• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le Brexit, 21 mois après, partie 2

Le Brexit, 21 mois après, partie 2

Même si elle soutient que « le Brexit veut dire Brexit  », finalement, contrairement à ce que bien des médias soutiennent, en choisissant une sortie au ralenti, Theresa May opte finalement pour un Brexit doux, avec une longue période de transition. Mais le chemin pris par Londres, par le biais de l’article 50, devrait-il nous servir d’exemple ou de contre-exemple pour le cas Français ?

 

Des limites de l’article 50
 
Dans le cas de la Grande-Bretagne, qui avait déjà un pied en dehors de l’UE (notamment d’un point de vue monétaire ou de Schengen), et dont la direction politique, très oligo-libérale, est finalement proche de celle de l’UE, une sortie lente et douce peut avoir du sens. Après tout, les britanniques ne voulaient pas tout changer. Ils voulaient reprendre le contrôle de leur politique migratoire, après l’effarant épisode des migrants de 2015, et avaient soif de démocratie et d’indépendance de cette construction européenne dont les médias locaux, eux, ne manquent pas de souligner toutes les limites. Finalement, l’urgence n’est que relative pour Londres, le calendrier ayant en fait peu d’importance.
 
Cela explique sans doute l’acceptation assez aisée de ce calendrier à ralonge par les partisans de la sortie de l’UE : 9 mois pour démarrer la procédure, 24 mois de procédure et déjà 21 mois de période de transition, soit a minima, plus de 4 ans pour finalement pleinement sortir de l’UE depuis la décision du référendum. Et encore, il n’est pas sûr que la période de transition, qui ne se terminera que fin 2020, ne soit pas prolongée d’une manière ou d’une autre. Après tout, sur l’immigration, sujet crucial du référendum, la Grande-Bretagne, déjà en dehors de l’espace Schengen, peut déjà faire beaucoup depuis le début, d’autant plus qu’elle est une île, isolée des frontières passoires de cette UE.
 
Il y a plus de cinq ans, j’avais déjà débattu de la question de la procédure de sortie de l’UE, évoquant « la fausse bonne idée de l’article 50 », puis revenant sur le sujet au printemps 2013. Il y a un an, à la lumière du début du Brexit, j’avais confirmé mon opinion, à savoir que cette procédure est beaucoup trop lente et qu’il n’y avait pas de sens à hypothéquer près de la moitié d’un mandat sans pouvoir changer grand chose, tout cela parce que l’on placerait le fétichisme juridique avant la légitimité démocratique. La France n’est pas une île, et n’a plus sa monnaie, donc elle s’exposerait à tous les inconvénients du Frexit, aussi temporaires et limités soient-ils, sans en avoir le moindre avantage…
 
Cette période de transition n’aurait pas le même sens, et le scandaleux précédent du traité de Lisbonne, cette copie du TCE ratifiée en 2008, malgré le « non » du référendum de 2005, pousse au contraire à un changement immédiat, comme les démocraties fonctionnelles doivent le permettre. Ne serait-il pas ubuesque d’imaginer un Asselineau président patientant deux ans pour revenir au franc, mettre en place une politique protectionniste ou revenir à un vrai service public ferroviaire, se contentant de maintenir en place l’essentiel des politiques de ses précédesseurs pendant deux ans, au nom de l’article 50 ? Jacques Sapir, dans une série de papiers remarquables, l’avait bien compris.
 
 
Qui plus est, pourquoi cette UE, qui impose des décisions lourdes immédiates aux peuples (ces retraités Grecs, qui ont perdu près de la moitié de leur pension), ne devrait-elle pas, elle-aussi, devoir s’adapter immédiatement à la décision démocratique d’un peuple ? N’est-ce pas le propre de la démocratie de faire primer la volonté populaire sur les règles du passé ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 6 avril 09:30

    Le Brexit...une bien belle réussite des Anglais, qui font la nique à la France des peureux esclaves de l’Allemagne comme en 40 sous Pétain !


    • Fergus Fergus 6 avril 11:40

      Bonjour, bob14

      « une bien belle réussite des Anglais, qui font la nique à la France »

      On en reparlera en 2020 ou 2021, lorsque les effets seront connus. Actuellement, c’est le stand-by qui prédomine dans les milieux d’affaires, au moins jusqu’aux mois qui précéderont la sortie officielle de mars 2019. Dès lors, toutes les prévisions reposent sur du vent  !


    • bob14 bob14 6 avril 12:10

      @Fergus.....C’est tout vu..les Anglais savent réagir..sont pas endormis comme en France toujours sous la coupe de l’Allemagne..y a de quoi avoir honte d’être français non..vous ne savez pas que la guerre 39/45 est finie ?


    • zygzornifle zygzornifle 6 avril 10:58

      Beaucoup de Français en ont rêvé, les Anglais eux on fait la quenelle et le doigt a l’Europe , bientôt May retroussera sa robe et montrera son cul aux dirigeants Européens ....



      • Fergus Fergus 6 avril 11:43

        Bonjour, zygzornifle

        « bientôt May retroussera sa robe et montrera son cul aux dirigeants Européens »

        Pour se la faire mettre bien profond, comme le craignent certains analystes économiques du Royaume-Uni ? smiley


      • zygzornifle zygzornifle 6 avril 14:07

        @Fergus
         

        La Grèce fournira l’huile de lubrification , elle en connait un rayon sur la sodomisation par l’UE .....

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 avril 16:02

        @zygzornifle

        Les grecs ne peuvent s’en prendre qu’à eux-même.

        Pendant des décennies ils ont été avertis que leurs déficits ne seraient pas financés éternellement, alors pas la peine de les plaindre, ils ne font que subir les effets de leurs propres décisions.

      • zygzornifle zygzornifle 6 avril 17:27

        @Mmarvinbear

        Je ne plains pas les Grecs (sauf le peuple qui lui en a pris plein la gueule par la faute de ses gouvernements successifs ) comme je ne plains surtout pas ceux qui ont veautés Macron et qui maintenant viennent chialer cheminots CGT en tete , ils ont voulus du changement ils l’ont .....

      • Alren Alren 6 avril 20:17

        @zygzornifle

        D’où prenez-vous que les cheminots CGT ont voté Macron au premier tour ?
        Moi, je pense plutôt aux cheminots CFDT !

        Les cheminots grévistes ne « chialent » pas, monsieur : ils luttent et plutôt bien !


      • zygzornifle zygzornifle 7 avril 08:18

        @Alren

        C’est vrai la CGT a appelé juste a ne pas veauter Le Pen ce qui veut bien dire d’aller veauter Macron , hormis certaines antennes comme en Bretagne ou elle a dit clairement d’aller Macronner ....



      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 6 avril 11:01

        les traités cessent d’être applicables à l’Etat concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2

        On n’est pas obligé de poiroter deux ans, l’article 50 ne l’impose en rien


        • Parrhesia Parrhesia 7 avril 07:59
          @La Voix De Ton Maître
          Les anglais, en véritables experts du Commerce International qu’ils sont, se donnent le temps avec brillo et grâce à l’article 50, d’aménager les accords commerciaux et autres dispositions générales qui leurs seront favorables ...
          Ils ont profité de l’Euro sans entrer véritablement dans l’Europe ; Ils profiteront du Brexit sans en sortir véritablement !!!

        • Parrhesia Parrhesia 7 avril 08:06
          @Parrhesia
          Mille excuses : lire : « Ils ont profité de l’Europe... »
          ... Encore qu’ils aient profité également de l’Euro...

        • Alcyon 6 avril 11:02

          Purée que les eurosceptiques sont lourds et chiants. Dis, gamin, si la Grande-Bretagne avait décidé de sortir rapidement, elle pouvait le faire sur 2 ans, le temps de terminer les accords en cours (tu sais, quand tu signes un bail, tu le respectes jusqu’au bout où tu paies les pénalité associées à sa rupture).


          Mais même quand elle ne le fait pas, tu arrives à le justifier comme un bon pro-brexit. C’est quand même énorme d’entendre des kikoolols expliquer que non, il faut tout casser et ne pas respecter les accords signés, car lolilol : pas envie.

          Mais se plaindre du respects des lois, c’est quand même être un imbécile qui ne comprend pas le principe de séparation des pouvoirs. Non le peuple n’a pas à décider si son état respecte les termes d’un accord qu’il a signé avec d’autres états. La démocratie ce n’est pas « on fait ce qu’on veut ».

          • Tom France Tom France 6 avril 14:22

            Oui mais quels autres moyens pour sortir de ce merdier européiste ??? Je crois surtout qu’il faut de la patience pour tout dans la vie, surtout pour des choses aussi sérieuses et que ce n’est pas en allant trop vite qu’on y arrivera ! Pour le reste, je suis partisan d’un rallongement du mandat présidentiel à 7 ans, comme avant parce qu’avec seulement 5 ans (4 aux US), le président en fonction n’a pas assez de temps pour faire vraiment quelque chose (déjà qu’il n’a plus aucun pouvoir aujourd’hui).


            • Fergus Fergus 6 avril 17:33

              Bonjour, Tom France

              « je suis partisan d’un rallongement du mandat présidentiel à 7 ans »

              L’horreur ! Imaginez 7 ans de Sarkozy ou de Hollande, l’un agité pour faire croire à de l’action, et l’autre constamment mollasson ! En réalité deux velléitaires dont les mandats resteront comme les pires de la Ve République (pour Macron, on ne sait pas encore).

              En fait, un quinquennat est largement suffisant pour engager de nombreuses réformes. S’il tient le rythme de ses contreréformes, Macron devrait avoir atteint l’essentiel de ses objectifs de détricotage des acquis sociaux en 3 ans ! Si le peuple de France le laisse agir...


            • @Fergus

              Et moi je voterai pour Saturnin cette fois-ci, et toi tu revoteras pour lui ?


            • Tom France Tom France 7 avril 13:27

              @Fergus
              L’horreur, oui et non, disons que cela poussera peut être davantage à l’action à cause justement d’un excès de ras le bol. Parce que qu’avec seulement 5 ans, ils se disent que c’est rapide, ce qui est le cas et compte s’aveugler avec un « changement » rapide à la tête de ce qui reste de l’état !


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 avril 16:05

              Ils voulaient reprendre le contrôle de leur politique migratoire


              Mais ils ont toujours eu le contrôle de leurs frontières !

              C’est un des gros mensonges des partisans du Brexit, faire croire que Bruxelles leur disait quoi faire alors que l’ UE n’a aucune compétence en la matière.

              C’est comme pour les hôpitaux. Ils ont gagné en disant qu’avec la cotisation annuelle du RU ? ils renfloueraient le système médical anglais.

              Une fois le vote « non » choisi, ils ont admis avoir menti en long, en large et en travers sur la question.

              Pas un sou de plus pour le NHS.

              Bien fait pour ces cons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès