• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Syriza a-t-il capitulé face à l’Eurogroupe ?

Syriza a-t-il capitulé face à l’Eurogroupe ?

Il y a exactement un mois, les Grecs votaient pour mettre fin à la tutelle antisociale de leur pays par la troïka. Même si Alexis Tsipras semble encore très populaire et s’il est trop tôt pour émettre un jugement définitif, le nouveau gouvernement semble avoir beaucoup cédé vendredi et hier.

Capitulation en rase campagne ?
 
C’est la question qui se pose de plus en plus depuis le premier accord de vendredi. L’accord très rapide de l’Eurogroupe aux propositions de Tsipras incite sérieusement à la méfiance. D’ailleurs, le Monde a titré dans un premier temps son papier « la Grèce de Tsipras se plie aux exigences de Bruxelles  » et parle des remous que suscite au sein de la majorité tout ce qui a été cédé depuis une semaine. En fin de semaine, pas moins de quatre parlements nationaux, allemand, hollandais, estonien et finlandais, devront se prononcer sur les propositions du nouveau gouvernement grec. En cas de refus, le prolongement du plan grec ne serait pas confirmé. Le contenu de ces propositions est très inquiétant.
 
Tsipras prévoit de « répondre aux besoins liés à la progression de la grande pauvreté grâce à l’accès à la nourriture, à un logement, aux soins  » mais aucun détail n’est évoqué et il est précisé que ces politiques seront menées « en veillant à ce qu’elles n’aient pas d’impact budgétaire négatif  ». Il se focalise sur la lutte contre la désertion fiscale. Pire, il s’engage « à étudier les privatisations qui n’ont pas encore été lancées, de manière à maximiser les revenus que l’Etat pourrait en tirer  ». Et sur les salaires, il ne parle que d’« une approche intelligente de la négociation collective sur les salaires. Cela inclut une volonté d’augmenter le salaire minimum en préservant la compétitivité (…) L’augmentation de ce salaire et son timing seront décidés en concertation avec les institutions européennes et internationales  ».
 
Faut-il abandonner tout espoir ?

Devant les capitulations successives depuis vendredi, on peut se demander aujourd’hui si on peut encore placer le moindre espoir dans Syriza. La semaine dernière, le nouveau gouvernement grec a accepté de se placer dans le cadre des accords passés, tant honnis. Il a accepté de se soumettre (certes a posteriori) au jugement d’une troïka qui ne dit pas son nom. Lundi, Jean-Claude Juncker avait prévenu qu’avec le nouveau salaire minimum « il y aura six pays en Europe qui auront un salaire minimum inférieur  ». Mais que reste-t-il des promesses de fin de la tutelle du pays et de rupture politique avec les politiques antisociales du passé, pourtant votées de manière prometteuse quelques jours après l’élection.

Pour qui veut garder espoir, on peut se dire que les textes acceptés ces derniers jours pourraient être un moyen de se garder les mains libres pour les quatre prochains mois, qu’ils n’empêcheraient pas une remise en cause d’un certain nombre de politiques du passé. Il est sans doute encore un peu tôt pour juger Tsipras définitivement, mais la tendance est tout de même très inquiétante, comme le notait avec raison Romaric Godin dans la Tribune suite à l’accord de la semaine dernière. Où l’on voit que ne pas être capable de rompre avec ces maudites institutions européennes est une camisole qui limite grandement la capacité de décision d’un gouvernement, comme on le constate depuis si longtemps.

Il n’est pas exclu que Syriza nous surprenne en bien dans les prochains mois mais faute est de constater que les derniers jours représentent une sacrée douche froide pour ceux qui, y compris en Grèce, espéraient que leur pays sortirait de la tutelle de la troïka et des politiques antisociales.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

164 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 25 février 2015 10:18

    Depuis le début je dis qu’il un bouffon... !


    • Le p’tit Charles 25 février 2015 12:20

      @Le p’tit Charles...Même pire...en entubeur de peuple... !


    • Le p’tit Charles 25 février 2015 15:09

      @Le p’tit Charles...Un menteur...comme Hollande ou Sarkozy...un flagorneur... !


    • Garance 25 février 2015 16:21

      @Le p’tit Charles


      Bienvenue au Club

      Moi-même qui ici prévoyais que cette farce allait tourner en eau de boudin ; que n’ai-je lu de l’avoir écris.... !!!!

      Pensez-donc ; la belle Ariane en manque d’amour aprés ses espoirs mal placés auprès de la Merluche se rabattait sur le beau pâtre grec à la gueule de métèque

      C’est vous dire l’engouement : le Che du Péloponèse tel le Messie était arrivé

      Le sirtaki fini : la gueule de bois

      Circulez y a rien à voir

      Un peu comme à Sirvens ou à N.D. des Landes ou les Bolos font des Charlie-Bisous aux CRS comme il en fut à voir au Charlie-Show parisien


      Z’en sont pas encore revenus les CRS-Boys que les Bolos soient si cons de les avoir embrassé

      Ils ont pris çà pour un encouragement pour la suite



    • Le p’tit Charles 25 février 2015 17:40

      @Garance...Comme pour l’Italie...Plus ça va pire c’est..la représentation politique se fait avec des intrigants...même chez nous ou le peuple ne voit rien...aveugle et sourd... ?


    • La mouche du coche La mouche du coche 25 février 2015 21:33

      Celui qui, dès le début, nous a dit que ce gouvernement était un goldstein orwellien de la Banque, est FRANÇOIS ASSELINEAU. Lui seul a dit la vérité. C’est lui que nous ecouterons désormais en riant des autres. smiley


    • anomail 26 février 2015 11:36

      M’ouais.

      Tout le monde les regarde, il ne faudrait pas qu’ils arrivent à démontrer qu’il est possible d’échapper à l’asservissement par endettement perpétuel.

      A mon avis ils on tout simplement reçu des menaces de mort, mais c’est probablement mon coté conspirationniste smiley


    • A. Nonyme A. Nonyme 26 février 2015 23:47

      @Le p’tit Charles

      Le pire c’est que de voir à quel point cela vous réjouit de voir la finance assouvir l’espoir de tout un peuple !


    • alinea alinea 25 février 2015 10:28

      Encore !!! Ça vire à l’obsession !!


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 09:41

        @alinea
        Ben forcément, puisqu’à Gauche, personne ne veut sortir de ce machin européen !
        Il faut bien que ce soit d’autres qui s’y collent.
        Le CNR n’a pas été proposé par la Gauche, mais par De Gaulle.
        Les dirigeants communistes n’étaient pas à Londres, ils étaient dans des datchas à Moscou.


      • alinea alinea 26 février 2015 11:54

        @Fifi Brind_acier
        Fifi ! c’est de l’auteur dont je parlais, qui arrête pas de nous bassiner depuis un moment avec Tsipras qui se couche, tout en nuançant que peut-être pas !!


      • Diogène diogène 25 février 2015 10:29

        Faire gober à des électeurs qu’il est possible de nécier à l’intérieur du système sansle remplacer par autre chose est de la pure démagogie.

        Ça peut tenir le temps d’une campagne électorale.
        Pas le temps d’un mandat.
        Est-ce que l’emprunt russe a été remboursé après 1917 ?

        • JCBeaujean 25 février 2015 18:03

          @diogène

          Oui Père Emptoire, par monsieur Poutine après sa venue au pouvoir, avec des aménagements.
          Documentez-vous un peu plus avant de parler, ça vous évitera de mélanger choux et lapins.
          Et attendez-vous à voir Tsipras tenir ses engagements avec la tactique de l’intelligence du plus faible (physiquement). Il ferait beau voir de réussir en disant NTM, Cynique à courte vue.


        • Croa Croa 25 février 2015 21:15

          À JCBeaujean,

          Effectivement les russes ont ’’remboursé’’. 
           smiley Mais le titre ne valait plus grand chose ! smiley


        • Gnostic Gnostic 25 février 2015 10:30

           Ben OUI quoi il a baissé son bénard tu ne t’y attendais pas ?


           smiley

          Et si un jour ton Dupont Gnan Gnan il arrivait au pouvoir, il ferait la même chose

          N’est pas De gaulle qui veut

          • Croa Croa 25 février 2015 21:21

            À Gnostic,
            *
            De Gaulle aussi n’était pas infaillible et il lui est arrivé de faire aussi des conneries. Généralement il a su comprendre et su réagir mais il a eu aussi de la chance.

            Je pense que la messe n’est pas dite.


          • titi 26 février 2015 14:56

            De Gaulle il avait un budget à l’équilibre, la bombe A, et 4 portes avions à la mer.

            Y’a pas à dire, quand on négocie, ça finit toujours par compter.


          • Croa Croa 26 février 2015 22:50

            À titi,
            *
            C’est à propos de l’Algérie qu’il a fait des bêtises. La bombe ne pouvait pas l’aider !


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 février 2015 10:35

            Hier Bruxelles a mis genoux à terre devant les maitres chanteurs grecs.
            C’est maintenant au « moteur franco-allemand » de remorquer la lourde remorque des pays mal gouvernés et qui trainent dans les abysses de la corruption ! C’est donc au « moteur franco-allemand » de consommer la sueur prolétaire franco-allemande afin de sauver la face à la « Communauté Communiste Européenne » ! Qui se sent morveux se mouche, « l’Europe » est « cela » et c’est à prendre ou à laisser !


            • Diogène diogène 25 février 2015 12:31

              @Mohammed MADJOUR


              la « Communauté Communiste Européenne »

              ça s’arrange pas dîtes-donc !
              Faut consulter !
              Et vite !

            • Pascal L 25 février 2015 12:48

              @Mohammed MADJOUR
              le moteur Franco-allemand n’existe pas en économie et la France sera parmi les prochaines victimes d’un système tout entier tourné vers la prédation.

              Les Grecs ne font que réclamer le retour de tout ce qui leur a été pris, il n’y a pas de maîtres chanteurs. Le système Grec avant l’Euro avait remplacé l’impôt par l’inflation et cela leur convenait. Le passage à l’Euro sans préparation est dans ce cas une condamnation à mort. L’Europe aurait pu proposer un passage partiel à l’Euro, en réservant l’Euro à ceux qui payent l’impôt. La comparaison entre les deux systèmes aurait permis un passage en douceur dans un sens ou l’autre.

            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:06

              @Pascal L
              Un gouvernement dit « de Gauche » soutenu par Obama, tout le peuple de Gauche devrait avoir un clignotant rouge qui s’allume... La Grèce est surarmée, c’est un pilier de l’ OTAN, et ses eaux territoriales regorgent d’hydrocarbures.


              Obama et les médias ne propulsent que des marionnettes qui ont fait preuve de vassalité.
              Un autre Parti Grec, l’ EPAM, propose l’union sans condition des Grecs pour sortir de l’ UE, de l’ euro & de l’ OTAN. Il n’a pas été médiatisé, comme par hasard.

            • tf1Groupie 26 février 2015 12:06

              @Fifi Brind_acier

              Si les eaux territoriales grecques « regorgeaient d’hydrocarbures » alors les grecs n’auraient pas vraiment de problèmes économiques !!

              Faut arrêter de dire n’importe quoi.

              C’est dingue comme les esprits rebelles nous trouvent du pétrole partout depuis quelques temps.
              Avec les complotistes on n’aura jamais de pénurie d’énergie smiley


            • Pascal L 26 février 2015 12:23

              @Fifi Brind_acier
              Si les eaux grecques regorgent d’hydrocarbures, c’est sans doute à cause du dégazage des pétroliers.

              La Grèce a toujours été soutenu par les USA qui y voient un frontière du monde civilisé. Cela n’a probablement rien à voir avec la couleur politique des dirigeants. C’est ce qui me fait penser que nous naviguons en plein vaudeville. Malheureusement personne ne pense au peuple grec. Enfin, peut-être si la Grèce arrive à sortir de l’Euro, mais aucun dirigeant Européen n’est prêt à en assumer les conséquences. Les grecs vont sans doute continuer à subir des fausses solutions.


            • lsga lsga 26 février 2015 18:22

              @Fifi Brind_acier
              hey fifi : tu savais que la BNP a un plus gros Chiffre d’Affaire que Godman Sachs ?


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 février 2015 12:30

              Bonjour,
              .
              « « la Grèce de Tsipras se plie aux exigences de Bruxelles  » »
              .
              C’est exactement ce que j’ai prédit et voila mon soupçon se confirme (malheureusement).
              .
              Les Grecs se sont piège fait de nouveau piège par ce nouveau gouvernement qu’il se plie au système donc au exigences du monde de la finance, donc à la TROÏKA !
              .
              Les Grecs auront du, tout suite, déclarer la faillite de leur état et claquer la porte de l’UE et de l’Euro !
              .
              Je vous conseille tous vivement de regarder cet excellent Documentaire qui à été diffusé hier soir, dimanche 24 février 2015, sur ARTE sur la TROÏKA ... donc on parle beaucoup des escroqueries de la TROÏKA et de la Commission européenne envers le peuple Grecque.
              .
              Puissante et incontrôlée : la troïka | sur ARTE en replay pendant une semaine !
              .
              Quand vous avez regardé ce documentaire une seule conclusion s’impose :
              .
              Nous avons tous l’intérêt à quitter très rapidement l’UE et l’Euro !
              https://www.youtube.com/watch?v=dx5meDjfTGo
              .
              .


              • Diogène diogène 25 février 2015 12:33

                @eau-du-robinet
                dimanche 24 février 2015


                vous êtes resté au calendrier julien ?
                ou un autre peut-être ?

              • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 février 2015 13:03

                @diogène ,
                .
                excusez moi.
                Mardi le 24 février 2015


              • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 13:50

                @eau-du-robinet


                Les grecs n’ont pas le choix
                Ils ont fait construire de belles piscines, mais n’ont pas la main sur le robinet. (sic...
                Alors évidemment Tsipras même s’il a juré que les grecs pourront se remettre à plonger, est bien obligé de revenir au principe de réalité. 

                C’est pourtant pas dur, bon dieu à comprendre, au pays d’Archimède. 

                C’est le pays du roi Midas aussi. 
                On leur avait dit qu’il suffit de toucher à l’Europe, pour que tout se transforme en or. 
                Cela a marché un temps, tant que la Grèce pouvait négocier ses bons du trésor, qui n’étaient assis que sur du vent. 

                Bon, les grecs veulent maintenant jouer l’air de la vertu outragée.

                 Je veux bien que Bruxelles et ses choux soient parfois un peu indigestes, mais tout cela me semble un peu surjoué.
                 Il arrive avec la grèce ce qui arrive à maintes cafetier, qui a laissé filé l’ardoise avec un client...
                .Il ne sera jamais remboursé, et jure en tapant dans les portes...
                J’exagère à peine. 
                Pour le moment la Grèce n’a jamais remboursé que les intérêts de la dette, ce qui est une paille par rapport à ces sommes faramineuses qui sont disparues et ne seront jamais remboursées.

                Disparues.....Pas pour tout le monde....Où est parti tout ce fric..
                .il se pourrait bien qu’il y ait un pipe line qui parte d’Athènes pour aller en suisse.
                 Sans cesse bruxelles est obligé de recapitaliser les banques, car l’argent ne tient pas en place sur les comptes, et les banques n’ont plus aucun fond. 

                On le sait, l’argent déposé sur les comptes à l’étranger est supérieur au montant de la dette.
                Les petits pays, la suisse et la Grèce, se débrouillent après tout assez bien entre eux....
                Je l’admet, ce ne sont pas les plus pauvres qui peuvent se transformer ainsi en aspirateur. 

                L’europe a eu le tort de laisser filer, d’être aveugle, alors que tout semblait inscrit dés le départ, comme dans un de ces tragédies antiques ( oedipe...)


                Ca s’appelle : Comprendre la crise grecque en six étapes. 

                Pour le reste , demain, sur FR3, ils passent à 23 heures un reportage qui a l’air intéressant : La crise grecque, une faillite européenne. 


              • lsga lsga 25 février 2015 13:53

                @bakerstreet
                comprendre la crise, sans parler de la production, et du déficit commercial : MOUARF. 


              • Piotrek Piotrek 25 février 2015 15:10

                @bakerstreet

                Disparues.....Pas pour tout le monde....Où est parti tout ce fric..

                Très simple, dans les travaux d’infrastructure titanesques entrepris depuis 2000 (lignes de train, métros, aéroports, mon préféré...) Argent qui n’a donc fait qu’une petite boucle, les promoteurs et vendeurs européens venaient directement avec le banquier, et on peut supposer que tous se mettaient des sous dans les poches comme l’a révélé l’affaire Siemens ou fortement soupçonnées pour l’armement.

                http://www.tradingeconomics.com/greece/government-spending

                http://www.tradingeconomics.com/greece/government-debt-to-gdp

                Faîtes une analyse sur 15 ans.

                il se pourrait bien qu’il y ait un pipe line qui parte d’Athènes pour aller en suisse.

                Population Grèce : 10,8M
                Population France : 66,9M

                Argent détourné révélé par l’affaire SwissLeaks :
                Grèce : 2,6M
                France : 12,5M

                Donc on est aussi bons que les grecs (ou aussi mauvais tout dépend)

                N’arrêtez pas votre raisonnement quand ça vous arrange
                , croyez pas le sentimentalisme de la presse : comptez, comptez pas en fonctionnaires, mais en dépenses en fonctionnaires... vous verrez, la France et la Grèce sont très proches.


              • Trelawney Trelawney 25 février 2015 15:30

                @eau-du-robinet

                Voila ce qui arrive quand on est retraité. On confond mardi avec dimanche


              • alberto alberto 25 février 2015 15:57

                @Piotrek et pis sans oublier les Jeux Olympiques-niques !


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 février 2015 19:51

                @Trelawney
                .
                J’ai encore dix bonnes années à travailler voire plus encore .... car on ne peut prédire à quoi rassemble le monde dans dix ans .... certainement pire que aujourd’hui ....
                .
                Hier, mardi ça été mon jour du repos, c’est ainsi que j’ai confondu ce jour avec dimanche....
                .
                Et vous, vous êtes jamais trompé ?


              • Hachka Hachka 25 février 2015 19:53

                @eau-du-robinet
                Merci pour la video, très interessante !! je la recommande également


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:11

                @bakerstreet
                Où est passé l’argent des prêts à la Grèce ? Pas aux Grecs.
                A remboursrr les intérêts de la dette et à acheter des armes ++++, à la France, à l’ Allemagne, aux USA. La Grèce a le plus gros budget militaire de l’ UE et au niveau mondial, elle arrive derrière les USA.


                Quant aux impôts, s’il n’y a pas de cadastre, ni de fonctionnaires non corrompus, c’est que les gouvernements précédents n’ont pas jugé utile de s’occuper de la question.

              • AlainV AlainV 25 février 2015 20:23

                @bakerstreet
                N’oubliez pas, à côté des bankster, la place importante des mafias en Grèce, et aussi celle de la tentaculaire mafia italienne. J’ai un ami grec qui a tout perdu quand il a refusé de coopérer avec cette dernière. S’il avait marché dans la combine, il n’aurait pas de souci à se faire pour les prochaines décennies. Mais combien ont succombé ?
                Tiens, très peu de journaux en parlent ???


              • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 21:47

                @Fifi Brind_acier


                Bon, ok mais personne ne les a obligé à acheter cette camelote tout de même. 
                Tout de même pas assez con pour acheter des rafales ! 
                Je refuse de désigner les bons et les méchants dans cette histoire où il n’y a que des margoulins, et des victimes.
                L’armée grecque....la Turquie n’est jamais bien loin....Ces deux pays n’ont par arrêté de penser leur politique l’un à l’autre.
                Les intérêts de la dette sont payés par de nouveaux prêts...Un truc qui ressemble à la pyramide de ponzi.
                Tout cela est branlant et personne ne veut être celui qui dit « le roi est nu »

              • Croa Croa 25 février 2015 21:47

                À Fifi Brind_acier « A remboursrr les intérêts de la dette »
                *
                Les intérêts ne se remboursent pas,
                c’est juste un tribut léonin  : Cet argent n’est pas crée (la banque ne crée que le capital de départ !) On ne peut pas rembourser quelque chose qui n’a pas été d’abord déboursé et cet argent là ne peut qu’être prélevé sur des richesses existantes (ou supposées lorsque on emprunte pour prolonger la dette). C’est pourquoi la croissance fabrique de la pauvreté (celui qui se dope au crédit bouffe ses concurrents, un peu comme dans un jeu de chaises musicales.)


              • Piotrek Piotrek 26 février 2015 01:46

                @bakerstreet

                Je refuse de désigner les bons et les méchants dans cette histoire où il n’y a que des margoulins, et des victimes.

                C’est parce que vous raisonner en terme de grec et de français : raisonnez en fonction de ceux qui en profitent et ceux qui paient les pots cassés indépendamment de leur nationalité

                Le type qui achète un rafale ou un fusil, il empoche une commission occulte, tout comme la ribambelle d’intermédiaires qui comprennent politiciens, oligarques et autres personnes bien placées. Pour un pont, un stade une route... c’est pareil.


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 09:47

                @Croa
                Bien sûr, la dette est fabriquée.
                Comparaison de la dette de la France, avec et sans l’article 123 du TFUE qui oblige les Etats à emprunter au marché financier.


              • Trelawney Trelawney 26 février 2015 14:29

                @eau-du-robinet

                Et vous, vous êtes jamais trompé ? Tous les jours je me trompe, c’est ce qui nous rend humain


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 18:18

                @bakerstreet
                L’Allemagne a poussé la Turquie, ennemi héréditaire des Grecs, à s’armer, pour faire peur aux Grecs. Et dans les contrats d’armements se glissent, tout à fait par hasard bien sûr, ce qu’on appelle des « rétrocommissions »..., pas perdues pour tout le monde.


                Une des causes de la dette est l’achat de matériels militaires à la France, à l’ Allemagne & aux USA.
                L’avion grec qui s’est craché dernièrement sur une base en Espagne était un F16.
                Article sur la question de l’armement grec par Michel Collon. où il compare les budgets militaires et les budgets de la santé ou de l’éducation.

              • lsga lsga 26 février 2015 18:21

                @Fifi Brind_acier
                hey fifi : tu savais que la BNP a un plus gros chiffre d’affaire que Goldman Sachs ?


              • Pascal L 25 février 2015 12:40

                Si je voulais sortir de l’Euro, je n’en parlerai pas avant le jour J pour éviter la sortie massive de capitaux. Il vaut mieux que tout le monde croie à une capitulation pour les prendre par surprise. Je me trompe peut-être, mais j’ai cru comprendre que le ministre des finances grec est un économiste non affilié à la théorie néoclassique. Il doit avoir en tête d’autres modèles que celui qu’on veut lui imposer.

                Si l’accord n’avais pas été signé, le plus grand perdant aurait été l’Europe qui aurait été obligée de revoir sa politique de prédation. J’en déduis que nous ne savons pas tout.

                Bon, si ils ne sortent pas de l’Euro, je serai très déçu, car le sale boulot de faire exploser le machin reviendra à un autre pays et surtout se fera plus tard, laissant la situation empirer. La France est une bonne candidate…

                • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 15:01

                  @Pascal L
                  Ils vont évidemment sortir de l’europe. 

                  mais tant qu’ils peuvent tirer sur l’ardoise, pourquoi se priver, puisqu’’ils ne rembourseront pas. 

                  La suite : Défaut de paiement, puis hisser le drapeau noir des pirates sur le pays. En clair, se transformer en un de ces pays opportunistes, qui attirent les capitaux, et se fait des croupières sur le dos des autres. 
                  En l’occurence, l’europe, où ce qui en reste

                • lsga lsga 25 février 2015 15:05

                  @bakerstreet
                  il me paraît assez peu probable que la Grèce sorte de l’Euro, car cela provoquerait une crise bancaire considérable en Allemagne et en France, et forcerait la BCE à imprimer des billets à la pelle, ce qui est précisément ce qu’ils cherchent à éviter.

                   
                  La vérité, c’est que tout se passe bien. La Grèce paye ses intérêts, personne ne lui demande rien d’autre. En échange, elle sert de clochard européen dont la misère fait peur aux autres travailleurs européens. 

                • taktak 25 février 2015 15:09

                  @Pascal L
                  Pour une politique de gauche, au service de la classe des travailleurs : il n’y a qu’une seule solution sortir de l’ue et de l’euro par la porte de gauche.

                  Syriza et avec lui l’ensemble de la coalition du PGE est face à la fin des dangereuses illusions qu’ils propagent depuis des années : il n’est pas possible de réformer l’UE. Le coup de force, le coup d’état financier de la BCE le prouve à nouveau.

                  Pour s’en sortir, il faut en sortir. Briser les chaines de cette prisondes peuples qu’est l’UE du capital.

                  C’est aux travailleurs en grèce, mais cela vaut aussi en France et ailleurs, de se mobiliser pour cela. En grèce, ils ont la chance de pouvoir s’appuyer notamment sur le KKE et le PAME qui avait indiqué que sans sortir de l’UE et de l’euro, le programme de Syriza resterait une liste de promesse mais que la réalité serait la politique de la Troïka capitaliste.


                • lsga lsga 25 février 2015 15:13

                  @taktak
                  mais n’importe quoi vraiment... Et tu oses te prétendre Communiste ?

                   
                  IL FAUT UNE RÉVOLUTION EUROPÉENNE !
                   
                  voilà ce qu’on dit quand on est communiste. Il ne s’agit pas de briser l’appareil de production, mais d’en prendre le contrôle. Le peuple grec devient révolutionnaire, et vous, au lieu de le rejoindre dans la Révolution, vous le poussez dans l’escalier hors de l’Euro. Vous êtes contre-révolutionnaires.

                • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 16:07

                  @lsga


                  Entre la peste et le choléra....Mais la BCE a commencé déjà à se transformer en planche à billets, et pourrait bien continuer, ce qui fera repartir l’inflation. No problem pour l’investissement et le remboursement de la dette qui baissera d’autant.

                  En tout cas, on est arrivé au bout du bout avec la grèce, qui ne peut vivre que sous perfusion ; ces remboursements ressemblent furieusement à la logique de la pyramide de ponzi : Rembourser de petites créances ( les intérêts) avec l’argent qu’on lui prête, en promettant bien sûr des jours meilleurs. 

                  Jusqu’à 2009, il suffisait qu’elle émette des bons du trésor pour qu’on continue à lui prêter...Il est vrai que l’europe a fait preuve d’un curieux aveuglement....
                   Bon, peut être y avait il des experts spéciaux, comme pour ceux qui ont allongé 400 millions à Tapie, ou qui ont bradé les autoroutes. 

                  Sans doute ces gens là ont sauté maintenant de l’avion dans leurs beaux parachutes dorés, après avoir touché les golden hello

                • doctorix doctorix 25 février 2015 17:11

                  @Pascal L

                  Mon avis est aussi que la Grèce va sortir de l’Euro et de l’Europe.
                  Et quelque chose me dit que c’est Poutine et la Russie, peut-être la Chine, qui lui donneront la main pour franchir le pas.
                  Imaginez le plaisir qu’auront ces deux pays, juste pour quelques milliards d’Euros, de se payer la tête de l’Europe et des USA !
                  De s’offrir en vitrine le berceau de la civilisation occidentale !
                  Dans les quatre mois qui viennent, temps nécessaire à peaufiner les détails, et habilement gagnés dans un combat style Horace et Curiace ou c’est celui qui semble perdre qui va gagner, je pense qu’une photo fera la une des journaux : Poutine et Tsipras, rigolant comme des bossus avec la main levée et fermée, sauf le majeur.
                  Bien sûr c’est une intuition et je ne peux rien prouver...
                  Mais avouez que ce scénario serait plaisant !

                • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 18:04

                  @doctorix

                  Je pense moi aussi que ce n’est pas impossible, au vue des lois de la gravitation et de l’opportunisme.

                • lsga lsga 25 février 2015 18:08

                  vous ne comprenez rien à l’économie c’est effarant.

                   
                  Donc, la Russie est en crise économique, une crise immensément plus grave que la crise de l’UE. Pire : LA GRÈCE EST UN CONCURRENT DE LA RUSSIE, car elle exporte du pétrole en UE.
                   
                  La Chine vient de racheter une part très importante du Capital grec, pour pouvoir poser le pied en Europe.
                   
                  Sans déconner : apprenez le fonctionnement du Capitalisme.

                • doctorix doctorix 25 février 2015 18:44

                  @lsga

                  Ne jouez pas au grand professeur, votre discours est le plus souvent approximatif.
                  Par exemple, il y a 25 jours il fallait 79 roubles pour avoir un euro.
                  Aujourd’hui il n’en faut plus que 70. Dollar, 68--->62.
                  Le pétrole est reparti à la hausse (légère) depuis le 1er janvier.
                  Ce qui veut dire que l’attaque US + pays producteurs de pétrole contre la Russie est en train d’échouer.
                  Poutine a annoncé deux ans de difficultés au maximum, à mon avis ce sera moins.
                  La Russie a d’immenses richesses, et elle reprendra rapidement un des premiers rôles.
                  Elle a tout à fait les moyens de s’offrir une danseuse.

                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:15

                  @lsga
                  Vous jouez petit bras aujourd’hui, d’habitude vous nous parlez de révolution MONDIALE, sinon intergalactique...


                • AlainV AlainV 25 février 2015 20:57

                   @PascalL
                  Très bien vu. La situation actuelle de la négociation peut s’expliquer ainsi :

                  "Si la violence des institutions européennes apparaît aujourd’hui à nu, si l’Europe s’est trouvée acculée à répondre par la violence, par le déni de la démocratie, le chantage aux exigences du gouvernement grec, il faudrait prendre garde de ne pas oublier qu’elle l’a fait en réponse et par réaction aux élections grecques et à la stratégie suivie par le gouvernement après les élections — une stratégie reposant d’une certaine façon sur un « comme si » : « Faisons comme si l’Europe était démocratique  ; faisons comme si une véritable négociation pouvait avoir lieu ; faisons comme si les revendications d’un gouvernement élu pouvaient être entendues ; faisons comme si l’Europe pouvait prendre en compte la crise humanitaire qui ravage la société grecque ; faisons comme si l’Europe pouvait entendre la voix de la raison. » On peut comprendre sous cet angle le fait que le ministre des Finances grec n’ait pas utilisé l’argument ou l’arme de la sortie de l’euro — comme le fait qu’il ne se soit pas seulement référé à Marx et à Keynes, mais aussi, non sans humour, à Emmanuel Kant… C’est un peu le paradoxe du comédien : s’il s’agissait de faire « comme si », il fallait le faire sérieusement, jusqu’au bout."Dimitris Alexakis

                  http://www.okeanews.fr/20150225-nous-avons-besoin-de-temps-et-nous-ne-pouvons-pas-revenir-en-arriere

                  Ce n’est pas qu’une petite nuance !


                • Hachka Hachka 25 février 2015 21:07

                  @lsga
                  Faire la révolution nous français  ? pourquoi  ? nous sommes le peuple dont les élites opprimes les autres peuples à notre profit avec l’allemagne !! la preuve est qu’on nous accorde (et l’on nous accorderas toujours ) les déficits supérieurs à la règle ! Notre histoire nous protège à un niveau to big to fail ! Nos syndicats telle le village gaulois d’astérix, résiste encore et toujours face à la moindre dégradation sociale (merci a eux) malgrès leur non représentativité. Notre RSA est plus élevé que le salaire au SMIC d’un grecque ! C’est aux satellites à brisé leur chaines.. personnellement je serais prêt a vivre avec moins pour vivre en harmonie avec les autres peuples europpéens et sauver la planête, mais je suis un boudha :) et notre pays est bourré de gens borné croyant tout mieux savoir que leur voisin. Chaque radio ou chaine télé est profondément imprégné d’une idéologie capitaliste de part les questions orientés des présentateurs, la vie effréné des gens les empêche de prendre du recul et de sortir de leur sertitude ! La seule priorité dont notre pays peut faire sienne, c’est d’inculquer la spiritualité, l’instant présent pour apprendre aux gens a se reconnecter a eux et aux autres ! c’est la seule révolution qui peut avoir lieu dans ce pays et qui peux débouché sur ce que tu souhaite Isga


                • Croa Croa 25 février 2015 21:57

                  À lsga,
                  *
                  Peu importe, si un pays quitte la zone € ou l’UE, de toute façon la révolution sera européenne : Ça fera boule de neige, forcément !


                • lsga lsga 26 février 2015 00:11

                  ce que les grecs ont de meilleur à exporter en Europe, c’est la révolution.



                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 08:38

                  @Hachka
                  Je crois surtout que les Français sont de grands épargnants, 16 ou 17% des revenus.
                  Le jour où ils l’estimeront utile, comme l’a déjà conseillé le FMI, ils piocheront dans l’épargne des Français, comme ils ont déjà fait à Chypre.
                  Comme si la spiritualité pouvait empêcher de fermer les banques et de piller les comptes...
                  Faut redescendre sur terre.



                • lsga lsga 26 février 2015 16:36

                  une révolution planétaire. 


                • lsga lsga 26 février 2015 16:51

                  L’instauration d’une démocratie de conseil, donnant le contrôle direct de l’ensemble de l’appareil de production à toute la population mondiale, permettant de gérer l’économie démocratiquement, scientifiquement, sans recourir aux peusdo-sciences financières.

                   
                  ça permettra de faire la prochaine révolution des structures économiques, celle qui est impossible dans le Capitalisme car génératrice d’un chômage colossale et d’un effondrement des profits : le passage aux geentechs (décuplement de la production électrique mondiale grâce à des centrales thermiques type Ivanpah et à l’utilisation de ligne gigantesques de courant continu), et robotisation massive (tout ce qui est automatisable est automatisé ==> libération des être humains de l’obligation de travailler : tu as les sous-titres en cliquant sur l’icone en bas à droite, sinon, le texte traduit ici).
                   
                  Cette société ultra-démocratique, ultra-scientifique, mondiale, revient à abolir la propriété privée des moyens de production (tout est décidé démocratiquement), à abolir le les États (le gouvernement ce fait par le bas), les Nations (c’est mondial), et à abolir le travail obligatoire (les machines remplacent les ouvriers). Elle correspond très précisément à ce que Marx et Engels nommaient SOCIALISME

                • lsga lsga 26 février 2015 17:59

                  @Gauche Normale
                  oui, le plan B c’est ce qui se passe en ce moment. Sans révolution, le « peuple » n’aura pas le pouvoir, c’est aussi simple que cela. Les bourgeois garderont le pouvoir. Or, il y a 2 types de bourgeoisie aujourd’hui. Donc deux possibilités :

                   
                  1. Soit la bourgeoisie financière prend le dessus, et les réformes libérales continuent, et elles continuent à uniformiser par le bas le niveau de vie sur Terre, continuent à faire tomber les douanes, et à rassembler tous les travailleurs dans un grand marché unique. Cela finira par aboutir à une Révolution mondiale façon 99%. 


                  2. Soit l’ancienne haute bourgeoisie nationale (celle qui a instauré le fascisme et le nazisme au 20ème siècle), arrive à récupérer une partie du mécontentement populaire, et réinstaure des États Nations ultra-autoritaires, avec des douanes et des frontières infranchissables, et des politiques militaristes violentes pour entretenir des États Providence et ainsi garder le soutient de leur population (ex : poutine en Russie). Cela nous conduira très rapidement à une Guerre Mondiale, et donc à une révolution mondiale type Bolchévique. Bref : Socialisme ou Barbarie, soit la Révolution planétaire avant la guerre mondiale, soit la guerre mondiale puis la révolution planétaire. 
                   
                  La possibilité 1. semble la plus probable aujourd’hui, mais personnellement, je sens que c’est la 2. qu’on va se coltiner. 
                   
                  Heureusement, il existe la 3ème bourgeoisie, celle qui émerge des nouvelles technologies, qui ne veut aucune des deux solutions citées précédemment, qui rêve de vivre dans les mondes de science fiction qui ont baigné leur enfance, et qui donc va certainement venir soutenir la révolution mondiale. Elle est en concurrence frontale avec l’Oligarchie Financière. 
                   
                  Bref, quoi qu’il en soit, bienvenu dans ce monde de merde. 

                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 18:24

                  @lsga
                  Sur le papier, ça se tient. C’est dans la pratique que ça fonctionne plus.
                  C’est dommage que chaque fois que vos théories ont croisé la pratique, ce fut la cata et le remplacement des 1% de capitalistes par les 1% d’apparatchiks.
                  Faudrait peut-être revoir la théorie ??


                • lsga lsga 26 février 2015 18:28

                  @Fifi Brind_acier
                  je veux juste vous rappeler que la France n’est pas un pauvre petit pays dominé par les USA, mais une grande puissance impérialiste en guerre économique contre les USA et la Russie.

                   


                • lsga lsga 27 février 2015 17:25

                  La première guerre mondiale a généré les Front Populaires européens.

                  La seconde guerre mondiale a généré la Révolution Bolchévique et celles qui ont suivi. 
                   
                  Comme disent les italiens : a la terza !
                   
                  Mais à titre personnel, je préférerais qu’on fasse la révolution AVANT cette fois-ci.
                  Mais vu que les crétins de réacs sont toujours majoritaires, je doute qu’on y arrive.
                   
                  Tant pis. On aura plus de fusils, voilà tout. 

                • Alren Alren 25 février 2015 13:03

                  La « capitulation » aurait été l’abrogation des mesures sociales envers les plus défavorisés.


                  Or ce n’est pas le cas. Et c’est l’essentiel. 

                  Quelle que soit l’issue de la négociation, on pouvait être assuré que les merdias clameraient que l’Allemagne avait remporté une victoire complète (« une capitulation sans conditions », est-ce la revanche de 1945 ?).

                  Car bien entendu, il faut faire croire aux autres peuples, Espagne, Irlande, puis Portugal, Italie, France, que la Grèce est le vilain petit canard, le « mauvais élève », dont il ne faut pas suivre l’exemple.

                  Comme diraient nos ennemis anglo-saxons : « Wait and see ! » messieurs ! On verra bien dans quelques mois qui a gagné !

                  • taktak 25 février 2015 15:16

                    @Alren
                    lisez la lettre du gouvernement tsypras. vague sur les réformes sociales, très précises sur les engagements exigées par la troika

                    Soyons certain d’une chose, si syriza veut mettre en application son programme de gauche, c’est incompatible avec l’euro et l’union européenne. Il va falloir choisir. Entre le peuple ou la dictature européenne.

                    Rappelons que l’echec de Syriza, sa capitulation, c’est les portes grandes ouvertes aux fascisme.
                    C’est la poursuite de l’euro austérité et la catastrophe sure à 100%

                    Militant du PRCF, mon choix est fait : celui de la sortie de l’UE et de l’euro par la porte de gauche. je ne comprend pas l’entetement à vouloir perdre d’une certaine « gauche » qui préfère l’UE des marchés aux intérets des travailleurs.


                  • Alren Alren 25 février 2015 15:41

                    @taktak


                    Nous verrons bien, taktak, si les mesures sociales d’urgences sont mises en œuvre dans les prochaines semaines en Grèce, ou si elles ne le sont pas.

                    Il était impossible pour la Grèce de sortir ces jours-ci de l’euro pour la raison toute bête qu’il n’y avait pas de billets en drachmes imprimés.

                    En gagnant du temps, le gouvernement Tsipras pourra être plus crédible dans une menace de sortie que les dirigeants non-allemands de l’UE ne veulent pas. 
                    Car ils savent que s’ensuivrait une radicalisation antilibérale ayant le soutien populaire en Grèce. Comme cela a eu lieu en son temps à Cuba. 
                    Et là encore, la crainte est une aide directe de la Chine et de la Russie, celle-ci servant de « masque », qui permettrait une amélioration du niveau de vie des Grecs. Fâcheux exemple pour d’autres pays, d’autres peuples.

                    En prônant la sortie « en douceur » de l’euro par la Grèce, Giscard montrait qu’il n’était plus dans le coup, dans le complot des ploutarchistes contre les travailleurs.

                    Je ne comprends pas ce que signifie concrètement « sortir de l’UE et de l’euro par la porte de gauche ».

                    En cas de retour aux petites monnaies nationales, ce serait la course à qui dévaluerait le plus. Je ne suis pas sûr que cela ferait l’affaire des peuples concernés.

                  • lsga lsga 25 février 2015 15:43

                    @Alren
                    et sur le déficit de la balance commerciale ?


                  • alinea alinea 25 février 2015 16:39

                    @Alren
                    J’allais écrire pus bas :
                    pas un seul pour avoir confiance ?
                    Et je vous ai lu.
                    Merci !
                    C’est tellement évident qu’il leur faut du temps pour se retourner !


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:27

                    @Alren
                    Cessez de répéter que ce serait l’apocalypse !
                    De nombreux pays ont changé de monnaie dans l’histoire, y compris récente.
                    (voir liste dans cette vidéo) Il suffit de mettre un tampon sur les billets en attendant les nouveaux.


                     Si la Grèce sortait de l’ UE et de l’euro, la monnaie nationale pourrait être dévaluée et les produits grecs vaudrait 50% moins chers que les produits allemands.

                    La Grèce pourrait remettre ses frontières et un contrôle aux mouvements de capitaux.

                    Les exportations agricoles, bloquées par les sanctions de l’ UE envers la Russie, pourraient reprendre.



                    En nationalisant sa Banque centrale elle aurait des prêts à taux 0% et pas à 10%, comme actuellement. Elle pourrait se tourner vers les BRICS, bloquer les ventes à l’encan des biens publics grecs et remettre en route ses services publics.

                    Les exportations en hausse, c’est davantage d’emplois et de recettes fiscales, ce qui améliorerait les finances publiques, sous réserve que la Grèce face la réforme fiscale que les gouvernements précédents se sont bien gardés de faire.

                    « Voir pour la France, ce que signifierait la sortie de l’ UE & de l’euro ».

                  • AlainV AlainV 25 février 2015 23:38

                    @Alren
                     « la crainte est une aide directe de la Chine et de la Russie »
                    C’est aussi pour éviter cette aide que les US viennent de décider d’aggraver la guerre financière contre la Russie, en s’en prenant cette fois aux grandes multinationales russes de la banque, de l’énergie et de l’armement qu’ils veulent acculer à la faillite. " the next round of economic sanctions is likely to include shortening the maturity of bonds and loans available to listed Russian banks, energy, and arms firms."( EU Observer : https://euobserver.com/foreign/127754 )
                    Tout en se disant prêt à aider la Grèce, le gouvernement américain joue à la fois contre la Russie et contre l’Europe. A moins que celle-ci n’accepte de l’aider à contrer la Russie, au moment où la France et l’Allemagne se prononcent pour le dialogue avec la Russie. Quelle que soit l’issue, il sera gagnant, pense-t-il.
                    On est à fond dans la théorie des jeux, si chère au ministre grec Varoufakis.

                    La solution serait peut-être que l’Europe devienne adulte, accepte d’aider la Grèce, tourne le dos aux USA et dialogue avec la Russie.
                    Mais je rêve.


                  • lambda 26 février 2015 00:31

                    @Fifi Brind_acier


                    autre question non résolue : en cas de sortie de l’Euro d’un pays de la zone quelle serait par exemple la conversion des billets en X adossé à la valeur du DM (puisqu ’allemands) lors de la conversion initiale ?

                    J’ai remarqué que peu de personnes savent que la première lettre sur les billets en euros correspond au pays émetteur 

                    quelques pistes dans ce lien

                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 08:50

                    @lambda
                    Vous avez raison, l’euro est une monnaie commune aux 17 pays.
                    Les banques centrales ont été conservées, ce qui facilite la sortie.
                    Les billets portent une marque différente en provenance de chacun des pays.
                    Les pièces également sont différentes d’un pays à l’autre.
                    Dans votre porte monnaie vous avez des pièces provenant des divers pays et pas du tout des pièces du même modèle.


                    Il ne s’agit donc pas d’une monnaie unique. Dans ce cas, il n’y aurait qu’une banque centrale et un seul type de billet, comme le dollar par exemple, où tous les billets sont identiques.
                    Ce sont en fait des euro-francs ; des euro-marks ; des euro-lires etc

                    Il a simplement été décidé qu’un beau matin, toutes les monnaies auraient la même valeur, avec un peg de 1 pour 1 : 1 franc = 1 euro = 1 mark = 1 lire = 1 drachme etc.

                    La sortie se fera pareil, 1 pour 1, comme on y est entrés.
                    La baguette de pain sera à 1 franc au lieu d’un euro. C’est tout.
                    Ces questions de sortie de l’euro sont traitées dans la conférence d’ Asselineau :
                    « Le jour d’après ».


                  • lambda 26 février 2015 10:19

                    @ fifi


                    vous dites     "La sortie se fera pareil, 1 pour 1, comme on y est entrés. 
                    La baguette de pain sera à 1 franc au lieu d’un euro. C’est tout. 
                    Ces questions de sortie de l’euro sont traitées dans la conférence d’ Asselineau :
                    « Le jour d’après ».

                    Ca je suis d’accord c’est la logique mais comment penser cela possible si les non élus qui gouvernent l’Europe sont encore en place ?

                    Il faut commencer par virer la mafia financière, sinon rien ne sera possible 
                    c’est mon point de vue mais j’aimerais pouvoir avoir tort 

                  • lambda 26 février 2015 10:25

                    @ fifi


                    et dans le lien de mon post précédent, il est clair que d’autres alternatives que le 1 pou 1 avec une petite manip est tout à fait possible - et ils ne se priveront pas de se servir au passage, ceci dans le cas où un pays parvient à sortir de l’euro ce que je crois impossible tant que la tête pourrie de Bruxelles est en place

                    je remets le lien 

                  • Alren Alren 26 février 2015 11:54

                    @lsga


                    Du fait de la faiblesse des importations qui peut encore baisser, la balance commerciale est excédentaire.

                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 18:33

                    @lambda
                    Cela me semble évident que ce n’est pas avec cette classe politique qu’on peut sortir de l’ UE & de l’euro, ni remettre l’économie en marche.... D’ailleurs ils ne comprennent rien aux questions monétaires.


                    La base est pourtant simple à comprendre : une monnaie= une économie= un peuple.

                    Dès qu’on sort de cette base on tombe dans des élucubrations. Même ceux qui parlent de sortir de l’euro, c’est pour proposer une autre monnaie plurinationale, qui aura les mêmes inconvénients que l’euro.
                    « Les diverses élucubrations monétaires de ceux qui veulent sortir de l’euro, sans revenir au franc ».

                  • Fanny 26 février 2015 23:49

                    @lambda
                    Selon Wikipedia, cette 1ère lettre sur les billets Euro désigne l’imprimeur, et ce depuis 2013.
                    Les nouveaux billets ne permettent plus d’identifier le pays émetteur.


                  • lambda 27 février 2015 11:57

                    @Fanny

                     je savais que les nouveaux billets n’avaient plus d’empreintes « émetteur » mais si vous avez en votre possession des billets anciens chiffrés, qu’en est il ?

                    Maisde tte façon, on sera comme d’habitude les dindons de la farce où ils ponderont un article qui alignera les anciens billets sur les nouveaux
                    De cela je ne doute pas

                    Mais peut être que nous le Peuple nous avons le droit de contester les traités, articles, avenants, et autres artifices mais on ne voit rien venir de ce côté

                    Notre liberté viendra d’ailleurs de toute façon - 

                  • Trelawney Trelawney 25 février 2015 15:55

                    Depuis que Stipras est aux commandes de la Grèce, je m’intéresse à ce pays.

                    Pour faire simple nous avons des grecs qui veulent : des retraites descentes, des allocations chômages, de l’activité et du travail, un service public, des hôpitaux, des routes et plein de choses qui pourrait les identifier à un pays européen. Depuis 1982 elle fait même partie de l’UE et a comme monnaie l’euro.

                    Seulement il y a un hic ! La Grèce a toujours été border line. En 1830 (date de sa création), elle était déjà lourdement endettée à la suite de différents emprunts contractés au début de la naissance de l’État. depuis sa naissance, la Grèce n’a jamais été fichu de se créer une administration capable d’organiser le pays et de gérer les affaires de l’état et de rembourser ses emprunts. Quand on parle de la Grèce comme « berceau de la civilisation » il ne faut surtout pas oublier que les grecs ont inscrit dans leurs gênes le bakchich et la corruption.

                    Il y en a qui ont rêvé (dont moi même) un instant que l’état grec avec son nouveau 1° ministre pourrait tenir la dragée à l’Europe et s’autogérer. Il suffit de se renseigner sur ce qu’est ce pays (si on peut appeler cela un pays) pour se rendre compte qu’ils seront toujours à la traine et que les pays de l’Europe devront soutenir cet état défiant comme ils l’ont toujours fait. A moins de couper la corde et de les laisser dériver en mer Egée. Ce qui serait la meilleur des solutions.

                    Pour une fois je suis d’accord avec les allemands et c’est pas tous les jours


                    • lsga lsga 25 février 2015 15:57

                      @Trelawney

                      Je ne vois pas en quoi couper le cordon changera quoi que ce soit au déficit commercial de la Grèce ?


                    • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 16:38

                      @Trelawney


                      Rien ne vaut l’histoire et la généalogie pour se faire une petite idée d’un pays, attendu que certains réflexes se transmettent de génération en génération.

                       Bien des études ont confirmé que les Grecs n’avaient pas du tout la même idée de la fraude que les pays du nord. 

                      On pourrait d’ailleurs autant faire le même constat pour les iles du sud : Corse, sicile et crète ; peut être cela tient du fait d’avoir eu du compenser une faiblesse et un isolement territorial . 

                      Autant d’avoir été souvent la proie de puissances étrangères plus fortes, qui vous obligent à « être malin », passant d’un bloc à l’autre, au grès de marchandages matois. 

                      Et en tout cas en n’ayant aucun trouble de conscience, en magouillant, entendu que dans l’esprit des autochtones, cela est juste un retour, sur le vol et la prédation, dont on ira chercher les germes dans l’histoire de persécution, arrangée, ou non ;

                      L’empire Ottoman, menaçant et guerrier, explique beaucoup le nationalisme et une certaine cécité grecque.
                      Toujours entre deux blocs, l’europe et l’asie. Elle a la chance de faire partie du bloc vainqueur après la guerre de 14 et de récupérer des territoires perdues sur l’ennemi ottoman défait. Cependant l’adhésion les pays de la triple entente avait été au début, pas évidente. 
                      .....« À l’automne 1913, le roi Constantin Ier effectue un important voyage diplomatique à Berlin et Paris dans le but d’y trouver de nouveaux crédits pour son pays. Il espère ainsi pouvoir développer le port de Thessalonique et construire une ligne de chemin de fer reliant Larissa à la Macédoine. Cependant, le voyage est un échec. D’abord parce que le roi n’obtient pas les crédits escomptés, à un moment où l’Allemagne se rapproche de l’Empire ottoman. Ensuite et surtout parce que Constantin froisse les susceptibilités françaises lors de son passage à Berlin. Nommé feld-maréchal par son beau-frère, le Kaiser Guillaume II, il prononce en effet un discours plein d’enthousiasme pour l’armée allemande et s’attire ainsi l’ire de la presse et de l’opinion publique hexagonales.... » souces wilkipédia

                      A lendemain de la deuxième guerre, le sort de la Grèce est encore incertain, tout comme celui de l’Autriche : Bloc de l’ouest ou de l’est ? 
                      Toujours cette position inconfortable dans laquelle elle se rébelle, cherchant des coups à faire pour ne pas subir l’histoire. Etre malin, quand on n’est pas très fort ? Louable, mais au niveau de l’esprit collectif de l’europe ça pose problème ; 

                      Qui se rappelle de l’ile aux 700 aveugles ? ( un best de la corruption)

                      Combien y a t’il au fait d’aveugles au parlement européen. Je veux parler des députés bien sûr



                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:33

                      @bakerstreet
                      Vous découvrez que les pays européens qu’on pacsés ensemble sont tous différents ?
                      Félicitations. C’est bien pour cela que l’éclatement de cette usine à gaz est programmée.
                      Il est impossible de transformer des Français ou des Grecs, en Allemands.

                      Les Grecs sont comme ils sont, vu nos défauts, mieux vaut commencer à balayer devant notre porte...Mais les Grecs étaient très contents comme ils étaient.
                      Avant de monter à bord du Titanic, (grâce aux triches de Goldman Sachs), ils avaient 6,6% de croissance et pas de chômage. Cela leur convenait très bien.


                    • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 22:10

                      @Fifi Brind_acier


                      Sans doute, mais apparemment cela ne leur a pas suffi. la Grèce est le pays d’Europe où les salaires ont eu la plus grosse progressivité en Europe, plus de 60 % que la moyenne depuis l’an 2000.....

                      Avant la dette ne pas oublier non plus les subventions énormes qu’ a encaissé ce pays, et la gabegie ( pas d’impôt, pas de cadastre....)
                      Il est vrai que les américains avaient tout intéret à aider les grecs à magouiller, car ils n’ont jamais vu d’un bon oeil une devise qui concurencait le dollar. 

                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 08:57

                      @bakerstreet
                      Les emprunts n’ont pas profité aux Grecs, mais au paiement des intérêts de la dette, et à l’achat d’armes.


                    • Auxi 1er mars 2015 14:00

                      @Trelawney


                      les grecs ont inscrit dans leurs gênes le bakchich et la corruption.

                      C’est ça. Et les Noirs sont de grands enfants incapables de se gouverner eux-mêmes mais qui ont le rythme dans la peau. C’est dans leurs gènes. Et les Français se gavent de camembert arrosé de gros rouge qui tache, c’est dans leurs gènes. Et les Chinois sont fourbes et cruels, c’est dans leurs gènes. Et les Anglais prennent le thé à 17 heures précises, c’est dans leurs gènes.

                      Crétin. smiley


                    • kalachnikov lermontov 25 février 2015 16:08

                      Tiens, Lermontov avait raison.

                      Mais c’est un bon signe. Une révolution survient quand il n’y a plus d’espoir parce que ce qui rend possible une révolution c’est qu’une instance psychique particulière - appelons là le vouloir vivre - prend le dessus.
                      Comme lorsque tu es à l’article de la mort, par exemple. Qq ch d’indicible bouge en toi et lutte. Ca ne signifie pas qu’à chaque fois cette chose triomphe ; c’est assez rare.

                      Historiquement, les Grecs n’ont rien dans le sac, dans ce cas ils seront vite écrasés. Je louche plutôt sur la fille aînée de l’Eglise, la France qui retrouve la voie. Boches et Nordiques ont incorporé la botte, l’Est c’est névrose d’abandon. Les Italiens, ils parlent beaucoup, quoi. Les Espagnols : tout fait, tout vu mais nada. L’Angliche ? Une lopette égoïste.

                      Et Isga qui rame toujours : la révolution va survenir de façon mondiale de façon concertée, par intelligence et raison, et persuasion en pleine partouze démocratoc.


                      • soi même 25 février 2015 16:42

                        Cen ’est pas que je sois rebelle à la situation que des bis nationaux arrivent à des hautes foncions dans un de leurs pays , c’est que aujourd’hui cela prend du coup un caractère qui n’est pas franc, c’est comme si John kerry amoncelait sa candidature pour 2017 , par il aime la France et son devoir est de servie la France où parce qu’il est mandé pour remplir ce rôle ?

                        Vus sous cette éventualité, une double nationaliste pose question , ce qu’a Syriza .....


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 février 2015 16:59

                          Après la Grèce, ça sera le tour de quel pays ?

                          Hier Bruxelles a mis genoux à terre devant les maitres chanteurs grecs.

                          C’est maintenant au « moteur franco-allemand » de remorquer la lourde remorque des pays mal gouvernés et qui trainent dans les abysses de la corruption ! C’est donc au « moteur franco-allemand » de consommer la sueur prolétaire franco-allemande afin de sauver la face à la « Communauté Communiste Européenne » ! Qui se sent morveux se mouche, « l’Europe » est « cela » et c’est à prendre ou à laisser !


                          • alinea alinea 25 février 2015 17:04

                            Mais enfin !! vous ne voyez pas, tous, que les pays de l’UE ont racheté la dette grecque parce qu’ils savaient bien que sinon, la Grèce ferait comme l’Argentine, comme l’Islande. C’était pour museler les peuples !
                            Cette décision de rachat, elle a été démocratique. Décidée par les peuples de l’Union ?
                            Non !
                            Mais aujourd’hui, chacun, presque, tels que je vous lis, est partie prenante de ces décisions abjectes, vous condamnez, d’avance la Grèce.
                            Ah dites-vous, t’as vu, le Tsipras, un pantin comme les autres !! et gnagnagna...
                            Vous vous voyez ? Et vous pouvez vous regarder dans une glace ?
                            Elle est belle, la solidarité des peuples ; on va aller loin avec ça..
                            C’est bientôt nous les gars, avec notre dette, notre industrie vendue, bradée, tuée ; notre tourisme mirobolant, nos aéroports que l’on vend, notre patrimoine !
                            Aïe !


                            • lsga lsga 25 février 2015 17:06

                              @alinea
                              n’importe quoi...

                               
                              donc, pour rappel, l’Argentine a une force de production énorme, et une balance commerciale le plus souvent positive. La Grèce ne produit rien, et n’a de TOUTE son Histoire jamais eu une balance commerciale positive (on peut remonter à l’antiquité).

                            • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 17:56

                              @lsga


                              C"est sûr que le problème argentin n’a rien à voir avec celui de la Grèce, d’ailleurs l’argentine a foutu à la porte le FMi qui voulait lui faire la peau.

                               L’argentine a un potentiel énorme, pendant longtemps elle a été considéré comme la suisse de l’Amérique du sud, grâce à ses troupeaux qu’on ne bourrait pas aux stéroïdes. 
                              Du reste la grèce ne tient pas elle à s’affranchir de l’Europe. 
                              Ce n’est pas l’amour fou, mais c’est un comme un contrat de mariage : Elle tient à ses intérêts.

                              Bien sur, pour la Grèce qui n’est pas peiné par le sort des jeunes, qui la bas comme ici sont un peu plus les sacrifiés.
                               Sinon, on ne vous montera pas les superbes villas sur les hauteurs d’Athènes...Tout de même, ces armateurs, qui en parlent. 
                              je pense qu’ils ont défait leur casquette, et préfèrent ressembler à un marin breton, en ce moment, ou indien. 
                              Ne pas oublier que c’est la première marine du monde, curieusement exempt d’impôts....

                              Ce sont eux qui ont inventé la mondialisation, avec onasis. 
                              Les pauvres marchands d’olive ont bon dos. 
                              C’est vrai que pour aller chercher leur fric, c’est une sacré paire de manche. 
                              Autant essayer d’ouvrir un coffre suisse avec un tournevis. 
                              Le huitième travail d’Hercule ?

                              L’europe l’europe tout le monde lui crache dessus, après avoir reçu des subventions. 
                              Un bouc émissaire idéal. 

                              Peut être que quand elle aura disparu, on verra alors ce qu’elle nous apportait.
                               Un peu encore comme dans un couple. on projette sur l’autre ses propres insuffisances, et on se lance les assiettes à la gueule, et puis on s’aperçoit après coup que ce n’était pas si simple

                            • lsga lsga 25 février 2015 18:02

                              @bakerstreet
                              la marine grec ne représente rien dans l’économie grecque. 

                               
                              Liste des plus grandes entreprises grecques. en 4ème position, loin devant les armateurs : leur « française des jeux », c’est dire...
                               
                              au passage, cette marine n’a rien de grec. Ce sont des bateaux français, ou anglais, ou autre qui battent pavillon grec pour des raisons fiscales. Rien de plus. 
                               
                              Ce que la Grèce a de meilleur à exporter : C’EST LA RÉVOLUTION.
                              Pour cela, il faut qu’elle RESTE dans l’Union Européenne. 
                              Toute ceux qui veulent la faire sortir sont des anti-révolutionnaires.

                            • lsga lsga 25 février 2015 18:05

                              oh et pour rappel, la mondialisation commence à l’age de bronze. Dès 2500 avant JC, la production du Bronze nécessite des métaux qui viennent des 4 coins du monde. Ce sera la naissance des grandes Cités antiques (Babylon, Tyr, Carthage, etc.)


                            • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 18:25

                              @lsga


                              Elle ne représente rien parce qu’il ont joué sur la mondialisation : Délocalisation, pavillon de complaisance et tutti quanti. 
                              Mais elle est redevenue la première flotte marchande au monde en 2014 

                              Bien sûr, c’est comme pour Total, qui bien qu’entreprise française ne paie pratiquement pas d’impôt en france. le fric est là, dans de gigantesques réservoirs, mais les robinets n’existent pas, ou vont innonder les piscines privés. 

                              Ce monde est fait d’un réseau de pipe line qui s’entrecroisent, qui ne connaissent plus les frontières : Petrole, gaz de roche et gaz hilarant.

                              Les états donc ne peuvent plus guère exister, c’est la mondialisation de la misère.

                              Je ne pense pas que Tsipras puisse jouer sur ce jeu ; le voudrait il seulement..
                              .Il tente de jouer avec des cartes opportunistes qu’il possède, un peu au poker menteur.
                              Accroissement donc de la dette qu’on ne remboursera pas, c’est toujours ça de gagné
                               La solution bien sûr serait de s’attaquer aux paradis fiscaux. 
                              Mais faut avoir les reins solides pour ça. 
                              Les états unis sont les seuls respectés à cette échelle. 
                              Ils donnent de la voix, une fois, quand les suisses abusent.....Mais ne vont pas plus loin.....

                              Ca sera peut être la nouvelle révolution, tant un plateau de la balance est maintenant déséquilibré.

                              Mais pour le moment, chacun ne pense qu’à tricher, à attendre peut être que quelqu’un renverse la table de jeu. C’est souvent comme ça que se terminent les crises. 

                            • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 18:35

                              @lsga

                              D’accord, les échanges ne datent pas d’hier.
                               
                              En, Bretagne, les haches de bronze ont été distribué aux quatre coins de l’Europe. 

                              Quand aux amphores romaines, le rhone en a autant que des canettes de kronembourg......

                              Peut on parler pour autant de mondialisation
                              . Surement pas. Les productions locales ne sont jamais menacées, ne serait ce qu’en raison des barrières géographiques, du coût des transport, des barrières douanières. Mais tout cela a maintenant disparu. 
                              Un tee shirt que vous acheter 5 euros, c’est quatre euros de bénef pour l’importateur. ....

                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:36

                              @bakerstreet
                              L’Argentine, comme l’ Islande, sont des pays indépendants et souverains.
                              A ne pas confondre avec des colonies de l’ Empire américain, que sont les pays européens.


                            • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 22:15

                              fifi


                              bon,les islandais sont encore un cas spécial, à mettre dans le même tiroir que les irlandais : Faire du dumping effréné et attirer les banques et les sièges d’entreprises.
                               Les lendemains de cuite, consécutivement à la crise de subprimes ont été difficiles.
                              Les grosses berlines ne se vendent plus si bien. 

                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 10:06

                              @lsga
                              Pas du tout, la situation économique de l’ Argentine était pire que celle de la Grèce.
                              La différence c’est que l’Argentine est un pays souverain.


                              Le Ministre de l’économie argentin est allé au FMI, il a expliqué qu’il ne rembourserait pas tout, et pas tout de suite. Ce que nos dandys grecs ne peuvent pas faire : envoyer promener le FMI, car ils ne dirigent pas un pays souverain, et qu’ils ne peuvent prendre aucune décision souveraine.
                              « Nous avons sauvé les gens, plutôt que les banques » explique Roberto Lavagna, ancien Ministre de l’ Économie argentin.

                              Contre l’impérialisme financier « Les pays ont le droit de poser des actes souverains » Colloque de Caracas. La Grèce pourra faire ce qu’a fait l’ Argentine, le jour où elle sortira de l’ UE & de l’euro.
                              Le Gouvernement Grec n’a pas les manettes du pouvoir, qui se trouve ailleurs qu’à Athènes.

                              Si nous n’arrivons pas à sortir de ce bourbier, c’est qu’il y a encore plein de gens qui veulent l’ Europe, tout en rêvant de vivre dans un pays souverain où les citoyens décident.

                              Faudra songer à choisir :
                              Ou le système fédéral sans pouvoir pour les gouvernements et les peuples.
                              Ou l’indépendance et la souveraineté.
                              On ne peut pas avoir le beurre, le prix du beurre et la crémière.


                            • egos 25 février 2015 18:21

                              Est opportun de s’étonner de la prudence de Syriza connaissant les remugles émanant de l’histoire récente de la Grèce, des équipées sauvages des colonels épaulés par des officines telles que KYP ?

                              pour mémoire, l’article de iliac Blum constitue un bon idée mémoire http://www.counterpunch.org/2015/02/25/the-greek-tragedy/

                              Podemos, en cas de victoire serait confronté aux mêmes dilemmes ainsi que tout autre mouvement d’émancipation, Européen, Moyen Oriental, Africain et tutti quanti.

                              L’ouverture de lignes de front simultanées caractérise le contexte géopolitique actuel, engagements militaires récurrents appuyés par des factions militaro-policières locales, recours à des supplétifs provenant des provinces ou populations soumise .

                              Une historie qui se répète depuis la création des empires avec pour objectif le contrôle de l’accès aux matières premières, des points stratégiques, des flux commerciaux et termes d’échange.

                              Un quite ou double, parfaitement en ligne avec les déclarations de Condoleezza Rice pronant un monde régi sous le sceau de la doctrine unilatérale, reprise dans son intégralité par Obama, tout comme Hollande le Bref consolida (avec un succès reconnu) la politique menée par son prédécesseur.

                              • David Heyo 25 février 2015 18:28

                                En attendant Tsipras vient d’interdire et de suspendre tous les championnats de foot en Grèce :



                                je n’ai pas vu l’info en français.

                                Pour juger Syriza, il sera bon de voir ces 4 mois, si ils sont mis à profit pour sceller des alliances avec la Russie par exemple, ou gagner en crédibilité en pourchassant les oligarques par exemple. Du reste, la grèce ne peut de toute façon pas payer la dette, alors que le divorce se fasse maintenant ou dans 4 mois...nous serons vite fixés

                                • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 18:38

                                  @David Heyo

                                  S’il arrête le capital comme les perses aux Thermopyles je lui tire mon chapeau, je relie l’Odyssée en grec ancien. 
                                  Je voudrais bien me tromper

                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:39

                                  @David Heyo
                                  C’est l’ UE qui signe des accords internationaux, pas les pays européens.
                                  TAFTA est négocié par la Commission européenne, pas par les pays européens.


                                  Si Syriza voulait se tourner vers les BRICS, le gouvernement grec aurait déposé un dossier de sortie de l’ UE à Bruxelles. Ce dont il n’est pas question.

                                • Dom66 Dom66 25 février 2015 18:47

                                  Bonjour,

                                  Contrairement à  eau-du-robinet je ne pensais pas qu’ils se pliâtes aux exigences de Bruxelles.

                                  Comme Gnostic je pense qu’il à baissé son froc, et cela va très mal finir ; Car en Grèce c’est devenu catastrophique à un point que l’on a du mal à imaginer.

                                  C’est l’extrême droite qui va en tirer les marrons "tout chauds"

                                  Et comme écrit  eau-du-robinet les Grecs auraient du claquer la porte à l’UE et envoyer tout chier.

                                  Que l’Allemagne paie pour les dégâts de la dernière guerre, merde alors.


                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:41

                                    @Dom66
                                    Non, il existe deux Partis en Grèce qui sont pour la sortie de l’ UE & de l’euro :
                                    le Parti Communiste grec et l’ EPAM ( l’équivalent de l’ UPR).


                                  • jaja jaja 25 février 2015 21:13

                                    @Fifi Brind_acier

                                    Trois avec Antarsya !


                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 10:18

                                    @jaja
                                    ça m’étonnerait que vos copains soient pour la sortie de l’ UE & de l’euro ??
                                    Le NPA est pour « Une Autre Europe à la St Glinglin ».
                                    Le slogan du NPA : « Une autre Europe est possible ».

                                    Il n’est nullement question pour vous de sortie définitive de l’ UE, de l’ euro et de l’ OTAN, encore moins de manière pacifique et légale comme l’ UPR le propose.

                                    Voir les affiches électorales du NPA dans cette compilation.


                                  • elpepe elpepe 25 février 2015 18:57

                                    Tous ces connards de Politiciens, Fonctionnaires qui gagnent des hauts salaires, seront condamnes a gagner le SMIC pendant une éternité, ça sera leur Paradis, sinon ils pourront choisir aussi la mort par l’administration fiscale ou baoubaou.
                                    Moi et le Christ on y veillent, ne vous inquiétez pas bonne gens, dans 100 ans on sera tous mort, c’est ça la bonne nouvelle smiley
                                    Ne perdez pas vote temps a essaye de rétablir un semblant de verite ou justice sur cette terre, vous perdez votre temps et énergie, plutôt contemplez cette univers et les quelques traces d’intelligence que l’humanité y a laisse.


                                    • Jelena 25 février 2015 18:59

                                      Un parti dangereux pour Bruxelles, c’est un parti que la presse franco-allemande qualifie de parti nazi-pedophile-salafiste-sion.. antisémite.
                                       
                                      Il n’y a qu’un seul parti en Grèce qui a eu droit à cet « honneur » et ce n’est pas Syriza...


                                      • Jelena 25 février 2015 21:55

                                        Vous pouvez me moinsser les révolutionnaires en fauteuils roulants, ça fait bien longtemps que j’ai compris ce que vous avez peur du - véritable - changement.
                                         
                                        Ce qui à votre âge est compréhensible....


                                      • bercav bercav 25 février 2015 19:22

                                        Voir la Banque Lazard de Pigasse prendre dès le départ les choses en main en tant que conseil du gouvernement « d’extrême-gauche » grec était révélateur.
                                        C’en est même hallucinant, vertigineux de voir ce genre d’alliance : des « anti-capitalistes » qui vont voir les banquiers pour économiser leur pognon smiley smiley smiley
                                        Voilà une preuve contemporaine que l’extrême-gauche trotsko-internationaliste a des maîtres et des alliances qui la feront toujours se coucher. Trotsky à New York parti quémander du blé à Wall Street chez Jacob Schiff, la matrice est toujours en place...


                                        • jaja jaja 25 février 2015 21:19

                                          @bercav

                                          Qualifier d’anticapitaliste le gouvernement social démocrate grec est une simple rigolade... rien dans le programme de Syriza ne prévoit la socialisation des moyens de production et des banques sans indemnité ni rachat aux actionnaires... !

                                          Arrêtez de vous laisser enfumer par la presse à la botte et par les politocards qui relaient ce genre de stupidités....


                                        • alinea alinea 25 février 2015 21:40

                                          @jaja
                                          Tout ou rien alors ?
                                          Ce sera rien, en pire !! smiley !!


                                        • jaja jaja 25 février 2015 21:55

                                          Alinéa ne pas voir ce qu’est une capitulation complète en rase campagne est bien triste...

                                          http://www.okeanews.fr/20150222-glezos-je-demande-au-peuple-grec-de-pardonner-davoir-contribue-cette-illusion


                                        • alinea alinea 25 février 2015 22:02

                                          @jaja
                                          Je ne le vois pas ! rendez-vous en juillet !
                                          Je n’arrive pas à comprendre comment vous auriez fait les uns et les autres ! en un mois, sans un sou ? Aïe, oui ; d’autant plus que toute la Grèce n’est pas derrière Syriza.
                                          Mais bon, on verra !


                                        • bercav bercav 25 février 2015 22:22

                                          @jaja
                                          Vous n’avez probablement pas remarqué mes guillemets sur « extrême-gauche » et « anticapitaliste », c’est pour ça...
                                          Mais ça n’enlève pas grand chose au fond de l’histoire : les radicaux de gauche sont les danseuses des impérialistes, comme toujours.


                                        • jaja jaja 25 février 2015 22:44

                                           » @Bercav

                                          J’avais bien vu et comme vous le dites vous-même ces guillemets « n’enlèvent pas grand chose au fond de l’histoire »...

                                          Bon ceux que vous appelez les « radicaux de gauche » ont de tout temps été à la pointe de la lutte anti-impérialiste contrairement à vos affirmations...... alors que l’extrême droite était son allié fidèle... (cf le soudard jean-Marie le Pen mobilisé contre l’indépendance algérienne en lutte contre l’impérialisme français)...

                                          Idem en Indochine puis au Vietnam contre l’impérialisme US... Sans oublier le Chili et le coup d’État de la CIA, l’Argentine, l’Irak, l’Irlande contre l’impérialisme britannique, la Palestine etc...


                                        • soi même 26 février 2015 03:04

                                          @bercav c’est dans les grand éventements que l’on voit les véritable alliances, cela n’étonne pas , il fautjuste que ceux qui se croit à l’avancé de l’anticapitalisme ouvre les yeux et comprenne que le Comunisme n’est un bras armé du Capitalisme le plus crade !
                                          Et que Marx sous ces analyse pertinente, à proposé des fadaises mortifères !


                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 09:02

                                          @jaja
                                          Le NPA a la mémoire courte. Il a soutenu les pseudo « rebelles » en Libye et en Syrie, alors que c’étaient des révolutions oranges comme la CIA en organise chaque matin.
                                          Pour l’anti-impérialisme du NPA, vous repasserez.


                                        • jaja jaja 26 février 2015 22:15

                                          @Fifi Brind_acier

                                          Et il soutient toujours la gauche révolutionnaire syrienne.... comme toutes les révolutions arabes... Mais il est vrai que vous à l’extrême droite ignorez ce qu’est une révolution... avec les manoeuvres de la CIA comme celles de vos amis Russes qui font tout pour faire dérailler les processus révolutionnaires à leur profit exclusif....

                                          Révolutions oranges dites-vous sans rien démontrer... L’essentiel est de salir les gens qui se sont dressés contre les dictatures... Dictatures qui ont toutes ouvert le feu contre le peuple palestinien et que les progressistes arabes appellent à renverser depuis des décennies...

                                          Votre amour des dictatures vous perdra comme tous les fachos d’ailleurs !


                                        • alinea alinea 25 février 2015 20:11

                                          Je viens de lire ça, pas étonnée d’être en accord. Lisez cette analyse de Mélenchon, beaucoup plus intéressant, explicite que ce qu’on voit ailleurs !!

                                          http://www.jean-luc-melenchon.fr/2015/02/25/le-probleme-en-europe-cest-lallemagne-de-merkel/#more-21771


                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 février 2015 20:49

                                            @alinea
                                            Mélenchon décrit très bien la situation européenne. Une horreur !
                                            On se demande pourquoi il tient tant à y rester ? Il est maso ?


                                            C’est un européiste pur jus, comme Podémos & Syriza, rien à attendre de ce côté là.
                                            Tant qu’ils arriveront à neutraliser les mécontents, ils obligeront les peuples à rester dans l’ UE.

                                          • alinea alinea 25 février 2015 21:08

                                            @Fifi Brind_acier
                                            Mais Fifi, personnellement je n’attends rien de nulle part : par définition l’avenir est inconnu et ce n’est pas mon caractère de remettre le mien en les mains de qui que ce soit.
                                            J’aime beaucoup les analyses politiques de Mélenchon, et ce n’est pas un hasard si le peu que j’ai milité, c’était avec lui !
                                            Mais il ouvre des yeux pour qui veut le lire !
                                            Même si toutes les lucidités et toutes les consciences ouvertes se liguaient, ça ne ferait pas grand monde. Je trouve que le peuple grec, un peu timoré on peut le dire, jusqu’ici, a trouvé celui en qui il a confiance : je suis convaincue qu’il ne trahira pas ! Cela ne veut pas dire qu’il réussira, d’autant plus que les rapaces l’isolent, le travestissent et le calomnient, et que ça marche !!


                                          • César Castique César Castique 26 février 2015 00:54

                                            @alinea

                                            « Lisez cette analyse de Mélenchon, beaucoup plus intéressant, explicite que ce qu’on voit ailleurs !! »



                                            ET moi, je vais parler de quelque chose d’intéressant qu’on ne voit pas dans l’analyse de Mélenchon : la lettre de Manolis Glezos - l’homme qui, le 31 mai 1941, ôta le drapeau à croix gammée qui flottait sur l’Acropole, 92 ans, député européen -, qui parle de péché et de honte, avant de demander pardon au peuple grec pour sa contribution à l’illusion Syriza. 


                                            Tandis qu’auparavant une autre pointure de l’extrême gauche grecque d’en haut, Mikis Theodorakis, avait déjà sommé Tsipras d’envoyer le Chleuh se faire voir chez... 


                                            Chez qui, en fait ? Quelqu’un sait qui sont les Grecs des Grecs ?

                                          • bakerstreet bakerstreet 25 février 2015 22:31

                                            Il faut tout de même être un peu aveugle pour admettre que l’étrange boum économique qui s’est passé en Grèce n’est pas spéculatif, 

                                            un peu la même histoire que l’Espagne dans les années 90 , 2000 avec un immobilier déconnecté de la réalité, des aéroports qui sortaient de terre et sur lesquels ne se posaient aucun avion. 

                                            Pour m’être balladé dans ces années là dans ces pays, je me pinçais pour me persuader que je ne révais pas. Où était donc le pétrole ? On aurait dit de nouveaux émirats.

                                            L’europe est il responsable de l’aveuglement de certains ?
                                            Oui, pour n’avoir pas su donner des limites.

                                            On a fait des lignes de crédits gigantesques, après avoir été dopé aux subventions européennes pendant une dizaine d’années au moins. 
                                            C’est comme un sportif dopé aux anabolisants, on ne peut plus s’en passer après. 
                                            oui, l’argent rend un peu plus cinglé, et fait perdre le sens commun. 

                                            L’Europe a sa part de responsabilité, pour avoir flatter les dépenses, les crédits, la déconnexion avec le réel.
                                             mais tout cela ne reposait que sur du vide. 

                                            La solution réside dans le partage, et là aussi la Grèce ferait bien de nous donner des leçons :
                                            Mais pas en poussant des cries d’orfraie 
                                             Pourquoi pas être révolutionnaire avec les moyens dont elle dispose ?

                                            Pas avec un argent venu de nulle part, ou exigé en reconnaissance d’une guerre lointaine,, à ses descendants, en fonction de la victimologie, maladie qui fait de plus en plus d’adeptes. 
                                            Et qui mène tout droit aux horreurs du passé. 
                                            Des guerres, sachons tirer les vrais leçons, pas celles frelatées du tiroir caisse.

                                             Alors oui moi je veux bien être grec demain si elle parvient à faire payer le clergé, les armateurs, leur 1%, au lieu de demander une nouvelle prise de coke.


                                            • AlainV AlainV 25 février 2015 23:42

                                              @bakerstreet
                                               Vous vous souvenez qu’en 2008, Sarkozy recommandait aux Français de faire comme en Espagne, avec l’argent facile ...
                                              Et il ose encore la ramener !


                                            • bakerstreet bakerstreet 26 février 2015 11:58

                                              @AlainV



                                              A propos de l’espagne, dont la crise a ressemblé à celle de la grèce, quoique tout de même moins surréaliste, je me souviens d’un interview datant de 2 ou 3 ans d’ Antonio Molina, à propos de la crise. 
                                              C’est un écrivain qui était parti plusieurs années en Amérique du sud, avant de revenir en Espagne, au milieu des années 90, et qui était effaré devant les changements qu’avait subi son pays, ce boum immobilier qui faisait, que, à n’importe quel endroit du pays, vous vous trouviez entre les pieds d’une grue de chantier. 

                                              Ses amis lui disaient que c’était normal, le boum, l’argent qui crée l’argent, ce genre de fadaises..

                                              .Lui qui venait d’ailleurs semblait se rendre néanmoins plus compte que les autres de la déconnexion du réel, du caractère complètement factice, qui faisait que les américains du sud venaient dans cet eldorado du nouveau pret à porter la richesse...
                                              Un grand aéroport construit à 50 kilomètres de madrid n’a jamais vu un avion.....la crise Grecque ressemble beaucoup à la crise espagnole, mais avec un niveau d’endettement encore plus profond. 
                                              On peut lire aussi les mille et une nuits, avec aladin et ses lampes magiques, les empires qui se font et défont en une nuit. 

                                              La plupart du temps, les gens vont tenter de trouver le, ou les coupables ailleurs, s’éxonérant facilement eux mêmes, et leur avidité. C’est ce qui explique pourquoi des gens à priori intelligents, se font avoir avec des systèmes reposant sur la pyramide de Ponzi. 

                                              Mais il semble qu’à partir du moment où vous dites à quelqu’un qu’il n’aura qu’à se baisser pour ramasser l’argent, il perde tout esprit critique

                                            • tf1Groupie 25 février 2015 23:25

                                              Et notre printemps européen alors ? smiley OUIIIIIIIIIIIIIIIIIN !!!


                                              • AlainV AlainV 25 février 2015 23:40

                                                « ... une aide directe de la Chine et de la Russie »
                                                C’est aussi pour éviter cette aide à la Grèce que les US viennent de décider d’aggraver la guerre financière contre la Russie, en s’en prenant cette fois aux grandes multinationales russes de la banque, de l’énergie et de l’armement qu’ils veulent acculer à la faillite. " the next round of economic sanctions is likely to include shortening the maturity of bonds and loans available to listed Russian banks, energy, and arms firms."( EU Observer : https://euobserver.com/foreign/127754 )
                                                Tout en se disant prêt à aider la Grèce, le gouvernement américain joue à la fois contre la Russie et contre l’Europe. A moins que celle-ci n’accepte de l’aider à contrer la Russie, au moment où la France et l’Allemagne se prononcent pour le dialogue avec la Russie. Quelle que soit l’issue, il sera gagnant, pense-t-il.
                                                On est à fond dans la théorie des jeux, si chère au ministre grec Varoufakis. La solution serait peut-être que l’Europe devienne adulte, accepte d’aider la Grèce, tourne le dos aux USA et dialogue avec la Russie.
                                                Mais je rêve.


                                                • alinea alinea 26 février 2015 00:02

                                                  @AlainV
                                                  Je suppose que les grecs voient bien les choses !
                                                  Obama et sa clique sont des obsédés, des grands malades : À peine Poutine avait-il quitté Cuba, qu’Obama y allait la bouche en coeur proposer la fin du blocus !! À peine parle-t-on de la Grèce et de la Russie, qu’Obama la ramène ; ils ont aucune honte


                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 09:13

                                                  @alinea
                                                  Ils n’ont que des intérêts à défendre.
                                                  Que la Grèce reste dans l’ OTAN, et mettre la main sur les hydrocarbures, que la Grèce pourrait exploiter et non pas se faire piller par les entreprises US.
                                                  Elle des réserves de gaz supérieures à celles de l’ Iran.


                                                • bakerstreet bakerstreet 26 février 2015 12:04

                                                  @Fifi Brind_acier

                                                  A oui, j’ai lui quelque part qu’ils espéraient trouver un robinet d’or noir....Du coté de la crète...Voilà quelques promesses de bagarres avec les Turcs qui s’annoncent, ou je me trompe ? 
                                                  Ah, la vie, quelle rigolade ! 
                                                  Pas besoin de caricature pour rigoler !

                                                • kéké02360 26 février 2015 14:23

                                                  Faut pas compter sur les grandes gueules du front de gauche euroécologie et communistes pour nous sortir de la merde !!!!! des paroles , des paroles , des paroles ......

                                                  NON ils sont allés bien sagement défiler le 11 janvier pour être sur la photo de famille avec Nettoieniaou et dernièrement sont allés bouffer au diner sioniste du crif  !!!! Chacun appréciera !!!

                                                  Par contre la fronde va peut-être venir de là où on ne l’attend pas car Flamby valls ont de moins en moins de monde derrière eux !!!!!!

                                                  Après le forceps 49-3 voilà enfin des courageux au travail pour la paix, des actes, des actes , des actes :

                                                  http://www.leparisien.fr/politique/deplacement-secret-en-syrie-le-depute-socialiste-bapt-s-explique-26-02-2015-4560135.php 


                                                  • Werner Laferier Werner Laferier 26 février 2015 14:24

                                                    On ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas. !! Et la relance de l’économie par la dépense publique est la théorie du soviétisme.
                                                    Tsipras avec peu de mots peut être décrit comme un mouvement d’extrême droite à tendance communiste. On mesure pleinement la réalité du danger. Un mouvement piloté et corrompue par Poutine pour détruire l’Europe.
                                                    Si les Grecs détestent tant que ça l’Europe qui les finance, qu’ils en sortent ! Si ils détestent le capitalisme, le libéralisme..., qu’ils aillent vivre en Corée du Nord ou en Syrie, exemple typique d’un monde sans capitalisme et sans libéralisme, un monde sans société de consommation, sans mondialisme régie par la terreur politique de tyrans.
                                                    Tsipras n’a qu’un but, le pouvoir et la domination.
                                                    La capacité des peuples à porter au pouvoir des démagogues et autres hurluberlus est impressionnante. Il faut vaincre ce populisme dans le monde en rentrant pleinement les peuples dans la vie active qu’est notre monde.
                                                    En même pas 3 jours, ils se sont déjà mis toute la planète à dos et ont compromis tous les efforts des 4 dernières années.
                                                    Faut il leur rappeler que nous sommes au 21 eme siècle ? Ah ils peuvent se féliciter de préconiser des politiques utopique et passéiste . Les grecs sont des irresponsables patentés.
                                                    Les Russes ont failli imposer le communisme à la fin de la guerre, grâce aux partisans déjà organisés pour la guerre civile, que l’armée a empêchée ; les communistes ont dû être chassé par les colonels en 1974.
                                                    Les dirigeants européens auraient du agir, punir sévèrement ce territoire de l’UE et non continuer a prêter a ceux qui étaient a la base de cette malhonnêteté.


                                                    • Piotrek Piotrek 26 février 2015 14:40

                                                      On ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas. !!

                                                      Bien sûr que si. Il suffit de l’imprimer. La BCE en janvier a crée 1100 Milliards d’Euros, sans même avoir à les imprimer. Un type tape 1 puis les nombre de zéros nécessaires et enfin ENTREE

                                                      L’argent va systématiquement dans la sphère financière, regardez le CAC, il culmine à 4880 points comme si le monde se portait comme un charme, plein emploi, croissance, sans risque de guerres, sans risque du tout.

                                                      Tout cela au lieu de relancer les vraies machines économiques, rend les rentiers riches plus riches sans raison apparente et les pauvres plus pauvres sans raison apparente. Votre capitalisme s’auto-détruit tout seul, vous débattre ainsi ne servira a rien, mon commentaire n’y changera rien.


                                                    • Le chien qui danse 26 février 2015 14:53

                                                      @Werner Laferier

                                                      Vous n’en n’avez (navet) pas marre d’être c.... la complaisance dans la médiocrité provocatrice ne vous évitera pas le jugement dernier...


                                                    • titi 26 février 2015 17:23

                                                      @Piotrek

                                                      « Bien sûr que si. Il suffit de l’imprimer »
                                                      C’est faux. Imprimer l’argent fait perdre la valeur à la monnaie.

                                                      D’une manière ou d’une autre, par la dette ou par l’impression, dépenser plus que l’on a se traduit par un appauvrissement.
                                                      Prétendre le contraire est une supercherie.

                                                      « L’argent va systématiquement dans la sphère financière, regardez le CAC, il culmine à 4880 points comme si le monde se portait comme un charme, plein emploi, croissance, sans risque de guerres, sans risque du tout. »
                                                      Les entreprises du CAC sont des entreprises internationales.
                                                      Ce n’est pas parce que ca va mal en France, qu’elles ne profitent pas des progrès des autres pays.


                                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 17:39

                                                      @titi
                                                      Un ancien Ministre des Finances grec devant les Tribunaux pour fraude fiscale.


                                                    • Piotrek Piotrek 26 février 2015 18:01

                                                      @titi

                                                      C’est faux. Imprimer l’argent fait perdre la valeur à la monnaie.

                                                      Les lois de l’économie semblent être de votre coté, j’étais comme vous jusqu’à ce que je vois ce que le Japon et les USA réussissent à imprimer sans conséquences sur la valeur de leur monnaie. Nous ne vivons plus dans un monde gouverné par le marché ou tout trouve son équilibre dans un optimum de Pareto. Non les dés sont pipés, une minorité règne sur une majorité, c’est tout.

                                                      D’une manière ou d’une autre, par la dette ou par l’impression, dépenser plus que l’on a se traduit par un appauvrissement.
                                                      Prétendre le contraire est une supercherie.

                                                      On ne peut pas établir un diagnostic purement comptable de la dette publique et de la monnaie. Il y a une excellente vidéo ou Etienne Chouard (qui est quand même prof d’éco) réalise lors d’un débat que c’est tout le contraire de ce que vous prétendez : la supercherie c’est pas que l’argent vaut quoique ce soit, la supercherie c’est justement qu’on vous fait croire que l’argent vaut quelque chose et que quelqu’un doit recevoir une rémunération pour le droit de le créer.
                                                      Le temps que je retrouve cette vidéo : pensez au BitCoin, la création du BitCoin a-t-elle dévalué la valeur des autres monnaies : NON. C’est le paradigme dans lequel on vit.

                                                      Les entreprises du CAC sont des entreprises internationales.
                                                      Ce n’est pas parce que ca va mal en France, qu’elles ne profitent pas des progrès des autres pays.

                                                      Etant donné l’ambiance économique dans le monde :
                                                      - Croissances falsifiées
                                                      - Impressions et QE à gogo (Japon, USA et Europe désormais)
                                                      - Risques géostratégiques majeurs (monde arabe déstabilisé aux mains de profiteurs se réclamant de l’islam, de l’Algérie à l’Iran, Ukraine...)
                                                      - Incertitudes énergétiques et écologiques
                                                      ...

                                                      Vous pensez sincèrement qu’aujourd’hui nous somme mondialement à un niveau d’optimisme économique aveugle égal à celui de 2007 ?
                                                      Le CAC, le DOW et le NASDAQ nous disent que : oui ! On rigole.


                                                    • titi 26 février 2015 21:18

                                                      @Piotrek

                                                      Là ou vous avez raison c’est qu’il n’y a pas corrélation entre masse monétaire imprimée et perte de valeur de la monnaie : la monnaie est « démétalisée » , ce qui fait sa, c’est la confiance qu’on lui porte.

                                                      Et en l’espèce les USA et le Japon sont l’arbre qui cachent la forêt.


                                                    • wesson wesson 26 février 2015 15:11

                                                      Bonjour l’auteur, 

                                                      avec un peu de recul, il est toujours assez amusant de voir nos stratèges en fauteuils, derrière la sécurité du relatif anonymat que leur donne leur écran, se congratuler de leur propre clairvoyance, et pérorer que eux au moins auraient fait mieux.

                                                      Syriza a t’il trahi ? Peut-être, mais il est bien trop tôt pour le dire.

                                                      Comme dans toute chose, il faut d’abord traiter l’urgence, et après préparer son avenir.

                                                      Traiter l’urgence pour la Grèce, c’était tout simplement éviter la panique bancaire que l’Eurogroupe avait mis en place pour souhaiter la bienvenue à Syriza. En effet, comprenant que la victoire de ce parti était devenue inéluctable, le parti sortant ainsi que l’Europe se sont organisés pour être à même de plonger immédiatement la Grèce dans une crise de liquidités si il lui prenait la mauvaise envie de sortir.

                                                      Je traduit ce que signifie une crise de liquidité pour un pays : tous vos avoirs bancaires disparus du jour au lendemain, et toutes vos ressources réduites aux quelques piécettes et billets que vous avez dans les poches, et vous avez l’anarchie assurée dans moins d’une semaine. Il n’est alors pas difficile de comprendre que cette situation doit être évité à n’importe quel prix, y compris au prix d’un apparent renoncement, une apparente défaite en rase campagne.

                                                      L’urgence est donc d’éviter cela, et de signer n’importe quoi qui le permette. Et c’est très exactement ce que Syriza a fait, mais qui ne revient à rien d’autre que donner un coup de pieds dans la boite de conserve, pour qu’elle aille un peu plus loin. 

                                                      Mais absolument rien n’est réglé avec ce premier accord, et la dette inremboursable d’aujourd’hui ne le sera pas plus demain ou dans 4 mois.

                                                      Par contre, et c’est effectivement là où on pourra juger de la réelle trahison de Syriza, cette dernière pourra mettre à profit les quelques mois que on leur a donné *pour se préparer à une sortie de l’Euro*. Ne serait-ce que pour un truc aussi con que d’avoir des nouveaux billets imprimés. 

                                                      Pour résumer, dans 4 mois le même psychodrame va continuer, sauf que à ce moment là, Syriza aura eu le temps de se préparer à une sortie ordonnée de l’Euro, notamment avec une nationalisation-saisie des banques Grecques, qui permettra au gouvernement d’éviter une crise de liquidités propre à déclencher une situation insurrectionnelle dans le pays.


                                                      Quand au texte de l’accord que les Grecs auraient proposés à l’Eurogroupe, c’est en fait l’Eurogroupe lui-même qui a rédigé directement ce texte, en ordonnant au gouvernement Grec de l’endosser sans rien dire. Autrement dit, il s’agissait clairement d’un ultimatum.

                                                      La crise Ukrainienne a montré la capacité de nuisance Européenne : Cette dernière est tout à fait disposée à provoquer un effondrement économique et une guerre civile à tout pays qui lui résiste.

                                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 février 2015 17:43

                                                        @wesson
                                                        On ne sort pas d’une monnaie pour avoir de jolis billets tous neufs.
                                                        On sort d’une monnaie pour pouvoir la dévaluer et l’ajuster à la compétitivité de son économie.


                                                      • wesson wesson 26 février 2015 20:03

                                                        @Fifi Brind_acier

                                                        Si on sort d’une monnaie, la moindre des choses est de pouvoir en avoir une nouvelle qui soit fonctionnelle. 

                                                        Ce qui réclame - entre autre - des pièces et des billets. Parce que n’allez pas jusqu’à croire que lorsque vous rentrerez votre CB dans un ATM ou chez un commerçant, celle çi va continuer de fonctionner.

                                                        Parce que avant la dévaluation compétitive et l’ajustement de son économie, il y a bouffer chaque jour, ce qui réclame de la liquidité. Sortez cette liquidité, et vous avez une situation insurrectionnelle garantie dans la semaine qui suit. 

                                                        C’est ce que j’ai essayé d’expliquer dans mon post, mais ça ne vous touches pas, vu que vous avez probablement la capacité de tenir pendant 15 jours sans avoir à faire le moindre achat, n’est-ce pas ?

                                                      • alinea alinea 1er mars 2015 19:07

                                                        @wesson
                                                        Je viens de vous lire ! ouf ! il est notable que tous les convaincus de leur vérités, coco ci coco ça, UPR et d’autres, condamnent Syriza, ou voudraient le briefer !
                                                        Moi aussi j’ai confiance, pas forcément dans le résultat, mais dans le chemin poursuivi !
                                                        C’est à se demander si certains sont capables de sortir de leurs convictions cinq minutes !
                                                        Quand il nous faut sortir du puits, on prend la main qui est là ; ils n’ont pas fait allégeance me semble-t-il ; et la lettre de Syriza Paris que j’ai mise sous un autre article, prouve à quel point ils ne sont pas dupes !!


                                                      • jaja jaja 1er mars 2015 23:51

                                                        @alinea

                                                        La lettre que vous avez publié est celle de deux membres de la gauche de Syriza (DEA) opposés à l’accord conclu par Syriza avec le Parlement européen...

                                                        « For us, it is clear that the ratification of this agreement by the European parliaments, with the consent of the parties of the radical Left, goes against the interest of the Greek workers and of the Greek people. »

                                                        « Cet accord... va à l’encontre des intérêts des travailleurs Grecs et du peuple grec... » y est-il écrit... Vous racontez vraiment n’importe quoi... Et après avoir publié ce texte d’adversaires des positions « pro-accord » que vous défendez vous affirmez qu’ils ne sont pas dupes !!! smiley

                                                        Ceci dit en Grèce les manifestations ont commencé contre cet accord de capitulation.. KKE, Antarsya et anarchistes sont descendus dans la rue et il y a déja eu des affrontements avec la police....

                                                        Ce n’est pas un gouvernement que nous devons soutenir mais les travailleurs grecs qui ont fait savoir qu’il n’était « pas question de faire un pas en arrière » et que les promesses de Syriza doivent être tenues !!!
                                                         


                                                      • alinea alinea 2 mars 2015 01:07

                                                        @jaja
                                                        OK jaja ! j’avais idée que si une « aile » de Syriza envoyait une telle lettre aux gauches européennes, pour demander leur soutien, leur appui, je n’avais pas imaginé qu’une autre « aile » fût en contradiction totale ! Au contraire, je voyais une volonté commune avec des « concrétisations » pas forcément en harmonie, ce qui me semblait logique vues l’ambiance et les difficultés !
                                                        Pour l’instant, je ne sais pas si vous savez, et si j’interprète, ou bien si nous interprétons tous les deux !
                                                        C’est pourquoi je comprenais - ou voulais comprendre- que cette lettre exposait la réalité : cet accord comme opposé à leur projet politique, sachant, n’est-ce pas, que ces accords n’en étaient pas ( contraints) et qu’ils avaient été bien forcés de faire quelque chose pour ne pas crever la gueule ouverte après demain matin !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès