• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La claque ! le peuple italien dit NON à 60% à la casse européiste de Renzi (...)

La claque ! le peuple italien dit NON à 60% à la casse européiste de Renzi #renziacasa

La claque ! le peuple italien dit NON à 60% à la casse européiste de Renzi : 60% de vote NON et 65,5% de participation, la victoire du NON est très nette et indiscutable infligeant une véritable claque à Renzi, représentant de l’oligarchie capitaliste et zélé serviteur des diktats de l’UE.

En votant NON les Italiens ont refusé de toucher à l’équilibre des pouvoirs défini dans la Constitution de 1948, rédigée dans l’objectif d’empêcher tout retour du fascisme. « La Constitution a gagné encore une fois contre l’arrogance, l’intimidation, le manque de respect pour la souveraineté populaire et les droits des citoyens », estime Carlo Smuraglia, 93 ans, président de l’association des partisans italiens. Une constitution pourtant vilipendée comme « communiste » par la classe capitaliste, puisque les italiens doivent principalement au parti communiste italien le principal parti communiste d’Europe occidentale à la Libération. Ce vote c’est aussi le vote des ouvriers et employés, un vote de classe contre le saccage des droits des travailleurs sous la férule de l’Union Européenne et la liquidation de son appareil productif. Les chiffres sont frappants : sur les 100 districts au sein desquels le taux de chômage est le plus faible, le oui l’emporte à 59%. Pour les 100 districts ayant le taux de chômage le plus élevé, le non l’emporte avec 65,8%.

En Italie, les communistes étaient très mobilisés dans la campagne du NON, à l’image des militants du Fronte Popolare qui entretiennent de solides liens avec les militants du PRCF en France. « la victoire du NON est un résultat formidable, une véritable victoire de la classe des travailleurs » explique Allesio à Initiative Communiste. « Le Fronte Popolare a beaucoup milité pour ce résultat, nous sommes très heureux ». Le joie de ce résultat ne masque cependant pas les réalités politiques italienne : « Il ne faut pas se faire d’illusions : après cette victoire il va falloir continuer la lutte contre le renforcement de la technocratie au service du Capital dont les tentatives vont se poursuivre. Et faute d’une organisation politique sur des bases de classes, d’un parti communiste, la victoire d’un gouvernement du M5S serait celle d’un gouvernement qui a déjà déclaré à la haute finance sa fidélité totale« .

Mais forts de cette victoire, les communistes italiens avancent : les camarades du FP viennent de lancer un appel à la convergence et au rassemblement pour la renaissance d’un vrai parti communiste.

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/claque-peuple-italien-dit-non-a-60-a-casse-europeiste-de-renzi-renziacasa/

 

Logo PRCF 320 320Les Italiens ont dit NON à la réforme institutionnelle anti-démocratique proposée par Mattéo Renzi. Cette réforme était soutenue par les grandes banques mondiales ou instituts financiers comme JP Morgan, Goldman Sachs et Fitch soutiennent la réforme constitutionnelle de même que la Confindustria, le Medef italien. Il s’agissait sur le fond d’une dérive autoritaire de grande envergure.

Mais au-delà même de sujet du référendum c’est l’ensemble de la politique violemment anti-sociale et pro-UE de Renzi et du le Parti démocratique (PD) qui est rejeté avec force par les Italiens.

Comme Hollande en France, Renzi a mis ses pas dans la continuité de Berlusconi et a entrepris une casse sans précédent des conquêtes sociales des travailleurs italiens : avec le « Job act » ( en anglais svp….) Dans ce plan pour l’emploi très libéral, l’embauche en CDI est liée à des incitations fiscales pour les entreprises. En même temps, le licenciement est facilité et la protection des travailleurs fortement réduite. Cette grande flexibilité pour les employeurs a fait qu’en deux ans, les licenciements ont augmenté de 31% !

Bref très logiquement le casseur aux ordres de l’UE et de la Confindustria s’est pris un grand coup de pied au postérieur comme son ami Hollande.

Reste le débouché politique de ce rejet ô combien légitime des politiques de guerre sociale, de baisse des salaires, de précarité généralisée.

Les communistes italiens, héritiers de Gramsci et Togliatti, y travaillent avec ardeur et courage.

Commission internationale du PRCF 5 décembre 2016

Communiqué du Fronte Popolare

italie-referendum-constitutionnel-no-fronte-popolareCon un’affluenza alle urne del 65,47% e il 59,11% di voti contrari, il popolo italiano ha bocciato la riforma costituzionale di marca autoritaria dettata al governo Renzi dalle banche d’affari e dalle istituzioni sovranazionali imperialiste del blocco atlantico. Si tratta di un voto dalla profonda connotazione di classe, che evidenzia come le condizioni materiali d’impoverimento e tensione sociale determinate dalla crisi siano state giustamente indirizzate contro i responsabili politici dell’ultima fase del declino del nostro Paese. Nella prima occasione in cui, dall’avvento del governo Monti nel 2011, agli italiani è stato dato modo di esprimersi con regole certe su una questione decisiva per l’Italia e sull’operato delle cricche politicanti al governo, il giudizio è stato senza appello.

Ora è necessaria vigilanza democratica. Dobbiamo accelerare il processo di convergenza per la ricostruzione di una soggettività politica di classe adeguata al momento storico e prepararci agli scenari reazionari che si aprono in conseguenza di un voto alle cui immense potenzialità positive non fa per il momento riscontro la presenza di alcun soggetto capace d’indirizzare il risultato straordinario del NO verso la conquista di spazi di potere popolare e sovranità nazionale.

Fronte Popolare ha per tempo denunciato i rischi del momento nel proprio appello ai comunisti dello scorso novembre. Le classi lavoratrici italiane, la gioventù, i settori più consapevoli della nostra società hanno dato nelle urne un chiaro segnale della necessità impellente di un cambiamento radicale dello stato di cose presente. Porci all’altezza delle loro attese e scongiurare un nuovo salto di qualità nella deriva reazionaria che con il SI sarebbe stata certa, ma cui il NO di per sé non sbarra la strada, è la responsabilità che il momento ci consegna. Siamone all’altezza !


Récemment le PRCF et ses camarades du Fronte Populare d’Italie ont été à l’initiative d’ une déclaration commune rejointe depuis par Reite de Communisti (Italie) et le Parti Communiste Suisse.
http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/france-italie-communistes-sortie-de-lunion-europeenne-de-leuro-de-lotan-prcf-fronte-popolare


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • izarn izarn 5 décembre 2016 23:48

    Ha c’est sur que ça compense l’échec de Hofer en Autriche !
     smiley
    Moins un pour Hofer, mais
    Plus un pour 5 étoiles et la Ligue du Nord....

    De toute façon la baffe contre le Système est actée en Autriche et en Italie depuis un mois...


    • Ouam Ouam 6 décembre 2016 02:13

      Peut etre que aussi les italiens se rappellent du regime de mussolinni et n’ont pas envie d’y revenir, avec justement la protection instituee ensuite du principe des chambres à égalité qui les protégeait contre cela que renzi à voulu balayer du revers de la main.

      non ?


      • baldis30 6 décembre 2016 09:31

        @Ouam
        bonjour,

        bien sûr ! les italiens se rappellent de bénito. mais aussi du passage des allemands avec des massacres aussi terrifiants que celui d’Oradour ( Fosses Ardéatines, Mozabutto entre autres).

        Ils se méfient aussi de l’Autriche : le souvenir de la répression autrichienne reste vivace. Pour s’en rendre compte on peut visiter à Turin le musée du Risorgimento et comprendre ce que ce fut.

        L’un des romans italiens les plus caractéristiques est « Le désert des Tatares » de Dino Buzzati. Lorsqu’on achète ce livre en livre de poche en Italie il est ornée d’un dessin de l’auteur avec un militaire en uniforme ..... autrichien ..... 

        Encore plus..... lors d’une représentation du Fidelio de Beethoven, malgré tout opéra politique, la mise en scène était claire ! Et pensez aussi à cette œuvre de Donizetti « La fille du régiment » écrite en français , replacez-là dans son contexte historique et vous comprendrez pourquoi elle fut créée à Paris .... Avant Verdi, dont il convient de ne pas sous-estimé l’apport politique il y en eut d’autres.

        Et si nous adoptions dans la Constitution Française l’article IX de la Constitution Italienne relatif au patrimoine........


      • Ouam Ouam 6 décembre 2016 12:53

        @baldis30

        bonjour à toi,

        Je te remercie beaucoup (ainsi que les autres lecteurs surement) pour tes détails précieuxs.

        comme quoi A vox sert à quelque chose.

        Au plaisir de se recroiser smiley


      • Analis 6 décembre 2016 10:21

        Bon, eh bien maintenant qu’on sait que le non l’a emporté plus largement que les sondages le prédisaient, il est temps de revenir sur ce que les analyses « de gauche » qui présentaient la réforme comme « pro-européenne » avaient de simplistes, pour ne pas dire de surréalistes. D’abord, la plus grave erreur était de supposer que l’UE cherchait là à poursuivre son plan visant à affaiblir les États membres par le biais des régions, en veillant à augmenter leurs pouvoirs, rengaine ressortie complaisamment par les souverainistes de tout poil. Or la réforme constitutionnelle n’était pas du tous en faveur des régions, au contraire elle cherchait à les affaiblir nettement. Renzi est un jacobin pur sucre, une tradition qui n’a pas disparu en Italie et essaye régulièrement de refaire surface, en dépit du discrédit mussolinien.

        Des leçons assez similaires doivent être tirées des tentatives incluses dans la même réforme de rabaisser le parlement et d’instaurer un mode de gouvernement reposant sur la primauté de l’exécutif, au nom de l’ « efficacité du gouvernement ». Si elles peuvent paraître à raison aller dans le sens des desiderata de certaines élites de l’UE, le rabaissement du parlement est d’abord une invention française, réalisée dans ce pays et portée à un point plus achevé qu’ailleurs par le dirigeant le plus anti-européen de l’après-guerre ; à savoir, Charles De Gaulle en personne. Dans les autres pays européens, les parlements, s’ils ont été confrontés à une érosion de leur influence, se portent mieux qu’en France – et mieux qu’on ne le dit en France. Renzi voulait certainement en venir à un modèle jacobin de pouvoir moniste, à tendance autoritaire et élitiste, il y avait une certaine logique entre sa volonté de centralisation tant au niveau central qu’à celui des relations entre centre et périphérie. Indiscutablement, la tentative de la réforme constitutionnelle de compliquer l’accès au référendum allait dans le même sens ; tout comme la réforme électorale qui devait la suivre, et qui aurait abouti à évacuer toute représentativité du parlement, rompant avec une tradition qui assurait un minimum de scrutin proportionel – réforme qui est laissée maintenant suspendu dans le vide. C’est bien l’inspiration du modèle français et souverainiste qui en a pris un coup et a été rejetée par les électeurs italiens, qui ont gardé un souvenir vivace du mussolinisme.

        C’est certes dommage pour la tentative de réforme générale de l’Italie, qui partait de bonnes intentions, et initialement Renzi s’était réellement attaqué à de sérieux intérêts parasites, notamment de certains élus. Mais il était allé trop loin, et en avait profité pour tenter d’identifier sa lutte contre ces privilèges avec celle en faveur de sa conception autoritaire.


        À vrai dire, ce n’est pas la première fois que le discours simplificateur des souverainistes s’emmêle les pinceaux. Ainsi, ils avaient ressorti leur antienne au sujet de la promotion des régions par l’EU aux ordres des USA et de l’OTAN (affirmation qui constitue une autre vedette de leur grille d’analyse simpliste) sur le référendum sur l’indépendance de l’Écosse, alors que tant les USA que l’OTAN étaient clairement opposés à cette indépendance. Le Brexit allait aussi à l’encontre de leur doxa, en ce que le Royaume-Uni avait toujours été présentée par cette dernière comme étant le cheval de Troie de l’influence des USA en Europe. Or ce sont clairement les pro-états-uniens et les pro-OTAN de tout poil, et autres tatchériens en diable, qui ont très majoritairement soutenu le Brexit.


        • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2016 11:18

          en France le gouvernement n’aurait pas tenu compte du résultat .....


          • Phil610 6 décembre 2016 18:15

            @zygzornifle

            c’est sur ! Mais il n’y aurai pas eu de résultat, puisque nous, on ne sait pas pourquoi on vote, déjà on comprend pas les questions, alors comprendre pour qui ou pour quoi voter...au fait les présidentielles, c’est pour ?????


          • zygzornifle zygzornifle 7 décembre 2016 12:52

            @Phil610


             les présidentielles sont pour élire le presse citron et c’est nous les citrons ....

          • gogoRat gogoRat 6 décembre 2016 12:14

            ’sur les 100 districts au sein desquels le taux de chômage est le plus faible, le oui l’emporte à 59%. Pour les 100 districts ayant le taux de chômage le plus élevé, le non l’emporte avec 65,8%’.
             
             Tout le reste est littérature et abus d’interprétation peu honorable.

             Celles et ceux dont le sport favori est de ’faire l’âne pour avoir du son’ continueront d’interpréter à leur façon les réponse à une question précise pour faire semblant de croire
             - que ceux qui ne votent pas seraient des ’anarchistes’
             - que ceux qui ont ’mal voté’ à leurs yeux ne peuvent être que des ignares et des demeurés (moins instruits, moins diplômés, moins riches, ’donc’ ... )
             - que le principe de majorité ne peut être que ’démocratique’ lorsque les ’meilleurs’ s’imposent, tout en étant ’populiste’ lorsque les sans-dents ne votent pas comme il faut ...
             - que si des communistes ont dit un jour que la terre est ronde, tous ceux dont le vote laisse entendre que la terre est ronde sont, forcément des communistes ....

            à bon entendeurs !

             


            • tf1Groupie 6 décembre 2016 13:18

              Bon ben c’est chouette : le peuple italien a voté pour maintenir un système archaïque qui a produit 60 gouvernements en 70 ans.
              Quel exploit magistral !

              Vraiment les referendum c’est vachement utile.
              Le peuple répond à tout sauf à la question posée, génial ...


              • baldis30 6 décembre 2016 17:59

                @tf1Groupie
                bonsoir,

                le peuple italien n’est pas plus archaïque que le peuple français et culturellement il lui est bien supérieur ....ce qui lui permet de bien mieux résister au matraquage .


              • tf1Groupie 6 décembre 2016 21:47

                @baldis30

                Perpetuer l’instabilité serait resister au matraquage ? Mouaaaaaaaaaaaarf !
                Si ça vous fait plaisir de jouer dans la cour des archaïques avec les Italiens, je vous laisse jouer seul.

                Je suppose que vous êtes férocement attaché à la 5eme république et que vous souhaitez qu’absolument rien ne change.


              • baldis30 7 décembre 2016 08:42

                @tf1Groupie
                archaïque les italiens .... !

                J’ai une belle envie de rigoler d’une telle assertion ! Qui n’est pas loin de relever du racisme !


              • alain_àààé 6 décembre 2016 13:34

                excellent article mais laisse a désiré car je n arrive pas comprendre comment lorsque le mur de berlin tous les communistes sont devenu des liberaux.
                alors ma question comment pouvez vous croire que les communistes ont fait basculé le vote en italie ils ne sont comme vous qu une poigné de militants.UN militant de la C G T qui apolitique


                • PRCF PRCF 6 décembre 2016 16:56

                  @alain_àààé
                  Cet article n’écrit pas que les communistes ont fait basculer le vote. Mais qu’ils ont participé à la campagne du NON. Il explique en revanche que les motivations de ce vote sont celles d’un vote de classe, celui des travailleurs.


                • Anne63 6 décembre 2016 17:34

                  L’Italie ira vers le fachisme et la dictature comme toute l’Europe

                  Remake des années 30/40 par nos maîtres sionistes


                  • baldis30 6 décembre 2016 18:09

                    @Anne63
                     certainement pas car ils sont bien mieux armés culturellement : la première fois que berlussolini est tombé en tant que premier ministre c’est sur le budget de.... la culture qu’il a voulu réduire !

                    Et il faut avoir vu et entendu y compris devant les lieux culturels les plus prestigieux les banderoles ou les discours tenus par des personnes comme Fo par exemple ....

                    Celui qui eut l’intelligence de tenter le compromis historique y laissa la vie ..... dans un assassinat exécuté par des ignares manipulés par d’autres ignares par delà l’océan ....

                    Vous ignorez ce que furent les années de plomb, vous ignorez la liberté des juges italiens, comme je l’ai rappelé dans d’autres réponses ...

                     Quant au comportement des français en Italie il est souvent honteux avec un exemple que j’ai vécu en direct : des parents français d’une ville frontalière confient leurs enfants aux enseignants avec parmi les visites il y a une représentation de l’ERNANI de Verdi dans un des grands théâtres du Nord ! Comportement des enfants infects, intervention des accompagnateurs nulle !

                    Quant au comportement moyen du touriste français en Italie il est à peu près équivalent à celui des américains


                  • Anne63 6 décembre 2016 18:21

                    @baldis30

                    Tu verras bien !


                  • tf1Groupie 6 décembre 2016 21:50

                    @baldis30

                    C’est sur que Berlusconi est le symbole de la superiorité culturelle de l’Italie  smiley  smiley smiley smiley smiley


                  • baldis30 7 décembre 2016 08:44

                    @tf1Groupie

                    berlussolini s’est fait virer la première fois sur l’article IX de la Constitution italienne : il n’a pas recommencé ...

                     Mais quand on ne connaît pas cet article on écrit n’importe quoi avec des préjugés dignes du racisme


                  • olivier cabanel olivier cabanel 6 décembre 2016 18:08

                    @ l’auteur

                    cette victoire, contre renzi est surtout celle de Beppe Grillo, qualifié à tort de populiste, c’est dommage de l’avoir occulté, ce qui n’enlève rien à l’action du pc italien

                    • eric 6 décembre 2016 18:39

                      Tous cela est évidemment un peu inquiétant.

                      Partout et de plus en plus, on voit les extrêmes gauche se mettent à la remorque des droites populistes. Déjà en France, avec le référendum sur Maastricht, les gauches de gauches furent les supplétif du Front National. Ici en Italie, les rogatons de l’ex PC votent avec toutes les droites possibles. Il est vrai que là ou il existent encore des vrais partis de gauche, on assiste à l’inverse. En Grèce, c’est l’extrême droite qui accepta de s’allier pour aider l’extrême gauche à prendre le pouvoir. En Autriche, Les représentant locaux de l’Internationale Socialiste se contentèrent d’alliances ponctuelles nationales ou locales avec le FPÖ

                      C’est comme cela que ça a commencé dans les Années 20-30 en Europe.
                      Mussolini était au PS, Doriot était un des principaux dirigeant du PCF, et Hitler, dont le programme était étroitement décalqué des proposition de Marx, se vantait d’être un meilleur socialiste que Staline.

                      Et les récents pas en avant de Mélenchon vers une frontisation de sa candidature vont dans le même sens.


                      • smilodon smilodon 6 décembre 2016 21:44

                        @ l’auteur : Le peuple c’est les « tripes » d’un pays !...... Le « référendum » c’est le vote des « tripes » !.....
                        ..... Pour ça que notre « république » a inventé le 49-3 !.....OUF !....Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires