• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La discrète victoire commerciale de Londres sur Bruxelles

La discrète victoire commerciale de Londres sur Bruxelles

En début d’année, les Bremainers contrariés avaient sauté sur les statistiques du commerce extérieur de la Grande-Bretagne du mois de janvier (avec la chute de 41% des exportations britanniques vers l’UE) pour montrer les prétendues conséquences néfastes du Brexit. Non seulement leur interprétation d’alors était mauvaise, mais les statistiques suivantes sont toujours favorables à la Grande-Bretagne…

 

Plus de croissance après le Brexit

Bien sûr, comme je le précisais en avril, les statistiques mensuelles doivent être prises avec des pincettes, surtout quand il y a beaucoup d’évènements importants qui peuvent les affecter. Et il faut reconnaître qu’entre le Brexit et la pandémie, nous avons notre lot de circonstances totalement extraordinaires. Les statistiques du commerce extérieur britannique pourront être mieux évaluées en fin d’année. Mais le discours des Bremainers à la première statistique mensuelle était doublement ridicule. Vouloir tirer une quelconque leçon de ce mois totalement atypique était absurde. Il était évident qu’importateurs et exportateurs avaient anticipé l’échéance, rendant la forte baisse des échanges en janvier totalement prévisible.

Ensuite, par une subtilité statistique que des partisans trop peu objectifs de l’UE ne pouvaient saisir, un recul plus fort des exportations britanniques vers l’UE que le recul des importations de Londres n’est pas forcément négatif pour la Grande-Bretagne. En effet, en janvier, les premières avaient baissé de 41%, contre 30% pour les secondes. Sauf que, comme le pays importe beaucoup plus de l’UE qu’il n’y exporte, en valeur absolue, la chute des importations était finalement plus importante que la chute des exportations. Résultat, le déficit commercial de la Grande-Bretagne à l’égard de l’UE s’était réduit d’un milliard de livres en janvier ! Or, c’est l’évolution du solde en valeur absolue qui compte pour un pays : un solde qui s’améliore, fût-ce un déficit qui se réduit, contribue à la croissance, quand un solde qui se dégrade, fût-ce un excédent qui se réduit, a un impact négatif sur la croissance économique, et réduit le PIB.

Dès janvier, le commerce avec l’UE avait une contribution positive au PIB britannique. Cela pourrait être totalement anecdotique, du fait du caractère exceptionnel de ce mois. Sauf que, mois après mois, toutes les statistiques commerciales confirment la réduction du déficit britannique à l’égard de ses anciens partenaires européens. Déjà, en février, le rebond de 46% des exportations, quand les importations n’avaient progressé que de 7%, avait permis de réduire de 2,5 milliards de livres le déficit commercial britannique à l’égard de l’UE. Bien évidemment, la plupart des Bremainers s’étaient alors abstenus de rapporter les nouvelles statistiques, trop contradictoires avec l’histoire qu’ils veulent raconter sur le prétendu naufrage économique que devrait provoquer la sortie de l’UE par la Grande-Bretagne.

Et s’ils ne parlent plus du tout de ces statistiques, c’est parce que, mois après mois, elles continuent d’être favorables à la Grande-Bretagne. Les derniers chiffres rapportés par l’ONS sont ceux du mois d’avril. L’analyse des trois derniers mois est particulièrement frappante. Bien sûr, sur trois mois, la Grande-Bretagne a un déficit de 15,9 milliards avec l’UE, mais avec des exportations en hausse de 7% et des importations en recul de 12%, le déficit recule de 9,9 milliards de livres ! Même si le déficit avec le reste du monde progresse de 6 milliards, la balance commerciale britannique contribuera positivement au PIB en ce début d’année, du fait d’échanges plus équilibrés avec l’UE. Sur trois mois, on peut estimer que la seule évolution du commerce avec l’UE apporte un supplément de croissance de 2% du PIB au pays !

Par-delà le départ réel de banquiers, plus limité que bien des prévisions, à date, l’impact économique du Brexit est en réalité positif pour la Grande-Bretagne, du fait du rééquilibrage de sa balance commerciale avec ses anciens partenaires  ! En outre, bien des prévisions les plus sombres ont été infirmées. Unilever a fini par choisir la Grande-Bretagne comme seul siège, au détriment des Pays-Bas, et Nissan vient tout juste d’annoncer des investissements massifs dans son site de Sunderland


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    



    • sylvain sylvain 16 juillet 11:42

      @samy Levrai
      je ne dis pas non, mais ce qui se passe pour la GB n’est pas ce qui se passera pour la france . La GB est un centre de l’empire, et notamment de la finance mondiale, pas la france . Selon le monde diplo, et contrairement a ce qu’on pense en général, le brexit a été financé par la city
      Qu’est ce qui a été négocié en amont ?? on est pas prêt de le savoir


    • samy Levrai samy Levrai 16 juillet 15:23

      @sylvain
      Merde à l’empire.


    • sylvain sylvain 16 juillet 15:31

      @samy Levrai
      il semble qu’il n’y a plus beaucoup d’autres voies, et que chaque jour qui passe ne fasse que rendre les choses plus difficiles


    • HELIOS HELIOS 16 juillet 16:23

      Si on considère que le « Frexit » est la sortie unilaterale des traiités de l’UE, alors oui, il est plus qu’urgent de se delier de ces chaines et voguer de nos propres ailes.... sauf que (comme dirait Zemmour, sauf que donc... la France, pas plus que ne l’a fait le royaume unis, ne peuvent detacher les amarres et aller voguer au vent du large.

      L’Europe n’existe pas en tant que nation, mais l’Europe ce sont des nations qui partagent une histoire commune et quelques valeurs fondatrices communes, dont le « pack » n’est pas a discuter, mais sa mise en oeuvre et sa completude répondent bien a notre identité.

      Alors oui, quelques grincheux diront que les norvegiens et les grecs n’ont rien en commun.... eh, bien, je pense que c’est faux, nous avons tous en commun une spiritualité commune, une philosophie approchante... des arts bien compris... bref une humanité partagée .... que d’autres pays ne partagent pas.

      Notre Frexit consiste « seulement » a récuperer la souveraineté de chaque nation et établir un espace privilegié sur notre territoire, partagé par les 450 milions de pingouins que nous sommes.

      Il faut chasser sans espoir de retour l’administration de Bruxelles qui n’a rien a faire dans les affaires des etats et laisser chaque nation determiner ce qui lui semble bon, passer des accords de convergence avec d’autres etats europeens et nous proteger, y compris de nous-mêmes, mutuellement.

      Tout cela, ça fait des siecles que nous savons le faire, il ne faut pas s’arreter, c’est tout.


      • Doume65 18 juillet 17:07

        @HELIOS
        Tu commences à parler de l’UE, puis sans transition de l’Europe. Tu confonds donc tout. On ne peut répondre à un discours aussi confus.


      • Zevengeur Zevengeur 17 juillet 17:59

        En cas de Frexit, pour lequel je milite, c’est la fin de l’UE et de l’Euro car on voit mal les italiens et Espagnols rester dans une zone de libre échange et surtout dans la « zone Mark » en compagnie de l’Allemagne.

        Et donc, avant le Frexit il faudra renégocier avec ces deux pays un modèle proche du marché commun qui a fait ses preuves, ensuite si l’Allemagne veut s’y adjoindre on en discute !

        Tous les autres sont de petits pays qui feront ce qu’ils voudront.

        Restera le problème de l’OTAN, là c’est une autre histoire, seule certitude c’est que nous on doit en sortir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité