• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le Brexit, 2 ans après 1/2 : aucun impact sur la croissance

Le Brexit, 2 ans après 1/2 : aucun impact sur la croissance

Avant le référendum, ses opposants annonçaient parfois des conséquences désastreuses pour l’économie britannique en cas de Brexit. Après, beaucoup se sont bercés d’illusion en annonçant son mauvais impact sur l’économie. Las, les derniers chiffres de croissance confirment que le Brexit n’est pas une catastrophesauf dans l’esprit particulièrement biaisé d’Eric Albert, du Monde.

 

Mieux que la France, dans la moyenne de l’UE
 
0,4% de croissance au second trimestre de cette année, après 0,2% au premieralors que la France ne réussit pas à dépasser 0,2% depuis deux trimestres, un niveau proche de la moyenne de l’UE. L’impact soit-disant désastreux du Brexit tarde décidément à se matérialiser, plus de deux ans après le vote des britanniques, ridiculisant les prévisions dramatisantes de bien des Bremainers. Si certains média rapportent les chiffres de croissance de manière assez neutres (en omettant de rappeler les chiffres de la croissance en France), le Monde a du convoquer une comparaison peu courante avec les chiffres du premier semestre pour trouver un angle négatif et ne pas trop se déjuger
 
En outre, le Monde oublie de préciser la performance du reste de l’UE par rapport aux précédents premiers semestres : en fait, c’est toute l’UE dont la croissance a faibli dernièrement, en partie du fait de la hausse du prix du pétrole, qui déteriore la balance commerciale. La légère baisse de la croissance outre-Manche n’est pas liée au Brexit, mais à un contexte plus global et les chiffres britanniques ne se sont pas véritablement déteriorés depuis deux ans. Bien sûr, les opposants au Brexit ne reculent devant rien et se raccrochent au moindre détail pour tenter de nourrir leur histoire, mais avec le temps, leurs fadaises n’en deviennent que plus visibles : les britanniques ne souffrent pas de leur choix.
 
Bien sûr, le FMI vient de publier des prévisions alarmistes annonçant que le pays pourrait perdre 4% de sa richesse nationale en cas de Brexit dur. En effet, on pourrait imaginer que le contexte du Brexit pénalise les investissements des entreprises qui souhaitent utiliser la Grande-Bretagne comme une base de production pour l’ensemble de l’UE. Cependant, la désindustrialisation massive du pays, son absence de la zone euro (créant un risque de change), et sa faible compétitivité par rapport à d’autres pays de l’UE limitent probablement les risques. L’impact de la baisse de la livre a été équilibré, favorisant les exportations et ne pesant que temporairement et modérément sur les prix.
 
La question qui se pose est ce qui va se passer demain. D’abord, avant la sortie, l’effet du Brexit à venir ne pourrait-il pas au contraire favoriser la croissance outre-Manche ? Après tout, un phénomène de stockage pourrait avoir lieu, comme le note The Economist, et certaines entreprises pourraient augmenter leur capacité de production locale pour pouvoir réagir à des barrières douanières plus élevées pour les produits venus de leurs filiales étrangères. Une sortie dure me semble incrédible tant l’Allemagne et la France ont à perdre avec leurs excédents commerciaux avec Londres. Et il ne faut pas oublier que les pertes britanniques seraient compensées par les gains de baisse d’importations…
 
 
Plus probablement, une sortie négociée et peu perturbante pour le monde des affaires sera l’issue des négociations, tant les pertes potentielles de l’UE sont importantes. Du coup, comme avant la sortie, l’après sortie de l’UE devrait à nouveau contredire les prévisions ridicules de ses opposants, qui n’auront gagné qu’une chose en passant : ridiculiser leur cause.

Moyenne des avis sur cet article :  3.53/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 18 août 10:00

    En effet pas d’explosion du Royaume Uni..sinon mieux que la France en économie..

    Faut dire qu’au pays des « Lumières » la connerie bat son plein.... smiley

    • cyborg 18 août 10:49

      Le Brexit se passe des « divisions de réserve du capital » chères à la gauche :
       
       
      https://francais.rt.com/economie/53389-tragedie-brexit-salaires-augmentent-royaume-uni-compenser-baisse-immigration


      • velosolex velosolex 18 août 22:38

        @cyborg


        Deux copiés collé croisés, que j’ai pris sur le net ce jour qui donnent une image en instantanée surprenante : L’ouverture des frontières joue à fond pour l’opportunisme fiscal, et casse toute prétention sociale des travailleurs qu’elle met en concurrence. Contrairement à ce qu’on attendait, ils augmentent en Angleterre. Par contre en france....


        .Les salaires augmentent en angleterre, à cause de la pénurie de main d’oeuvre, alors qu’en france, les patrons de restauration, en panne de personnel,( les salaires pratiqués dans la branche expliquant cette crise), font le pressing sur le gouvernement afin de donner des permis de travail à des réfugiés corvéables et exploitables à merci.
        N’y a t’il pas meilleure preuve que l’europe actuellement joue contre les peuples qui lui appartient...La loi du marché


        • gardiole 18 août 11:51
          Pour le moment, il n’y a pas de Brexit. Il y a eu un référendum qui a tranché dans le sens du Brexit. Les négociations sont en cours. Mais il n’y a pas encore de mesure concrète, tout ce qui concerne les rapports GB-UE se passe encore comme avant le vote. Pourquoi donc la GB devrait-elle être en récession ?
          Le fait qu’elle n’y soit pas montre plutôt que les milieux d’affaires sont optimistes. A tort ou à raison, on le saura une fois le Brexit effectivement en vigueur.

          • Fergus Fergus 18 août 15:55

            Bonjour, gardiole

            Voilà effectivement un article traité sur le ton du comique ! smiley

            Et pour cause : comme vous le soulignez, le Brexit n’a pas encore eu lieu.

            En réalité tout va se jouer dans les quelques mois qui nous séparent de la fin mars 2019. C’est à ce moment-là seulement que l’on pourra commencer à mesurer les effets du Brexit, tant pour le Royaume-Uni que pour l’Union Européenne.

            Faire comme si les choses étaient d’ores et déjà connues et figées n’a strictement aucun sens !


          • samy Levrai samy Levrai 18 août 16:41

            @Fergus
            Tu as raison, la catastrophe annoncée qui devait tuer l’économie anglaise n’ayant pas eu lieu comme prévu directement apres le vote en cas de victoire du Brexit, il est de bon ton pour les europeistes de dire qu’il faille attendre pour voir... plus on attend moins on voit de catastrophe pour le RU venir... Par contre on sait que si le RU ne paie pas les 40 milliards d’euros de la periode fiscale europeenne, l’UE entre en defaut de paiement et devra s’appliquer les « reformes » qu’elle applique aux peuples europeens...


          • Fergus Fergus 19 août 09:25

            Bonjour, samy Levrai

            Je m’interroge sur vous : pratiquez-vous la divination dans le marc de café ? ou bien êtes-vous adepte de la méthode Coué ?

            Personnellement, je n’ai pas la moindre idée de ce qui sortira du Brexit lorsque ses effets s’en feront réellement sentir. C’est pourquoi j’admire les gens pétris de certitudes.


          • izarn izarn 19 août 10:10

            @gardiole
            Il ne se passera rien, ni en bien ni en mal.
            Au fait, nous importons quoi de GB ?
            Cela touche surtout les mouvements de capitaux. Et cela n’a pas grand chose à voir avec l’euro, ni l’UE...Cela existait avant.
            Mais aussi probablement les constructions aerospatiales et l’armement. La aussi Airbus et Arianespace n’ont pas attendu l’euro, ni l’UE....
            Bref le Brexit c’est de la foutaise, hormis le fait politique de construire une Europe qui élimine la souveraineté des états-nations, à l’avantage des USA.
            C’est tout...
            Faut voir le degré de délire de cette histoire : Donc l’UE signe un traité de libre échange avec le Canada et refuserait de le faire avec la GB ? smiley
            Une histoire de fous ! C’est justement à ça qu’on les reconnait !


          • samy Levrai samy Levrai 19 août 10:45

            @Fergus
            Je pratique seulement l’analyse, je regarde ce que l’UE a apporté, ce qu’elle coûte, donc ce qu’il y a à perdre... Puis je regarde les échanges et je vois qui y gagne pour l’instant et qui gagnera à terme...


            Je ne suis pas dans la croyance, ce truc est plutôt tiens, moi je me cantonne aux faits ...
             le RU est contributeur net, ce qui veut dire que l’UE aura beaucoup moins et le RU beaucoup plus ... est ce que tu suis ou je t’ai deja perdu ? 
            Au fait qu’est ce que l’UE nous a apporté ? qui dirige l’UE ? pourquoi l’UE est elle telle qu’elle est ? 


          • Doume65 20 août 12:40

            @gardiole

            « Pourquoi donc la GB devrait-elle être en récession ? »
            Parce que c’est ce qu’avaient annoncé tous les « spécialistes ». Et ils n’attendaient pas pour cela que le brexit soit effectif. Pour eux, le lendemain du vote, le RU était mort, rayé de la carte, aussi explosé que si l’armée américaine était passée par là.

          • JulietFox 18 août 15:17
            2006 1£ = 1.42 €
            2018 1£= 1.12 €
            Beaucoup d’Anglais de ma cambrousse fichent le camp, car les pèncheuns" ont fait plouf !
            Vive le brexit ?

            • samy Levrai samy Levrai 18 août 15:55

              @JulietFox

              Bah une livre vaut toujours une livre en Grande Bretagne, si les retraités depensent à nouveau leur pension en GB , yasuperbon le Brexit, il est par contre tres mauvais pour l’UE... Au fait si les anglais ne paient pas, l’UE sera en defaut de paiement.
              Yabon Brexit pour la GB Yapabon pour l’UE !

            • Fergus Fergus 18 août 16:02

              Bonjour, JulietFox

              Même chose en Bretagne où pas mal de Britanniques installés là ont été contraints de retourner au Royaume-Uni.


            • samy Levrai samy Levrai 18 août 16:34

              @Fergus
              excellente nouvelle pour le RU !


            • Alren Alren 18 août 17:18
              @samy Levrai

              si les retraités dépensent à nouveau leur pension en GB , yasuperbon le Brexit

              C’est clair ! Comme il est vrai que les ennemis du brexit annonçaient une spéculation hostile de la haute finance dès le résultat du référendum et qu’ils parlent maintenant que cette spéculation aura lieu quand le brexit sera effectif.

              Or le propre des spéculateurs est de régir si possible avant tout le monde. S’ils n’ont pas bronché après le référendum, il n’y a aucune raison qu’ils flairent une bonne affaire en jouant contre la livre quand le brexit sera effectif.

              Si la livre baisse un peu ce n’est pas une catastrophe : on sait que le cours de l’euro est trop élevé et pénalise la France et les États du sud de l’UE. Sa baisse serait un bienfait sauf pour l’Allemagne dont la balance commerciale est excédentaire.

            • cric 19 août 07:58

              @JulietFox



              Vive le Frexit.

              L’Europe est mortifère.

              Sauf pour les banques.



            • izarn izarn 19 août 10:15

              @JulietFox
              C’est curieux vous ne parlez pas de la crise de 2008...


            • vesjem vesjem 19 août 16:06
              @JulietFox
              t’en connais sans doute beaucoup , je le subodore

            • vesjem vesjem 19 août 16:07
              @fergus

              t’en connais sans doute beaucoup , je le subodore

            • Clouz0 Clouz0 18 août 17:14

              Selon les derniers sondages, le vote, si il avait lieu actuellement, serait totalement inversé avec 53 % pour rester dans l’Europe. Et cette tendance ne fait que progresser.


              On se demande pourquoi les britanniques auraient changé d’avis si l’avenir leur paraissait si prometteur que cela. 

              Rien n’est encore fait, et, vu la complexité extraordinaire des problèmes qui restent à résoudre, des surprises sur le déroulement du brexit ne sont pas à exclure.


              • samy Levrai samy Levrai 18 août 17:24

                @Clouz0
                Tu n’as pas remarqué que les sondages donnaient le Remain gagnant jusqu’au bout... Tu n’as pas remarqué non plus que tant que tu ne votes pas OUI tu es condamné a revoter mais par contre une fois que tu as dit oui c’est pour la vie...

                Tes sondages sont faux, j’ai vu l’exacte contraire il n’y a pas si longtemps, le Brexit l’emporterait de beaucoup plus que la première fois.
                Le probleme est europeen, l’UE perd un contributeur net et ça ça fait vraiment mal ( pas du tout au RU qui va avoir une dizaine de millards de plus pour lui meme. D’où les courses de poulet sans tete qui sont regulierement organisé au sein de l’UE

              • cric 19 août 08:16
                @Clouz0


                On se demande pourquoi les britanniques auraient changé d’avis si l’avenir leur paraissait si prometteur que cela.


                Avec de la réclame, on réussit même à vendre de la merde...
                Pire, on peut même faire voter Macron...


                Pour les laquais, les courtisans, les collabos, cela s’appelle de la communication...
                Si vous n’êtes pas de cet avis, vous êtes victime de la désinformation, ou vous etes un vilain complotiste.


                Comme a dit la scélérate :
                « En France on ne fera pas la bêtise de faire un référendum... »




              • cric 19 août 08:20

                @cric



                Citation exacte :
                Nous ne ferons pas l’erreur de Cameron, nous ne ferons pas de référendum sur la sortie de l’Europe”


                C’est beau comme la démocratie.



              • samy Levrai samy Levrai 20 août 10:16

                @Clouz0
                La GB est passé devant la France en PIB... 

                ne decouvres tu que maintenant que nous n’avons plus d’industrie que la GB, l’Italie, l’Espagne,... non plus ? quelles en seraient les raisons ? 

              • Doume65 20 août 12:49

                @Clouz0

                « Selon les derniers sondages, le vote, si il avait lieu actuellement, serait totalement inversé »
                Tu as un lien STP ?

              • velosolex velosolex 18 août 22:55

                Le Brexit. Faut il vraiment se réjouir ?Je ne crois pas qu’il faut exulter. 

                Si ça marche en Angleterre, ce sera sur le développement d’un marché jouant sur la non imposition des entreprises, et un effet dumping par rapport au reste de l’Europe. 
                On connait assez les anglais pour savoir qu’il vont chercher à diviser à tirer leurs billes en exploitant sans doute, le statut de l’Irlande du nord, appartenant à la fois à l’Europe et au royaume uni. Il est fort possible que les states leur donne un sérieux coup de main, leur intérêt étant de couler l’Europe, qui leur fait du tort avec sa monnaie. Alors le pays le plus susceptible de se faire la malle après , c’est l’Italie. 
                Ce serait alors la fin de l’europe, car elle ne résisterait pas à la disparition d’une autre économie forte...Reviennent les frontières nationales ?...Le problème c’est que l’impact déstabiliserait toutes les économies d’échange, avec une tentation de suivre le modèle de l’Angleterre, dans une sorte de danse du ventre, pour attirer les capitaux. Car bien sûr le survivant dans cette histoire serait encore une fois le capitalisme, au milieu des ruines. Je ne donne pas cher de notre peau face aux géants. 

                • zygzornifle zygzornifle 19 août 09:16

                  Pour les Roast-beefs l’UE c’est le vieux incontinent ....


                  • Zord Zord 20 août 08:38

                    Peux-être que la croissance aurait été meilleure sans le vote pour le Brexit, on ne peut donc pas affirmer qu’il n’y a pas eu d’impacts. 


                    • generalchanzy 20 août 15:13
                      Parce que vous croyez que les membres du gouvernement britannique passent leurs journées à discuter des relations avec l’UE ?

                      Térésa May a déjà engagé des discutions commerciales (entre autre) avec beaucoup de pays, que ce soit en Afrique ou sur d’autres continents.

                      L’UE ne représente qu’une (petite ?) partie des préoccupations britanniques.
                      « Bruxelles » peut toujours trépigner, ça ne changera rien.

                      Aujourd’hui, ils sont indépendants.

                      Et vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès