• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le vent tourne dans l’opinion sur l’Europe, même dans les (...)

Le vent tourne dans l’opinion sur l’Europe, même dans les élites

Le dernier soutien de l’UE pourra éteindre la lumière. Cette construction antidémocratique et antisociale n’a jamais été très populaire, mais les choses s’accélèrent depuis quelques mois. De nombreuses personnalités rattrapent l’opinion publique dans leur critique de la tour de Babel bruxelloise.

Feu sur l’Union Européenne !
 
La critique de l’Union Européenne n’est pas nouvelle. Les gaullistes, aujourd’hui représentés par Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement ou une gauche plus radicale (Frédéric Lordon, qui publie un nouveau livre « la malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique  » où il critique l’euro, au M’PEP, Jacques Nikonoff ou Aurélien Bernier, qui a théorisé le concept de « désobéissance européenne  » ou enfin François Ruffin, du Monde Diplomatique, qui a publié « Faut-il faire sauter Bruxelles ?  » aux éditions Fakir) ainsi que des intellectuels critiques contre l’UE, notamment Jacques Sapir et Emmanuel Todd ont toujours été en pointe dans ce combat,. Mais depuis quelques mois, il semblerait que quelque chose se soit passée car les rangs des UE-critiques ne cessent de grandir.
 
Et le plus intéressant, c’est qu’une frange plus modérée semble virer sa cuti. Il y a le très bon livre de Coralie Delaume « Europe : les états désunis  », qui pointe toutes les défauts de l’UE. Olivier Berruyer, le blogueur N°1 en économie, dénonce la monnaie unique dans son dernier livre. Paul Krugman, comme de nombreux autres « prix Nobel d’économie  », éreinte la monnaie unique dans son dernier livre. François Lenglet n’est guère plus indulgent dans son dernier livre. Et, après avoir réhabilité le protectionnisme, Franck Dedieu, de l’Expansion, et Benjamin Masse-Stamberger, de l’Express, ont publié « Casser l’euro pour sauver l’Europe  » (bientôt en résumé). Et Bernard Maris vient de rallonger cette liste.
 
L’UE rencontre le mur des réalités

L’intérêt de ces livres est double. Tout d’abord, parce qu’ils ont cru à l’UE, tous ces intellectuels ont peut-être une meilleure capacité à s’adresser aux personnes hésitantes car ils sont moins marqués et savent creuser les questions qui font que les citoyens ne veulent pas encore brûler Bruxelles. Mais surtout, ils montrent sans doute le chemin à des Français de plus en plus critiques à l’égard de la construction européenne. C’est pourquoi il est essentiel de bien accueillir ces changements d’opinion, ce qui n’est pas toujours le cas malheureusement. A nous aussi de montrer de l’ouverture d’esprit pour gagner définitivement la bataille de l’opinion sur l’Europe, ce qui semble de plus en plus possible aujourd’hui.

Les constats sont tous les mêmes, nourris par la crise que nous traversons depuis 2008, particulièrement dure dans la zone euro depuis 2010. Cette construction européenne pose un grave problème démocratique en donnant le pouvoir à des technocrates irresponsable et en refusant le jugement des peuples. Elle est profondément antisociale, favorisant toujours la loi du moins disant social, salarial ou normatif. Enfin, elle ne fait que défendre les intérêts des lobbys et des multinationales, qu’il s’agisse de la finance ou de Monsanto. Bref, la simple observation de la réalité condamne l’UE au rejet des peuples, comme le montrent toutes les enquêtes d’opinion. Une majorité de Français veulent moins d’Europe.

Le délirant projet de l’UE se heurte à la réalité de ce qu’il fait subir aux peuples, en Grèce, en Espagne ou au Portugal. Cela provoque une prise de conscience, à gauche ou chez les libéraux modérés et humanistes. La question n’est plus de savoir si l’UE va s’effondrer, mais quand, et par quel pays…


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 15 avril 2014 09:39

    Le peuple est beaucoup plus sage que les politiciens (référendum 2005)...Nous sommes en 2014 et voilà que par un coup de baguette magique..ces vieux routards-véreux pensent que MLP a peut être raison.. ?


    • gaijin gaijin 15 avril 2014 09:48

      ce n’est pas la faute de la girouette si elle tourne ..........


    • gaijin gaijin 15 avril 2014 09:53

      l’imposture européenne a fait long feu
      elle était censée nous protéger de la crise .....oups
      elle était censée nous protéger de la guerre ......et voilà qu’un nouveau front s’ouvre alimenté par nos « amis » les états unis ( ou alors qu’est allé faire le chef de la cia en ukraine ???? )
      poutine ne veut pas laisser grignoter son pré carré par les pseudos révolutions fomentées par l’empire du commerce ....où cela nous mène t’ il ?


      • appoline appoline 15 avril 2014 13:02

        L’europe n’a jamais été là pour nous protéger, elle a été mise en place avec l’appui du CFR pour paupériser le peuple et le soumettre au NWO. Jamais elle n’a voulu le bien du peuple mais celui des élites. Voyez dans quel état est la France, tous les journaux de tous poils tentent de nous faire croire que le pouvoir d’achat n’a pas changé depuis l’arrivée de l’euro : connerie, regardez ce que vous payez rien que vous nourrir 


      • gaijin gaijin 15 avril 2014 13:11

        appoline
        oui ...
        je faisais état du mythe qu’on a essayé ( et globalement réussit ) de nous vendre


      • passtavie passtavie 15 avril 2014 19:22

        Le régime de Poutine ne me semble pas très démocratique et pas très égalitaire. Il ne faut pas penser que parce qu’il s’oppose au bloc euro-atlantique qu’il vaut mieux que les dirigeants de celui-ci.
        Je plains les Ukrainiens... 


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 avril 2014 00:11

        @ Gaijin



         Cela nous mene a une catastrophe internationale pour completer le désasre national Concernant l’« Affaire Ukraine » j’ai um article en modération ici sur Avox ... S’il n’apparait pas.... bienvenue sur Nouvelle Société


        PJCA

      • Robert GIL ROBERT GIL 15 avril 2014 10:07

        cette question ne doit pas faire oublier que sortir de l’euro est une condition nécessaire au changement d’orientation politique, mais certainement pas suffisante. L’autorité de l’Union européenne sur les États repose sur son ordre monétaire, mais aussi et surtout sur son ordre juridique. En finir avec la monnaie unique sans rompre avec le droit communautaire ne nous fera jamais sortir du libre échange, de la libre concurrence et de la dérégulation...

        voir : http://2ccr.wordpress.com/category/europe/


        • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 avril 2014 17:49

          Et il faut que l’on s’y prenne autrement pour designer ceux qui doivent servir et pas SE servir :
          http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/les-citoyens-constituants-la-44646


        • coinfinger 17 avril 2014 04:14

          Rompre avec l’ordre juridique ne me semble pas un obstacle essentiel , les ruptures flagrantes se révélent à chaque fois que les peuples ne vont pas dans le ’bon sens ’ .
          Le vrai obstacle est politique et déborde l’Europe , c’est celui de la tutelle américaine qui dispose de tous les moyens , y compris les plus inavouables .
          Là force est de constater que la marge est trés étroite , pratiquement inexistante .
          Aussi toutes les ratiocinations sur la monnaie , la sortie de l’euro , son aménagement etc ...me paraissent assez vaines .
          Sauf à considerer qu’elles préparent les esprits à de vrais changements , à l’occasion d’évenements majeurs changeant la donne .Mais alors on réalise que les questions essentielles ne sont pas abordées .On ne se prépare pas à une authentique indépendance , peut étre ne sait on plus ce que cela veut dire ?


        • taktak 15 avril 2014 11:19

          @ L Pinsolles
          N’oubliez pas le PRCF créé il y a plus de 10 ans et qui a été un des premiers à mené le combat pour la sortie de l’UE et de l’Euro.

          A ce propos et puisque vous citez un certain nombre de livres j’ajoute 3 livres d’intellectuels du PRCF

          Mondialisation capitaliste et Projet communiste de Georges Gastaud publié en 1997 livre visionnaire démontrant l’impossibilité de la réforme de l’UE et son caractère profondemment totalitaire de dictature de l’oligarchie capitaliste
          Patriotisme et Internationalisme de G Gastaud 2010 qui montre que l’internationalisme des travailleurs ne s’oppose en rien au patriotisme cette valeur essentielle de la gauche qui est celle de la défense de la souveraineté populaire

          Et un livre de Annie Lacroix-Riz qui vient de sortir ce 1er avril
          aux origines du carcan européen (1900 -1960)


          • legrind legrind 15 avril 2014 12:11

            Mr Pinsolle ce n’est pas fair-play de ne pas évoquer le 1er parti souverainiste de France, qu’on l’apprécie ou pas, le FN avait raison sur tout : U€, immigration.


            • Martha 15 avril 2014 12:45

              @legrind,

               Lisez la profession de foi du FN, vous verrez que ce que vous dites est faux. Ils ne parlent que de « réformer » l’Europe, ce qui est impossible : système « auto-bloqué ».

               Le FN a senti le vent tourner et s’est emparé des idées de l’UPR. Ce parti n’est pas crédibles.


            • Martha 15 avril 2014 12:48

               PS. Lire : Ce parti, le FN, n’est pas crédible.


            • foufouille foufouille 15 avril 2014 13:05

              le programme a changé voir l’interview de marine. ton parti ne va pas faire 30% d’un coup


            • legrind legrind 15 avril 2014 15:10

              Le FN a senti le vent tourner et s’est emparé des idées de l’UPR. Ce parti n’est pas crédibles.

              A l’UPR vous êtes en train de délirer dingue comme chez les Raéliens, redescendez sur Terre.. , c’est quoi votre ambition ? Etre + populaire que le fn sur Agoravox ? Youpi c’est réussi.

            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 09:27

              legrind,
              75% des Français ne voteront jamais FN, autant dire que vous n’arriverez jamais au pouvoir.

              En attendant, vous servez aux europathes à salir l’idée de souveraineté par vos propos racistes et xénophobes, c’est l’unique raison de votre accès aux médias.

              Grâce à vous, ils peuvent traiter Chouard, Sapir ou Asselineau d’extrême-droites.

              Si le FN n’écrit jamais « sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN unilatéralement, par l’article 50 », c’est qu’il doit y avoir des raisons....


            • Werner Laferier Werner Laferier 15 avril 2014 12:58

              Les peuples du monde, je dit bien du monde veulent rejoindre l’Europe et les seules à contester ça sont des extrémistes français...
              En Écosse :
              http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0CDAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.courrierinternational.com%2Farticle%2F2014%2F04%2F01%2Fles-ecossais-veulent-conduire-a-droite&ei=UBBNU8OxGYS0O_mfgMAC&usg=AFQjCNEHxt6gXFQm0D4uhQpPPDCbdy1p1w&bvm=bv.64764171,d.ZWU
              En Ukraine.
              En Turquie.
              Ect...

              L’Europe n’est pas mauvais au final, puisque tous veulent y adhérer, n’en déplaise aux complotistes extrémiste.


              • abelard 15 avril 2014 13:58

                « Les peuples du monde, je dit bien du monde veulent rejoindre l’Europe »

                Nous voila bien. Je viens d’apprendre que le Zimbabwe et la Patagonie demandent leur adhésion à l’UE...

                N’y aurait-il pas quelque chose de vicié sous la cloche à fromage qui tient lieu de crâne à Werner ?


              • Martha 15 avril 2014 14:15

                 @ W. L.

                 Qu’ est-ce qu’un « complotiste » au final ?

                 C’est un mot utilisé par les mordus « Néo-Cons » pour anéantir ceux qui ne croient pas à leur « VO » minable du « 911 », ni aux multiples mensonges de 2W bush.
                 Celui qui dénonce ce complot et le prouve est un chercheur de vérité. C’est une démarche intellectuelle bien mise en évidence par R.G. ça enkikine les comploteurs, cet auteur inspiré le montre très bien.

                 Utiliser ce mot pour nommer ceux qui ne sont pas d’accord, c’est se mettre dans le camps de ceux qui manient la « novlangue », celui des comploteurs.


              • ZenZoe ZenZoe 15 avril 2014 14:55

                @werner
                Tous les peuples veulent rejoindre l’Europe ? Ah ? Et la Norvège, et la Suisse alors ?
                Vous feriez mieux de dire que tous les pays pauvres, bancals ou véreux et qui n’ont rien à perdre et tout à gagner veulent rejoindre l’Europe. C’est gratuit et c’est les autres pays qui payent, alors pourquoi se priver ?
                Les pays prospères et où tout roule ou presque préfèrent passer au large. Et ils ont raison.


              • passtavie passtavie 15 avril 2014 19:24

                « L’Europe n’est pas mauvais au final, puisque tous veulent y adhérer, n’en déplaise aux complotistes extrémiste. »

                Bouhhh la vilaine stigmatisation !!!



              • Martha 15 avril 2014 12:58


                 Dans 40 jours, les élections européennes, en un seul tour :
                 voter pour l’UPR.
                 Le seul parti qui peut rassembler les voix,
                 pour un programme cohérent et limité dans le temps : faire sortir la France de l’Europe actuelle pour qu’elle retrouve enfin sa liberté.


                • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 avril 2014 17:57

                  Et l’UPR, elle en dit quoi de cela : http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/les-citoyens-constituants-la-44646 ?

                  Faites dire explicitement à Mr Asselineau qu’il est en accord avec ce changement de désignation et j’irai mettre un bulletin en faveur de son représentant le 25 mai.

                  J’ai comme un léger doute...


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 avril 2014 22:18

                  Bonjour Par Le printemps arrive,

                  Q : Dans quel pays au monde les représentants politiques sont elles sélectionné par le tirage au sort ?

                  R : Dans aucun pays au monde !

                  Le tirage au sort n’est pas un programme en soit qui permet de sortir de l’Europe, de l’Euro et de l’OTAN.

                  Le tirage au sort est un système idéaliste donc de plus en plus de gens s’intéressent.

                  Pourquoi cet intérêt soudain au système du tirage au sort ?

                  La France comme toutes les autres pays Européens ont perdu leur souveraineté, les décisions essentielles sont prises à Bruxelles par des gens qui siègent à la surpuissante commission Européenne, ou siègent des gens non élus, ou sont forge les lois européennes qui vont à l’encontre de l’intérêt général et les quelles sont oriente dans l’intérêt des très grandes sociétés privées.

                  Nos hommes politiques sont devenue des marionnettes de Bruxelles et de Goldman & Sachs !

                  Pour moi l’origine du mouvement des gens qui défendent le système par le tirage au sort est liée au désastre (échec de la construction d’une Europe sociale) de la constitution européenne.

                  La France, voire l’Europe s’enfonce de plus en plus dans un marécage de la dérégulation (néo-libéralisme) du marché mondial. Le futur accord du grand marché transatlantique accorde le plein pouvoir aux multinationales pour attaquer les états devant des tribunaux supranationaux (court-circuitant toutes les juridictions nationales) et soumettant les populations aux dictats du monde de la finance ; le programme est déjà très avancé, voire quasiment achevé ...

                  Un exemple qui na pas été évoque dans les grands médias :
                  Goldman & Sachs à pris le contrôle total sur TOUTES les matières premières au mois de Mars 2014 en  » rachetant  » via la société de trading Mercuria (fondé par des ex-employées de Goldman & Sachs) le département des matières premières de son concurrent J.P. Morgan et possède ainsi un pouvoir extrêmement inquiétant pour toutes les citoyens du monde un pouvoir qui est une MENACE POUR LA DÉMOCRATIE DANS LE MONDE

                  Les « défenseurs » de la mondialisation s’opposent aux régimes réellement démocratique, et préfèrent de placer des marionnettes voire des gens corrompus à la tête des divers gouvernements ce qui est à l’opposé de la démocratie.

                  Le monde (en tête les États Unis) dans le quel nous vivons est hostile à tout régime réellement démocratique et je pense que dans la situation géo-politique actuelle le Programme de Libération Nationale de l’UPR constitue la meilleure alternative dans le contexte actuel.

                  L’UPR rassemble les gens au-dessus du clivage droite-gauche voire (droite-centre-gauche)

                  Presque tous les partis politiques affirment vouloir rassembler les Français. Mais aucun ne s’en donne les moyens puisqu’ils adoptent tous des alliances ou des discours qui divisent les Français selon les réflexes droite-gauche.

                  Tel n’est pas le cas de l’UPR qui ne s’intéresse qu’à rendre aux Français leur démocratie et la liberté de la France. C’est pour cela que l’UPR rassemble des Français de tous les bords. L’UPR est un parti de libération nationale, il n’a donc pas vocation à anticiper sur tous les choix que les Français feront démocratiquement une fois qu’ils auront recouvré leur souveraineté et leur indépendance.

                  J’en ai mare des gens qui s’accrochent aux étiquettes droite-gauche au moment ou nous sommes entrent de perdre les dernières miettes de la démocratie qui nous reste.

                  Quand vous arrivez sur un lieu d’accident ou se trouvent des blesses vous n’allez pas leur demander leur orientation politique, Non ? Cela na pas de sens !!! Il faut agir ... Sauver des vies .... OUI, nous devons sauver nos vies et celles des nos enfants

                  L’UPR se focalisé sur les points essentielles

                  Voici un extrait de la charte fondatrice de l’UPR :

                  « Il en découle que l’UPR est le parti qui a décidé de ne pas se laisser entraîner dans des débats accessoires lorsque l’essentiel est en jeu. Les adhérents de l’UPR restent ainsi libres, s’ils le souhaitent, de se déclarer – en dehors des instances du mouvement – en faveur de telle ou telle option économique, fiscale ou sociale, ou de telle ou telle philosophie sur les sujets de société. Mais, pour rester cohérents avec la présente Charte, ils se font un devoir constant de rechercher, préciser et exposer quelles sont les instances françaises ou étrangères qui décident des sujets qu’ils abordent et quelles sont en conséquence les possibilités réelles, pour eux-mêmes et leurs interlocuteurs, d’influer sur ces sujets. En outre, les adhérents de l’UPR admettent comme un principe essentiel que l’UPR n’est pas le lieu où ces questions accessoires doivent être abordées, sauf lorsqu’il s’agit de démontrer l’impuissance des instances nationales. Ils veillent ainsi à ne pas introduire au sein du mouvement de motifs de division aussi nuisibles que sans objet. »

                  A mon point de vue le programme de l’UPR est le plus réaliste et plus adapté pour sortir la France de ce piège de la constitution de Lisbonne qui été ratifié en début de l’année 2008 par le parlement français avec le soutien massif du PS comme l’UMP ignorent le référendum de 2005 ou une majorité des français c’est opposé à la constitution européenne !


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 09:40

                  Le Printemps arrive,
                  Il faudra expliquer aux électeurs qu’il n’y aura plus ni Partis Politiques, ni élections.
                  Et en quoi les tirés au sort, parfaitement isolés, seront moins sensibles à la corruption et aux pressions des lobbys.

                  Vous vous trompez de priorité. La priorité, c’est de retrouver la souveraineté et la démocratie.
                  A quoi peut vous servir le tirage au sort dans l’ UE qui se fiche de l’avis des citoyens ?
                  Si ensuite, la majorité des Français préfère le tirage au sort, nous aurons le temps d’en rediscuter.

                  Analyse d’ Etienne Chouard «  Chouard, l’ UPR et l’article 50 », il explique bien que dans l’UE, rien n’est possible.

                  La politique, c’est de dégager des priorités, et la priorité c’est de sortir de l’ UE.
                  A supposer que 100% des Français soient d’accord pour le tirage au sort, ce n’est ça qui nous fera retrouver la démocratie, mais l’article 50.


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 avril 2014 10:53

                  @Fifi,

                  J’ai bien écrit au début de mon dernier commentaire :

                  Le tirage au sort n’est pas un programme en soit qui permet de sortir de l’Europe, de l’Euro et de l’OTAN.

                  Nous sommes donc d’accord sur l’essentiel et les priorités des priorités.

                  Il y à urgence de quitter l’Europe !!!


                • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 avril 2014 22:09

                  Changer le mode de désignation (pas spécialement par le tirage au sort, mais choisi par la majorité du peuple) n’est pas antinomique à la sortie de l’UE (entité non naturelle), mais c’est au peuple de choisir et pas à L’UPR (il est clair que un grand nombre de voix pour l’UPR serait un excellent indicateur de la tendance).

                  Moi, je veux que ce soit le peuple que reprenne sa souveraineté par un mode de désignation plus cohérent que l’actuel ET je suis d’avis que L’UE est une entité dont il faut se débarrasser et le plus tôt sera le mieux. S’il y a un plébiscite pour l’UPR, vous m’en verrez ravi.

                  Mais imaginez bien que si L’UPR prenait le pouvoir par les urnes légalement, et si l’on ne change pas le mode de désignation à la suite, il y aura des déçus.


                  Remarque :

                  « Goldman & Sachs à pris le contrôle total sur TOUTES les matières premières au mois de Mars 2014 en » rachetant » via la société de trading Mercuria (fondé par des ex-employées de Goldman... »
                  FAUX smiley : ils n’ont pas pris le contrôle des matières premières alimentaires que je produis dans mon jardin (en utilisant mes propres graines, du bon fumier de cheval sans passer par un quelconque commerce...) et les pissenlits sauvages ainsi que l’ail de ours cueillis et les quelques morilles trouvées ne leur rapporterons rien. Ça fait peut-être peu, mais il y encore un espoir.  smiley

                  Mais cela ne veut pas dire qu’il faut les laisser faire (pour qu’il n’y ait pas de malentendus).


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 avril 2014 20:18

                  Le Printemps arrive,
                  L’UPR propose dans son programme le referendum d’initiative populaire.

                  Discuter de la démocratie directe alors que la Constitution qui s’applique à la France est le Traité de Lisbonne, en attendant que des membres du Congrès américain viennent siéger à Bruxelles, c’est comme si les Résistants avaient demandé aux Allemands de faire un referendum sur leur présence en France...


                • Norbert 15 avril 2014 13:20

                  L’Europe est une tentative des bourgeoisies nationales de s’accorder pour avoir un grand marché et être compétitifs par rapport aux deux autres grands blocs, cela au détriment des salariés évidemment puisque les avantages sont toujours considérés du point de vue du capital (coût du travail etc..). Ces accords sont fragiles car aucune guerre n’ayant permis l’unification et l’existence d’une « nation » et bourgeoisie européenne, les différentes puissances concernées ont des intérêts souvent contradictoires et donc des arrière-pensées. Cette tentative est sur le point de capoter et des fractions de plus en plus importants de ces bourgeoisies commencent à envisager une autre voie. C’est ce changement de point de vue qui se reflète chez les intellectuels que vous citez. C’est leur fonction sociale.
                   Mais un repli national dans le cadre du capitalisme et en faveur des entreprises et des patrons nationaux se fera aussi sur le dos des salariés. On trouvera des tas de raisons économiques, écologiques, éthiques pour tenter de justifier le protectionnisme qui est dans le catalogue de tous les "anti-européens de droite. Pour les États-Unis socialistes d’Europe ! Pas d’autre solution.


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 09:52

                    Norbert,
                    Les anticapitalistes ne se rendent pas compte que pour imposer leur loi, la finance et les multinationales ont dû détricoter toutes les lois nationales qui limitaient leurs méfaits...

                    ** Les articles 32 & 63 du TFUE ont imposé la fin du contrôle des capitaux.
                    ** L’article 123 a interdit aux Etats d’emprunter à taux 0% à leur banque centrale.
                    ** L’article 42 impose l’appartenance à l’ OTAN
                    ** Le Traité de Maastritch a supprimé de droit régalien de battre monnaie.
                    ** Les articles 168 & 169 soumettent la santé aux impératifs de rentabilité.
                    ** L’article 106 liquide les services publics.
                    ** Les articles 5 & 121 subordonnent les retraites aux décisions européennes etc..

                    L’Etat Nation est le seul lieu où ces lois peuvent être remises en place.
                    C’est d’ailleurs pour cela que l’ UE et Washington veulent voir disparaître les Etats Nations et les remplacer par les eurorégions.


                  • Rincevent Rincevent 15 avril 2014 13:28

                    Il est assez simplificateur et illusoire de charger la mule euro de tous nos maux. Je suis d’accord avec la position de ROBERT GIL, le mal est plus profond qu’un simple credo monétaire qui n’est qu’un instrument. Le casser ne changera pas les paroles de la chanson…


                    • Ector Erlioz Ector Erlioz 15 avril 2014 13:37

                      En attendant Godot.
                      Les gnangnan désireux d’en découdre avec l’UE se demandent par quel pays arrivera la bonne nouvelle...
                      Il est définitivement clair que ce ne sera pas par Gnangnan 1er.
                      Tant qu’à la fille de son père, je crois qu’elle en est au même stade de réflexion, elle a bien trop peur que le ciel ne lui tombe sur la tête.
                      Nous voilà bien avec ces deux là !  smiley
                      www.upr.fr


                      • Ector Erlioz Ector Erlioz 15 avril 2014 14:51

                        ...et comme nous le dit l’Oracle de DLR dans le titre de cet article : « Le vent tourne » !


                      • lambda 15 avril 2014 13:53

                         MAIS BON DIEU !!!! quand est ce que les gens comprendront que l’Europe n’a été construite que pour être détruite 


                        Je rappelle les personnalités qui ont initié entre 1947 et 1950 la création de cette 
                        Europe : 
                        Robert Schumman agent de la CIA - voir les archives déclassifiées !!!!

                        Le deal entre la France et la création de la Commission Européenne était le Plan Marshall contre l’obligation d’accepter le marché financé par la CIA via la Fondation Rockefeller
                        L’Europe (en tant qu’entité géographique) était - je dis bien était - par ce que n’est plus — une menace pour les intérêts libéraux de la Haute Finance - c’est trop tard
                        Il fallait donc la gérer pour l’intégrer dans le Plan du NOM
                        Ils l’ont gérer à travers le Plan Marshall, les différents traités initiant le Marché Transatlantique qui ont vu le jour 3 mois après la chute du Mur de Berlin

                        Les accords de Bretton Wood le 15 aout 71 suspendu par Nixon entrainant à la suite de la convertibilité du dollar comme valeur d’échange sur les marché, l’annexion des états aux emprunts soumis à intérêts -
                        C’est d’ailleurs depuis l’application de ce changement le 3 janvier 1973 - loi Pompidou Giscard qu’est née la dette des états, celle au nom de qui nous subissons jusqu’à plus soif les pressions qui nous mettent en servitude et non content de nous les avoir imposé ils nous en tiennent pour responsables !!!!!

                        Certains vont évoque un incompétence !!!! comme ils doivent rire ceux que vous avez élu, car eux, ils savent que ce n’est pas de l’incompétence - ils savent ce qu’ils font - ils obéissent aux ordres du Gouvernement de l’Ombre que sont les CFR - Triltérale Bilderberg et les autres

                        Y en a marre de supporter autant d’aveuglement
                        Ouvrez les yeux et ceux et ceux de votre entourage

                        Et surtout interessez vous à ce qui se prépare qu’on vous cache soigneusement


                        • tf1Groupie 15 avril 2014 14:30

                          En tout cas Pinsolle est obstiné dans son travail de démolition !!


                          • Isary 15 avril 2014 15:05

                            dans la jolie liste des mouvements critiquant l Euro,Mr Pinsolle a « oublie » de nommer l UPR !!

                            inconscient quand tu nous tiens !!
                            par contre,il « n’oublie » pas de mentionner le nom d’ Olivier BERRUYER.

                            ce dernier etait present à l’universite d’automne de l UPR en Octobre 2013,y a vendu tous ses livres qu il avait apportés et depuis...a rejoint« nouvelle donne »,cette nouvelle formation politique crée fin 2013,« merdiatisee » à souhait !!!(a la difference de l’ UPR qui reste blacklistée !Alors qu ’ elle existe depuis 2007 !!)

                            J aimais beaucoup son blog mais il n est plus possible d’y laisser un commentaire afin d’informer ses blogueurs qui sont à la recherche d’ un parti pronant CLAIREMENT la sortie de l’ UE,de l Euro ET de l ’OTAN,de l’ existence(juste l’ existence,rien d’ autre) de l UPR !!!!

                            Si quelqu’un sur AV a l’ ébauche d’une explication a tout ceci,je suis preneuse !!


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:02

                              Isary

                              Berruyer est pour la disparition de l’euro, mais pas de l’ UE !
                              C’est la raison pour laquelle il supprime les commentaires qui parlent de l’ UPR.

                              Si vous revoyez attentivement la vidéo de l’ Université d’automne de l’ UPR, vous comprendrez en écoutant l’intervention de Philippe Murer qui veut l’indépendance de la France, qu’il n’est pas d’accord avec Berruyer.

                              L’euro est juridiquement irréversible, aucun article ne prévoyant dans sortir.
                              Sauf à sortir de l’ UE. A condition que l’Allemagne soit d’accord pour modifier Maastritch, ce qui fait beaucoup de si, je ne vois pas comment on peut sortir de l’euro sans sortir de l’ UE ???

                              « Table ronde UPR sur l’euro » Berruyer, puis Philippe Murer.


                            • moussars 15 avril 2014 16:08

                              Un seul mot d’ordre : répéter notre non au traité européen scandaleux !
                              Comment ? Puisqu’ils se sont moqués de la démocratie et de nous malgré les 55%, il n’y a qu’une solution : l’ABSTENTION !!!

                              Faisons circuler cela partout, sur tous les forums et réseau sociaux !

                              Tout autre discours serait indécent.


                              • stanley stanley 15 avril 2014 16:14

                                Il faut une sortie concertée de l’Euro, sinon ce sera une brutale descente dans un tombant dont personne ne peut aujourd’hui mesurer la profondeur et donc les conséquences . Quel type de système sortirait d’un tel marasme ?...Je ne suis pas de ceux qui condamnent sans même l’étudier cette fameuse sortie de l’Euro. Mais quelle alternative économique ? Avec qui ? Pour faire quoi ? Dans quelles conditions sociales et politiques ? Si quelqu’un est en mesure de répondre de façon pragmatique et intelligente a ces question, je suis tout ouï...


                                • Isary 15 avril 2014 17:44

                                  si vous souhaitez avoir une reponse a vos questionnements fort legitimes sur les consequence d une sortie unilaterale francaise de l euro,je vous invite a prendre connaissance de l etude realisee par Jacques Sapir et Philippe Murer en ligne sur la fondation respublica.


                                  vous pouvez egalement prendre connaissance d un article du 14 avril 2014 par le meme Jacques Sapir sur ce sujet(sur son blog)

                                  vous pouvez egalement visionner la conference de Francois Asselineau intitulee :« faut il avoir peur de sortir de l Euro » accessible sur le site de l UPR.

                                  pour vous faire prendre la mesure du « flou » savemment entretenu sur ce sujet,je vous rappelle que Jacques Sapir plutot« classé » à gauche a été traite d’ économiste d’ extreme droite par notre precedent ministre des finances Mr MOSCOVICI !!!

                                  le brouillard ideologique est tel que l’ idée de debattre sur ce theme est immediatement associée a des theses d’ extreme droite !!!!alors qu’ aucun document officiel du FN(les professions de foi adressées a tous les electeurs au moment d’ un scrutin) ne stipule clairement qu ’il est pour la sortie de l Euro !!!

                                  pour ce qui est de vos interrogations sur les conditions sociales de cette sortie,je vous rappelle qu ’ actuellement,il y a 19 millions de chomeurs en Europe !!!

                                  Ceux qui vous dressent un tableau apocalyptique de cette eventuelle sortie sont ceux qui ont interet à ce que ce fiasco perdure !

                                  L UE est une construction politique et non economique dont les francais n’ont pas voulu en 2005.

                                  Croyez vous que le Luxembourg oeuvrera pour l’ harmonisation fiscale ?(je vous rappelle que les traites,pour etre modifiés,doivent l etre à L’ UNANIMITE)nous touchons,sur ce point,à toute l’ ambiguite entretenue par le FNUMPS !tous vous parlent de renegocier les traites !!! c est impossible sans l’unanimite.ILs le savent et pourtant n’ ont que cela à la bouche...la conclusion s ’ impose,ils se moquent de nous !!!!Il faut donc en sortir en utilisant l’ article 50 du TUE.Si cet article existe,c’ est qu il est prevu de pouvoir s’ en servir !!mais personne n’ en parle !

                                  je reprendrai pour la Nieme fois cette phrase de Coluche:On ne peut pas dire la verité à la télé,il y a tellemnt de gens qui le regardent !!

                                  il y a egalement sur le site du cercle Aristote une tres pertinente anlayse repondant aux habituelles objections selon lesquelles la France,seule,serait trop « petite » pour exister.
                                  l’intervenant explique fort bien,exemples à l ’appui,que cet argument n’ est pas pas « à priori » recevable.

                                  j’ espere avoir repondu en partie à vos attentes en matiere d’éléments pour vous aider à apprehender cette problematique.

                                  cordialement

                                • non667 15 avril 2014 20:31

                                  à isary
                                  ambiguite entretenue par le FNUMPS !
                                  pour umps pas d’ambiguïté ils sont à fond pour l’ue actuelle et comme pour la syrie et l’Ukraine prennent même les devants sur les usa ! (leurs lèche le cul préventivement ! )
                                  pour le fn non plus :
                                  -débat européen pour contrer la propagande proeuropéenne menée jusqu’ici
                                  - sortie concerté de plusieurs pays
                                  -sinon sortie unilatérale après référendum respecté (eh oui ! il faudra vous y faire le fn n’en déplaise au front facho-ripoublicain est un parti démocrate et républicain ! )
                                  isary = @ déguisée en femme ? même niveau de c...... ! smiley smiley smiley


                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:08

                                  La sortie de l’ UE ne prévoit aucun referendum.
                                  Il suffit qu’un Parti arrive au pouvoir en France sur le programme de sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN pour enclencher l’article 50 :

                                  « Les Etats membres peuvent décider de quitter l’ Union ».

                                  Ce qui peut se faire avec l’ UPR qui est un mouvement de rassemblement et de libération nationale.

                                  Et qui ne se fera pas avec le FN, car 75% des Français ne voteront jamais pour lui.
                                  Il n’a donc aucune chance d’arriver au pouvoir, quelles que soient les salades qu’il raconte.


                                • HELIOS HELIOS 16 avril 2014 22:57

                                  a Isary... et les autres...

                                  Ce que le peuple a fait, il peut le defaire... c’est comme cela, et c’est la raison pour laquelle M Le Pen de parle pas de sortie de l’UE, de l’Euro et de l’Otan, car elle sait que le parlement n’en a pas le pouvoir.

                                  Par contre, organiser un référendum (celui qui a été refusé a la Grece) qui aurait pour resultat une demande des citoyens Français de sortir de l’UE etc... ne peut etre contestée par personne, c’est le sens de la phrase du traité citée plus haut.

                                  Ce qui est par contre certain, c’est que les pays « durs » de l’UE vont tout faire pour que ce referendum n’ait pas lieu, mais evidement on ne traite pas la France comme la Grece et ce sera neanmoins difficile.
                                  Ensuite, et personne ne se privera de l’annoncer, le prix a payer pour « racheter » les multiples accords croisés va nous obliger a jouer de la diplomatie avec beaucouop de finesse car c’est une vraie montagne a deplacer.

                                  Mais, il y a quand même du positifs. Certains « petits » pays vont surement se ranger du coté de la France, surtout si la com’ est bien faites et encore plus surtout si la France offre une alternative d’adhesion a un ensemble à creer de façon incrementale, offrant des caracteristiques economiques et sociales tournées vers les nations... ce que le FN tente de dire et de preparer.

                                  La valeur de notre future monnaie ne s’effondrera pas comme le disent les beni oui-oui de l’UE.les americains ne vont pas nous declarer la guerre et je pense même que pas mal de multinationales vont se positionner pour profiter de la future place financiere de Paris pour autant que ceux qui vont pacter la sortie de la France auront su etre suffisament arrangeants, au moins au debut.

                                  Reste a savoir maintenant, la resistance des « tiedes », car n’oublions pas qu’une fois le referendum fait, il est fort probable qu’une campagne de seduction, probablement pilotée par le Royaume unis, et surement soutenu par la Pologne et l’Allemagne tentera de faire accepter une sortie « partielle » de notre pays, rendant les fondamentaux de la souveraineté inutilisable. Ceux de notre classe politique qui vont se laisser seduire par ces sirenes, ces propositions de revision fondamentale des traités, de la repeinture des directives, de la repartitions des roles et des poids respectifs des etats etc... y compris des exceptions comme en beneficient actuellement les anglais, tout ce que nous ne voulons plus... s’ils sont majoritaire, ces tiedes, alors cela fera capoter notre souveraineté retrouvée entrainant avec nous les pays plus faibles et cela nous poussera dans les bras d’un euro-atlantisme implacable...

                                  bon, allez-y, moinssez....


                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 15:49

                                  Mais non, le délai de 2 ans, c’est quand il y a des problèmes pour séparer ce qui est commun, comme dans un divorce.
                                  Faudra régler la question de l’armée commune, des étudiants, des équivalences de diplômes etc...

                                  2 ans, c’est le délai maximum, si Bruxelles cherche des histoires.

                                  Article 50

                                  Et puis en quoi vous concerne la sortie par l’article 50, puisque vous ne voulez pas vous en servir pour sortir, mais pour renégocier les Traités ?
                                  Et que demanderez vous ? Les frontières ?

                                  Elles font partie du socle de l’ UE, libre circulation des capitaux, des marchandises et des hommes. Vous savez d’avance que ce sera non.
                                  Alors pourquoi le demandez-vous, plutôt que de demander la sortie ?


                                • BA 15 avril 2014 17:03
                                  Mardi 15 avril 2014 :

                                  « C’est un jour sombre pour la France et les Français. Nous avons un écoeurement immense car notre produit phare, la Gauloise, va être fabriqué à l’étranger. La production des deux usines (Nantes et Riom, ndlr) va être transférée en Pologne », a estimé Eric Comparot, délégué CGT à l’issue du Comité central extraordinaire. 


                                  Les cigarettes Gauloises seront dorénavant fabriquées en Pologne.

                                  Mais pourquoi en Pologne ?

                                  Réponse : les coûts horaires de la main d’oeuvre ne sont pas les mêmes dans l’Union Européenne.

                                  En France, le coût horaire est de 34,30 euros.

                                  En Pologne, le coût horaire est l’équivalent de ... 7,60 euros !

                                  Conséquence :

                                  Les usines ferment en France. Et de nouvelles usines ouvrent en Europe de l’est en général, en Pologne en particulier.

                                  L’Union Européenne, c’est la désindustrialisation de la France.

                                  L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

                                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 avril 2014 18:08

                                    Une raison supplémentaire pour arrêter de fumer !

                                    J’ai dit une bêtise ? c’est vrai, la cigarette permet à big-pharma , à ses satellites et aux associations idoines d’engranger de beaux bénéfices.

                                    Le tout PIB est-il une solution au bonheur des peuples ?

                                    Passer sa vie à s’éreinter pour gagner de la monnaie qu’on dépensera ensuite à se soigner me paraît incohérent, mais j’ai pas d’intérêt dans la finance...


                                  • la vergonha 17 avril 2014 10:24

                                    @BA

                                    Votre comparaison des coûts de main d’oeuvre est intéressante. Mais elle serait plus pertinente si l’on connaissait la part du coût de la main d’oeuvre dans le produit fini. Je ne suis pas certain que la différence soit énorme à la fin. C’est pourquoi, je ne suis pas certain qu’il s’agisse uniquement d’une question de coût du travaille.

                                    N’est ce pas aussi pour une bête raison de proximité du consommateur, le marché du tabac se portant mieux là bas qu’en France ? Je remarque aussi qu’on supprime 327 emploi en France pour en créer 130 en Pologne. Y-a-t-il modernisation des machines ? Vont-ils produire moins ? Les polonais travaillent-t-ils trois fois plus que les Français (visiblement... non).

                                    Après, on ne peut pas nier que les différences de salaire horaire avec Europe de l’est ait une influence (plus ou moins grande selon l’automatisation) sur les délocalisations, mais je ne crois pas que ce soit la seule et unique raison de ces délocalisations.

                                    @bernard

                                    Le problème de l’Europe sociale, c’est que les Etats Nations considèrent la politique sociale comme faisant partie de leur souveraineté et n’en ont jamais voulu. Aujourd’hui que la nécessitée d’une Europe Sociale devient urgente, et l’Union Européenne étant toujours en construction contrairement à ce que vous voulez croire, j’espère que cela fera parti des sujets qui avanceront enfin.


                                  • Le Gaspésien 15 avril 2014 17:31

                                    Laurent Pinsolle, vous avez réussit à faire un article sur ce sujet en « oubliant » le seul Parti se présentant devant les électeurs en mai et étant pour la sortie de l’UE/€/OTAN. Je dis bien que le seul parti qui sans équivoque veut retrouver la souveraineté de la France est …. l’UPR. Pensez y, en mai les larmes de crocodiles ou la fermeté des engagement des UPR. 


                                    • taktak 16 avril 2014 09:03

                                      Cessez donc ces mensonges !

                                      Ce n’est pas seul l’UPR que vous devriez écrire mais l’upr SEUL.

                                      Car il il y a un rassemblement divers pluriel, large et ouvert pour la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. C’est le rassemblement du PRCF, du M’PEP et des CPF. Voila un début de CNR

                                      Au passage je signale au cyberupr (que l’on voit très peu sur le terrain, personne à marche du 12 avril contre l’austérité par exemple, le PRCF lui y était pour expliquer pourquoi pour sortir de l’austérité il faut sortir de l’UE !) qu’alors que l’UPR n’existait pas, alors que F Asselineau était encore à l’UMP, cela faisait déjà des années que le PRCF avait été créé et portait quasi seul le combat pour la sortie de l’UE. Donc stop à l’outrance !
                                      Quand FA après avoir fait une tres belle carrière dans un parti ayant voté Maastricht et commis la forfaiture de voter au parlement le TCE rejeté par les français créé son mouvement en 2007, cela fait exactement 10 ans que Georges Gastaud aujourd’hui secrétaire national du PRCF a publié son livre Mondialisation capitaliste et Projet Communiste expliquant combien l’Euro sera une catastrophe, et pourquoi il faut sortir de l’UE cette machine de guerre contre les peuples, cette arme de destruction de notre pays !

                                      Ne donnez donc pas de leçon SVP !

                                      Bref, je n’ai rien contre vous, et je vois même d’un bon oeil le travail commun que l’on peut faire pour montrer que pour reprendre un slogan du PRCF pour s’en sortir, il faut sortir de l’UE, mais de grace ayez un discours un peu plus honnête et la ramenez pas trop en faisant comme si il n’y avait que vous. C’est assez insupportable et je crois que c’est contreproductif non seulement pour le pays car en agissant ainsi vous vous comportez comme des diviseurs, mais même pour vous, car comment ne pas vous faire remarquer que vos belles histoires sur votre mouvement ne collent pas avec la réalité.


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:14

                                      taktak,
                                      Cessez de faire croire que vous êtes pour un rassemblement sans condition pour sortir de l’ UE. Ce que vous voulez c’est sortir de l’ UE par le communisme.

                                      Ce que n’était pas le CNR.

                                      Il suffit de lire la liste des organisations signataires du CNR pour voir qu’elles n’étaient pas toutes communistes, tant s’en faut !
                                      Vous faites une relecture de l’histoire.


                                    • Le Gaspésien 18 avril 2014 21:34

                                      « C’est le rassemblement du PRCF, du M’PEP et des CPF. »


                                      Parce que les fonctionnaires du M’PEP et du PRCF se présentent devant les électeurs ?
                                      En fait ils militent pour laisser le champs libre aux Partis du Système, en prônant l’ABSTENTION !!
                                      Traitres aux Peuple



                                    • kalon 15 avril 2014 17:44

                                      Seule solution, et elle n’est pas farfelue : emprisonner les hauts fonctionnaire du « Muppets show » Européen.

                                      De tout façon, ce sont, tous, des agents de la C.I.A. et, de ce fait, facilement traduisibles en justice sur la base du crime d’intelligence avec une puissance étrangère.

                                      Comment voulez vous changer un système si vous en conservez les anciens responsables à sa tête ? 


                                      • kalon 15 avril 2014 17:50

                                        Vouloir jouer sur les effets sans supprimer la cause est mettre un emplâtre sur une jambe de bois.

                                        Hors, ici, la cause n’est, ni la monnaie, ni les directives abscondes pondues par le « Muppets show », non !

                                        La seule et unique cause est que ce sont les U.S.A. qui dirigent l’Europe comme si c’était une de leurs colonies

                                        Alors, décolonisons l’Europe et tout ira mieux smiley


                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:15

                                          Kalon
                                          Et vous faites comment ?


                                        • kalon 16 avril 2014 14:48

                                          Eh ben, Fifi, j’attend car il est manifeste que ce système est entré en autodestruction du fait d’un niveau d’entropie maximal.

                                          C’est quoi, un système chaotique ? c’est un système structuré mais impossible à maîtriser par l’homme.

                                          Pourquoi se révolter contre un système en pleine implosion ?

                                          La seule chose intéressante à faire est de latéraliser nos idées afin de prospecter les possibilités existant hors du cadre de ce système car trouver des solutions à l’intérieur du système est inutile vu qu’il est voué à disparaitre ! smiley 


                                        • kalon 16 avril 2014 14:51

                                          Fabriquer une Ferrari avec les restes d’une « deux chevaux » n’est, malheureusement, pas envisageable ! smiley


                                        • la vergonha 16 avril 2014 16:49
                                          @kalon
                                          « Pourquoi se révolter contre un système en pleine implosion ? »
                                          Très bien, vous prévoyez son implosion pour quand, du coup ? J’ai hâte qu’on se donne rendez vous à cette fameuse date de l’implosion programmée de l’union européenne (A moins que ce soit l’imposition du continent européen dont vous parliez ?).

                                        • kalon 17 avril 2014 16:32

                                          Je parle de l’implosion du système financier actuel, pas de l’implosion de l’union européenne.

                                          L’union fonctionne actuellement sur base de ce système mais peut très bien fonctionner sur base d’un autre système


                                        • Tall 15 avril 2014 17:59

                                          L’UE n’a jamais protégé de la guerre. Seule la dissuasion atomique réussit ça depuis bientôt 70 ans.

                                          L’UE n’a été bénéficiaire qu’à 2 classes sociales :

                                          - les politicards cherchant une planque genre pré-retraite après leur carrière nationale ( un exemple, un autre, etc .. )

                                          - les gros businessmen qui exploitent à fond la mise en concurrence interne de pays aux sécurités sociales diamétralement opposées, ce qui tire toute les sécus vers le bas au nom de la compétitivité.

                                          Le massacre social était prévisible, ils le savaient, ils s’en foutent, et ça se passe donc comme prévu. Les syndicats ayant une guerre de retard sur ce coup.

                                          On n’attend donc plus que la nouvelle jeunesse révolutionnaire avec ses guillotines 2.0 pour chambouler tout ça. Et ça ne pourrait tarder car ils n’auront bientôt même plus le choix ( 50% des jeunes espagnols au chômage ).

                                          • la vergonha 16 avril 2014 17:11
                                            @Tall
                                            « L’UE n’a jamais protégé de la guerre. Seule la dissuasion atomique réussit ça depuis bientôt 70 ans. »
                                            Le problèmes c’est que les puissances nucléaires ont participé à plusieurs conflits depuis. Par conséquent, la dissuasion atomique n’explique pas, à elle seule, les 70 ans de paix entre les pays participants à la construction de l’Union Européenne.

                                            « Le massacre social était prévisible, ils le savaient, ils s’en foutent »
                                            Je n’ai pas compris qui était ils.


                                          • Tall 17 avril 2014 08:00
                                            Je n’ai pas compris qui était « ils ».

                                            C’est normal quand on ne veut pas comprendre

                                          • Fergus Fergus 15 avril 2014 18:12

                                            Bonjour à tous.

                                            Ce n’est pas « casser l’euro » qui est nécessaire, mais casser les rigidités de la BCE en lui donnant un rôle équivalent à ceux des banques centrales des grands adversaires économiques de l’UE, et notamment les Etats-Unis et la Chine.


                                            • taktak 16 avril 2014 09:16

                                              Bonjour Fergus

                                              Une fois que vous avez dit cela vous n’avez rien dit, car la politique ce n’est pas se payer de mots (« il faut que... »)mais proposer une stratégie pour agir concrètement. Là, vous oubliez la réalité concrète : changer la BCE, changer l’UE cela nécessite l’accord UNANIME des 28 pays de l’Union en même temps. Pendant ce temps, la BCE - indépendante des peuples mais 100 % dans les mains des marchés financiers qui l’ont imaginés et batie - elle a les mains libres pour tenir à la gorge les états récalcitrants ou à qui . Nous l’avons vu avec la Grèce, Chypre, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Bulgarie....

                                              Bref, comme le montre très bien Georges Gastaud, Nikonnof, Lordon, Todd, Ruffin etc.... si on veut pouvoir faire une politique sociale, de gauche en France aujourd’hui, la condition nécessaire est d’en revenir à une pleine souveraineté populaire, sur le plan politique donc sur le plan monétaire. L’UE et l’Euro ne sont pas réformables, « leviers du néolibéralisme » comme le dit Monique Pinçon Charlot, ce sont des armes de destruction massive des acquis sociaux, des salaires, de la démocratie, des forteresses garantissant la dictature de l’oligarchie capitaliste.
                                              C’est pour cela qu’il faut en sortir pour s’en sortir.
                                              Cela ne signifie en rien un repli nationaliste. Au contraire, cela ouvre la porte à un vrai internationalisme, celui des travailleurs qui plus est au niveau mondial et non dans le cadre étriqué et impérialiste de la seule Europe géographique, conduisant à une forme de nationalisme européen qui n’est pas sans rappeler le projet de Gross Europa défendu en commun par l’ensemble des bourgeoisies européennes collaborant avec Hitler.

                                              Car l’UE c’est la guerre. Regarder donc Kiev emportée par la peste brune de l’eurofascime poussée par l’UE atlantique regardé la repression par les armes qui s’abat sur Odessa, Karkiv, Slaviansk Donetsk etc...


                                            • la vergonha 16 avril 2014 17:24
                                              « changer la BCE, changer l’UE cela nécessite l’accord UNANIME des 28 pays de l’Union en même temps. »
                                              Il est possible que cela n’ait pas évolué dans le sens que vous souhaitez, mais là c’est la dure loi de la démocratie.... En tous cas, c’est bien la preuve que les institutions européennes sont en construction et qu’elles continuent à se construire.

                                              « Regarder donc Kiev emportée par la peste brune de l’eurofascime  »
                                              Qu’est ce que l’Euro fascisme ? Une révolte contre des institution corrompues est une révolte fasciste ? Je crois que vous ne comprenez pas ce qu’est le fascisme....

                                              « la repression par les armes qui s’abat sur Odessa, Karkiv, Slaviansk Donetsk etc... »
                                              Pour l’instant, le Kiev s’est contenté de déclarations musclées, mais n’a rien fait. Les armes sont celles des pro-russe (des soldats russes, même, certainement).

                                            • Fergus Fergus 15 avril 2014 18:41

                                              Bonjour, Joyeusetés.

                                              Effectivement, cela permettrait de relancer très vite l’économie européenne dans un système mondialisé dont l’UE est victime du fait de ses blocages.


                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:16

                                              fergus,
                                              Quelle myopie ! L’UE, c’est la mondialisation.


                                            • kalon 16 avril 2014 14:38

                                              Fifi, la mondialisation...... encore un mot que tout le monde emploi sans en connaître la pertinence.

                                              Le retour de l’Islande à la prospérité, c’est quoi ?

                                              La mondialisation ou quelques banquiers en prison ? smiley


                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 18:31

                                              kalon,
                                              L’Islande est un pays souverain, pas une colonie de l’Empire américain.
                                              Elle a sa propre monnaie, la couronne islandaise, sa banque centrale, ses frontières, elle fait ses lois, ce qui n’est plus notre cas.

                                              C’est l’ UE qui a ouvert les portes de la mondialisation sans frontières ni droits régaliens. Un laboratoire, en somme.


                                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2014 19:26

                                              Cabri ...c’est fini ...


                                              • Tokani Tokani 15 avril 2014 21:23

                                                Intuitivement j’ai pensé depuis le début que l’Euro était au mieux un mythe et au pire un frein économique . Sortir de l’Euro oui il le faut pour redonner aux pays comme la France qui a sacrifié par sottise son Industrie une réelle marge de manoeuvre . mais ne croyons surtout pas que nous éviterons de payer les dégâts...

                                                La sortie de l’Euro est certainement une condition nécessaire mais pas essentielle ! tTant que les réformes « structurelles » n’aurons pas été accomplies il n’y aura pas de redressement économique et la cure d’austérité avec ou sans Euro est bien devant nous ...

                                                • Tokani Tokani 15 avril 2014 21:31

                                                  Non l’Union Européenne n’est pas un suicide mais il fallait quelque reste une confédération d’états souverains...

                                                  Oui la construction technocratique Bruxelloise et l’Euro fort au profit de l’Allemagne et des pays du nord sont un remède létal pour les économies du sud ! 
                                                  Oui Enfin la France et rongée par les privilèges de Castes qui refusent toute réforme macro-économique...

                                                  • la vergonha 16 avril 2014 16:41

                                                    @Tokani

                                                    Et, à votre avis, pourquoi cet Euro conviendrait aux économies du nord et non aux économies du Sud ? Pourquoi cela serait-une fatalité ? C’est ce que je ne comprends pas dans ce discours qui voudrait nous expliquer que cet Euro puisse être favorable à l’Allemagne et létal à la France.
                                                    L’Allemagne exporte bien en dehors de la zone Euro, malgré un Euro fort.
                                                    La France, elle, importe massivement ses sources d’énergies. Dévaluer l’Euro (ou Franc) reviendrait à payer plus cher notre énergie. Notre économie le supporterait-elle ?! D’autant plus qu’en dévaluant, les ménages verraient fondre leur pouvoir d’achat (salaire dévalué et produits d’importations plus cher).
                                                    Evidemment, je pense à titre personnel que l’Euro est trop fort en ce moment pour l’économie Française. Mais je ne pense pas que la sortie de l’Euro soit une solution pour autant, surtout que le remède pourrait s’avérer pire que le mal pour le citoyen.

                                                  • Xenozoid 16 avril 2014 16:49

                                                    varongha ? et on a innoculé de force le vaccin, contre quoi ?


                                                  • la vergonha 16 avril 2014 17:26

                                                    @Xenozoid

                                                    Je n’ai pas compris ce que vous voulez dire avec votre histoire de vaccin, désolé !

                                                  • coinfinger 15 avril 2014 23:59

                                                    Dans tous les débats sur l’euro . Deux questions ne sont jamais abordées :
                                                     - sur quoi doit étre basée la monnaie
                                                     - est il nécessaire qu’il n’ y aie qu’une monnaie légale
                                                    Si l’on réfléchit un peu à ces questions on débouche sur une autre : comment l’état est il financé ?
                                                    Là çà commence à s’éclairer car comme chacun le sait la main qui donne est au dessus de celle qui reçoit .
                                                    En résumé : euro ou franc , les modalités , c’est secondaire .


                                                    • coinfinger 16 avril 2014 02:23

                                                      Le tirage au sort est une bonne idée . Mais en quoi un tiré au sort est-il moins corruptible
                                                      qu’un élu ? On arrive à la monnaie .
                                                      Il se pourrait que le fondement de la démocratie est plutot dans la monnaie que dans les institutions . Les institutions venant en garantie de la monnaie parce que pas de monnaie
                                                      sans état .


                                                      • zygzornifle zygzornifle 16 avril 2014 08:36

                                                        L’Europe est devenue comme une écharde piquée dans le cul de tout les pays la constituant....Qui l’arrachera en premier ??


                                                        • politzer politzer 16 avril 2014 09:38

                                                          bonjour


                                                          J ajouterai au débat un livre indispensable pour comprendre l origine de la construction européenne et ses enjeux : le livre d Annie Lacroix Riz qui va bien au-delà de la démonstration d Asselineau et touche à la RACINE du problème. 

                                                          • politzer politzer 16 avril 2014 10:02

                                                            il s agit de « Aux origines du carcan européen 1900-1960 » 

                                                            La France sous influence allemande et américaine
                                                            édition Delga 

                                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 10:27

                                                            Politzer,
                                                            Vous vous croyez malin de mettre constamment en avant les divergences entre l’ UPR et le PRCF.

                                                            Vous devriez regarder ce qui reste du PCF après avoir fait éclater le FDG...

                                                            Ce que veulent les citoyens, c’est l’unité vers l’objectif de sortie de l’ UE et pas des gens qui divisent. Chacun jugera.


                                                          • kalon 16 avril 2014 14:33

                                                            Faut pas faire beaucoup de conférence pour expliquer que la racine du problème, c’est le père de l’Europe : Adenauer, ancien nazi reconverti avec l’aide de la C.I.A.


                                                          • yt75 16 avril 2014 10:34

                                                            La propagande hystérique des « médias » occidentaux repose avant tout sur l’Omerta à propos les enjeux en cours.

                                                            Regarder par exemple cela :

                                                            https://www.youtube.com/watch?v=ohPgSOxzQYI

                                                            serait un début.

                                                            Être au courant que les US ont passé leur pic de production de pétrole en DIX NEUF CENT SOIXANTE DIX, aussi. Mais qu’y a-t-il de plus niais, veule, et trépané que les franèques à notre époque ? Strictement rien, un vrai troupeau de veaux comme disait l’autre, sur fond de selfies et de gazoullis.

                                                            http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/


                                                            • yt75 16 avril 2014 10:35

                                                              Quant aux US, un seul impératif absolu : maintenir l’hégémonie compléte sur les routes pétrolières (et hydrocarbures) et approvisionnements, et pourquoi pas aller piquer le pétrole russe, en mode « soft power » avec pantin compréhensif à la tête, ou de manière plus directe sous la bannière de la liberté. La meilleure description du monde actuel, et de très loin, cela reste « Démocratie » de Rimbaud (gg is your friend)

                                                              Et comme disait de Gaulle, rien de plus veules et trépanés que le troupeau de veaux franeks actuellement.


                                                              http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique


                                                              • BA 16 avril 2014 10:50
                                                                L’économiste Bernard Maris publie une série d’articles explosifs dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

                                                                Cette série d’articles explique pourquoi l’économiste Bernard Maris, qui était favorable à l’euro depuis 25 ans, a changé d’avis : aujourd’hui, il est pour la sortie de l’euro.

                                                                Charlie Hebdo, mercredi 16 avril 2014, page 6 :

                                                                « Le sophisme de Benoist Apparu.

                                                                Faut-il sortir de l’euro ? Oui. Est-ce possible ? C’est une autre paire de manches. Comment vivait la France avant l’euro ? Sa monnaie fluctuait au gré des dévaluations par rapport au dollar, décidées par les gouvernements en fonction des attaques contre la France (autrement dit, des ventes massives de francs par les résidents ou les étrangers, autrement dit, des sorties massives de capitaux). En ce temps-là, les marchés de capitaux étaient plus faciles à contrôler. D’abord, il n’y avait pas de capitaux offshore, flottant entre les Etats. Ensuite, le volume de l’épargne cherchant à se placer ici ou là était beaucoup plus faible. Malgré tout, le capital circulait et les Etats contraient cette circulation par le contrôle des changes ou la dévaluation. Arrivé au pouvoir, de Gaulle dévalue de 20 %. L’économie repart à tour de bras.

                                                                Les temps ont changé. Les marchés de capitaux offshore, internationaux, brassent des sommes considérables. En zone euro, les marchés ne peuvent plus attaquer directement les monnaies (le franc a disparu), mais les contreparties de l’euro, les supports de l’euro. Il y en a trois : l’or (négligeable), les créances sur les économies (la dette Suez, la dette Renault, etc) et, surtout, les dettes publiques, les dettes sur les Trésors publics. Tout se passe exactement comme avant, sauf que les Etats ne peuvent plus répliquer en jouant sur la valeur de leur monnaie.

                                                                Avant d’envisager de sortir de l’euro, il faut réfuter le sophisme de Benoist Apparu. Sur une chaîne de télé, il dit : »La dette française est de 2000 milliards (dont 1300 milliards sont détenus par des étrangers). Sortir de l’euro dévalue l’eurofranc (la nouvelle monnaie) de 25 %. Automatiquement, on doit 400 milliards de plus. Autrement dit, un budget annuel de l’Etat. Donc on ne peut pas sortir, CQFD.« 

                                                                Sauf que c’est faux. La dette, le jour où l’on sort de l’euro, n’est plus libellée en euros, mais en eurofrancs. Donc on doit illico 2000 milliards d’eurofrancs. Et on rembourse en eurofrancs émis par la Banque de France. Benoist Apparu raisonne comme si on changeait de monnaie sans sortir de la zone euro. Sophisme. Le 15 août 1971, Richard Nixon a aboli la convertibilité du dollar, pourtant garanti urbi et orbi 35 dollars l’once d’or. L’or s’est mis à flamber, et la FED à émettre des dollars. A un journaliste du Monde qui lui demandait si un jour les Etats-Unis parviendraient à rembourser leur dette colossale, l’économiste Milton Friedman répondit justement : »Notre dette est en dollars, donc on ne vous doit rien."

                                                                Petit bémol, néanmoins, car tout semble trop facile. De quelle juridiction dépend une dette ? Les pauvres pays d’Afrique se sont endettés jusqu’à l’os et n’ont jamais pu rembourser leurs dettes, parce qu’elles étaient gérées et défendues par les tribunaux des nations prêteuses. Pour passer en douce de l’euro à l’eurofranc, encore faut-il que les dettes publiques françaises dépendent de juridictions françaises. Est-ce le cas ? Oui, à 93 %. 93 % des contreparties de la dette, des OAT (Obligations Assimilables du Trésor, les bons entre cinq et cinquante ans émis par le Trésor et garantis par l’Etat), sont de droit français. Il n’en va pas de même pour les banques et pour les entreprises : elles sont endettées pour 300 milliards d’euros, et sont soumises au droit luxembourgeois, au droit britannique et, pour certaines, au droit des îles Caïmans.

                                                                Difficile d’imaginer une renationalisation de la dette. Donc il faudrait refinancer les banques et les entreprises en eurofrancs, afin de leur permettre de rembourser leurs dettes. Mais alors ... l’inflation ? (A suivre)

                                                                • JL JL 16 avril 2014 11:22

                                                                  @ BA,

                                                                  n’y a-t-il pas un sophisme sinon un paradoxe ? écrire dans le même argumentaire :

                                                                  - d’une part : ’’ La dette, le jour où l’on sort de l’euro, n’est plus libellée en euros, mais en eurofrancs. Donc on doit illico 2000 milliards d’eurofrancs.’’
                                                                  - et d’autre part : ’’ Notre dette est en francs, donc on ne vous doit rien." Parce que, sauf erreur, ce qu’a dit Friedman pour le dollar vaut pour le franc.

                                                                  Il y a quelque chose qui cloche, non ?



                                                                • la vergonha 16 avril 2014 16:28

                                                                  @BA

                                                                  « Sauf que c’est faux. La dette, le jour où l’on sort de l’euro, n’est plus libellée en euros, mais en eurofrancs. ».
                                                                  Qu’est ce qui vous permet de dire ça ? L’emprunt a été passé en Euro, pourquoi le créancier accepterai de changer les termes du contrat tout en sachant que le France dévaluerai immédiatement après ?

                                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 18:35

                                                                  Parce qu’il ya a une clause qui dit que le remboursement se fera dans la monnaie du moment du remboursement.

                                                                  C’est expliqué par Philippe Murer dans le 2e exposé.
                                                                  «  Table ronde sur l’euro »

                                                                  Mario Draghi a vendu la mèche, il a expliqué que les banques intégraient déjà le risque de conversion dans les emprunts.


                                                                • coinfinger 16 avril 2014 21:43

                                                                  C’est Milton Friedman qui cloche .
                                                                  Le $ est basée sur la dette d’état , c’est l’innovation de la FED lors de sa création en 1913 . D’une part . D’autre part un dépot bancaire est un engagement de la banque vis à vis du déposant . On ne parle pas alors de dette car il n’existe pas de tel contrat .Si c’était le cas il faudrait alors que la banque paye un intéret au déposant et ne ferait pas de profit .Mais de fait c’en est une dans l’esprit du déposant et la banque utilise ce dépot pour préter .Or la détention de $ équivaut à un dépot à la FED .
                                                                  C’est comme ci aprés faillite de la banque et perte de votre dépot on vous expliquait à la banque qu’on ne vous doit rien . C’est vrai à la lettre mais çà m’étonnerai que vous en acceptiez l’esprit ! De toute façon l’engagement lui pour continuer à jouer sur les mots
                                                                  ne serait pas tenu .
                                                                  En définitive il y a là une hypocrisie aussi bien du coté du déposant que du banquier , chacun fait comme si un billet équivalait à un dépot , alors que la banque préte bien au delà les dépots qu’on lui fait et que le déposant espére un emprunt . Chacun fait semblant de croire à la multiplication des pains et se croit le plus malin .

                                                                  Le probléme c’est qu’aujourd’hui les prolétaires sont contraints d’avoir un compte en banque et qu’eux y croient sincérement à la multiplication des pains , sinon il ne seraient pas prolétaires .


                                                                • la vergonha 17 avril 2014 09:47

                                                                  @Fifi Brind_acier

                                                                  D’accord, il semble que le remboursement en Euro ne soit pas une évidence (l’inverse non plus, cela dit)

                                                                  Comme conséquence évidente, les banques et assurances serait mises en difficulté puisque c’est les créanciers de la France qui assumeraient la dévaluation. C’est pas impossible, mais très risqué !
                                                                  Je ne parle pas du fait qu’il deviendrait très difficile d’emprunter sur les marchés, puisque j’imagine que vous comptez emprunter à taux zéro à la banque centrale (et ajouter de l’inflation à la dévaluation au passage). Bon l’idée d’emprunter à la banque centrale à un taux raisonnable et donc de réduire le poids des marchés dans la dette, ne me choque pas.

                                                                • BA 17 avril 2014 11:33

                                                                  Le débat sur une sortie, ou sur une dissolution, de l’Euro suscite un certain nombre de questions qui reviennent de manière récurrente. On en aborde dans la note qui suit quelques-unes de ces dernières afin de clarifier ce débat.

                                                                   

                                                                  5- Argument des européistes : "La dépréciation de la monnaie entraînerait une explosion de l’endettement de la France avec des conséquences désastreuses."

                                                                   

                                                                  C’est un des arguments les plus usés et les plus mensongers. On rappelle ici l’état exact du problème.

                                                                   

                                                                   En Droit international, ce qui compte n’est pas la nationalité du prêteur mais la nationalité des contrats. Quand une dette, publique ou privée, a été émise en droit français, sa monnaie de règlement est la monnaie ayant cours légal en France, quelle que soit cette monnaie (Euro ou Franc). Cela porte un nom, la Lex Monetae.

                                                                   

                                                                   Pour la dette publique, les contrats émis en droit français sont passés de 85% du montant de la dette à 97% en 2013. Donc, seuls les 3% résiduels seraient affectés par une dépréciation de la monnaie.

                                                                   

                                                                   La dette des ménages est massivement (à plus de 98,5%) en contrats en droit français. Cela veut dire qu’il y aurait une conversion instantanée des dettes et des avoirs détenus en Euro en Franc, au taux de 1 pour 1.

                                                                   

                                                                   Pour les entreprises non financières, le problème de la nature du droit ne se pose que pour celles, en général les grands groupes, qui ont emprunté en Dollar, en Livre ou en Yen. Mais ces grands groupes réalisent une large partie de leur chiffre d’affaires hors de France, et dans ces monnaies. L’impact de la hausse de leur endettement serait couvert par la hausse de leur chiffre d’affaires en monnaie autre que le Franc.

                                                                   

                                                                   Pour les sociétés financières (banques et assurances), une étude de la BRI de Bâle montre que le système bancaire français peut parfaitement digérer ce choc, dont le montant agrégé ne dépasserait pas les 5 milliards d’Euros. Pour les assurances, elles ont massivement réorienté leurs actifs vers la France. Si une aide de l’État est nécessaire, elle devrait être limitée et sera largement digérable dans le cadre d’une forte croissance engendrée par la dépréciation.

                                                                   

                                                                  http://russeurope.hypotheses.org/1933


                                                                • la vergonha 17 avril 2014 12:53
                                                                  @BA
                                                                  « Pour les entreprises non financières, le problème de la nature du droit ne se pose que pour celles, en général les grands groupes, qui ont emprunté en Dollar, en Livre ou en Yen »
                                                                  Et pourquoi ? Le taux de dette en doit étranger pour les entreprises non financières est de 54% ! L’économie national risque de ne pas apprécier du tout !

                                                                  « L’impact de la hausse de leur endettement serait couvert par la hausse de leur chiffre d’affaires en monnaie autre que le Franc. »
                                                                  Avec une énergie plus cher ? Avec une matière première plus cher ?

                                                                  « elle devrait être limitée et sera largement digérable dans le cadre d’une forte croissance engendrée par la dépréciation. »
                                                                  Cela dépend, évidement de la dévaluation, mais prévoir de dévaluer, c’est encourager à la fuite des capitaux. Capitaux déjà en Euro.... La dévaluation nous permettrait de gagner en « coût du travail » car baisserait mécaniquement les salaires et permettrait d’aider l’exportation. Malheureusement, nous importons plus que nous exportons. Avons nous, encore, les capacités industrielles pour produire ce que nous exporterions ? Sinon... il faudrait attendre (longtemps) que ces capacité se reconstruises et le citoyen français payerai (encore) les pots cassés.
                                                                  Nous n’avons pas de pétrole, pas d’uranium et pas d’énergie alternative. L’Euro nous permet d’importer ces matières première essentielles à notre économie à un coup moindre qu’en Franc. Quelle est l’alternative à court terme (puisque vous souhaitez sortir de l’Euro à court terme) ?

                                                                  Pour résumer, merci pour nous avoir expliqué que la hausse de la dette publique n’était pas automatique en cas de sortie de la zone Euro (en cas de sortie légale et non négociée....) mais cela ne suffit pas à rendre cette perspective attrayante, à mon avis.

                                                                • JL JL 17 avril 2014 14:20

                                                                  Excellente intervention de Frédéric Lordon sur le sujet ce matin à 8H20 sur France Inter.

                                                                  http://www.franceinter.fr/emission-le-79-7

                                                                   Attention ; un, le podcast bn’est pas encore disponible. Deux, pour ceux qui ne les connaitraient pasn la phot est celle de Patrick Cohen et non pas Frédéric Lordon.


                                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 15:52

                                                                  Et rester sur le Titanic, ce n’est pas risqué ?


                                                                • la vergonha 18 avril 2014 12:55

                                                                  @Fifi Brind_acier

                                                                  On est pas sur le Titanic, l’Europe ne coule pas, mais se construit !
                                                                  Que vous ne soyez pas d’accord avec la politique menée par l’actuelle Commission Européenne, c’est une chose. Vous pouvez aussi être en désaccord avec la politique de notre gouvernement Français et en désaccord avec nos institutions Française. Et alors ? Ça n’en fait pas une épave.
                                                                  Regardez en arrière combien de fois la France a changé de république, et même de régimes en 200 ans. Les institutions Européennes évoluent quoi de vous en pensiez. 

                                                                • Dominique TONIN Dominique TONIN 16 avril 2014 11:52

                                                                  Il faut virer tous ces politicards carriéristes NDA en premier !

                                                                  Arrêter de payer la dette.
                                                                  Remplacer les parlementaires godillots, serviles et corrompus par des gens du peuple.
                                                                  C’est ce que propose, entre autre, ce mouvement ; www.democratie-demos.eu

                                                                  • yt75 16 avril 2014 12:01

                                                                    Urgent de considérer cette affaire pour ce que c’est : une attaque de l’OTAN (le Reich actuel si vous préférez), sur la Russie, et cela sur fond de géopolitique globale concentrée sur le contrôle des réserves et routes ce de qu’il reste d’hydrocarbures, avec maintien du pétro dollar comme collatéral essentiel.
                                                                    http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique
                                                                    (discours de Cochet à l’assemblée en 2008, excellente synthèse s’il en est une)


                                                                    • kalon 16 avril 2014 13:23

                                                                      ben, par exemple, il y a dix ans j’expliquait dans mes commentaires qu’il fallait faire la différence entre antisionisme et antisémitisme.

                                                                      A l’époque, très peu de commentaires faisaient cette distinction qui est pourtant capitale.

                                                                      La plupart des gens se révoltaient contre les effets (l’antisémitisme) sans réfléchir à la cause ( le sionisme)

                                                                      Il en est de même concernant l’amalgame fait par le pouvoir entre racisme et xénophobie.

                                                                      le racisme est la haine de « l’autre », la xénophobie est une méfiance naturelle et instinctive de ce qui nous est étranger.

                                                                      En amalgamant ces deux termes n’ayant pas du tout la même signification, le pouvoir tente à nous culpabilisé, tenant pour raciste une personne qui doit, naturellement, se protéger contre ce qu’elle ne connait pas.

                                                                      Le FN en a fait son fond de commerce, mais pas seulement lui !

                                                                      Aider à comprendre la signification des mots est ma part contributive au combat que nous menons smiley 


                                                                      • la vergonha 16 avril 2014 16:19

                                                                        @kalon

                                                                        Vous avez raison de différencier antisionisme et antisémitisme. Mais dans les faits, l’antisionisme est très souvent utilisé comme un euphémisme d’antisémitisme. Cela n’empêche pas que les deux concepts puissent exister, bien entendu, mais qu’il puisse être employé à mauvais escient, parfois même de bonne foi !
                                                                        Il en va de même pour le racisme et la xénophobie. Tout d’abord, non, le racisme n’est pas uniquement la haine de l’autre (xénophobie) mais peut aussi se traduire par un ethnocentrisme, c’est à dire la mise en avant positive de caractères ethniques, religieux, national,.... etc 
                                                                        Là où vous vous trompez, c’est sur la définition de xénophobie, qui n’est pas une méfiance naturelle mais une hostilité motivée par les caractères religieux, ethniques, culturel, national, etc... c’est à dire une hostilité envers des hommes et des femmes pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font, pensent, etc... (Pour autant que l’on puisse accepter une hostilité quelconque entre citoyens). Ce principe de xénophobie, que vous voudriez naturel est antagoniste avec les principes de la république française qui suppose l’égalité des citoyens indépendamment de leur religion, couleur de peau, nationalité, etc...

                                                                      • taktak 16 avril 2014 14:18

                                                                        Sur le sujet de l’UE, voici une analyse de l’abstention aux européennes.
                                                                        Le retour sur la réalité chiffrée est décoiffant

                                                                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-signification-tres-politique-de-150762?debut_forums=0#forum4003011


                                                                        • ahtupic ahtupic 16 avril 2014 21:14

                                                                          Et il faudra pendre tous les européistes par les couilles..... si ils en ont.


                                                                          • zygzornifle zygzornifle 19 avril 2014 10:31

                                                                            L’Europe à fini par me dégoutter de l’Europe .....


                                                                            • mortelune mortelune 21 avril 2014 05:05

                                                                              L’investissement en temps et en argent réalisé par les pro UE incitera ces derniers à ne pas laisser tomber aussi facilement. Ils ne laisseront le peuple casser leur jouet et il ne faut pas être grand sorcier pour deviner la forme que prendra leur colère. Néanmoins et qu’importe les enjeux il est grand temps que cette Europe antisociale disparaissent à tout jamais.


                                                                              • panpan 19 mai 2014 13:47

                                                                                Si même les « élites » s’y mettent, c’est que ça pue vraiment pour elles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès