• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les élucubrations macroniennes sur l’Europe annoncent sa stratégie (...)

Les élucubrations macroniennes sur l’Europe annoncent sa stratégie aux européennes : incarner le tout sauf les « populistes »

Macron se ridiculise et fait l’unanimité des autres pays contre lui

Mais quelle mouche a donc piqué notre président... Il a pris l’habitude de dénigrer les Français dès qu’il se rend à l’étranger, mais il est allé plus loin en le faisant dans un pays qui pratique une politique opposée à celle de Jupiter.

Faut-il le rappeler le Danemark, la Suède ne sont pas dans la zone Euro. La Norvège n’appartient même pas à l’Union européenne.

Les pays scandinaves refusent de sacrifier leur système social et ils se sont fermés à l’immigration en pratiquant depuis longtemps un contrôle sévère de leurs frontières. Ils pratiquent une politique d’intégration intransigeante qui ferait hurler nos bobos.

Le Danemark n’appartient pas au camp macronien pas plus que l’Europe de l’Est (Pologne, Tchéquie, Hongrie…) ou l’Italie. Pire pour Jupiter, l’Allemagne tourne la page Merkel et propose de s’entendre avec l’Italie. L’Autriche fustige la logique macronienne.

Que les gouvernements soient de droite, mais également de gauche, nos journalistes les taxeront de « populistes », pourtant ils ne renient pas l’Europe, ils veulent la refonder.

L’opposition à Emmanuel Macron ne se limite pas à ceux qui veulent la fin de l’Euro, bien au contraire, et c’est le fait nouveau. En Europe même un fort courant se dégage en faveur d’une Union des Nations et remet en cause la logique fédéraliste.

Le déclencheur a été la crise des migrants.

Macron est isolé en Europe, peut être comptera-t-il sur les Belges, l’éphémère gouvernement espagnol, et la commission.

Le monde change et c’est très bien.

Macron a une ambition, incarner le fédéralisme seul et contre tout le monde, une ambition qui devrait lui permettre de regrouper derrière sa liste aux européennes tous ceux qui se trompent de siècle.

Un cap : le « renforcement de l’ordre mondial ». Et une priorité : le renforcement de l’Europe. Déroulant ces deux fils dans un discours-fleuve d’une heure et demie, lundi à l’Élysée, Emmanuel Macron a délivré aux ambassadeurs leur feuille de route pour l’action diplomatique par gros temps. Car le chef de l’État ne l’a pas caché, le vent mauvais d’une crise multiforme souffle à tout-va : montée des nationalismes, mise à mal du multilatéralisme, instabilité persistante dans une zone, de la Libye à la Syrie, « dont dépend notre sécurité »… L’Europe est au point de rencontre des stigmates et des solutions de cette crise. « Ce combat européen ne fait que commencer, il sera long, il sera difficile », a insisté le chef de l’État, en ouvrant la traditionnelle conférence des ambassadeurs – et, désormais, « des ambassadrices ».

C’est que les élections européennes de l’an prochain se profilent déjà.

Macron se trompe de siècle, il reprend la logorrhée des années 80.

L'Union européenne se construirait en dépassant les identités. Il faudrait les faire rentrer, au chausse-pied si nécessaire, dans « plus d Europe ». Et cela « dans l'intérêt des peuples ». Cette vision gorgée de bonnes intentions a dominé la scène politique pendant des décennies. Depuis plus de vingt ans, la construction européenne se heurte pourtant à une résistance croissante, passive ou active. Une résistance qui s est exprimée notamment lors des différents référendum, et qui a culminé en juin 2016 avec le Brexit, symptôme d'un mal qui n'est pas que britannique et que certains n'ont pas voulu voir. Avec arrogance, les élites ont taxé le vote britannique de populiste, raciste, etc. Pour sauver l'Europe, ne faudrait-il pas pourtant que celles-ci se décident à entendre la colère qui gronde et qu elles acceptent de se réconcilier enfin avec les peuples.

1031593828

L’excellent Hubert Vedrine démontre combien le projet des élites « européistes » est erroné :

« Quand on analyse les votes aux différentes élections en Europe, il est clair que les peuples veulent garder une certaine identité, un certain niveau de souveraineté, et être assurés d’une certaine sécurité. Ce à quoi s’ajoute un désir, au Sud, de souplesse économique.

Le problème, c’est que les élites majoritairement européistes, animées par le mythe post-national, n’ont pas voulu tenir compte de ces demandes, persuadées que l’Europe n’avait d’avenir que dans une intégration sans cesse plus poussée. Pendant des années, ces élites politiques et médiatiques ont condamné avec morgue ou arrogance les réclamations populaires. Résultat : les insurrections électorales. Les européistes trop dogmatiques ont une lourde responsabilité dans la situation actuelle en Europe. Si nous ne répondons pas à ces demandes banales des classes populaires et moyennes, elles renverseront la table.

S’il y a un domaine où les pays membres devraient agir de façon volontaire, coordonnée et rapide, c’est pour doter Schengen de vraies frontières. 

Oh, il y a quelques forces idéologiques et quelques lobbys qui continuent de s’opposer par aveuglement ou calcul à toute régulation renforcée des flux migratoires, mais globalement il n’y a pas d’opposition insurmontable en Europe contre l’idée de faire un vrai nouveau Schengen qui fonctionne. Les populations sont toutes demandeuses. Et les élites, après avoir été très pro immigration, comme on dit, sont désormais en pleine interrogation.

Pendant longtemps, après la chute de l’Union soviétique, l’Europe a connu une phase angélique, avec une vision « Bisounours » du monde. Nous avons aboli les frontières intérieures sans organiser assez les frontières externes, pour rester ouverts, accueillants, etc. Et puis, petit à petit, cette bien-pensance naïve a reculé sous le coup du nombre et des événements. Les uns après les autres, les pays ont rétabli leurs frontières dans le désordre. Il faut traiter ce sujet calmement et collectivement. Vraiment maîtriser les flux aux frontières, c’est-à-dire d’une part répondre de façon rapide et efficace aux demandes d’asile, et d’autre part co-gérer les flux migratoires avec les pays de départ et de transit.

Que les gouvernements se mettent vraiment d’accord, que les ministres de la Justice, de l’Intérieur, des différents pays travaillent ensemble, qu’il y ait une police Schengen des frontières, que les lois et les règlements soient harmonisés, etc. C’est un préalable indispensable. Beaucoup a été fait ces dernières années. Après, on pourra mieux réfléchir à comment défendre nos intérêts face à la Russie, la Chine, les Etats-Unis, etc. Mais si on ne commence pas par la maîtrise des flux, les peuples vont être furieux. C’est par ce biais que les élites peuvent retisser le lien perdu avec les peuples.  »

Le discours macronien est irresponsable, il déclare la guerre à tous ceux qui tiennent à la Nation et refuse de tenir compte des réalités du Monde. Par ignorance, ceux qui le soutiennent, voteront pour un projet que toute l’Europe refuse. Depuis 1992 ils nous promettent un budget fédéral et les Etats-Unis d’Europe mais personne en dehors des intello boboistes français, personne n’en veut !

La campagne des européennes sera donc menée au nom de la morale contre les méchants populistes. Macron a été élu par défaut, il sait que les Français tiennent à l’Euro et refuseront toute aventure. Pour lui une troisième voie crédible serait une tragédie et celui ou celle qui l’incarnerait, changerait la donne.

Cette troisième voie est pourtant celle que choisissent nos partenaires.

B9710007073Z.1_20161019075615_000+GL77QTECT.1-0

https://pgibertie.com/2018/08/29/les-elucubrations-macroniennes-sur-leurope-annoncent-sa-strategie-aux-europeennes-incarner-le-tout-sauf-les-populistes/


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • JL JL 30 août 10:30
    Ce n’est pas le peuple qui est réfractaire aux réformes : Macron n’a pas le droit de dire ça à ceux qui supportent depuis trop longtemps sans broncher le TINA sous le joug de l’UE néolibérale.
     
    Ce sont les élites, très bien incarnées dans le film « Le Guépard », rappelez vous : « Il faut que tout change, afin que rien ne change ». Rien de nouveau sous le soleil. Mais changement et réforme, sont des mots valise.
     
    « Mahatma Gandhi : Que pensez vous de la civilisation occidentale ? Je penses que ce serait une bonne chose ».
     
    « L’ennemi des classes populaires est le surmoi des élites de gauche » (Daniel Cohen sur France Inter ce matin, citant je ne sais plus qui, à écouter là)
     
    Excellent article, bravo au dessinateur.

    • JL JL 30 août 10:36

      @JL

       
      "L’ennemi des classes populaires est le surmoi des élites de gauche » (Michael Sanders, cité par Daniel Cohen sur France Inter ce matin).

    • troletbuse troletbuse 30 août 12:07

      @JL
      Ne jamais utiliser le mot « changement ou réforme » qui ne sont que des mots des pourritures qiui nous gouvernent ou de leurs asservis, les journaputes. Le changement pour eux est l’appauvrissement et la spoliation des Français et l’accueil des envahisseurs.


    • JL JL 30 août 13:19
      @troletbuse,
       
       dans ce sens, Macron dit juste vrai : Nous les Gaulois, nous sommes réfractaires à l’appauvrissement et la spoliation des Français et l’accueil des envahisseurs.
       
       smiley

    • Jean Keim Jean Keim 31 août 08:20

      @JL
      Voilà une phrase ampoulée qui ne veut rien dire d’utile, et que pas même un quidam sur deux traduira en termes simples. 


    • Christian Labrune Christian Labrune 30 août 12:42
      à l’auteur,

      Macron n’a pas encore compris que la politique imbécile de la chancelière allemande touchant à l’immigration, alors qu’elle avait déjà reconnu que l’intégration de fonctionnait pas, avait eu pour premier et beau résultat de faire entrer au Budestag plus de 90 députés néo-nazis. Les manifestations de ces derniers jours en Allemagne, les saluts hitlériens dans les rues et la chasse aux immigrés sont la conséquence assez prévisibles de cette politique de gribouille. La Hongrie, la Pologne, l’Autriche et maintenant l’Italie sont désormais gouvernées par des majorités fascistoïdes qui ne traiteront certainement pas la question de l’immigration - ni les autres ! - de la manière démocratique et républicaine que nous pourrions souhaiter.

      Macron, comme Merkel, comme le gouvernement de la Belgique, est en train de faire le lit de l’extrême droite. A croire que ce type a complètement perdu la raison, si tant est qu’il ait jamais disposé de la faculté de juger. En répondant comme il l’a fait hier, au Danemark, à des fascisants qui commencent à devenir particulièrement menaçants, qu’il ne tiendrait aucun compte des exigences des nations (qu’il confond avec le nationalisme) il est en train de creuser la tombe de la démocratie européenne.

      En même temps, il soutient en Iran un gouvernement néo-nazi qui ne tient plus qu’à un fil. Les grandes entreprises se retirent progressivement du pays, Air France suspend ses vols en direction de Téhéran, mais Macron continue de vouloir que 80 millions d’Iraniens supportent encore un régime honni qui les tyrannise depuis quarante ans. Enverra-t-il des compagnies de CRS et de gardes mobiles pour écraser l’opposition quand le régime commencera à se trouver débordé par les émeutes ?

      Hier, j’apprenais que le Quai d’Orsay avait demandé à ses diplomates de renoncer aux voyages qu’ils avaient pu prévoir en Iran. Peut-être que l’attentat évité de justesse à Villepinte grâce aux informations communiquées par le Mossad commence à faire réfléchir ces irresponsables. Il serait temps. En tout cas, on voit clairement qu’il n’y a plus de politique française digne de ce nom, et le chaos n’a jamais paru plus proche.

      • V_Parlier V_Parlier 31 août 14:24

        @Christian Labrune
        Décidément, tout comme celui que vous fustigez vous êtes très sélectif dans votre détection (très personnelle) des mouvements d’extrême drouâââte. Ce sont bien sûr les nationalistes anti-UE qui sont les méchants alors que les autres n’existent pas (en Ukraine par exemple, où tout va si bien qu’ils seraient même potes avec Israël pour un peu plus !)


      • CORH CORH 1er septembre 15:28

        @Christian Labrune
        en fait vous êtes un fascisant qui s’ignore, un peu de psychanalyse et tout ça devrait rentrer dans l’ordre


      • zzz'z zzz’z 30 août 12:53

        Les bobos & gogos vont encore se gargariser de l’exception française !


        • Habana Habana 30 août 13:22

          Mais je suis un « populiste » et j’emmerde ouvertement tous ces gros connards de la trempe à Macron qui méprisent la population.

          Mais il est vrai qu’il n’a pas été élu par le peuple !
          Il peu donc être condescendant, dédaigneux et familier avec les Français.

          • zygzornifle zygzornifle 30 août 13:25

            Il prépare son mougeon a faire le sursaut européen ....


            • Montdragon Montdragon 30 août 13:33
              La Norvège a eu la chance de recevoir une piqure de rappel de St Anders, qui par sa détermination a mis hors-jeu de futurs immigrationnistes fous.
              Nécessaire mais non suffisant.

              • markos 31 août 23:46

                @Montdragon

                vous faites allusion à anders breivik,l’homme qui assassiné 77 jeunes personnes à utoya ?
                et vous parlez de piqure de rappel ?
                honte à vous ! votre commentaire n’inspire que le dégout.

              • Germain de Colandon 30 août 14:15

                « La médisance et la calomnie sont le fort des traîtres. » Pierre-Claude-Victor Boiste


                Macron = Haut traître + agent de l’étranger + intelligence avec l’ennemi.

                Pour cela, doit être destitué, et condamné à la réclusion à perpétuité.

                • banban 30 août 14:17

                  l y a moment historique pour reformer l’Europe. il faut le faire de la base au sommet, sur la forme et sur le fond. oui il faut plus d’europe, . 

                  j’aimerais bien voir une Europe de la défense, et de la sécurité, une Europe sociale et des peuples, une Europe du commerce et de l’économie, une europe de l’écologie. chacune d’elle indépendante et composé d’élu, chacune d’elle portant ça propre voix devant le monde, et répondant au peuple d’europe, et pas au Bankster, ni au gouvernement partisan. je n’est rien rien contre une une europe qui défendent les intérêt des banquiers, mais je veux pas d’une Europe qui fait cela uniquement cela et au détriments des 450 millions de citoyen qui reste.
                  J’aimerais une europe qui ose les réferundums comme en suisse pour définir de vrai ligne a suivre.
                  ses crises (et le fais que rat est quitté le navire) est une chance unique pour que se coin du monde est enfin une voix qui porte.

                  • lala rhetorique lala rhetorique 30 août 14:34

                    On se demande qui nos lobbies et financiers vont nous mettre après Macron ; ils ont tenté Sarko, ça n’a pas marché, ils ont à partir de là, décidé de mettre macron, mais entre les deux, fallait Hollande, moche, gros, faisant l’idiot, mentant sur tout, pour placer Macron comme le sauveur ! Ce macron a été totalement fabriqué, en partant de sa maladie, la mégalomanie, tout devenait possible. Mais il était inévitable qu’il fasse des erreurs, un fou est un fou.... Il est en plein surmoi, se prend pour le patron de l’europe, d’où ses propos qui nous font penser qu’il n’aime pas ceux qui ont voté pour lui, les français.... Mais il estime n’être pas français, bien au-dessus de tout cela, au plus proche de Dieu pour peut être un jour, dans sa folie, devenir plus grand que Dieu !


                    • Olivier 30 août 14:47

                      Macron fait ce que ceux qui l’ont fait élire lui ont donné comme mission  : continuer à défendre les intérêts de la finance mondiale (il n’est pas un employé des Rothschild pour rien), le fédéralisme et la destruction de l’identité française, notamment en continuant l’immigration de remplacement. 


                      Il est tout à fait dans une logique « à la Soros » et contre le nationalisme ; il vient d’ailleurs de le confirmer en se proclamant opposant n°1 à Orban et à Salvini. 

                      Mais être anti-nationaliste, c’est être contre la nation et son peuple. Son mépris constant pour la France en témoigne. N’a-t-il pas osé dire que la culture française n’existait pas, et qu’il se foutait des programmes politiques ? 

                      L’aberration fondamentale c’est qu’un type pareil ait été élu.

                      • Martin de Wallon MartindeWallon 30 août 15:42

                        @Olivier Orban et Salvini sont bavards et populistes, ils n’ont rien commun avec le nationalisme et disent ce qu’on veut entendre. Macron, quant à lui, est au service de clans globaux mais qui dirigent les processus mondiale.... Alors, je ne serais pas très étonné et heureux en même temps, si un jour il réussira dans sa mission


                      • Jean Keim Jean Keim 31 août 13:18

                        Populiste vient de peuple, le peuple c’est celui qui fait tourner la machine, on peut se passer de la hiérarchie, parfois même ça marche plutôt bien voire mieux – je parle par expérience, mais pas de ceux qui bossent, c’est-à-dire ceux qui mettent réellement la main à la pâte, alors qu’ils (les gens du peuple) aient des revendications est légitime, tiens puisqu’on discute, on pourrait peut-être parler des privilèges de certains, du simulacre de démocratie qui a cours en fait un peu partout, de la prison mentale dans laquelle vit quasiment tous les êtres humains au point que les idées se substituent à la réalité.


                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er septembre 01:08
                          Bonjour,
                          .
                          En 2005 les français se sont clairement prononcé, par référendum, contre le traité établissant une constitution pour l’Europe.
                          Le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés.
                          Vous connaissez las suite ...

                          .
                          Découvrez la face caché de l’Union européenne
                          .

                          • Raymond75 1er septembre 10:54
                            La supercherie européenne, qui s’est construite contre l’avis des peuples, est à l’agonie, et notre premier de la classe est en retard d’ans ses révisions.

                            Plus personne n’attend quoi que ce soit de cette Europe de l’optimisation fiscale, du dumping social et fiscal, de l’immigration interne totalement libre, en dehors des besoins du marché du travail, et de l’immigration externe hors de contrôle. Une Europe de la désindustrialisation, une Europe couchée devant les lobbies et la finance internationale. Un nain diplomatique incapable d’assurer sa défense sans l’aide et l’autorisation des Américains.

                            Mais cette supercherie n’est pas révisable, les referendums en France et en d’autre pays l’ont démontré. Ce sera donc une insurrection ’populiste’ qui finira de l’achever ; et après seulement il sera, peut être, possible de réfléchir à nouveau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès