• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Soumettre le Frexit à la condition de l’article 50 c’est (...)

Soumettre le Frexit à la condition de l’article 50 c’est soumettre la France à l’UE et interdire la sortie de l’UE et de l’Euro !

 

2016 aura été l’année du vote en faveur du Brexit. En France, la majorité des citoyens se prononce pour un referendum pour la sortie de l’UE et de l’euro (lire ici). Une pétition en ce sens initiée par le PRCF a d’ailleurs recueilli plusieurs milliers de signatures.

Et si ce referendum était organisé, il est probable qu’une majorité de français voterait pour la sortie de l’UE et de l’Euro. Logique puisque l’Union Européenne et l’Euro, c’est

la guerre contre les salaires et les droits sociaux, la libéralisation et la privatisation des services publics, le dumping social à travers les délocalisations et la « concurrence libre et non faussées », l’évasion fiscale avec la « libre circulation des capitaux ». L’UE c’est également la guerre et la fascisation, comme les guerres sanglantes en Yougoslavie, et désormais en Ukraine l’ont démontrée. L’UE et l’Euro sont en effet des armes d’exploitation massive des travailleurs, renforçant et sanctuarisant la dictature de plus en plus dure et visible de la classe capitaliste.

 

Dans ces conditions, il est légitime que nombreux soient ceux qui déplorent – rejoignant ainsi les analyses et propositions des communistes, portées par le PRCF et rejointes par de plus en plus de personnalités et mouvements politiques qui lui donnent raison – que perdure encore l’illusion d’une réforme de l’Union Européenne. Ce « plan A » décrédibilise d’ailleurs les programmes populaires, faisant peser par exemple un flou sur la campagne de Mélenchon, un flou démobilisant qui permet d’ailleurs au FN de se poser hypocritement en critique de l’UE, et ce alors que Marine Le Pen a par ailleurs promis qu’elle élu la France ne sortirait ni de l’UE, ni de l’Euro, mais « négocierait » (lire ici).

Mais il faut également déplorer le flou et la confusion entretenu par d’autres, tel le mouvement de M Asselineau candidat à la présidentielle, qui tout en prétendant être pour la sortie de l’UE et de l’Euro, indiquent que l’UPR refuse une sortie de l’UE qui ne se feraient pas aux conditions de l’article 50 du traité de fonctionnement de l’Union Européenne. Une condition bien étrange, venant limiter la souveraineté populaire à l’opposé de l’engagement clair, net, précis et détaillé dans son programme candidat 2017, du PRCF pour le Frexit populaire, sans autre condition que celle que les travailleurs français le décide. Pour faire place aux peuples.

Car de fait, l’article 50 interdit en pratique une sortie dans de bonne condition pour le peuple français de l’Union Européenne et de l’euro. Il interdit qui plus est pendant 2 ans de mener une politique par et pour les travailleurs français, laissant les mains libres à la dictature des marchés financiers – via l’euro – pour écraser une France pieds et poings liés par l’article 50. Rappelons par ailleurs aux partisans inconditionnels de l’article 50 qui se réfèrent au Brexit, cette différence qui ne peut leur avoir échappé que le Royaume Uni dispose de sa monnaie et contrôle sa banque centrale, ce qui change considérablement les effets des négociations en cours sous l’égide de l’article 50. Par ailleurs, chacun peut observer les menaces scandaleuses, violentes, exercées par la Commission Européenne, qui prennent appuis justement sur l’activation d’une sortie par l’Article 50.

www.initiative-communiste.fr avait dès 2014 posé clairement les dangers de l’art 50, démasquant cette illusion. En cette période électorale, alors que les passions se déchaine, la majorité des français qui souhaitent, il est important de repartager cette analyse, ainsi que les précisions apportées par le M’PEP

L’illusion de la sortie de l’UE par l’article 50 du traité de Lisbonne

Certains partis à prétention hégémonique fondés par des politiciens venus de l’UMP cherchent à faire croire que le seul moyen viable de sortir de l’union européenne est l’article 50.

Examinons ce que dit le traité et donc les conditions de sortie de l’UE par l’article 50.

Voici ce fameux article 50 :

  1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
  2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
  3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
  4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
  5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

Donc en conclusion, tant que les autres états de l’UE ne sont pas d’accord sur les conditions du retrait, le pays reste soumis à la Commission Européenne (Commission de Bruxelles) pendant deux ans. On voit bien que dans cette configuration, le pays qui veut sortir par l’article 50 est en position de faiblesse au cours des négociations du retrait. Pour sûr la Commission Européenne et les puissances atlantistes ne se priveraient pas de mettre la pagaille dans le pays réfractaire s’il était trop dur dans les négociations (NDLR. cf. notre article au sujet des menaces de la BCE). On ne peut donc que s’attendre à ce qu’un gouvernement passionnément épris de légalisme se plie à leurs exigences, surtout s’il est favorable au système capitaliste, c’est-à-dire au pouvoir des détenteurs du capital.

Derrière le paravent de l’Art 50, une porte de sortie pour le système…

On voit donc bien que les partis qui proclament la sortie de l’UE par l’article 50 offrent objectivement une issue de secours au grand capital dans la situation où le maintien dans l’union européenne du pays concerné serait combattu massivement par la population

Donc en conclusion, tant que les autres états de l’UE ne sont pas d’accord sur les conditions du retrait, pendant une durée qui peut aller jusqu’à deux longues années le pays reste soumis à la Commission Européenne (Commission de Bruxelles).

MF pour www.initiative-communiste.fr

La tribune du M’PEP le 30 novembre 2015.

Pour sortir de l’Union européenne, ne surtout pas utiliser le miroir aux alouettes de l’article 50 du traite de Lisbonne !

Jusqu’à présent, le Mouvement politique d’émancipation populaire, devenu depuis le Parti de l’émancipation du peuple, a considéré que la sortie de l’Union européenne, et donc de la zone euro, pouvait se faire au moyen de l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne (voir cet article intégralement à la fin de ce texte). Comme nous pensons que la sortie de l’Union européenne et de l’euro est la condition fondamentale pour résoudre les difficultés du pays, et principalement le chômage et la précarité, même si elle ne suffit pas, nous avons donc préconisé la sortie par l’article 50. Aujourd’hui, après de nombreuses discussions, notamment avec des juristes, et surtout après l’expérience de la Grèce, nous arrivons au constat que la sortie de l’Union européenne en utilisant l’article 50 est non seulement illusoire, mais qu’elle est extrêmement dangereuse. Elle constitue une grave diversion ne pouvant aboutir qu’à l’enlisement du processus de retrait et à la démobilisation de la population. La sortie de l’Union européenne et de l’euro doit au contraire se faire par une décision unilatérale d’un pays, en créant une situation de fait, démarche qui ressemble à la politique de la « chaise vide » menée par le Général de Gaulle entre juin 1965 et janvier 1966.

 Respecter la parole de la France ?

On entend dire, ici ou là, que ne pas utiliser l’article 50 du Traité de Lisbonne, qui permettrait précisément de sortir légalement de l’Union européenne, puisque c’est écrit, reviendrait à ne pas respecter la parole de la France, notre pays ayant ratifié ce Traité. Mais c’est exactement le contraire ! Ce serait en activant l’article 50 que la souveraineté du peuple français serait bafouée ! En effet, le Traité de Lisbonne est illégitime depuis 2005. Il ne faudrait quand même pas oublier que le peuple français, le 29 mai 2005, à 55%, a dit NON au Traité constitutionnel européen. Or le Traité de Lisbonne n’est qu’un résumé du Traité constitutionnel européen. En outre, le Traité de Lisbonne a été ratifié par la France à la suite d’un coup d’État parlementaire. Le Congrès (réunion de l’Assemblée nationale et du Sénat) a d’abord révisé la Constitution française le 4 février 2008 pour introduire un Titre XV intitulé « De l’Union européenne » qui fait de l’appartenance à l’Union européenne, en citant le Traité de Lisbonne, une obligation constitutionnelle. Puis, le 8 février, le Congrès (PS, droite, verts) a ratifié le Traité de Lisbonne, passant outre le vote du peuple lors du référendum.

Si nos concitoyens votaient pour la sortie de l’Union européenne et de l’euro, la France aurait alors toute légitimité pour en sortir par un acte unilatéral, sans passer par l’article 50. Ajoutons que le mandat politique donné à la nouvelle majorité imposera qu’elle le respecte ce qui est incompatible avec le recours à l’article 50.

 La sortie par l’article 50 est illusoire car c’est un parcours du combattant organisé pour empêcher toute sortie de l’UE

Une lecture attentive de l’article 50, éclairée par l’expérience grecque, montre le caractère parfaitement illusoire de l’utilisation de l’article 50. Qu’on en juge :

Un processus de négociation qui dépend uniquement du bon vouloir du Conseil européen

L’alinéa 2 de l’article 50 stipule que « l’Union négocie et conclut avec cet État [celui qui veut sortir de l’UE] un accord fixant les modalités de son retrait ». Pour nous, la souveraineté d’un État ne peut se « négocier ». Certes, il est évident que des discussions doivent s’engager entre l’État qui veut sortir de l’UE et les représentants de l’UE au niveau du Conseil. Mais en aucun cas il ne peut s’agir de « négociations », ce ne peut être que des discussions, pouvant déboucher – ou non – sur un protocole d’accord. Si aucun « accord » n’est trouvé, l’État souhaitant sortir sera bien obligé de prendre une décision. Par conséquent, autant prendre cette décision le plus vite possible afin d’éviter d’entrer dans le processus de l’article 50.

En outre, cet « accord » doit être « négocié » conformément à l’article 188 N, paragraphe 3 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Ce dernier prévoit que « la Commission […] présente des recommandations au Conseil, qui adopte une décision autorisant l’ouverture des négociations. » Autrement dit, le Conseil peut décider de ne pas ouvrir de « négociations ». C’est une raison supplémentaire pour se passer de son avis et indiquer au Conseil, si ce dernier tarde ou refuse d’ouvrir ces « négociations » ou les retarde, les conditions mises par l’État sortant.

Il faut « l’approbation du Parlement européen »

Si le Parlement européen vote pour la sortie de l’État demandeur (dans quels délais ?), il ouvre la voie à la décision du Conseil. Mais s’il vote contre, que va-t-il se passer ? Une nouvelle fois, le plus simple est de ne pas entrer dans ce garot et de prendre une décision unilatérale.

Le Conseil doit statuer à la majorité qualifiée

Celle-ci est définie par l’article 205 du TFUE, paragraphe 3, point b, qui stipule : « la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 72% des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65% de la population de ces États. » Ainsi, une majorité « qualifiée » peut refuser la sortie d’un État souverain qui le demande, ou lui proposer des conditions inacceptables. Là encore le plus simple est de ne pas mettre le doigt dans cet engrenage.

Les délais peuvent atteindre deux ans !

Le délai commence à partir de la « notification » de l’État au Conseil. Mais en deux ans il peut se passer beaucoup de choses, notamment des tentatives de déstabilisation du gouvernement qui s’engagerait dans cette voie.

Des « négociations » qui excluent le pays demandeur !

Il est en effet indiqué que l’État qui demande à bénéficier de l’article 50 « ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil qui le concernent ». C’est cela que le Traité de Lisbonne appelle des « négociations » ! Et c’est à cette mascarade que nous avons cru jusqu’à aujourd’hui.

 Utiliser l’article 50 est extrêmement dangereux et même fatal

De fausses « négociations » qui placent le pays voulant sortir en position de faiblesse

Le pays qui voudrait sortir par l’article 50 se mettrait lui-même en position de faiblesse au cours de « négociations » jouées d’avance, qui reviennent à se mettre la tête dans la gueule du loup.

Offrir aux européistes de tous poils le temps de mettre la pagaille dans le pays sortant

L’exemple de la Grèce au cours de l’année 2015 doit être médité. Si le Premier ministre Tsipras a capitulé, c’est aussi à la suite des pressions énormes exercées par les oligarques européens et leurs relais en Grèce : grand patronat, grands médias, certains syndicats… Les conditions mises par l’article 50 sont telles, qu’elles sont de nature à empêcher toute réaction immédiate de l’État concerné à des attaques des marchés financiers ou à des troubles organisés par les classes dirigeantes.

Étaler une profonde incohérence politique

Un gouvernement qui s’engagerait dans cette voie serait un gouvernement à 60%, avec un président de la République qui accepterait de sacrifier 40% de son mandat (2 années sur 5) au nom du respect de la signature de la France d’un traité dont il veut pourtant se débarrasser. Où est la cohérence de cette position qui consiste à respecter à 100% les traités européens pendant les deux années de la « négociation », pour pouvoir ensuite en sortir totalement, mais uniquement passé ce délai ? C’est une attitude totalement incompréhensible pour la population à qui on expliquerait qu’elle doit attendre deux ans pour voir appliquer le programme pour lequel elle a voté. C’est même franchement ridicule et suicidaire.

L’article 50 vise en réalité à engluer dans des procédures juridiques interminables et incompréhensibles pour la majorité de la population, les États qui voudraient sortir de l’UE.

 Sortir vite en créant un état de fait

Charles de Gaulle, dans C’était de Gaulle, tome 2, d’Alain Peyrefitte, écrit que « C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu au cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça » ». Nous sommes entièrement d’accord avec cette remarque frappée au coin du bon sens.

La sortie de la France de l’Union européenne ne se fera surtout pas au moyen de l’article 50 du traité de Lisbonne. Pour sortir, la France invoquera les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances ».

La sortie de l’Union européenne devra être rapide et unilatérale, autrement dit la France décidera, seule, de sortir. Son geste, à n’en pas douter, provoquera une réaction en chaîne souhaitable, incitant les peuples des autres pays à se mobiliser pour retrouver leur liberté.

La sortie de l’Union européenne s’accompagnera d’un référendum pour réviser la Constitution française afin d’en éliminer tous les articles qui placent le droit français sous la tutelle du droit communautaire européen, particulièrement ceux contenus dans le titre XV intitulé « De l’Union européenne ».

La tragédie grecque démontre qu’aucune négociation n’est possible avec les représentants de l’Union européenne. Ses dignitaires ont dit à plusieurs reprises que les pays membres de la zone euro y étaient pour toujours. Il faut donc éviter la moindre naïveté et préparer dès à présent nos concitoyens à des épreuves qui ne pourront pas être « sereines ». L’angélisme, le juridisme, la naïveté, réels ou simulés, constituent une très grave faute politique.

La voie juridique de l’article 50, ce miroir aux alouettes, est une impasse politique aux conséquences désastreuses.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

228 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 08:16

    S’engager à respecter l’ordre imposé par la constitution ou tout autre réglement, c’est s’interdire par définition d’envisager une révolution !


    Les règles européennes sont pipées et le non respect des résultats des référendums montre qu’il s’agit d’un régime totalitaire qui ne met en avant l’illusion de la « démocratie » que pour endormir les peuples.

    Pourquoi respecter des clauses pour lesquelles on n’a pas signé et qui nous engageraient envers des gens qui ne respectent pas les règles qu’il prétendent imposer ?

    • Ar zen Ar zen 16 mars 08:37

      @Jeussey de Sourcesûre

      C’est à Sarkozy, aux députés et aux sénateurs qui ont ratifié le traité de Lisbonne de s’expliquer. Ce sont eux, et eux seulement, qui ont trahi le résultat du référendum de 2005. 

      Mais, actuellement, en France, la procédure dite « du congrès » permet au parlement, à la majorité des 3/5 de modifier la constitution.

      La première chose à faire c’est de supprimer cette procédure du congrès. 

      Contrairement à ce que vous écrivez, les règles constitutionnelles ont été respectées ! Les élus de la Nation ont, certes, planté un poignard dans le dos des Français mais en suivant le dispositif prévu dans la loi fondamentale de notre pays.

      Je ne peux pas être d’accord avec vous : les règles constitutionnelles n’ont pas été bafouées lorsque le traité de Lisbonne a été ratifié par les 3/5 du congrès.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 08:54

      @Ar zen

      C’est justement là que se situe le problème : tout en respectant la constitution, les puissances qui ont le pouvoir imposent les règles qu’elles veulent, mais, par des structures parlementaires sophistiquées (pas de proportionnelle, bicamérisme, élections au second degré, 49.3, vote utile, etc...) et des alliances contre nature, elles interdisent l’accès au pouvoir d’une autre caste que la leur.

      Donc, le respect de LEURS règles va à l’encontre des intérêts de la majorité.

    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 16 mars 08:57

      Pourquoi respecter des clauses pour lesquelles on n’a pas signé et qui nous engageraient envers des gens qui ne respectent pas les règles qu’il prétendent imposer ?

      Car dans le cas d’une sortie, il est extrêmement important de garder la face envers le reste du monde. Poutine le fait très bien. C’est pas pour faire joli, c’est pour continuer à peser.

      Ensuite l’article 5 de la constitution française qui désigne le président comme garant des traités.

      A moins que vous souhaitiez juste une révolution en espérant que le reste du monde vous suive, une sortie ordonnée est le choix raisonnable.


    • Ar zen Ar zen 16 mars 10:24

      @Jeussey de Sourcesûre

      Fort de ce constat, que je partage, il existe aujourd’hui un moyen de se défaire de ce carcan.

      Un parti politique, pourquoi ne pas le nommer, l’UPR et son président, François Asselineau, proposent de :
       
      - Supprimer la procédure du congrès
      - D’instaurer le référendum d’initiative populaire
      - D’instaurer le vote blanc révocatoire. 

      Alors ..




    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 11:02

      @Ar zen
      Quelle manipulation que cette vidéo, en mode youtuber chebran pour racoler les d’jeunes. Vous ne reculez devant rien pour assurer votre propagande. J’ai peur qu’à la longue ces méthodes produisent les effets inverses à ceux recherchés. Pas pu regarder la vidéo, hier soir déjà. Je vais demander à ma fille (20 ans) ce qu’elle en pense.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 11:12

      @Yanleroc
      Ce n’est qu’une parmi des milliers d’autres jeunes, la moyenne d’âge à l’ UPR est autour de 35 ans ! Plein de jeunes qui s’inquiètent pour leur avenir et celui de leurs enfants...


      Mais si vous voulez plus âgés, il y en aussi !
      Voici un Maire UPR qui explique les conséquences de la réforme territoriale de Hollande.

    • Ar zen Ar zen 16 mars 11:19

      @Yanleroc

      Sinon des arguments ? Parce que dans votre commentaire vous ne faîtes qu’émettre un jugement, votre jugement, sans apporter l’ombre d’un ’élément au débat. 

      Vous ne pouvez être crédible qu’en posant sur la table de la discussion des arguments. Un jugement n’est rien qu’une vision des choses qui n’a pas été soumise à un examen scrupuleux. 

    • covadonga*722 covadonga*722 16 mars 11:32

      @Fifi Brind_acier
      parfaitement a l upr il n’y a que les meilleurs !!


      La seule chose qui arrive à la cheville de Chuck Asselineau ... c’est sa chaussette.

    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 13:11

      @Ar zen
      Vous ne donnez pas tellement non plus l’impression de débattre, vous affirmez, vous assénez !

      Sur la sortie de l’Europe, je suis pour mais après avoir bien bien expliqué les risques non pas structurels (économiques et financiers) mais ceux liés à la Commission, au Conseil E. à ceux qui les manipulent et aux arcanes de la Constitution, qui feront passer leur mauvaise volonté pour des obstacles éco, financiers, administratifs.
      Mauvaise foi qui, personne ne semble le dire, pourrait bien aller jusqu’au déclenchement d’un conflit armé qui est dans tous les esprits maintenant.
      Pour ce qui est de savoir si l’article 50 est vraiment le meilleur moyen de se sortir de la mouise en 6 mois ou en 2 ans est une affaire de spécialistes juridiques.

      Que l’on puisse survivre au Frexit est une évidence - ce ne sont pas les lois qui cultivent les champs mais les hommes - mais que ces messieurs en cols blancs ne lâcheront pas leur jouet, (pour moi c’est un argument), facilement en est une autre, que vous semblez balayer un peu trop facilement ! 

       En bref la construction européenne à laquelle la CIA a travaillé il y a des décennies, ne disparaîtra pas tant que les Maîtres du Monde ne lâcheront pas (toutes) les banques !! Par conséquent frapper notre monnaie est une condition nécessaire mais insuffisante.. (je vais le re-expliquer à ma fille, je vous tiens au courant).

    • manu manu 16 mars 14:11

      @La Voix De Ton Maître

      Article 5 de la constitution :

      « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.

      Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »

      Vu que ces traités vont à l’encontre de l’indépendance nationale et vu qu’ils asservisse les peuples, je pense que pour garder la face envers le reste du monde s’y soumettre est la dernière chose à faire, surtout qu’actuellement on est largement en position de le faire vu les changement de l’année passée (Trump qui prend ses distance avec l’Allemagne, Brexit, prise de conscience des peuples européens, etc).


    • Ar zen Ar zen 16 mars 14:29

      @Yanleroc

      Vous voulez dire que c’est foutu ? 

      Dans quel état d’esprit étaient les pêcheurs de l’Ile de sein lorsqu’ils ont rejoint De Gaulle, laissant femme et enfants, en traversant sur leurs bateaux la Manche ? 

      Ils entraient en résistance ! A votre avis, le 19 juin 1940, qui pouvait croire qu’ils avaient raison de résister à l’oppresseur ? C’est vrai que les puissances de l’argent continueront sans cesse à vouloir accaparer le pouvoir. C’est « ensemble » que nous seront assez forts pour nous opposer à leur diktat. 

    • doctorix doctorix 16 mars 17:52
      Personne ne semble comprendre la force de la loi.
      On a fabriqué des lois anti-humanitaires dans le creuset européen, à coups de corruption et de lassitude.
      Mais ces lois sont gravées dans le marbre.
      Elle sont toutes presque défavorables à l’humanité, au moins à la France,sauf une qu’ils n’ont pas pu empêcher, et c’est l’article 50.
      Rien ni personne ne peut plus se mettre en travers de cet article sans sombrer dans l’illégalité.
      Ils vont bien sûr essayer, mais ils se casseront forcément les dents.
      Nous avons déjà pris pas mal de sanctions à cause de ces lois iniques, en application de lois écrites.
      Mais dans le cas ou l’UE s’opposerait à l’application de cet article basique, c’est elle qui s’exposerait à des sanctions pouvant atteindre des centaines de milliards de dollars, avec des astreintes journalières, comme dans tous les cas de rupture de contrat.
      Je suis convaincu qu’ils ne pourront pas jouer à ce jeu-là très longtemps.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 mars 19:22

      @Jeussey de Sourcesûre


      Je suis communiste. Je crois fermement que l’avenir proche verra une résurgence du communisme, a commencer en Russie - c’est Poutine qui l’y rétablira -. puis par la prise de pouvoir democratique.des partis communistes renouvellés qui renaitront en Europe et ailleurs.  Pour l’instan, toutefois, je ne me reconnais pas ni ne reconnais les partis qui se disent communistes ; ’ai hâte qu’ils liberent la place. Ils disent des betises. Promouvoir la sortie de l’UE en dénonçant tous les engagements de la France est une de ces betises. En parler meme ne sert qu’à créer la zizanie. Et je conseille a tous de cesser de le faire.

      PJCA i

    • Phil610 16 mars 20:14

      @Jeussey de Sourcesûre

      C’est fou comme c’est article aurait pu être signe FN. Juste pour attaquer le seul candidat qui propose sérieusement aux Français de rappeller à la commission européenne, qu’en 2005 nous avions dit NON.


    • Phil610 16 mars 20:19

      @Yanleroc

      Moi, ce que je me demande, c’est quel sont les risques si nous restons ? Sachant que l’Italie risque de sortir très prochainement de l’Euro, et que ça va nous couter 100 milliard d’euros....... Moi ça m’inquiète plus qu’une sortie.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 mars 20:31

      @Shawford


      Vous ne me soupconnez pas vraiment de chercher à convaincre le pequin moyen, c’est un piege pour m’arracher des aveux. smiley Trop tard ! j’ai déjà dit que j’étais communiste, mais que je suis CONTRE l’Immigration massive de Musulmans en Europe.. L’anneau de Moebius, vous voyez ca comme une ellipse ? Dans une semaine, Asselineau sera a 7% ; Mais est-ce qu’o nous le dira ?

      PJCA




    • RICAURET 16 mars 20:48

      @Ar zen
      EXACT ILS DEVRAIENT ETRE TRAINES DEVANT LES TRIBUNAUX POUR FORFAITURE


    • PiXels PiXels 16 mars 20:56

      @Pierre JC Allard
      .
      « Dans une semaine, Asselineau sera a 7%  ; Mais est-ce qu’o nous le dira ? ».
      .
      Vous êtes sûr, hein ? Parce que si c’est pour nous faire des fausses-joies !!!
      Bon, ben du coup je vais mieux dormir !.
      .
      Et pis si « o » ne NOUS le dit pas... c’est pas grave !
      C’est bien connu, « o » est un con !


    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 21:44

      @Phil

      Effectivement sortir ne m’inquiète pas plus que rester, mais il faut savoir que l’un comme l’autre comportent des risques d’embrasement, alors évidemment dans ce cas autant sortir CQFD.
      Ce que ça va coûter, c’est à R$ & R£ de le payer !


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 16 mars 08:46

      Quelle que soit la clause, va falloir renégocier des choses de toute façon.

      Le Royaume-Uni a choisi l’article 50, c’est donc tactiquement plus intéressant d’y passer aussi. On garde vis a vis du monde une certaine crédibilité (et donc une certaine stabilité des taux d’intérêt) ce qui est fondamental pour une sortie ordonnée.

      Même Béchade qui n’est pas de gauche propose une sortie simultanée mais ordonnée de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce pour peser plus.

      Mon avis est que vous, les gauches sentez avoir perdu votre légitimité morale face à papi Asselineau. Et vous essayez tant bien que mal, comme le FN, à rattraper ou surenchérir à coups de détails son programme poussiéreux d’il y a dix ans.
      Asselineau a volontairement choisi un programme apolitique, tactiquement c’est bien vu. Je lui ferai plus confiance qu’à vous au niveau stratégique.

      Asselineau n’essaie pas de vendre sa camelotte à coup de bricolage de programme de dernière minute. C’est ça, sa légitimité morale.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 08:55

        @La Voix De Ton Maître

        c’est quoi, « les gauches » ?
        ça vient de sortir ?

      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 16 mars 09:03

        @Jeussey de Sourcesûre

        PS, PC, Insoumis, le parti de l’auteur, le parti du facteur...

        D’ailleurs il y a l’hollandaise qui va pas tarder à sortir, effectivement.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 09:07

        @La Voix De Ton Maître
        Alors, tout est dans tout et inversement.

        Si Besancenot, c’est la même chose que Hollande, toute analyse politique devient impossible et discuter revient à bavarder, pour occuper le temps !

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 09:19

        @La Voix De Ton Maître
        Le Royaume Uni n’a rien choisi du tout !
        L’article 50 est le seul moyen de régler les problèmes du divorce d’avec les 27 autres pays.


        Les Traités n’ont pas été signés avec la Commission européenne, ni avec Merkel, ils ont été signés par chaque pays avec chacun des autres pays. Que nous ont fait ces pays pour qu’on parte en claquant la porte comme des malpolis ? Rien. Ce sont de futurs partenaires commerciaux et diplomatiques, et comme dans un divorce, il vaut mieux s’entendre avec eux.

        Et en les traitant comme des moins que rien, vous comptez signer avec eux ensuite, des accords de coopération ? Ils vont vous envoyer sur les roses, et diront qu’un pays qui viole les Traités internationaux est un danger public en qui personne ne peut plus faire confiance !

      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 16 mars 09:19

        @Jeussey de Sourcesûre

        Mélanchon + le PRCF, ca fait bien trois, non ? Les gauches !

        Et je crois que vous abusez de l’article 61 et 63 de la convention du changement de sujet.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 09:23

        @Fifi Brind_acier
        Mes excuses, mon commentaire était pour Jessey de Sourcesûre !


      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 16 mars 09:27

        @Fifi Brind_acier

        Vous avez tellement pris l’habitude de me taper dessus. Allez reprendre un café smiley


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 10:03

        @Fifi Brind_acier

        C’est ça que vous proposez ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 10:08

        @Jeussey de Sourcesûre
        America first  !! Je ne savais pas que Trump avait copié son programme sur celui du Conseil National de la Résistance française ! Quel scoop !

        Et si vous preniez le temps de lire le programme de l’ UPR et de commenter ensuite, non ?


      • doctorix doctorix 16 mars 17:56

        @Fifi Brind_acier

        Ce programme n’est pas écrit encore ; mais il est actualisé :
        Bon, c’est un peu long.
        Normal quand on veut être complet.

      • PiXels PiXels 16 mars 21:02

        @doctorix
        .
        Ah ben on est dans de beaux draps si fifi herself ne SAIT pas (ce qui est « écrit » -ou pas- dans « les textes saints ») !


      • PiXels PiXels 16 mars 21:05

        Mais c’est vrai que j’avais remarqué que DIEU le (pé)père a tellement confiance dans les capacités de compréhension de ses fidèles que ses « textes » il ne les écrit pas.. il les enregistre en vidéo !!!


      • PiXels PiXels 16 mars 21:14

        Pour comparaison, pour « comprendre » l’UE
        http://europe.jean-luc-melenchon.fr/analyses-des-textes-votes-en-session/
        Attention, déconseillé à ceux qui ne savent pas lire et ceux presque aussi nombreux incapables de comprendre autre chose que les « réflexions » primaires et pré-machées d’un gourou.
        .
        Dit autrement : réservé à des personnes capables de « penser par elles-mêmes »
        Ce qui n’oblige pas à « TOUT avaler » en bloc !!!


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 10:06

        @PiXels
        Si, mais comme le programme UPR 2017 c’est une vidéo de 3h40, j’ai préféré l’ancien qui sert de base, sinon vous auriez encore poussé des cris d’orfraie  !

        Voici un ajout sur l’agriculture et l’écologie. Seulement 22 minutes.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 10:08

        @PiXels
        Personne ne reproche à Mélenchon son programme écolo et social, ni de vouloir réformer l’ Europe.

        On lui reproche sa phrase « l’ Europe on la change ou on la quitte », alors qu’il n’a pas du tout l’intention d’en sortir.


      • Hecetuye howahkan howahkan 16 mars 08:52

        Salut, autant d’absolues contre vérités signe la mort définitive du PC..RF ou pas RF ..pour moi...
        la gauche, enfin la pseudo opposition à la finance pseudo libérale aujourd’hui toute puissante avec ses faux billets et ses guerres aussi est morte et c’est une très très bonne chose,, pour moi elle fut et essaye de rester le parfait sous marin du mondialisme, elle fut créée par eux, dirigée par eux....coulées par eux ...

        Messieurs les fausses gauches et faux opposants dont pas mal de vos membre ne savent pas cela, et de tous les PC du monde votre temps est fini et c’est tant mieux..

        maintenant nous avons contre les masses un bloc unitaire de parasites financiers apatrides....et si les masses continuent à ne pas vouloir cooperer et partager en créant volontairement une société équitable et bien ce bloc il va gagner la partie pour des siècles..

        or le seul cri de la masse c’est : nous ne sommes responsables de rien..ce qui est faux...en fait le probleme majeur à l’origine il y a longtemps vient de la masse elle même , et plus précisément de nos cerveaux mais bien que ce soit le même sujet , c’est pas le moment de trop complexifier tout cela, déjà que le superficiel n’est pas perçu comment voulez vous avoir accès au subtil profond ???

        car la polarité du refus d’une société équitable ,juste ,etc est ce qui a permis au maître parasite d’émerger..

        ceci bien sur ne sera pas compris sinon nous serions depuis des siècles dans un monde extérieur juste donc en paix..

        Ce qui est dit ici parait dément et faux pour certaines, et ce sera pourtant une base pour l’unité des humains..

        mais nous essayons juste de garder la competition qui est guerre en demandant au gagnant : soyez gentil maître...

        Ce qui se passe sur la planète va en fait pour moi et pas mal de gens jusqu’au fondement même de ce que hélas nous sommes devenus et aux fondements même de l’humain..et de notre nature pervertie..pas de soucis là de suite cela ne var rien dire du tout.car l’immédiat est la peur, la colère, la résignation, ou pour certains plus de pognon encore aujourd’hui même si j’en ai assez pour 100 années..pendant que d’autres vont mourir de faim ou à cause de nos guerres à nous...

        c’est un sujet planétaire humain, la planète elle n’a pas besoin de notre présence .. et questionne la survie même du plus grand criminel que la terre ai engendré , quoique ce coté criminel là aussi vienne entièrement de nous mêmes...car nos pseudo ancêtres ne furent jamais de grands singes violents....théorie néocons et en général des parasites pour excuser leurs crimes et leurs démences ce qui prouve qu’ils savent qu’ils sont déments..

        seul une masse unie sur l’essentiel aura le poids nécessaire

        coopération partage équitable en paix ?

        ou

        compétition en guerre ?

        Sachant que nous sommes absolument persuadés encore que il n’y a aucune autre alternative, TINA....et que la competition donc l’élimination est notre nature profonde, sans rien y comprendre..seul a ce stade un miracle, des miracles sont nécessaires...

        Or ceci commence à changer..de + en +....l’éveil des masses serait il en marche... ?

        l’ occident me semble être le plus mauvais élève...donc doit travailler plus..


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mars 08:57

          @howahkan

          «  le probleme majeur à l’origine il y a longtemps vient de la masse elle même , et plus précisément de nos cerveaux »

          parle pour toi !

        • Hecetuye howahkan howahkan 16 mars 09:25

          @Jeussey de Sourcesûre

          allons tu ne sais même pas de quoi je parle !

          mais je comprends ta réaction...elle est spontannée et prévisible..

           smiley


        • Tall Tall 16 mars 09:00

          Bonne idée ça, la sortie unilatérale ... parce qu’avec le petit fonctionnaire juridico-méticuleux Asselineau, il suffit de punaiser un papier marqué « Sortie interdite » sur la porte pour que le gars s’arrête. Tu parles d’un chef d’Etat smiley


          Alors qu’en réalité la France paye + à l’UE que l’inverse ( 6 milliards / an ) et qu’aucune armée de l’UE ne peut contraindre la France.

          Juste un bras d’honneur aux germains et c’est fini !

          En attendant, le candidat-gouverneur de la province France part s’agenouiller devant la Fuhrerine du 4e reich ( qui a déjà reçu Fillon, très jaloux du coup .. )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires