• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Que penser des derniers rebondissements en Italie ?

Que penser des derniers rebondissements en Italie ?

Hier soir, nous avons eu droit à un nouveau coup de théâtre après l’abandon de Carlo Cottarelli pour former un gouvernement suite à l’annonce par Luigi Di Maio et Matteo Salvini d’un nouvel accord pour former un gouvernement d’union, après le tollé soulevé par les déclarations du commissaire européen Allemand, Gunther Oettinger. Quelles conséquences pour l’Italie, l’euro et l’UE ?

 

Chant du cygne, puis reprise en main euroligarque ?
 
Il y a 24 heures, après la très révélatrice déclaration du commissaire européen Allemand, Gunther Oettinger : « je suis inquiet et je m’attends à ce que dans les semaines à venir les développements pour l’économie de l’Italie pourraient être si drastiques que cela pourrait être un signal possible aux électeurs de ne pas choisir des populistes de gauche et de droite  », ce qui a été traduit, en langage moins diplomatique, par « les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter  ». Devant le tollé déclenché en Italie, même Jean-Claude Juncker a dédit son commissaire, assurant que « le sort de l’Italie ne saurait dépendre des injonctions qui pourraient lui adresser les marchés financiers ».
 
Assez étonnant pour quelqu’un qui affirmait « qu’il n’y avait pas de choix démocratique contre les traités européens ». Mais ce recadrage montre probablement que les euroligarques se rendent bien compte que la séquence démarrée il y a quelques jours pouvait être mortel pour leur machin. Dans l’Arène Nue, le blog de Coralie Delaume, Christophe Bouillaud affirmait alors que « les prochaines élections italiennes pourraient apparaître comme un référendum sur la souveraineté nationale  ». La Lega était donnée grande gagnante d’une nouvelle élection, les sondages annonçant un gain de 10 points, et donc une majorité plétorique pour l’alliance entre les deux partis anti-système Italiens…
 
Que penser alors du renoncement de Cottarelli et du retour de l’équipe Salvini / Di Maio ? L’UE pourrait éviter un nouveau vote encore plus hostile. La question majeure sera le choix du ministre de l’économie. Il serait légitime que le choix de Paolo Savona soit maintenu et son maintien, ou non, serait une indication fondamentale sur l’orientation de la majorité. S’il était écarté, Salvini et Di Maio prendrait le chemin pris par Tsipras, capitulant sous la pression, de nouveau souverainiste de carton pâte. S’il est maintenu au poste prévu, alors, nous sommes partis pour un bras de fer intéressant, et potentiellement terminal pour l’UE, entre Rome, Bruxelles et Berlin. La réponse ne devrait pas tarder.
 
 
Messieurs Salvini et Di Maio, l’histoire vous regarde. Si vous cédez au chantage de Mattarella et Oettinger, vous rejoindrez la cohorte de Tsipras et de ces inconséquents qui disent vouloir changer les choses mais qui reculent devant l’obstacle. Ce qui s’est passé depuis quelques jours impose le maintien de Paolo Savona. De toutes les façons, l’euro finira tôt ou tard par disparaître

Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 2 juin 17:27

    @papat

    vu que tu soutient des trucs comme le PIR ou les assos interdites aux blancs, tu es maso.
    je n’ai rien contre un musulman qui ne veut pas imposer sa religion.
    donc pas de présidente UNEF avec un voile islamique ou il faut autoriser les autres religions à porter un signe aussi visible.
    en 36, les gens n’avaient pas d’armes et ce n’est pas la gauche qui a lancé la grève ...........


  • Emohtaryp Emohtaryp 2 juin 13:32

    Messieurs Salvini et Di Maio, l’histoire vous regarde.

    Hummm, j’ai bien peur que ça se finisse en eau de boudin !
    Tout simplement parce qu’il n’y a pas cinquante solutions, il y en a qu’une et apparemment, ce ne sera pas le chemin emprunté puisque le président Mattarella a accepté ce nouveau GVT, je veux parler d’une sortie de l’euro/ue...
    Donc, soit ils vont au conflit et s’exposent à de graves représailles, soit ils finiront par se coucher et démissionner !
    La comédie del arte peut durer encore longtemps comme ça....
    Encore une fois après la Grèce, attendons de voir le déroulement de cette affaire mais je ne me fais, hélas, très peu d’illusions...

    • Alren Alren 2 juin 14:00

      @Emohtaryp

      je ne me fais, hélas, très peu d’illusions...

      Moi non plus car Savona n’est plus ministre dans la nouvelle équipe gouvernementale.

      Pourtant les aboiements des milieux financiers allemands sont du bluff : ils auraient trop à perdre si l’Italie ne remboursait pas la dette dont ils sont créanciers, ce qui se produirait s’ils mettaient l’économie italienne en difficulté, ce qui serait de toutes façons difficiles car l’Italie est la troisième puissance économique de l’UE.

    • Cateaufoncel2 2 juin 14:15
      @Alren


      « Moi non plus car Savona n’est plus ministre dans la nouvelle équipe.... »

      Sauf qu’il est ministre aux Affaires européennes, et que son remplaçant à l’Economie, le Pr. Giovanni Tria, est à peu près sur la même ligne pour ce qui est de l’euro, de l’U.E. et de l’arrogante hégémonie allemande.

    • Christ Roi Christ Roi 2 juin 19:37

      Ce parti ne veut pas sortir de l’euro. Il est un leurre pour mougeons comme l’a été Tsipras et Podemos. Tout ceci est du théatre.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 juin 19:44

      @Emohtaryp

      Je dirais plutôt que c’est la suite du Brexit, l’Union européenne part en morceaux ! Même les dirigeants économiques allemands refusent le Plan Macron et demandent une procédure de sortie de l’euro !

      Le maillon faible de l’ euro ne sont pas les pays du sud, mais l’ Allemagne !
      L’euro, soit disant, avait été créé pour rapprocher les économies de la zone euro.
      Or, elles ne cessent de diverger, et les Allemands refusent de payer « pour les pays du Club Med ».

      Article de l’ économiste italien Minenna sur la sortie de l’euro par l’Allemagne.

    • Emohtaryp Emohtaryp 2 juin 20:57

      @Fifi Brind_acier


      les Allemands refusent de payer « pour les pays du Club Med ». 

      Ils refusent de payer, oui, mais ne crachent pas sur les excédents qu’ils engrangent grâce à l’ue et l’euro largement sous évalué pour les Teutons
      En somme, ils veulent le beurre, l’argent du beurre et même la fermière mais au final, eux aussi ils vont finir en eau de boudin.... 


      • HELIOS HELIOS 3 juin 00:54

        @Emohtaryp

        ... avec ses obligations pourries, les petites fermieres d’Europe vont refiler la chtouille a ces teutons...

        En fait l’Euro n’est bon que pour les touristes europeens qui voyagent et les entreprises qui peuvent tranquillement faire leur petite prédation sur les consommateurs europeens.

        Je ne vais pas expliquer comment on peut faire c’est déjà tres bien decrit par plusieurs banques centrales de pays dont la monnaie est associée au Dollar, mais on pourrait nous aussi conserver l’Euro comme monnaie sans en avoir les inconvenients actuels.
        Marine Le Pen s’est plantée dans l’explication, mais cette explication existe bel et bien...

        Nous verrons bien si l’italie est le pays qui secouera suffisament le cocotier pour s’en sortir !

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 19:58

        @Emohtaryp
        Aux dernières nouvelles, Merkel veut se rabibocher avec Macron et lui fait des propositions !


      • BA 2 juin 15:48

        Euro-dictature, suite (mais pas fin) :


        L’eurodéputé Markus Ferber précise que Bruxelles pourrait prendre le contrôle du ministère des Finances en Italie.


        Un eurodéputé allemand a fait planer le doute que l’Union européenne puisse prendre le pouvoir des finances italiennes.


        « L’Europe pourrait prendre le contrôle des finances italiennes avec la formation du gouvernement des deux partis populistes (la Ligue et le Mouvement 5 étoiles) », selon les propos d’un membre du Parlement européen de nationalité allemande. 


        Markus Ferber a précisé que la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international pourraient « marcher sur Rome » en écho à la crise grecque.


        Cette menace pourrait être mise à exécution si les deux partis populistes italiens et les nouveaux ministres appliquaient le programme de réductions d’impôts et d’augmentation de la dépense. 

         

        La Ligue et le Mouvement 5 étoiles ont fait de nombreuses promesses de campagne qui ont été vivement critiquées par la Commission européenne, comme la mise en œuvre d’un revenu universel pour les plus démunis ou bien encore une "flat tax" de 15% entraînant des coûts impressionnants chaque année. 

         

        L’eurodéputé Markus Ferber a indiqué que la pire situation envisagée suite à l’application de ces mesures pourrait être une faillite pure et simple de l’Italie. 

         

        Markus Ferber s’est confié à la chaîne ZDF sur cette possible crise économique pour l’Italie :

         

        « Alors la Troïka devra marcher sur Rome et prendre le contrôle du Trésor. »

         

        La même Troïka avait renfloué la Grèce pendant la crise financière qui avait touché le pays entre 2009 et 2016. 


        http://www.atlantico.fr/pepites/markus-ferber-precise-que-bruxelles-pourrait-prendre-controle-ministere-finances-en-italie-3411012.html



        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 juin 19:55

          @BA

          Le nouveau gouvernement veut emprunter 100 ou 150 milliards, alors que l’ Italie est déjà endettée jusqu’aux yeux et que les banques italiennes sont pleines d’actifs pourris, qu’il faudra renflouer, si elles font faillite...

          On ne prête qu’aux riches. Les taux d’emprunts sont variables suivant les pays...., ils peuvent aller de 0,2% pour l’ Allemagne à 29% pour la Grèce.

        • goc goc 2 juin 16:51

          On savait les américains peu intelligents, y compris leurs dirigeants, mais quand on donne le pouvoir au le populisme, alors on obtient le mongolien Trump.
          Maintenant faut-il penser qu’on va se retrouver dans la même position ?

          Il est clair qu’on a besoin de changer les choses. Il devient de plus en plus nécessaire de se débarrasser de la Finance et de ses valets. Il faut virer les représentants de goldman-sach placés à la tête de nos institutions. Il devient surtout urgent de désamericaniser notre vieille Europe, Leur société n’est pas la notre, leurs valeurs (qui se résument au dollar et à leur bon-dieu Usioniste) ne sont pas les nôtres, et nous ne voulons pas les suivre dans l’effondrement de leur empire.

          Nous devons nous regrouper autour de nos valeurs et faire rentrer tous ceux qui les partagent, y compris la Russie, qui culturellement et historiquement est bien plus proche de nous que les bouffeurs de hamburgers.

          Maintenant comment faire ?

          Et là on s’aperçoit qu’on nous tend un piège, celui de la pseudo « révolte » appelé populisme, car ne se basant que sur des messages simplistes destinés à chatouiller nos instincts primaires.
          Il faut faire attention ! Les USA sont en train de nous piéger, comme ils l’ont fait juste avant la 2ème GM en nous poussant dans les bras d’extrémistes qui seront remplacé le moment venu par nos « sauveurs », juste le temps de détruire nos dernieres usines et nos dernières libertés.

          L’Italie aujourd’hui, demain l’Espagne vont devoir ouvrir les yeux et surtout ne pas se tromper de combats. Les adversaires, on les connait, mais quid des pilotes. Et parti comme c’est actuellement, on va forcement avoir un Tsipra dans chaque pays, On connait déjà le notre c’est MLP
          Bref il faut rester vigilant, sinon, nous connaitrons le même sort que nos grand-parents en1939 !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 juin 19:48

            @goc

            Il vous reste à rejoindre l’ UPR pour pouvoir sortir légalement de l’ UE & de l’euro !

            Vous savez très bien que le FN ou la FI n’ont l’intention de sortir de rien du tout.
            Ils veulent « changer l’Europe ! » , comme les populistes Italiens, et comme Tsipras avant eux.

          • goc goc 2 juin 20:03

            @Fifi Brind_acier
            Bonjour fifi

            C’est clair que ce ne sont pas les partis « traditionnels » qui nous sauveront de la panade.

            Par contre, je pense que l’état actuel nécessite l’urgence et doit nous situer en état de légitime défense, surtout avec les provocations imbéciles du mongolien US et les trahisons continuelles du paquet de lessive ambulant, aka « La voix de son Maitre ».


          • HELIOS HELIOS 3 juin 12:24

            @goc, mais pas que vous, bien sûr...


            ... Selon votre message précédent, le « populisme », c’est pas bien c’est caca etc... pourtant les mots on un sens et le populisme c’est bien la volonté du peuple, non ???

            ... ah, mais me direz vous, le populisme c’est la remise en cause du systeme et surtout de ses élites... mais où se trouve la faute ?

             ... dans un système et des élites qui ne satisfont plus la majorité - la plupart « hors sol », parce qu’elles ne vivent pas la vie au quotidien des citoyens-...

            ... ou bien dans ce peuple qui construit la « démocratie » dont vous vous gargarisez a tout bout de champ sauf que vous ne respectez pas cette démocratie, et pire, vous tentez de la manipuler et d’en dévaloriser la pertinence.

            Si les systemes et les elites satisfont le peuple, le populisme n’existera plus. 


            Plutot que de philosopher sur le sexe des anges, pourquoi n’essaieriez-vous pas de participer a l’analyse de la volonté du peuple a l’aune de ce qu’il vit au quotidien.

            ... et au passage, plutôt que de vouloir éradiquer tout, comme Attila sur son passage, n’arrêteriez-vous pas et, pourquoi pas, ne favoriseriez vous pas le maintien d’une certaine spiritualité bien pratique pour aider l’acceptation d’une certaine souffrance consécutive a la dureté de notre monde ?

            ... je sais, je sais me direz vous, la spiritualité peut être exclusive, votre grande peur, n’est-ce pas ?
             oui, oui, je vous comprends bien... alors, svp mettez au zoo les lions et les moutons dans le même enclos, au nom du droit des animaux, des lions et des moutons....

          • goc goc 3 juin 18:09

            @HELIOS
            @HELIOS
            Bonjour Helios

            ... Selon votre message précédent, le « populisme », c’est pas bien c’est caca etc... pourtant les mots on un sens et le populisme c’est bien la volonté du peuple, non ???

            Il ne faut pas se tromper de cible. Le populisme que je dénonce, c’est celui qui ne fait appels qu’aux « instincts » primaires des gens, c’est à dire celui qui va chercher des responsables là ou c’est le plus facile, et là où ça peut « rapporter gros ».
            Bien sur que le peuple doit reprendre le pouvoir, mais pas sur de dos de pauvres bougres à qui on a fait miroiter un eldorado impossible.
            Le peuple doit d’abord reprendre le pouvoir sur la finance.

            Sur ce site, j’ai à plusieurs reprises proposé des solutions radicales, tel que la création d’une monnaie nationale (euro-franc) destinée au marché intérieur, inutilisable à l’étranger (on ne garde l’Euro que pour ça), la conversion de la dette en euro-franc, la division par 2 des remboursements de crédit et des loyers ainsi que la libération de terres afin de faire tomber la tension sur l’immobilier (cet augmentation substantielle du niveau de vie de chacun permettrait ainsi de diminuer un peu les salaires, et donc nous rendrait plus compétitifs sur le plan industriel et donc de créer de l’emploi), et un moratoire de 5 ans sur leurs crédits, pour tous les agriculteurs qui accepteraient de passer au tout bio.

            A ces mesures, on doit aussi ajouter une reprise de contrôle des médias par le peuple (par exemple en transformant tous les journaux en des « agoravox » nationaux, ou le lecteur pourrait participer à chaque article, voir à faire des articles comme ici, sans contrôle d’un censeur interne qui filtrerait les posts.).
            Enfin il devient nécessaire de refondre le « Mammouth » en commençant par mettre le « respect » comme valeur morale première et en revenant aux fondamentaux de l’enseignement tel que l’histoire dans sa chronologie, tout en ouvrant à la modernité en adaptant le nombre d’enseignant aux besoins de la société et non le contraire (voir le fiasco actuel du gadget destiné aux lycéens).

            Si les systemes et les elites satisfont le peuple, le populisme n’existera plus.
            Bien au contraire, nos élites ne satisfont le peuple qu’a coup de télé-poubelle, et de jeux ou l’apparat et l’argent remplacent tout esprit sportif. Résultat : le peuple en veut toujours plus et succombe rapidement aux chants des sirènes du populisme primaire.. Quand on pousse au « toujours plus » il faut être capable de fournir aussi « toujours plus » sinon on sombre et on envoi son peuple dans le mur.

            ... je sais, je sais me direz vous, la spiritualité peut être exclusive, votre grande peur, n’est-ce pas ?
            non , pas exclusive, mais simplement elle doit être personnelle et intérieure.
            Toute autre « spiritualité » collective ne peut mener qu’au fascisme et à la dictature.

            La prochaine révolution copernicienne que l’humanité doit faire, si elle veut survivre, ce sera d’interdire toutes les religions, en commençant par les 3 principales.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 19:08

            @goc

            L’urgence était de voter pour Asselineau en 2017.
            Il avait prévenu sur toutes les réformes qui allaient arriver.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 19:16
            @goc
            Vous ne pouvez rien faire contre la finance sans sortie de l’ UE & de l’ euro et sans souveraineté. Il est écrit dans la Constitution que la France est dans l’ UE et doit appliquer les Traités et les décisions de la Commission européenne.

            Une monnaie parallèle, c’est de fait, une sortie de l’ euro.
            La moindre des choses, c’est d’avoir l’approbation des électeurs et de poser les questions clairement, ce qui n’a pas été fait dans la campagne électorale italienne.

            Pour cela il faut des débats contradictoires sur le Frexit et la sortie de l’ euro, et un referendum. Ce que refusent de faire le FN, Dupont Aignan ou la FI.




          • HELIOS HELIOS 4 juin 02:53

            @goc


            ... merci pour votre longue réponse.

            Que vous dire... que je suis d’accord avec vous ? pas sur tout certes, mais sur les principes et la démarches... oui !

            A part quelques détails dont votre perception du populisme bestial auquel je ne crois pas, (la télé poubelle par exemple, disparait si ce ne sont plus les marchands qui la dirigent) je signerai en bas d’autant plus que vous laissez entendre qu’il puisse exister un Euro de dehors et un Franc de dedans que ne veut envisager notre ami Fifi B d’acier. 

            Vu l’heure, je ne sais si c’est bonsoir ou bonjour... peu importe, bonne semaine.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juin 07:25
            @HELIOS
            un Euro de dehors et un Franc de dedans que ne veut envisager notre ami Fifi B d’acier.

            A l’UPR on se fiche de ce qui se passera à l’extérieur, l’euro ou d’autres monnaies, (ce n’est pas l’affaire des Français, mais de chacun des pays), quand la France reviendra au Franc ! Il n’y a que les europathes pour s’en soucier !

            Si les « populistes » ne veulent pas parler de la sortie de l’ euro, c’est que pour l’instant, on ne peut sortir de l’ euro qu’en sortant de l’ UE, ce qu’ils ne veulent pas.


          • goc goc 4 juin 14:01

            @Fifi Brind_acier
            Bonjour fifi

            A l’UPR on se fiche de ce qui se passera à l’extérieur, l’euro ou d’autres monnaies

            C’est bien là le problème de crédibilité de votre champion. Il ne sert à rien d’être aussi exclusif. L’Europe est une chose importante, elle a été dévoyée par l’ultra-libéralisme et sa dictature mais ses principes sont bons et nous permettrons d’avoir un poids dans le monde. Voila pourquoi la seule solution pour se sortir du mer..ier que les mondialistes nous imposent, c’est de virer ces traitres et de reprendre le contrôle de l’Europe avec les autres peuples qui ont aussi assez de ce cirque. Or on ne peut pas reformer cette chose en en sortant. Il faut y rester et combattre la gangrène de l’intérieur. 

            Il ne faut pas oublier que notre force (par rapport à la majorité des autres pays de l’UE, c’est que notre poids économique est majeur et peut à tout moment, faire exploser cette même UE. C’est sur cela qu’on doit jouer, et non en sortant de l’organisation

            Si les « populistes » ne veulent pas parler de la sortie de l’ euro, c’est que pour l’instant, on ne peut sortir de l’ euro qu’en sortant de l’ UE, ce qu’ils ne veulent pas.
            Il ne s’agit pas de sortir de l’Euro, mais d’en être un des principaux gestionnaires (et virer les banques privées du circuit).
            Concernant la nécessité des 2 monnaies ( euro-franc à l’intérieure et Euro à l’extérieure), ce point ne peut être compris que si on admet que les banques françaises sont totalement sous contrôle de l’État (suite à leurs ruines après la prise de contrôle des crédits et donc leur nationalisation).
            Pour éviter les attaques sur notre monnaie, on doit l’adosser à la dette, ce qui veut dire que si la monnaie chute, la dette chute avec, et donc la monnaie remonte, etc.. Voila pourquoi on doit séparer les deux monnaies,l’euro qu’on en contrôle pas et notre monnaie qu’on contrôle à 100% (après suppression du code dans la constitution nous interdisant à emprunter à la BdF)


          • lloreen 5 juin 09:45

            @Fifi Brind_acier
            « Il vous reste à rejoindre l’ UPR pour pouvoir sortir légalement de l’ UE & de l’euro ! »

            Je ne sais pas pourquoi-quoique j’aie ma petit idée sur la question...- votre ritournelle revient comme une idée fixe à chacun de votre commentaire.
            A ce sujet, une question me brûles les lèvres.
            Pourriez-vous peut-être m’expliquer comment un haut fonctionnaire de l’état se porte candidat à une élection illégitime ?

            Sans doute ignore t-il que depuis le coup d’état du 5 décembre 2016, la France n’a plus de constitution en vertu de l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789
            "Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.« 
            https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789

            Or sans constitution, aucune élection ne ne peut se faire...

            Quant à sortir légalement de l’euro et de l’UE, cela implique d’emblée la reconnaissance de sa légalité, totalement inexistante dans la mesure où les français ont voté non à l’adoption du traité de Lisbonne en 2005.

            Comme vous l’ignorez sans doute, la souveraineté réside dans le peuple et nulle par ailleurs. C’est la raison pour laquelle non seulement aucun des polichinelles voulant prendre la tête de la corporation »république française présidence" immatriculée au registre des sociétés ,comme il se doit pour une entité commerciale, ne défendra jamais les intérêts du peuple français mais en plus
            tous les accords et traités commerciaux -c’est exactement leur qualification- n’ont aucune légitimité lorsque les individus auront compris qu’ils sont liés à ce système commercial par l’intermédiaire de l’arnaque au nom légale dans le cadre du droit maritime.
            Et qui dit fraude dit nullité...
            Ce que les fondateurs du conseil national de transition français ont d’ailleurs compris dès le 18 juin 2015 en créant cet outil juridique qu’est un conseil national de transition, reconnu par le droit international, ce même droit que tous les escrocs inféodés au cartel bancaire ignorent superbement depuis des siècles .


          • Eric F Eric F 2 juin 17:40
            « Ce qui s’est passé depuis quelques jours impose le maintien de Paolo Savona »
            Pour contourner le véto présidentiel, Savona a été nommé à un autre poste (celui des affaires européennes, pour « titiller » Bruxelles), et un ministre des finances moins eurocritique ...mais quand même un peu, a été désigné. On verra le programme gouvernemental, car la composition du gouvernement est assez diversifiée

            • Wildbill 2 juin 22:00
              « Que penser des derniers rebondissements en Italie ? »
              C’est simple,après le Brexit et tous les gouvernements eurolâtres qui sautent les uns après les autres en Europe,c’est le début de la fin du « machin » européen qui n’est qu’une annexe du ministère des affaires étrangères américaines.
              Mais c’est beaucoup trop lent.

              • zygzornifle zygzornifle 3 juin 10:08

                ça rebondit mais c’est tata Merkel qui lance le ballon .....


                • lloreen 5 juin 09:51

                  @zygzornifle

                  Madame Merkel ainsi que ses collègues sont soumis aux propriétaires du système bancaire privé, lequel repose entre les mains griffues de la dynastie sataniste des Rothschild et de leurs acolytes.


                • Homphilo 3 juin 13:54

                  si l EUROPE voulait se recentrer sur sa puissance qu elle represente de par sa culture et de par son peuple ce serait un grand bien.au lieu de cela elle continue à s aligner sur une politique destructrice américaine .pays qui décline tres vite. demain il sera trop tard L EURASIE PROGRESSE TRES VITE


                  • Eric F Eric F 3 juin 18:04

                    @Homphilo
                    en fait l’Europe est bien plus libérale et mondialiste que les Etats Unis, qui pratiquent le protectionnisme quand ça les arrangent, non seulement avec des taxes comme les récentes promulguées contre les importations sidérurgiques, mais aussi par le biais de la sécurité intérieure (NSA). J’ai travaillé dans une multinationale, certaines activités pour des entreprises étasuniennes étaient obligatoirement confiées à des salariés étasuniens, ce que même la Chine n’exigeait pas pour ce qui la concernait.


                  • lloreen 3 juin 22:31
                    « Devant le tollé déclenché en Italie, même Jean-Claude Juncker a dédit son commissaire ».

                    Les escrocs type Juncker seraient-ils en mode panique ?


                    • Blé 4 juin 06:03

                      Il y aurait un peu moins de corruption à la tête de chaque état de la zone euro, (en Grèce en Espagne, et dans les pays où cela se sait moins comme en France par exemple) il me semble qu’il y aurait assez d’argent pour subvenir aux besoins basiques des populations européennes ce qui n’est pas le cas actuellement. L’union européenne ne peut pas avoir des exigences sur le plan économique (de plus en plus de pauvres et des riches toujours plus riches) sans qu’à un moment ou un autre ce système montre ses limites.

                      Un détail qui en dit long sur l’avenir : en France pays le plus touristique du monde (parait-il) les habitants auront la joie et le plaisir de voir des touristes partout pendant que les habitants resteront sur le bord des routes à attendre un emploi et un revenu décent pour vivre, un logement et un système de santé digne de ce nom.

                      Les élites politiques à la tête de l’union européenne et à la tête de chaque pays ont fait le choix de laisser tomber les populations des zones périphériques urbaines et rurales.

                      Il faudrait regarder de plus près ce qui se passe au Portugal, le serrage de ceinture commence à se desserrer pour les travailleurs.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juin 07:40

                        @Blé

                        Au Portugal, c’est pareil qu’ailleurs !« Espagne, Portugal, Bruxelles renonce à sanctionner, mais exige plus d’austérité » Les fonds structurels ont été gelés par mesure de rétorsion. 

                        Analyse d’un membre du Bureau National du Bloco de Esquerda, un des partis de la Gauche radicale portugaise. « Une fin d’austérité en trompe l’oeil »

                        ".... non, on ne peut pas se débarrasser de l’austérité en agissant dans le cadre des institutions européennes, car les traités européens – Traité de Maastricht, Pacte de Stabilité et à un degré supérieur dans l’escalade, le TSCG –, en soumettant les politiques publiques des pays à l’atteinte d’objectifs financiers de déficit et de dette, ont figé l’austérité en lui donnant un caractère perpétuel. Si un Etat veut procéder à des investissements et que leur financement met en cause le respect du ratio dette publique/PIB, il ne pourra le faire sans enfreindre les traités et s’exposer à des sanctions.(...)

                      • Alainet Alainet 5 juin 11:58
                        *Personellement je ne vois aucune autre solution, à part sortir de l’€uro et de l’UE. La Dette de ce pays représente le double de son PIB, les déficits liés au systéme de compensation interbancaire Target.2 = 900 milliards, de nombreuses banques sont insolvables malgré la planche à billets qu’utilise abusivement Draghi pour les renflouer. Ajoutez à cela la déferlante migrants incontrôlée venant de Lybie.. ils ont voté pour cette coalition car tous les Gouvernements précédents ont échoué sans exception. L’UE n’est pas amendable car elle a échoué elle aussi... et la Gouvernance européenne personne n’en veut sauf Macron. Quand aux eurocrates ; ils ne songent qu’à s’accrocher encore à leurs privilèges alors que leur Titanic a des voies d’eau dans la coque.
                        * Un économiste Ambrose Evans-Pritchard nous livre ses réflexions sur les dérives Italiennes face à la Commission UE et la BCE surtout :

    Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON






    Les thématiques de l'article


    Palmarès