• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Pologne : nouvelle terre de l’anticommunisme

Pologne : nouvelle terre de l’anticommunisme

Depuis novembre 2015, la Pologne, et son gouvernement ultraconservateur du PiS (Droit et Justice), mènent une politique visant à éradiquer les symboles communistes et le passé de la République populaire de Pologne. Cette politique s’accompagne de condamnations des militants et dirigeants du Parti communiste polonais actuel mais aussi, en parallèle, d’une montée en puissance du nationalisme qui inquiète, à juste titre.

  • Un gouvernement réactionnaire pour éliminer un passé progressiste 

Au pouvoir depuis 2015, le PiS n’a pas tardé à appliquer son programme libéral, ultraconservateur, et anti-immigration, qui correspond à la vague nationaliste qui sévit en Europe, dans les pays Baltes, en Hongrie, ou en Allemagne (voir : Angela Merkel échoue à former une coalition). Par nature anti-communiste, le gouvernement polonais n’hésite pas à mettre dans le même panier les forces nazis et communistes (imitant de ce point de vue le gouvernement hongrois), un comble pour parti de droite-extrême.

Les autorités polonaises ont depuis quelques mois pris des mesures visant à effacer toutes traces du passé socialiste de la Pologne. Les statues sont détruites, les rues porteuses de noms d’hommes communistes sont débaptisées : celles de Staline, Lénine, Marx, mais aussi celles de militants polonais, engagés dans les Brigades internationales, et partis combattre en Espagne contre Franco (1).

Au risque de surprendre les plus ignorants, les démocraties populaires, et la République populaire de Pologne, nom officiel de la Pologne socialiste jusqu’en 1989, n’ont pas été seulement les pays que certains prennent plaisir à toujours critiquer, comme si absolument tout avait été négatif. Je laisserai le soin à ceux-ci de rappeler les échecs, les fautes, les limites des démocraties populaires, mais je rappellerai seulement que, du temps du socialisme, santé, éducation, logement, culture, emploi, étaient des priorités de l’Etat qui pourvoyaient à tous les besoins élémentaires de la population. Or depuis la chute du camp socialiste, sauf erreur de ma part, la situation des polonais ne s’est pas améliorée d’un point de vue économique et social, elle aurait même tendance à se détériorer.

Partout dans le pays, des militants, des élus, combattent cette politique de décommunisation (2). Mais les appels à la solidarité du Parti communiste polonais (KPP) restent pour le moment trop peu diffusés, et la situation a tendance à s’aggraver en Pologne où militants, et dirigeants, sont victimes de la répression gouvernementale et condamnés en justice pour le simple fait d’être communiste (3).

  • Une montée inquiétante du nationalisme 

Cette politique de décommunisation va de pair avec un contexte plus général qui est celui de la montée en puissance de l’extrême-droite nationaliste et identitaire polonaise. Comme chaque année, le 11 novembre, jour de la Fête d’Indépendance de la Pologne, les nationalistes organisent une marche pour réaffirmer leur position. Force est de constater que ce rassemblement a été un véritable succès, puisqu’il a rassemblé près de 60 000 personnes, ce qui en fait l’un des plus grands- si ce n’est le plus grand- rassemblement nationaliste européen.

La marche, organisée par l’extrême-droite, a réuni tout ce que la Pologne compte de racistes, d’islamophobes, de nationalistes, d’identitaires et de certains hooligans. D’ordinaire, des violences entre forces policières et militants éclatent toujours lors de cette marche, mais cette année, d’après les organisateurs eux mêmes, il n’y a pas eu d’incidents. Est-ce un signe que le gouvernement cautionne cette marche et a donc ordonné aux forces de sécurité de se tenir à l’écart ?

« Oui au Gospel, non au Coran », « la Pologne pure, la Pologne blanche », « foutez le camp avec vos réfugiés » ou « A coups de marteau, à coups de faucille, battre la racaille rouge » (4).

Tels sont les slogans que l’on pouvait écouter lors de cette manifestation. Les classiques chants pour une Pologne blanche, se mêlant à ceux anti-immigrés, anti-musulmans, anti-russes, et anti-communistes. Les organisateurs ont ainsi rappelé qu’ils ne voulaient pas vivre sous le règne de la Sharia, comme si un projet d’un Etat islamique polonais était à l’ordre du jour. Les tenants de ce discours ne seront pas inquiétés par le gouvernement qui cherche à flatter son électorat d’extrême-droite.

D’ailleurs, les pensées anti-immigrés du gouvernement ne sont une surprise pour personne, il suffit, pour s’en convaincre, de regarder et d’écouter les déclarations des dirigeants polonais : « Nous n’avons pas exploité les pays dont proviennent les réfugiés qui arrivent maintenant en Europe. Nous n’avons pas utilisé leur main d’œuvre et ne les avons pas invités en Europe. Nous avons le droit moral de dire « non » ». Ainsi s’exprimait Jaroslaw Kaczynski, dirigeant du PiS.

La montée du nationalisme, qui va de pair avec l’arrivée au pouvoir de gouvernements nationalistes, en Europe de l’Est devraient alerter l’UE, qui est bien plus active lorsqu’il s’agit de prendre des sanctions à l’encontre des pays progressistes comme le Venezuela. De simples injonctions ne suffiront pas à arrêter ces forces réactionnaires qui resurgissent dans des pays ou l’extrême-droite a pourtant eu un rôle dramatique.


(1) : Pologne. La chasse aux symboles communistes. Courrier international.

(2). En Pologne, des résistances à la décommunisation. Histoire et société

(3). Interview sur la répression anticommuniste en Europe. Initiave Communiste

(4). Pologne : importante manifestation nationaliste pour la Fête de l’Indépendance. Libération.


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Julien30 Julien30 6 décembre 12:16

    Décidément vive la Pologne !


    • Montdragon Montdragon 6 décembre 12:55

      @Julien30
      les polonais cocufiés par l’Histoire à l’Ouest à l’Est au Sud au Nord ont le bon sens d’être ce qu’ils sont, chapeau !


    • McGurk McGurk 6 décembre 15:14

      @Montdragon

      Ode au nationalisme et à la stupidité ?


    • Jelena Jelena 6 décembre 13:31

      Etant donné que la Pologne n’a pas pour coutume de soutenir Al-Qaida aux 4 coins du globe, je comprends que « la France-israelo-saoudienne » n’aime pas ce pays.


      • McGurk McGurk 6 décembre 15:13

        @Jelena

        As-tu conscience de la stupidité et l’inadéquation de tes propos vis-à-vis du sujet ?


      • taktak 6 décembre 17:37

        @McGurk
        tout à fait d’accord avec Mc Gurk

        Le fascisme s’installe en pologne, et cela avec le plein soutien de l’UE et des USA.
        Et ce n’est pas le seul pays où c’est le cas pays baltes, ukraine...


      • Montdragon Montdragon 6 décembre 18:31

        @McGurk
        Bonjour étranger, as-tu conscience que nous sommes si peu comme Jelena noyés dans l’océan de la bonne conscience ?


      • McGurk McGurk 6 décembre 18:52

        @Montdragon

        Je ne vois pas en quoi dire que « les polonais ne doivent pas rougir d’être racistes et réactionnaire » représente les idéaux de la majorité de la population. Cette phrase n’a, par définition, aucun sens et colle la mauvaise étiquette sur ce pays.

        Sans parler des débiles profonds en masse du site qui vont se permettre de glorifier l’ancien régime soviétiques en disant que c’était « trop cool » et enchaîner sur l’anti-américanisme - accusés de tout en permanence même de leur problèmes capillaires - et bien sûr le « sionisme rampant ». Ni des types odieux qui vont tout regrouper sous le mot grotesque « euro-antlantiste » pour tout justifier et insulter ceux n’étant pas de leur avis.

        Avoir un gouvernement de merde ne veut absolument rien dire. A part qu’on a été trop cons pour choisir quelqu’un d’autre. Le constat s’arrête là.


      • Jelena Jelena 6 décembre 19:57

        @taktak >> Le fascisme s’installe en pologne, et cela avec le plein soutien de l’UE
         
        Objection ! L’UE aimerait bien que les polonais deviennent aussi... « malléables » que les français. Mais vu qu’ils ont la tête aussi dure que celles des russes, ce n’est pas gagné.


      • Lugsama Lugsama 6 décembre 14:53

        La monté du nationalisme est inquiétante mais nettoyer les symboles de l’ancienne dictature je ne voit pas bien pourquoi, nous non plus n’avons pas de rue Maréchal Pétain ou Pierre Laval..


        • Lugsama Lugsama 6 décembre 14:59

          « Or depuis la chute du camp socialiste, sauf erreur de ma part, la situation des polonais ne s’est pas améliorée d’un point de vue économique et social, elle aurait même tendance à se détériorer. »


          A ce niveau ce n’est plus de l’erreur, mais de la propagande, les polonais avaient un des niveaux de vie les plus bas de toutes l’Europe sous le joug communiste, maintenant c’est l’un des pays les plus dynamique du continent..

          • Alren Alren 6 décembre 18:56

            @Lugsama

            « l’un des pays les plus dynamique du continent.. »

            Un pays de bas salaires : « dynamique » ne veut pas dire que le niveau de vie des travailleurs et des travailleurs retraités est un des meilleurs d’Europe (car ce n’est pas le cas).

            Facile d’être dynamique avec les milliards d’euros que ce pays a reçu ... de la France en particulier et ou les actionnaires enrichis par le travail des Français ont transféré NOS entreprises et notre technologie pour gagner toujours plus !


          • Yaurrick Yaurrick 6 décembre 20:42

            @Alken
            C’est du partage des richesses, et il est quand même clair que la Pologne a bien progressé en terme d’économie et d’emploi.


          • McGurk McGurk 6 décembre 15:09

            C’est assez logique, lorsque les choses vont mal (l’économie quoi) les gens se replient sur eux-mêmes et vers les extrêmes qui leur promettent monts et merveilles. Nous ne sommes hélas pas non plus épargnés par cette tendance.

            Elire des abrutis ne donne jamais rien de bon là-bas non plus, on en a ici l’exemple avec Macron et sa bande de casseurs. Ce qui ne signifie pas pour autant que toute la population est raciste ou contre tel ou tel parti.

            Supprimer les symboles du passé communistes, je peux le comprendre car le pays veut vraiment tourner la page dirait-on. Et on peut le comprendre.
            Par contre, c’est peut-être aussi une erreur car cela leur rappelle constamment le prix de la démocratie et de la liberté. Effacer et ignorer son passé c’est refaire ensuite les mêmes erreurs.

            D’un autre côté, le débat a déjà eu lieu en Amérique et en Europe de l’ouest, celui sur « le fait de démonter des statues et débaptiser des rues ». Un débat orienté vers le politiquement correct et plutôt inutile car là encore ignorer son histoire en l’effaçant ne sert personne bien au contraire.


            • Alex Alex 6 décembre 15:47

              La Pologne, comme pratiquement tous les anciens pays derrière le rideau de fer, a gardé un très mauvais souvenir du communisme.

              Pourquoi ? À vous de chercher....

              • JP94 6 décembre 16:41
                • Aujourd’hui dans la Pologne atlantiste ( bien loin de l’Atlantique) accueillant des militaires US sur son territoire libéré pourtant par l’Armée rouge qui y a perdu 600 000 soldats ce que n’oublient pas beaucoup de Polonais qui se battent à la fois contre la politique violemment antisociale de leur gouvernement et pour la mémoire historique reconnaissante aux Soviétiques, sont réprimés et menacés de prison des militants communistes, comme ils le furent dans les années 20 et 30 en Pologne et ailleurs. On peut encore signer une pétition en donnant son nom et sa ville à l’Association des amis de Gierek ( en France) , gérée par des militants franco-polonais du Nord ouvrier qui sont solidaires, eux et combattent la répression aujourd’hui comme leurs ancêtres ont combattu la Wehrmacht et les collabos français, lesquels ont apparemment ici des descendants aussi.
                Par email, on peut donc écrire à 

                assoamisgierek@aol.com 
                Voici leur texte : 

                • Le procès contre les trois militants du Parti communiste polonais (KPP)
                  qui devait s’ouvrir fin novembre, a été interrompu à la demande du juge et reporté au 23 janvier 2018. Visiblement, la thèse de l’accusateur (le procureur de la République de Pologne) ne tient pas la route. 
                                                                                       La défense a souligné l’absurdité (propagande totalitaire et tentative de renversement de l’ordre constitutionnel) à l’encontre du KPP et le manque de preuves fournies à cet effet.. L’accusation a donc deux mois pour affiner son argumentaire. 
                   A l’heure où les manifestations de solidarité se multiplient dans le monde...
                   Le lien : https://www.facebook.com/Brzask.KPP/ 
                      
                   ... Exprimez votre indignation devant ces pratiques attentatoires à la liberté d’expression aux autorités polonaises en France
                   auprès de :

                  Monsieur Tomasz Młynarski
                  Ambassadeur de la République de Pologne à Paris
                  paris.amb.info@msz.gov.pl
                  01.43.17.34.00

                  Monsieur Henri Dudzinski
                  Consul de Pologne à Lille
                  hdudzinski@consulpologne-lille.eu
                  06.51.14.74.17

                • Jelena Jelena 6 décembre 17:25

                  @JP94 >> sur son territoire libéré pourtant par l’Armée rouge
                   
                  Libéré ? Hmmm... C’est une façon de voir la chose. ^^
                   
                  Sinon pour info, lors de la dernière présidentielle, tous les partis d’x-gauche réunis ont fait... 1,42%.


                • McGurk McGurk 6 décembre 17:35

                  @JP94

                  * « Aujourd’hui dans la Pologne atlantiste »

                  Rien que de voir ça, on en devine la suite et tout le grotesque qui l’accompagne.


                • Petit Lait 7 décembre 09:43

                   Un gouvernement réactionnaire pour éliminer un passé progressiste


                  Je me suis arrêté là... je n’arrive pas à trouver crédible quoi que ce soit qui voit quelque chose de « progressiste » dans le communisme, en particulier celui pratiqué dans les pays de l’Est durant la guerre froide... 

                  Et il faut vraiment en avoir vécu loin et dans un pays libre, pour considérer ce communisme comme quelque chose qui manque à qui que ce soit... Ceux qui l’ont vécu pour de vrai, et pas seulement en théorie dans les livres, sont bien contents de s’en être débarrassé... 

                  • Jelena Jelena 7 décembre 10:13

                    @Petit Lait >> je n’arrive pas à trouver crédible quoi que ce soit qui voit quelque chose de « progressiste » dans le communisme
                     
                    Il faut mettre les pendules à l’heure, aujourd’hui au sein de l’UE, le PC fait surtout dans la promotion des minorités ethniques, sexuelles et religieuses... Ce qui fait qu’en fin de compte, ce parti « extrémiste » n’est pas différent des partis dits « modérés » du paysage politique français.


                  • leypanou 7 décembre 10:27

                    @Petit Lait
                    je n’arrive pas à trouver crédible quoi que ce soit qui voit quelque chose de « progressiste » dans le communisme : on ne va pas attendre d’un aveugle d’apprécier La Joconde ou un sourd de vibrer pour Bach aussi pendant qu’on y est !

                    Autant donner du beurre à un ...


                  • Petit Lait 8 décembre 09:12

                    @leypanou

                    Comparer le communisme à la Joconde ou à Bach, il faut y aller quand même.... c’est plus du militantisme politique là, c’est de l’endoctrinement ! Avec lavage de cerveau et tout et tout !

                  • antiireac 7 décembre 11:58

                    La Pologne pour se sentir en sécurité après 45 ans d’incuries et de joug communiste d’un gouvernement fort qui le représente.


                    • antiireac 7 décembre 14:12

                      @antiireac

                      ....a eu besoin d’un gouvernement fort qui le représente.



                    • McGurk McGurk 7 décembre 21:12

                      @antiireac

                      Pas vraiment. Il bride les libertés et fait machine arrière. C’est tout dont n’avaient pas besoin les Polonais.

                      En ce moment, comme l’économie mondiale va mal, on voit des populistes fleurir un peur partout : Orban, Macron, Trump et toute la bande des escrocs « élus ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires