• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le souverainisme au service de qui ?

Le souverainisme au service de qui ?

Le terme souverainisme apparaît en France au début des années 1990. « Au delà des partis »... il semble l'apanage de l'extrème-droite même si un Jean-Pierre Chevènement lui donne une vague caution « de gauche ».

Qui est réellement souverain dans notre société ? Le Peuple qui a le droit de voter comme on le lui demmande ? Ou les puissances d'argent qui, de fait, dirigent, orientent les politiques au gré de leurs intérêts ?

Pour les souverainistes le Peuple ne fait qu'un. Ou pour le moins c'est dans sa destinée naturel d'être uni.

Ils ne peuvent concevoir que la société n'est pas une « Nation » mais une organisation de classes où les intérêts de chacune d'elle sont souvent antagonistes. Ainsi un pays est « riche » avec un PIB important. Mais le revenu des populations reste sans commune mesure avec celui des nantis, de nombre d'actionnaires des grandes sociétés capitalistes. Certes on argumentera, on tentera de démontrer, qu'une augmentation général des revenus, un « ruissellement », surviendra de par cette solution miracle d'un contrôle des échanges et des personnes aux frontières.

A l'extrème-droite, dont les racines plongent directement dans les fascismes d'entre deux guerres, comme le Rassemblement national, ex-Front national, ou le MSI italien et ses avatars, se sont ajoutés, en France des groupuscules issus de la droite parlementaire, Philippe de Villiers et Charles Pasqua, Dupont-Aignan, Asselineau... les 4 ou 5 nains, ont été candidats à la récupération politique d'un courant populiste s'enracinant, contestant l'ensemble de la classe politique, conscient de son inefficacité et de sa tromperie.

Un mot sur certains groupuscules comme Génération Identitaire, radicaux, violents, dans la ligne des ligues d'avant-guerre, voué à l'échec malgré ou à cause de ses provocations, retrouvant systématiquement face à lui, les antifas.

Malgré le peu de succès d'un Chevènement, ce populisme allant jusqu'à mettre en question le système capitaliste, semble trouver une issue à gauche avec Jean-Luc Mélenchon.

Car il est évident que la gauche traditionnelle, sociale-démocrate, est morte. La crise du capitalisme ne laisse comme chance de survie au système, qu'un libéralisme sans concession au keynésianisme (1).

Mais peut-on affirmer alors que la lutte de classes, a disparu ? Ne ressurgit-elle pas sous diverses formes dans l'Egypte affamée d'abord, en Afrique du Nord et au Proche-Orient ensuite, notamment au Kurdistan ? Les peuples refusent souvent les « opposants » parainés par les Occidentaux. Tout en s'opposant à la barbarie des djihadistes, les révoltés montrent alors, dans des combats inachevés, que soumission et passivité ne sont plus inéluctables.

Qui soutenir au Proche-Orient ? Le Rassemblement national a depuis longtemps choisi Israël malgré l'antisémitisme notoire du fondateur Jean-Marie Le Pen.

Et en Europe, quelle place pour le « souverainisme » des peuples et des régions, c'est-à-dire leur droit à l'autodétermination ? Catalogne, Ecosse, Lombardie, Flandre... n'ont-ils pas droit à leur autonomie voire leur indépendance ? Et la Corse ? Aïe aïe... Jacobinisme, unité nationale à tout prix que doit faire cette extrème-droite ? ... Maux de tête !

Une question reste difficile à résoudre pour les souverainistes : celui des échanges économiques. Fermer les frontières, limiter, taxer les échanges, entrainent finalement une réciprocité mortelle. L'entrepreneur français qui voudrait vendre ses produits à l'étranger, se retrouverait naturellement limité. C'est bien ce genre de situation mortifère qu'ont refusé les entreprises allemandes, grandes ou petites. Produire une marchandise, et ne pas pouvoir la vendre à l'étranger à cause de taxes issues d'une politique nationaliste autarcique de l'Etat, rendrait fou de rage plus d'un patron allemand. Le suicide économique provoqué par le patriotisme !

Nos souverainistes nous diront qu'« il suffit » de baisser les prix, d'« être concurrentiel-et-dynamique ». Ce qui veut dire, pour les salariés, être toujours moins payés.

Quand les producteurs d'oranges espagnols ont décidé d'investir en Afrique du Sud, ruinant la production nationale de l'Espagne, où étaient les souverainistes ? (2)

Face à cela les libéraux qui conduisent l'Union européenne parlent de « souveraineté européenne », ayant beau jeu de montrer que l'Europe unie est plus forte, profitable à tous malgré difficultés et obstacles. C'est faux bien sûr. L'Union européenne, remarquable par sa faiblesse insitutionnelle, n'a jamais eu pour but le bonheur des peuples mais l'accroissement des richesses au profit d'une minorité capitaliste. Ruissellement. Cela a marché vaille que vaille tant que la crise du système ne se faisait pas sentir. Ainsi l'Espagne des années 1970 a pu bénéficier d'une véritable manne qui a changé en mieux la vie de la majorité de la population. Mais avec le pic de crise de 2008, l'UE est devenue bien moins attrayante au point que certains pays, comme le Royaume Uni, s'en écartent (3).

Souverainistes et libéraux ont pour point commun la défense du capitalisme, la recherche d'un réformisme pour tenter de lui assurer une survie validant la continuité de l'exploitation de l'homme par l'homme. Ainsi en est-il du philosophe Michel Onfray ayant fait du souverainisme sa nouvelle marotte. Sa méconnaissance du système qui nous dirige l'amène à évoquer des absurdités comme un fantasmatique « capitalisme libertaire ».

Leur quête est vaine. La seule issue passe par la fin dudit système capitaliste, déjà en crise, par la Révolution Sociale, la Démocratie Directe et l'Autogestion..

 

(1) Pourquoi le keynésianisme n'avait plus d'avenir ? Voir « Krachs, spasmes et crise finale » https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/ site libertaire qui publie tous mes articles...

(2) « Espagne : la bataille européenne de l'orange », Journal France 2 du 01/05/2019.

(3) Le Brexit qui mettra des années à se réaliser, ne change rien pour ce qui est des intérêts et exigences des capitalistes. Les échanges économiques continueront...


Moyenne des avis sur cet article :  1.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 5 août 11:08

    Etre souverain veut dire être indépendant , libre.

    Ne pas être souverain revient à être sous domination étrangère.

    Les pouvoirs régaliens sont la colonne vertébrale d’une souveraineté nationale ( ou populaire c’est la même chose ).

    Nous avons donc le droit à un N ième article de propagande de la soumission euro fasciste qui s’amuse à changer le sens des mots et utilise la novlang pour accompagner le larcin.


    • Yaurrick Yaurrick 5 août 19:26

      @samy Levrai
      Parler de liberté, de souveraineté sans évoquer la primauté des droits de l’individu, son unicité et sa souveraineté, c’est de la propagande étatiste. Personne n’est libre en France quand il travaille plus de la moitié du temps pour l’état ou ne peut pas choisir ce qu’il estime le meilleur pour lui.

      Ce même état obèse est prêt à tout pour justifier le contrôle et l’ingérence dans la vie des individus, en utilisant des concepts fallacieux comme l’unicité et l’indivisibilité de la nation, ou bien un prétendu intérêt général supérieur qui n’est que le cache-sexe de asservissement au profit des apparatchiks.

      Si vous voulez rendre le peuple libre, seule la démocratie libérale a sens, pas les prétendus états souverains qui dénient le sort de la plus petite et de la plus vulnérable des entités , l’individu.


    • samy Levrai samy Levrai 5 août 21:04

      @Yaurrick
      et donc ? il faut donc accepter d’être sous domination étrangère ? détestes tu ton peuple à ce point ? pour être libre individuellement acceptons d’être des sujets d’Empire étrangers... je trouve que ça pue et que c’est juste montrer son incompréhension totale du monde et de l’Histoire.
      C’est quoi la democratie libérale ? c’est pas de democratie du tout si il n’y a pas de peuple... pas de frontières... pas de lois... pas de justice...
      pourquoi à chaque fois qu’un adjectif ou un suffixe est ajouté à un mot noble celui ci se retrouve salit ? 
      un individu peut il être individuellement libre dans une dictature forcée par d’autres ? Les bisounours à coté de leur pompes sont beaucoup nombreux et mon peuple s’enfonce toujours plus dans le lavage de cerveau fumeux d’utilisateur de novlang.


    • Yaurrick Yaurrick 5 août 21:43

      @samy Levrai
      A aucun moment je n’ai dit qu’il fallait rester sous domination étrangère, ni celle de de « mon peuple ». Au contraire j’ajoute que la souveraineté d’un pays est condition nécessaire mais absolument pas suffisante à la liberté des individus.

      Les droits individuels et par extension l’individu doivent avoir la primauté sur le groupe, ce qui donc revient à limiter fortement le pouvoir de l’état sans quoi tyrannie de la majorité, état-profond ou bureaucratie ne manquent pas d’apparaitre.

      C’est pour ça que je me méfie extrêmement de la « démocratie » qui trop souvent est l’occasion pour les gouvernement de bafouer les individus au nom du « peuple », de la nation. L’état doit être au service des individus, et pas le contraire.


    • samy Levrai samy Levrai 5 août 22:08

      @Yaurrick
      Je suis en accord avec cela.


    • Attila Attila 5 août 11:31

      Article confus. Sous l’étiquette « souverainiste », il mélange des mouvements qui font miroiter de changer « l’Europe » avec ceux qui préparent la sortie de l’Union Européenne. Sans oublier l’amalgame avec « Génération Identitaire » : tous des fachos, en clair !

      Notre auteur qui se réclame de l’anticapitalisme passe sous silence que l’Union Européenne impose par la voie des traités une politique qui est la pire de ce qu’à pu produire le capitalisme : le néolibéralisme.

      On ne peut donc pas sortir de ce néolibéralisme si on ne sort pas de l’UE. Cela montre le mensonge de la gauche qui ne veut pas en sortir mais simplement aménager une « Europe sociale » en sachant parfaitement que les traités sont verrouillés par la règle de l’unanimité (article 48 du TFUE).

      .

      Pour les classes populaires qui souffrent le plus de ce néolibéralisme, retrouver un capitalisme régulé serait déjà un grand progrès. Le capitalisme régulé était la politique durant les trente glorieuses et il a permit des avancées sociales, au prix de luttes sociales, alors que depuis le néolibéralisme les acquis sociaux ne font que régresser.

      .


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 août 12:29

        @Attila

        « retrouver un capitalisme régulé serait déjà un grand progrès »

        le capitalisme pouvait être régulé quand les états-nations constituaient des entité (quasi)-autonomes, y compris pour leur système monétaire.
        depuis cet âge d’or (pas pour tout le monde !), de l’eau a coulé sous les ponts : délocalisations, monnaie unique, perte de la capacité à battre monnaie ont détruit maintes et maintes structures de production, de distribution et de rapports sociaux

        le retour à l’Eden est un mythe 

        la planification des années 50-60 correspondait à une stratégie de sortie de guerre

        les nationalisations d’EDF et de Renault ont joué un rôle moteur dans la modernisation du pays et aussi dans la crédibilité d’une économie gérée par le secteur public
        depuis, un travail de sape systématique a transféré au privé tout ce qui est juteuc, et même ce qui ne l’est pas en le subventionnant
        la nouvelle religion consiste à imprimer dans les esprtits que le capitalisme dérégulé, c’est « la nature » et que le rôle des états doit se limiter à garantir l’orde et la sécurité (pour qui ?)
        les système est devenu intégriste et intransigeant
        plus il perçoit ses propres difficultés et incohérences, plus il se cabre, mais il ne courbera plus l’échine comme en 1945
        il s’en suivra des afrrontements violents dont lissue est incertaine


      • troletbuse troletbuse 5 août 12:34

        @Attila
        Capitalisme régulé : un vœu pieux


      • chantecler chantecler 5 août 12:41

        @Séraphin Lampion
        Il y a eu des lois anti monopoles aussi , internes au capitalisme , dans les années 1920.
        Elles ont été abolies.
        Finalement les guignols de l’info , avec Monsieur Sylvestre , et les trois hyper multinationales qui dirigent tout , avaient parfaitement raison .



      • samy Levrai samy Levrai 5 août 16:35

        @Séraphin Lampion
        Nous avons reconstruit notre pays bien des fois à travers l’Histoire, les deux dernières guerres mondiales en sont de très bons exemples. nous ne sommes pas obligés du tout d’accepter la soit disant fin de l’Histoire que les medias nous vendent.


      • samy Levrai samy Levrai 5 août 18:10

        @chantecler
        Le programme du CNR semblait un assez bon équilibre politique , nationalisation du bien commun et possibilités « capitalistes » pour le reste.


      • Aristide Aristide 5 août 14:12

        La seule issue passe par la fin dudit système capitaliste, déjà en crise, par la Révolution Sociale, la Démocratie Directe et l’Autogestion.


        C’est beau comme une tribune de Mélenchon !!!


        • nemo3637 nemo3637 5 août 15:52

          Beaucoup croient encore en la POLITIQUE pour changer l’ordre des choses, à un réformisme possible (« réguler le capitalisme ») alors que c’est clairement l’ECONOMIQUE qui dirigent la société.

          Pour certains il est difficile de comprendre que le capitalisme est devenu ce bolide que rien ne semble pouvoir arrêter sauf sa propre faillite.

          Asselineau et les nains font rêver quelques groupies où se loge fantasmes et fétichisme ?,,, qui le voit en Blanche-Neige -Clémenceau. Alors que d’autres rêvent de Mélanchon ou de Macron....

          Les souverainistes sont d’un autre temps, alors qu’il existait un « capitalisme national ». On peut donc objectivement les considérer comme des réactionnaires et parfois comme des fascistes.

          J’analyse et j’indique ce qu’il faudrait faire mais pour ma part je me refuse à rêver.


          • samy Levrai samy Levrai 5 août 16:20

            @nemo3637
            Tu confonds absolument tout... alors évite de parler d’analyses et d’indications, tu as produit une resucée de la propagande euro atlantiste...
            La Russie est un pays souverain, la Chine est un pays souverain, l’Iran est un pays souverain, les Etats Unis , etc..., 60% des pays du monde ne sont pas sous domination ( pas occupés par les armées américaines ) et sont souverains. Nous ne le sommes plus et ça n’est pas du tout une fatalité sauf pour les soumis à l’Empire américain et le lavage de cerveau qui va avec .
            Etre souverain est un préalable à toute democratie mais avant de faire un article sur quelque chose n’aurais tu pas du en définir les termes ?
            Tu n’es que dans les croyances et tu oses accuser les autres de tes propres turpitudes, je dis bravo c’est très moderne.


          • samy Levrai samy Levrai 5 août 16:22

            @nemo3637
            Pour que nous soyons souverains à nouveau, il faut et il suffit que nous sortions de l’UE de l’euro et de l’OTAN ( les pouvoirs régaliens volés )


          • Aristide Aristide 5 août 16:51

            @samy Levrai

            il suffit que

            Moi qui croyais que la politique est une chose complexe ...


          • samy Levrai samy Levrai 5 août 17:27

            @Aristide
            pourtant quand on parle de souveraineté nous parlons de faire ses lois, faire sa justice, battre monnaie et decider de la paix et de la guerre , le prealable est donc de sortir de l’UE de l’euro et de l’OTAN... de rétablir les pouvoirs régaliens.

            laisse donc les pensées complexes aux enflures du genre macron.
            .. oups tu es socialiste, desolé, tu as aussi une pensée complexe pour empapaouter le peuple...


          • Aristide Aristide 5 août 17:38

            @samy Levrai

            tu es socialiste

            Extralucide en plus ....


          • Attila Attila 5 août 18:51

            @nemo3637
            Les souverainistes sont d’un autre temps, alors qu’il existait un « capitalisme national ». On peut donc objectivement les considérer comme des réactionnaires et parfois comme des fascistes. « 
            Voilà les marottes de la gogôche ignare : la nation, c’est caca, c’est facho.
            Le concept de Nation est inscrit dans la Constitution, dans le préambule, dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1789 :
             »Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. « 
            La Révolution a changé le pouvoir de droit divin du monarque absolu en le pouvoir à la Nation. La Nation c’est le peuple à l’intérieur de frontières reconnues avec ses valeurs et son corpus de lois. Le peuple, c’est l’ensemble des habitants sans distinction de race, de religion, etc.
            .

             »Nations ethniques, nations civiques et mondialisme.

             

            Il y a deux conceptions de la nation portées par deux idéologies différentes. L’idéologie allemande nous donne une définition ethnique issue de la fin du 19ème siècle. Pour cette idéologie, la nation ne serait qu’une communauté de culture, de langue, et d’histoire. Cette vision réductrice est non envisageable en Europe tant les cultures, les langues et l’histoire sont imbriquées, elle signifierait qu’il n’existerait pas de nation française.

             

            L’idéologie française avait déjà défini une conception civique de la nation dés 1789. . On comprend que cette conception de la nation légale, reprise aujourd’hui officiellement par toutes les nations et la charte de l’ONU pose un grave problème à l’impérialisme.

            Une nation ce sont des frontières et des lois, les dites lois et frontières ne pouvant que gêner l’impérialisme dans sa volonté de soumettre les peuples à ses intérêts.

            Abattre cette conception de la nation est le grand projet impérialiste qui ne cessera pas depuis 1945 à vouloir imposer en lieu et place le mondialisme."

            En voulant abattre le concept de Nation, la gogôche se fait complice du mondialisme et du néolibéralisme.

            La gauche, dernier rempart du capitalisme.

            .


          • samy Levrai samy Levrai 5 août 16:42

            Les soit disant antifas sont pour le service de la finance et des captitalistes ultralibéraux ... jamais ils ne parlent de rendre le pouvoir au peuple, ils ne parlent que de passer d’une dictature à une autre ... il parlent même de livrer les plus faibles à la loi du plus fort en supprimant les frontières qui protègent ( comme le veut la finance ), on peut difficilement trouver plus fachos que ces clowns.


            • Odin Odin 5 août 17:06

              Bonjour,

              « Le Rassemblement national a depuis longtemps choisi Israël malgré l’antisémitisme notoire du fondateur Jean-Marie Le Pen »

              C’est cela, oui, et les membres du parti doivent être membres du CRIF et de l AIPAC sans oublier le B’nai B’rith

              « Fermer les frontières, limiter, taxer les échanges, entrainent finalement une réciprocité mortelle. »

              C’est cela, oui, comme le Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran ou les USA qui font moins bien que l’UE avec ses frontières « Open Bar »

              « Souverainistes et libéraux ont pour point commun la défense du capitalisme »

              C’est cela, oui, et les souverainistes sont aussi pour le néolibéralisme et la finance transnationale smiley


              • nemo3637 nemo3637 7 août 08:14

                @Odin
                « Morts à Gaza : Israêl a défendu ses frontières, selon Louis Alliot » -Le Point, 15/05/2018.
                « Comment l’extrème-droite a cherché à séduire les Juifs »— L’Express, 22/01/2019
                Et les souverainistes, s’ils étaient au pouvoir en France, subiraient bien plus que la Russie ou la Chine, les pressions du capItalisme international....
                L’humour vous va mal en la circonstance... Il vous manque des connaissances et un peu d’intelligence.


              • samy Levrai samy Levrai 5 août 17:41

                Article indigent de et pour les euro fascistes. 


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 5 août 18:41

                  Comme toujours, vous ne voulez pas tenir compte de la vision de Dieu sur la société.

                  Sachez qu’il n’est pas du tout satisfait des riches qui ont frustré les moissonneurs qui ont moissonné leurs champs.

                  Les riches vont pleurer et vous ne vous en réjouissez pas ! C’est pourtant cette solution qui sera apportée à nos déconvenues.

                   

                  https://www.biblegateway.com/passage/?search=Jacques+5%3A1-6%3BAmos+8%3A4-8&version=LSG


                  • beo111 beo111 5 août 21:01

                    Le souverainisme n’est pas au service du capital, il lui impose des limites.


                    • samy Levrai samy Levrai 5 août 21:07

                      @beo111
                      parle de souveraineté pas de souverainisme ; ce mot à suffixe est reservé à ceux qui ne veulent pas du tout rendre le pouvoir a la nation mais sont pour une autre Europe ( impossible), ces types sont des escrocs.
                      Le peuple souverain ne sert personne que lui même. le peuple souverain est libre et indépendant.


                    • nemo3637 nemo3637 7 août 09:34

                      @samy Levrai
                      Vous restez dans la Croyance et refusez en fait tout raisonnement. Votre discours, fait d’invectives prend même un caractère fanatique, plutôt absurde et risible, à mon avis contre productif.
                      Béret enfoncé,baguette sous le bras et camembert dans la poche droite (ou gauche ?) on imagine un défilé plutôt comique conduit par Louis de Funes....


                    • samy Levrai samy Levrai 7 août 15:15

                      @nemo3637
                      De la croyance chez moi ? tu es sûr ? mais n’est ce pas toi qui croit que « la liberté c’est l’esclavage » ? que servir la finance au détriment du peuple est la panacée ? 
                      connais tu le sens des mots que tu utilises ?
                      es tu capable, à part les conneries que tu viens de marquer, d’argumenter sur les arguments politiques que je t’ai soumis et je t’ai servi un implacable plaidoyer  ?
                      La haine que tu as pour ton peuple et l’amour que tu as pour la propagande américaine et son modèle financier est juste à mourir de rire , l’esprit de la collaboration t’obsède, celle de la liberté te fait peur, est ce dogmatique ou bien juste du refus de comprendre ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité