• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le Royaume-Uni nous a quittés. L’anglais est resté
#93 des Tendances

Le Royaume-Uni nous a quittés. L’anglais est resté

Ce sera un paradoxe en Union européenne. L'anglais restera la principale langue de travail de la Commission européenne et du Parlement européen mais ne sera plus rattaché à un des 27 pays restants.

Trois pays de l'Union européenne avaient l'anglais comme langue officielle lors de leur entrée. Il en restera deux à partir du 1er février 2020 : l'Irlande et Malte.

Pour des raisons liées à leur histoire, ces deux pays avaient décidé de ne pas renseigner l'anglais comme langue nationale lors de leur entrée dans la CEE ou l'Union européenne pour Malte. Les Irlandais avaient choisi le gaélique et les Maltais le maltais.

Voila donc qu'avec le départ du Royaume uni, l'anglais n'est plus une des 23 langues nationales restantes renseignées de l'UE. De plus, sans le Royaume Unis, le pourcentage de citoyens ayant l'anglais comme langue maternelle passe de 14% à 1%.

 

Son statut de principale langue internationale rend l'anglais indispensable pour le bon fonctionnement actuel des institutions.

Je prends un simple exemple.

L'UE travaille dans 24 langues officielles. Lors des sessions du Parlement européen, un locuteur letton doit être compris par un croate. C'est important parce que s'il y a un vote, chaque député doit avoir bien eu toutes les informations pour voter en bonne connaissance de cause.

Il faut savoir que cela représente 552 combinaisons linguistiques, Babel était une rigolade à coté de cela.

Il est difficilement imaginable d'avoir des traducteurs pour chaque couple de langues alors on a résolu le problème en passant par une langue relais.

Dans l'exemple, un interprète traduit le discours du letton en langue relais et l'interprète croate traduit de la langue relais en croate. Le député croate reçoit le discours du député letton en langue croate dans son casque d'écoute.

Cela nécessite quand-même 270 interprètes sur une réserve de 1500 accrédités extérieurs.

Il est facile d'imaginer que la langue relais est presque toujours l'anglais et qu'il est impossible pour le moment de passer par une ou des autres langues.

D'après la Commission européenne, l'anglais restera une langue officielle et une langue de travail : il est difficile de se défaire de ses habitudes.

Il y a d'autres cas de figure pour d'autres circonstances où on restreint le nombre de langues mais le problème reste toujours complexe.

 

Le problème se pose autrement pour les publications. Les textes doivent avoir une traduction officielle dans chaque langue européenne. Pourquoi traduire en anglais alors que ce n'est la langue renseignée d'aucun pays de l'Union ?

 

Il est sûr qu'il faut rester amène avec certains pays. Je crois que les Irlandais seraient bien embêtés s'ils devaient se contenter de textes officiels en gaélique.

 

Le parlement européen emploie 600 traducteurs pour cela.

 

On dit qu'il faut l'unanimité des 27 pays restants pour écarter l'anglais mais il faudrait rechercher le texte officiel pour en être sûr et je me demande même s'il existe.

 

Ce serait une revanche cocasse si les Britanniques devaient payer pour avoir une traduction des textes officiels de l'Union européenne.

 

Il ne faut pas oublier qu'avant l'entrée du Royaume uni en 1973, les langues de travail (à la Commission, le Parlement n'existait pas encore) étaient le français et l'allemand. L'anglais n'était pas utilisé.

Je sais que le président Macron avait soulevé le problème en mars dernier et qu'il voulait revenir au français comme langue par défaut des institutions européennes comme avant 1973 mais son idée a reçu un accueil plutôt froid.

Dans la pratique, je me suis rendu compte que chaque fois que je me rends au Parlement européen que ce soit à Strasbourg ou à Bruxelles, c'est le français qui est principalement utilisé simplement parce que presque tout le personnel est francophone ou vit dans un pays francophone.

 

Pour résumer : il y a actuellement trois langues de travail utilisées à la Commission et au Conseil, l'anglais, le français et l'allemand mais l'anglais reste logiquement omniprésent.

L'anglais est la seule langue de travail utilisée à la Banque centrale européenne à Francfort. Madame Lagarde ne va rien modifier.

La Cours de justice de l'Union européenne de Luxembourg délibère en français... ouf, l'honneur est sauf.

 

Il est certain que le problème reviendra, le deux poids lourds allemand et français auraient tort de ne pas profiter du départ britannique pour exercer une pression sur les petit pays récalcitrants de l'Est.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 1er février 08:37

    Anglais = Langue du $$$$$$$$$$$$$

    Dans société ploutocratique : Anglais > Autres langages car Dieu Argent > Tout

    Compliqué comprendre ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er février 09:17

      à l’auteur

      Le Royaume Uni nous a quittéS.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:22

      @Jean-Pierre Llabrés

      Il s’agit sans doute du « nous » de majesté  ?


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 19:53

      @Séraphin Lampion
      .
      Soirée mémorable pour fêter le Brexit, organisée par l’ UPR !
      .
      De nombreux messages de remerciements et d’encouragements venus de GB, et interventions des invités, toutes intéressantes.
      .
      Comme en 40, la GB montre la voie de la Résistance !
      Vive la liberté, vive la GB et vive la France libre !
      .
      Étaient présents : Georges Kuzmanovic (ancien cadre de la FI), Dupont Aignan, Florian Philippot, Jean Bricmont, Dominique Jamet, Jacques Cheminade, Jean Frédéric Poisson, un représentant du Comte de Paris, Pierre Lévy de la revue Ruptures, John Laughland, Gilles Casanova, Mme Fumey (exportations françaises) , un Gilet Jaune, et Philippe Pascot.
      .
      Absents pour cause de piscine :
      Mélenchon, Marine le Pen, le PS & les Républicains.


    • V_Parlier V_Parlier 1er février 21:05

      @Captain Marlo
      Ca m’étonnerait tout de même qu’Asselineau présente la soirée à votre manière (un peu enfantine, je me permets). Pour ce qui est du Brexit, même si je préfère qu’il se fasse je ne rêve pas trop non plus. La GB est partie prenante dans l’empire, et l’UE n’a qu’à bien se tenir...


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 21:54

      @V_Parlier
      Regardez la vidéo avant de causer !


    • CLOJAC CLOJAC 1er février 23:03

      @V_Parlier

      « Pour ce qui est du Brexit, même si je préfère qu’il se fasse je ne rêve pas trop non plus. » 

      Les Anglais ont un énorme avantage de départ : ils ne font pas partie de la zone euro, ce qui écarte les turbulences financières à court et moyen terme.
      J’espère qu’ils vont démontrer que la vie après l’Eurocrature est non seulement possible, mais en outre plus ouverte aux initiatives économiques parce que libérée des diktats des autocrates de Bruxelles.
      Par contre, je trouve indécente et dérisoire la teuf du gros Lino comme s’il était pour quelque chose dans le brexit !  smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er février 23:22

      @CLOJAC

      T’es gentil mais par chez moi les zones de pêche... C’est bien de bavasser ...


    • prong prong 2 février 00:22

      @Captain Marlo

      l’ Europe a enfin réusit a sortit du marché Economique anglais ?
      ha ben non loupé :)


    • CLOJAC CLOJAC 2 février 01:55

      @Aita Pea Pea

      « T’es gentil mais par chez moi les zones de pêche... C’est bien de bavasser ...  »

      Je crois avoir compris que les homards des Anglo comme les poissons autour de UK pourraient faire partie d’un deal bilatéral que Bojo envisagerait avec la France, sans passer sous les fourches caudines des eurotocrates...
      Mais pour le moment, le freluquet n’a pas répondu.
      Trop peur de déplaire à ses maîtres, le caniche !


    • JL JL 1er février 08:56

      Bon article.

       

      ’’Cela nécessite quand-même 270 interprètes’’

       

      Je ne comprends pas : quand un Croate parle, l’interprète croate traduit en anglais, et 26 autres interprètes peuvent traduire de l’anglais vers les 26 autres langues.

       

       Pourquoi faudrait-il 270 interprètes ? Il en faut dix pour faire la même traduction ?


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:12

        @JL

        et de toutes façons remplacer l’anglais par une autre langue (je me demande si l’auteur ne pense pas au français, des fois) il en faudra autant, parce que les Irlandais parlent anglais.


      • Pierre Pierre 1er février 09:55

        @JL
        Merci de vous être intéressé à l’article.
        Je ne connais pas l’organisation du service des interprètes en détails mais je peux vous donner quelques explications d’après ce que j’ai vu et ce que je sais.
        Il y a plusieurs interprètes par cabine. Je suppose qu’ils se relayent et se remplacent en cas de (petits) besoins. 
        Le Parlement européen tient 12 séances plénières de 4 jours à Strasbourg et 6 à Bruxelles. Elles se tiennent dans les grands hémicycle et il y a une cabine par langue.
        Les interprètes font les navettes avec les députés et avec l’administration mais il y a des permanents à Strasbourg et à Bruxelles Les dossiers font aussi la navette et cela en fait des malles qui voyagent par train. smiley
        En plus des séances plénières, il y a les commissions et les groupes parlementaires qui se réunissent dans des salles plus petites. Il y a aussi des salles pour recevoir les visiteurs (touristes) qui ont aussi des cabines d’interprètes.
        Ces réunion peuvent se tenir simultanément donc il faut un nombre d’interprètes en conséquence.
        Les interprètes de réserve extérieures sont appelées quand il y a des invités qui ne parlent pas une des langues officielles de l’UE et qui viennent s’exprimer à la tribune.
        Voila, je vous ai dit tout ce que je sais.


      • JL JL 1er février 09:58

        @Séraphin Lampion
         
         le français est plus précis. Trop, peut-être, dans ce contexte ?


      • JL JL 1er février 10:16

        @Pierre
         
         merci de la réponse.


      • Onecinikiou 1er février 13:20

        @Pierre

        Le Royaume-Uni nous a quittés.


      • Et hop ! Et hop ! 1er février 14:59

        @Onecinikiou

        Le Royaume Uni est toujours en Europe, comme la Suisse, la Norvège ou la Russie.

        Il a juste quitté une organisation bureaucratique qu’il trouvait oppressante.

        Avant son adhésion, on allait en Angleterre avec une simple carte d’identité, comme en Suisse.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:10

        Les avions parlent anglais... ou plutôt américain !

        les ordinateurs et internet aussi,

        les financiers aussi,

        et quand un chanteur français veut vendre sa soupe, il chante en anglais américain

        si l’UE utilise cette langue, c’est parce que c’est la langue du maitre qui dirige l’OTAN, l’OCDE, le FMI, l’OMS.... et la Toulouse School of business, management and economics

        c’est le latin de a religion libérale



        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:14

          @Séraphin Lampion

          l’Atlantique est la mare nostrum de Washington qui est la Rome moderne


        • CLOJAC CLOJAC 1er février 09:37

          @Séraphin Lampion

          « la Toulouse School of business, management and economics  »

          Quand on a créé l’IAE (sixties) il n’y avait aucun matériel pédagogique susceptible de rivaliser avec l’étude de cas à l’américaine.
          Donc, on apprenait grâce à des polycops de la Harvard Business School.

          C’était plus réaliste que l’enseignement universitaire qui analysait l’économie au travers des kolkhozes, sovkhozes et autres sovnarkhozes...
          Narcose garantie à la fin !

          En ce temps-là, pour trouver un emploi intéressant, il fallait déjà parler très correctement l’anglais et s’exiler aux States où on vous donnait une chance, en vous jugeant aux résultats, un concept que les froggies abhorrent.


        • Kylo REN 42 Chaussette42 1er février 09:40

          @

          TEST QI de base règlementaire #U42 puis #U1 à #U♾ -> ZIZOU, présent ?


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:45

          @CLOJAC

          La pyramide de Maslow et la matrice BCG de Bruce Henderson auraient donc supplanté les manuels scolaires de la troisième république ?. 


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 09:47

          @Chaussette42

          Ben Oït n’est pas là aujourd’hui ?
          Benoit, Madame, Benoit...


        • Kylo REN 42 Chaussette42 1er février 09:48

          @Séraphin Lampion

           smiley tu sais parler aux Mustangs indomptables, toi, l’ami ! ✌️👍☝️


        • CLOJAC CLOJAC 1er février 10:15

          @Séraphin Lampion

          « La pyramide de Maslow et la matrice BCG de Bruce Henderson auraient donc supplanté les manuels scolaires de la troisième république ? ». 

          Maslow est plutôt utilisé en anthropologie, RH et dynamique de groupe.
          Quant aux différentes matrices, elles inculquent les bases de l’organisation couplées à la comptabilité analytique, préparant les décisions. Mais l’essentiel ne consiste pas comme en France à réciter par cœur une connaissance livresque...

          Mais à vous placer en situation de simulation, dans des cas stratégiques inspirés de la faillite ou du boom ou de la fusion ou rachat d’une entreprise réelle, et de voir comment vous réagiriez au cours d’ un brain storming débridé où les profs n’étaient plus des guides mais des adversaires vicieux et sournois.

          Parce qu’il n’y avait pas de bonne réponse écrite d’avance. A chacun de défendre la pertinence de ses options. Inventer des stratégies de contournement. Savoir s’imposer dans l’adversité et adapter ses décisions aux ripostes adverses. Prouver que vous auriez pu gérer l’affaire mieux que ses protagonistes.


        • Fergus Fergus 1er février 11:58

          Bonjour, Séraphin Lampion

          « c’est le latin de a religion libérale »

          Pas faux, mais connoté politiquement. L’anglais, c’était, dès avant cela, le latin du commerce international. A cet égard, n’oublions pas l’importance considérable qu’a joué le commonwealth britannique dans l’expansion planétaire de l’anglais.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 12:10

          @Fergus

          vous croyez que le latin n’était pas connoté politiquement, que ce soit pour l’administration de l’empire romain ou celle de l’église catholique qui s’est édifiée sur ses décombres ?


        • Fergus Fergus 1er février 12:44

          @ Séraphin Lampion

          Vous avez raison. Je voulais simplement souligner la dimension commerciale, à mon avis essentielle dans l’expansion de l’anglais au cours de l’histoire.


        • mmbbb 1er février 13:07

          @Séraphin Lampion «  les ordinateurs et internet aussi,  » De Gaulle voulait un plan calcul europeen puisque cet auteur parle de l Europe, ce plan calcul a echoue , L informatique a ete invente en Europe,algebre de Boole dont Shannon s est servi pour ses circuits , Les mathetiques notamment la decomposition des nombres par mantisse et log qui permet a l ordinateur de calculer , c est aussi en Europe . Neumann a eu l idee d integrer le registre etc et Louis Pouzin a ete un des pionniers de l envoi de l information par paquets , C est le principe d Internet avec la normalisation OSI 7 qui permet a celui ci de fonctionner . Il est toujours étonnant de voir aboyer les europeens alors que nous avions les elements techniques pour s imposer Idem pour GOOGLE, nous avons decide de lancer Q WANT 30 ans apres L art de regarder les trains passer et de geindre 
          Quand Dassault reussit avec son logiciel de modélisation CATIA , on crache sur cette entreprise , Etonnant notre mentalité 


        • Et hop ! Et hop ! 1er février 15:04

          @CLOJAC : «  En ce temps-là, pour trouver un emploi intéressant, il fallait déjà parler très correctement l’anglais et s’exiler aux States »

          De 1965 à 1985, la France était la 3e puissance économique du monde après les USA (250 millions d’habitants) et le Japon (100 millions).


        • velosolex velosolex 1er février 18:11

          @Fergus
          Si pour les affaires et le rock and roll, l’anglais est bien pratique, plus concis et synthétique, en littérature le Français à tout de même une précision bien supérieure à l’anglais. Il suffit de lire un texte littéraire dans les deux langues pour s’en apercevoir, en dehors du fait que la page française nécessitera un bon tiers de papier en plus., pour élaborer les nuances... Evidemment, ça fera sourire certains anglais , mais d’autres seront d’accord.
          Ainsi une écrivaine, comme Nancy Houston, anglophone, et s’étant mise au français, dit avoir été sidéré par la qualité littéraire de la traduction d’un de ses livres. Cela a été pour elle de l’ordre de la révélation.
          Tout à coup notre langue, par sa grammaire, l’infini de la conjugaison des temps, lui a paru bien plus propre à rendre compte de la palette de nuances de ses émotions. 
          Dorénavant elle écrira en français. Elle pensera en Français. Et puis retraduira le texte pour l’éditer en anglais. Une démarche qui n’est pas unique. Bien des écrivains étrangers écrivent en Français, une langue qui impose sans qu’on s’en aperçoive un regard précis sur l’existence, alliant l’émotion et la logique. Cet esprit rejaillit indubitablement sur nos pratiques, et notre façon de voir le monde. 


        • Kylo REN 42 Shaw42 1er février 18:17

          @velosolex

          Si Maître EOLAS sous son identité civile ne me fait pas un signe de vie clair, net et sans détours, dans les 5 minutes -> EXIT !

          Inutile de te préciser que tu dégages avec, comme Snoopy86 !


        • CLOJAC CLOJAC 1er février 20:01

          @Et hop !

          « De 1965 à 1985, la France était la 3e puissance économique du monde après les USA (250 millions d’habitants) et le Japon (100 millions).  »

          Pourtant le brain drain était une réalité.
          Pour au moins 2 raisons :
           Un entrepreneur-inventeur au sens de Schumpeter était déjà corseté par les diktats d’une administration pléthorique, quand c’était si facile d’aller monter sa boîte outre-Atlantique. 
           Un aspirant cadre sup’, même avec une valise de peaux d’ânes, s’il n’avait pas un réseau de relations familiales, ne se voyait proposer que des postes subalternes en France. En Amérique, on lui donnait une chance de faire ses preuves.


        • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:05

          @mmbbb
          Quand Dassault reussit avec son logiciel de modélisation CATIA , on crache sur cette entreprise , Etonnant notre mentalité 

          .
          Oui, enfin ..., petit bémol ! Le logiciel CATIA, qui sert dans le monde entier, a été financé par de l’argent public. Mais il fait désormais partie de la fortune personnelle de la famille Dassault, dont il constitue la plus grande partie...
          .
          On privatise les profits et on socialise les pertes, c’est le favoritisme d’Etat !
          « Argent public, fortunes privées » enquête d’Olivier Toscer.
          .
          (...) Sur le théâtre d’ombres du favoritisme d’État, la règle est donc de privatiser les gains et de socialiser les pertes. Même l’actuel ministre des Finances et ancien vice-président du Medef, Francis Mer, a gagné ses galons de bon gestionnaire à la tête d’Usinor en «  restructurant » la sidérurgie française grâce à 85 milliards de subventions publiques ...etc


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er février 20:26

          @CLOJAC

          Ia orana . Suis d’accord...la diplomite en France tue les initiatives et certains recrutements .


        • mmbbb 1er février 20:54

          @Captain Marlo le THOMSON T O 7 a ete fiance par l Etat et il a fini au placard Quant a Internet , c est le département américain de la defense ARPANET qui l a finance . Combien d entreprises americaines sont financées par le budget de la defense qui avoisine les 600 milliards de dollars .
          Cest Mittal qui a profite de la sueur du contribuable francais en achetant Acerlor . Acier de haute technologie qui manquait a son offre Quant on est con 


        • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 21:05

          @mmbbb
           Combien d entreprises americaines sont financées par le budget de la defense qui avoisine les 600 milliards de dollars .


          .
          Ce n’est pas parce que les USA financent avec les impôts les entreprises, sans leur demander de verser au pot commun, que nous devons faire la même chose... !
          .
          Il faut voir dans quel état se trouvent les services publics aux USA, l’état des ponts, des routes et des voies ferrées, un désastre ! Quant à la santé, n’en parlons même pas.
          .
          Si l’ Europe prend les USA comme modèle, on n’est pas sortis de la mouise.... !! 


        • assouline assouline 2 février 00:37

          @Captain Marlo
          .

          Le logiciel CATIA, qui sert dans le monde entier, a été financé par de l’argent public.


          .
          Faux.

          CATIA, tout comme SolidWork, a été développé par Dassault System.
          Or, Dassault System n’est pas une société publique mais une filiale du Groupe Dassault qui n’a reçu aucune subvention pour développer CATIA.
          .
          Ajoutons qu’en ce qui concerne SolidWork, Dassault en a libéralisé l’usage après l’avoir développé à ses frais ce qui en fait un logiciel d’apprentissage gratuit pour les étudiants et apprentis et donc pour le système éducatif français.
          .


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 février 02:41

          @Séraphin Lampion

          Tout à fait. Les Occidentaux se sont parlé et compris en latin pendant des siecles alors que Rome était redevenue pratiquement une bourgade. L’anglais restera la langue véhiculaire dominante, meme quand l’évolution divergentes de ses divers locuteurs à Londres, au Texas, au Bronx, à Delhi. au Nigeria, etc, fera qu’il leur faudra des traducteurs pour converser, comme il en a fallu en bout de ligne aux Francais, aux Espagnol, aux Roumains et autres « latins » pour se comprendre....

          PJCA
           


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 08:12

          @Séraphin Lampion
          Et ils nous obligent à écouter sans arrêt des chansons en anglais que j’ai bien du mal à comprendre et que la plupart des français comprennent encore moins que moi. Je connais même des chanteurs dans des petits orchestres qui interprètent des chansons en anglais sans rien y comprendre. Ils veulent nous imposer leur langue. Il faudra après le Frexit reprendre des mesures de défense de la langue française. Interdiction d’émettre à la TV des chansons en langue étrangère sans proposer avec une traduction en sous-titrage... Plus de « Debunkers de hoax » mais des démystificateurs des ragots de l’internet...


        • Raymond75 1er février 09:37

          L’anglais est la seule langue internationale de fait, et c’est sa facilité d’apprentissage (au contraire du français) qui a permit sa généralisation.

          C’est un fait, et c’est très bien. Il est regrettable que l’ensemble de l’humanité ne parle parle pas anglais en première langue, comme cela tout le monde pourrait se parler. Moi qui ne parle que très médiocrement l’anglais, je suis en difficulté dès que je franchi une des 27 frontières européenne, et que dire pour le reste du monde.

          La langue est un outil, ce n’est pas elle qui façonne la pensée, sinon aucune traduction ne serait possible.

          Dire « passe moi le sel », « je t’aime », « je te déteste pauvre con(ne) », « que faites vous ce soir » n’est pas une pensée ordinaire qui dépend de la langue, et c’est bien la vie de tous les jours.

          Avez vous lu ’Guerre et paix’ en russe, la bible en araméen, le manuel d’utilisation de votre Toyota en japonais ?

          Une langue universelle rapproche les peuples, et heureusement tous les jeunes qui font des études se débrouillent maintenant en anglais.


          • CLOJAC CLOJAC 1er février 09:50

            @Raymond75

            « Une langue universelle rapproche les peuples, et heureusement tous les jeunes qui font des études se débrouillent maintenant en anglais.  »

            Le seul grief que peuvent faire les Français, c’est qu’après 1918 les changements géopolitiques, stratégiques et économiques planétaires ont imposé l’anglais.
            Contre USA et Commonwealth, la lutte était trop inégale.

            Avant, le français était la langue de la diplomatie, des traités comme des accords commerciaux, de la culture, et même de l’aviation naissante (OACI à Montréal)

            Néanmoins, je me souviens que dans les seventies, l’Alliance française était encore très dynamique, et tous les jeunes gens bien nés de Turquie, d’Iran et d’Afghanistan mettaient un point d’honneur à parler français. 


          • rogal 1er février 09:55

            @Raymond75
            Malins ces Irlandais, qui ont pris quelques siècles d’avance.


          • assouline assouline 1er février 11:13

            @Raymond75
            .
            Bien que parlant couramment l’anglais, j’ai le même problème que vous lorsque je me promène en Europe.
            Car l’apprentissage de l’anglais par la jeune génération européenne n’est pas aussi avancée, selon ce que je constate, qu’il est prétendu régulièrement.
            Première surprise, les Allemands ! Tous ne bénéficient pas d’un niveau d’étude suffisant pour entretenir une conversation en anglais...
            Plus on va vers l’Est, plus c’est difficile.
            La Serbie est sans doute la contrée européenne où l’anglais est le plus ignoré, la différence avec la Croatie voisine étant flagrante...


          • Fergus Fergus 1er février 11:22

            Bonjour, Raymond75

            Je partage totalement votre point de vue. Et c’est pourquoi le fait que l’anglais reste la langue de communication au sein de l’Union européenne ne me choque pas, bien au contraire. Et cela d’autant moins qu’elle permet des échanges partout sur le continent, ce qui ne serait pas le cas avec le français ou l’allemand.


          • Désintox Désintox 1er février 12:52

            @Raymond75
            « c’est sa facilité d’apprentissage (au contraire du français) qui a permit sa généralisation. »

            Bof.

            Le linguiste Claude Hagège n’est pas de votre avis.


          • Et hop ! Et hop ! 1er février 15:10

            @Raymond75 : «   Il est regrettable que l’ensemble de l’humanité ne parle parle pas anglais. »

            Il est regrettable que tous les gens n’aient pas tous la même tête, le même mode de vie, et les mêmes idées, qu’il n’y ait pas qu’une seule marque de voiture, et même un seul modèle, ça ferait des économies.


          • velosolex velosolex 1er février 16:49

            @assouline
            Ce sont les pays du nord qui sont le plus anglophones, sans doute en raison des liens commerciaux et des racines linguistiques : Hollande, Allemagne, pays scandinaves. Le sud par contre, en particulier l’Espagne, c’est zéro.


          • mmbbb 1er février 17:17

            @CLOJAC 40 % des mots anglais viennent du francais . Le francais etait aussi la langue de l aristocratie , toutes les cours d Europe le parlait. Voir la correspondance de voltaire .
            La perte d influence du francais est en corrélation avec notre recul économique , nous ne sommes plus une grande puissance et nous etions plutot tourné vers notre passe glorieux avant de s apercevoir que le monde avait changé .
            Quant a l anglais , il domine aussi dans l echange scientifique , aucun rapport n est ecrit en francais .
            Le probleme des francais est qu il maîtrise assez mal leur langue vernaculaire et qu ils barbottent en anglais .
            Le probleme des francais , est que les médiateurs de cette langue ( journalistes , politique Sarko par exemple ) et d autres véhiculent un langage « globish » .et un francais tronque dont le vocabulaire est souvent pauvre 
            C est ainsi .


          • velosolex velosolex 1er février 17:46

            @mmbbb
            L’Angleterre n’est plus depuis longtemps une grande puissance, et pourtant l’anglais s’est imposé. Sans doute parce que les usa le parle, mais aussi grâce à sa grande facilité d’apprentissage.
            La difficulté des français à parler anglais vient de l’absence de l’accent tonique en français, alors qu’il i est hyper important dans l’anglais. Il est présent par contre dans la langue bretonne. Je veux pas faire la promotion de ma langue régionale à tout prix, et sans doute qu’on le trouve dans d’autres, mais cela est révélateur de la bétise jacobine.
            Les bilingues de naissance apprennent bien plus facilement une nouvelle langue que les autres. C’est la règle à peu près partout en Europe, sauf en France, où elles sont opprimées. Notre pays n’a pas ratifié la charte européenne des langues régionales...On se bat pour défendre le tibétain, ou le lapon, mais pas le Breton ou le basque….. Ajoutons à cela que le français est une langue pauvre en phonèmes, et qu’il est évident que c’’est une difficulté de plus, car il est difficile de reconnaitre les sons qui ne sont pas présents dans sa langue maternelle, et on a un aperçu du problème. 


          • velosolex velosolex 1er février 17:56

            @mmbbb
            Pour l’anglais, la bouillabaisse, ce globish, a encore bien plus investi leur langue que chez nous. C’est la rançon de l’internationalisation. La même chose que l’espagnol. Les ibériques doivent se farcir les feuilletons brésiliens à la télé, qui sont du même niveau affligeant que la soupe yankee qui passe sur des chaines anglaises.

            Je n’envie pour cela aucunement les anglais. Car il y a bien cet effet fâcheux de l’internationalisation, qui rabote la langue de Shakespeare, et leur revient en feet back, et appauvrit terriblement. De plus, elles aboutissent au fait que les anglais ne soient pas conscients qu’apprendre une autre langue est une ouverture, un enrichissement. Chaque langue a sa richesse, une forme d’intelligence, et leur disparition est dramatique. 


          • Désintox Désintox 1er février 18:14

            @velosolex
            "C’est la rançon de l’internationalisation. La même chose que l’espagnol. Les ibériques doivent se farcir les feuilletons brésiliens"

            Ça me fait penser à l’orchestre de Ray Ventura qui avait embarqué pour le Brésil et qui avait potassé des cours d’espagnol pendant la traversée.


          • Xenozoid Xenozoid 1er février 18:20

            @Désintox

            pour sa défence

            le portugal fait parti de la péninsule ibérique,et la blague :
            c’est d’éssayé d’être italiens en argentine


          • velosolex velosolex 1er février 18:43

            @Désintox
            L’exemple est fâcheux. J’ai confondu Madrid et Lisbonne, ou je regardais éberlué, les télénovelas dans des petits restos qui passaient en boucle les programmes brésiliens, avec une curieuse impression de me trouver à Rio, impression centrifugée par les cap verdiens flamboyant de couleurs et de beauté.
            Un métissage qui chez les femmes laissait rêveur de tant de beauté. 
            Lisbonne est vraiment une belle ville monde, même si elle perdu en grande partie la saudade, et que Fernando Pesoa ne la reconnaitrait guère. 


          • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:18

            @velosolex
            .
            C’est ce qu’explique les linguistes, la langue française ne fonctionne pas sur les mêmes fréquences, d’où la nécessité d’apprendre les langues étrangères très jeunes, après l’oreille française n’entend plus !
            .
            Ainsi les fréquences préférentielles des sons de la langue anglaise, au-delà de 2.000 hertz, sont-elles très différentes de celles de la langue française, entre 100 et 300 hertz et entre 1.000 et 2.000 hertz. D’où une réelle difficulté pour notre oreille à les enregistrer et pour notre langue, à les reproduire.

            .
            Mais on s’en fout, bientôt l’UE éclatera, adieu le franglais, Macron se recyclera !
            Et il deviendra urgent d’apprendre l’Iranien, le Russe, le Vietnamien, l’Espagnol & le Portugais pour l’Amérique latine, et le Chinois !


          • CLOJAC CLOJAC 1er février 20:21

            @mmbbb

            « 40 % des mots anglais viennent du francais . »

            Précisez du français médiéval qui n’existait pas encore (unification au XVIème, on cite l’ordonnance de Villers-Cotterêts mais elle ne fut pas d’effet immédiat partout)
            Jusque là, en dehors de la cour, le proto-français était lui même une bouillie des parlers des différents envahisseurs, Romain, Celtes, Francs, Germains, Normands et autres barbares venus de l’Est.
            Sans parler des curés, des astronomes et des médecins qui croyaient se donner l’air intelligent en jargonnant en latin. 
            Ensuite, les mots passés en « anglais » (qui n’existait pas non plus, au sens où nous entendons une langue normée) ont évolué dans leur prononciation et parfois leur sens de façons tellement différentes qu’on ne reconnaît les racines qu’à la lecture.
            Sans parler des innombrables false friends.


          • velosolex velosolex 1er février 23:54

            @CLOJAC
            Cet ajout de mots français vient des normands, qui ont envahi l’Angleterre après la bataille d’Hastings. Certains sont intacts, comme « capote » d’autres ont dérivé, comme « la toile », qui est devenu towel à l’exportation. En Normandie on continue à passer « la toile » pour dire la serpillère . Pour rejoindre ce qui vous dites au niveau de l’évolution des mots, et de leur origine parfois étonnante, le terme marmelade, qui vient de la confiture qu’on avait demandé au cuisinier français de fabriquer à la cour d’Ecosse pour la jeune reine Mary, qui lui avait on dit était malade. « Mary malade » est devenu marmelade. 
            Le quartier de Londres « Elephant and castle » vient de l’époque ou« l’infante de castille » y séjournait. Le français est resté la langue parlée par l’aristocratie anglaise, descendant de la chevalerie normande, jusqu’au quatorzième siècle. richard cœur de lion, ne parlait pas un mot d’anglais. Tous les mots d’animaux domestiques viennent de l’anglais, alors que ceux désignant leur viande, réservée à l’aristocratie sont souvent d’origine française. 
            Sheep donne mutton pour la viande. Cow devient beef...Il aurait pu idéalement y avoir un mélange subtil qui aurait résisté aux guerres, et qui aurait continué à mixer les deux langues pour en faire une seule. En France, le Breton lui a évolué par l’apport des Gallois et des cornouaillais dont plusieurs centaines de milliers ont passé la manche, lors de l’invasion des saxons, renouvelant cette vieille langue celte, qui est bien plus ancienne que le français, et selon des spécialistes assez proche de l’ancien gaulois


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 08:21

            @CLOJAC
            « 40 % des mots anglais viennent du francais . »

            A moins que ce soit 40% des mots français qui viennent de l’anglais. Au moyen âge, l’aristocratie anglaise était la même que l’aristocratie française avec la famille Plantagenêt des deux côtés de la Manche. Ils avaient été précédés par Guillaume le conquérant. Ils parlaient la même langue : ni l’anglais ni le français actuel. (J’ai vu des films où ils mettent un traducteur entre les deux !!!). Il y avait d’ailleurs une multitude de langues, de dialectes et de patois... La langue de la cour (des deux cours) était une sorte de langue d’oil.


          • velosolex velosolex 2 février 11:10

            @Jean Dugenêt
            Non, les aristocrates anglais d’origine normande ne parlent pas un globish proche de l’anglais, mais bien le Français, et souvent le latin, qui est la langue des clercs. J Ils se définissent comme normands, allant d’un coté à l’autre de la manche. « Honni qui mal y pensent » devise de l’Angleterre, vient de cette époque. Et c’est dans cette volonté d’ailleurs de continuer à régner des deux cotés que se situe l’origine de la guerre de cent ans, une guerre d’ailleurs qui n’oppose pas de façon aussi caricaturale anglais et français, mais en raison des alliances, inclus bourguignons, et bretons dans des schémas d’alliance avec les anglais, à cette époque ou ces royaumes sont indépendants. Il reste à savoir ce qui restait de la langue scandinave dans ce langage des normands, appelé le norrois. Le danois a continué longtemps à être parlé dans le nord de la Normandie . Nombre de lieux normands et de noms de famille portent encore cette empreinte. Orbec, Evreux, Yvetot, Honfleur, portent bien cette empreinte. Pour les noms, Anquetil, Hocquetot, Osmond, attestent indubitablement des lieux de colonisation. Le Français à absorbé lui aussi cette influence 

            "Le vieux norrois a influencé de nombreuses langues : le russe, l’anglais, le normand et le français via le normand. Les langues qui en sont aujourd’hui les plus proches sont l’islandais, qui en conserve un fonds très important, le féroïen et dans une moindre mesure les langues scandinaves.

            En France, la toponymie normande et l’anthroponymie sont caractérisées par la présence d’appellatifs toponymiques issus du vieux norrois (both > -beuf « barraque, village », topt > -tot « établissement », bekkr > -bec « ruisseau », lundr > -lon « bois, forêt », lunda > londe « bois, forêt », thorp > torp(s), tour(p) « hameau », thveit > -tuit, Thuit- « essart », etc.) et les nombreux noms de personnes qui y sont inclus, ainsi que l’existence de nombreux patronymes, jadis prénoms (Ouf, Ingouf, Toutain, Anquetil, Turquetil, Angot, Anfry, Estur, Doudement, etc.) ; ceci est dû à l’installation de colons danois, norvégiens et anglo-scandinaves au Moyen Âge qui se poursuit sur plusieurs générations après la création d’une principauté normande (en 911)." 

            Source wilkipédia


          • Krokodilo Krokodilo 3 février 19:21

            @Captain Marlo Cette histoire de « fréquence d’une langue » est une grosse daube lancée par un ORL, un seul, jamais confirmée par qui que ce soit, mais largement reprise parce qu’explication facile à une question multifactorielle, reprise entre autres par l’émission de santé si connue... C’est l’homéopathie des langues, le chewing-gum de la linguistique !


          • Trelawney Trelawney 1er février 10:05

            A l’étranger je ne suis jamais dépaysé. Dans n’importe quel endroit où l’on se trouve, vous entendrez toujours un compatriote demander avec un certain agacement : « Comment, vous ne parlez pas français ? »

            C’est ce qui fait notre spécificité et ça fait beaucoup sourire les étrangers.

            Donc, le breixit acté, la plus grosse interrogation sur l’avenir de l’UE est (selon les français) : « quelle langue va-t-on parler ? ». je propose le latin.


            • assouline assouline 1er février 11:04

              On feint d’ignorer ici que l’Anglais est la langue de loin dominante dans les relations internationales.

              L’Union européenne n’entretient pas des relations que sur le plan intérieur...

              Une donnée qui explique que l’anglais soit encore requis comme langue de travail et de communication publique


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 08:27

                @assouline
                « On feint d’ignorer ici que l’Anglais est la langue de loin dominante dans les relations internationales. »

                Je ne sais pas et si c’est le cas j’aimerais en connaître la cause. Qui veut imposer cela ? Avec quels moyen ? Il y a-t-il aussi ici une volonté de dominer, de s’imposer.

                La langue qui est sans doute la plus parlée au monde est le mandarin.

                C’est vrai qu’à la télé nous avons les oreilles serinées par de l’anglais... serinées et saturées.


              • Giordano Bruno 1er février 11:15

                Il existe une langue pivot facile à apprendre : l’esperanto.


                • Fergus Fergus 1er février 11:26

                  Bonjour, Giordano Bruno

                  Une langue totalement artificielle dont l’échec est patent. 
                  Normal : pourquoi s’emmerder à apprendre une langue construite de toutes pièces alors que l’anglais  fut-ce sous la forme du globish  s’est imposé partout sur la planète depuis des décennies ???


                • Désintox Désintox 1er février 12:53

                  @Giordano Bruno

                  L’Espéranto serait une langue européenne intéressante, mais il faudrait former toute la population et donc avoir des formateurs en nombre suffisant.


                • mmbbb 1er février 17:17

                  @Désintox vaste programme !


                • velosolex velosolex 1er février 17:34

                  @Désintox
                  l’anglais est une forme d’esperanto, puisqu’il s’est construit sur des racines celtes, saxonnes, et latines. 


                • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:25

                  @Fergus
                  pourquoi s’emmerder à apprendre une langue construite de toutes pièces alors que l’anglais — fut-ce sous la forme du globish — s’est imposé partout sur la planète depuis des décennies ???


                  .
                  On sent bien votre attachement profond à la francophonie... Heureusement que bien des peuples dans le monde aiment la langue et la culture française !
                  .
                  « UPR- 2014- Journée internationale de la francophonie, l’ UPR se réjouit de l’expansion de la langue française dans le monde ! »
                  .
                  Si on ne comptait que les macroniens, ils vendrait l’identité française pour une poignée de figues, et enterreraient la France vivante ! 


                • velosolex velosolex 2 février 00:00

                  @Fergus
                  De plus je me souviens avoir lu une polémique sur le sujet. Certains reprochant à l’esperanto de faire la part belle à la langue de leurs investigateurs, et d’être une photo coloniale d’un temps donné, excluant pas mal de langues, ou les sous représentant. 
                  Cela part sans doute d’une belle idée, comme beaucoup d’utopies, mais à l’usage des inconvénients se manifestent.
                  Celle d’abord de ne pas avoir de substance, de patois, d’histoire, de littérature, de tout ce qu’une langue peut se nourrir. L’esperanto, c’est quelque chose de figé. Mais peut être je me trompe, et que quelqu’un m’apportera la contradiction


                • Krokodilo Krokodilo 3 février 19:28

                  @Fergus depuis le temps que vous vous jetez sur les articles qui parlent ou évoquent l’espéranto, vous savez parfaitement que vos remarques sont tout simplement fausses. L’espéranto n’est pas « totalement artificiel » puisque les racines des mots sont puisées dans diverses langues (latines et germaniques surtout), donc issues de millénaires de l’esprit humain. de même que les structures grammaticales. Par contre, vous fournissez un excellent exemple de la propagande et de la mauvaise foi de certains pro-anglais.


                • Krokodilo Krokodilo 3 février 20:08

                  @velosolex les réponses à ces questions sont longues et surtout elles placent l’espéranto sur la défensive. Le problème est plus clair si on part de plusieurs constats (niés) : le mur de Babel est toujours là (la majorité de l’Humanité ne peut se comprendre, par exemple nous et un paysan chinois) Les milieux économiques, scientifiques, culturels qui usent de l’anglais sont une toute petite minorité, la classe sociale cultivée polyglotte (mais beaucoup ont un niveau médiocre, le kitchen english ,broken e., anglais d’aéroport ou de Bruxelles, globish). Malgré les efforts énormes en temps et en pognon, l’obligation scolaire de plus en plus jeune, la pression médiatique, le niveau est toujours médiocre (non parce que les Français sont cons, mais parce locuteurs d’une langue influente, il y a une résistance inconsciente à l’anglicisation, une auto-défense). Veut-on devenir comme la Suède, où la fac enseigne en anglais et la langue perd son vocabulaire technique ? Dans le même temps, depuis 50 ans les USA, la GB n’ont aucun complexe à propager de tout leurs poids et de nombreuses structures leur langue dans toutes les instances internationales ! On refuse de regarder que la question est politique, on cherche (en vain) LA méthode pédagogique... L’espéranto n’est sûrement pas la panacée, c’est seulement ce qui a été fait de mieux dans l’optique d’une langue internationale largement plus simple et plus neutre. Personne ne le prétend parfait personne n’a la moindre idée de ce que serait la perfection dans ce domaine. Que des grands noms comme Umberto Eco aient reconnu sa valeur n’y fait rien, en France le dédain des élites est phénoménal (à quelques exceptions près : la chronique récente de F. Reynaert sur l’Obs qui ne contient ni bêtise ni mépris) Vous trouverez facilement les réponses aux autres aspects sur Internet.


                • Raymond75 1er février 11:40

                  Il faut quand même rappeler que avant que les ’hussards noirs’ de l’éducation nationale n’imposent, je dis bien imposent, le français comme langue unique, deux Français qui habitaient à 100 km ne se comprenaient pas, idem dans les armées lors des guerres. Qui regrette réellement cette époque ?

                  L’alsacien s’est maintenu car les alsaciens ont des liens plus forts avec l’Allemagne qu’avec ’les Français de l’intérieur’. Toutes les autres langues régionales relèvent aujourd’hui du folklore de quelques nostalgiques, et ne sont plus pratiquées.

                  Lentement mais surement, il en sera de même avec le français en tant que langue de communication.


                  • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:34

                    @Raymond75

                    J’ai découvert récemment que Jules Ferry avait développé l’école, non pas par amour des Français et de la culture, mais pour servir les projets colonisateurs.
                    Une sorte de militarisation de l’école, il les a donc appelés « les hussards noirs de la République »...
                    .
                    Jules Ferry
                    , discours à la Chambre des députés du 28 juillet 1885 :

                    "Ce qui manque de plus en plus à notre grande industrie, ce sont les débouchés. Il n’y a rien de plus sérieux. Or ce programme est intimement lié à la politique coloniale. Il faut chercher des débouchés.

                    Il y a un second point que je dois aborder : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je dis qu’il y a pour elles, un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le droit de civiliser les races inférieures."etc


                  • velosolex velosolex 2 février 00:09

                    @Captain Marlo
                    Jules Ferry avait pourtant de bonnes idées, mais il était dans la pensée de son temps, et l’idée coloniale paraissait une belle idée, même si maintenant, elle nous révulse. Bien peu furent des visionnaires. Je pense au livre de Segalen ’les immémoriaux« ...
                    Mais Jaurès lui même se fit le chantre de la colonisation. Je cite de mémoire : » Il est juste que nous faisions profité les peuples africains des lumières de la civilisation, comme nous avons bénéficié des lumières de Rome à une autre époque pour nous sortir de la sauvagerie."
                    Déclaration intéressante, car elle représente la colonisation comme une légitimité, presque un devoir moral. L’utilisation de l’histoire là est instrumentalisée, dépendant d’une vision liée au positivisme. La culture n’est donc pas une garantie de clairvoyance. Tout dépend de la conception du monde que l’on a. Mais quant on place une civilisation comme supérieure à une autre, parfois tout benoitement, comme une évidence, alors il faut s’attendre au pire. 


                  • JMBerniolles 1er février 13:05

                    Bonjour Pierre, Bien sûr l’anglais est la langue de l’empire dominant anglo saxon. Mais il y a plus que cela. Un monde globalisé a besoin d’une langue commune. Et l’anglais a une efficacité extraordinaire avec une grande capacité d’adaptation. Ce qui fait que cette langue s’impose lorsque la technologie ou la pensée en général font des progrès. J’aime beaucoup l’humour anglais, il doit beaucoup à sa langue... Tout cela ne devrait pas nous empêcher de sauvegarder notre culture. Malheureusement nous sommes dans la Soumission comme disait Houellebecq.


                    • agent ananas agent ananas 1er février 13:13

                      Il faut savoir que cela représente 552 combinaisons linguistiques, Babel était une rigolade à coté de cela.

                      Est-ce pour cela que le parlement européen à Strasbourg ressemble à la Tour de Babel de Bruegel ?

                      D’après la Commission européenne, l’anglais restera une langue officielle et une langue de travail : il est difficile de se défaire de ses habitudes.

                      Et aussi par simplicité, l’anglais est une devenue une langue dominante car c’est une langue plus directe et synthétique que les langues latines ou slaves par exemple, dont les grammaires sont plus complexes.

                      Enfin il s’agit sans doute aussi de garder l’Europe arrimée aux USA ... économiquement, stratégiquement et culturellement !


                      • agent ananas agent ananas 1er février 13:17

                        @agent ananas

                        PS : Ce dont on peut être sur est que l’UE continuera d’utiliser la langue de bois !


                      • Fergus Fergus 1er février 16:20

                        Bonjour, agent ananas

                        D’accord avec vous sur la simplicité de l’anglais relativement aux autres langues de notre continent.

                        En revanche, la prédominance de l’anglais a été initiée bien avant que les USA ne soient en situation de domination.


                      • velosolex velosolex 1er février 16:47

                        @Fergus
                        Damned. Fucking rosbeefs !
                        Pour un peu l’Amérique aurait parlé le français. Au moins à moitié comme au canada. Ca aurait changé bien des choses, ! 


                      • Et hop ! Et hop ! 1er février 19:16

                        @agent ananas

                        L’UE étant une création des USA, il est bien normal que l’américain reste la langue officielle.


                      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:55

                        @Fergus
                        En revanche, la prédominance de l’anglais a été initiée bien avant que les USA ne soient en situation de domination.

                        .
                        Bien sûr, puisque l’armée américaine a débarqué le 4 Juin1944, et qu’elle n’est jamais repartie ! 10 pays européens ont des bases militaires US, avec ogives nucléaires pour le même prix... !
                        .
                        Si par malheur, un jour les USA provoquent une guerre avec la Russie, nous serons aux premières loges, et le réchauffement climatique ne sera plus qu’un pique nique végan... !
                        .
                        Il n’y a que les européistes béats, pour ne pas se rendre compte que nous vivons dans une colonie de l’Empire américain ! 
                        .
                        Il faut reconnaître que sur ce coup, ils ont été malins. Au lieu de faire des coups d’états, comme ils font d’habitude en Amérique latine, ils ont corrompu les élites européennes, pour faire le boulot à leur place.
                        .
                        De Gaulle s’est retrouvé seul, au milieu de Chefs d’Etats tous subitement, pro américains.... Et ils ont laissé leur armée en place, d’abord pour « protéger l’Europe du communisme », puis pour protéger les prébendes de leurs multinationales.
                        Malin le lynx !
                        .
                        UPR-« Schumann et Monnet étaient les larbins des USA ».
                        Documents US déclassifiés en 2000.


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 février 03:00

                        Il est faux de penser que l’Anglais soit une langue plus facile. L’anglais domine uniquement parce qu’il est la langue des vainqueurs. Quand on se raconte des histoires... on finit par s’endormir. Or l’avenir de la France et de sa culture dépend de son éveil....

                        PJCA


                      • Kylo REN 42 Shaw42 2 février 04:42

                        @Pierre JC Allard

                        C’est toi mon JC d’outre Atlantide qui essaye de prendre mes commandes ? smiley smiley smiley

                        Alors, et ça fait comment ?


                      • Krokodilo Krokodilo 3 février 19:35

                        @agent ananas
                         L’anglais n’est pas simple, il est au contraire complexe sur le plan phonétique (aucune règle) c’est reconnu par les linguistes et par les instructions officielles de l’Educ Nat aux professeurs, mais ce cliché arrange bien les affaires des pro-anglais. La question linguistique est politique, non pédagogique (contrairement à ce qu’ écrit Télérama voici quelques mois.) Le français, lui, est complexe par sa grammaire, ses conjugaisons. le globish ou autre anglais abâtardi ne sont que des simplifications de la langue. En français aussi nous avions jadis créé notre « petit-nègre », à savoir une liste de mots destinés aux troupes coloniales. Il n’y a pas de quoi se vanter, on masque comme toujours l’épineuse question de la communication internationale, du mur de Babel.


                      • agent ananas agent ananas 5 février 12:06

                        @Krokodilo
                        Question complexité phonétique, essayez le thaï qui est une langue tonale. Il existe cinq tons différents qui sont les plus subtils les uns des autres !
                        Ainsi, bien que cette langue ne comporte aucun articles, genres, pluriels et ni de conjugaison, je parle le thaï comme une vache espagnole malgré avoir résidé 24 ans en Asie du sud-est.


                      • cathy cathy 1er février 13:19

                        L’auteur a sans doute oublié les Etats-Unis.


                        • velosolex velosolex 1er février 16:42

                          Le gaelique en Irlande comme langue officielle est symbolique, c’est bien l’anglais qui est parlé en Irlande. L’anglais s’impose naturellement car c’est la langue internationale, comme le dollar et l’euro sont des monnaies tout aussi pratiques. Relativement facile à maitriser dans sa forme basique. Pas de déclinaison, grammaire simple. Juste l’accent tonique pose un peu problème, surtout aux français. Mais à l’écrit , ça roule. 

                          Le Français se consolera en pensant que cette langue contient 40% de mots d’origine française, l’allemand en sachant que l’anglais a aussi une origine allemande, normands et saxons ayant été les deux seuls peuples ayant réussi à envahir l’Angleterre, et y faire souche, jusque dans la langue. Le Brexit ne se débarrassera pas de cela. 


                          • Et hop ! Et hop ! 1er février 19:18

                            @velosolex

                            C’est pas les mots qui font une langue, c’est la syntaxe, dont la quantité de mots est une conséquence.

                            Il y a 5 fois plus de mots en anglais qu’en français, ce qui est une tare.


                          • Et hop ! Et hop ! 1er février 20:33

                            @velosolex

                            L’irlandais est une des grandes langues civilisatrice de l’Europe avec le catalan qui donne l’occitan et l’espagnol, et le latin qui donne l’italien et le français : les grands auteurs anglais sont souvent de culture irlandaise, comme Oscar Wilde, ou Bernard Shaw.

                            Le breton est un dialecte issu du gallois, il n’est jamais devenu une langue savante, ni juridiques, ni techniques, ni littéraires, il n’est pas du tout comparables au catalan (Raymond Lull, les troubadours), ni à l’irlandais. Anne de Bretagne ne parlait pas breton.


                          • velosolex velosolex 2 février 00:25

                            @Et hop !
                            « Il y a 5 fois plus de mots en anglais qu’en français, ce qui est une tare. »

                            Je ne suis pas d’accord avec vous. Pleins de mots par exemple pour désigner la voie, la route le chemin. Path, road, line, way, track, trail, ride, course, chacun étant malgré tout spécifique. L’anglais est plastique, adaptable, rapide, synthétique. Il s’adapte à toute vitesse.
                            Le Français par contre est très riche en verbes, et en temps des verbes, permettant à la pensée de se dilater dans l’espace et la relativité. On dit que sa logique favorise la pensée mathématique et rationnelle. Difficile de dire laquelle langue est la meilleurs. Je pense qu’une langue c’est comme une godasse Il faut trouver ceux qui vont le mieux à son pied. 


                          • velosolex velosolex 2 février 00:40

                            @Et hop !

                            Anne de Bretagne ne parlait pas le Breton, mais Richard cœur de lion ne parlait pas l’anglais non plus...Les aristocrates parlaient français, comme celles actuelles parlent anglais. . Le Breton est bien une langue originale, dont les accointances avec l’ancien gaulois sont évidentes, mais qui a évidemment évolué, selon ces vagues d’immigration successives de gallois et corniques au sixième siècle. C’est une langue riche, difficile, avec un accent tonique, des déclinaisons comme la langue allemande, et des constructions très imagées, et qui la plus vieille de France. 

                            Le breton, langue s½ur du gaulois : la preuve par les noms ...
                            « Peu de gens savent que le breton, langue celtique, est une langue proche parente du gaulois et, que, comme on ne cesse que trouver des inscriptions gauloises, souvent écrites avec des lettres grecques, on commence à entrevoir une langue qui reste mal connue. Il a même été soutenu par le chanoine Falc’hun que le breton, loin d’être une langue importée par des Bretons de Grande-Bretagne, serait le seul témoin du gaulois. La vérité peut se trouver entre les deux, car nous savons très peu de choses sur les siècles obscurs (5ème-8è). » 
                            Pour info, ce n’est pas parce qu’une langue n’est pas écrite qu’elle est méprisable. Les gaulois choisirent délibérément de ne pas l’écrire, afin de garder leurs secrets. Ils privilégiaient la mémoire orale à l’écrite, et avaient sans doute leurs raisons. Levi strauss, dans « tristes tropiques » reviendra de ses certitudes universitaires quant il s’apercevra des connaissances encyclopédiques des indiens herreros. 


                          • velosolex velosolex 2 février 00:48

                            @velosolex

                            Une langue, c’est la musique d’un peuple, et s’en estropier c’est se condamner à ne plus bien danser, à perdre un peu le sens de l’histoire, à se laisser submerger par les eaux

                             .L’éternelle querelle des langues régionales (source : Le journal Libération) :« Nos voisins européens s’appliquent à sauver leurs langues lorsque nous les laissons mourir, quand nous ne les aidons pas à mourir », accusent Urvoas et le patron des députés PS, Bruno Le Roux, qui ont fait voter une proposition de loi sur la charte européenne des langues régionales en 2014 : ils citent la bonne santé du catalan et du basque côté espagnol ou du gallois, quand « la survie du breton est menacée ».

                             A ce jour, vingt-cinq Etats ont pourtant ratifié cette charte, dont dix-sept membres de l’Union européenne. Huit autres l’ont signé mais n’ont pas encore procédé à la ratification, dont deux membres de l’Union européenne : la France et Malte http://bit.ly/1O57Aoe

                              Ainsi, si grâce à l’Espagne, le basque est reconnu, et si d’autres langues minoritaires comme le romani, le ruthène, l’aragonais, le lapon, le yiddish, le tatare le sont aussi, comme tant d’autres, le breton, seule langue non latine de notre pays, et dont les racines celtiques sont les mêmes que notre vieux gaulois, est toujours considéré comme une curiosité de seconde zone, à qui il faut faire barrage. http://bit.ly/1XwiKUK

                             


                          • Et hop ! Et hop ! 4 février 00:56

                            @velosolex

                            Je pense que l’Armorique a évolué linguistiquement comme les autres cités gallo-romaines et que la langue du Ve siècle était du gallo-romainmêlé de germanique, comme le gallo.
                            Les Gallois ont débarqué en masse, avec leurs 7 saints, leurs moines irlandais, et leur langue gaélique qui a recouvert la toponymie gallo-romaine (Vannes, cité des Vénètes est devenue Gweened, l’Armorique est devenue Bretagne).
                            Le breton vient du gallois, pas du gaulois local.

                            C’est vrai que les élites anglo-normandes ont conservé pendant des siècles leur langue française, il devrait y avoir une littérature médiévale en langue d’oil. Les contes de Canterbery et le roman de la Table ronde en français.

                            Anne de Bretagne était issue de dynastise capétiennes, les Montfort, les Blois.


                          • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 1er février 16:51

                            @Pierre

                            Dire que l’esperanto est une langue artificielle et un échec ( Fergus) ne peut être un argument quand on sait que cet échec est essentiellement due à une totale absence d’une volonté politique de l’Oligarchie, et non par l’esperanto lui-même

                            Le jour où existera cette volonté de la part des peuples européens, alors l’esperanto s’implantera facilement et totalement dans l’espace européen.

                            De même l’existence des BRICS qui regroupent des pays avec des écritures totalement différentes (latine, cyrillique, arabe, chinoise ) devraient imposer par bon sens l’espéranto.

                            Cette sortie de l’Angleterre de l’UE ne peut être qu’une raison supplémentaire pour imposer dans l’UE l’enseignement de l’Esperanto qui est INFINIMENT plus simple que l’anglais. Ce qui ferait certainement plaisir à la Pologne qui créa l’espéranto (Dr. Zamenhof). 


                            • mmbbb 1er février 17:25

                              @MAUGISMICHEL sauf que les hommes d affaires des BRICKS, tournés a l international maitrisent l anglais , je ne vois pas pourquoi ils devraient apprendre l espéranto . 


                            • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 1er février 17:46

                              @mmbbb

                              « je ne vois pas pourquoi ils devraient apprendre l espéranto . »

                              Pour pouvoir continuer leur travail, s’il est décidé que l’esperanto devienne d’ici, disons 10 ans, la langue de l’UE.
                              Mais ils ne sont pas obligés, bien sûr, d’autres seront ravis de les remplacer pour incompétence linguistique.


                            • Fergus Fergus 1er février 20:20

                              Bonsoir, mmbbb

                              Bien d’accord avec vous. 

                              Pourquoi diable apprendre une langue artificielle alors qu’existe une langue vivante déjà bien maîtrisée sur tout le continent par les hommes d’affaires, les cadres d’entreprise, les chercheurs, les artistes, les sportifs de haut niveau et même la majorité des gens qui voyagent régulièrement ?


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er février 20:37

                              @Fergus

                              C’est bien. Comme ça toutes ces belles personnes lorsqu’elles se feront traiter a juste titre d’enculées , ça leur glissera dessus comme un pet sur une toile ciree .


                            • Et hop ! Et hop ! 1er février 20:44

                              @MAUGISMICHEL : «  Le jour où existera cette volonté de la part des peuples européens » d’abandonner leur langue pour l’espéranto.

                              Elle n’a jamais existé et elle n’existera jamais, si vous faisiez un référendum vous auriez 99 % de non.

                              Ce serait se couper avec toute la tradition littéraire et historique de chaque pays, ce serait interdire l’accès aux archives.

                              En dehors de ceux qui veulent vendre leur camelote dans tous les pays du monde, personne n’a envie de pouvoir discuter avec des gens qui ne vivent pas avec eux et qu’ils ne rencontreront jamais.

                              Une langue artificielle, c’est comme du steack de pétrole, c’est un ersatz.


                            • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 2 février 00:44

                              @mmbbb

                              « Elle n’a jamais existé et elle n’existera jamais, si vous faisiez un référendum vous auriez 99 % de non. »

                              Quel argument ! NUL. le fait de n’avoir jamais existé est le sort de la totalité des choses qui n’existaient pas avant de les avoir inventées.

                              Une chose s’invente pour sur utilité démontrée et imaginable, indépendamment de l’opinion de ceux qui s’y opposent SANS RAISON autre que le fait que d’autres choses existent dont il est démontré qu’elles ne peuvent satisfaire cette utilité.

                              l’Esperanto est bien la seule langue qui peut être une langue internationale, ce que ne sera jamais l’anglais, comme ne l’a jamais été les langues des anciens empires.
                              L’anglais est vouée au sort du grec et du latin, c’est à dire de devenir une langue morte.
                               
                              Maintenant, votre référendum est idiot, et votre pronostic, c’est de l’idiotie au carré.
                              Je pourrais dire exactement le contraire ! l’Esperanto est la langue la plus distribuée dans le monde, et était bien développée dans les pays socialistes. Ce qui prouve que c’est une question de volonté politique.

                              Votre raisonnement, comme celui de Fergus, est métaphysique et purement mécanique. A vous lire, l’aéronautique ne devrait pas exister car dans les siècles antérieures ont aurait dit la même chose de l’idée de voyager par voie aérienne.
                              Attendons que les pays du BRIC se développent pour voir.

                              Une structuration du monde pour enseigner l’esperanto coutera moins cher que la recherche d’une chose qui ne marche pas depuis des décennies : la fusion nucléaire 
                              Tient donc, pourquoi ne pas utiliser ces mêmes arguments pour cette chose ?

                              Le future c’est des langues nationales essentiellement littéraires, et une langue internationale pour le commerce, la politique internationale, la science etc... qui ne peut qu’être l’ Esperanto, très facile à apprendre.

                              L’utilité d’une langue comme l’espéranto est justement basée sur la possibilité pour tous les peuples d’avoir une langue commune accessible pour tout le monde. Ce qui ne SERA JAMAIS le cas de l’anglais. C’est peut être la raison pour laquelle l’empire veut faire de chaque peuple un peuple natif US. Car l’anglais est vraiment compréhensible à 100% par les natifs en langue anglaise

                              Cela vous fait peur, car ce serait une véritable coup dur pour l’impérialisme US.
                              Et c’est peut être ce qui explique votre opinion qui ne se base sur strictement rien.


                            • Et hop ! Et hop ! 2 février 11:05

                              @MAUGISMICHEL

                              C’est la volonté des peuples d’abandonner leur langue pour pouvoir discuter avec les Chinois, les Turcs et les Lapons qui n’a jamais existé, pas l’esperanto.


                            • Et hop ! Et hop ! 2 février 11:24

                              @Et hop !

                              Les cadres dirigeants des entreprises ou organismes intenationaux comme MacDonald, CocaCola, ou GoldmanSachs, l’ONU ou le FMI trouveraient plus simple qu’il y ait une langue uniforme dans le monde entier, ainsi qu’un droit uniforme, une fiscalité uniforme, des goûts de consommateurs uniformes.

                              Mais 99 % des gens n’ont jamais besoin d’entrer en communication avec des étrangers, sauf un touriste qui demande son chemin : ils vivent et travaillent dans leur pays avec leurs compatriotes.

                              La langue maternelle structure l’esprit et la personnalité, en changer pour en adopter une autre, c’est comme mettre un émulateur Windows sur un Apple, c’est diminuer ses capacités et ses performances.

                              Une personne qui s’exprime dans sa langue maternelle a beaucoup plus d’intelligence et de nuance, sa langue est riche, souple, précise, pleine de ressources, alors que si il doit s’exprimer avec une autre langue qu’il connaît mal, son expression va devenir rudimentaire, imprécise, et sa pensée aussi.


                            • Pierre Pierre 1er février 18:06

                              Je vend de passer en revue tous les commentaires.

                              Je ne peux répondre à tous alors je laisse quelques réponses en vrac.

                              •  L’anglais restera encore une langue de travail de l’UE justement parce que ce n’est la langue renseignée d’aucun des 27 pays restants donc c’est une langue neutre. C’est mon sentiment actuel.
                              • Non, je n’imagine pas du tout que le français pourrait devenir la principale langue de travail en UE. Il restera une langue de travail à côté de l’anglais et de l’allemand.
                              • L’Alliance française fait du bon boulot partout dans le monde y compris en Russie. Le guide népalais que je contacte chaque fois que je vais au Népal a été formé par l’Alliance française et il n’est pas le seul.
                              • L’anglais est aussi dominant pour les publications scientifiques. Si vous ne publiez pas en anglais, vous n’êtes pas lu. Exception pour la Chine et la Russie.
                              • L’espéranto n’arrive pas à percer malgré le nombre d’adeptes. Il a l’avantage d’être neutre, d’être logique et très facile à apprendre. Il ne faut pas trop vite rejeter cette idée... en cas de très grosse dispute avec nos amis américains, tout peut arriver. Si vous prenez l’hébreu par exemple, ce n’était pas la langue vernaculaire des juifs avant la naissance d’Israël. C’était juste la langue utilisé pour le culte. L’hébreu a été choisi comme langue nationale neutre entre les ashkénazes et les séfarades avec le succès que l’on sait. 
                              • Finalement, je pense que les traducteurs numériques ou connectés et l’intelligence artificielle vont résoudre les problème de communication dans des langues différentes. C’est l’affaire d’une ou deux décennies pour que ce soit étendu à toute la planète. 

                              • Et hop ! Et hop ! 1er février 20:48

                                @Pierre : «  L’anglais restera encore une langue de travail de l’UE parce que (...) c’est une langue neutre. »

                                L’UE devrait aussi adopter le dollars qui est une monnaie neutre, comme l’OTAN.


                              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 20:58

                                @Et hop !
                                L’UE devrait aussi adopter le dollars qui est une monnaie neutre, comme l’OTAN.

                                .
                                Je suppose que c’est une plaisanterie ?

                                UPR : « Qui gouverne la France & l’ Europe ? »


                              • Pierre Pierre 1er février 21:47

                                @Et hop !
                                Ce n’est pas drôle. Vous voyez quand même le contexte dans lequel je dis cela. Comme l’anglais n’est plus la langue renseignée d’un des 27 pays encore membre de l’UE, utiliser l’anglais n’avantage aucun pays. Je pourrait dire la même chose si c’était l’espéranto mais je n’y peux rien, c’est l’anglais qui a l’avantage.
                                Pour la monnaie, il y a une monnaie commune adoptée qui est neutre, c’est un peu comme l’espéranto pour les langues si vous voyez ce que je veux dire.


                              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 08:39

                                @Pierre
                                "Finalement, je pense que les traducteurs numériques ou connectés et l’intelligence artificielle vont résoudre les problème de communication dans des langues différentes. C’est l’affaire d’une ou deux décennies pour que ce soit étendu à toute la planète.« 

                                Les chercheurs en Intelligence artificielle et en Traitement Automatique des Langues ont perçus tous les obstacles à la traduction automatique. L’un des obstacles majeurs est le fait qu’il n’y a pas de bijection entre les mots d’une langue et ceux d’une autre. Exemple : le mot anglais »language« peut se traduire soit par »langue« soit par »langage". Les esquimaux ont peut être cinquante mots pour décrire l’état de la neige. Le meilleur traducteur automatique est actuellement celui de Google. Tout le monde peut prendre la mesure de ce qui reste à faire. Je ne pense pas que c’est l’affaire d’une ou deux décennies. Et, vu qu’en France les meilleurs chercheurs en la matière sont virés pour laisser la place à des pistonnés on ne risque guère de progresser.


                              • Et hop ! Et hop ! 2 février 10:58

                                @Pierre «   l’anglais n’avantage aucun pays »

                                Si, il continue à avantager les USA et la GB.

                                Une langue, c’est comme le système comptable ou le droit anglo-saxon, c’est un système de pensée, les adopter n’est pas du tout neutre.


                              • Pierre Pierre 2 février 12:30

                                @Et hop !
                                Je ne vois pas pourquoi utiliser l’anglais avantagerait un des pays membres.
                                Utiliser l’allemand ou le français avantagerait bien des pays membres.
                                Je le regrette mais personne n’est prêt envisager l’espéranto comme langue de travail. C’est une question de volonté politique. Il n’est pas nécessaire d’avoir une importante littérature dans une langue pour l’utiliser comme langue de travail. Ce serait aux espérantologues d’étoffer la langue pour l’adapter aux besoins. Ce serait bien sûr le travail de nombreuses décennie mais n’en parlons pas, l’idée ne sera jamais adoptée.
                                En revanche, je me demande comment l’UE va faire pour pour publier en anglais. Je me demande si le cas de figure de publications dans une langue extra-Union européenne est prévue dans les textes. Si non, il faudrait l’accord des 27 pour modifier les textes.


                              • toubib41 1er février 18:28

                                Chacun sa langue et chacun son traducteur numérique sur son téléphone ou sur son vêtement connecté ... et le tour est joué. Et oui l’I.A. sera sans pitié pour les interprètes humains.


                                • Xenozoid Xenozoid 1er février 18:39

                                  @toubib41

                                  en anglais la difference entre do not and don’t,si j’ais compris l’ia ne vois pas l’avantage de la contraction du don’t ou won’t il a aussi du mal avec will and do

                                  en fait il s’en fout de la contraction


                                • Xenozoid Xenozoid 1er février 18:50

                                  @toubib41

                                  mais je pense aussi que cela va venir ,dans star trek data le robot did not grasp the context until it laught(data ne comprenais pas le concept ,sauf quand il rigola sans se forcer, apres cela il faisait de la contraction),c’est aussi a cet époque qu’ il recontra son frere/jumeaux/clone, qui était tres humain et utilisait la contraction,finalement il abandona le rire, tua son frere et n’utilisa jamais plus la contraction....

                                  née de mes doigts


                                • Pierre Pierre 1er février 21:58

                                  @Xenozoid
                                  Les traducteurs numériques actuels en sont encore à leurs balbutiements. C’est comme si vous compariez un GSM de 1995 avec un I-phone actuel. L’IA va révolutionner le monde de la communication. 


                                • Xenozoid Xenozoid 2 février 16:03

                                  @Pierre

                                  c’est possible on aura pas besoin d’apprendre le klingon....Kaplahhh !!!!


                                • Xenozoid Xenozoid 2 février 16:04

                                  @Xenozoid

                                  mais on paiera au mot


                                • Xenozoid Xenozoid 2 février 18:54

                                  @Xenozoid

                                  et sans contraction c’est deux mots


                                • vaietsev1 1er février 19:10

                                  L’anglais ??le freluquet devrai t’on dire.

                                  Le freluquet est resté parce qu’on ne lui laisse pas le choix ,j’ai lu encore ses dernières semaines ,que ce serait un soi disant Dieu qui ai décidé de mettre et de faire pencher la balance en faveur des hommes désormais présent ,alors que l’Aziza qui pourrait être ce Dieu n’est pas de ce mouvement ,on devrait alors se dire que les Dieux ont tous fait sont morts et débloque totalement et complètement .

                                  Mais je reste ,parce que j’ai fais d’énormes progrès ,ne vous rendez vous pas compte ?

                                  Je sais aujourd’hui te mettre un A dans la gueule mais tu devrai tenir debout alors que si je te mets un B que j’ai appris tu devrais y rester ,je sais aussi me servir des carrés ,des triangles que je maitrise encore moyennement , des en effet ,en fait ,pour sûr ,à coup sûr,evidemment ,nickel impeccable ,tranquille , des ronds ces fameux et essentielles ronds , des parfois , je sais pas ,je ne sais pas etc ...

                                  Voyez ,sur ce qu’on dis les gens fabule ,mais c’est l’esprit du monde qui est ainsi ,les gens ne font que fabulés ,c’est d’ailleurs de là que tout dérape car on refuse de les écouter , et comme vous le voyez j’ai de grands progrès ,j’arrive presque à être meilleur que la fille de mon frère qui n’a que une année,voyez un peu .

                                  MAIS JE RESTE OUI ,car entre faire le choix d’une gueule soi disant botoxées à faire tomber les martiens ,je n’ai d’autre choix que de rester ,car le peuple ,que dis je le monde ou la planète veille sur le freluquet car il s’est trouvée et NON on ne veut pas ce qu’il sera ,mais aussi ON DIS les médias ,alors paraitrait que ON est un con ohlala festival ,disent que je serai TROP IMPORTANT , ce qui serait vrai à la façon alors d’un Pierre Beregovoy le givré qui ne laissait rien passé et qui bossait sur tout ,tellement sur tout et tellement important qu’ils l’on préféré expulser à leur façon ,le pauvre mmmmhhh.

                                  C’est une blague quand je dis Pierre Beregovoy , mais pour être vrai ,le monde et ses enfants de la télé , ainsi que ses hommes libéraux cherche à me tuer dis dont notamment la nuit dans mon sommeil.

                                  Alors ,entre faire le choix de ne rien savoir ,ne plus penser et avoir le visage d’un pédale dure c’est à dire d’un gros mâle qui hait les femmes ,je fais le choix de ne plus penser non pas pour être anglais trop trop dur,mais être français c’est simple de ce qu’on dis partout et quand j’y suis les ouvriers TOUT les ouvriers me disent pourtant que je suis une tronche.

                                  Je ne sais plus qui croire ,j’ai pourtant fais de grands progrès ,je devrai savoir ,mais ce que je sais ,c’est que quand on m’attend au tournant après une baisse de régime à ne plus m’informer comme un bourrin comme je le faisais ,moi je peux dire ,que lorsque ce pays était joie et bonheur parce que j’étais en sommeil , dès mon réveil quand et lorsque on m’ a nommé PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE parce que j’avais osé allez voir FAHRENHEIT 9/11, ce que le peuple n’aurait su faire car le peuple s’appuie comme il l’a toujours fais sur un premier et ce premier depuis mon plus jeune âge ça à toujours été moi .

                                  Je vous laisse imaginer la réponse des hommes forts de l’état ,c’était en réponse à mon insolence d’endormies que vous m’avez remis le pouvoir dans les mains .

                                  plusieurs français avaient accès à l’information sans être emmerder comme je le suis car tout le monde n’est pas PRESIDENT , je sais alors pourquoi plusieurs m’attende au tournant à me dire tronche quand je sais que pour plusieurs ,leur mémoire n’est pas atteinte et n’a pas été touchée ,ni meme anticipée comme entendu un soir de la bouche de Omar SY ,disant au peuple et aux femmes ainsi qu’aux libéraux que vous deviez tous anticiper mes pensée y compris mes souvenirs nostalgiques ,ce avec un coup de menton avec l’image du soi disant coupable qui va avec .

                                  Jolie crime ,bel assassinat, pour empecher un citoyen de progresser ,tout ses hommes ,toutes ses femmes ,tout ses vieux n’ont rien trouver de mieux à faire pour UN qui n’a jamais rien su .

                                  Je reste haut et fier ,jamais en bas là ou le peuple glande et prend l’apéro entre gorets .

                                  VASSILY 


                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 00:30

                                    Et les cons de se tater la nouille , pendant que tout se joue sur la pêche de nord Bretagne à Dunkerque...tain


                                    • prong prong 2 février 00:44

                                      @Aita Pea Pea

                                      vous faites comme shea shepard et vous éperonnez les navire en disant que c’ est pour la protection de la nature smiley ... demain vous racheterez des zoo smiley


                                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 00:56

                                      @prong

                                      Il y a des choses avec je ne deconne pas. Dont l’intérêt de ma région.


                                    • prong prong 2 février 01:21

                                      @Aita Pea Pea

                                      t’ as pas tord , derriere les petit navire il y a des familles faut les soutenir ...
                                      l’europe nous maintient dans des regles , mais les anglais s ’en sont afranchis ...

                                      ca va forcement poser problème ... a courte echeance .


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 février 09:59

                                      « Il faut savoir que cela représente 552 combinaisons linguistiques, Babel était une rigolade à coté de cela. »

                                      Combien de fois avais-je fait la remarque ?

                                      Pourquoi l’anglais était et reste la « fausse langue officielle » de l’UE que j’avais nommée plusieurs fois : TOUR DE BABEL ? Mais à vrai dire la langue n’est pas le seul « paradoxe » ... La maladie est plus grave.

                                      Il y a tous les fondements idéologies de ce « projet » plus qu’insolite qui ne peuvent conduire à la stabilité et à la prospérité : Personne ne peut tricher avec les lois fondamentales qui permettent la création et le développement des sociétés humaines : Le Fragment Ouest de l’Europe triche et trompent les autres peuples d’Europe !



                                      • Trenien 2 février 22:32

                                        Une erreur dans l’article (ou plus exactement, le relais d’une intox des services de la commission européenne) : l’anglais ne représente PAS 14% dans l’ensemble des langues parlées en CE.

                                        Je me suis aperçu de cette arnaque il y a quelques années de ça, en tombant sur un document de la commission qui indiquait les langues maternelles parlées en Europe par ordre d’importances. La première était l’allemand (difficile de dire autrement avec 80 millions d’allemands, sans parler de l’Autriche), puis venait l’anglais avec 14% et ensuite le français, avec 13%. C’est probablement la source du chiffre de l’article.

                                        Au vu des démographies, ça m’a paru bizarre, et donc j’ai repris les chiffres des populations francophones (France et Wallonie) et anglophones (RU, Irlande et Malte). Surprise, surprise : francophone, un million de personnes de plus que les anglophones (je me suis arrêté là, ne voyant pas l’intérêt de calculer le pourcentage). Le calcul est facile à faire en allant prendre les chiffres sur le CIA world fact book.

                                        Ou comment la commission européenne, pour se donner des arguments pour imposer l’anglais partout, transforme un déficit de un million en avantage de 1%.


                                        • Pierre Pierre 3 février 01:49

                                          @Trenien
                                          Merci pour votre commentaire mais :

                                          Chiffres 2018.

                                          Royaume-Uni + Irlande + Malte = 72 millions d’habitants.
                                          Union européenne : 512 millions.
                                          Règle de trois. 72 : 512 x 100 = 14,06 donc environ 14 % de locuteurs anglophones.

                                          Irlande + Malte = 5,3 millions d’habitants pour 445,5 million d’habitants restant après le Brexit.
                                          Règle de trois. 5,3 : 445,5 x 100 = 1,19 donc environ 1,2 % de locuteurs anglophones.


                                        • Trenien 3 février 09:22

                                          @Pierre
                                          Juste pour être clair, je ne me souviens plus des chiffres exacts de populations de l’époque, mais je me souviens avec certitude des pourcentages donnes (14% pour l’anglais et 13% pour le français) ainsi que de la différence en chiffres réels (+1 million pour le français).
                                          C’est principalement ca que je relève, mais il apparaît effectivement que le pourcentage annoncé pour l’anglais soit valable. Ca n’est fondamentalement pas ce qui me pose réellement de problème.

                                          Ce que je dénonce est une propagande à tous les étages pour favoriser une langue (celle de deux empires successifs) au détriment des autres en général, et de la notre en particulier, rivale de toujours.

                                          Je referais bien le calcul complet (y compris le total de population en Europe), mais j’ai la flemme.


                                        • uleskiserge uleskiserge 3 février 22:22

                                          L’Ecosse est le dindon de la farce ; cette Ecosse dont la majorité souhaitait rester dans l’U.E, pour ne rien dire de cette grosse minorité qui souhaite son indépendance tout en restant dans l’U.E

                                          Deuxième élément qui modère notre enthousiasme, nous qui partageons et soutenons ce retrait de l’U.E que nous souhaitons pour la France : cela reste un Brexit de droite, poussé par des forces politique de droite. 

                                          Que les Travaillistes se soient opposés à un Brexit plébiscité par les classes populaires, est absurde. Il en paie le prix. Faut pas jouer la partie à droite sous prétexte que l’opposition de droite la joue à gauche ; reste à anticipé sur les conséquences d’un parti conservateur aux affaires durant dix ans sur ces classes populaires. Bien que hors de l’Euro, comme quoi l’Euro n’explique pas tout, la pauvreté en GB est supérieure à celle de France ; des salaires à 1,17 euros de l’heure. 


                                          Cheminade aura cette lucidité courageuse à propos du rôle de la City, hier, aujourd’hui et demain et la menace d’une GB paradis fiscal... pompe aspirante de la finance du continent. 


                                          Après avoir neutralisé l’Europe avec un élargissement de l’U.E à 28 pays sous Tony Blair, agent américain confirmé...

                                          Après y avoir inoculé le virus du libéralisme mondialiste et financier, la GB quitte l’U.E

                                          Aussi, saluons ici l’efficacité de l’action du Royaume-Uni depuis son adhésion en 1973 !


                                          L’Angleterre plus que la GB quitte donc l’U.E après l’avoir comme empoisonnée.


                                          Et puis encore : cette préoccupation à propos d’un parti conservateur qui peut être socialement dévastateur pour les classes populaires : souvenons-nous de Thatcher ; Et Blair qui aura laissé derrière lui, en partant, plus de pauvres qu’en arrivant.


                                          Un point qui n’appelle aucune contestation ou presque : saluons sans réserve le respect du résultat des urnes de la classe politique britannique même si, contrairement au référendum de 2005 en France, c’est le parti au pouvoir pro-Brexit qui l’a initié et qui a dû par conséquent, en assumer la responsabilité sans doute à contre coeur car dans les faits, de cette adhésion, la GB en avait très peu les inconvénients et de nombreux avantages.



                                          • uleskiserge uleskiserge 3 février 22:31

                                            @uleskiserge

                                            D’où notre méfiance car les intentions du parti conservateur ne sont très certainement pas aussi pures qu’affichées, à savoir : un réel engagement à la faveur de la souveraineté du peuple britannique sans laquelle aucune démocratie n’est possible.

                                            L’avenir sous dira très vite si cet engagement est sincère. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès