• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Ukraine : l’Europe doit agir

Ukraine : l’Europe doit agir

Après la quasi-annexion de la Crimée par la Fédération de Russie, la crise qui s’intensifie entre la Russie et l’Ukraine a profondément souligné la nécessité d’une politique extérieure commune de l’Union européenne. Celle-ci a déjà commencé à prendre forme à travers l’initiative des trois pays du « triangle de Weimar », Pologne, Allemagne et France, le 20 février 2014. Ce noyau devrait être la base à laquelle agréger d’autres États, en premier lieu la Grande-Bretagne, mais aussi les États baltes, scandinaves et est-européens, en vue de construire des positions communes. Non seulement l’UE est légitime à agir dans la crise ukrainienne, mais elle doit le faire. L’accord d’association avec l’Ukraine est sur le point d’être signé et la responsabilité de l’UE est engagée au premier chef.

On a mis en cause l’intervention de Catherine Ashton, la représentante des relations extérieures de l’UE. Or non seulement la démarche des trois pays (Pologne, Allemagne France) s’est faite avec son accord, mais elle s’est faite au nom de l’Union européenne et Catherine Ashton a repris à son compte leurs conclusions. Au lendemain du « référendum », organisé en Crimée sous la pression militaire russe, inconstitutionnel au regard de la constitution ukrainienne, L’Union européenne doit garantir l’intégrité des frontières et la sécurité de l’Ukraine, que la Russie s’emploie à violer en favorisant les menées séparatistes en Crimée, en se préparant à agréger celle-ci à la Fédération de Russie et en favorisant une agitation sporadique en Ukraine orientale. Cela implique de prendre, comme l’a annoncé François Hollande et l’a confirmé Catherine Ashton, une série de sanctions exprimant la fermeté de sa réprobation envers cette violation caractérisée du droit international. En particulier, au delà des sanctions financières, la suspension des discussions commerciales et politiques en cours avec la Fédération de Russie est nécessaire. De même, il s’agit d’assurer l’Ukraine du soutien de l’Union européenne, soutien politique, soutien économique, soutien diplomatique et stratégique. Lors de la signature des accords de démantèlement des armes nucléaires, en 1994 (memorandum de Budapest, signé par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, rejoints par la France dans un deuxième temps), des pays membres de l’Union européenne ont été garants de la sécurité de l’Ukraine et de son intégrité territoriale, en échange de son renoncement à l’arme nucléaire.

Aujourd’hui, la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN doit être évoquée, comme ultime moyen de pression sur la Russie pour la conduire à changer d’attitude. Il ne s’agit pas pour l’Union européenne d’être va-t-en guerre, mais de manifester la plus grande fermeté à l’encontre de la Russie, que la passivité occidentale dans la gestion de la crise syrienne a encouragée dans cette nouvelle escalade. Seuls des gestes de bonne volonté effective du pouvoir russe, comme le retrait de ses troupes de Crimée, la non adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie, seraient aujourd’hui en mesure de faire baisser la tension engendrée exclusivement par l’ingérence du pouvoir de Moscou dans la crise intérieure ukrainienne. Dans l’immédiat, la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE, annoncée pour le 21 mars par la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre polonais Donald Tusk va dans le bon sens. Il est clair que la Russie doit désormais s’abstenir de toute incursion en Ukraine orientale et refuser son soutien aux éventuelles menées sécessionnistes dans cette zone.

Dans les prochains mois, l’Union européenne doit s’engager pour garantir le bon déroulement de l’élection présidentielle prévue le 25 mai prochain, en fournissant à l’Ukraine si nécessaire les moyens techniques d’organiser au mieux cette consultation, et en dépêchant en Ukraine à cette date des observateurs, conjointement avec ceux mandatés, à la demande de l’Ukraine, par l’OSCE. Dans le même temps, l’Ukraine doit s’engager à reconnaître les droits des minorités culturelles et linguistiques, notamment russes et tatars.


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (119 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 20 mars 2014 10:01

    Oui, l’Europe doit réagir mais elle est divisée, Toujours en construction, elle se cherche un avenir.

    Poutine n’a aucun souci à se faire.
    La Russie est l’esprit russe, est très largement unitaire.
    Vous n’espérez tout de même pas une réaction militaire, j’espère ?
    Question : pourquoi n’y a-t-il jamais eu de rapprochement de l’Europe avec la Russie ? Une intégration dans la CE n’est pas envisageable ?
     

    • dup 20 mars 2014 10:20

      Effectivement un eurotroll . on vous paie combien pour poignarder dans le dos les ukrainiens ? mêlez vous votre eurobordelle et de vos 70 millions de pauvres avant de dire aux autre ce qu’ils doivent faire . Vous me révoltez et me dégoutez .


    • Aldous Aldous 20 mars 2014 16:58

      Tout d’abord c’est l’UE et non l’Europe. Les Russes sont aussi européens que nous.


      Ensuite d’où sort cette prétendue légitimé ? Ils ont adhéré à l’UE pendant la nuit les Ukrainiens ?

      Enfin, non, il ne faut pas sauver l’UE, qu’elle crève et vite. smiley

    • CASS. CASS. 20 mars 2014 22:33

      de rapprochement de l’Europe avec la Russie ? la Russie fait partie de L’Europe la vraie et du continent européen , d’autant que la Russie a retrouvé ses valeurs et réabilité l’église othodoxe soeur de la france helleniste, pas les us de wachington, ce sont les us qui doivent dégager. eux leur UE et leur OTAN . ce sont les rotchildiens khazars prosélytes usuriers and co les impérialo sionazis fascistes qui ont choisi les us comme bras armé etc, pour imposer leur immonde dictature partout, pas les autres. ce sont les russes qui ont mis à bas le nazisme ,( dont les péres sont les rothschildiens and co, ainsi que les organisateurs de son financement) pas les yenkees, ni lesenglish windsordiens.


    • Onecinikiou 21 mars 2014 08:00

      « L’Union européenne doit garantir l’intégrité des frontières et la sécurité de l’Ukraine »


      Que ne l’a-t-elle fait lorsqu’il s’est agit du Kosovo et de la Serbie ? Cela ne correspondait pas aux vues géopolitiques des maitres américains de notre officine de subversion européiste ? 

      Il est à noter que nos tartuffes type BHL ou « sauvons l’Empire » - soutiens des fanatiques djihadistes en Syrie et maintenant des nostalgiques du nazisme en Ukraine - ne défendent nullement des positions de principes contrairement à ce que la doxa le propage, mais un traitement différentiel et relatif fonction de la qualité des intervenants, et derrière eux, de leurs intérêts géostratégiques. 

      Derrière leurs faux airs d’humanisto-progressistes, et conformément aux rôles qui leur est attribué et à la vision du monde à laquelle ils souscrivent, ce sont d’impitoyables défenseurs de la loi du plus fort. Et déjà parce qu’ils sont assujettis au plus fort !

    • Onecinikiou 21 mars 2014 08:09

      « Seuls des gestes de bonne volonté effective du pouvoir russe, comme le retrait de ses troupes de Crimée, la non adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie »


      Il va falloir informer d’urgence nos propagandistes que la Crimée est désormais territoire russe plein et entier, et que la Russie à toute légitimité et souveraineté sur ses territoires. Ca leur fait mal au cul mais c’est comme ça. 

      Après tant avoir usé de la politique du fait accompli ces dernières années, en Serbie, en Irak, en Afganistan, en Libye, en Syrie (du moins ont-ils essayés), il va falloir que nos « petits télégraphises de l’Empire », soutiens actifs des forces de l’unipolarité américaine, consentent à admettre que leurs adversaires usent désormais des mêmes armes qu’eux, et retournent leurs argumentations fallacieuses contre leurs promoteurs. Et il en sera ainsi de plus en plus, au fur et à mesure du renversement des termes du rapport de force mondial. 

    • L'enfoiré L’enfoiré 20 mars 2014 10:04

      Je ne suis pas le seul à le penser apparemment.


      • jako jako 20 mars 2014 10:08

        Pour cela il faudra surement renforcer EuroGendFor et aller bien leur démontrer ce qu’est la vraie démocratie, non mais . Dommage qu’ils aient oublié d’intégrer la Turquie avant l’Ukraine, vous ne trouvez pas cela curieux ?


        • César Castique César Castique 20 mars 2014 10:15

          Il ne manquait plus que la réactivation de la Guerre froide par les pignoufs de Bruxelles pour parachever le désastre que vous prétendez sauver. 


          Maintenant, si vous êtes prêts à mourir pour Sébastopol, allez-y donc physiquement, ça nous reposera. 

          Et ça libérera quelques appartements. C’est toujours bienvenu en temps de crise du logement.

          • flesh flesh 21 mars 2014 02:26

            lol, avis aux snipers !


          • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 10:19

            Taisez vous collabo des USA et de l’UE...vous êtes pitoyable de bêtise.. !


            • L'enfoiré L’enfoiré 20 mars 2014 10:28

              Claude,

               Ce n’est pas une réaction digne de vous.
               Il ne faut pas d’office associer les USA à l’UE.
               Une fois pour toute, comprenez que pour les USA, l’Europe est un vieux continent.
               Les Américains sont bien plus intéressés par l’Asie.
               Là, les affaires marchent. En Europe, pour rigoler, c’est bien plus l’occasion avec les droits de l’homme.

            • Aldous Aldous 20 mars 2014 17:03

              par contre y’en a qui veulent affilier d’office l’UE aux USA.


              Ca s’appelle le traité d’union transatlantique qui se negocie sans nous et dans la plus grande opacité. Tout ce qu’on sait c’est qu’en 2015 il sera imposé qu’on le veuille ou non.

              Imposé démocratiquement évidemment. On n’est pas les Russes nous ! 

            • François-xavier 20 mars 2014 10:30

              @ l’auteur, mort de rire !!!
              L’Europe et les USA sont à l’origine de Maidan, ils ont placé des pro-occidentaux à la tête du pays ( entre autre Svoboda, un parti néo nazi ), et vous nous sortez une fois de plus le thème de la Démocratie en danger... par contre un référundum populaire pour le rattachement de la Crimée à la Russie c’est Anti-démocratique ? Vous plaisantez j’espère :), et puis l’exemple du Kosovo ? enfin je dis ça....


              • mmbbb 20 mars 2014 11:33

                le refere,dum des Suisses anti democratiques Celui des Francais en 2005 anti democratique Il faut que l’europe reagisse tres fermenent contre la Russie et la Suisse 


              • Aldous Aldous 20 mars 2014 17:06

                Il fait sauver les nazi de maïdan ! 


                Je propose à l’auteur de s’enrôler volontaire pour le front de l’est.

                Ach... z’etait le pon fieu temps... Le zifflement des stukas, le cliquètement des panzer... smiley

                En attendant je prépare le tondeuse pour son retour. smiley

              • CASS. CASS. 20 mars 2014 22:54

                mmbbb et vous oublier la réintégration sans condition à l’otan criminelle, sans demander l’avis du peuple,donc de façon dictatoriale.


              • lautrecote 20 mars 2014 10:38

                le titre : Ukraine : l’Europe doit agir
                ça commençait bien, l’Europe doit agir et arrêter de se mêler des affaires des autres pays.
                La première phrase : ça part en sucette : Après la quasi-annexion de la Crimée par la Fédération de Russie
                Me suis arrêté là.


                • L'enfoiré L’enfoiré 20 mars 2014 10:45

                  Et bien, il fallait continuer.

                  Que lire dans un article pour avoir une appréciation ?
                  Le chapeau et la conclusion. Le rester c’est du remplissage.
                  Que dit la conclusion ?
                  « Dans le même temps (fixé au 25 mai), l’Ukraine doit s’engager à reconnaître les droits des minorités culturelles et linguistiques, notamment russes et tatars »
                  et ça c’est peut-être vrai..

                • César Castique César Castique 20 mars 2014 11:05

                  « « Dans le même temps (fixé au 25 mai), l’Ukraine doit s’engager à reconnaître les droits des minorités culturelles et linguistiques, notamment russes et tatars »


                  Et en cas de transgression, le tenant du pouvoir du moment sera condamné à écrire mille fois - copier-collé interdit ! : »Je dois respecter les engagements de mes prédécesseurs" ? 

                • lautrecote 20 mars 2014 11:49

                  Mea culpa smiley
                  Après lecture, votre commentaire est très juste.
                  L’article peut donc se résumer à :

                  Ukraine : l’Europe doit agir
                  Dans le même temps, l’Ukraine doit s’engager à reconnaître les droits des minorités culturelles et linguistiques, notamment russes et tatars.

                  Eh hop...


                • CASS. CASS. 20 mars 2014 23:23

                  il n’y a pas d’annexation de la crimée russe à la fédération de Russie, les russes de la crimée russe ont simplement choisi de rentrer à la maison. par ex leurs retraites sera augmentées pour les ramener aux niveaux de la Russie et celles des urkrainiens sera divisées par deux, j’espére que le droit de faire les poubelles pour avoir un truc à manger n’est pas interdit en Ukraine. Au fait depuis que la crimée a rejoint sa mére patrie des grecques ont demandé a y immigrer et demandent la nationalité russe , et bien d’autres en ukraine demandent à quitter l’ukraine sionazie fasciste de l’UE/US et rejoindre la Russie.ah les cons le mur de berlin réinstallé en ukraine sionazie fasciste l’ue apartheid atlantiste usurier.


                • CN46400 CN46400 20 mars 2014 10:56

                  C’est où qu’on signe les engagements dans cette néo-LVF ?


                  • baldis30 20 mars 2014 21:22

                    Consulats américain et allemand les plus proches de chez vous ! smiley


                  • mario mario 20 mars 2014 11:15

                    @article distillant la Haine anti-Russe . mais bon, les crétins n’ont toujours pas pris en compte que le mur de Berlin est tombé en 1989 avec l’accord de la Russie qui en contrepartie a obtenu...l’engagement de l’Otan de ne pas coloniser les ancien pays de l’urss .

                    accord bien sur respecté !


                    • Aldous Aldous 20 mars 2014 17:09

                      Ils n’ont pas compris qu’en même temps que le mur de Berlin, tombait aussi la légitimité de l’OTAN.


                      Laquelle se révèle être ce qu’elle a toujours été : le force d’occupation des USA en Europe, comme l’avait très bien compris de Gaule.

                    • Alpo47 Alpo47 20 mars 2014 11:16

                      Oui, les peuples européens doivent (re)agir... A l’Est s’installe un Etat fasciste, dirigé par des nazis déclarés qui ont tiré sur la foule pour susciter un mouvement de soutien ... etc...

                      Oui, il faut agir et soutenir Poutine qui résiste au fascisme euro-usa qui veut s’emparer du monde et de nos vies (dixit Snowden), multiplie les guerres et déclarations va-t-en-guerre, massacre, vole et pille le reste du monde ...

                      Oui, il faut agir pour s’élever contre cette dictature qui se met en place, notamment en France avec une totale allégeance aux USA et aux dictocrates européens ...

                      Oui, il est grand temps d’agir ... en refusant de participer à tout ce que nous propose ce système prédateur, sinon, esclaves nous serons pour des générations.


                      • antyreac 20 mars 2014 12:13

                        A l’Est s’installe un Etat fasciste, dirigé par des nazis déclarés qui ont tiré sur la foule pour susciter un mouvement de soutien ... etc...


                        Des exagérations mêlées à des mensonges....

                      • Pingouin094 Pingouin094 20 mars 2014 13:55

                        « soutenir Poutine qui résiste au fascisme euro-usa » Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre comme annerie !

                        L’ennemi de mon ennemi n’est pas obligatoirement mon ami.

                        En l’occurence Poutine est tout aussi Impérialiste qu’Obama. Son principal agenda politique est de faire passer la Russie de puissance régionale à super puissance telle qu’elle était à l’époque de l’URSS.
                        De plus, rappelons qu’en matière de politique intérieure, Poutine est largement autoritaire, appui largement son pouvoir sur les oligarches, notamment pétrolier.

                        En Russie comme ailleurs, Poutine se moque bien des Ukrainiens. Par contre, en bonne puissance impérialiste, il n’apprécie pas qu’on vienne le titiller dans son arrière cour et menacer ses positions militaires...

                        Et il réagit en bon impérialiste moyen : il fait donner la troupe d’abord, puis fait ratifier la situation par un référendum acquis d’avance, ne serait-ce que par ses méthodes d’organisations...

                        Bref, Poutine est au moins autant à combattre qu’Obama. La résistance face à l’impérialisme US ne doit en aucun cas nous jeter dans les bras de l’impérialisme russe.

                        STOP !


                      • Laulau Laulau 20 mars 2014 17:53

                        @pingouin

                        « Oligarques russes » c’est quoi un oligarque russe ? Pourquoi les media ne disent pas que les hommes d’affaires français, les Dassault, Bouigues, Lagardère et compagnie sont des oligarques ? Mmm ? Ils sont trop nombreux ?
                        Vous devriez arrêter de parler comme le perroquet de la propagande occidentale.


                      • CASS. CASS. 21 mars 2014 05:16

                        Poutine est un patriote et un souverainiste ,tout l’inverse de l’impérialisme colonialiste mondialiste dictatorial usuriére et esclavagiste des us de waschington zionistes de tous ces larbins imposteurs escrocs corrompus de son UE et son otan criminelle .


                      • chapoutier 20 mars 2014 11:23

                        ’’’’’Dans les prochains mois, l’Union européenne doit s’engager pour garantir le bon déroulement de l’élection présidentielle prévue le 25 mai prochain’’’’

                        va falloir faire fissa alors car le 25 mais est dans deux mois, ou bien il s’agit du 25 mai 2030 !!!

                        et puis c’est vrai que ’’’l’union européenne’’’ est vachement spécialisé en ce qui concerne les élections ; pour mémoires les référendums jeter à la poubelle parceque le peuple avait mal voté.

                        et qu’en sera t-il en Ukraine le 25 mai si ces élections auront lieu, ce dont je doute, car j’imagine mal le peuple ukrainien voter pour les pro-otan,

                        les choses vont devenir très intéressantes.


                        • Laulau Laulau 20 mars 2014 17:56

                           « ou bien il s’agit du 25 mai 2030 »

                          Là je vous trouve un poil optimiste.


                        • doctorix doctorix 20 mars 2014 21:33

                          L’Europe espère qu’en deux ans, en Crimée, les votants « oui à la Russie, non à l’Europe » dans un futur référendum bien préparé passeront de 97.5% à 49.5%.

                          Il va falloir peauffiner la propagande, alors...
                          Poutine, lui, a obtenu ce résultat fantastique en 15 jours, sans avoir formaté personne.
                          Quand l’Europe comprendra-t-elle que personne ne l’aime, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur, que les américains sont le peuple le plus haï au monde, et que nous les rejoignons dans l’opprobre mondiale par notre asservissement à leurs diktats ?
                          Les russes sont fiers de leur président, à juste titre. On aimerait bien pouvoir en dire autant. Nous, on a honte des nôtres, corrompus par l’oncle Sam.

                        • Claudius Claudius 20 mars 2014 11:45

                          Europe ? celle du traité de commerce ou celle des Nations ?

                          Occident ? celui de saint-Louis ou celui des Quataris ?

                          Communauté internationale ? celle de Coluche ?

                          « Le peuple » .. le docile troupeau qui a pour berger l’industrie de la réclame, la télévisie et le foot et la FDJ ?

                          Falsification du langage, falsification des idées.

                          Le Kosovo à lui seul justifierait la Crimée


                          • Gérard Luçon Gérard Luçon 20 mars 2014 12:11

                            mais qu’est-ce que c’est que ces cons de criméens qui organisent un référendum sans l’accord de « zizi rider », le monsieur 17% de satisfaits qui chie régulièrement sur le résultat du référendum français de 2005 ?

                            Ah Sarközi, Grollande, ces leaders charismatiques qui dominent tout, sauf leur petite quéquette, ...


                            • c’est pas grave 20 mars 2014 14:05

                              le plus étonnant n’est-il pas qu’il se trouve 9% de lecteurs pour plusser cet « article »

                              l’auteur a de la famille sur Avox ?


                              • baldis30 20 mars 2014 21:31

                                Ce n’est hélas pas le seul article où la bêtise émerge de la nullité !

                                Qu’on se rappelle une intervention célèbre de de Gaulle commençant par ces termes

                                « l’Europe, l’Europe on peut sauter comme un cabri en disant l’Europe mais .... »

                                c’est une construction de technocrates en mal de pouvoir et incapables dont ils occuperaient des places inamovibles et bien rétribuées . C’est un cas particulier d’application du principe de Peter, où l’incompétent crée sa propre structure lui permettant une sublimation percutante, dans la grace d’une magnifique arabesque latérale.

                                 


                              • Pingouin094 Pingouin094 20 mars 2014 14:17

                                Un article dans la bien-penseance simplificatrice d’un BHL, mais qui ignore la complexe réalité du monde. Essayons de soulever quelques points :

                                1°) La crimée a été Russe pendant des siècles. Son rattachement à l’Ukraine dans les années 1950 n’était qu’une formalité administrative au sein de l’URSS. La Crimée n’est plus Russe depuis moins de 25 ans.
                                La question de son retour au sein de la Russi est donc une question légitime ; si ce n’est en regard du droit international (fixé d’abord par les Etats au nom de leur intérêt propre à conserver l’unité de leurs frontières) du moins au regard de l’histoire et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

                                2°) Néanmoins, le référendum qui vient d’avoir lieu ne représente aucune garantie d’un scrutin libre et sincère : organiser sous occupation militaire de la Russie, en l’absence d’observateurs internationaux (refoulés physiquement par l’armée russe, y compris avec des tirs d’intimidations), en un délais trop court pour permettre un véritable débat sur un enjeu aussi majeur, avec une question biaisée : pour l’indépendance / pour plus d’autonomie et comme résultat concret le rattachement à la Russie qui n’était pas la question posée...

                                3°) Le nouveau pouvoir en Ukraine pose un certain nombre de questions. De par son rôle dans la « révolution », l’extrême-droite y dispose d’une influence largement supérieure à son réel soutien dans l’électorat. Quant au reste du gouvernement, les observateurs sincères reconnaissent qu’un clan d’oligarches a chassé l’autre, le lobby du pétrole a triomphé du lobby du gaz, belle avancée pour les peuples.
                                Les premières réformes du nouveau pouvoir - comme le projet d’interdiction du parti communiste ukrainien - ne donnent pas l’impression d’un grand élan démocratique.

                                4°) Un peu de « Real Politik » enfin. Il y’a 25 ans, l’Ukraine était partie intégrante de la Russie. L’Ukraine est et reste « l’arrière-cour » de la Russie pour reprendre l’expression de la guerre froide des USA vis-à-vis de l’Amérique Centrale.
                                Toute ingérence occidentale en Ukraine ne peut être que considéré par la Russie comme un geste agressif envers elle.

                                A partir de là, que pourrait faire la France et l’UE pour le bien-être du peuple ukrainien ?

                                Tout d’abord, l’UE doit agir avec infiniment de précaution, de doigté et de finesse lorsqu’elle agit dans la sphère d’influence de la Russie. Jamais la Russie n’acceptera que l’OTAN ne s’installe à ses frontières et Poutine a montré à plusieurs reprises qu’il avait « les moyens de ses ambitions », y compris par l’usage de la force comme il l’a fait contre la Georgie, en soutenant Bachar Al Assad, ou en envahissant la Crimée sans tirer un coup de feu.
                                Idem, il est évident que la Russie ne laissera pas s’installer un pouvoir en Ukraine trop ouvertement pro-occidental et influencer par l’occident.
                                Enfin, il faut garder en tête que oui, la Russie a une certaine légitimité en Crimée et dans tout l’ouest de l’Ukraine.

                                Ceci posé, que pourrait faire une UE réellement soucieuse de l’intérêt des peuples et non pas soucieuse de ses intérêts géostratégiques propres ?

                                1°) La priorité est d’avoir en Ukraine un gouvernement légitime, issu des urnes et - on l’espère - où l’influence de l’extrême droite soit contenu ( 10% aux dernières élections, même s’ils doublent leur score, ça ne fait que le score de Marine Le Pen en France et la même influence on peut l’espérer).
                                L’UE doit donc s’attacher à soutenir l’organisation d’élection libre et transparante en Ukraine - en partenariat avec la Russie ;
                                L’UE devrait apporter un soutien neutre et non partisan pour que les ukrainiens déterminent librement leur choix.

                                2°) La situation en Crimée devrait être « gelée » tant que les élections en Ukraine n’ont pas eu lieu. Il faudrait que l’UE négocie avec Poutine la suspension du processus de rattachement de la Crimée à la Russie pour plusieurs mois, jusqu’à l’organisation d’un nouveau referendum - organisé de manière légitime et qui serait reconnu par la communauté internationale comme par l’Ukraine.

                                3°) Un tel referendum ne pourrait avoir lieu qu’à plusieurs conditions :
                                 a) Le retour des soldats russes dans leurs bases,
                                 b) l’instauration en Ukraine d’un pouvoir légitimé par les urnes ; afin que les criméens sachent à quoi ils s’engagent s’ils venaient à choisir de rester en Ukraine et qu’on en finisse avec la crainte d’un gouvernement « néo-nazi » en Ukraine.
                                 c) L’instauration d’une campagne électorale en Crimée qui prenne le temps du débat, sous le contrôle d’observateurs internationaux tant de l’UE que de la Russie, afin que les élections soient reconnus par tous.

                                Voilà qui me paraîtrait plus serieux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires