

                          66 544 voitures en 5 ans, c’est très peu comparer aux nombres de voiture « made in France » vendue dans le même temps.

                          Cependant avec un nombres de gens de plus en plus qui se retrouvent au chômage suite aux délocalisation, le retour au protectionnisme est pour bientôt.

                          Face a la nécessité, les foutaise du libéralisme ne tiendrons qu’un temps.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 janvier 2010 08:46

                          les apotres de la concurrence faussee et de l’hypocrisie economique refusent de mettre les francais face a leurs responsabilites !


                          le PETIT exemple de la Logan est extensible au textile, aux biens de consommation etc etc


                        • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 11:25

                          Tout a fait on préfèrent mettre l’état devant ses responsabilité.

                          Enfin, c’est quand même le grand retour du made in france.


                        • beubeuh 19 janvier 2010 15:23

                          L’ouvrier chinois est payé 55 euros par mois pour environ 55 à 60 H. par semaine...Où est la concurrence libre et non faussée ? ( il est évident que je ne mets pas en cause l’ouvrier chinois, mais ceux qui l’utilisent , et pas seulement les cadres ou les patrons chinois...)

                          Dit-il en tapant sur son ordinateur « Made in China »...


                        • tylhdar tylhdar 19 janvier 2010 22:05

                          Pour le matos y’a pas le choix smiley
                          La faute aux liberaux.


                        • beubeuh 20 janvier 2010 11:00

                          Bin voyons...toujours la faute des autres.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 11:25

                          Thyldar, personne ne vous force a avoir un ordi ou a vivre dans l’economie mondialisee.

                          QUi vous a tenu la main quand vous etes allé l’acheter, cet ordi ?

                          Un mechant neoliberal ?

                          Non, vous meme.


                        • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 13:05

                          J’ai dit que c’est la faute aux libéraux s’il n’y a pas d’autre ordis que ceux fabriquer en chine, pas qu’ont m’avais forcer la mains, me fait pas dire ce que j’ai pas dit.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 14:09

                          A vous de voir si vous voulez collaborer a cet ordre mondial liberal que vous denoncez ...
                          http://www.01net.com/editorial/379695/qui-fabrique-vraiment-nos-pc/


                          Si vraiment vous le voulez , il existe des ordi made in France http://www.magazine.fabriquerenfrance.com/2009/05/evolutis-lordinateur-fran%C3%A7ais-le-plus-vert-du-monde-.html 

                          a vous et aux 64 autres millions de consommateurs de decider si cette boite doit reussir ou bien au contraire connaitre le sort de
                          - Cibox http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p1767/articles/a30273-la_folie_des_ordinateurs_a_4000_francs.html
                          -et autres Amstrad, Micral etc http://www.ahti.fr/Colloquemicro.pdf


                        • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 15:32

                          Le socialisme que je défend n’est pas opposer a l’existence d’entreprise privée.
                          Et là j’en revient a ce que j’ai expliquer dans les commentaire d’une autre news :

                          A savoir création d’un charte démocratique sociale et écologique, et taxer a la frontière tout ce qui vient de pays ne respectant pas cette charte, une sorte de concurrent du fmi-oms.

                          Parce ce qu’il faut bien comprendre que les travailleurs non pas envie d’être en concurrence avec ceux de pays où l’on travaille 70H par semaine sans protection sociale, c’est ça le problème du « made in china »

                          Et faut pas confondre fabriquant de matériel informatique avec intégrateur de matériel informatique.


                        • beubeuh 20 janvier 2010 18:44

                          Parce ce qu’il faut bien comprendre que les travailleurs non pas envie d’être en concurrence avec ceux de pays où l’on travaille 70H par semaine sans protection sociale,

                          Mais les mêmes travailleurs une fois qu’ils ont touché leur salaire deviennent consommateurs et préfèrent acheter des produits moins chers fabriqués sans protection sociale. Un peu facile de se réfugier derrière l’argument « on m’a pas laissé le choix ».
                          Les premiers ordis personnels, fabriqués aux USA ou au Japon, étaient des produits chers, fabriqués par une main d’oeuvre qualifiée et bien payée. Ce n’est que la production en grande série dans des pays à bas coût de main d’oeuvre qui en a fait des biens de consommation courants.
                          Nous tous en tant que consommateurs nous nous gavons quotidiennement sur le dos du pov’ travailleur Chinois, même si c’est pratique de regarder ailleurs en pointant du doigt le complot capitaliste mondial.


                        • tylhdar tylhdar 20 janvier 2010 22:11

                          "Mais les mêmes travailleurs une fois qu’ils ont touché leur salaire deviennent consommateurs et préfèrent acheter des produits moins chers fabriqués sans protection sociale."
                          Oui, mais maintenant que les travailleurs se retrouvent au chômage pour cause de délocalisation, ils vont un peu plus y réfléchir...


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 06:14

                          parlez en le plus vite possible à tous les electeurs des partis type PS, PC, NPA et autres qui n hesitent pas, le samedi apres midi, à acheter des Nike made in Asia, des pommes du Chili ou des tomates d’Andalousie ramassees par des sans papiers marocains, le tout pour remplir le coffre de la Logan made in Romania

                          au lieu d(aller chez l’agriculteur du coin acheter des produits de saison, en Renault Laguna (made in Sandouville), en Toyota Yaris et chaussés de Pataugas ou de Weston

                          vous voyez bien que les francais votent tous les jours mondialisation ultra liberale !


                        • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 11:09

                          Ramassis de cliché faux.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 12:09

                          Logan : 
                          http://www.forum-auto.com/marques/dacia/sujet1088.htm


                          Mc Do France
                          « Le succès immédiat de Mc Do en France a surpris les américains eux-mêmes. »

                          http://www.slate.fr/story/7499/comment-mcdo-conquis-la-france



                          etc etc


                        • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 12:57

                          C’est bien ce que je dit, ramassis de cliché faux.
                          Aller pour info, nourriture du McDo est faite en France, dans la rue je vois pas beaucoup de logan.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 13:04

                          ok, nous allons arreter la ce post puisque nosu sommes bien d’accord : les francais votent avec leur porte-monnaie en faveur de la mondialisation, et vous aussi, cher utilisateur d’ordinateur Made in Asia.


                        • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 13:58

                          Je vois pas en quoi on peut voter avec le porte monnaie, alors que le délocalisation on été faite alors que la version locale se vendait très bien.


                        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 janvier 2010 16:34

                          les consommateurs sont la vraie force qui decide de la vie des entreprises et de la tete du commerce exterieur. Or, des achats on en fait tous les jours. On « vote » donc avec notre porte monnaie tous les jours.


                        • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 21:07

                          Ah bon, ce n’est pas de la propagande lobbyiste etc ?

                          Mais bon papier effectivement. Sauf qu’il s’agit de neo-socialisme et non de neo- libéralisme. Ce dernier qui est comme les filles dénudées pour les publicités, le leurre indispensable pour attirer le chaland.

                          C’est la vie.


                        • rastapopulo rastapopulo 18 janvier 2010 21:16

                          libéraliser l’économie c’est socialiser l’économie ?

                          Je ne suis déja pas fan des concepts modernistes mais là c’est le summum.

                          Ca me semble appropiré surtout avec le préfixe néo, qui indique justement l’abandon des valeurs de progrès et l’instrumentalisation de l ’économie par la finance anglosaxonne.


                        • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 21:28

                          Ah, oui la finance anglo-saxonne. Anglo-saxonne. C’est terrible, je le reconnais.

                          Anglo-saxonne.... brrrrrr....


                        • rastapopulo rastapopulo 18 janvier 2010 22:17

                          Ben ouais la finance anglosaxonne, la même qui a financé le bolchévisme parce que le Tsar aimait l’indépendance et l’europe continental :

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Antony_Cyril_Sutton

                          En 1917, avant l’éclatement de la révolution bolchévique en Russie, des entreprises de Wall Street notamment, ont mis en place des opérations visant à permettre l’avènement de cette révolution. Tout d’abord Trotsky a été financièrement soutenu pendant son séjour aux Etats-Unis, avec l’accord du président de l’époque Woodrow Wilson qui lui fournit son droit d’asile tout en sachant qu’il prévoyait de poursuivre la révolution et de l’amener à son terme. Les entreprises de Wall Street quant à elles ont financé la révolution bolchévique par l’intermédiaire d’Olof Aschberg, propriétaire de la banque suédoise Nya Banken. Olof Aschberg était considéré comme « le banquier de la révolution ». Il fournit aussi bien des fonds suédois, allemands, anglais, qu’américains pour financer les bolchéviques. Le financement américain venait en partie de la Guaranty Trust Company, une banque dirigée par J.P. Morgan. Ce soutien financier permit ainsi à la Nya Banken et à la Guaranty Trust Company d’avoir un certain poids dans la direction de la banque bolchévique créée en 1922, la Ruskombank. En effet, Olof Aschberg fut son directeur, quant à Max May, Vice président de la Guaranty Trust Company, il fut le directeur des opérations internationales de la Ruskombank. Le financement des bolchéviques par Wall Street peut également être mis en relation par la mission de la Croix Rouge américaine en Russie en 1917. Cette mission était composée de représentants de toutes les grandes entreprises de Wall Street, que ce soit la Réserve Fédérale, la Chase National Bank, ou encore la National City Bank. Cette mission fut supervisée par William Boyce Thompson président de la Réserve Fédérale de New York qui avait pour objectif de permettre la liberté de prêt, et de créer un programme de propagande pour l’avènement de la révolution bolchévique. Il voulait également maintenir la Russie en guerre contre l’Allemagne afin d’empêcher les entreprises de ces dernières d’entrer sur le marché russe au profit des entreprises américaines. [8].

                          La même qui a ordonné à la banque de France de remttre l’or d’Espagne à Franco en plein gouvernement socialo.

                          La même qui a remit à Hitler l’or des banques centrales polonaise et tchecoslovaque.

                          Bref toujour le soucis de détruire les nations indépendantes comme ils ont réussis avec les USA d’où la volonté de fusion USA-Europe.

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_transatlantique

                          Vous pouvez regarder les résolutions du parlement européen mais reguardez surtout l’objectif 2010 : des nains démocratique (seul l’antisouverainté et le mondialisme ont la côte dans les médias) vont fusionner avec 2 ou 3 géants privées qui gèrent par effet de levier plusieur fois la valeur de l’économie réel mondial. Comprenne qui peut.

                          Est ce que tu connait seulement l’influence des Rotschilds et des Rockfellers et de leurs sbires Soros, Blair, Schroder, Clinton, Reagan, Bush, Obama, VGE,... ?

                          que d’ignorance


                        • Le péripate Le péripate 19 janvier 2010 06:41

                          Mouais. Il y a de tout dans cette Europe. Du libéralisme sous la forme dévoyée de l’économisme neo-classique, et beaucoup de dirigisme.

                          Mais je sais bien qu’à gauche de Besancenot, c’est ultra neo hyper libéral.

                          Question de vocabulaire.


                        • BA 19 janvier 2010 07:49

                          Eric Alt écrit :

                          « la lettre du Traité de Lisbonne ne comporte pas la référence à »la concurrence libre et non faussée« qui figurait dans le projet de traité constitutionnel. »

                          Mais si !

                          Le traité de Lisbonne mentionne plusieurs fois « la concurrence libre et non faussée ».

                          Le traité de Lisbonne est lisible à cette adresse  :

                          http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i0439.pdf

                          Je recopie dix articles qui mentionnent « la concurrence libre et non faussée » :

                          1- «  Sont incompatibles avec le marché intérieur et interdits tous accords entre entreprises, toutes décisions d’associations d’entreprises et toutes pratiques concertées, qui sont susceptibles d’affecter le commerce entre États membres et qui ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence à l’intérieur du marché intérieur  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VII, Chapitre 1, Section 1, Article 101, page 93.

                          2- «  Sauf dérogations prévues par les traités, sont incompatibles avec le marché intérieur, dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres, les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d’État sous quelque forme que ce soit qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VII, Chapitre 1, Section 2, Article 107, page 96.

                          3- «  Au cas où la Commission constate qu’une disparité existant entre les dispositions législatives, réglementaires ou administratives des États membres fausse les conditions de concurrence sur le marché intérieur et provoque, de ce fait, une distorsion qui doit être éliminée, elle entre en consultation avec les États membres intéressés.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VII, Chapitre 3, Article 116, page 100.

                          4- «  Aux fins énoncées à l’article 3 du traité sur l’Union européenne, l’action des États membres et de l’Union comporte, dans les conditions prévues par les traités, l’instauration d’une politique économique fondée sur l’étroite coordination des politiques économiques des États membres, sur le marché intérieur et sur la définition d’objectifs communs, et conduite conformément au respect du principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VIII, Article 119, Alinéa 1, page 102.

                          5- «  Parallèlement, dans les conditions et selon les procédures prévues par les traités, cette action comporte une monnaie unique, l’euro, ainsi que la définition et la conduite d’une politique monétaire et d’une politique de change uniques dont l’objectif principal est de maintenir la stabilité des prix et, sans préjudice de cet objectif, de soutenir les politiques économiques générales dans l’Union, conformément au principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VIII, Article 119, Alinéa 2, page 102.

                          6- «  Les États membres et l’Union agissent dans le respect du principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre, favorisant une allocation efficace des ressources, conformément aux principes fixés à l’article 4.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VIII, Chapitre 1, Article 120, page 102.

                          7- «  Le Système Européen de Banques Centrales agit conformément au principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre, en favorisant une allocation efficace des ressources et en respectant les principes fixés à l’article 3 du traité sur l’Union européenne.  »

                          Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VIII, Chapitre 2, Article 127, page 107.

                          Mes deux articles préférés sur la concurrence libre et non faussée  :

                          8- «  Article 347  :

                          Les États membres se consultent en vue de prendre en commun les dispositions nécessaires pour éviter que le fonctionnement du marché intérieur ne soit affecté par les mesures qu’un État membre peut être appelé à prendre en cas de troubles intérieurs graves affectant l’ordre public, en cas de guerre ou de tension internationale grave constituant une menace de guerre, ou pour faire face aux engagements contractés par lui en vue du maintien de la paix et de la sécurité internationale.

                          9- Article 348  :

                          Si des mesures prises dans les cas prévus aux articles 346 et 347 ont pour effet de fausser les conditions de la concurrence dans le marché intérieur, la Commission examine avec l’État intéressé les conditions dans lesquelles ces mesures peuvent être adaptées aux règles établies par les traités.  »

                          En cas de guerre, la France pourra donc prendre les mesures nécessaires pour mener cette guerre, mais à condition de respecter la règle de la concurrence libre et non faussée  ! C’est ça, le plus important  !

                          10- «  PROTOCOLE SUR LE MARCHÉ INTÉRIEUR ET LA CONCURRENCE.

                          LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES,

                          COMPTE TENU du fait que le marché intérieur tel qu’il est défini à l’article 3 du traité sur l’Union européenne comprend un système garantissant que la concurrence n’est pas faussée,

                          SONT CONVENUES que à cet effet, l’Union prend, si nécessaire, des mesures dans le cadre des dispositions des traités, notamment l’article 352 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Le présent protocole est annexé au traité sur l’Union européenne et au traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.  »

                          Page 228.


                          • ASINUS 19 janvier 2010 08:01

                             Le Système Européen de Banques Centrales agit conformément au principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre




                            yep meme moi j ai compris , le pouvoir au banques rien qu aux banques !


                            • armand armand 19 janvier 2010 10:44

                              Excellent rappel de l’actuelle philosophie de la Commission européenne.
                              Il me SEMBLE que je l’ai déjà lu, voici quelque temps, peut-être sous la même plume, mais peu importe, les cas de figure sont éloquents.

                              Que répondre ? Que le gouvernement français affirme que le premier devoir d’un Etat c’est la protection de ses administrés, et que donc l’emploi des Français passe AVANT la liberté d’installation de ses entreprises ? Qu’une entreprise est d’abord redevable à son pays d’origine, avant même ses actionnaires, et qu’une manière de garantir cela serait de donner aux salariés le même pouvoir décisionnel qu’aux actionnaires ?

                              Cela me semble une évidence. Et j’atendrais des politiques qu’ils répondent à Mme Kroes que la France ne va pas suicider socialement ses travailleurs pour respecter les traités.

                              Plus généralement, il existe un principe en vigueur aux Etats-Unis qu’est la « nullification », par laquelle un Etat de l’Union peut déclarer « nulle » toute décision fédérale qui contrevient à ses intérêts fondamentaux. J’aimerais que les politiques de chez nous s’en inspirent.


                              • beubeuh 19 janvier 2010 15:32

                                Excellent rappel de l’actuelle philosophie de la Commission européenne.

                                Malheureusement ou heureusement, je ne sais pas, les Commissaires européens ne sont pas des philosophes mais des fonctionnaires. Ils sont nommés par des gens élus, confirmés par des gens élus, et leur présence comme leurs choix politiques sont la résultante du vote des citoyens que ça vous plaise ou non.

                                Mme Kroes, ici, ne fait que parler au nom de l’ensemble des Etats Européens, que la France essayait de prendre en traitre.


                              • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 20 janvier 2010 11:23

                                 Qu’une entreprise est d’abord redevable à son pays d’origine, avant même ses actionnaires,

                                ==> propos debile, excusez moi. Les actionnaires possedent l’entreprise. Ce sont eux qui mettent de l’argent dans la boite. Sauf s il s’agit d une boite publique.




                                et qu’une manière de garantir cela serait de donner aux salariés le même pouvoir décisionnel qu’aux actionnaires ?

                                => Aucun lien entre les deux. Vous confondez une tradition francaise de REFUS de la cogestion avec le manque de pouvoir des salaries dans ce pays.
                                En Allemagne, pays pas exactement ultra communiste, les salaries ont leur mot a dire sur la strategie , comme on l’a vu dans la fusion entre Volkswagen et Porsche.
                                Des qu on aura de ce cote du Rhin des syndicats qui veulent bosser et non pas faire greve, alors les salaries influeront.


                              • beubeuh 22 janvier 2010 14:30

                                Qu’une entreprise est d’abord redevable à son pays d’origine, avant même ses actionnaires,
                                <i>
                                ==> propos debile, excusez moi. Les actionnaires possedent l’entreprise. Ce sont eux qui mettent de l’argent dans la boite. Sauf s il s’agit d une boite publique
                                .</i>

                                Oui, bin propos dogmatique aussi. Si c’est vrai que de jure une entreprise ne dépend que de ses actionnaires, il s’agit là d’un lien parfaitement amoral, d’une dépendance purement technique. De facto, une entreprise dépend de l’Etat, et il me semble qu’un Etat a toute la légitimité morale pour imposer des contraintes aux entreprises qui réalisent des profits grâce à lui. En France une entreprise bénéficie d’infrastructures de qualité, d’une administration certes souvent kafkaïenne mais dans l’ensemble efficace et surtout beaucoup moins corrompue qu’ailleurs et surtout d’une main d’œuvre qualifiée, très productive et en bonne santé. Tout cela elle le doit presque exclusivement aux dispositifs publics payés (cher) par le contribuable. Et je ne parle même pas des subventions publiques massives dont les entreprises bénéficient régulièrement, surtout en tant de crise. 
                                Donc sur le fond Armand a raison : il est vain de chercher une quelconque légitimité morale au pouvoir monopolistique du capital dans la gouvernance des entreprises. C’est juste un fait accepté parce qu’on a pas vraiment le choix. Par contre la où Armand se plante c’est quand il accuse l’Europe là où nos dirigeants passés et actuels sont les premiers responsables, et là où ils ont agi avec notre bénédiction. Oui il y a des traités à respecter, mais ces traités ont leur raison d’être... Si une boite turque implantée en France se mettait à relocaliser sa production en turquie en virant ses salariés français sous pression du gouvernement turc, nous serions les premiers à gueuler et nous aurions raison.

                                Et puis il faut être honnête, il y a un réel intérêt à ce que le mécanisme de délocalisations fonctionne de manière un peu régulée avec des pays qui acceptent l’acquis communautaire et notamment les libertés syndicales qui vont avec. Le made in Turkey, certes c’est pas le made in France mais c’est une concurrence beaucoup moins sauvage que le made in China. Les ouvriers roumains de chez Logan, qui ont mené une grève très dure il y a deux ans pour obtenir une augmentation conséquente, ont fait beaucoup plus pour la lutte contre le dumping social que tout nos politicards avec leur discours formaté sur la pseudo-dictature européenne.


                              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 19 janvier 2010 11:01

                                Voici que ce dévoile tout les égoïsmes et les mesquineries de ceux qui veulent bien partager les richesses des autres, mais qui poussent des cris d’orfraies dès que l’on touche à leur sacro-saint « avantages acquis » !


                                • JL JL 21 janvier 2010 11:54

                                  « Dans ‘’L’essence du néolibéralisme’’ (article paru mars 98 dans LMD), Pierre Bourdieu proposait de concevoir le néolibéralisme comme un programme de destruction des structures collectives et de promotion d’un nouvel ordre fondé sur le culte de l’individu seul, mais libre…. Les instances collectives (famille, syndicats, Etats-nations, mais aussi la culture …) sont bien identifiées comme cibles du néolibéralisme, en tant que susceptibles de faire entrave à la circulation élargie des marchandises. » (Dany-Robert Dufour, p. 139 « L’art de réduire les têtes » un essai sous-titré : ‘’Sur la nouvelle servitude de l’homme libéré à l’ère du capitalisme total ‘’).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès