• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le Brexit, c’est bien le début de la fin pour l’UE

Le Brexit, c’est bien le début de la fin pour l’UE

Cette semaine, Theresa May a précisé son plan pour le Brexit. Encore une fois, les euro-fanatiques ont tout faux. Après avoir prévu un cataclysme économique en cas de défaite au référendum, qui n’est pas venu, ils espéraient un contournement du peuple, ou, au pire, un Brexit a minima où Londres conserverait une grande partie du marché unique. Encore raté ! C’est une vraie rupture.

 

Le grand démontage a bel et bien commencé
 
A dire vrai, le problème est insoluble pour les euro-fanatiques, si intoxiqués par leur foi qu’ils ne parviennent pas à voir leurs propres limites. Bien sûr, l’UE a réussi à piétiner plusieurs votes populaires (notamment celui sur le TCE en France et aux Pays-Bas), mais celui du peuple britannique n’a pas été contourné et Londres nous donne ainsi une leçon de démocratie. Ce faisant, ils ont une nouvelle fois démontré leur caractère aussi totalitaire que snob. Et, oubliant qu’en ayant gardé son arme monétaire et refusé les camisoles budgétaires européennes, Londres pouvait stimuler indépendamment son économie, ils n’ont pas vu venir la relance post-référendum qui ridiculise leurs prévisions économiques.
 
Dans un second temps, ils ont espéré un Brexit mou, façon synthèse hollandienne, où, pour garder la liberté de circuler des capitaux et le passeport bancaire de ses banques, Londres aurait accepté de conserver les autres grandes « libertés » de circulation, y compris des personnes. Sauf que Theresa May vient de tuer ce scénario en annonçant que la Grande Bretagne quitterait logiquement le marché unique. Ne reste plus que les menaces aux euro-fanatiques, qui essaient de se faire menaçants sur la fermeture du marché unique à Londres en rappelant que la moitié des exportations britanniques vont vers l’Union Européenne. Mais cet argument trop entendu est tout aussi ridicule que peu crédible.
 
En effet, si Londres exporte vers l’UE, elle importe bien plus (22,8 milliards contre 14,1 en novembre). Si l’UE fermait son marché unique, Londres pourrait répliquer et vu son déficit commercial, c’est l’UE qui a bien plus à perdre : les constructeurs automobiles allemands en font des cauchemars. Et même si Londres perdait un accès privilégié au marché unique, l’alternative n’est guère inquiétante, tant l’UE est un marché ouvert à toutes les importations de la planète (les pneus ou l’acier Chinois y rentrent, contrairement aux Etats-Unis). Bruxelles pourrait-elle moins bien traiter Londres que le reste du monde, au risque de déclencher une guerre commerciale où elle a bien plus à perdre ?
 
Bruxelles se retrouve devant un dilemme insoluble. Un Brexit qui se passerait mal ne redorerait sans doute pas son image, la faisant apparaître comme anti-démocratique, créatrice de tensions, et curieusement protectionniste. Mais s’il se passe bien, alors, d’autres pays pourraient avoir la tentation de suivre la Grande-Bretagne et ainsi accélérer la fin de l’UE. La seule issue pour eux serait un démantèlement du Royaume Uni, avec une Ecosse indépendante qui rejoindrait l’UE, mais il est probable que l’Espagne ou l’Italie ne goûtent guère un tel scénario, à supposer que les Ecossais optent eux aussi pour la séparation. Bref, pile, l’UE perd, face, elle est perdante… Le Brexit, c’est le début de la fin.
 

En fait, les euro-fanatiques sortent complètement démonétisés par le Brexit. Les voir se réjouir que Glasgow puisse faire sécession, après avoir envisagé de refuser le verdict britannique, montre leur caractère profondément totalitaire : la démocratie ne leur convient que quand elle va dans leur sens et ils sont toujours prêts à la remettre en cause dans le cas contraire. Le retour de bâtons ne fait que commencer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 23 janvier 10:22

    Pourquoi, quand on parle de politique, j’ai toujours l’impression d’être avec un tas de supporters de foot qui ont le QI d’une huître en état de décomposition avancée ?


    Vous commentez des choses sur lesquelles vous n’avez aucune emprise, que vous ne comprenez pas, et vous prenez parti avec férocité en défendant votre point de vue. Point de vue élaboré à partir de discussions dignes du café du commerce avec vos collègues et votre famille, et à partir des âneries que les médias vous racontent.

    Je vais vous poser des questions simples : qu’est-ce que ça peut vous faire que l’Europe vole en éclat ou non ? En quoi cela vous concerne ? Quelles seraient les conséquences sur votre vie ?

    J’ai la réponse à ces question : vous ne pouvez pas le savoir. Notez l’utilisation du verbe pouvoir. Ce n’est pas dans vos capacités à moins d’avoir un bac+8 en économie politique. Ni dans les miennes d’ailleurs. Tout comme prédire l’issue d’un match de foot.

    Quand on ne comprend pas quelque chose, quand on n’a pas les moyens de prévoir l’avenir, on a tendance à établit des croyances, et à les défendre coûte que coûte. C’est à ce moment qu’on devient un moins que rien, c’est à ce moment que naissent les conflits, les idéologies, bref toute l’horreur du monde.

    Vous blablatez dans le vent pour essayer de vous rassurer, vous vous accrochez à votre croyance anti-Europe comme si la dissolution de l’Europe allait changer quoi que ce soit au monde. Comme d’autre s’accrochent à leur croyance pro-Europe. Pathétique.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 janvier 11:17

      @bibou1324

      Bonjour Biloute.

      Toute cette diatribe pour ça :
      « t’es pas mieux que les autres, 1 partout la balle au centre, na nanère » ?

      Tout le monde a ses partis pris, surtout dans une affaire aussi éminemment idéologique que l’union européenne. Vous n’en avez pas vous ?

      Peut-être êtes vous un de ces partisans « gouvernement des gens compétents qui prennent les bonne décisions », à la Macrou ou Bayrou ?

      Dans ce cas je vous rassure : vous êtes, vous aussi, un grand idéologue, l’un des pires, puisqu’il s’ignore !


    • petit gibus 23 janvier 11:21
      @bibou1324

      « Point de vue élaboré à partir de discussions dignes du café du commerce avec vos collègues et votre famille, et à partir des âneries que les médias vous racontent. »

      Ben moi j’adore les discut du café de commerce
      En quoi sont elles inférieures intellectuellement parlant
      aux discuts de nos parlementaires ?

      Je trouve plutôt qu’elles sont le sel, l’humus de nos démocratie
      Le pédantisme de certains « expert » serait il dénué de tout bon sens populaire ???? !!!!


    • capobianco 23 janvier 11:41

      @bibou1324
      « Pourquoi, quand on parle de politique, j’ai toujours l’impression d’être avec un tas de supporters de foot qui ont le QI d’une huître en état de décomposition avancée ? »

      Oui mais vous êtes là pour nous éclairer !

      Habitué du café du commerce, je sais ce que l’ue à apporté et comme des millions de « sans dent » je le vis difficilement. Donc pour répondre à vos questions je souhaite que cette institution explose et je sais que cela changera pas mal de choses. Libre à vous de laisser votre destin aux seuls bec+8 et de prendre tous les autres pour des imbéciles, c’est votre problème.

      Votre comparaison avec le foot est stupide, hier on savait, bien avant la fin du match, que le « barça » allait gagné.

      En fait vous voulez démontrer quoi qu’il faut se taire, tout accepter, ne rien prévoir, rien anticiper du fait que l’on est trop c.. sauf vous ?

       Au fait comment savez vous que la dissolution de l’Europe ne va rien changer, vous êtes bac+8 en économie ? 


    • Alren Alren 23 janvier 12:36

      @bibou1324

      Ce sont des économistes de niveau doctorat qui avaient prédit une crise économique majeure en GB après le brexit ! Alors que celui-ci a entraîné un mieux pour l’économie britannique, y compris pour l’Écosse dont les indépendantistes européistes sont devenus soudain moins bruyants.

      Pas tous les « économistes » évidemment ! Seuls ceux qui sont rémunérés comme profs dans des instituts privés ou même publics, recrutés à la condition qu’ils soient partisans du capitalisme européiste.
      Cette opinion qu’ils conservent contre vents et marées, largement irrationnelle malgré le « bac + 8 », est motivée par le fait qu’ils se vivent comme profitant globalement du système, du bon côté de la barrière.

      Alors que ce système est en train de tuer la planète où ils vivent et où vivront leurs descendants.

      Qui sont les « intelligents » dans cette situation ?


    • Ar zen Ar zen 23 janvier 13:58

      @bibou1324

      Vous savez, il suffit de savoir lire pour comprendre. Je vous invite à lire les GOPE pour connaître de quelle manière le modèle social français va passer à la trappe. Je pense que vous connaissez le droit du travail. Je pense que vous connaissez la sécurité sociale. Je pense que vous connaissez le système français de retraite par répartition. Avec l’UE tout ça s’arrête. Pas la peine d’avoir bac +8 en économie. D’ailleurs, je vous signale que de nombreux bac +8, des prix Nobel d’économie, sont contre le fonctionnement de l’UE qui ne fait que favoriser les puissances de l’argent au lieu de mettre au centre des préoccupations l’intérêt commun et l’intérêt général.

      Vous devriez lire, ou relire le cas échéant, « discours sur la servitude volontaire » de La Boétie. Cela ne fait pas de mal.


    • ENZOLIGARK 23 janvier 10:33

      ... Meme avec de la morphine pour toutes *** et tous a Bruxelles en grosse quantite ... , ca partirait tout en sucette disait le docteur hier ... . ... UE$A = FRANCIA = BASTA = FORA ... E CORSICA * LIBERTA SERA ...


      • Hecetuye howahkan howahkan 23 janvier 16:25

        @ENZOLIGARK

        breizh atao smiley


      • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 10:44

        voila enfin le grain de sable salvateur dans la machine Européenne dévastatrice, pourrie et suicidaire .... Messieurs les grecs prenez exemple ....


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 janvier 11:19

          @zygzornifle

          les grecs n’ont pas le même statut que le RU et n’ont pas les mêmes moyens ni la même histoire.

          au lieu d’aller vous faire voir chez les Grecs, je vous invite à regarder ce qui se passe en France.


        • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 14:04

          @Olivier Perriet


           c’est ou la France ? 

        • Trelawney Trelawney 23 janvier 12:03

          Tout d’abord, l’Angleterre n’a pas encore quitté l’UE. Donc le « cataclysme » (je cite vos mots) économique n’a pas encore commencé.Thérésa May joue les matamores à la Valls, car elle n’a pas d’autres choix pour imposer son point de vue qui est « comment sortir de l’UE sans trop de dégats pour son pays »

          L’UE qui n’a jamais été un système parfait mais qui sait que le temps joue pour lui, ne dit rien et laisse May avancer ses pionts.
          Donc l’Angleterre (je dis bien Angleterre et pas royaume uni, faut pas tout mélanger)quitte l’UE et menace de :
          -augmenter les droits de douanes
          -baisser l’IS pour attirer des entreprises
          -virer les ressortissants européens de l’Angleterre
          - mettre fin aux cotats de pèche
          Et c’est tout
          L’Angleterre quitte l’UE et l’UE met fin à :
          - les licences de transports dans l’Europe et c’est Easy jet qui quitte Londres pour ailleurs en Europeles 
          - licences bancaires en EU et ce sont les banques qui quittent la City pour Paris ou Francfort avec la Livre qui continue de chuter au passage
          - augmente les droits de douane et comme Rover est chinois au Austin est allemand, il ne mettront pas longtemps à délocaliser pour conserver leur marché européen
          -augmente le prix des visas pour ceux qui aurait envies de prendre le tunnel
          etc etc etc

          May pourra toujours crier « au secours les américains ». l’Angleterre n’est-il pas le 51ème état des USA. Mais face à un Trump qui scande « l’Amérique et les américains d’abord », je crains qu’elle ne risque pas d’être entendu
          L’UE est compliqué et pas trés social, mais un pays seul dans un système économique mondialisé ne tient pas trés longtemps. Et il vaut mieux changer l’UE que de vouloir en sortir

          • Radix Radix 23 janvier 13:16

            Bonjour Trelawney

            Enfin un commentaire intelligent sur ce sujet !

            Radix


          • velosolex velosolex 23 janvier 13:25

            @Trelawney
            Le brexit n’est compréhensible que par rapport aux décisions relevant des propres dérives de l’Angleterre, un pays qui a dérégulé plus que partout et a abandonné ses pauvres au marché et à la concurrence des polonais, entre autres. 

            Tout cela sur fond de nostalgie de l’époque où ce pays était la première puissance du monde. Difficile de redevenir un confetti, sans trouver un bouc émissaire. 
            Je reste pour ma part farouchement convaincu que l’Europe, même si elle est bien évidemment perfectible, est la seule solution pour nous en sortir ; à la condition de lui adjoindre un leadership politique, et une orientation sociale, et écologique, seule alternative à la survie. 
            D’ailleurs au test crash « trump » cet imbécile qui au moins relève le nom des empêcheurs de macquer en rond, l’Europe apparaît utile à cliver, à diviser, pour mieux mettre les pays la contenant la tête sur le billot. 

          • Ar zen Ar zen 23 janvier 13:43

            @Trelawney

            Il faut vraiment ne pas s’être intéressé au fonctionnement de l’UE pour écrire ce qui vous écrivez à savoir « il vaut mieux changer l’UE que de vouloir en sortir ».

            Quelques questions :
            - Qui a posé les règles de l’UE ?
            - Les différents peuples ont-ils été associés ?
            - Connaissez vous les GOPE ?
            - Avez vous lu l’article 48 du TUE ?

            L’UE a été voulue par les puissances de l’argent qui ont prôné leur propre intérêt. Changer l’UE est une utopie. Vous devriez vous intéresser à son fonctionnement et à sa création.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 janvier 13:57

            @velosolex
            "à la condition de lui adjoindre un leadership politique, et une orientation sociale, et écologique, seule alternative à la survie. "

            Et si personne d’autre n’en veut (NB : ce n’est plus une hypothèse, c’est réellement le cas), on fait quoi ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 janvier 06:49

            @Trelawney
            La GB est en lien avec les 56 pays du Commonwealth, juste 2 ou 3 milliards d’habitants...
            L’ immense majorité des pays du monde n’est pas dans l’ UE, et c’est la zone euro qui est l’économie la plus plombée de la planète.... , cherchez l’erreur.


            « Changer l’ UE » est un mythe que les politiques nous servent depuis 30 ans à chaque élection.
            Vous ne vous demandez pas pourquoi une fois élus, rien ne change ?

            Parce que cela ne dépend pas du Gouvernement français.
            Cela dépend les 26 autres Gouvernements.
            Les Traités ne peuvent être modifiés que par l’avis unanime des 27 pays.
            Comme ils sont divisés sur tout, vous pouvez toujours attendre ... !!


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 janvier 06:59

            @velosolex
            Et pourquoi rien ne change en Europe, sinon en pire ?

            Parce que les 27 pays sont divisés sur tout :
            - Sur les travailleurs déplacés, les 11 pays de l’ Est sont pour.
            - Sur les paradis fiscaux, l’Irlande et le Luxembourg sont pour.
            - Sur l’ OTAN, plusieurs pays de l’ Est sont pour.
            - Sur les euro bonds, les pays du nord de l’ Europe ne veulent pas payer pour les pays du sud.
            - Sur les migrants, Schengen, les frontières, il y a désaccord.
            - Sur l’ Ukraine et les sanctions contre la Russie, il y a désaccord aussi...


            Où allez-vous trouver l’unanimité indispensable pour changer les Traités ?
            Article 48 du TFUE :
            "Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives."

          • velosolex velosolex 23 janvier 13:17

            Dés le lendemain du vote, pas très majoritaire d’ailleurs, et qui montre bien le clivage en Angleterre, j’ai été très réservé,comme beaucoup, sur la suite qui sera donné à cette affaire.

            Prendre les choses au pied la lettre, et croire qu’ils vont prendre la porte en n’essayant pas de partir avec leurs meubles est très naïf. 
            S’ils n’y parviennent pas, nul doute que de tergiversation en tergiversation, L’UK restera dans l’UE....

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 janvier 07:06

              @velosolex
              « Theresa May a annoncé un plan de relance industriel, du jamais vu depuis 30 ans »
              En somme, 11 millions de Français sans emploi grâce aux délocalisations permises par les Traités, vous laissent de marbre... , allez plutôt expliquer vos thèses dans les bureaux de Paul Lemploi, vous serez bien reçu !


            • Ar zen Ar zen 24 janvier 08:11

              @velosolex


              Observez ce qu’il se passe. La GB n’a pas encore annoncé « officiellement » sa volonté de sortir de l’UE par l’article 50. Nous sommes d’accord.
              Pourtant, lors du dernier conseil européen à Bratislava, la GB était absente.

              A Genève, il y a quinze jours, s’est tenue une conférence sur Chypre en présence de Jean Claude Juncker, et de Mme Fédérica Mogherini, haut représentante de l’UE pour la sécurité. C’est cette femme qui représentait les ministres des affaires étrangères de toute l’UE. Pourtant, un certain Boris Johnson, ministre des affaires étrangères de la GB, participait à cette conférence de Genève.

              Vous avez ainsi deux exemples qui montrent que l’UE considère déjà la GB comme hors UE. Sinon quelle explication donner à ces deux situations ? 

            • JL JL 24 janvier 08:24

              @Fifi Brind_acier
               

               Mais oui, il sera bien reçu : vous voulez mettre les employés de Paul au chômage !?
               
               smiley

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 janvier 09:31

              @JL
              Vous répondez à quoi ?


            • JL JL 24 janvier 09:39

              @Fifi Brind_acier
               

               oups ! erreur d’aiguillage. Mille excuses à Laurent Herblay.

            • De Bredevan marc (L'INFOTOX) De Bredevan marc (L’INFOTOX) 23 janvier 16:25

              En complément de cet article et pour contribution au débat, lisez aussi cet article publié sur AgoraVox le 15.11.2016 dont le titre était : Brexit, des lendemains qui chantent. Lien direct : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/brexit-des-lendemains-qui-chantent-186548


              • Alainet Alainet 23 janvier 23:52

                - Hors du marché unique UE, point de salut ? Vous sous-estimez les Anglais et ce pays n’est pas la Grèce ! Je vous signale également que dans l’autre Europe dont nos eurocrates évitent de parler parce qu’ils se portent beaucoup mieux que cette UE mortifère qui a tout échoué - l’AELE - ces 4 pays (Suisse, Norvège, Islande..) ont 1 classement IMD (croissance) et IDH (indice du développement Humain ), qu’envieraient tous leurs voisins UE , mais pas seulement. Chaque pays garde sa monnaie, ses frontières, sa souveraineté, ses lois mais multiplie les accords de libre-échange. La GB en a fait partie au début (1960 traité de Stockhlom ) avant de choisir le Marché Commun.. mais rien de l’empêche d’y revenir..
                https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/classement-2016-publie-limd-competitivite-mondiale-prouve-faussete-de-propagande-europeiste
                https://www.populationdata.net/palmares/idh/


                • Gogonda Gogonda 23 janvier 23:54
                  Quand ce qui est sensé unir, divise...


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 janvier 07:16

                    @Gogonda
                    L’UE n’a jamais eu la prétention d’unir...
                    La construction européenne est née de la volonté des USA de soumettre les pays européens après la guerre, en mettant en place le programme économique d’Hitler , pour le plus grand bonheur de la finance et des multinationales...

                     Une zone économique européenne
                     sans frontières
                     sans barrières douanières
                     un marché unique,
                     une politique agricole commune,
                     la relocalisation des usines au plus rentable,
                     un taux fixe entre les monnaies,
                     et l’idée que plus cette zone économique de libre échange est large et plus elle aura de poids pour négocier dans le commerce international.




                  • ENZOLIGARK 24 janvier 07:12

                    ... , ... mais pas celle des magouilles financieres et bancaires ... . ... TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE # [ Music / Video en VO by Silmarils ... ] ... , ... # transformee , pipee , arrangee , mOOOdifiee , ( ... ) , ... par le$ ecoute$ d ’ oreille$ d ’ ane$ de$ yankee$ ( Hello ! ... les cakes ... ) .... . ... АФФ ИСС ... 


                    • ENZOLIGARK 24 janvier 07:20

                      @ENZOLIGARK ... , ... L ’ AMF multiplie les cas de transactions amiables ( lesechos . fr du 23 / 01 / 17 ... ) ... « ... Au lieu de passer devant la commission des sanctions , le juge , ...... » . ... A FRANCIA UE$A SYSTEMA = BASTA = FORA ... ИСС ....


                    • ENZOLIGARK 24 janvier 08:29

                      BREXIT : les incoherences de Theresa May [ lesechos . fr du 24 / 01 / 17 ... ] ... . UE$A 2017 ou le brOOOuillard inten$e londonien sur le territoire europeen ... . ... TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE # ( Music / video ......... ) ... . ... АФФ ИСС 


                      • Analis 24 janvier 16:03

                        Attention, avant de vous montrer si enthousiastes sur les leçons du Brexit qui montreraient qu’il n’y avait finalement aucune conséquence à sortir de l’Union Européenne, il faudrait quand même prendre en compte une vérité basique : pour le moment, il n’y a aucune leçon qui puisse en être tirée, pour la ;simple bonne raison que cette sortie de l’UE n’est toujours pas appliquée ! Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord est toujours membre de l’UE, y compris de ses institutions et du marché commun (bien qu’il n’ait pas participé au sommet de Bratislava, mais en restait membre de droit), les lois et avantages de l’UE continuent de s’y appliquer pleinement. Les seules conséquences en sont pour le moment que face à la perspective de sortie, la livre sterling a baissé, et qu’un certain nombre d’entreprises envisagent de s’en retirer. Mais pour en tirer les enseignements sur les conséquences d’une sortie du marché unique, il faudra encore attendre que la sortie soit effectuée. Ce qui va prendre encore un peu de temps, vu que la cour suprême vient de décider que le gouvernement devait auparavant obtenir l’approbation du parlement avant de mettre en application l’article 50.


                        • julius 1ER 25 janvier 18:50

                          Mr Herblay vous prenez vos désirs pour des réalités !!!!


                          la sortie de l’UE n’est pas réalisée pour les anglais et ne provoque pas de boum économique outre-manche mais par contre, il va y avoir dislocation de la Grande -Bretagne c’est sûr et certainement la mise en place d’une spirale négative pour les anglais avec ce délitement du Royaume -désuni !!!

                          même si l’UE n’est pas la panacée, sortir de l’UE pour revenir à l’hexagone n’est certainement pas la « Solution » non plus car je vois mal un replis généralisé sur le continent servir de moteur à une transformation économique globale sur ce continent !!!
                          il faut aller de l’avant et s’employer à ce que la BCE soit davantage impliquée auprès des Etats et entreprendre de grands chantiers européens car reculer serait certainement signe de désastre pour les classes les plus défavorisées ..... 

                          en tous cas Brexit, Frexit et autres exits n’amèneront ni la prospérité ni de solutions durables pour les années qui viennent et de cela j’en suis convaincu !!!!

                          • Alter 26 janvier 10:40

                            Je me suis mis à lire un peu le GOPE c’était pas drôle et chiant mais c’était intéressant.

                            Alors les recommendations des GOPE ne porte que sur des mesures fiscales. En gros si on réduit le coût du travail, on réduit l’impôt sur les société, on réduit tous les impôts... on a une chance de revoir des investissements en France et donc selon les même croyances de l’emploi. Sauf que.... c’est ce qu’ils font depuis quelques années et euh... pas d’emploi, pas de relance.... de plus en plus de chômage et toujours plus de délocalisation.

                            J’imagine que si je regarde de quelle manière nous avons relancé l’économie de la France après la seconde guerre mondiale ou même si je regarde de quelle manière on a industrialisé la France sous Napoléon III je n’arriverai certainement pas aux mêmes conclusion que le GOPE (qui est un torchon néolibéral de première).

                            En bref, je pense que Theresa May et peut-être d’autres dirigeants au Royaume Unis ont pris conscience qu’il fallait que l’Etat intervienne dans la plannification de l’économie de son pays. Qu’il fallait protéger un minimum ses entreprises etc....

                            Après je pense que si on veut trouver une solution durable pour les années à venir, et bien c’est simplement de mettre au pas la finance mondiale, de remettre l’économie au service du citoyen et pas l’inverse. Vous direz que je suis communiste, c’est faux, je suis pour le droit aux gens d’avoir des entreprises, de l’argent mais pas au mépris de l’être humain. L’être humain aujourd’hui est devenu un objet, une ressource que quelques-uns peuvent « consommer », c’est de l’avilissement et c’est ce que l’UE propose en plus de permettre à un système économique d’asservir la planète entière. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires