• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La première disparition de Baudouin, monarque moral

La première disparition de Baudouin, monarque moral

« Si le roi se trouve dans l’impossibilité de régner, les ministres, après avoir fait constater cette impossibilité, convoquent immédiatement les Chambres. Il est pourvu à la tutelle et à la régence par les Chambres réunies. » (Article 93 de la Constitution belge, ancien article 82).

 

Ce fut avec une certaine émotion que les Belges ont appris la mort de leur roi Baudouin Ier il y a vingt-cinq ans, le 31 juillet 1993, au sud de l’Espagne, dans sa résidence de vacances, à l’âge de 62 ans (il est né le 7 septembre 1930). Une mort soudaine à cause du cœur. Un deuil national fut proclamé jusqu’au 9 août 1993, la cérémonie d’enterrement a eu lieu le 7 août 1993 dans la cathédrale de Bruxelles en présence de nombreux chefs d’État, en particulier la reine Élisabeth II et le Président François Mitterrand, suivie en direct à la télévision.

Pourquoi une telle émotion pour le roi d’une monarchie constitutionnelle qui n’a quasiment aucun pouvoir sans contreseing d’un ministre ? La réalité du pouvoir est laissée au gouvernement responsable devant la Chambre des représentants. Sans doute par une personnalité peu ordinaire, une foi catholique qui inspira son humanisme et son personnalisme, et sûrement par la durée très longue de son règne, quarante-deux ans, enjambant douze Premiers Ministres.

Baudouin a en effet commencé son règne le 17 juillet 1951 après l’abdication de son père Léopold III (1901-1983), roi depuis le 23 février 1934, malmené par la classe politique d’après-guerre en raison d’une crise nationale due à son comportement pendant la guerre : il était resté en Belgique après la défaite du 28 mai 1940 alors que le gouvernement belge était parti en exil pour continuer la guerre.

Baudouin commença donc à régner très jeune (20 ans) et resta sous l’influence de son impopulaire père pendant près d’une dizaine d’années, jusqu’à son mariage avec Fabiola (1928-2014) le 15 décembre 1960. Son frère, le futur Albert II l’avait précédé d’une année en épousant Paola le 2 juillet 1959 et un fils était né le 15 avril 1960, Philippe. Au bout de quelques années, l’absence de descendance de Baudouin amena ce dernier à considérer son neveu Philippe, l’actuel roi des Belges depuis le 21 juillet 2013, comme son probable héritier.
 

Pendant toute sa vie, la foi de Baudouin fut déterminante, au point que certains pensaient qu’il allait devenir prêtre. Cette foi a semblé incompatible avec son comportement après l’indépendance du Congo belge et l’assassinat de Patrice Lumumba, une indifférence ou laisser-faire provenant de l’influence encore très forte de Léopold III.

S’il devait y avoir un fait marquant dans le règne de Baudouin, je pense qu’il faut citer la mini-crise constitutionnelle que le roi a lui-même provoquée par sa foi. Sa mort n’était pas sa première disparition mais sa seconde. En tant que roi.

En effet, le 29 mars 1990, à l’initiative de Lucienne Herman-Michielsens et Roger Lallemand, le Parlement belge a voté la loi de dépénalisation de l’avortement. Par conséquent, il était dans le rôle du chef d’État belge de la promulguer, comme pour toutes les lois.

En France, la même question constitutionnelle posée par la première cohabitation de 1986 a obtenu une réponse assez rapidement malgré le comportement conflictuel des deux têtes de l’exécutif : le Président de la République doit promulguer les lois adoptées par le Parlement, même si elles ne lui plaisent pas. En Belgique, le roi en principe doit lui aussi promulguer les lois (sanction royale) et s’il venait à le refuser, il outrepasserait son rôle de souverain constitutionnel.

Le Premier Ministre de l’époque, Wilfried Martens, reçut alors le 30 mars 1990 un courrier de la part du roi : « Ce projet de loi soulève en moi un grave problème de conscience. (…) Vous comprendrez donc pourquoi je ne veux pas être associé à cette loi. En signant ce projet de loi, et en marquant en ma qualité de troisième branche du pouvoir législatif, mon accord avec ce projet, j’estime que j’assumerais inévitablement une certaine coresponsabilité. Cela, je ne puis le faire. ». Il était même prêt à abdiquer. Cette détermination motiva le gouvernement à trouver une sortie honorable pour tout le monde.

Par une astuce constitutionnelle sur l’empêchement de régner du roi (en principe réservé seulement à la maladie et au décès), il a été trouvé une solution institutionnelle très hypocrite mais néanmoins satisfaisant à la fois le déroulement normal et démocratique du processus législatif et la conscience du souverain : le gouvernement constata au conseil des ministres du 4 avril 1990 l’impossibilité de régner de Baudouin, si bien que censé le remplacer en raison de l’article 82 de la Constitution (maintenant article 93), il promulgua la loi sur l’avortement à la place du roi. Le lendemain, les deux chambres du Parlement ont voté le rétablissement du roi dans ses prérogatives. Aucun parlementaire n’a osé voter contre ce rétablissement, malgré l’opposition à la procédure de certains élus. Pendant une journée, Baudouin avait disparu des institutions de manière très artificielle pour ne pas valider une loi que sa conscience réprouvait.
 

Bien que s’opposant au Parlement sur le plan moral, cette attitude de Baudouin fut saluée par les Belges et augmenta sa popularité. Cette popularité expliqua aussi la forte émotion lors de sa réelle disparition trois ans plus tard. Son neveu Philippe, aussi croyant que Baudouin, n’a pas voulu cependant recourir à cette même astuce lors d’un autre problème de conscience et, quoique très opposé à elle, s’est finalement résigné à promulguer le 28 février 2014 la scandaleuse loi sur l’euthanasie des enfants (qui modifie la loi du 28 mai 2002 et qui a été appliquée la première fois le 17 septembre 2016).

Par son long règne, Baudouin a incarné en quelques sortes pendant deux générations la réalité et l’unité de la nation belge malgré les fortes tensions au sein de la communauté nationale entre Wallons et Flamands et une partition linguistique formalisée avec la mise en place d’une structure fédérale de la Belgique qui fut officialisée en 1993. Il était un monarque moral.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 juillet 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Baudouin Ier, roi des Belges.
À quand la partition de la Belgique ?
Jean-Luc Dehaene.
Herman Van Rompuy.
Guy Verhofstadt.
Wilfried Martens.
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Il était un Roy, comme il était une fois,....Incarnant un idéal désincarné. Dure tâche. Je me souviens de ce jour. Nous promenant dans les superbes allées du Château de Huyzingen, notre chienne assez calme, même plombée. Pourtant, nous n’étions pas, loin sans « faux » (mot approprié) royaliste. La perte d’un père, cela vous la coupe,...L’intensité du moment était assez similaire à celle de la Mort de Diana. Et pourtant, celle-ci nous semblaient un peu bécasse. L’image gagnant un peu d’intensité avec l’âge.http://www.montgolfiere.be/regions-des-vols/brabant-wallon/domaine-provincial-d-huizingen. VIE-MORT. 25 ans déjà,...


    • Clocel Clocel 30 juillet 17:44
      Baudouin IV, dit le lépreux, Roi de Jérusalem ?

      Nââân, je déconne !

      Vous parlez du Baudouin qui annexa le Congo pour se divertir et s’en foutre plein les fouilles...

      Qui revendit « l’affaire » à ses propres sujets lorsque que cela cessa de le divertir !?

      Un beau témoin de moralité, vraiment ! Quand on tient des êtres d’élite de ce niveau, la guillotine prend tout son sens !

      C’est pas mon Tintin préféré, mais venant de vous je m’attends à tout !

      • Lonzine 30 juillet 17:50

        @Clocel
        Bonsoir, c’était plutôt son père qui a foutu le bordel là bas


      • Clocel Clocel 30 juillet 18:28

        @Lonzine


        Shit ! c’était la branche Léopold que la bascule à Charlot aurait dû élaguer !? smiley

      • Lonzine 30 juillet 18:58

        @Clocel
        hé oui , mais ici tout le monde se fout de ce type, seul le foot et le bbq comptent


      • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 16:45

        @Lonzine

        Petite erreur d’aiguillage.
        Non ce n’est pas son père, c’était Léopold II



      • ZXSpect ZXSpect 30 juillet 19:03

        En écrivant sur la monarchie belge... Ne marcheriez vous pas sur le domaine « PRESSE PEOPLE » réservé de Mélusine ???

        https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/macron-le-placard-a-tiroirs-206470#forum5267443

        Mélusine ou la Robe de Saphir  29 juillet 13:50

        « Désolé pour votre romance. Mais ma pharmacienne qui est devenue une amie connaît un gars qui était avec lui à l’ENA. Mathilde de Belgique et Philippe arrivent bien à jouer la comédie (j’espère pour elle que l’amant était compris dans la corbeille de mariage,...ses enfants ont été conçu par fivete)). disons qu’il est bi mais plus vapeur que voile,... »

        Mélusine ou la Robe de Saphir  29 juillet 18:35

        "Cela a fait un fameux pataquès en Belgique avec le livre du journaliste Deborsu. Je confirme par d’autres sources. https://www.7sur7.be/7s7/fr/1530/Tetes-Couronnees/article/detail/1521336/2012/10/22/La-vie-conjugale-de-Philippe-et-Mathilde-n-est-pas-celle-que-l-on-croit.dhtml


        Passionnant de relayer la presse de caniveau belge

        Merci Mélusine


        • arioul arioul 31 juillet 10:11

          Ratoto se découvre royaliste , on aura tout lu de ce phénomène.


          • asterix asterix 31 juillet 13:16
            Belge, je ne suis pas et loin de là le seul à ne pas voir Baudoin comme un Roi réactionaire sous influence constante de l’Opus Dei.
            Ne fut-il pas ami intime de Franco et de Mobutu ?
            Seul notre présent Roi, pourtant décrié et traité d’imbécile mal dégrossi avant sa prise de fonction, fait preuve, à notre grande surprise à tous, d’un modernisme évident.
            Catholique soit ! Mais vous connaissez beaucoup de Rois capables de se mélanger à la foule des anonymes pour parcourir un marathon ?
            Imaginez Jupiter capable d’en faire autant.
            Même en marchant ?
            Je ne suis nullement royaliste, mais vous étonnerais-je en écrivant qu’avoir un Roi qui n’a constitutionnellement rien à dire et dont les discours à la Nation doivent être contresignés par le Premier Ministre est préférable à un enfant gâté, menteur, affidé aux Rotschild et capricieux qui a tout à dire, peut faire ce qu’il veut et n’est nullement responsable devant les institutions d’une démocratie digne de ce nom.
            A choisir...
            Chers amis Français, vous êtes allés le chercher où ce Monarque de droit divin ?
            Je croyais que vous lui aviez coupé la tête en fin de XVIIIème siècle.
            Me serais-je trompé quelque part ?

            • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 15:03

              @asterix,


               Tout à fait. 
               Philippe a fait un sans faute en cinq ans de règne, mais il a encore quelques efforts à faire pour éliminer quelque peu le protocole.
               Il a été éduqué par son oncle Baudouin et c’est peut être dans ce genre de racines qu’il faut en chercher la raison. Il a été un peu aidé par son épouse pour trouver cette ouverture.
               Un autre monarque plus ouvert, oui, il y en a un aux Pays Bas, Willem-Alexandre
               Ce maint, un invité en parlait. Il disait qu’il faudra attendre l’ouverture des archives pour en connaitre plus.
                Tu parles de France.
                Là, il y a un Roi qui n’en a pas le nom...
                mais on l’appelle Jupiter.  smiley 
                

            • Le temps n’est plus où des pantins incarnaient le symbole. Il va falloir trouver créer un Nouveau Monde. Sans repères extérieurs. Ceux qui n’ont aucune boussole risquent bien de décompenser. IL reste les livres. Ils ont ce double avantage : celui de nous éclairer, ôter nos illusions, mais aussi paradoxalement de nous guider. Belge, il y a longtemps que j’ai quitté le mirage d’habiter un pays. Et dirais juste comme Camus. Mon pays, c’est ma langue. Les CARTONS PATES, c’est terminé. L’amidon ne prend plus.


              • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 15:08

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                 D’accord pour les symboles.
                 Un nouveau monde sans repères extérieurs mais avec une boussole intérieure.
                 A quoi sert une boussole si ce n’est pour se retrouver en terrain inconnu.
                 Là, je pense que vous avez vraiment un mirage devant les yeux.
                 La France tient par sa langue ???
                 Non chère Madame, par le nombre de locuteurs qui sont en Afrique.
                 Il faudra peut-être trouver autre chose que de l’amidon....
                 Je vous propose de la colle UU, vous savez celle qui colle tout  smiley 

              • @L’enfoiré

                La langue que me parlait ma mère quand j’étais tendrement lovée dans sa matrice. J’en percevais toutes les variations, les humeurs,...les chants, les colères. Cette langue là est celle de mon pays. Je peux la transporter partout. C’est ma langue maternelle, celle qui répondait au père de mes origines. Et depuis lors, elle est ma boussole. Pas besoin de code. Vive la GPA : exilés dès la naissance ;

              • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 16:41

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                C’est ma langue matérielle aussi mais je ne m’en contente pas.

                Ma mère dans sa matrice en était tellement cloîtrée à cette langue qu’elle n’a rien réussi. 
                Et si on parlait en flamand ou en anglais... cela changerait l’ambiance ?
                Pendant des années, j’ai été relié aux Pays Bas.
                Cela veut dire que ces deux dernières langues permettaient des échanges bien plus fructueux.

              • Rako, soutien de Macron qui ose nous parler d’éthique.... Enfin,... iL a de quoi écrire jounalière« ment ».


                • Dom66 Dom66 31 juillet 20:56
                  Comme le sujet est sérieux...je commente :

                  Moi cette histoire de Baudouin, voila

                  C’est Baudouin qui va a Londres et qui est avec la reine en calèche, tirée par deux magnifiques chevaux.

                  Un cheval lâche un pet assez bruyant, et la Reine choquée dit « excuse me I’m sorry”

                  Et là le roi baudouin dit : Et bien, je pensais que c’était le cheval”


                  Nabila … j’ai tiré sur un Boudin avec mon arc



                  • Tall Tall 1er août 20:10

                    @Dom66

                     
                    Cette histoire est sujette à débat : car si la reine s’excuse, n’est-ce pas justement parce qu’elle a pêté en même temps que le cheval ? Et dans l’espoir de faire porter le chapeau à ce brave cheval pour l’odeur ?

                  • popov 5 août 14:54

                    Huile frites martens, quel beau nom pour un premier ministre belge !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès