• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Sarkozy ne séduit que 12% des inscrits

Sarkozy ne séduit que 12% des inscrits

Quel succès ?

"Tout indique le très bon résultat de la majorité présidentielle. C’est la première fois depuis 1984 qu’un parti de la majorité présidentielle arrive en tête à des élections européennes, se réjouit le Premier ministre François Fillon. Ce succès, c’est d’abord la reconnaissance du travail accompli par la présidence française sous l’autorité du président de la République", juge-t-il. 
 
"Pour notre famille politique, c’est un succès. c’est la première fois depuis 1979 que notre famille politique arrive en tête, le paraphrase Rachida Dati, numéro 2 de la liste UMP en Île de France. C’est le succès aussi du président de la République".
 
Dans la famille des perroquets, on demande le porte-parle du gouvernement, Luc Chatel : "C’est la première fois depuis trente ans que les Français placent la majorité présidentielle en tête dans des élections européennes. Contrairement à ce qui a été évoqué pendant toute la campagne, il n’y a pas eu de vote sanction. Le référendum anti-Sarkozy a échoué. Ce résultat nous engage à changer d’Europe et nous donne davantage de responsabilité face à la crise que nous traversons. Il traduit aussi, pour les Français, la reconnaissance du travail effectué par le gouvernement." Il fallait avoir le triomphe modeste, paraît-il, instruction donnée directement par l’Élysée. Au fait, que dit exactement le communiqué de la présidence de la République elle-même ? "La majorité présidentielle a remporté hier un succès. Les Français ont marqué leur reconnaissance pour le travail accompli pendant la présidence française de l’Union européenne et leur soutien aux efforts engagés par le gouvernement pour sortir d’une crise mondiale sans précédent. Mais le président de la République sait les attentes des Français. Ce succès aux élections européennes commande d’aller plus loin. L’Europe doit changer. Les réformes doivent continuer. Le président de la République prendra dans les jours qui viennent des initiatives ouvrant de nouveaux chantiers".
rk
 
La palme du pire triomphalisme revient au ministre des relations avec le parlement, Roger Karoutchi : "Les Français ont renouvelé leur confiance à Nicolas Sarkozy et au gouvernement. (...) Au final, les Français plébiscitent la politique de réforme de Nicolas Sarkozy et de François Fillon et la vision que le chef de l’Etat a porté lors de sa présidence de l’Union européenne en 2008".

Bon. L’UMP a obtenu le score de 28% et arrive en tête. Ses représentants se réjouissent donc unanimement de ce succès et s’engagent à persévérer. Mais dans quelle voie au juste ? Pour que l’Europe change, affirment-ils, la main sur le cœur. À savoir qu’elle soit plus tamponprotectrice, moins libérale. Et comment entendent-ils réussir ce prodige, interdit par le traité de Lisbonne que leur chef a fait passer en fourbe, camouflant sous un fatras illisible une resucée du Traité constitutionnel européen rejeté par le référendum de 2005 ? Comment faire une Europe moins libérale alors que ce texte grave dans le marbre la concurrence libre et non faussée, l’obligation de l’unanimité pour toute harmonisation fiscale - avec nécessairement le vote pour du Luxembourg par exemple ! -, la liberté de circulation des capitaux ? "L’Europe doit changer. Les réformes doivent continuer", ne craint pas de dire Sarkozy, affirmant le contraire dans la deuxième phrase que ce que signifie la première. Parce qu’en quoi consistent donc ces fameuses "réformes" qui doivent continuer ? En la dérégulation, la diminution de la dépense publique, le démantèlement du droit du travail, la politique des cadeaux aux riches : c’est ça, faire changer l’Europe pour qu’elle soit plus protectrice ? Les Français sont-ils donc si abrutis qu’ils puissent croire un discours aussi absurde et hypocrite, au point d’accorder leurs suffrages au parti qui cumule tous les mensonges, comme son secrétaire général Xavier Bertrand l’a pleinement illustré lors du débat de France 2 juste avant le vote ?

bandeauMais au fait, en se vantant de sa victoire avec 28% des voix, l’UMP (avec ses satellites du Nouveau centre) omet un léger détail : elle était la seule formation à soutenir le Pouvoir. Combien réalisent donc alors ses opposants ? C’est la réflexion menée par Jean-Luc Parodi, du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof), interviewé par 20 minutes, qui s’étonne de "la manière dont l’UMP a gagné la bataille de l’interprétation des résultats. Il est vrai que le parti de la majorité envoie le plus d’élus au Parlement (30). Mais en termes de suffrages, la gauche, toutes familles confondues, fait mieux que la droite. Tout comme l’anti-sarkozysme (la gauche, le MoDem et dans une certaine mesure le FN), qui totalise près de 60% quand le parti du Président ne recueille que 28% des suffrages. Un chiffre assez proche, d’ailleurs, de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy. Cette élection n’est pas un succès pour le Président."

60Elle l’est d’autant moins que ce scrutin est caractérisé par une abstention historique de 60% ! Si bien que lorsque Karoutchi ose affirmer que "les Français plébiscitent la politique de réforme de Nicolas Sarkozy et de François Fillon", il ne parle en fait que de 28% des 40% qui sont allés voter. Le Pouvoir n’a donc finalement séduit que 12% des inscrits. Quel indéniable succès !


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • CastoR 9 juin 2009 12:02

    Et que dire alors des autres formations ?

     smiley


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 13:12

      Par définition, aucune n’a mobilisé vraiment l’électeur en sa faveur !


    • CastoR 9 juin 2009 15:05

      Par définition, c’est l’europe qui est perdante !

      Seuls 40 % ont voulu se mobiliser pour ce scrutin.
      Et comme 28 % de ces courageux-optimistes ont voté UMP, oui, c’est une victoire pour cette formation.

      Mais bien entendu, vous préférez mettre dans les intentions des non-votants une volonté qu’ils n’ont pas tous eue.


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:17

      Il n’y a pas de vainqueur.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:09

      @ Leon : Sont allés voter pour que rien ne change, d’abord une fraction de ceux qui ont leur idée faite et ne voient même pas que tout a déjà changé : la clientèle UMP vieillissante. Sont allés voter pour les changement, sans trop réfléchir à ce que devrait être VRAIMENT ce changement, les écolos utopiques et nostalgiques confondus. Les autre sont resté chez eux. 


      D’abord les gauchistes, qui ont vu que la gauche n’était pas une et n’avait pas de programmes, faisant le constat qu’elle ne gagnerait pas et que même ses idées n’avait l’inédit qui mérite une lecture attentive. 

      Ensuite, et c’est le plus grave, tous ceux qui ne croient plus que ce qu’ils pensent puisse infléchir le cours des choses. À ce titre, comment mieux exacerber la désaffection envers notre mode de gouvernance, que par ces élections à l’assemblée impuissante d’un ensemble auquel on a voté majoritairement de ne pas appartenir ?

      Il faut définir un nouveau paradigme - en espérant qu’il soit de gauche, mais rien n’est certain - puis mettre en place une vraie démocratie ou ne plus en parler pour un temps...



      Pierre JC Allard




    • snoopy86 9 juin 2009 19:09

      En 2007 les moins de 25 ans avaient voté à 42 % pour sarko, et les 25-34 ans à 57 % pour le même sarko

      Je vous concéde néanmoins que :

      « si on n’est pas socialiste à 20 ans c’est que l’on n’a pas de coeur, si on l’est encore à 40 c’est que l’on n’a pas de tête »
       Winston Churchill 


    • stephanemot stephanemot 10 juin 2009 02:19

      Moi ce qui me frappe, c’est la relative stabilite d’une election sur l’autre si l’on considere les 2 principaux partis.

      Je me suis amuse a comptabiliser les votes UMP et PS en 2004 et 2009 :
      UMP 2004-2009 : de 2.856.368 a 4.798.921
      PS 2004-2009 : de 4.960.756 a 2.837.674
      UMP+PS 2004-2009 : de 7.817.124 a 7.636.595

      Bien sur, il y a une baisse de 2.31% alors que le nombre d’inscrits explosait (+6.65% - Inscrits 2004-2009 : de 41.518.595 a 44.282.679), mais on sait que cette explosion bien au-dela de la croissance demographique est liee au formidable effort de mobilisation pour 2007 en reaction a 2002.

      L’UMP a su limiter la casse depuis 2007 pendant que le PS s’effondrait. Et l’effondrement du PS a d’ailleurs renforce l’UMP : au moins, avec Sarko les electeurs savaient a quoi s’attendre. Du Sarko.

      Le nombre de votants a progresse (de 17.752.603 en 2004 a 18.000.454 en 2009), et les ecolos ont logiquement recupere ceux qui cherchaient un programme alternatif mais coherent et serieux.

      Le PS doit reellement tourner la page de 2005 : 
      http://blogules.blogspot.com/2008/11/dmocratie-et-conservatisme.html


    • Lucrezia 10 juin 2009 07:17

      Exact, l’UMP n’a que des « VIEUX » et surtout que des TRES TRES RICHES électeurs, soit 12% des inscrits !


    • Shaytan666 Shaytan666 10 juin 2009 08:28

      Une seule solution pour faire barrage à Sarkozy, revenons au vote censitaire mais à l’envers, ceux qui gagnent plus de 1200€/mois sont automatiquement exclus du scrutin et tant qu’on y est réservons le vote aux personnes entre 18 et 50 ans.
      Un article et plus de 100 commentaires pour essayer de nous faire croire que ce n’est pas l’UMP qui a fait le maximum de voix aux élections ;


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:29

      @ Shaytan : je n’ai jamais dit ça. Vous êtes de mauvaise foi ou vous ne savez pas lire. Ou les deux.


    • morice morice 9 juin 2009 12:43

      excellent chiffrage : il plait à 1/10 eme de la population ? A mon avis, ce ne doit pas être aux plus pauvres...


      • Bois-Guisbert 9 juin 2009 18:52

        il plait à 1/10 eme de la population ? A mon avis, ce ne doit pas être aux plus pauvres...

        Quant au Parti socialiste, il plaît lui, à 1/15e de la population. A mon avis, ce ne doit pas être aux plus riches.

        Encore qu’avec les snobinards du XVIe qui carburent au beluga, au Krug millésimé et à « La Jeune Garde »*, il faille s’attendre à tout...

        *
        C’est la lutte finale qui commence,
        C’est la revanch’ de tous les meurt de faim
        C’est la révolution qui s’avance,
        Et qui sera victorieuse demain.  smiley smiley


      • morice morice 9 juin 2009 12:45

        Karoutchi va être viré, il sort un dernier coup de brosse à cirage, au cas où.. comme Rachida d’ailleurs.. le brossage, un moyen de garder son poste, c’est bien connu... au fait cette notation des ministres, ça en est où ? Ils ont perdu le carnet de notes ou quoi ?? ou la page est trop petite pour mettre des chiffres négatifs ?


        • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 12:59

          La Liste Antisioniste n’avait pas comme particularité d’être religieuse ou communautariste, mais d’être le symbole d’une solidarité nationale, voire transnationale, du bien contre les forces du mal.

          Ses membres n’étaient pas partis aux élections comme étant des individus défendant chacun ses particularismes propres, mais plutôt comme citoyens français témoins d’une injustice, voulant exprimer leur fronde et leur opposition contre la main mise du sionisme sur les arcanes politiques, médiatiques, économiques et juridiques de la nation française, et sur des pays et des populations bien au-delà.

          C’est un fabuleux syncrétisme qui vient désormais de naître.

          Un syncrétisme qui n’a nullement peur ni du sionisme ni des sionistes qui veulent faire plier la nation devant les forces du mal. C’est un front d’opposition, de résistance et de libération

          C’est un syncrétisme qui n’est pas voué en premier lieux aux palestiniens, mais au français, à l’européen, et à tous les citoyens du monde au delà.

          Un syncrétisme qui veut prouver que ces véreux de politiciens politicards ne représentent qu’eux-mêmes et pas les nations auxquelles ils ont spolié les richesses, la liberté et la parole.

          Le sionisme est nu. Et il est vraiment très moche.

          Le sionisme est une idéologie raciste et racialiste, basée sur la spoliation, la dénégation, le mensonge, l’usurpation, le chantage et l’attaque des intégrités humaines de base.

          Le sionisme sévissant en France et en Occident est certes différent de celui sévissant en Palestine.

          Certes, il n’occupe pas une terre, ni ne fait des veuves et des orphelins. Le contraste est largement différent, mais l’idéologie maléfique reste la même.

          Les consciences publiques sont spoliées par des médias qui ont été kidnappés par des mercenaires de la guerre. Les philosophes sont devenus des filousophes passés maîtres dans l’art de la guerre psychologique, nous susurrant à une oreille l’inéluctabalité d’une guerre civilisationnelle que leurs faucons cherchent eux-mêmes à fomenter, et dans la seconde oreille l’impératif d’accepter un Nouvel Ordre Mondial ; un ordre de désordre auquel les civilisations feraient mieux de s’aliéner ; un ordre de désordre où il fera beau de brader les forces et richesses des civilisations, pour les dissoudre et les concentrer entrer les mains du lobby internationaliste bancaire et politicard ; un ordre de désordre où l’armée ne protège plus son citoyen, mais devient un mercenaire semant la désolation sur terre au profit des marchands du temple. La force de travail est bradée aux multinationales. La monnaie est uniformisée désormais sans aucun soucis de l’ex-légendaire rationalité économique, afin que le voleur puisse sautiller d’une nation à une autre sans se soucier de frontières, et vampiriser chaque nation sans se soucier non plus de taux de change, puisqu’il souhaite faire de la planète son tiroir de caisse. Et à toute la presse de ces mêmes banquiers armuriers de nous jouer en chœur les louanges de la servilité et de l’asservissement.

          Il n’y a que des drogués pour ne pas oser voir la réalité en face, et que des fourbes pour oser leur faire croire que les vrais éveillés ce sont eux les drogués.

          Aujourd’hui il n’y a pas qu’une Palestine, mais des Palestines, et il est temps de toutes les libérer, car l’antisionisme est un et indivisible, tout comme le sionisme.

          Comme le Comte de Monté Christo, jamais nous n’abdiquerons.

          La quenelle c’est l’Europe qui l’a eue, avec la montée de la droite déclomplexée.

          Les marchands du temple sont fous de joie. Ils pourront continuer à faire leurs petits business.

          Aujourd’hui ils fêtent devant la porte de Ponce Pilate la libération du criminel Barrabas.

          Mais viendra un jour celui qui renversera à nouveau toutes leurs étales.

          La Chevalerie Antisioniste reviendra.

          Vive La France Libre


          • RilaX RilaX 9 juin 2009 14:22

            J’adore votre expression « les forces du mal ».
            Je suppose, que par définition, les forces du mal sont constitués des méchants et par extension le parti anti-sionniste qui les combats sont donc les gentils.

            Et les bisounours, eux, ils sont dans quel camp ?


          • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 15:22

            Rilax,

            Je vous conseille de débrancher votre décodeur, mon texte fut plus que clair.

            Quant aux bisounours, quand vous dormirez vous pourrez les interviewer. Je ne suis pas là pour rentrer dans votre intimité.


          • le-Joker le-joker 9 juin 2009 15:34

            Débranche avec ton coran Paradisial, ça ne prend pas en France.
            Le PAS est symbolique du racisme contenu dans le coran on comprend pourquoi tu t’y vautres allègrement.


          • kall kall 9 juin 2009 15:36

            J’suis paumé, moi !

            Je croyais que « les forces du mal » c’était les terroristes Islamiques (cf G. W. Bush)

            Mettez-vous d’accord !


          • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 15:54

            Au Triste Jocker,

            « Le PAS est symbolique du racisme contenu dans le coran on comprend pourquoi tu t’y vautres allègrement. »

            Propos faciles à dire, impossibles à prouver, tout l’art de la mauvaise translation.

            Allo, tata Caroline Fourset, vous devriez ouvrir une école des translateurs. Le marché est très porteur.


          • mrdawson 9 juin 2009 19:23

            « Lorsque l’on n’a qu’un marteau on a tendance à voir tous les problèmes comme des clous »


          • Vinrouge 9 juin 2009 14:04


            Quand comprendrez vous enfin que les gens ne vont pas voter quand seules de telles nullités tiennent lieu de message ?
            Quand comprendrez vous que ce type d’opposition idiote, digne de la cour d’école ne sert que ceux qui racontent quelque chose, aussi détestable que ce soit ?
            Quand comprendrez vous qu’il est inutile de critiquer ainsi quand c’est pour mieux masquer le vide intersidéral de votre pensée ?
            J’ai bien peur que vous ne comprendrez que trop tard, que votre participation infantile au « débat » public ne fasse que le jeu de la médiocrité dans laquelle somme toute, et je le comprends, vous vous sentez si bien !


            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:16

              J’imagine que c’est à moi que s’adresse votre message confus. "Quand comprendrez vous que ce type d’opposition idiote, digne de la cour d’école ne sert que ceux qui racontent quelque chose, aussi détestable que ce soit ?« De quelle opposition parlez-vous ? »Quand comprendrez vous qu’il est inutile de critiquer ainsi quand c’est pour mieux masquer le vide intersidéral de votre pensée ?« Je ne sais pas si votre pensée à vous est emplie d’un vide intersidéral, mais vous n’avez pas compris mon texte : preuves chiffrées à l’appui, un chercheur du Cevipof affirme que cette élection n’est pas une victoire pour Sarkozy. Or tous les médias disent l’inverse. Donc je rectifie et remets les fier-à-bras de l’UMP à leur place. Parce qu’affirmer qu’il s’agit pour eux d’un succès est faux, tout simplement ! »J’ai bien peur que vous ne comprendrez que trop tard, que votre participation infantile au « débat » public ne fasse que le jeu de la médiocrité dans laquelle somme toute, et je le comprends, vous vous sentez si bien !" Justement, quand le débat public fait résonner la grosse caisse de la propagande du Pouvoir, il est citoyen de le dénoncer. Et vos invectives n’y changent rien.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:40

              @ Olivier Bonnet : 


              N’est-il pas évident que le peuple ne se reconnaît plus dans la démocratie que nous avons et ne se donne même plus la peine de censurer le pouvoir, convaincu qu’aucune des alternatives proposées ne ferait mieux ? Nous sommes dans la phase de désengagement qui précède les fin de régime. Corruption en haut, assistanat en bas, cynisme partout. Du pain et des jeux. Qui aujourd’hui, s’il le pouvait pouvait, ne vendrait pas son vote pour 1 000 euros ? A défaut des Gracques - je parle des originaux - vivement Caesar !



              Pierre JC Allard

            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:16

              D’accord avec vous pour le début de votre commentaire mais je n’aime pas du tout votre « assistanat en bas » : dénoncer l’assistanat est une spécialité de la droite libérale et revient à laisser crever les gens. Ce n’est pas ma conception d’une société humaine.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 18:31


              La droite libérale dénonce la correction qu’impose la justice distributive à une structure inepte de répartition du travail et du revenu ; c’est la structure que je dénonce. L’assistanat est un palliatif, mais il n’est pas un bien en soi.
               
              Le « pain et les jeux », qu’on donnait au légionnaire retour du front, était l’expression d’une société qui, les esclaves produisant assez pour les riches, ne se préoccupait pas de mettre à profit la capacité productive de l’oisif qui n’aurait produit que pour lui-même... Il suffisait de le tenir tranquille. 

              Nous avons un parallèle avec la situation actuelle où, les Chinois et les machines suffisant à satisfaire les besoins de la classe bourgeoise, on néglige de mettre au travail le quart environ des travailleurs dont l’apport permettrait d’enrichir justement les classes moins favorisées. On se contente de leur donner le revenu d’assistanat nécessaire pour maintenir la demande effective.  Nous sommes dans une société moribonde

              Je vous invite à lire l’article en lien et les trois suivants


              Pierre JC Allard



            • le-Joker le-joker 9 juin 2009 14:18

              C’est amusant quand on perd le pourcentage est sur les inscrits quand on gagne il est sur le votants.....


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:23

                La question est : s’agit-il d’un succès pour Sarkozy, comme tous les médias le disent ? Quelle est votre réponse ?


              • Lapa Lapa 9 juin 2009 14:57

                la réponse est oui évidemment.
                il s’agit d’un succès pour Sarkozy :
                Bayrou OUT
                Aubry contestée (retour de Royal)
                et le sous marin DCB en guest star pour foutre la merde.
                OUI incontestablement c’est une succès pour Sarkozy. C’est la crise, les manifs, la grogne... a entendre ce site c’est bientôt la révolution et le parti au pouvoir reste (de très loin) la plus grosse force politique du pays. Vous appelez ça une défaite ??

                Le OUF de soulagement qu’il ont du pousser ! 28% dans cette situation, imaginez le jour où sa côte va remonter !!!


              • CastoR 9 juin 2009 15:00

                Il me semble que les français ont asséné massivement leur désintérêt pour le scrutin européen.

                Presque aucune formation ne leur a expliqué en quoi voter pourrait changer leur vie.
                Quand on voit le spectacle pitoyable auquel se sont livrés certains de nos politiques, ce n’est d’ailleurs pas surprenant.

                Le chiffre de l’abstention est à prendre avec des pincettes et il me paraît abusif de n’en faire qu’un chiffre montrant le désaveu de la politique gouvernementale : la vérité est que beaucoup n’ont pas perçu l’enjeu et n’ont pas voulu sacrifier quelque occupation dominicale, bien que convaincus politiquement.

                Cette défaite de l’abstention est la défaite de tous les partis et non celle d’un seul.
                Seuls les mauvais perdants voudront y mettre des interprétations qui les arrangent.


              • le-Joker le-joker 9 juin 2009 15:38

                Si cela peut vous faire plaisir Olivier Bonnet je suis près à vous dire ce que vous avez envie d’entendre.
                Si ce n’est pas un succès pour l’UMP et une victoire pour l’écologie c’est avec certitude la déconfiture du reste des autres partis du PS au Front de Gauche.
                Ça vous convient comme réponse ?


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 16:01

                @ Lapa : La plus belle des victoires sera quand plus personne du tout ne votera !


              • CastoR 9 juin 2009 16:07

                Olivier Bonnet,

                la plus belle victoire de la démocratie n’est pas dans le fait que tous les citoyens se reconnaissent dans un seul homme mais dans celui que tous les citoyens reconnaissent celui qui a été élu démocratiquement.


              • Marianne Marianne 9 juin 2009 19:45

                Texte de la Révolution n°9 : 

                « Riches et égoïstes,
                vous n’arrêterez pas plus le cours de la raison humaine, que celui du soleil ».

                Maximilien Robespierre
                (2 décembre 1792)

                http://www.prs12.com/spip.php?article974


              • Stéphane Bouleaux 9 juin 2009 14:19

                En effet , l’« ecrasante victoire » ressemble plus à un petard mouillé.

                12 % des votants, c’est la honte. C’est loin d’etre un consensus national.
                Les autres ne sont pas mieux lotis.

                Vous remarquerez d’ailleurs qu’aucun media ne cherche à comprendre l’abstention...
                On suit les ordres !


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:52

                  @ S.B et tous ceux qui se plaignent des chiffres L’abstention est l’affirmation de la docilité et les peuples dociles font les gouvernements heureux. Pourquoi Sarko devrait-il sauter haut quand la barre est basse ? Si vous étiez insatisfaits, ça se saurait..


                  Pierre JC Allard


                • Julius Julius 9 juin 2009 14:22

                  L’affirmation selon laquelle l’UMP est soutenu par seulement 12% des électeurs, cette affirmation est fausse. Cette affirmation suppose que tous les abstentionnistes vote contre l’UMP. Ce qui n’est certainement pas vrai. Parce que vous n’avez pas d’autres données, la seule valable d’estimation est que les abstentionnistes vote de la même manière que les électeurs actifs.


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:26

                    Il est impossible d’évaluer pour qui auraient voté les abstentionnistes s’ils s’étaient déplacés. Mais revendiquer un succès quand on réunit 12% des inscrits, c’est totalement hypocrite. C’est tout ce que je dis. C’est la démocratie et l’Europe les grands perdants dans l’affaire. Mais quand on voit ce qu’ils ont fait du vote Non au référendum de 2005, il y a de quoi se détourner des urnes. Même si, pour ma part, j’ai voté.


                  • Julius Julius 9 juin 2009 14:41

                    Dans l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a obtenu 31% au premier tour et 53% au deuxième tour. Aujourd’hui, 28% pour l’UMP ne sont pas si différents (dans la période de crise !). Cela permet d’estimer que l’UMP aurait eu environ 50% dans le vote pour/contre.

                    En tout cas, l’UMP a obtenu beaucoup plus que toute autre partie seul. UMP est capable d’obtenir environ 50% du total des voix. Ils n’ont pas besoin d’une coalition pour cela. Aucune autre partie n’est dans cette situation ! Toutes les autres parties doivent faire une coalition avec l’opposition destructrice (extrême gauche).


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:54

                    Ce n’est pas l’extrême gauche qui saccage le service public en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux, ce n’est pas elle qui s’attaque au droit du travail selon les intérêts du patronat, au détriment des travailleurs, ce n’est pas elle qui restreint les libertés publiques comme le dénoncent par exemple Amnesty International et la Ligue des droits de l’Homme, pas plus qu’elle ne s’adonne à la chasse aux étrangers. Destructrice, l’extrême gauche ? C’est surtout l’UMP qui l’est !


                  • Julius Julius 9 juin 2009 16:10

                    > Calculons autrement : quel est le pourcentage de votants favorables à Sarkozy ? 28%. Quel est le pourcentage de votants est opposée à Sarkozy ? 72% si on y inclut le modem, un peu plus de 60% si on ne l’inclut pas.

                    Mais non ! Ne pas voter ne signifie pas être antisarkozist.


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 16:14

                    Julius, relisez : il parle des votants ! 28 pour l’UMP, 72 pour d’autres. Et sur les 72, au moins 60% d’anti-sarkozistes. Sur les votants ! C’est du reste ce qu’explique le politologue Jean-Luc Parodi, cité dans l’article.


                  • geko 9 juin 2009 16:16

                    "L’affirmation selon laquelle l’UMP est soutenu par seulement 12% des électeurs, cette affirmation est fausse. Cette affirmation suppose que tous les abstentionnistes vote contre l’UMP."

                    L’UMP est soutenu par 12% des électeurs : Cette affirmation est vraie, 12% des électeurs ont voté UMP. L’abstention est constituée des votes blancs + votes nuls + abstention. Par définition n’ayant pas voté ou pour aucune des listes présentées, je trouve assez hilarant d’affecter à des non-votants des intentions de vote pour un parti quel qu’il soit ! Le prochain coup Julius viendra nous expliquer qu’on peut gagner au loto sans y jouer !

                    La seule valable estimation est de s’en tenir aux chiffres exprimés par les votants.

                    Mais bon, la bonne foi de Julius est orientée par sa continuelle paranoïa d’un communisme disparu !


                  • CastoR 9 juin 2009 16:20

                    Olivier Bonnet,

                    le type de scrutin ne permet pas de faire des raccourcis aussi vains.

                    Imaginez une élection présidentielle à un tour et vous aurez le même résultat.
                    Imaginez un scrutin à deux tours pour les européennes et vous aurez les deux partis les plus représentatifs en lice pour le 2nd tour, et un résultat bien plus significatif.

                    Lorsque vous avez autant de listes présentes, vous ne pouvez manifestement pas obtenir un résultat marqué.

                    Prétendre ce que vous dites est d’une mauvaise foi crasse.


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 16:25

                    @ Le castor : prétendre quoi ? Je fais juste les comptes. Une seule liste soutenait le Pouvoir, elle a fait 28% avec une abstention à 60%. Le camp des opposants à Sarkozy, bien que disparate, est infiniment plus majoritaire. Ce sont les faits. Après, je n’ai pas prétendu trouver l’alternative.


                  • CastoR 9 juin 2009 16:32

                    Le Bonnet,

                    vous ne faites pas que les comptes, vous les présentez d’une manière orientée.

                    Je vous dis, moi, que dans ce type de scrutin, où il s’agit non pas d’élire un homme mais d’envoyer des représentants s’occuper de l’europe, il est bon que plusieurs listes soient représentées, et donc plusieurs députés de bords différents élus.

                    La démocratie n’en est que mieux affirmée et il faut être vicieux pour voir dans ces résultats une défaite pour le Président.


                  • Surveyor SURVEYOR 9 juin 2009 18:48

                    C’est mathématique, c’est sur, on peut juste essayer de comprendre un tel degré d’abstention, je pencherais pour la thèse citée plus haut par Pierre JC Allard.


                  • saint_sebastien saint_sebastien 9 juin 2009 21:27

                    pour une fois je suis d’accords avec Julius lol
                    Oui , l’UMP a gagné parce qu’elle a mobilisé ses électeurs et éliminé Bayrou et le PS.
                    Non, etre abstentionniste ne signifie pas rejeter le pouvoir en place , mais plutot ne pas vouloir d’alternative...

                    Les gens comme moi qui veulent vraiment voir dégager activement sarko et ses potes vont voter pour n’importe quoi d’autre que l’UMP, mais vont voter !

                    `ceux qui ne votent pas dans mon esprit valident silencieusement la merde que fait le gvt actuel

                    Ils auront beau jeux d’aller dans la rue manifester alors qu’ils ne sont même pas capable de donner leur avis quand on le leur demande.

                    Pire je pense que je fait me faire une place à droite ,et me la jouer perso , vu que quand on essaie de se bouger les fesses en solidarité avec les couches populaires , elles vous le rendent bien en restant chez elles le jour du vote... et bien que tout ses gens se démerdent maintenant , jamais plus je ne me bougerai pour des gens qui ne sont pas capable de faire le minimum pour améliorer leur condition, on se dirige vers une société égoiste à l’américaine tout simplement ou les gens ne comprennent même plus à quoi cela sert de voter...


                  • CastoR 10 juin 2009 15:26

                    Léon,

                    oui, et alors ?!!!

                    J’ai beau retourner le problème, je ne crois pas que les électeurs français aient eu en tête les accords possibles que pourraient ou non former les acteurs qu’ils ont envoyés là-bas.

                    Ils ont voté selon leurs convictions et grand bien leur en fasse.

                    Maintenant, il me semble tout aussi évident que le nombre de députés de droite a quelque peu augmenté depuis la dernière élection, et comme le sujet de l’article est la supposée défaite de la droite française, j’aimerais que l’on m’explique autrement qu’en manipulant les chiffres ou en les présentant pour qu’ils reflètent une défaite !

                    Mon propos ne visait qu’à souligner que le scrutin à un tour, dans le but d’envoyer des députés au parlement européen ne peut évidemment pas, dans une configuration à 10 listes, voire plus, entraîner une majorité telle que dans un scrutin à deux tours où il s’agit d’envoyer un seul homme à l’Elysée.

                    Dès lors, présenter comme perdante une liste qui rassemble 28% de votants est quand même un peu fort de café !


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:13

                    "Non, etre abstentionniste ne signifie pas rejeter le pouvoir en place ,
                    mais plutot ne pas vouloir d’alternative... Les gens comme moi qui veulent vraiment voir dégager activement sarko et ses potes vont voter pour n’importe quoi d’autre que l’UMP, mais vont voter ! ceux qui ne votent pas dans mon esprit valident silencieusement la merde
                    que fait le gvt actuel« , estimez-vous. Tous les abstentionnistes ne résonnent pas comme ça, nous vous déplaise. Lisez plutôt :

                     »Pour répondre au second argument, celui des principes, je le jugerais bien plus fort si, par le passé, et à tant de reprises, les résultats des urnes n’avaient aussi souvent été bafoués par ceux que nos votes avaient désignés. Pour s’en tenir aux affaires européennes, combien de fois nous a-t-on promis-juré, croix de bois croix de fer, si je meurs…, que nous allions enfin aborder aux rivages riants de l’Europe sociale ? Que les « fondations » étant désormais solidement plantées, les « murs » dressés, on allait pouvoir poser le « toit » protecteur (d’autant plus aisément qu’une majorité de gouvernements européens étaient de gauche, à l’époque, et qu’on allait donc voir ce qu’on allait voir) ? Et que dire de ce référendum refusé par le peuple et refourgué aussitôt par des élus sans vergogne ? Alors, le caractère « sacré » du vote, voyez… C’est un argument auquel j’ai longtemps été sensible, que j’ai même dû employer à l’occasion ; désormais, je vous le laisse. Comme dit mon camarade Fontenelle : « Avoir Fait Admettre Au Peuple, Au Travailleur, Qu’Électeur Il Est Maître De Ses Destinées Est Peut-Être La Plus Grande Victoire Remportée Par La Bourgeoisie Sur La Classe Ouvrière » (oui, il est comme ça, une manie : il fourre des majuscules partout). Dit plus simplement : « Élections, piège à cons ! »

                    Quant à l’argument tactique – vous faites le jeu de bla-bla-bla –, je le tiens pour dérisoire, du moins pour cette élection qui nous occupe aujourd’hui (en d’autres occasions, faut voir ! Au coup par coup…).

                    Que le président Vroum-Vroum expédie quelques députés à sa botte de plus ou de moins dans ce Parlement croupion dont les maîtres de l’Europe se soucient comme d’une guigne, et qui – aurait-il de vrais pouvoirs – est de toute façon verrouillé par les libéraux de droite et de gauche copains comme cochons (j’ai toujours en mémoire cette image confondante d’une Élisabeth Guigou faisant estrade commune avec Valéry Giscard d’Estaing pour nous persuader de dire « oui » à Maastricht…) ; qu’on ait, pour siéger à Strasbourg (ou juste pour y pointer !), quelques bayrouistes, quelques solfériniens de plus ou de moins, vains dieux ! quelle importance ? « M’enfin, dites-vous (je vous entends d’ici…), et le Front de gauche, et le NPA ? C’est-y-pas des braves à trois poils ? Des vrais costauds de gauche, comme vous les aimez ? Ne méritaient-ils point votre suffrage ? » J’ai déjà dit – je persiste – que se serait présentée une « gauche de gauche » reconduisant la coalition gagnante de 2005 (le « non » au TCE), je me serais fait une douce violence : les divers boutiquiers n’ayant pas été fichus de s’unir – et la responsabilité est partagée, si j’ai bien compris –, pas question pour moi de donner quitus à l’un plutôt qu’à l’autre. Unis, on jouait d’un coup dans la cour des grands. À cause d’eux, on reste en maternelle." Bernard Langois dans Politis.


                  • Lapa Lapa 9 juin 2009 14:48

                    Comme d’habitude après chaque élection le camp des « perdants » vient atténuer sa douleur en faisant le calcul via le taux d’abstention. C’était vrai (et encore le cas) avec la victoire de Sarko à la présidentielle, c’est encore vrai maintenant et je suppose qu’au régionales on aura droit au même blabla (tiens on l’a pas eu la dernière fois car ce sont les copains qui ont gagné ?, pourtant leur représentativité matinée du taux de particpation doit être pas mal non plus aussi et le différentiel de voix sufisant pour donner 21 régins à la gauche, c’est représentatif peut être ??). Bon bref. Qu’il faille modérer la victoire de l’UMP, soit ; tout le monde en est conscient merci, pas besoin d’avoir fait scienc po ou une école de journalisme. Mais pour le reste vos interprétations suggèrent que tous ceux qui ont voté europe écologie sont de gauche et je peux vous dire que c’est très loin d’être le cas. Je rappelle aussi qu’europe écologie n’est pas un parti national à ce jour et qu’en plus d’être un regroupement de courants et de personnalités, il est reputé que les verts (qui feraient une gross composante de cette liste) sont généralement morcelés et désunis sur beaucoup de questions. Bref l’unité politique de la liste est loin d’être évident, n’anticipez pas sur celle de leurs électeurs !
                    Ensuite comme d’habitude on a le droit de faire croire que les abstentionnistes ne plébiscitent pas la liste majoritaire. Et pourtant c’est le cas. Quand on est sans opinion, on soumet aux autres les décisions et donc on accepte et on est en accord avec le résultat. Sinon il y avait toujours moyen de voter pour les 27 autres listes (on ne peut pas se plaindre du choix). De facto faire croire que l’abstentionniste est forcément anti sarkozy ou UMP est un racourci bidon et sans fondement.


                    • Lapa Lapa 9 juin 2009 14:52

                      et je rajouterai que si Sarkozy ne séduit que 12% des inscrits, alors que peut-on dire d’Aubry, Bayrou et Cohn Bendit.... ??

                      Vous voyez bien là qu’il ne s’agit pas d’un scrutin uninommal à deux tours.

                      faite une présidentielle à l’heure actuelle et voyez combien ferait sarkozy... je crois qu’il ya eu des sondages là dessus...

                       

                      ce qui ets inquiétant et dont personne ne parle c’est le renversement des scores prévisionnels depuis Janvier-Fevrier ou le PS était largement en tête...


                    • Emmanuel Aguéra LeManu 9 juin 2009 15:32

                      12% ?
                      Où ça 12% ?
                      inscrits : 44.535.000
                      exprimés : (33%) 14.776.713
                      UMP : (28% de 33%) = 4.137.480
                      Score réel UMP = 9,29%
                      Sarko et son gang appellent ça une victoire... Bizarre, moi aussi.

                      Un général, qui avait le sens du ridicule, a démissionné pour moins que ça, Nicolas !


                    • CastoR 9 juin 2009 16:26

                      La défaite n’en est que plus cuisante pour les autres !


                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:20

                      C’est pas si compliqué pourtant ! C’est la réflexion menée par Jean-Luc Parodi, du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof), interviewé par 20 minutes, qui s’étonne de "la manière dont l’UMP a gagné la bataille de l’interprétation des résultats. Il est vrai que le parti de la majorité envoie le plus d’élus au Parlement (30). Mais en termes de suffrages, la gauche, toutes familles confondues, fait mieux que la droite. Tout comme l’anti-sarkozysme (la gauche, le MoDem et dans une certaine mesure le FN), qui totalise près de 60% quand le parti du Président ne recueille que 28% des suffrages. Un chiffre assez proche, d’ailleurs, de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy. Cette élection n’est pas un succès pour le Président."


                    • Le chien qui danse 9 juin 2009 15:02

                      De plus ce n’est pas 12% mais plutôt 9.5 selon :

                      http://crise-europe.blog.lemonde.fr/2009/06/09/lump-a-95/

                      L’ump doit son score à la mobilisation de ses militants et droitistes de tous fronts, mais d’abord l’abstention n’est pas contre sarko et ses sbires mais contre l’europe qui est en place car rien n’a été proposé.

                      A mon avis l’ump fanfaronne car c’est bien naturel, mais dans le fond n’en mène pas large. Il n’arriveront pas non plus à remonter la pente, avec 600000 chômeur de plus prévus d’ici la fin de l’année.
                      C’est tout l’ensemble qui sent le cramé, c’est cela qu’auront cruement révélé ces élections.


                      • faxtronic faxtronic 9 juin 2009 15:23

                        n import quoi. Il a fait 28% des votants. Les abstentionnistes ne compte pas, ce sont des soit des gens incapables de choisir, ou bien des gens qui s en foutent. Et pourtant il y avait pas mal de partis de tous bords et toutes obediances. les abstentionnistes ne participent pas a la democratie.


                        • Emmanuel Aguéra LeManu 9 juin 2009 15:36

                          Bon calcul du chien, faxtronic doit s’acheter une calculette.
                          Ceci dit, un président soutenu par 8 ou 9 ou 12% de l’électorat et qui ne démissionne pas, prouve son attachement au pouvoir plus qu’à la démocratie. Mais on avait déjà un avis là-dessus...


                        • Lapa Lapa 9 juin 2009 16:01

                          pourquoi devrait-il démissionner ?
                          pour donner une chance à un autre guignol qui vous plaît et remporte encore moins de suffrage ?

                          vous prenez vos rêves pour des réalités hein...


                        • CastoR 9 juin 2009 16:28

                          LeManu,

                          vous avez raison, y’a qu’en dictature qu’on peut parler de démocratie, là au moins, les scores sont des scores d’hommes.


                        • faxtronic faxtronic 9 juin 2009 17:03

                          Un abstentionniste n a pas exprime son avis. Il n est pas un votant, mais un inscrit. Cela n a rien a voir. il faut avoir le courage d exprimer son avis. Perso j ai hesite entre Ecolo et Modem. J ai choisi Modem, sans grande conviction, mais bon j ai choisi. Mon pere a choisi front de gauche, ma mere NPA et mon frere Modem aussi. C est un choix perso. Chacun peut exprimer son avis, il y a choix.
                          Celui qui ne vote pas, n est pas un opposant, c est un passif. Il n a pas d avis. Donc je suis desole, mais Sarkozy a 28% des votants. Que 60% des inscrit n est pas vote pour X raisons, cela ne change rien. Mais il nont pas fait leurs devoir de citoyens, donc ce ne sont pas des citoyens.
                          Sarko a 28% des citoyens. barre


                        • Pierrot Pierrot 9 juin 2009 16:07

                          Je ne comrend rien à cet article ridicule.

                          Les abstentionistes ne comptent pour rien : mauvais citoyens, antidémocrates ou fainients ...
                          Le vote blanc ou nul est compté et permet de manifester un mécontentement, à ma connaissance, aucun parti de l’a préconisé. Pourquoi ?

                          Il est évident qu’en france l’UMP et les Verts sont les 2 gagnants ; le PS et le Modem sont les deux perdants.

                          D’après votre raisonnement stupide on pourrait aussi dire que les Verts n’ont recueilli que 6 % des électeurs potentiels contre 94 % d’opposants aux Verts !

                          Le NPA ou la gauche ont recueilli chacun 2 à 1,5 % des électeurs potentiels donc plus de 98 % d’opposants !
                          Ridicule !

                          Il faut simplement observer si le nombre d’élus au Parlement Européen est en hausse ou en baisse, le reste n’est que des bêtises pour analphabêtes.

                          Désolé.


                          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 16:11

                            Réfléchissez : quelle est la légitimité du système si personne ne vote ?


                          • Lapa Lapa 9 juin 2009 16:47

                            sauf que votre article ne tacle pas le système mais uniquement un seul parti (et qui plus est, celui qui a obtenu le plus de voix).
                            Vous essayez de vous rattraper aux branches mais vous êtes déjà par terre...


                          • faxtronic faxtronic 9 juin 2009 17:08

                            Cela ne veut rien dire la phrase « quelle est la legitimite des elections si personne ne vote ». Tout les inscrits ont le droit de vote. Et bien qu ils votent. En belgique c est obligatoire de voter. Les non-votants sont des passifs, ils n existent pas pas democratiquement parlant. Vote pour qui tu veux (lepen, Dieudo, CBD, Sarko, j en ai rien a faire), mais vote, ou ferme la.


                          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:12

                            Qui se gargarise de sa victoire, qui prétend que c’est un plébiscite ? L’UMP. Voilà pourquoi je la tackle. Quand l’abstention est à un niveau aussi haut - historique en l’occurrence -, on ne la ramène pas. C’est une crise profonde de la démocratie.


                          • CastoR 9 juin 2009 17:30

                            Au risque de me répéter, Monsieur Bonnet,

                            lorsque vous avez autant de listes présentes, il est en effet intéressant de constater que 28% des votants aura préféré la liste présidentielle à la quantité d’autres alternatives (voir mon post plus haut sur le type de scrutin) ;

                            Lorsqu’au surplus ce type d’élections est en général le gage d’une sanction électorale carabinée pour la majorité présidentielle ;

                            Lorsqu’enfin, sur fond de crise, certains avaient voulu présenter ce scrutin comme l’occasion, non de parler europe, mais de manifester un mécontentement à l’égard de la politique franco-française ;

                            Oui, c’est une victoire !

                            Vous tentez de manière malhabile (et malhonnête) de présenter les chiffres comme une sanction alors qu’en réalité, ceux qui ont pris une claque sont le MoDem et le PS.


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 18:50

                            Qui ne dit rien consent. Combien pris la peine d’aller dire NON ? Une minorité... Ce n’est pas le gouvernement qui est illégitime, c’est le système qui n’a pas la caution démocratique. Mais la volonté de le changer n’est pas là non plus et, en l’absence de cette volonté, les gestes pour le changer hors des cadres démocratiques du système lui même seraient aussi illégitimes... Qui tranchera le noeud gordien ?




                            Pierre JC Allard

                          • Pierrot Pierrot 10 juin 2009 09:49

                            A ma connaissance, personne ne conteste la validité de cette élection.

                            Simplement un grand reproche contre les abstentionnistes indifférents.

                            Bonne journée.


                          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 06:50

                            À quel propos interroger Reboul, cher Léon ?


                          • Reinette Reinette 9 juin 2009 16:53

                            monsieur 9,29%


                            « On ne peut pas cacher qu’il y a à l’Ump pas mal de déçus. Il y en a même qui ont mal au cul. Sarko devrait nommer un ministre de la vaseline, à condition de le choisir dans la majorité. » Pierre Lellouche


                            • Dzan 9 juin 2009 19:27

                              Mort de rire


                            • Emmanuel Aguéra LeManu 10 juin 2009 02:38

                              Et Reinette présente...
                              La grenouillère !


                            • Reinette Reinette 9 juin 2009 17:34



                              Elections régionales 

                              • Prochaine élection : mars 2010. 

                              • Durée du mandat : 6 ans (dernière élection : 21 et 28 mars 2004) 



                              Elections cantonales 

                              • Prochaine élection : mars 2011 (pour les cantons renouvelés les 21 et 28 mars 2004). 

                              • Durée du mandat : 6 ans (dernière élection : 9 mars et le 16 mars 2008) 



                              Elections présidentielles 

                              • Prochaine élection : 2012. 

                              • Durée du mandat : 5 ans (dernière élection : 22 avril et 6 mai 2007) 



                              Elections législatives 

                              • Prochaine élection : 2012. 

                              • Durée du mandat : 5 ans (dernière élection : 10 et 17 juin 2007) 



                              Elections municipales 

                              • Prochaine élection : 2014. 

                              • durée du mandat : 6 ans (dernière élection : 9 mars et 16 mars 2008) 



                              Elections européennes 

                              • Prochaine élection : 2014 

                              • Durée du mandat : 5 ans (dernière élection : 7 juin 2009). 


                               

                               

                              © La Documentation française, Ministère de l’intérieur, 14 Janvier 2009 - Réf. : F1939


                            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:00

                              Ai-je dit que c’était une victoire de la gauche ? Si vous pouviez vous abstenir de transformer mes propos... Quant au passage « sans propositions concrètes », c’est du pur n’importe quoi. L’UMP n’a aucune idée à part libéralisme über alles, même quand la crise précipite le système dans le mur. Ah la jolie concurrence libre et non faussée, ah la belle dislocation des services publics, oh le chouette rétablissement, bientôt, de l’esclavage, par démantèlement du droit du travail... C’est ça les géniales propositions de la droite ? Le retour au 19ème siècle en appelant ça « moderniser » ? Pffff On croirait, en vous lisant, entendre Copé ou Devedjian... Ou Lefebvre. Quant à Sarkozy lui-même... Vous n’avez pas honte de ces gens-là ?


                              • Julius Julius 9 juin 2009 17:12

                                > Libéralisme über alles
                                > le chouette rétablissement de l’esclavage

                                C’est par ces discours carricatural, idéologique et de l’absurde, que la gauche perd toute élection. Continuez, messieurs - vous rendre le meilleur service à l’UMP et Sarkozy. Avec telle rhétorique, la prochaine présidentielle est gagné à l’avance (pour Sarkozy).


                              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:21

                                J’ai un paquet d’exemples précis mais l’après-midi n’y suffirait pas. J’ai écrit un bouquin là-dessus il y a un an et j’aurais de quoi faire un tome 2 sans problème. Mais il n’est pire sourd qui ne veut entendre...


                              • gloagf 10 juin 2009 02:48

                                Bonjour Mr.Bonnet,
                                Si j’ai bien compris votre message sur ce commentaire c’est : votez pour nous parce que Sarko c’est pas bien (dixit : « vous n’avez pas honte de ces gens » et tous les autes commentaires assez négatifs sur le gouvernement) 
                                Je suis un jeune électeur, et ce que je vois de cette situation politique que j’apprends à connaître (désolé, je n’aborderait que les trois premiers partis aux présidentielles), c’est un modem soudé (ou du moins qui l’était) autour d’un chef incapable de faire autre chose que rouspéter, des PS incapables de se mettre d’accord entre eux, une UMP qui réforme à tout va si bien que je n’arrive même plus à suivre ce qui se passe (à moins de passer tout mon temps libre à étudier des textes de lois). En résumé, à droite, j’attendais de voir des résultats à toutes ces réformes, on me dit que la crise fausse tout. A gauche, j’ai l’impression d’assister à une boucherie qui devrait être interdite aux mineurs tellement ça tombe bas parfois. Au centre (dont j’étais, j’aimais bien Bayrou), je ne vois rien d’autres que critique sans contre-proposition.
                                Je me retrouve donc au milieu de ce bordel, et on me donne une carte électorale et « roulez jeunesse ». Bon, et bien pour être franc, non, je ne voterai pas contre le président actuel juste pour voter contre, quelque soit mon animosité envers lui. Je voterai blanc si personne n’est là avec un programme ambitieux, valable, et qui corresponde à mes idées. Il est une seule exception à ma logique, celle du cas désespéré du vote contre un parti extrêmiste.
                                Voilà, j’espère vous avoir expliqué clairement mon point de vue de jeune, qui est immensément partagé : et c’est peut-être une explication au taux si élevé d’abstention chez les 18-30ans...

                                Cordialement,

                                Un jeune parmi d’autres


                              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:21

                                C’est la réflexion menée par Jean-Luc Parodi, du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof), interviewé par 20 minutes, qui s’étonne de "la manière dont l’UMP a gagné la bataille de l’interprétation des résultats. Il est vrai que le parti de la majorité envoie le plus d’élus au Parlement (30). Mais en termes de suffrages, la gauche, toutes familles confondues, fait mieux que la droite. Tout comme l’anti-sarkozysme (la gauche, le MoDem et dans une certaine mesure le FN), qui totalise près de 60% quand le parti du Président ne recueille que 28% des suffrages. Un chiffre assez proche, d’ailleurs, de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy. Cette élection n’est pas un succès pour le Président."


                              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:26

                                @ gloagf : j’ai voté Front de gauche. Connaissez-vous son programme ?


                              • Bill Grodé 9 juin 2009 17:04

                                Raisonnement parfaitement malhonnête.
                                A ce compte là, les electeurs n’auraient pas voté « Non » au referendum sur la constitution européenne, les abstentionnistes ce jour-là représentant presque 31%.
                                On ne peut retenir que les avis exprimés. Tous le reste n’est que spéculations.
                                Et les abstentionnistes, tout comme les absents , ont toujours tort.


                                • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:09

                                  Comparer 31 et 60% d’abstention, voilà qui est « parfaitement malhonnête » !


                                • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 9 juin 2009 17:09



                                  Population Française = 65 Millions

                                  Inscrits....... = 44 535 000
                                  Abstention . = 29 758 287
                                  Votants....... = 14 777 713

                                  UMP = 4 137 480 votants, soit  9.3 % des inscrits,

                                  Ce qui ne représente que  6.3 % de la population Française...


                                  • Reinette Reinette 9 juin 2009 19:18

                                    Calmos !

                                    Attention, à ne pas regarder uniquement vers la gauche les anomalies de nos - très - cher(e)s politiques


                                  • Dzan 9 juin 2009 19:31

                                    @ Calmos
                                    TIBERI DASSAULT TIBERI DASSAULT TIBERI DASSAULT

                                    AESCHLIMAN SANTINI PASQUA.

                                    On continue ????????????????


                                  • Philou017 Philou017 9 juin 2009 20:05

                                    Calmos est indigné qu’il n’y ait pas que ses roitelets préférés qui se servent dans la caisse. Shocking !


                                  • snoopy86 9 juin 2009 18:36

                                    Rappelons les faits :

                                    Bonnet publie il y a quelques mois « Sarkozy, la grande manipulation - Dénonciation d’une imposture »

                                    C’est un triomphe littéraire. 60 % des français l’achétent, le dévorent et décident de voter pour le parti Bobo-net aux élections européennes.

                                    Dimanche ils se déplacent en masse aux urnes et constatent avec desespoir que les bulletins de vote des listes de leur candidat ont été subtilisées par des nervis fascistes à la solde des impérialo-siono-américano-capitalo-sarkozystes.

                                    Ecoeurés ils renoncent à voter et se précipitent selon leur niveau de desespoir au bistrot ou au bordel pour noyer leur chagrin.

                                    Il faut immédiatement tirer les conclusions de ce déni de démocratie :

                                    Sarkozy DEMISSION ! Bonnet Président !!!!

                                    En attendant si vous avez cent balles vous pouvez toujours les envoyer à Bonnet ( il a renoncé aux millions d’euros de droits d’auteur de son ouvrage au profit des oeuvres sociales de la mairie coco de Martigues ). Il en a besoin pour payer l’hébergeur de son site http://www.plumedepresse.com/spip.php?breve41

                                     


                                    • Shaytan666 Shaytan666 9 juin 2009 18:42

                                      Ne dit on pas les absents ont tort. Les anti-sarkozy sont de mauvais perdants, il font des calculs à la mord moi le noeud.
                                      28% des gens qui ont eu le courage de ce déplacer ont voté Sarko, 72% ont voté pour un autre parti, voilà c’est simple. spéculer sur les abstentions est faire preuve de mauvaise foi.
                                      Si je suis votre raisonnement alors le PAS n’a pas fait 1,3% mais à peine 0,4%.


                                      • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 06:43

                                        « 28% des gens qui ont eu le courage de ce déplacer ont voté Sarko, 72% ont voté pour un autre parti, voilà c’est simple » : exactement ! Comme tous les autres partis étaient anti-sarkozystes, ce n’est nullement un succès pour le président.

                                        Pour le reste, il ne suffit pas de dire « les absents ont toujours tort » mais s’interroger sur le taux d’abstention le plus élevé de l’histoire de la République. Et, forcément, noter que c’est une catastrophe pour la démocratie, la classe politique française dans son ensemble et l’Union européenne telle qu’elle est.


                                      • snoopy86 9 juin 2009 19:02

                                        Au passage Bonnet...

                                        Vos employeurs du PCF restent à leur faible niveau au parlement européen ...

                                        La faute aux abstentionnistes ?


                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 06:45

                                          Hors-sujet : je rétablis juste une vérité, à savoir que ce scrutin n’est pas un succès pour Sarkozy.


                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 06:47

                                          Au passage aussi : le PCF n’est pas mon employeur et le Front de gauche est arrivé premier de ces élections à Martigues.


                                        • Reinette Reinette 9 juin 2009 19:10

                                          Une chose est, à peu près, sûr environ 60% des inscrits ont été à la pêche


                                          • Reinette Reinette 9 juin 2009 19:33


                                            Concert gratuit d’ARNO 19 juillet à Laon Ancienne capitale de la France du temps de Berthe « au grand pied »
                                            Fille de Comte Caribert II de Laon (696 - 747) et de Bertrade de Cologne.


                                            • Shaytan666 Shaytan666 9 juin 2009 20:04

                                              Arno, très bon chanteur belge, d’origine flamande (oostende).
                                              Allez nombreux l’applaudir il en vaut la peine, autre chose que la tête de liste du PAS, lui Arno c’est un vrais démocrate.


                                            • anonymous 9 juin 2009 19:50

                                              Si ce mode de scrutin qui laisse le choix aux citoyens d’aller ou pas voter vous gêne dans ces résultats... alors militez pour rendre le vote obligatoire... votre message sera encore plus limpide.


                                              • Le péripate Le péripate 9 juin 2009 20:00

                                                Après les éructations sysiphesques hier sur la démocratie qui fout le camp, le bal des faux-culs continue sur Avox avec Bonnet. Là, c’est une argutie jésuitique sur l’abstention.

                                                Mais, bon sang, la France a envoyé au Parlement Européen une majorité de gauche !

                                                Démonstration.
                                                PSE 14 députés
                                                Verts 14 députés
                                                GUE 5 députés.

                                                Soit 33 députés pour la nébuleuse socialiste écologiste communiste.

                                                PPE 29 députés. Et c’est tout pour les conservateurs.

                                                ADLE. 6 députés. Et c’est le si peu libéral Modem qui représente la France chez les libéraux européens !

                                                Soit à peu près le contraire des autres pays.

                                                La France est bien la fille aînée de l’étatisme socialo-communiste. Souriez, gens de gauche smiley


                                                • Yohan Yohan 9 juin 2009 20:18

                                                  A quoi sert l’abstention, vous allez me le dire...


                                                  • Gül 9 juin 2009 20:27

                                                    Bonjour Yohan,

                                                    L’abstention n’est, et ne sera jamais, que le plus profond mépris vis à vis de cette chance que nous avons de pouvoir nous exprimer.

                                                    Elle me révolte, ne serait-ce que par respect pour ceux qui se sont battus pour le droit de vote et la démocratie.

                                                    Par contre, un vote blanc devrait à mon avis, être considéré. En attendant que cela vienne (?), il me semble qu’il faut voter pour le candidat (ou le parti) duquel on se sent le plus proche, en dehors de toute considération idéologique. De manière honnête, en bref !


                                                  • Flibustier 9 juin 2009 20:36

                                                    Je surenchéris là dessus pour dire que « râler » contre les politiques qui sont menées est un droit, qui correspond à un devoir : celui d’aller voter.


                                                  • nem 9 juin 2009 20:39

                                                    Les verts sont à gauche première nouvelle.
                                                    Demandez aux électeurs, ces électeurs qui ont voté pour la planète.
                                                    Pourquoi n’ont il pas voté direct pour la gauche ?
                                                    Alors arrêtez de spéculer, car chaque consultation a son propre enjeu.
                                                    Quand aux abstentionistes, bien malin ceux qui savent ce qu’ils veulent !
                                                    Ils n’ont pas voté, il ne comptent pas dans ce scrutin point barre.
                                                    Quand au score, il est sans appel, c’est une sanction pour la gauche, avec un projet illisible et la guerre des chefs.
                                                    Heureusement qu’ils ne sont pas au pouvoir ! Ségo présidente... on y est passé près ! Froid dans le dos ! breu ! breu ! breu ! breu ! breu ! 


                                                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 06:54

                                                      L’hôpital se fout de la charité : même avec tous ses défauts, Royal n’aurait pu faire pire que Sarkozy, l’indigne.


                                                    • netchou netchou 9 juin 2009 21:53

                                                      Il faut écouter le quidam dans la rue pour comprendre combien il en a ras le dos de la politique archaïque qu’on lui propose.Toute spéculation droite/gauche ne fera que le jeu de ces menteurs et roublards qui ne disent vrai qu’à leur tailleur au sujet de leurs mensurations !
                                                      Avec ces politiciens le mensonge est une arme redoutable ,merci aux courageux médias qui tentent de nous le faire avaler.


                                                      • Montagnais Montagnais 9 juin 2009 23:51

                                                        « Ségo présidente... on y est passé près ».. Vous y croyez vous ? Qui peut encore y croire, bien naïf.

                                                        SR était monitorée dés le début, perdante, foutue, par le gigantesque cirque flico-mediatico-politico-oligarcho-umpiste de Zébulon et autres dévots des idéologies de la mondialisation.

                                                        SR et ses rêveurs ont même été « trahis » par les puissants camarades de parti, Kouchner, DSQ, Besson, Aubry..

                                                        Comme disait Dany le Bouge (qui semble l’avoir oublié depuis), tant le fromage est bon :
                                                        « élections piège à cons ». Bayrou, Villiers, Buffet et les autres doivent en faire aussi la douloureuse constatation.

                                                        Succès ou pas, 28 ou 12 ou 3 %, c’est encore et toujours les mêmes à la tête du boxon.

                                                        Tant que 100% des députés européens n’auront pas accouché d’un programme simple et nécessaire :

                                                        - Limitation des revenus de 1 à 4 (ou 5 ou 10..), dans toute l’Union
                                                        - Fin du carriérisme et des cumuls à vie en politique, dans tous les pays
                                                        - Régulation de la société de surconsommation (pas de réclame à l’école)
                                                        - Interdiction de toute activité de spéculation
                                                        - Transparence de tout ce que produit l’administration
                                                        - Préférence communautaire
                                                        - Moralisation

                                                        .. pas de chance de voir nos concitoyens s’intéresser à la question.

                                                        On en est pas là, bien que certains pays, comme la Suède, nous montre la possibilité d’évoluer dans ce sens.

                                                        De toute façon, tout cela est anecdotique : Allard à raison, société moribonde, déjà écartelée. 4 milliards de travailleurs sont à moins de 4 dollars par jour.. Faudra bien un jour leur expliquer.

                                                        Le film improbable de Yann Tartuffe a fait beaucoup pour la médiatisation stipendiée de l’écologie, rien de concret pour la planète et ses milliards de démunis, mais beaucoup pour son ami Cohn-Bendit.

                                                        « Elections pièges à cons ». Ajoutons-y la télévision, grande pourvoyeuse de « bons résultats » en matière d’élections.


                                                        • wesson wesson 10 juin 2009 01:13

                                                          Mais quand est-ce que on va arrêter d’extrapoler les résultats de l’union européenne à la politique Française ?

                                                          Tapie et ses 12% lors d’une élection européenne précédente, ça ne vous a pas suffit ?

                                                          Ce que l’on constate, c’est un recul généralisé des parti - droite et gauche confondue - qui ont porté l’idéal européen et l’ont dirigée comme un conseil d’administration. Ceux qui ont gagné, dans tous les pays, c’est les parti qui ont fait au moins de virulentes critiques, au mieux sont carrément anti-européens. Le voilà le vrai enseignement de ce scrutin : l’Europe telle qu’elle est contente de moins en moins de monde !

                                                          Quand à l’abstention, elle est parfaitement logique : dans le mesure ou l’Europe se passe de l’avis du peuple (cf - référendum 2005 et la suite), et bien le peuple n’a pas envie non plus de se déplacer pour le donner, son avis !

                                                          Et vous allez voir quand la Turquie va l’intégrer - parce qu’il ne fait aucun doute qu’elle le fera - ça va salement renauder dans les chaumières.

                                                          quand à extrapoler ça dans la situation nationale, c’est tout simplement idiot. Et non, le modem n’est pas mort et continuera à faire un bon score mais pas suffisant. Et non, l’écologie n’est pas crédible pour gouverner, surtout pas avec un attelage aussi improbable que M. Bendit, M. Bové et Mme Joly - alliés de circonstances qui en fait ne s’entendent sur à peu près rien, et oui, le PS continue de payer son alignement sur les thèses ultralibérales, tout en ne sachant pas trancher ce vers quoi ils veulent aller. Et oui, les Français continueront de voter pour Sarkozy au seul motif que en face, ce serait encore pire. Et oui, les vioques et les 15% de racistes continueront à donner leur vote à Sarkozy qui ne nous épargnera aucun racolage, et ça fera encore une majorité.

                                                          L’élection de 2012 est déjà jouée les amis, soit Sarkozy la gagnera, soit il se sera suicidé avant de 2 balles dans la tête que on lui aura tiré à bout portant .


                                                          • frédéric lyon 10 juin 2009 03:46

                                                            A gauche c’est la débacle politique, mais c’est aussi la déroute de la pensée.

                                                            1) Peut-on préjuger du vote des abstentionistes, s’ils étaient aller voter ?

                                                            Non.

                                                            2) Y-a-t-il une raison de penser qu’ils auraient voté pour l’opposition, s’ils étaient allé voter.

                                                            Aucune.

                                                            Le seul résultat tangible de cette élection est que l’opposition socialiste est ultra-minoritaire dans le pays. Elle est même aujourd’hui minoritaire au sein de l’opposition.

                                                            D’une certaine façon, c’est le clivage traditionnel gauche-droite qui est peu à peu remis en cause par les électeurs, on l’avait déjà remarqué lors de la dernière présidentielle avec l’ampleur du vote Bayrou au premier tour.

                                                            Malheureusement Bayrou n’est pas un cheval de course et c’est le vote écologiste qui prend le relai cette fois-ci.


                                                            • Lucrezia 10 juin 2009 07:19

                                                              Alors que dire dire du PS, qu’il séduit « largement » 6% des inscrits !

                                                              Et que dire des autres partis ?


                                                              • CastoR 10 juin 2009 08:22

                                                                Finalement, c’est très catho, comme comportement ... les premiers seront les derniers et vice versa.
                                                                Marrant de lire ça dans la tête de mecs de gauche !


                                                                • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:27

                                                                  @ Castor : je n’ai JAMAIS dit ça. Apprenez à lire.


                                                                • CastoR 12 juin 2009 10:20

                                                                  O Bonnet,

                                                                  J’ai appris à lire depuis très longtemps.

                                                                  D’ailleurs, j’ai appris aussi à écrire, et donc je suis surpris que vous puissiez penser que ce post s’adressait à vous.

                                                                  Sinon, je répète une nouvelle fois que le type de scrutin n’a pas pour objet de plébisciter UN homme ou UN parti mais d’assurer une représentativité au parlement européen.

                                                                  Scrutin à un tour, comptage des voix pour chacune des listes et envoi des députés correspondants.

                                                                  Faites les comptes vous aussi et vous constaterez que l’UMP en a envoyé plus que les autres formations. Ca s’appelle donc une victoire dans la mesure où, normalement, l’UMP jouit d’une cote de popularité en baisse.

                                                                  La vraie défaite est pour ceux qui n’ont pas réussi à faire adhérer à leur projet européen.
                                                                  Mais bien entendu, lorsque l’on n’a pas de projet, c’est plus difficile.


                                                                • chmoll chmoll 10 juin 2009 10:18

                                                                  Roger Karoutchi : "Les Français ont renouvelé leur confiance à Nicolas Sarkozy et au gouvernement

                                                                  roger c’était pas des elecs presidentielles,essuie ton pif ta encore du blanc


                                                                  • EXPAT456 10 juin 2009 11:46

                                                                    @ l’auteur,
                                                                    Pour un journaleux, vous manquez vraiment d’objectivite !
                                                                    A ce niveau, AV devrait se faire payer en honoraires de psychotherapie pour antisarkozystes primates (heu, primaires ...).
                                                                    Reprenez votre torchon et faites la meme analyse avec vos gourous de goche, rien que pour rire 2 secondes ...


                                                                    • Christoff_M Christoff_M 11 juin 2009 02:38

                                                                      On est passé du touche pas à mon pote...

                                                                      A touche pas à mes bottes en 2009...

                                                                      Evidemment la transition est brutale et certains ont du mal à suivre, Julien Dray se console en achetant des montres mais pas sur qu’elles aient toutes des boussoles !!


                                                                      • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:24

                                                                        C’est la réflexion menée par Jean-Luc Parodi, du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof), interviewé par 20 minutes, qui s’étonne de "la manière dont l’UMP a gagné la bataille de l’interprétation des résultats. Il est vrai que le parti de la majorité envoie le plus d’élus au Parlement (30). Mais en termes de suffrages, la gauche, toutes familles confondues, fait mieux que la droite. Tout comme l’anti-sarkozysme (la gauche, le MoDem et dans une certaine mesure le FN), qui totalise près de 60% quand le parti du Président ne recueille que 28% des suffrages. Un chiffre assez proche, d’ailleurs, de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy. Cette élection n’est pas un succès pour le Président."


                                                                        • CastoR 12 juin 2009 10:25

                                                                          Vous êtes certain qu’il ne s’agit pas plutôt de la même parodie, menée par Jean-Luc Réflexion ?


                                                                        • CastoR 12 juin 2009 10:13

                                                                          Bien sûr, Gazoduc,

                                                                          pour ce qui me concerne, à mon bureau de vote, il y avait une équipe de mecs barraqués qui s’assuraient que nous votions « comme il faut ».

                                                                          Et puis, derrière, je vous raconte pas au dépouillement.

                                                                          Tout le monde sait que sans ces trucages, c’est la gauche qui l’aurait emporté.
                                                                          Quel déni de démocratie, quand même !


                                                                        • CastoR 12 juin 2009 11:54

                                                                          Avec Gazoduc, c’est direct au but !

                                                                          C’est gras, y’a pas de point, de virgule, de point-virgule.

                                                                          En plus c’est très clair et pas du tout exagéré : d’un côté y’a les bons, de l’autre, les méchants.


                                                                        • Nico 14 juin 2009 00:46

                                                                          Vraiment un article médiocre et sans intérêt


                                                                          • BA 14 juin 2009 07:44

                                                                            Listes de la majorité UMP : 4 798 921 voix, soit 27,87 % des suffrages exprimés, soit 10,83 % des électeurs inscrits.

                                                                            A comparer avec le résultat du 1er tour des élections présidentielles de 2007 : Sarkozy avait obtenu 11 448 663 voix.

                                                                            Conclusion : en deux ans, Sarkozy a perdu 6 649 742 électeurs.


                                                                            • Barbaring 14 juin 2009 17:29

                                                                              Moi je pense que vu le taux d’abstention dans toute l’Europe, celle ci n’a plus aucune légitimité et que donc si ils pondent des textes de lois personne ne seras obliger de les suivre.


                                                                              • Juju Dredd 14 juin 2009 18:14

                                                                                Il serait temps de mettre en place une loi électorale qui tienne compte de l’abstention (et des votes blancs aussi). Dans le cas de l’europe, la solution serait simple : ne donner à un état qu’un nombre de siège proportionnel à la participation. L’UMP fait 10% des suffrage en comptant abstention et votes blancs ? Ça lui fait 10% des sièges. 60% d’abstetion ? Seulement 40% de siège pour cet état. Après tout si les listes présentes n’ont pas intéressées plus que, ce serait juste.


                                                                                • saintjustrevient saintjustrevient 19 juin 2009 01:28

                                                                                  UMP totalise 10.84 des inscrits

                                                                                  Nombre% Inscrits% VotantsInscrits44 282 823  Abstentions26 290 662 59,37 Votants17 992 161 40,63
                                                                                  UMP 4 799 908
                                                                                  Soit 4799908/44282823=0.10839 source ministére de l’intérieur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès