• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le revirement Irlandais suscite le courroux de Jean-Luc Mélenchon

Le revirement Irlandais suscite le courroux de Jean-Luc Mélenchon

Il y a du gaulois chez cet homme là. Le côté irréductible, quand ce n’est pas irascible, à l’égard de la pieuvre européenne. N’allez pas en conclure que Jean-Luc Mélenchon est un anti-européen. On pourrait plutôt le définir comme un alter-européen. Un leader intelligent et cultivé qui rejette une politique européenne d’accompagnement de la mondialisation. Alors quand par un étrange revirement les Irlandais plébiscitent le Traité de Lisbonne après l’avoir dans les mêmes proportions rejeté seize mois auparavant, le sang de l’eurodéputé ne fait qu’un tour.

Ce qui s’est passé en Irlande est une honte, à bien des égards totalement affligeant, [et] augmente le dégoût que nous avons de cette Europe car, voyez-vous, les Irlandais avaient voté « non ». On peut supposer que, peuple majeur et indépendant, ils savaient pourquoi” a déclaré le président-fondateur du Parti de gauche, invité de Jean-Michel Aphatie, sur RTL.

Très remonté contre Alain Duhamel, ouvertement favorable au Traité de Lisbonne , Jean-Luc Mélenchon a ajouté : “On a décidé qu’ils s’étaient trompés. Donc, les chefs se sont réunis, ont fait une déclaration (écoutez-moi bien) ont fait une déclaration dans laquelle ils disent eux-mêmes : ça ne change rien au texte, ça l’éclaire. Et on a revoté. Déjà le principe de revoter quand on a mal voté devrait interpeller une conscience démocratique aussi aiguisée que celle d’Alain Duhamel”. Fermez le ban et ramassez les quelques dents qui traînent.

On est loin du panache des fiers irlandais qui en juin 2008, avaient bravé les autres pays de l’Union européenne en votant non à 53,4% à l’adoption du Traité de Lisbonne. Plus qu’un bras d’honneur le vote de la verte Erin avait bloqué un processus présenté comme devant améliorer le fonctionnement institutionnel de l’Union.

Les commentaires avaient été à la hauteur du geste. Ingratitude avait été le qualificatif le plus employé à l’égard d’un pays qui a le plus profité des aides européennes.

Au-delà de l’appréciation personnelle que l’on peut porter sur le Traité de Lisbonne, on peut légitimement s’interroger sur le revirement irlandais . Différentes explications sont avancées. Peur de la crise ? Apport de garanties sur des susceptibilités insulaires (neutralité, interdiction de l’avortement, fiscalité spécifique, poste de commissaire européen) ?? Pas convaincant sauf à considérer les Irlandais seulement comme un peuple de marchands de tapis.

Alors quel coup de baguette magique aurait donc transformé le valeureux tigre celtique en chaton apeuré ? Le mouvement Attac a bien une petite idée. “Tous les moyens ont été mis en œuvre pour tenter de faire changer d’avis les Irlandais. A commencer par les moyens de communication, à coup de campagnes largement financées par les grandes entreprises comme Ryanair et Intel, qui ont donné des sommes énormes pour la cause du oui.

Un sentiment partagé par l’ancien ministre socialiste. “On a vu une campagne par une compagnie d’aviation écrire que seuls les loosers votaient non”, qui a livré toute son amertume et sa déception au micro d’Europe 1 : “Je pensais que les irlandais tiendraient mieux le choc, ils ont été mis dans une ambiance complètement inouïe dont on a pas idée ici en France et puis une campagne où l’Église, le pouvoir, les syndicats, tout le monde s’est mis sur le “oui” les grandes entreprise ont payé d’immenses campagnes, on leur a promis du travail, on les a menacé de leur retirer la caution de la BCE sur les banques irlandaises,…enfin tout y est passé et ils ont fini par céder.

Mais l’amertume de Jean-Luc Mélenchon est plus profonde.”L’Europe démocratique et populaire à laquelle moi j’ai rêvé avec d’autres, ben c’est fini. C’est cette Europe là où on fait voter deux, trois, autant de fois les gens jusqu’à ce qu’ils disent oui avec des moyens indignes pour quelque chose qui est totalement dépassé qui a amené le monde à la ruine, à savoir le néo-libéralisme dans toute sa splendeur.”

De fait à l’image du vote de ses habitants, l’Irlande vit un cruel retournement de conjoncture. Le taux de chômage a presque triplé par rapport à juin 2008 pour atteindre les 12,6%. Le pays qui assiste impuissant à l’effondrement du secteur de la construction, des dépenses des ménages et aux licenciements des sociétés informatiques Dell ou Intel s’enfonce dans la récession. Le produit intérieur brut a plongé de 8,4% au premier semestre 2009. Une situation qui contraste avec les 7% de croissance par an entre 1994 et 2007.

Dans ce contexte, le camp du « oui » a eu beau jeu d’insister sur le fait que, sans la manne providentielle de 120 milliards d’euros de liquidités injectés par la Banque centrale européenne pour venir en aide aux banques irlandaises, le système se serait totalement effondré.

Plutôt que de rejeter le système, les irlandais ont choisi de soigner le mal par le mal. Le libéralisme par le libéralisme et de ne pas suivre Gerry Adams, le leader du Sinn Fein, qui avait déclaré ne pas vouloir d’un document qui compromet la souveraineté nationale de l’île dans la mesure où il remet les clefs du pays à une « élite européenne » qui décidera du futur de l’Irlande.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • abdelkader17 6 octobre 2009 13:22

    « La propagande est au régime démocratique ce que la matraque est au régime totalitaire. »
    Chomsky


    • Philou017 Philou017 6 octobre 2009 15:13


      Canard : Vous confondez démocratie et bourrage de crâne.

      Et lâchez-nous avec le communisme, l’islam (? ?) etc

       Comme s’il suffisait de faire référence à une dictature pour justifier toutes les dérives de la démocratie.

      Le système démocratique est aujourd’hui en France juste une apparence bonne pour les imbéciles qui veulent y croire ; Les candidats ont besoin d’être adoubés par les médias, qui privilégient les grands partis avec qui ils sont copains, les grandes options sont déjà vérouillées par le système libéral et l’europe, tout débat idéologique profond a disparu au profite d’arguments populistes comme le sécuritaire où le bla-bla sans profondeur sur la démocratie participative.

      Et quand un peuple vote contre l’évolution voulue par les élites comme lors du réferendum Français sur le traité Européen, les députés aux ordres votent contre la décision du peuple un peu plus tard. Quand aux Irlandais, on les a travaillé au corps pour les faire changer d’avis, avec force propagande payée par des capitaux du secteur économique.

      Ne vous-posez-vous pas une seule fois la question de savoir pourquoi les grandes entreprises financent le oui ?

      Seule, la démocratie locale joue encore dans une certaine mesure.
      Mais pour les grandes options politiques, les citoyens ont été dépourvus progressivemet de tout pouvoir de décision.

      Mais il y a toujours des idiots pour venir bêler : oui mais il y en a qui n’ont pas la démocratie, regardez ailleurs.. ;

      Qu’est-ce que vous avez fait de votre cerveau ?


    • pierrix 6 octobre 2009 17:29

      Le Fascisme c’est la particule élémentaire du sionisme. La laquais canardeur est un porte voix du sionisme calamiteux qui se fait fort de souiller ou de contaminer les idiots utiles à sa rhétorique débile.

      Et le cadavre exquis boira le vin nouveau...


    • Croa Croa 6 octobre 2009 19:07

      « La propagande est au régime démocratique ce que la matraque est au régime totalitaire. »

      Cela ne tient pas debout. Une ’’démocratie’’ ainsi piloté n’en est pas une !


    • Philou017 Philou017 6 octobre 2009 19:46

      Une ’’démocratie’’ ainsi piloté n’en est pas une !

      Tout à fait. C’estub peu comme les anciennes républiques démocratiques de l’est, il n’y a plus qu’une appelation qui a de moins en moins de sens.

      Si en dictature, c’est « ferme ta gueule », en démocratie c’est « cause toujours ».

      Il y a les médias qui sont là pour propager les thèses officielles tous les jours, et 365 jours par an. Une autre façon de contrôler le bon peuple.


    • Philou017 Philou017 6 octobre 2009 19:51

      « C’estub peu »

       Désolé, mon clavier a des difficultés d’élocution.


    • « O » 6 octobre 2009 13:26

      J’aime bien comme les articles diffusés sur Agoravox paraissent objectifs. C’est la grande marrade ! MDR !


      • Traroth Traroth 6 octobre 2009 14:43

        Pourquoi, il y a quoi que ce soit de faux, dans cet article ?


      • BA 6 octobre 2009 13:39

        Encore un ouiste qui vient de comprendre que l’Union Européenne va exploser dans quelques années ! Le ouiste Jean-Louis Bourlanges écrit le 1er septembre 2009 :

        Lisbonne ou pas Lisbonne ? Un nouveau référendum irlandais devrait à l’automne en finir avec ce faux débat sur un traité qui ne dit rien et qui cache l’essentiel : la réticence croissante des Etats fondateurs, Allemagne en tête, à identifier leur avenir à la construction d’une Europe économique et politique authentiquement unie.

        C’est ainsi que deux décisions allemandes d’ordre constitutionnel promettent à l’Union des temps difficiles. Le 29 juin, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, saisie d’un recours contre le traité de Lisbonne, en a certes débouté les auteurs, mais s’est livrée dans ses attendus à une attaque en règle contre le système communautaire.

        Dans sa décision sur Maastricht, elle s’était déjà inquiétée d’un déficit démocratique qu’elle imputait aux insuffisances du contrôle parlementaire européen. Aujourd’hui, elle va beaucoup plus loin en déniant par principe au Parlement de Strasbourg toute capacité à réduire le déficit démocratique dans la mesure où il n’est pas l’émanation d’un peuple déterminé. Conclusion implicite : le Parlement allemand est fondé à exercer un droit de censure sur les décisions communautaires, car c’est à lui qu’il appartient de « garantir l’efficacité du droit de vote du citoyen allemand ».

        Du coup, la boucle souverainiste est bouclée : pas de décision légitime sans contrôle parlementaire, pas de contrôle parlementaire hors du cadre national. Ce n’est rien de moins que le retour à l’Europe d’avant le 9 mai 1950, la condamnation explicite du fédéralisme communautaire par l’Etat qui en avait fait sa bannière et son principe rédempteur.

        La seconde décision est d’une toxicité plus directe. Il s’agit de l’introduction dans la loi fondamentale allemande d’une disposition limitant le déficit budgétaire à 0,35 % du PIB à partir de 2016 et imposant sa suppression à partir de 2020. Porté par le souvenir de l’inflation des années 20, cet hypervolontarisme est à la fois admirable et redoutable. Admirable parce que les Allemands sont à ce jour les seuls à regarder en face les risques de bouleversement induits par le surendettement généralisé. Redoutable par la double rupture antikeynésienne et anticoopérative emportée par ce choix.

        La nouvelle disposition revient en effet à priver la politique économique européenne de tout instrument de régulation conjoncturelle et de maîtrise du cycle économique. Après la politique monétaire, c’est la politique budgétaire qui tombe en enfer, contraignant l’Allemagne à un effort de rigueur démesuré qui risque de plonger le continent tout entier dans une décennie de stagnation à la japonaise.

        L’unilatéralisme flamboyant de la décision est aussi préoccupant : il sonne le glas de l’espérance maastrichtienne d’un policy mix européen et dessine une politique allemande résolument colbertiste de creusement du différentiel de compétitivité entre l’Allemagne et ses partenaires, une politique efficace à la seule condition d’être compensée par le laxisme des autres. Aucune crainte à cet égard : l’allergie française à la rigueur est une valeur sûre !

        La dislocation de la zone euro et la remise en cause de la monnaie unique sont les termes logiques de ce chemin du diable.

        La décennie qui s’achève a été pour l’Europe celle de tous les blocages. La prochaine sera celle de tous les dangers.

        http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/l-echappee-solitaire-de-l-allemagne_195634.html#commentaire


        • abdelkader17 6 octobre 2009 13:51

          @O
          on attend vos productions avec impatience,les marchands de bonheur de supermarché qui viendront nous expliquer en quoi la mondialisation néolibérale produit d’une puissance impériale,et de ses états vassaux européens participe elle de l’équilibre du monde ?
          Les desseins de l’oligarchie prédatrice ne peuvent satisfaire que les bons petits soldats du capitalisme déréglementé,les commis voyageurs du libre échange,les commissaires politiques du néolibéralisme,d’une idéologie guidée par les soubresauts du dernier empire, dont la décadence et l’agonie semblent en phase terminale.


          • Traroth Traroth 6 octobre 2009 14:48

            Pour une fois, nous sommes d’accord. Et c’est un fédéraliste qui vous le dit. L’Union européenne telle qu’elle se construit n’est qu’une manière d’ôter tout poids aux votes des citoyens. Et ça ne va pas en s’arrangeant.


          • Traroth Traroth 7 octobre 2009 10:38

            @Parkway : Je ne comprends pas ton attitude. Calmos a changé d’avis sur le sujet et est maintenant de ton avis, si je comprends bien ? Tant mieux, non ? Pourquoi vouloir le contraindre à battre sa coulpe ou un truc du genre ? Calmos, comme toi et moi, est un électeur et non un élu (enfin je pense), et dans une élection, ce sont les élus qui s’engagent, pas les électeurs. C’est eux qui promettent et c’est à eux de tenir leurs promesses. J’ai toujours pensé que les gens qui ont voté pour quelqu’un devraient normalement être les gens les plus critiques envers celui-ci s’il manque à ses engagements. Malheureusement, on nous apprend à penser de manière exactement inverse, comme si c’était nous qui devions défendre nos choix électoraux, même quand l’élu nous trahit, alors que ça n’a aucun sens.


          • Jean-Fred 6 octobre 2009 14:09

            Concernant le sujet épineux de l’Europe, je vous conseille de voir la conférence de Jacques Asselineau : les 12 impasses de l’UE.

            Je ne partage pas toutes les opinions de ce monsieur mais sa conférence est très intéressante. Il fait parti de l’UPR pour vous situer.


            • frédéric lyon 6 octobre 2009 14:15

              J-L Melanchon est un homme politique très important, car il est un facteur de division et de stérélisation de la gauche.


              Espérons qu’il réussira dans sa mission historique.

              • Traroth Traroth 6 octobre 2009 16:23

                Voila, c’est exactement ça. Chacun sait qu’en politique, la seule « fertilité » ne peut provenir que d’hommes politiques aux convictions dépendantes du sens du vent et de leur plan de carrière, actuellement adeptes ces jours-ci du néolibéralisme ambiant qui nous réussit si fantastiquement bien ! Le PS, l’UMP et le Modem en regorgent, et grâce à eux, notre bonheur est assuré. Il suffit de regarder autour de soi pour s’en convaincre !


              • frédéric lyon 6 octobre 2009 14:16

                pardon : stérilisation


                • Le chien qui danse 6 octobre 2009 14:27

                  Vous vous êtes déjà stérile et date limite, au moins ça rassure.


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 octobre 2009 18:54

                  Calmos ,

                  C ’est dur à comprendre , mais y en a ils sont insensibles à l’ amour ...


                • Internaute Internaute 6 octobre 2009 20:12

                  Il ne s’agit pas de l’Europe mais simplement du traité de Lisbonne.

                  Le traité de Lisbonne, c’est l’abandon définitif des souverainetés nationales en introduisant le scrutin majoritaire au sein du Conseil. Je ne vois pas le rapport avec les relations commerciales, politiques ou autres. Que je saches, en rester au traité de Nice ne signifie pas sortir de ’lEurope. Nous sommes dans l’Europe et pourtant c’est le traité de Nice qui s’applique.

                  Le tort est de croire qu’il n’y a qu’une seule ligne de conduite possible pour l’Europe, le mondialisme.


                • titi 12 octobre 2009 08:53

                  Il n’y a pas plus de rapport que les arguments exposés pendant la campagne sur la « constitution ».

                  Chaque pays mesure son europhilie au regard de ce qu’il peut en tirer comme intérêt.
                  Or l’Europe c’est justement susbstituer un intérêt européne à l’intérêt national.

                  Les Irlandais n’ont pas voté oui par adhésion au traité de Lisbonne. Pas plus qu’ils n’avaient voté non par rejet de la constitution.
                  Ils ont voté oui à une Europe paraissant plus régulée que leur système qui bat de l’aile. Comme il avait voté non à une Europe paraissant plus régulée que leur système lorsque celui ci pêtait la forme.

                  En celà ils ne sont pas blamable : ils sont allé là où était leur intérêt.
                  l’Europe ne l’est pas non plus puisque depuis toujours lors des référendum les nations répondent à des questions qui ne leur sont pas posées.


                • Capone13000 Capone13000 6 octobre 2009 14:24

                  Voici précisement ce qu’est l’Europe :
                  http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=23274


                  • Bulgroz 6 octobre 2009 14:27

                    Sur son blog, le 4 Août 2008, soit le lendemain de la mort d’ Alexandre Soljenitsyne, Mélenchon écrivait un article intitulé « Pompes Funêbres »

                    http://www.jean-luc-melenchon.fr/?m=200808

                    « inepte rebouteux d’Alexandre Soljenitsyne qui vient de décéder »

                    « Devant le flot de pieuses pensées émues que le décès de l’inepte griot de l’anti communisme officiel va déclencher il faut rester de marbre. Il faut maintenir un coin d’insolence. Je dis que le départ de Soljenitsyne ne manquera pas à la pensée de notre temps. Soljenitsyne était une baderne passéiste absurde et pontifiante, machiste, homophobe, et confis en bigoteries nostalgiques de la grande Russie féodale et croyante. Je n’oublie pas. Je ne pardonne pas.

                    C’était un perroquet utile de la propagande « occidentale ». Utile car au contraire de tous ceux qui avaient dénoncé avant lui le goulag et les camps staliniens, Soljenitsyne était une voix de droite parmi les plus réactionnaire « 

                    Donc Mélenchon n’a pas eu peur d’écrire à propos de Soljenitsyne, une fois celui ci mort, qu’il ne pardonnait pas car Soljenitsyne était un « inepte griot de l’anti communisme primaire » un « inepte rebouteux », "une baderne passéiste, absurde et pontifiante, machiste, homophobe"

                    Il faut se rappeler qu’après avoir combattu en 1941 dans l’Armée rouge, Soljenitsyne a été condamné en 1945 par Staline à 8 ans de prison dans les camps de travail pour activité contre-révolutionnaire » puis à sa sortie du goulag en 1953, a été envoyé en exil perpétuel au Kazakhstan. Réhabilité en 1956.

                    Voilà tout est dit à, propos de Mélenchon : cracher sur un être humain dont la tare est d’avoir été condamné par Staline. Lui cracher dessus le lendemain de sa mort est abject et puant.

                    Mélenchon se place du côté du totalitarisme contre lequel Soljénitsyne a résisté, et de la Terreur qui a voulu exterminer une population. Mélenchon est le symbole de cette gauche haineuse qui a perdu pied.

                    Bref, Mélenchon est une honte pour la France et la Démocratie

                    Ne l’oublions pas.


                    • Le chien qui danse 6 octobre 2009 14:31

                      C’est le rendez vous des aveugles, il suffit d’être condamné par staline pour avoir les honneurs de la groze bulle, peu importe les raisons, et ça veut donner des leçons avec ça... ouarf.


                    • pierrix 6 octobre 2009 15:25

                      J’ai aussi entendu M.Mélenchon faire l’apologie de Staline et de la Grande Guerre Patriotique sur France Inter. On peut raisonnablement supposer qu’il nous dira aussi un jour que du temps de Mao, y’avait moins de bordel en Chine et que si les producteurs de lait étaient organisés en kolkhozes, y’aurait pas de problèmes de surproduction (ce qui n’est pas faux en soi).
                      Oui, je partage l’opinion de Bulgroz selon laquelle M. Mélenchon est un marxiste-léniniste de la vieille école, de ceux qui sont restés au PCF après Budapest et après Prague, de ceux qui trouvent toujours que le bilan du Bloc Socialiste a été globalement positif.
                      Il est difficile de raisonner avec des individus aussi bouchés que M. Mélenchon. Et toujours savoureux de l’entendre proférer des énormités telles que "[...] quelque chose qui est totalement dépassé qui a amené le monde à la ruine, à savoir le néo-libéralisme dans toute sa splendeur.”
                      Alors son opinion sur le Oui irlandais...


                    • Disjecta Disjecta 6 octobre 2009 18:40

                      Pierrix : Il est difficile de raisonner avec des individus aussi bouchés que M. Mélenchon. Et toujours savoureux de l’entendre proférer des énormités telles que "[...] quelque chose qui est totalement dépassé qui a amené le monde à la ruine, à savoir le néo-libéralisme dans toute sa splendeur.”

                      Plusieurs hypothèses me viennent à l’esprit, Pierrix :
                      a) Vous avez participé ces deux dernières années à une expédition vers le pôle Sud. Vous n’aviez que très peu de moyens de vous informer sur la situation mondiale (antenne satellite généralement gelée). Le black-out fut particulièrement complet lors des mois de septembre et octobre 2008, quand toute la planète financière a failli passer de l’autre côté du miroir (antenne satellite toujours gelée plus vols d’oies sauvages empêchant un peu plus les transmissions satellites).
                      b) Vous n’avez jamais manqué une seule chronique de J-P Sylvestre ces dix dernières années.
                      c) Votre livre de chevet est « La mondialisation heureuse » d’Alain Minc.
                      d) Vous attendez avec gourmandise les interventions d’Elie Cohen à C dans l’air.
                      e) Vous n’avez jamais lu Frédéric Lordon.
                      f) Fut un temps vous votiez Alain Madelin, admirant sa remarquable sagacité à saisir ce qui ne va pas en France (prestations sociales par répartition, trop d’enseignants feignants, des services publics qui n’en foutent pas une, les patrons qui sont pas assez payés, droit de grève abusif, la fin du fouet au travail, le travail des enfants de sept ans interdit etc.)

                      Sachant que toutes les hypothèses peuvent être valides.
                       Aujourd’hui vous pensez comme le Figaro et le Monde que la France s’en sort plutôt moins mal grâce aux « réformes courageuses » de Sarkozy, vous avez oublié opportunément que le programme de sa majesté souhaitait introduire le crédit hypothécaire (subprimes) en France, vous trouvez normal qu’une constitution européenne grave dans le marbre une théorie économique dont (pour les raisons hypothétiques susdites) vous avez totalement loupé son invalidation par les faits, en 2012 - comme 52,17% des français - vous revoterez pour Sarkozy parce que « son bilan sécuritaire quand même », parce que « le G20 et la disparition des paradis fiscaux d’un coup de baguette magique c’est lui hein », parce que « Mélenchon en face, c’est visible qu’il va nous refaire le coup des cocos et qu’on va finir au goulag », parce que « les réformes c’est dur mais il faut les faire ».


                    • pierrix 6 octobre 2009 21:24

                      Disjecta : Aujourd’hui vous pensez comme le Figaro et le Monde que la France s’en sort plutôt moins mal grâce aux « réformes courageuses » de Sarkozy, [...] (suit un long délire où il est question de Sarkozy, de JM Sylvestre et autres d’épouvantails des neuneus gauchistes qui traînent sur Agoravox au lieu de lutter efficacement contre le capitalisme triomphant).

                      J’ai simplement émis une opinion (la mienne) selon laquelle un gars comme M. Mélenchon qui fait à la fois l’apologie de la forme la plus archaïque et la plus criminelle du communisme et déclare sans rire que le néo-libéralisme a mené le monde à la ruine ne peut être qu’un farceur. Ou un pauvre con. Sachant que toutes les hypothèses peuvent être valides.

                      On a les idoles qu’on peut.


                    • Disjecta Disjecta 6 octobre 2009 23:30

                      Pierrix : J’ai simplement émis une opinion (la mienne) selon laquelle un gars comme M. Mélenchon qui fait à la fois l’apologie de la forme la plus archaïque et la plus criminelle du communisme et déclare sans rire que le néo-libéralisme a mené le monde à la ruine ne peut être qu’un farceur. Ou un pauvre con. Sachant que toutes les hypothèses peuvent être valides.

                      Oui ? Source(s) pour la fameuse apologie ? Histoire de savoir d’où vient le fantasme. Sinon, évidemment, c’est un peu facile...


                    • pierrix 7 octobre 2009 08:43

                      A propos de Soljenitsyne ,inepte griot de l’anti communisme primaire, je vous renvoie au post de Bulgroz, un peu au-dessus. C’est le même Mélenchon qui s’en est pris aux mouvements pro-tibétains à la solde de Washington au moment de Jeux Olympiques l’an dernier, et que j’ai entendu voici quelque mois présenter l’Armée Rouge de Staline en1944 comme le libérateur de l’Europe... Je n’ai pas eu le temps de rechercher la vidéo mais elle existe sûrement sur Dailymotion ou Youtube, voire sur le blog de M. Mélenchon (avec lequel, vous l’aurez compris, je suis rarement d’accord).


                    • Alin Tranca 7 octobre 2009 18:52

                      @ Pierrix - Vous dites « J’ai aussi entendu M.Mélenchon faire l’apologie de Staline et de la Grande Guerre Patriotique sur France Inter. », pour rajouter dans le message d’après : « j’ai entendu voici quelque mois présenter l’Armée Rouge de Staline en1944 comme le libérateur de l’Europe... ». Non, Pierrix, parler d’histoire et dire que l’Armée Rouge de l’Union Soviétique a participé et à joué un rôle important dans la libération de l’Europe n’est pas faire l’apologie de Staline. C’est un fait historique, même si vous preniez uniquement l’interprétation stratégique, technique.


                    • pierrix 8 octobre 2009 14:22

                      Non, Pierrix, parler d’histoire et dire que l’Armée Rouge de l’Union Soviétique a participé et à joué un rôle important dans la libération de l’Europe n’est pas faire l’apologie de Staline. C’est un fait historique, même si vous preniez uniquement l’interprétation stratégique, technique.

                      L’asservissement de dizaines de millions de personnes en Europe centrale pendant 50 ans, l’anéantissement du Tibet depuis 1949 et la déportation de millions de zeks sont aussi des faits historiques qui ne semblent pas troubler M. Mélenchon. Et vous ?


                    • Piros 6 octobre 2009 14:34

                      Bizarre, M. MELENCHON ne s’est pas ému quand le gouvernement de gauche du moment a promis et fait acter dans la loi l’obligation d’un référendum jusqu’à la victoire du Oui pour l’indépendance de la Nouvelle Calédonie.
                      Ce qui est bon pour obtenir ce que l’on soutient ne le serait plus qu’en on perd ?


                      • frédéric lyon 6 octobre 2009 14:36

                        Melanchon est super, il faut lui faire un pub à tout casser et avec un peu de chance il peut dépasser le Parti Communiste.


                        Vous direz que dépasser le PC n’est pas un exploit politique et que tout le monde et n’importe devrait pouvoir y arriver, y compris François Bayrou, mais il est toutefois important q’un maximum de pékins s’y essayent et y parviennent avec succès.

                        Avec la division de la gauche on peut espérer voir le Parti Socialiste plonger vers les 15 % de façon durable.

                        Encore un petit effort. 

                        • lord_volde lord_volde 6 octobre 2009 15:00

                          L’UE c’est le cheval de troie US par lequel le peuple souverain n’a pas eu son mot à dire, sauf par l’intermédiaire des édiles menteurs, mafieux et coupables de tromperie sur une marchandise frelatée mise sur le commerce. Il ne reste que les oripeaux du débat démocratique, de la volonté souveraine des peuples, de la vérité et de la probité qui couvrent les reliques symboliques du contrat social liant les peuples de divers états membres de l’UE. Dénoncer sans agir n’est rien à l’heure des comptes car les afidés du nouvel ordre mondial déploient tous azimuts leurs arsenaux médiatiques dans tous les pans de la société qui se déstructure à une vitesse phénoménale. L’urgence requiert la mobilisation générale et massive des citoyens contre le traité constitutionnel européen qui constitue un danger imminent contre les libertés et la vie des citoyens en voie de relégation. Il faut éveiller les consciences endormies et se défaire de la léthargie qui sommeille en nous depuis trop longtemps. Nous nous contentons de douter pendant que nos ennemis s’affirment et avancent en détruisons les fondements des valeurs humaines et démocratiques. L’individualisme est un fardeau bien commode aux maîtres du monde qui comptent sur lui pour agir en limitant les obstacles à son chemin. Tous ensemble ou mourir ensemble doit être notre leitmotif pour enfin se redresser fièrement et changer la face sournoise de cette société infâme qui est une caricature exécrable des chemins de la liberté empruntés par nos courageux prédécesseurs. 


                          • appoline appoline 7 octobre 2009 12:03

                            Bonjour Mylord ;

                            Que ceci soit écrit et accompli.

                            Mais voilà, le courage de nos prédécesseurs fond comme peau de chagrin, hélas et pourtant tu te doutes que j’adhère totalement à ce que tu as énoncé. Nous serons peu à relever la tête et pourtant il faudra le faire si nous voulons laisser autre chose que de la poussière à nos enfants.

                            A bientôt.


                          • ffi ffi 11 octobre 2009 00:27

                            La BCE est l’instrument de destruction du dollar.


                          • cubrad 6 octobre 2009 15:01

                            Attendre fin 2009 pour s’apercevoir que l’Europe n’est pas démocratique, il n’est pas visionnaire, c’est le moins que l’on puisse dire.


                            • lord_volde lord_volde 6 octobre 2009 15:09

                              Le canard laquais nage en pleine mare de la déconfiture atlanto-sioniste. Il essaie de nous vendre un produit dérivé de la quinquaillerie européïste puisque ses croyances vont dans le sens de l’histoire du serpent inféodé à la vision satanique de la terre corrompue par les créatures putrides qu’elle nourrit, malgré tout. 


                              • appoline appoline 7 octobre 2009 12:10

                                Mylord,

                                Mais qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ?

                                Tant que les gens n’auront pas compris que tout cela est orchestré depuis pas mal de décennies, leur combat sera diffus et inéfficace. Tu as tout compris, cela commence par le regroupement et l’union des forces, je dirais même visibles et invisibles.


                              • morice morice 6 octobre 2009 15:23

                                il aurait mieux fait de se poser la question de POURQUOI et surtout COMMENT ils avaient voté NON avant : sans Declan Langley ils auraient DEJA VOTÉ OUI !!! il faut être aveugle pour ne pas l’avoir vu !! comme quoi tout Mélanchon qu’il est, il ne voit pas ce qui se passe ailleurs : lui, si remonté contre DeVilliers, dont Langley est le grand copain pourtant.... 


                                si celui qui se dit démocrate ne sait pas repérer les saboteurs de démocratie, ça devient grave !

                                Langley est MOINS riche avec la crise, tout simplement : ce qui a signifié moins de bus et moins d’autocollants = MIEUX, ou PIRE : il s’est rallié à la cause car il en TIRE DAVANTAGE PROFIT EN 2009 !! des contrats irakiens se sont dégonflés chez lui !! 

                                • A. Nonyme A. Nonyme 6 octobre 2009 17:07

                                  Pareil. Ouch ! Tant qu’on ne se transforme pas en Pyralène...


                                • cob 6 octobre 2009 17:24

                                  « sans Declan Langley ils auraient DEJA VOTÉ OUI »

                                  Et qu’est ce que vous en savez, au juste ?
                                  Vous êtes la voix du peuple Irlandais ?

                                  Peut-être serait-il intéressant de comparer, en terme de puissance financière, l’ensemble de ceux qui ont intérêt à livrer l’Irlande à cette Europe-ci et ceux qui n’y ont pas intérêt... vous seriez surpris, Morice.


                                • morice morice 6 octobre 2009 23:34

                                  « sans Declan Langley ils auraient DEJA VOTÉ OUI »

                                  Et qu’est ce que vous en savez, au juste ?
                                  Vous êtes la voix du peuple Irlandais ?

                                  non, mais je sais compter les bus avec des bannières énormes et décoller des slogans « no » partout sur tous les poteaux en ville... et vous ?


                                • Ropi 7 octobre 2009 01:37

                                  "non, mais je sais compter les bus avec des bannières énormes et décoller des slogans « no » partout sur tous les poteaux en ville... et vous ?"

                                  Oui, je sais compter les bus avec des bannières énormes et décoller des slogans « yes » partout sur tous les poteaux en ville... et vous ?



                                  • morice morice 6 octobre 2009 23:43

                                    Dulles était OBSEDE par les communistes et voyait dans l’Europe un TAMPON nécessaire : ce n’est pas par goût de l’Europe mais par simple calcul : ce n’est pas l’EUROPE qui l’intéressait, mais ...L’OTAN.


                                  • 65beve 65beve 6 octobre 2009 15:50

                                    Bonsoir,
                                    Il a raison Loulou,
                                    C’est quand-même la deuxième fois que le pouvoir s’assoit sur la décision du peuple.
                                    D’abord en France, puis en Irlande , jamais 2 sans 3 ?
                                    ça me rappelle Staline qui avait promis des élections en Pologne à Churchil et Eisenhower.
                                    Pas d’élection ou des élections bidon ; il ne faudra pas s’étonner que le vieux slogan de 68 « élections piège à cons » refasse surface.

                                    Je suis allé votationner contre la privation de la Poste et là aussi, l’UMP va se torcher avec les bulletins.
                                    Mais dans quel monde vivons-nous ? Il nous en faudrait d’autre JLM pour bousculer la pensée unique !


                                    • 65beve 65beve 6 octobre 2009 15:51

                                      correction : privatisation de la Poste


                                      • spearit 7 octobre 2009 11:10

                                        « tous les peuples se tournent, lorsqu’ils le peuvent, vers l’économie de marché »

                                        Les peuples qui décident et choisissent... ??? ce que devrait être le type d’économie qui les régissent ?????

                                        Depuis quand les peuples profitent de l’économie de marché ??? à part dilapider leurs maigres revenus dans des gadgets toujours plus utiles au bien être personnel...

                                        On n’est même pas capable de faire tourner un pays correctement (voir des structures plus petites comme des entreprises) et il faudrait appliquer le même bordel au niveau mondial pour s’en sortir...

                                        Il y en a qui ont de la suite dans leurs idées !!

                                        Et c’est ensemble qu’on va y arriver, il n’y a qu’à voir ce qui vient de se passer en Irlande pour être convaincu du poids du peuple, CQFD....


                                      • LE CHAT LE CHAT 6 octobre 2009 16:20

                                        Melenchon va t il boycotter la Guiness et boire une Pilsen Urqell comme Vaklav Klaus ?  smiley


                                        • plancherDesVaches 6 octobre 2009 16:21

                                          Bon. On va essayer de résumer, mais ça va être dur. Car il faut se souvenir des ACTES, et non des paroles qui nous ont bercées.
                                          Prêts... ?? Allez, on y va.
                                          Acte UN, Jacques Delors sent bien le vent venir face à la première puissance économique qui contrôle la planète et décrête l’axe du mal, le terrorisme, et freedom....et la green card. smiley piège à idiots. Sont spécialistes, ces ricains...

                                          Recherchez dans le net : l’acte unique Européen. 86. J’étais même pas né ou en tout cas pas vraiment mûr. Mais moi, on s’en fout.

                                          Acte DEUX. Balladur. Le déluge. Ce doit être Cicéron qui a dit : « aprés moi, le déluge ». Beaucoup d’autres enf..con..enfin, un paquet on dit que la suite ne les concernait plus.
                                          Signature forcée par la France des « accords » de l’omc qui privatisait TOUTES les administrations. 1993. Merci « cher » premier ministre.
                                          Grace à ce machin, nous sommes certains de nous faire exploiter au delà de tout ce qui est imaginable.
                                          Merci patron, merci patron, ....


                                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 octobre 2009 16:39

                                            Les partisans de vote non en Irlande devraient, malgré leur échec, se réjouir que l’Europe leur ait assuré que les irlandaises devraient aller avorter en Angleterre et que l’Irlande ait sauvé son poste à Bruxelles. N’était-ce pas ce la crainte sur ces deux points parmi d’autres moins importants qui justifiaient d’appeler à voter non ?
                                            Leur honneur sur ces deux points est sauf, cela devrait les consoler...


                                            • lord_volde lord_volde 6 octobre 2009 16:45

                                              Un niais nommé SR


                                              • pierrix 6 octobre 2009 16:56

                                                Un troll boutonneux bien naze qui se fait appeler lord_volde...


                                              • paOptiMiste 6 octobre 2009 18:14

                                                Désolée de me répéter mais quand vous aurez vu la conférence de Asselineau « Qui nous gouverne » sur dailymotion vous comprendrez que l’irlande n’avait pas le choix ; tous les moyens sont mis en oeuvre pour boucler le plan mondial. Comment et par qui réellement ?? voyez la conférence et tout sera lumineux.


                                                • paOptiMiste 6 octobre 2009 18:17

                                                  Pardon j’allais oublier... le contenu de cette conférence n’est certainement pas inconnu à Met Lent Chon. Donc... de qui se moque-t-on ?


                                                  • Paul Muad Dib 6 octobre 2009 19:01

                                                    salut paOptiMiste,j’ai vu une partie de votre lien ,je vais y retourner plus tard..,bcp de confirmations de ce que je savais ou supposait, tout ceci est très clair, pour aller plus loin l’incompétence de ces gens qui ne font que comploter finalement devrait les perdre, j’aimerais que ce soit sans nous,
                                                    autre chose , je voyais bien le facteur dans la combine également a cause de qui a fonde la lcr et de son appartenance culturelle..
                                                    melenchon , ca ne me surprend pas non plus, une des nouvelles diversions inventée par les pouvoirs..De Gaulle m’épate par sa vision ..
                                                    merci et salutations


                                                    • paOptiMiste 10 octobre 2009 10:11

                                                      Salut Paul Muad Dib tu peux écouter la conférence en entier à mon avis t’as pas fini d’être surpris. La question est « que faire » ? l’histoire est tellement énorme.


                                                    • Croa Croa 6 octobre 2009 19:24

                                                      Le vote Irlandais démontre avec éclat que nous ne sommes pas en démocratie. Ce n’est pas non plus la dictature : Nous nous faisons juste avoir !

                                                      L’important n’est pas le droit de vote mais le droit à la parole. Les médias (les vrais) étant verrouillés nos maîtres font ce qu’ils veulent....

                                                      Quitte à s’y reprendre autant de fois que nécessaire lorsque ça rate au premier coup !


                                                      • morice morice 6 octobre 2009 23:36

                                                        Le vote Irlandais démontre avec éclat que nous ne sommes pas en démocratie. Ce n’est pas non plus la dictature : Nous nous faisons juste avoir !

                                                        Le vote Irlandais démontre avec éclat que celui qui a l’argent fait ce qu’il veut des gens.

                                                      • appoline appoline 7 octobre 2009 19:23

                                                        Notre élite et celle des irlandais d’ailleurs, nous demande notre avis juste pour le fun car cela vient d’être illustré, ils n’en ont rien à foutre, d’une manière ou d’une autre ils arrivent à leurs fins.

                                                        Dans les cas épineux, ils détounent ou carrément passent outre le peuple, n’est-ce pas Badinter.


                                                      • Internaute Internaute 6 octobre 2009 20:03

                                                        Le plus invraisemblable est que la campagne pour le Oui a été basée sur un mensonge que personne n’a réussi à démonter. En gros, on a laissé croire aux irlandais que si le Non l’emportait, l’Irlande sortirait de l’Europe, ne pourrait plus vendre ses produits en Europe et que l’ensemble des accords qui la lient à l’UE seraient caduques du jour au lendemain.

                                                        C’est complètement faux. Le Non aurait laissé les choses en l’état. Gouverner les gens par la peur marche à tous les coups. C’est la méthode qu’utilise le pouvoir en France en laissant croire aux électeurs que si le FN gagnait, ce serait immédiatement la deuxième guerre mondiale qui recommencerait.

                                                        J’ai malgré tout un profond dégoût pour ces gens dont on s’est moqué ouvertement en leur redemandant de voter, qu’on a traité comme des cons (n’a-t-on pas entendu « ...ressassent les arguments du non ») et qui n’ont même pas eu l’honneur de dire non. Les irlandais n’ont aucune dignité, c’est ce qui ressort de ces élections.


                                                        • morice morice 6 octobre 2009 23:39

                                                          Le plus invraisemblable est que la campagne pour le Oui a été basée sur un mensonge que personne n’a réussi à démonter. En gros, on a laissé croire aux irlandais que si le Non l’emportait, l’Irlande sortirait de l’Europe, ne pourrait plus vendre ses produits en Europe et que l’ensemble des accords qui la lient à l’UE seraient caduques du jour au lendemain.


                                                          il n’a jamais été question de ça... le mensonge, c’est le vôtre. La crise économique a ruiné l’Irlande comme elle a ruiné l’Islande : les irlandais se sont aperçus qu’ils ne s’en sortiraient pas tous seuls tout simplement ! 

                                                        • Internaute Internaute 7 octobre 2009 08:12

                                                          En écrivant « ...les irlandais se sont aperçus qu’ils ne s’en sortiraient pas TOUS SEULS tout simplement ! » vous perpétuez le même mensonge que je signale. En effet vous laissez sous-entendre qu’un Non au référendum laisserait l’Irlande toute seule. Expliquez-nous en quoi le Non aurait bloqué par exemple les exportations des produits irlandais en Europe.

                                                          Quand les Ouiste rabâchent pendant la campagne que 60% des exportations de l’Irlande se font avec l’Europe ils sous-entendent que le Non bloquerait ces exportations et ceci est un mensonge éhonté. Tous leurs arguments sont à l’avenant ; des balivernes.

                                                          Il y a donc bien eu un chantage basé sur une peur construite sur des mensonges. C’est comme de Gaulle qui disait « moi ou le chaos ».


                                                        • moebius 6 octobre 2009 20:34

                                                           Un mensonge aussi grossier que ça ! Les Irlandais seraient donc si naïfs de s’être berné si aisément.  Vous vous fichez d’eux, les irlandais sont une peuplade tout aussi évoluée que la votre


                                                          • morice morice 6 octobre 2009 23:40

                                                            « les irlandais sont une peuplade »


                                                            c’est du niveau d’Astérix chez les Bretons ça..

                                                          • moebius 6 octobre 2009 20:38

                                                             En tout cas une chose est certaine, la déconvenue des nonos fait plaisir à lire. Merci Mélanchon, va nous faire un ulcére ou pire nous développer un cancer


                                                            • BA 6 octobre 2009 21:37

                                                              De 1957 à aujourd’hui, la construction européenne est basée sur un dogme  : le libre-échange mondial généralisé.

                                                              En 1957, le traité de Rome imposait le libre-échange mondial généralisé  :

                                                              «  En établissant une union douanière entre eux, les États membres entendent contribuer, conformément à l’intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et à la réduction des barrières douanières.  »

                                                              (Traité de Rome, Troisième partie, Titre II, Chapitre 3, article 110)

                                                              http://mjp.univ-perp.fr/europe/1957rome3.htm

                                                               

                                                               

                                                               

                                                              48 ans plus tard, en 2005, ce dogme libre-échangiste est repris mot pour mot dans la Constitution Européenne :

                                                              « Par l’établissement d’une union douanière conformément à l’article III-151, l’Union contribue, dans l’intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu’à la réduction des barrières douanières et autres. »

                                                              (Traité établissant une Constitution pour l’Europe, Troisième partie, article III-314)

                                                               



                                                              50 ans plus tard, en 2007, ce dogme libre-échangiste est repris mot pour mot dans le traité de Lisbonne :

                                                              « Par l’établissement d’une union douanière conformément aux articles 28 à 32, l’Union contribue, dans l’intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu’à la réduction des barrières douanières et autres. »

                                                              (Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Cinquième partie, Titre II, Article 206)

                                                              http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i0439.pdf

                                                              Cette obsession libre-échangiste a conduit la planète à la catastrophe.


                                                              • cariboo cariboo 6 octobre 2009 22:04

                                                                J’adore lire vos bêtises proférées sur un ton qui suggère une compétence certaine ainsi que, pour la plupart, une méconnaissance non moins certaine de l’orthographe.
                                                                J’adore traverser en diagonale une communication qui fait deux ou trois fois la hauteur de mon écran et m’oblige à faire travailler ma mémoire, pour me rappeler, en fin d’article,
                                                                 « de quoi est-ce qu’on parlait-on ? »
                                                                Bien entendu, je prends tous ces délires verbaux au second voire au troisième degré...
                                                                Et le fait que vous les ayiez proférés au premier degré n’entame pas mon bonheur !!!


                                                                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 7 octobre 2009 01:37

                                                                  Les propos de J.L.Mélenchon sont souvent aussi forts que sa présence médiatique est faible. Et c’est bien le malheur.


                                                                  • Paul Muad Dib 7 octobre 2009 09:03

                                                                    petite video d’urnes le soir du vote qui se baladent librement sans aucun contrôle , une qui sort ,d’autres qui rentrent ca se passe a cork, une tricherie possible ?
                                                                    cliquez ici sur le mulot


                                                                    • DIMEZELL 7 octobre 2009 09:06

                                                                      Les propos de M Mélenchon sentent toujours l’idéologie, celle d’un jacobisime sans faille, d’un nationalisme bêtifiant et malheureusement d’une incapacité à accepter la démocratie. Il lui reste la médiatisation et là,il est très demandé.
                                                                      Les Irlandais ont fait le bon choix, le choix de la logique et du projet.


                                                                      • MAIKEULKEUL 11 octobre 2009 11:34

                                                                        Jean Luc Mélenchon doit commencer à en gêner certains car les attaques fusent.

                                                                        Ce type, il en a, dit ce qu’il pense, fait ce qu’il dit, ne se laisse pas marcher sur les pieds (allez sur dailymotion, il y a un résumé de ses interventions médiatiques), a eu le courage de ses opinions en claquant la porte : vous en connaissez beaucoup dans ces milieux qui lâchent le nid douillet pour affronter l’inconnu ?

                                                                        Il veut représenter, et représente, la voix du peuple, vous savez ceux qui n’ont pas droit à la parole, qui doivent monter des opérations spectaculaires pour se faire entendre, qui vivent chichement, et sont désespérés.

                                                                        Arrêtez vos balivernes : nous avons besoin de tribuns, et non de petits sauteurs, des c....molles. Ayez le respect des opinions des autres


                                                                      • frédéric lyon 7 octobre 2009 09:22

                                                                        Mélanchon est un âne, mais un âne très utile. Il faut lui faire une pub d’enfer, car il devrait pouvoir piquer entre 10 et 30% des voix du PS.


                                                                        A l’autre extrémité du PS, les Verts devraient pouvoir en prendre bien davantage encore et mordre aussi sur le Modem.

                                                                        On va avoir un paysage qui ressemblera beaucoup au paysage politique que l’on aperçoit en Allemagne à l’issue des récentes élections remportées par Angela Merkel.

                                                                        Allez Jean-Luc, appuie sur les pédales bon sang ! Un petit passage chez Drucker, comme notre postier révolutionnaire, peut-être ?

                                                                        Tiens à propos, je pense que tout le monde aura remarqué que le rythme de travail au NPA doit être moins intense qu’à La Poste, puisque Besancenot à bien l’air de se porter comme un charme.

                                                                        Encore un qui n’est pas con, et qui a su se tirer de cet enfer postal avant qu’il ne soit trop tard. 

                                                                        • foufouille foufouille 7 octobre 2009 09:58

                                                                          @ lyon
                                                                          et comme en allemagne, tu pourra bosser pour 3.4€ de l’heure


                                                                        • Charles Martel Charles Martel 7 octobre 2009 09:42

                                                                          personnellement je le trouve plus soviétique que gaulois ce type. Mais je peux me tromper.


                                                                          • BA 7 octobre 2009 10:22

                                                                            De plus en plus de ouistes écrivent que l’Union Européenne va exploser dans quelques années.

                                                                            De plus en plus de ouistes commencent à comprendre.

                                                                            Le ouiste Christian Saint Etienne publie «  LA FIN DE L’EURO  » en avril 2009. Le ouiste Christian Saint Etienne écrit que l’euro va exploser parce que la zone euro n’est pas une zone monétaire optimale.

                                                                            L’Union Européenne va mourir parce que les 27 pays ont des intérêts économiques complètement opposés.

                                                                            Deux mois plus tard, comme pour lui donner raison, l’Allemagne signe l’arrêt de mort de l’Union Européenne ! En juin 2009, l’Allemagne inscrit dans la constitution allemande l’interdiction des déficits budgétaires !

                                                                            Fin septembre 2009, la France fait le contraire de l’Allemagne : fin septembre 2009, la France annonce que ses déficits budgétaires vont littéralement EXPLOSER dans les cinq années qui viennent !

                                                                            Adieu, l’Union Européenne.


                                                                            • Paul Muad Dib 7 octobre 2009 10:58

                                                                              c’est marrant depuis que j’ai dit a deneb que son pseudo était d’origine arabe , il a disparu, étonnant non ?


                                                                              • Ecométa Ecométa 7 octobre 2009 11:13

                                                                                Canard dit : 

                                                                                « En démocratie, la communication est essentielle pour proposer ses idées, qui seront sanctionnées par un vote ».

                                                                                Encore faudrait-il avoir des idées, des idées réellement nouvelles !

                                                                                Tout parti politique confondu nous sommes au degré zéro de la pensée politique économique et sociale ! Qui peut encore sérieusement penser que nous puissions construire notre présent comme notre avenir, sur les pensées libérales libertaires des 17 è, 18 è et 19 è siècles ? Celles du laissez faire, du laissez-passer, du darwinisme et du dumping social, des égoïsmes individuels, de la main invisible (quasi divine) qui équilibrerait naturellement et automatiquement le marché ?

                                                                                Le libéralisme économique, le libre échangisme, l’économisme, tout ceci n’est pas de la modernité ou alors une modernité régressive ; tout ceci, il suffit de regarder notre histoire la plus récente, a déjà placé le monde des humains plus bas que terre !

                                                                                Au plan des principes mêmes de démocratie et d’humanité, ou encore ceux de la République qui les rejoignent : nous régressons ! La raison en est simple, c’est que l’économique, ou plus exactement l’ « économisme » (théorie dogmatique du 19 è siècle abandonnée à l’époque au profit de l’économie politique), ou l’économie pour l’économie, l’économie qui se regarde le nombril : cet économisme domine à nouveau tout : surtout la politique !

                                                                                La démocratie est sensée poursuivre des buts sociétaux, des buts communs, quand l’oligarchie, elle, poursuit des buts en fonction de ses seuls tenants et aboutissants, ceci, au mépris d’une société qu’elle exploite !

                                                                                Déjà, dans le monde de Socrate, l’oligarchie pouvait succéder à la démocratie : il y avait là, un risque possible !  Toutes les sociétés modernes sont des parodies de démocratie car elles sont toutes des oligarchies. Dans le domaine de la démocratie nous régressons et, la raison en est simple : l’économique domine tout et surtout domine la politique !  La démocratie poursuit des buts sociétaux, quand l’oligarchie poursuit des buts qui lui son propre. Cette dernière par l’incompréhension qu’elle génère, par son inadéquation mène au populisme.

                                                                                Dans nos sociétés dites « modernes », donneuses de leçons vis-à-vis de celles un peu moins avancées sociétalement, au lieu de parler de démocratie, ne devrions-nous pas plutôt parler de ploutocratie, d’oligarchie, de technocratie, d’énarchie, voire de « systémocratie » crétine ? Enfin, parler de toute autre chose, de tout ce que l’on veut, mais pas de réelle démocratie ! Même si c’est primordial, il ne suffit pas qu’il y ait processus électoral pour dire qu’il y ait réellement démocratie. La démocratie est complexe, extrêmement complexe et comme toute les choses complexes facilement manipulable, de mille façons et, visiblement, certains ne s’en privent pas !

                                                                                Certains disent que c’est ça la démocratie, et précisément ce que nous vivons ! Non, ce que nous vivons n’est pas de la démocratie mais un détournement de démocratie par ceux que nous avons placés pour nous représenter et agir en notre nom : au nom du peuple ! Mais ils n’agissent pas au nom du peuple… ils agissent seulement au nom d’intérêts particuliers ; le problème c’est que certains pensent (ils sont revenus à Adam Smith) que l’intérêt particulier fait l’intérêt commun ; l’intérêt privé ne fait que l’intérêt privé ! Assez généralement la richesse se garde jalousement et ne se partage pas ! Tout ceci est de la foutaise : ils travaillent essentiellement pour eux !

                                                                                Nos représentants élus démocratiquement détournent la démocratie : une vraie révolution s’impose !


                                                                                • Paul Muad Dib 7 octobre 2009 11:47

                                                                                  @ ecometa...je ne peux que vous plusser...ce genre de propos est un des chemins a suivre pour montrer le vrai visage odieux des gens de pouvoir, a ceux qui dorment encore, salutations..


                                                                                • BA 7 octobre 2009 14:02

                                                                                  Encore un ouiste qui vient de comprendre que l’Union Européenne va exploser dans quelques années  !

                                                                                  Le ouiste Jean Quatremer écrit  :

                                                                                  «  Profitant de la crise, les «  antimaastrichtiens  » de 1992 ne prennent-ils pas leur revanche  ? Car le Pacte de stabilité n’est pas seulement mis entre parenthèses, il a volé en éclat. Les chiffres annoncés jeudi 1er octobre par Christine Lagarde, la ministre des Finances, donnent le tournis  : un déficit de - 8,5 % du PIB en 2010, contre - 8,2 % cette année, un retour sous le plafond des 3 % du Pacte de stabilité renvoyé en 2015 (je répète  : 2015) et encore à condition que la croissance soit d’au moins 2,5 % d’ici là, une dette qui atteindra les 86 % du PIB l’année prochaine (contre 22 % en 1981), l’effet spirale vers les 100 % et au-delà paraissant bien engagé.

                                                                                  Autant dire que le retour à l’équilibre des comptes publics n’aura sans doute jamais lieu, comme le note ironiquement un diplomate allemand  : «  c’est toujours demain avec la France, ce qui veut dire jamais  ».

                                                                                  Il n’a pas tout à fait tort, puisque les 2,5 % de croissance nécessaire à un simple retour dans les clous du Pacte de stabilité paraissent hors de portée  : dans sa dernière «  EU Economy Review  », la Commission européenne estime ainsi que la croissance potentielle de l’Union Européenne sera limitée à 1,5 % durant plusieurs années, les effets à long terme de la crise se conjuguant au vieillissement de la population…

                                                                                  Bref, l’Hexagone s’enfonce inexorablement dans les déficits et la dette. Même si, aujourd’hui, personne ne conteste que cela soit nécessaire pour faire face à la crise, on peut néanmoins déjà s’interroger sur les choix de politique économique et fiscale (du bouclier fiscal au cadeau TVA restauration, en passant par l’exonération des droits de succession) de Nicolas Sarkozy qui ont aggravé une situation qui n’avait pas besoin de l’être. En 2008, il faut le rappeler, le déficit français était déjà de - 3,4 % alors que la crise n’avait pas encore produit ses effets.

                                                                                  À la même époque, l’Allemagne était quasiment à l’équilibre (- 0,1 %), faut-il le rappeler  ?

                                                                                  Ce n’est pas un hasard si les comptes publics allemands sont bien moins dégradés qu’en France  : partant de beaucoup moins loin, le déficit allemand est inférieur à 3 % en 2009 (contre 4 % attendu) et sera sans doute sous les 6 % prévus en 2010. Ce qui pose la question de la stratégie de sortie de crise, la reprise étant annoncée, même si elle demeure fragile.

                                                                                  Côté français, le choix est fait  : le chef de l’État semble avoir définitivement enterré le Pacte de stabilité, poussé par son conseiller spécial Henri Guaino, opposant de toujours à la monnaie unique, comme le montre sa décision de lancer un «  grand emprunt  » dont personne ne sait quoi faire (la preuve  : il a fallu créer une commission ad hoc…).

                                                                                  Le problème est que parallèlement, et tout aussi unilatéralement, l’Allemagne a choisi de renouer avec la rigueur budgétaire dès la crise terminée  : en juin 2009, le Bundestag et le Bundesrat ont introduit dans la Loi fondamentale allemande l’interdiction des déficits pour les Länder à partir de 2020 et, à compter de 2016, sa limitation à - 0,35 % du PIB pour l’État fédéral.

                                                                                  L’arrivée au pouvoir des libéraux du FDP ne va pas arranger les choses  : adeptes de la rigueur budgétaire, ils restent totalement opposés à tout «  gouvernement économique  » de l’Union Européenne qui, pour eux, signifie laxisme généralisé, ce qui n’est manifestement pas tout à fait faux comme le montre la période récente…

                                                                                  C’est à un vrai retour aux fondamentaux auquel on assisterait  : une France endettée et dépensière, une Allemagne vertueuse et économe… Mais un tel couple infernal peut-il partager la même monnaie  ? On peut en douter  : car la Banque centrale européenne (BCE), seul gouvernement économique de la zone euro, sera contrainte de jouer les «  pères fouettards  » à l’égard des mauvais élèves en augmentant ses taux d’intérêt. Autrement dit, l’Allemagne sera privée du fruit de ses efforts, c’est-à-dire de taux d’intérêt bas, à cause d’une France impécunieuse, et sera donc condamnée à une croissance anémiée. À l’avenir, l’euro ne servira plus qu’à protéger les mauvais élèves de la classe, et à pénaliser les bons qui seront condamnés à faire des efforts pour tous.

                                                                                  En clair, le pacte fondateur de l’euro (la stabilité du mark contre l’orthodoxie budgétaire) est rompu au détriment de l’Allemagne  : combien de temps mettra-t-elle avant de sortir de la monnaie unique  ?

                                                                                  Henri Guaino et ses amis doivent bien s’amuser de cette revanche qui s’annonce. Le problème est que ce n’est pas l’Allemagne qui paiera les pots cassés d’une implosion de la monnaie unique, mais la France.

                                                                                  Ce scénario n’est pas écrit d’avance  : mais on voit mal la France effectuer des révisions déchirantes avant la présidentielle de 2012. Les Français ne paieront l’addition qu’ensuite.

                                                                                  Jean Quatremer, sur son blog.

                                                                                  http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2009/10/la-france-contre-leuro-.html

                                                                                   


                                                                                  • franc 7 octobre 2009 16:50

                                                                                    Je reprend la phrase si pertinente de morice

                                                                                    « Le vote Irlandais démontre avec éclat que celui qui a l’argent fait ce qu’il veut des gens. »

                                                                                    l’Irlande cette fois-ci a voté non parce qu’elle est en banqueroute ,et qu’elle n’a pas la taille et la puissance de la France pour résister à la crise,elle n’a aucune industrie .l’Irlande est un tout petit pays qui n’ a pas les moyens de son ambition ,être libre et indépendant ,il faut la comprendre ;elle avait gagné une bataille durant la période de croissance ,elle a perdu une nouvelle bataille lorsqu’elle est ruinée,quoi de plus normal ;---------------------ce qui est une victoire à la pyrrhus pour l’Europe capitaliste,d’un côté matériellement elle a gagné ,mais de l’autre côté elle a perdu moralement ou spirituellement car l’Irlande n’y adhère que par obligation et soumission et à contre-coeur,non par désir et choix libre et avec grand coeur ,en perdant sa dignité.

                                                                                    La faute ,c’est le capitalisme mondialiste qui sème le désordre et la destruction des peuples, des cultures et de la nature .

                                                                                    Le capitalisme mondialiste et en particulier européiste a gagné la bataille d’Irlande mais semble t-il vient de perdre la bataille d’Allemagne avec l’affirmation de la souveraineté du peuple allemand inscrite dans la Constitution ou Loi fondamentale .Quant à la bataille de France ,rien n’est joué ,il y a match nul ,un point gagné pour le camp anticapitaliste mondialiste avec le peuple français qui a dit NON au TCE,un point de gagné pour le camp capitaliste mondialiste avec le gouvernement français qui a dit Oui au TCE.

                                                                                    La guerre continue.

                                                                                    • freelol freelol 11 octobre 2009 08:19

                                                                                      Jean Luc est le seul politique à mes yeux qui n’applique pas le « politiquement correct », met les pieds dans le plat et dit les choses telles qu’elles sont, met ses adversaire en face de leurs contradiction.

                                                                                      Il n’a rien d’un communiste, il vient du PS dont il a été dégouté et c’est pas le seul. Il prône l’union à gauche et la révolution dans les urnes. C’est un homme cultivé, intelligent et à l’écoute des autres. Il parle peut être un peu trop mais j’aimerais que les hommes et femmes politiques soient de sa trempe. On est pas dans le registre de Besson, hypocrite, lèche botte et arriviste sans foie ni loi.

                                                                                      Les promesses engagent ceux qui les prononcent, de qui se moque t’on.



                                                                                        • moebius 11 octobre 2009 22:44

                                                                                           l’Irlande a voté non non pour de raisons qui n’avait aucun rapport avec ce traité, et, l’Irlande a voté oui pour des raisons qui n’avait pas plus de rapport avec ce traité....
                                                                                          A vrai dire ce traité complexe, trop pointu ou mal écrit , pas « populaire »en tout cas , écrit et lisible par des spécialistes ne se prétait pas à un référendum et à une lecture populaire. On ne répond pas par oui ou par non a un tel texte et faute d’y pouvoir répondre sa lecturea donné lieu à tout les fantasmes, interprétations , manipulations ect....


                                                                                          • moebius 11 octobre 2009 22:51

                                                                                             c’est débile..vous étes du coté des supporters du PSG ou de L’OM ?


                                                                                            • moebius 11 octobre 2009 22:52

                                                                                              tout est complétement décalé ici, la remarque précédente s’adressait à ..et puis merde, tout ça n’a absolument aucune éspéce d’importance


                                                                                              • moebius 11 octobre 2009 23:06

                                                                                                 Ce qui est important c’est de noter pour sa gouverne que ce n’est pas ici le contenu de l’information en soit qui importe Celui ci n’a qu’une importance relative dans tout ce magma agoravoxien.
                                                                                                Ce qu’il importe de noter pour sauver sa téte c’est de considérer la mise en relation d’informations par les « internautes » qui n’ont strictement aucun rapport entre elles
                                                                                                 Plus nous nous débattons ici pour sortir de ce magma pour nous faire ce qu’il est convenu d’apeller une opinion plus nous enlisons .
                                                                                                 Ici paradoxalement il n’est nulle part question de la construction d’une opinion. Ici l’opinion se liquéfie.
                                                                                                A bon ententeur, bonsoir

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès