• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Salvini, le double Mitterrand italien ?

Salvini, le double Mitterrand italien ?

« Osmose (du grec ôsmos, poussée). Transfert du solvant d’une solution diluée vers une solution concentrée au travers d’une membrane dite permsélective. » (Dictionnaire Larousse).



Incontestablement, Matteo Salvini est devenu en un an l’homme fort de l’Italie. Qu’on le regrette (c’est mon cas) ou que l’on s’en réjouisse, c’est un fait. Les élections européennes du 26 mai 2019 ont même dépassé les espoirs du leader de l’extrême droite italienne qui n’hésite plus à citer Mussolini. Comment les Italiens en sont-ils arrivés là ? Simplement par la libre compétition politique : celui qui prend le mieux le leadership de la parole politique gagne (ce n’est évidemment pas une particularité italienne, c’est une banalité générale pour la vie politique et les élections).

Lorsque Silvio Berlusconi, conscient du large discrédit du centre gauche du Président du Conseil Matteo Renzi, a décidé de faire alliance avec la Lega de Matteo Salvini pour les élections législatives du 4 mars 2018, il comptait revenir au pouvoir, malgré son grand âge (plus de 82 ans !), par un nouveau rebondissement de l’histoire politique. Son objectif était de verrouiller sa victoire face à une gauche chancelante et face un parti ovni puissant, le Mouvement 5 étoiles (M5S), et pour cela, il avait mis le paquet en faisant une coalition de centre droit avec quatre partis dont les deux principaux sont son parti d’origine Forza Italia et l’ancienne Ligue du Nord devenue la Ligue (Lega).

Malgré les propos souvent extrémistes de la Ligue, une telle coalition de droite n’était pas nouvelle et Silvio Berlusconi a déjà gouverné avec non seulement la Ligue du Nord d’Umberto Bossi mais aussi avec le descendant du parti mussolinien (le Mouvement social italien), devenu l’Alliance nationale de Gianfranco Fini, et qui a vaguement évolué en Frère d’Italie (FdI), composante de la coalition de Silvio Berlusconi en 2018. À l’époque (années 1990 et 2000), c’était ce dernier parti, l’Alliance nationale, qui était l’alter ego du FN français, au point de l’imiter jusqu’à sa flamme dans le logo. La Ligue du Nord n’était alors qu’une formation régionaliste. Ce fut Matteo Salvini qui a nationalisé la Ligue pour augmenter son potentiel électoral (objectif largement atteint).

Les résultats des élections législatives du 4 mars 2018 ne furent pas à la mesure des attentes de Silvio Berlusconi : non seulement aucune des trois coalitions possibles (centre droit, centre gauche autour du Parti démocrate, M5S) n’était en mesure d’avoir le soutien d’une majorité parlementaire, mais à l’intérieur de sa propre coalition, la plus importante numériquement (265 sièges sur 630), Silvio Berlusconi en a perdu le leadership, Forza Italia n’ayant recueilli que 14,0% des voix (et 104 sièges) tandis que la Ligue a eu 17,4% des voix (et 125 sièges).

Le résultat était décevant pour Forza Italia qui stagnait au score très bas de sa défaite lors des précédentes élections législatives des 24 et 25 février 2013, où il avait recueilli 21,6% des voix et 98 sièges sur 630. En revanche, ce fut une nette progression pour la Ligue qui n’avait eu que 4,1% des voix et 18 sièges en 2013. Pensant utiliser la Ligue pour son retour au pouvoir, Silvio Berlusconi a trouvé plus malin que lui. Pire : Matteo Salvin, le leader de la Ligue, a préféré rompre l’alliance avec Silvio Berlusconi en 2018 pour prendre le pouvoir dans une majorité improbable avec le M5S de Luigi Di Maio. Matteo Salvini a réussi à faire, avec sa "petite" Ligue face au "géant" Forza Italia ce que François Mitterrand a réussi à faire en France avec le "petit" PS face au "géant" PCF dans les années 1970, à savoir, une absorption électorale.

Mais Matteo Salvini, dont l’ambition pour le pouvoir est connue, ne s’en est pas arrêté là, puisqu’il a abandonné Forza Italia pour le (nouveau) "géant" Mouvement 5 étoiles. Le M5S est un ovni dans la vie politique italienne, il est très difficile de le situer sur l’échiquier politique. Certains l’ont mis à gauche, d’autres parmi les populistes, certains europhobes, d’autres europhiles. Après la Chambre à la majorité introuvable des élections de mars 2018, et malgré la forte volonté du centre gauche, complètement discrédité par cinq années de pouvoir, de faire une cure d’opposition, j’avais imaginé une alliance entre lui (centre gauche) et le M5S dans un programme social et européen. La suite m’a donné tort puisque ce fut une alliance improbable et surtout déséquilibrée entre une Ligue, un tiers, et un M5S qui représente les deux tiers de cette nouvelle majorité qui a été constituée et qui représente elle, 352 sièges sur 630.

_yartiItalie2019D03

Le M5S est un parti puissant depuis plusieurs élections. Aux élections législatives de 2013, le M5S a recueilli 25,6% des voix et 109 sièges (il n’était pas présent en avril 2008 car créé seulement en 2009). Aux élections législatives de mars 2018, il a obtenu 32,7% (presque 11 millions d’électeurs !) et 227 sièges. Lorsque l’alliance Lega-M5S s’est construite, Luigi Di Maio était en position de force face à Matteo Salvini, mais ce dernier a refusé fermement que le premier prît la Présidence du Conseil. Ce fut un apolitique, plutôt proche du M5S, complètement inconnu de la classe politique, Giuseppe Conte, qui a pris la tête du gouvernement le 1er juin 2018, il y a un an. Le Président du Conseil fut encadré par deux Vice-Présidents du Conseil poids lourds politiques, Luigi Di Maio, Ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques sociales, et Matteo Salvini, Ministre de l’Intérieur.

_yartiItalie2019D05

À l’évidence, Luigi Di Maio, malgré son poids parlementaire deux fois plus important, ne fait pas le poids face à Matteo Salvini. Une question de personnalité ? de position politique ? Les deux probablement. Toujours est-il que Matteo Salvini a réussi à faire avec Luigi Di Maio la même chose qu’il a faite l’année précédente avec Silvio Berlusconi : une aspiration efficace des voix.

En effet, le scrutin européen du 26 mai 2019 a inversé complètement le poids électoral respectif des deux partis de la majorité. La Ligue de Matteo Salvini fut en effet la grande gagnante avec 34,3% des voix (9,2 millions d’électeurs !), remportant 29 sièges sur 73, soit 24 de plus qu’en mai 2014 (il a multiplié presque par six le nombre de ses élus !). En revanche, le M5S de Luigi Di Maio a chuté à 17,1% des voix et perdu 3 sièges avec 14 élus. Le rapport de forces s’est donc diamétralement inversé par rapport aux élections législatives de mars 2018 : le 1/3 – 2/3 est passé à 2/3 – 1/3 à l’avantage de Matteo Salvini. C’était certes prévisible avec les sondages, c’est désormais un fait électoral.

Si les partis ex-gouvernementaux (Forza Italia et Parti démocrate) ont énormément chuté au scrutin européen de 2019 par rapport à celui de 2014, il est intéressant de comparer leurs résultats aux élections législatives de 2018 : avec seulement 8,8% (la moitié de 2014), Forza Italia (conduit par Silvio Berlusconi, qui a été ainsi élu député européen à la fin duquel il aura presque 88 ans) a continué à chuter par rapport à 2018 (14,0%). En revanche, le Parti démocrate (centre gauche), lui aussi réduit de moitié par rapport à son audience de 2014, a augmenté sa situation de 2018 : avec 22,8% des voix (et 19 sièges sur 73), il a amélioré de 4 points par rapport à 2018, et surtout, il se positionne aujourd’hui comme le deuxième parti d’Italie et comme la seule force de gouvernement crédible pour s’opposer aux forces populistes. Il est donc des renaissances possibles (avis aux amateurs).

Matteo Salvini non seulement a triomphé en Italie mais aussi en Europe puisqu’il a pris le leadership du groupe Identité et démocratie qu’il vient de former ce 12 juin 2019 au sein du Parlement Européen avec notamment Marine Le Pen du RN, les Allemands de l’AfD et les Autrichiens du FPÖ. En effet, ce n’est pas un député européen français RN qui en a pris la présidence mais Marco Zanni (Ligue). Nicolas Bay (RN), lui, n’est que l’un des deux vice-présidents (avec Marine Le Pen, bonjour l’influence de la France en Europe, même chez les populistes !).

Avec ce nouveau rapport de forces, et des sondages toujours très flatteurs, il est compréhensible que Matteo Salvini ne veuille pas attendre jusqu’en mai 2023 pour organiser de nouvelles élections législatives. Son objectif est qu’elles aient lieu le plus rapidement possible pour qu’il puisse devenir le prochain Président du Conseil. Ce n’est donc pas étonnant que la majorité entre les deux partis du gouvernement multiplient les accrocs. Certes, Matteo Salvini a encore besoin du Mouvement 5 étoiles (car sans lui, pas de majorité envisageable pour la Ligue) mais les différends s’expriment désormais de plus en plus ouvertement.

_yartiItalie2019D02

Les divergences, qui ont une origine programmatique très forte (le M5S veut dépenser plus, la Ligue veut baisser les impôts) ont amené le Président du Conseil Giuseppe Conte lui-même à s’énerver et à menacer de démissionner (et faire éclater la coalition) si les deux camps ne cherchaient pas un minimum de cohésion. C’était en tout cas le contenu de la déclaration de Giuseppe Conte le 3 juin 2019 : « Je demande à chacune des deux forces politiques de faire un choix et de me dire si elles ont l’intention d’honorer encore le contrat de gouvernement (…). Si les comportements ne changent pas, je remettrai mon mandat dans les mains du Président de la République. ». Précisons que personne n’imaginait que cet attelage baroque allait durer plus d’un an, qui plus est dirigé par un novice en politique.

Dès le lendemain, 4 juin 2019, les deux partenaires dissipés de la coalition gouvernementale, ont fait amende honorable. Matteo Salvini : « Nous irons tous de l’avant si nous tenons parole, nous n’avons pas de temps à perdre. ». Luigi Di Maio : « Allons de l’avant avec loyauté et cohésion, nous n’avons pas d’autre alternative. ».

Malgré cette forte popularité de Matteo Salvini, la situation économique et financière de l’Italie est catastrophique depuis un an : chute de la croissance, et augmentation forte de la dette publique, au point que la Commission Européenne est sur le point de lancer une procédure de sanction pour déficit excessif contre l’un des pays industriels les plus importants de la zone euro (avec l’Allemagne et la France).

Matteo Salvini s’en moque un peu, il est convaincu que son heure est pour bientôt…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 juin 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Salvini, le double Mitterrand italien ?
Les élections européennes du 26 mai 2019.
Léonard de Vinci.
Giulio Andreotti.
Ennio Morricone.
Les Accords de Munich.
Une collusion tacite des secours humanitaires avec les passeurs criminels ?
Le radeau Aquarius.
Sueurs froides à l’italienne.
L’Italie en pleine dérive ?
Élections législatives italiennes du 4 mars 2018.
Luciano Pavarotti.
Lino Ventura.
Concini.
Antonio Tajani.
Carlo Ciampi.
Silvio Berlusconi.
Umberto Eco.
Virginia Raggi.
La révolution institutionnelle italienne.
Renzusconi franchit le Rubicon.
Enrico Letta, un nouveau visage en Europe.
Habemus Lettam (29 avril 2013).
Discours d’Enrico Letta du 26 octobre 2013 à Paris.
Giorgio Napolitano.
Le compromis historique.
Aldo Moro.
Erasmus.
L’Europe, c’est la paix.
L’Europe des Vingt-huit.
Mario Draghi.
Tournant historique pour l’euro.

_yartiItalie2019D01


Moyenne des avis sur cet article :  1.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • izarn izarn 15 juin 12:23

    Une étape est franchie en Italie, les anciens pouvoirs sont morts...

    Le déficit, peu importe, sauf que c’est la BCE qui tient le porte monnaie de la dette.

    Un jour il y aura conflit, et sortie de l’euro.

    La récession en Italie ? Mais s’il n’y avait pas eu récession, jamais la Ligue+M5S n’auraient tété élu ! Allons donc ! Ils n’en sont pas à l’origine, mais les gouvernements précédents le sont ! (Ainsi que les Gopé de l’UE-Euro)

    La récession aux USA ? (Au lieu du mensonge « tout va bien ». Voir Delamarche) Mais s’il n’y avait pas eu paupérisation généralisée des classes moyennes, jamais Trump n’aurait été élu !

    Allons donc !

    Marine Le Pen en tête ? Mais si Macron avait été efficace, cela n’aurait pas eu lieu.

    Allons donc !

    Salvini en défaut sur la dette ?

    Non, il sortira de l’UE si la BCE et Moscovichy bougent trop.

    Payer une amende ? smiley

    Salvini bloquera sa participation à l’UE....

    En fait le problème, il n’est pas italien, le problème c’est l’UE !

    Le RN derrière Salvini ? Oui logique, lui il a fait 31% pas 21%, OK ?

    Il suffit de regarder « Le Media » pour voir la mentalité déplorable de la « gauche » en France :

    Pauvres crétins !

    Entre parenthése, il y a autant de députés RN que ceux de Macron à Strasbourg.

    Ce qui fait que la macronie doit absorber LR pour avoir la parole au nom de la France...Ce qui est contradictoire avec les conceptions européennes.

    De toute façon, les traités deviennent de plus en plus has been...De plus en plus inapplicables. Déjà la BCE a contrevenu à sa loi avec les QE et les rachats de dettes d’état...Déjà l’euro c’est n’importe quoi. Ils n’obéissent plus à rien, c’est open bar dans le délire « crédit illimité »...Aux banques, bien sur !

    L’UE s’auto détruit elle même. Ensuite il faudra détruire l’OTAN, autre paire de manches. C’est à dire qu’il faudra exclure les pays de l’Est atlantistes et anti-russe en diable. Bref sortir de cette UE devenue complétement débile et incontrolable.

    RN, La Ligue, FPO, et FdA, me semble un bon départ, ils sont tous trés récalcitrant vis à vis de l’OTAN. De plus l’Autriche est neutre....

    Donc on va probablement revenir à une Europe de l’ouest, neutre entre USA et Russie, et un glacis de l’Est bouffé par les ricains....Avec des ogives nucléaires russes pointées sur leurs gueules...C’est atavique : Ils aiment ça !

    « Auprès de ma bombe, il fait bon, fait bon » (Chanson polonaise...Hips !)

    80% des forces armées de l’UE se trouvent justement en France, en Allemagne et en Italie...Donc il serait judicieux de revenir à une indépendance stratégique, en mettant dehors les bases américaines d’Italie et d’Allemagne. Totalement inutiles.

    Vaste programme !

    Quand à Trump et son « America great again » : Qu’il aille se faire mettre chez les grecs...

    Je vais acheter un Huawei ! Il y a surement des super promos en ce moment !

     smiley

    Et puis la NSA arretera de m’espionner sur l’iPhone

     smiley


    • julius 1ER 17 juin 09:16

      Salvini en défaut sur la dette ?

      Non, il sortira de l’UE si la BCE et Moscovichy bougent trop.

      @izarn
      là à mon avis il te manque des bobines Izarn !!!
      sortir de l’UE, et pour aller où ???? 
      faire une bilatérale avec Trump mais avec quel poids, ????
      c’est drôle les gens qui, parlent d’économie sans jamais parler de rapports de force, on va parodier la maxime de Staline .. l’Italie, combien de divisions ????
      on revient à une spirale impérialiste et dans une guerre impérialiste c’est la Force qui fait la LOI c’est pourquoi tous ces guignols les Farage, Johnson, Salvini et on peut ajouter les Le pen vont tous à Washington se faire adouber par Trump mais quel poids ont-ils à l’échelle d’un pays ???
      eh bien aucun !!!!!
      ils iront plaider leur cause, comme les bourgeois de Calais au 13ie siècle cad pieds nus avec une corde au cou et les yankees leur feront bouffer leur propre merde (au propre comme au figuré ) et çà ce sont les réalités qu’il faut rappeler à ceux qui se sont un peu trop égarés dans le virtuel !!!!!!!!!!!!!!
      les yankees comme les autres veulent juste détruire l’UE afin de faire avaliser toutes leurs normes et traités en clair totalement vassaliser l’Europe et ces pseudo-nationaleux sont juste leurs agents troubles qui participent à ces objectifs ... mais çà c’est de la Géo-stratégie ce dont on ne parle pas sur ce site .. chuuuuuut !!!!


    • Cadoudal Cadoudal 15 juin 14:46

      Rakoto, faut actualiser ton papier.

      La résistance du PD...lol...


      « Extraordinaire victoire de la Ligue au second tour ! Nous avons élu des maires là où la gauche régnait depuis 70 ans !  » Ce dimanche 9 juin, le leader le la Ligue, Matteo Salvini, ne cachait pas sa satisfaction au vu des résultats des élections municipales partielles.

      Les bureaux de vote italiens fermaient ce dimanche 9 juin à 23 heures et envoyaient les résultats des élections municipales qui renouvellent les maires des communes votant cette année. Ceux-ci sont élus au scrutin majoritaire uninominal à deux tours. C’est une grande victoire pour le centre-droit qui, en ne comptant que les communes de plus de 15 000 habitants, gagne 36 villes ce qui lui fait un total de 75 villes alors que le Partito democratico en perd 40 ce qui lui laisse 109 villes

      https://www.breizh-info.com/2019/06/12/121150/italie-es-elections-municipales-font-encore-monter-la-ligue


      • Prudence 15 juin 18:06

        Vive l’Italie.

        Son principe de demander aux gouvernants de déclarer sur l’honneur qu’ils n’appartiennent pas à la franc-maçonnerie est la clé de notre avenir, la clé de notre liberté retrouvée.

        Il faut voir ce pauvre Mélenchon, soumis comme pas deux, à quatre pattes devant la franc-maçonnerie, puisque, lui ayant appartenu, il ne la dénonce pas comme étant derrière l’actuel désordre mondial.

        Allez, Mélenchon, encore un peu plus de soumission. Tu es déjà à quatre pattes, rampe maintenant.

        Mélenchon, celui qui crie, qui se révolte, sauf contre une chose à laquelle il est parfaitement soumis en secret.

        Si même l’extrême gauche est à plat-ventre, c’est que seule l’Italie détient les clés. A nous de le comprendre et de voter pour le parti qui osera peut-être, à de futures présidentielles, se présenter ainsi.


        • V_Parlier V_Parlier 15 juin 21:38

          Je cite : « j’avais imaginé une alliance entre lui (centre gauche) et le M5S dans un programme social et européen »... Mpfff... Le truc qu’on prétend refaire tous les 5 ans en France ? Ce machin qui n’existe pas ?


          • julius 1ER 17 juin 08:50

            C’est drôle que l’on accorde encore du crédit à ces gens -là !!!!!

            en plus d’être de vrais démagos, ce sont de vrais guignols, on peut dire qu’au niveau de la gestuelle ils ont repris les tics et poncifs de leur prédécesseur Bénito...

            qui était aussi grotesque que caricatural et sa République de Salo en était une belle illustration ....

            déjà nommer République... un Etat fasciste qui n’ a aucune once de Démocratie c’est du lourd mais ce qui est toujours intéressant avec ces gens-là c’est que l’on relève des oxymores toutes les 2 lignes ..

            le dernier en date, c’est celui d’une autre Europe, des nationalistes qui veulent mettre en place une autre Europe déjà on a affaire à un concept antinomique, par essence le retour aux frontières c’est l’inverse de l’ouverture aux autres ...

            mais le plus pathétique dans l’histoire en cela Salvini rejoint les Farage et Johnson ... ils se dépêchent d’aller à Washington pour se faire adouber par Trump... là on n’est plus dans la caricature mais on est dans duplicité et le mensonge d’Etat !!!!

            ce ne sont même pas des apprentis ou pseudos dictateurs ces guignols de l’extrème -droite mais en plus ils vont sucer Trump car ils savent que leur aventure se terminera aussi mal que celle de la République de Salo si jamais ils sortent de l’UE et ces marionnettes de pacotille vont maintenant monnayer au prix (qu’ils espèrent fort ) leur présence où non dans l’UE, chantage et duplicité sont aussi à ajouter à leur passif !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès